Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2021/1DossierSpécialisation flexible et e-plat...

Dossier

Spécialisation flexible et e-plateformes : comment le commerce en ligne a transformé les chaînes d’approvisionnement et les relations de travail dans l’industrie du vêtement en Chine

Lulu Fan
Traduction de Pierre-Louis Brunet
p. 29-38

Résumé

Dans l’industrie du vêtement, les plateformes de commerce en ligne ont favorisé l’essor de chaînes d’approvisionnement structurées par la demande des consommateurs. Ce type de chaîne a impulsé une nouvelle organisation de la production caractérisée par de faibles coûts de fabrication, des volumes restreints, une grande variété de modèles et un réapprovisionnement rapide. En s’appuyant sur les perspectives ouvertes par la théorie de la spécialisation flexible, cet article propose le concept de spécialisation flexible générée par les e-plateformes afin de décrire cette nouvelle forme d’organisation de la production. Cette spécialisation flexible est caractérisée par des organisations de la production très fragmentées et informelles, comme des ateliers gérés par des couples mariés et des unités de production constituées d’ouvriers journaliers. Dans un contexte de forte pénurie de main-d'œuvre dans l’industrie du vêtement, les travailleurs participent à la construction de ces organisations de production informelles afin d’obtenir des salaires plus élevés et davantage d’autonomie au travail. Cependant, la progression de l’emploi informel favorise l’atomisation des travailleurs et les rend plus vulnérables aux risques sociaux tels que l’épidémie de Covid-19. Il apparaît en outre nécessaire de renouveler les modalités du dialogue social afin de faire face aux répercussions de l’essor de l’économie des plateformes sur les relations de travail.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 26 août 2020. Accepté le 16 décembre 2020.

Texte intégral

Cette étude est soutenue par le projet du ministère chinois de l’Éducation sur les instituts de recherche clés en sciences humaines et sociales dans les universités » (bourse n° 17JZD019), la Fondation postdoctorale chinoise pour la science (bourse n° 2019M662935), le projet 2020 pour la Fondation des sciences sociales de Canton (bourse n° 2020GZQN06), le fonds pour la recherche fondamentale des universités centrales (Université de technologie du Sud de la Chine, bourse n° 2018BSXM03), et le projet Volkswagen sur les relations industrielles et le développement social de l’Université Sun Yat-sen. L’auteur souhaite remercier les professeurs Yan Huang, Boy Luethje, Ching Kwan Lee, et le Dr. Hong Xue pour leur soutien lors de l’enquête de terrain, ainsi que les Dr. Yihui Su, Dr. Jianhua Wang, Dr. Yunxue Deng, Dr. Lin Peng, les éditeurs, et les relecteurs anonymes pour leurs précieux commentaires et suggestions lors de la rédaction de cet article.

Introduction

1Ces dernières années, les plateformes de commerce en ligne se sont rapidement développées en Chine et ont joué un rôle de plus en plus important dans l’économie nationale. Selon les données du département du commerce électronique et de l’information rattaché au ministère du Commerce chinois (Zhongguo shangwubu dianzishangwu he xinxihua si 中國商務部電子商務和信息化司), en 2019, le e-commerce chinois a enregistré des transactions atteignant 34,81 billions RMB et a employé 51,26 millions de personnes. Entre 2013 et 2015, les volumes d’échanges commerciaux ainsi que le nombre d’employés ont considérablement augmenté (voir graphiques 1 et 2). Le développement des plateformes de commerce électronique modifie non seulement la façon de faire du commerce, mais favorise aussi la création de nouveaux systèmes de crédit social (Loubere 2017) et de certification des compétences professionnelles (Huang 2017).

Graphique 1. Transactions du e-commerce entre 2011 et 2019

Source : conçu par l’auteur ; données recueillies auprès du département du commerce électronique et de l’information, ministère du Commerce, Chine.

Graphique 2. Nombre d’emplois dans le e-commerce en Chine entre 2014 et 2019

Source : conçu par l’auteur ; données recueillies auprès du département du commerce électronique et de l’information, ministère du Commerce, Chine.

  • 1 Le rapport financier du groupe Alibaba pour 2020 comprend les données financières de l’entreprise a (...)
  • 2 阿里巴巴集團 Alibaba Group, « 1萬億美元!阿里巴巴2020年財報:世界最高銷售額 » (Yiwanyi meiyuan ! Alibaba 2020 caibao : shijie (...)

2La plateforme du groupe Alibaba est typique de l’économie des plateformes chinoise. Le groupe Alibaba (Ali jituan 阿里集團) s’est développé en trois étapes : démarrage (1999-2003), croissance (2004-2007) et maturité (2008 jusqu’à maintenant). En 1999, Jack Ma (Ma Yun 马云) et ses 17 collaborateurs ont fondé Alibaba (阿里巴巴) dans son appartement de Hangzhou, une ville de la province du Zhejiang, au sud-est de la Chine. Leur objectif était de mettre en place une plateforme en ligne B2B (business-to-business, soit de commerce entre entreprises) afin de faciliter la participation des petites et moyennes entreprises chinoises au commerce mondial. Alibaba.com, premier site internet de l’entreprise, a été inauguré le 15 avril 1999 et la plateforme Taobao.com le 10 mai 2003. Cinq mois plus tard, Taobao.com a lancé Alipay (Zhifubao 支付寶), un service de paiement inspiré du compte escrow, où les consommateurs ne valident leur paiement que s’ils sont satisfaits de leur achat, ce qui réduit considérablement les risques liés aux transactions pour l’acheteur. En novembre 2007, l’activité B2B d’Alibaba est introduite sur le marché boursier de Hong Kong, permettant à l’entreprise de lever 1,69 milliard USD pour stimuler davantage sa croissance. Dès août de l’année suivante, le nombre d’utilisateurs d’Alipay dépassait les 100 millions. Au même moment, Alibaba avançait sa stratégie du « Grand Taobao » (da Taobao 大淘寶), annonçant plus de 5 milliards RMB d’investissements au cours des cinq prochaines années pour améliorer l’infrastructure du e-commerce autour de Taobao.com, créer un écosystème davantage tourné vers le consommateur, et centraliser les activités – notamment de paiement, de marketing et de logistique – sur la plateforme du « Grand Taobao ». Le chiffre d’affaires du groupe Alibaba pour l’année fiscale 2020 était de 509,71 milliards RMB, soit une augmentation en glissement annuel de 35 %. Au cours de la dernière année fiscale1, les transactions sur les plateformes du groupe Alibaba ont atteint 7,05 billions RMB2.

3En matière de ventes et d’emplois créés, l’industrie du vêtement se place au premier rang sur la plateforme Alibaba. En novembre 2017, KPMG et l’Institut de recherche Ali (Ali yanjiuyuan 阿里研究院) ont publié conjointement un rapport intitulé « Sortir de la chrysalide pour devenir papillon : l’émancipation de la vente de vêtements au détail – la séduisante révolution du plus important secteur du commerce en ligne ». Selon ce rapport, en Chine, le vêtement est le bien de consommation pour lequel les achats en ligne progressent le plus vite et représente le premier secteur de vente au détail sur Internet. En 2016, l’industrie chinoise du vêtement connaissait un taux de pénétration des ventes en ligne de 37 %, bien plus élevé que le taux moyen du commerce de détail qui atteignait 12 %. La même année, les vêtements (21 %) représentaient la portion la plus importante des transactions au détail sur Internet, suivi des articles ménagers et du mobilier (16 %), de l’électroménager (11 %), des téléphones mobiles et des appareils électroniques (9 %), de la nourriture et des boissons (8 %) et enfin des produits maternels et pour enfants (7 %). Selon le rapport « De la connexion à l’émancipation, "Smart +" pour faciliter le développement qualitatif de l’économie chinoise », publié par Ali Research, Ant Research (Mayi yanjiuyuan 螞蟻研究院) et le Alibaba Cloud Research Centre (Aliyun yanjiu zhongxin 阿里雲研究中心) en mars 2019, Alibaba avait créé 40,82 millions d’emplois en Chine en 2018. Au sein des 26 catégories de produits de Taobao, les trois principaux secteurs créateurs d’emplois (en nombre de transactions) étaient le vêtement, la chaussure, le chapeau et le textile (4,09 millions), les produits de première nécessité (2,84 millions) et enfin les appareils électroménagers et l’équipement audiovisuel (1,62 million). En Chine, le marché de la vente de vêtements sur Internet est considérable et continue de se développer très rapidement (voir graphique 3).

Graphique 3. Taille du marché de l’industrie du vêtement en e-commerce entre 2015 et 2019

Source : Rapport 2019 de recherche et de développement sur l’industrie du vêtement en e-commerce, 25 avril 2019, https://www.iimedia.cn/​c400/​64190.html (consulté le 4 février 2021).

4L’influence de l’économie des plateformes sur l’emploi constitue un thème important de la recherche sur le développement des technologies et la transformation de l’emploi ces dernières années. Srnicek (2017) a identifié cinq types de plateformes en ligne : la publicité, les services de cloud computing, l’Internet industriel, le e-commerce et la gestion « au plus juste » (lean). La majeure partie des études existantes s’est concentrée sur l’impact de l’économie des plateformes sur les travailleurs des services tels que les chauffeurs de « véhicules de tourisme avec chauffeur » VTC (wangyueche siji 網約車司機), les employés de maison et les livreurs. Tandis que l’industrie manufacturière dépend d’une chaîne d’approvisionnement plus complexe et d’une distribution plus éclatée, l’influence de l’économie des plateformes sur l’emploi au sein de cette industrie est rarement abordée de façon systématique et théorique. En prenant l’industrie du vêtement pour exemple, cet article analyse (1) les caractéristiques de la chaîne de valeur et de la chaîne d’approvisionnement de l’industrie manufacturière sous l’effet de l’économie des plateformes ; et (2) l’influence de l’économie des plateformes sur les formes d’organisation de la production et les relations de travail au sein de l’industrie manufacturière, en s’appuyant sur une étude de publications pertinentes et de recherches empiriques.

La transformation des organisations de production

5De l’ère de l’atelier artisanal à celle de l’industrie mécanique moderne, puis à celle de l’informatisation et de la production intelligente, le développement incessant de l’industrialisation a aussi favorisé de profondes transformations de l’organisation de la production et des relations de travail. L’évolution de l’organisation de la production est un processus systématiquement influencé par la technologie, la conjoncture du marché, la politique gouvernementale et les choix stratégiques des entreprises (Piore et Sabel 1984). L’émergence d’organisations de la production intégrées verticalement dans des secteurs à forte intensité de capital et de technologie a entraîné l’apparition de deux approches du management : le taylorisme, fondé sur l’importance qu’accordait Bethlehem Steel à la segmentation et la standardisation des processus ; et le fordisme, fondé sur les opérations de standardisation et de montage à la chaîne de Ford Motor. Les deux systèmes sont basés sur des opérations à fort investissement initial, où les employeurs achètent les moyens de production, embauchent des ouvriers et organisent directement la production.

6Depuis la fin des années 1970, l’incertitude, la diversité et l’imprévisibilité de la demande sur le marché des biens de consommation ont pris de plus en plus d’ampleur, entraînant des pressions croissantes sur les systèmes conventionnels de gestion des activités industrielles, caractérisées par une production massive et standardisée réalisée par de grandes entreprises intégrées verticalement. Dans ce contexte, une production flexible et mieux adaptée à la demande a fait son apparition. Elle se caractérise par de petits volumes, une variété de produits et des réseaux de production complexes, ce qui permet aux entreprises de réduire les risques liés au marché et d’obtenir une capacité de production suffisante avec peu d’actifs. Des chercheurs ont proposé le concept de « spécialisation flexible » pour décrire cette forme organisationnelle de la production (ibid.). La spécialisation flexible peut être le fait d’entreprises leaders ou de marchés professionnels. Il s’agit dans le premier cas d’un regroupement de fournisseurs (supplier cluster), constitués de petites et moyennes entreprises, qui répond aux demandes d’une entreprise de pointe à forte capacité d’innovation : « Toyota City », la ville-usine née pour répondre aux exigences de production en flux tendu de la Toyota Motor Corp., est un exemple typique de ce premier cas de figure. L’organisation de la production dans la Silicon Valley présente aussi ces caractéristiques (Saxenian 1991). Une spécialisation flexible de ce type est principalement basée sur une organisation formelle de la production employant sa main-d’œuvre via des relations de travail formelles. La spécialisation flexible entraînée par les marchés professionnels, en revanche, se rapproche davantage du regroupement industriel constitué de petites et moyennes entreprises à faible intensité technologique, à l’instar du tissage de la soie en Inde (Basole 2016) et du secteur horloger de Hong Kong (Carney 1998). De tels regroupements reposent sur des organisations informelles de la production et font appel au travail informel.

7Ces deux dernières décennies, les plateformes de commerce en ligne ont littéralement explosé en Chine. Aucune des deux principales catégories de produits vendues sur ces plateformes – les vêtements et les articles de maison – qui représentent 30 % des achats en ligne (KPMG et Ali Research 2017), n’est produite par des industries à forte intensité de capital ou de technologie comme l’industrie automobile. Leurs organisations de production diffèrent donc beaucoup de celles de la spécialisation flexible suscitée par des entreprises leaders. Par ailleurs, la concurrence sur les prix est bien plus féroce et les catégories de produits plus instables sur les e-plateformes par rapport aux marchés professionnels hors ligne.

8L’essor des plateformes a facilité l’émergence de chaînes d’approvisionnement stimulées par la demande des consommateurs dans le secteur chinois de l’habillement, ce qui impose une forme de production flexible et souple (Luo et al. 2017). Cependant, il existe peu de recherches sur la manière dont la flexibilisation de la production, sous l’influence de l’économie des plateformes, diffère des types de spécialisations flexibles identifiés ci-dessus et sur la manière dont cette modalité d’organisation de la production affecte les relations de travail dans l’industrie manufacturière.

Influence de l’économie des plateformes sur les relations de travail

9Qiu (2009) propose le concept de « travail en réseau » pour aborder l’impact d’Internet sur les relations de travail. Ce concept fait référence à deux processus de développement majeurs. Premièrement, le réseau, en tant que moyen d’organisation technique et nouvel outil de production, aura une incidence sur l’organisation du travail dans les secteurs traditionnels de l’industrie manufacturière et des services. Ce processus est appelé « travail en réseau ». Deuxièmement, le réseau n’est plus seulement un outil de production, mais aussi une activité de production consistant à accumuler du capital pour créer de nouvelles chaînes industrielles. Ce processus est appelé « réseau égal travail ». Les études sur les relations de travail se sont beaucoup intéressées à l’influence de l’économie des plateformes ces dernières années. Les recherches actuelles dans ce domaine couvrent trois sujets principaux. Tout d’abord, l’influence de l’économie des plateformes sur les formes d’emploi et sur le pouvoir de négociation des travailleurs : les recherches révèlent que l’économie des plateformes se présente souvent sous les traits de l’économie du partage, brouillant les relations de travail de sorte que les travailleurs sont contraints d’adopter un statut d’indépendant et ne peuvent pas jouir des divers droits et avantages des employés (De Stefano 2016). L’économie des plateformes atomise en outre les travailleurs, leur ôtant ainsi toute possibilité de négociation collective (Cockayne 2016). Le deuxième sujet de recherche est l’impact de l’économie des plateformes sur le processus de travail. Certains chercheurs ont classé les différents types de travail de plateforme en fonction du niveau des salaires et du degré de contrôle des travailleurs sur le processus de travail (Kalleberg et Dunn 2016). Avec l’aide des technologies internet et de différents systèmes de gestion, la plateforme exerce un contrôle rigoureux sur le processus de travail et incite constamment les travailleurs à allonger leurs journées de travail. Alors que les travailleurs espèrent échanger la stabilité et la sécurité de l’emploi contre des horaires de travail flexibles, le renforcement du monopole des plateformes et la concurrence croissante entre les travailleurs des plateformes ne leur laissent d’autre choix que d’accepter des règles contraires à leurs droits et intérêts (Liang 2017 ; Wu et Li 2018 ; Zhao et Liu 2018). Une nouvelle étude montre que les travailleurs des services peuvent exercer leur « agentivité contingente » une fois qu’ils se sont familiarisés avec les mécanismes de contrôle du travail mis en place par les plateformes. Cependant, ce type d’agentivité reste fragile par rapport à celui des ouvriers d’usine (Sun et Chen 2021). Le troisième sujet de recherche est sans doute l’un des plus importants, il s’agit de la protection des droits et des intérêts des travailleurs dans l’économie des plateformes. Un rapport publié par le Parlement européen a abordé les politiques de protection des droits et intérêts des travailleurs de l’économie des plateformes, notamment la disponibilité accrue des données sur l’économie et l’emploi, les réformes du système juridique régissant les relations de travail, le système d’assurance sociale, le système fiscal et le système salarial, l’établissement de normes pour les emplois de plateforme et l’élargissement des droits à la négociation collective de leurs employés (Forde et al. 2017).

10En examinant l’impact de l’économie des plateformes sur l’organisation de la production et les relations de travail dans l’industrie manufacturière et les services, on observe deux différences de taille. Premièrement, les structures des chaînes d’approvisionnement du secteur manufacturier sont plus complexes et différents services peuvent être touchés par différents types de plateformes. Par exemple, le service design et marketing de l’industrie du vêtement peut être influencé par les e-plateformes, tandis que les plateformes industrielles en ligne ont une incidence sur les services de production. La seconde différence est que, contrairement aux industries de service touchées directement par l’économie des plateformes, les relations de travail et les modalités d’organisation de la production du secteur manufacturier sont influencées par les plateformes à travers la transformation des structures de leurs chaînes de valeur et d’approvisionnement.

  • 3 Inventé par John Hagel, le terme « infomédiaire » désigne un intermédiaire entre les producteurs d' (...)

11Contrairement aux chaînes de valeur traditionnelles déterminées par les acheteurs ou les producteurs, la chaîne de valeur de l’industrie vestimentaire chinoise, remodelée par l’économie des plateformes, est dominée par les « infomédiaires3 ». Une telle chaîne de valeur présente deux caractéristiques notables : (1) les grandes plateformes de e-commerce contrôlent le double marché des producteurs et des consommateurs, et (2) le contrôle de l’information peut générer une nouvelle valeur ajoutée (Li et al. 2019). La manière dont les chaînes de valeur dominées par les « infomédiaires » et les chaînes d’approvisionnement centrées sur la demande des consommateurs ont influencé les organisations de production et les relations de travail de l’industrie chinoise de l’habillement en ligne sera développée dans la partie consacrée aux résultats de cette recherche.

Méthode de recherche

  • 4 Selon le Rapport 2014 de recherche sur les villages Taobao en Chine établi par Ali Research, un vil (...)

12Cette recherche a été menée dans cinq centres de production et de vente de vêtements dans les provinces du Zhejiang, du Guangdong et du Jiangsu entre avril 2018 et juillet 2020. Ces trois provinces enregistrent les trois plus grandes valeurs de production de l’industrie du vêtement (CNGA 2020), et ont le plus grand nombre de villages Taobao4 en Chine (Ali Research 2020). Les cinq villes étudiées sont Canton (广州), Hangzhou (杭州), Jiaxing (嘉兴), Changshu (常熟), et Jieyang (揭阳). L’auteur a interrogé les représentants des différents acteurs clés du commerce de l’habillement en ligne. Les personnes interrogées sont des propriétaires de commerces en ligne, des ouvriers du textile, des employés pertinents d’Alibaba, des dirigeants d’associations d’e-commerce, des responsables de formation en e-commerce, des intermédiaires du marché du travail et des propriétaires de magasins physiques de vêtements. Le nombre total de personnes interrogées a dépassé les 50 (voir Tableau 1).

Tableau 1. Informations sur les personnes interviewées

Région

Catégories

de personnel

Province du Guangdong

Province du Zhejiang

Province du Jiangsu

Autres provinces et villes

Canton

Jieyang

Hangzhou

Jiaxing

Changshu

Propriétaires de magasin Tmall/Taobao

9

2

2

1

Nul

4

Propriétaires de magasin sur un marché de vêtements physique

4

Nul

1

Nul

4

Nul

Travailleurs/managers du secteur manufacturier

6

Nul

6

2

Nul

Nul

Personnel d’association de e-commerce, de plateforme, etc.

7

1

3

Nul

Nul

Nul

  • 5 Tmall fait aussi partie de la plateforme de distribution Alibaba. À la différence des commerces Tao (...)

13Canton est le centre traditionnel de la production et de la vente de vêtements en Chine. La ville héberge à la fois le plus grand nombre de villages Taobao de la province du Guangdong et le plus grand village Taobao de Chine, le village de Dayuan (Dayuan cun 大源村). À Canton, l’auteur a réalisé des entretiens auprès de neuf propriétaires de commerces de vêtement Tmall5/Taobao, quatre commerçants sur des marchés de vêtements, six employés du secteur manufacturier, quatre employés d’une association d’e-commerce et trois personnes travaillant dans des centres de formation en e-commerce. Le village de Junpu (軍埔) dans la ville de Jieyang, également situé dans la province du Guangdong, est un village Taobao très réputé, classé parmi les dix plus beaux villages Taobao de Chine en 2020 (Ali Research 2020). Il s’est également imposé comme un centre de vente de l’industrie du vêtement sur les plateformes de commerce en ligne. L’auteur y a réalisé des entretiens auprès de deux commerçants Taobao et le directeur de l’association locale d’e-commerce.

14Dans la province du Zhejiang, l’auteur a mené des recherches à Hangzhou et à Jiaxing. Hangzhou est une ville phare de l’industrie textile chinoise et elle abrite le siège du groupe Alibaba. L’auteur y a interrogé deux commerçants Tmall/Taobao, un propriétaire de magasin sur un marché de vêtements, six ouvriers du vêtement, deux employés Alibaba et un responsable d’une organisation spécialisée dans le live streaming e-commerce.

15Jiaxing est également un pôle du secteur chinois du vêtement. Pinghu (平湖), dans le district de Jiaxing, est réputée pour son industrie textile. L’auteur y a interrogé deux propriétaires de grandes usines de vêtements afin de comprendre les différences entre l’export et les commandes en ligne dans le secteur de la production vestimentaire, ainsi qu’un propriétaire de magasin de vêtements en ligne.

16L’auteur a mené une enquête de terrain sur le long terme (de décembre 2011 à janvier 2014) sur l’organisation de la production et la situation des travailleurs dans l’industrie du vêtement à Hangzhou et Jiaxing pour sa thèse de doctorat. Par conséquent, il est possible d’effectuer quelques comparaisons avec la présente recherche, menée entre mars 2018 et juillet 2020, afin d’étudier l’impact des plateformes de e-commerce sur l’organisation de la production et les relations de travail au sein de l’industrie vestimentaire.

17Changshu est aussi un lieu de production et de vente de vêtements, avec de nombreux marchés de vêtements traditionnels. L’auteur y a réalisé des entretiens auprès de quatre propriétaires de boutiques de vêtements dans des marchés physiques pour mieux comprendre les différences de mode opératoire entre l’industrie du vêtement sur Internet et les marchés de vêtements traditionnels.

18En outre, l’auteur a interrogé quatre propriétaires de magasins Taobao dans d’autres provinces pour en apprendre davantage sur les règles des e-plateformes et le mode opératoire des propriétaires de magasins Taobao.

19Les magasins de vêtements en ligne sur lesquels l’auteur a enquêté sont principalement des magasins Tmall et Taobao de petite et moyenne taille ; la situation des grands magasins Tmall/Taobao a été analysée en participant à une conférence sur les chaînes d’approvisionnement pour le prêt-à-porter féminin, en 2019, et en consultant les publications existantes.

Intensification de la concurrence sur les prix des vêtements par les plateformes de e-commerce

20Selon les observations de l’auteur, le rôle prépondérant joué par les grandes plateformes comme Alibaba dans la chaîne de valeur se manifeste principalement de deux manières. Tout d’abord, ces plateformes dégagent d’énormes bénéfices grâce aux informations qu’elles possèdent sur les clients et les flux de clientèle. Chez Alibaba, les données ont été élevées au rang de facteur de productivité et elles sont utilisées pour expliquer la manière dont les plateformes partagent les bénéfices : « les données sont couramment utilisées (par de nombreux villages Taobao) comme un nouveau facteur de production dans la conception des produits, leur fabrication, le marketing, les ventes, la logistique ainsi que dans les aspects financiers. Elles améliorent aussi considérablement le rendement tout en stimulant l’innovation » (Ali Research 2016 : 22).

21Afin d’attirer des flux (liuliang 流量) de clientèle, les commerçants en ligne doivent dépenser beaucoup d’argent pour organiser des ventes diffusées en direct (live streaming), lancer des promotions sur leur page d’accueil et améliorer leur référencement sur Taobao (Shao 2017). Certains commerçants en ligne font appel à des fermes à clics pour se créer une popularité factice et atteindre de meilleurs classements de recherche, mais tout cela coûte de l’argent et les commerçants courent également le risque d’être déclassés s’ils sont découverts :

  • 6 Entretien avec le propriétaire d’un petit magasin Tmall, Canton, 26 mars 2019.

Nous avons acheté le magasin Tmall pour 70 000 yuans. Nous avons dû payer 60 000 yuans en frais techniques annuels et 50 000 yuans pour le dépôt de garantie. Le dépôt est remboursé si le chiffre d’affaires annuel dépasse 1,2 million de yuans. L’année dernière notre magasin Tmall a enregistré un chiffre d’affaires de 1,5 million de yuans, mais plus de 500 000 yuans ont été dépensés en services publicitaires et plus de 300 000 yuans pour les salaires de nos six employés. Les frais de publicité se sont révélés plus élevés que l’ensemble des salaires versés aux employés. Tout le monde a recours aux fermes à clics qui coûtent 15 yuans par produit, mais si Ali s’en rend compte, le commerce est déclassé, et certaines fonctions du compte Taobao associé peuvent être suspendues6.

  • 7 Entretien avec le propriétaire d’un commerce Tmall faisant partie du Top 2000 des ventes de vêtemen (...)

22À en juger par les entretiens avec des propriétaires de commerces de vêtements sur Taobao, une grande part du produit des ventes doit être utilisée pour couvrir les frais publicitaires : « en moyenne, près de 45 % du prix d’un vêtement sont reversés aux employés pour la production et le fonctionnement des magasins en ligne, environ 35 % vont aux dépenses publicitaires et presque 5 % sont alloués aux frais d’accès à la plateforme Tmall, laissant un bénéfice net d’approximativement 15 %7 ».

23Les plateformes influencent également les chaînes de valeur au travers des mécanismes de concurrence par les prix, un phénomène rarement abordé dans les recherches sur le sujet. Alibaba a mis en place plusieurs plateformes, comme Alibaba.com, Taobao.com, Tgc1688.com, le système de crédit Alipay, et Cainiao Logistics afin de contrôler des données et des flux de trafic importants. Les commerçants comme les producteurs Tmall et Taobao doivent obéir aux règles complexes créées par Alibaba pour vendre leurs produits. Beaucoup de personnes interrogées estiment que l’avènement du e-commerce et la recherche toujours plus simple de produits similaires ont entraîné une intense concurrence par les prix entre les vendeurs et les producteurs à travers le pays, limitant de plus en plus la marge de profit, et ce tant pour les marchés d’entreprise à consommateur (business-to-consumer, B2C), tels que Taobao et Tmall, que pour les plateformes inter-entreprises (B2B), comme Alibaba.

  • 8 Entretien, Hangzhou, 20 mai 2018.

24Taobao oblige les magasins qui veulent vendre des produits identiques avec des photos empruntées à d’autres, à acheter ces produits au vendeur ou fournisseur qui est à l’origine de cette photo. Si un commerce se tourne vers des fournisseurs autres que le détenteur des images du produit d’origine, il sera signalé puis sanctionné par Taobao. Cette politique était censée interdire le vol d’image, mais elle a eu pour effet d’assurer la transparence des bénéfices de ventes en ligne de manière à ce que, selon un vendeur de vêtements sur Taobao, aucun vendeur Taobao ne puisse augmenter les prix de façon excessive8.

25L’outil de recherche de produits similaires intensifie la concurrence sur les prix entre magasins ainsi qu’entre fabricants. Par ailleurs, dans le contexte de chaînes de valeur générées par des « infomédiaires » (Li et al. 2019), les propriétaires de magasins en ligne doivent dépenser beaucoup d’argent pour générer un trafic suffisant pour vendre leurs produits. De nombreux propriétaires de magasins Tmall/Taobao interrogés par l’auteur ont déclaré que, depuis 2014, leur marge bénéficiaire avait chuté de 30-40 % à 10-20 % en raison d’une concurrence sur les prix de plus en plus forte et de l’augmentation des coûts de marketing. Cette situation influence le processus de production et tire les coûts de production à la baisse pour les commandes en ligne.

La chaîne d’approvisionnement centrée sur la demande favorise des volumes restreints, des produits variés et une gestion des stocks en flux tendu

26Handu Yishe (韓都衣捨, Handu en abrégé) est une marque de vêtements commercialisée uniquement en ligne lancée en 2006. Entre 2014 et 2017, Handu a été la marque de vêtements pour femme la plus vendue lors du Double 11 (journée de vente promotionnelle le 11 novembre inventée par le groupe Alibaba en 2009). Le succès de cette marque permet de comprendre l’émergence d’une chaîne d’approvisionnement déterminée par la demande des consommateurs dans l’industrie de l’habillement en Chine (Luo et al. 2017). Handu a adopté une structure de management innovante appelée « équipes produits ». Ces équipes bénéficient d’un degré élevé d’autonomie dans la gestion de la marque, la conception des produits et la vente. Elles sont par ailleurs encouragées à utiliser l’e-commerce pour analyser les réactions des consommateurs après le lancement de nouveaux produits et décider d’en augmenter la production. Pour encourager la souplesse et la réactivité des équipes produits, Handu a également mis en place une chaîne d’approvisionnement très flexible caractérisée par des commandes de petits volumes et un réapprovisionnement rapide (Luo et al. 2017 ; Li et al. 2019).

27La majorité des études sur l’e-commerce se concentrent sur les chaînes d’approvisionnement centrées sur la demande du point de vue des grands magasins Tmall ou Taobao tels que Handu, mais peu décrivent la situation des chaînes d’approvisionnement de magasins Taobao de petite et moyenne taille.

28Le schéma 1 synthétise les flux de marchandises et d’informations dans les chaînes d’approvisionnement de magasins Tmall/Taobao de différentes tailles étudiés dans cet article. Les magasins Tmall et les grands magasins Taobao commandent généralement en petites quantités, habituellement entre 50 et 150 articles, pour la prévente. Lors des préventes, ces magasins de vêtements en ligne effectuent des promotions en direct, des achats de mots clés pour améliorer leur référencement, ou affichent des publicités tests pour compter le nombre de clics suscités par les articles. En se basant sur les réactions des consommateurs recueillies lors de préventes, ces magasins en ligne décident ensuite s’ils souhaitent modifier la conception du produit ou augmenter les commandes. La chaîne fonctionne en boucle. Les magasins Taobao de petite et moyenne taille suivent un modèle de vente et de production similaire, à ceci près qu’ils passent des commandes en faible quantité, parfois seulement de 30 articles, auprès de petits ateliers. Certains petits magasins Taobao achètent directement leurs produits sur des marchés de gros en ligne et hors ligne. Grâce à la livraison directe (yijian daifa 一件代發), les coûts de stockage peuvent être réduits, voire complètement supprimés.

Schéma 1. Chaîne d’approvisionnement de l’industrie du vêtement centrée sur la demande des consommateurs et soumise à l’influence de l’économie des plateformes

Schéma 1. Chaîne d’approvisionnement de l’industrie du vêtement centrée sur la demande des consommateurs et soumise à l’influence de l’économie des plateformes

Source : conçu par l’auteur à partir d’entretiens réalisés auprès de 33 fournisseurs et propriétaires de magasins en ligne.

29L’auteur a réalisé un entretien auprès du propriétaire d’un étal de vêtements traditionnel à Changshu, dans la province du Jiangsu. La personne interrogée évoque les transformations de l’industrie du vêtement causées par l’essor des plateformes d’e-commerce au cours de la décennie passée :

  • 9 Entretien avec un propriétaire de magasin de vêtements traditionnel, Changshu, 18 mai 2018.

30Avant l’émergence de Taobao, il était possible de vendre plusieurs milliers d’articles sur une durée de six mois. Maintenant, nous devons changer le style des produits toutes les semaines. Nous ne pouvons pas produire beaucoup de pièces par commande, et rares sont ceux qui se déplacent jusqu’aux marchés de vêtements pour acheter des articles9.

  • 10 Entretien, 9 octobre 2018.

31D’autres saluent cependant ce changement. Le président de l’Association de commerce en ligne du village de Jieyang Junpu (Jieyang Junpu cun dianshang xiehui 揭陽軍埔村電商協會) estime que la chaîne d’approvisionnement déterminée par les consommateurs est conforme à la réforme structurelle de l’offre (gongjice jiegouxing gaige 供給側結構性改革) préconisée par le gouvernement central10.

32En somme, l’émergence de l’économie des plateformes a permis aux entreprises chinoises de l’habillement de comprendre les besoins des consommateurs plus rapidement. La commercialisation des vêtements en ligne a aussi favorisé un renouvellement rapide des modèles et une réduction des volumes par commandes, bien que dans certains cas de grandes quantités de vêtements puissent être vendues par de nombreux renouvellements de commandes. Comme indiqué dans la partie précédente, la fonction de recherche de produits similaires a entraîné une féroce concurrence sur les prix et a considérablement réduit les coûts de production. Afin de répondre aux exigences des plateformes d’e-commerce en matière de produits (faibles coûts de traitement, petites quantités, grande variété et réapprovisionnements rapides), l’industrie du vêtement a instauré un mode de production dominé par de petites organisations de second rang ainsi que par des pratiques d’embauche extrêmement flexibles ; cette spécialisation flexible impulsée par les e-plateformes est analysée dans la partie suivante.

Spécialisation flexible impulsée par les e-plateformes

33En s’appuyant sur des données empiriques recueillies lors d’enquêtes de terrain dans des villages urbains qui produisent des vêtements pour des magasins en ligne, l’auteur constate que le régime de propriété de la chaîne d’approvisionnement du vêtement a évolué en réaction à la flexibilisation de la production des commandes destinées à Taobao. Les maillons indispensables de la chaîne d’approvisionnement des vêtements sur Taobao, tels que la conception, la production et le marketing, se sont transformés en risques et en coûts partagés par des petites organisations spécialisées. Les entreprises, ateliers et individus de chacun des maillons, se spécialisent dans un domaine d’activité précis en fonction de leurs propres capacités concurrentielles et forment une synergie gagnant-gagnant. C’est dans cette forme d’organisation de la production que la spécialisation flexible impulsée par les plateformes a émergé. La plupart des organisations de production dans ce type de spécialisation flexible appartiennent à des industries qui nécessitent une main-d’œuvre abondante et qui ont des capacités de production et des types de produits similaires, contrairement à la spécialisation flexible impulsée par des entreprises-leaders où diverses usines de petite et moyenne taille produisent différentes pièces destinées à être intégrées dans des produits plus complexes. Comparés au marché professionnel traditionnel hors-ligne, les produits vendus sur des e-plateformes présentent de nouvelles caractéristiques : une concurrence sur les prix plus intense, un cycle de vie du produit plus court, des commandes initiales plus petites et des volumes de ventes qui dépendent principalement du trafic canalisé par le site internet du vendeur. Ainsi, la spécialisation flexible entraînée par les e-plateformes requiert des organisations de production plus souples et des relations de travail informelles afin de réduire les coûts de production et améliorer la réactivé aux demandes fluctuantes du marché. Ce modèle fait donc largement appel aux travailleurs journaliers et indépendants. Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre de l’industrie du prêt-à-porter, un grand nombre de travailleurs qualifiés choisissent de se tourner vers le travail informel pour obtenir de meilleurs salaires et une plus grande autonomie.

  • 11 Les données ont été obtenues auprès du réseau chinois pour l’emploi rattaché au ministère des Resso (...)

34Depuis le quatrième trimestre 2010, le rapport entre l’offre et la demande d’emploi (nombre de postes vacants/nombre de demandeurs d’emploi) sur le marché du travail en Chine a constamment été supérieur à 1. Le manque de travailleurs est principalement apparu dans le secteur manufacturier qui a connu une pénurie de main-d’œuvre généralisée dans les usines. Entre 2011 et 2013, le rapport entre l’offre et la demande d’emplois en Chine a fluctué entre 1,04 et 1,10, et au troisième trimestre 2018 il avait atteint 1,25, indiquant une intensification de la pénurie de main-d’œuvre11. Parmi les industries manufacturières, c’est le plus souvent dans l’industrie du vêtement que le nombre de postes vacants a été le plus élevé. Le secteur a connu une grave pénurie de travailleurs qualifiés polyvalents capables de fabriquer un vêtement entier. À la recherche de meilleurs salaires et davantage d’autonomie de travail, de nombreux travailleurs qualifiés ont choisi d’organiser des équipes de production coopératives ou de rechercher des contrats de sous-traitance en indépendants (Fan et Xue 2018). Quand la pénurie de travail dans l’industrie du vêtement a coïncidé avec l’énorme demande de production flexible des commandes Taobao, de nombreux ouvriers du textile ont décidé de devenir indépendants ou journaliers.

35Alibaba a identifié trois caractéristiques distinctives de la structure de l’emploi au sein de l’économie des plateformes : des mises en relation gratuites, des rencontres rapides et un travail flexible (Ali Research et al. 2019). Ces trois concepts relèvent plus du slogan et ne font pas spécifiquement référence à un travail en particulier, pas plus qu’ils n’expliquent par quels types de mécanismes les plateformes ont modifié la structure de l’emploi. En prenant l’industrie du vêtement comme exemple, cette étude révèle les mécanismes par lesquels les plateformes changent les types de commandes en modifiant les chaînes de valeur et d’approvisionnement, affectant ainsi les formes d’emploi. Deux formes d’emploi extrêmement souples propres à ce nouveau type de spécialisation flexible sont présentées ci-dessous.

  • 12 La plateforme des usines Tao est une plateforme internet qui met les commerçants Taobao en relation (...)
  • 13 Entretien, 18 mai 2018.

36Les villages urbains low-cost, les organisations de production décentralisées et les emplois informels sont plus adaptés aux prix unitaires faibles et à la nature fragmentée des commandes Taobao. À Jiubao (九堡), un important centre Taobao de production de vêtements situé à la périphérie de Hangzhou, de nombreux ateliers familiaux sont gérés par des couples de travailleurs qualifiés répondant à des quantités importantes de commandes Taobao. En 2018, en travaillant 14 heures par jour, la rémunération de services pour une commande Taobao pouvait atteindre 400-500 RMB par personne. Ces ateliers familiaux peuvent traiter la plupart des commandes Taobao, habituellement entre 50et 100 articles par lot, en un ou deux jours. Certaines personnes interrogées ont indiqué que de nombreuses usines enregistrées sur la plateforme des usines Tao (Taogongchang 淘工廠)12 acceptaient des commandes sur la plateforme pour ensuite les sous-traiter à des ateliers familiaux, parce que ces petits producteurs pouvaient mieux s’adapter à des commandes réduites évoluant rapidement13. Une étude réalisée auprès de 121 ouvriers d’usines de vêtements à Shanghai et Jiaxing, à laquelle l’auteur a participé, a révélé que le salaire moyen de ces ouvriers était de 2 684,59 RMB en 2011, à savoir un salaire horaire de 8,26 RMB. En 2013, le salaire horaire moyen des ouvriers polyvalents spécialisés travaillant en dehors des usines variait, selon une enquête de terrain mené par l’auteur dans la même région, entre 11 RMB et 21,4 RMB. En 2018, les ouvriers polyvalents spécialisés travaillant dans leur propre atelier familial pouvaient toucher entre 28,6 RMB et 35,7 RMB de l’heure. Dans le secteur du textile, l’association d’une pénurie croissante de main-d’œuvre et de l’essor des commandes en petites séries émanant de Taobao a entraîné une forte augmentation des salaires des ouvriers hautement qualifiés du secteur informel.

  • 14 Entretien, 19 octobre 2018.

37Dans certains villages urbains de Canton, de nombreux ouvriers du prêt-à-porter sont recrutés directement dans la rue et leur salaire est payé quotidiennement. Ce type d’emploi a même entraîné l’apparition d’un système particulier de location à bas coût de chambres et de lits à la journée qui répond aux besoins des ouvriers journaliers et du travail flexible14.

  • 15 Les sources de cette partie sont tirées d’entretiens conduits auprès de responsables d’usines de cu (...)
  • 16 Entretien, 26 mars 2019.

38À Shiling (獅嶺), un centre majeur de production de cuir situé à la périphérie nord de Canton, il existait en 2018 16 villages Taobao et un grand nombre d’usines traitant les commandes Taobao. Au moment de notre enquête, plus de 10 000 personnes partaient quotidiennement à la recherche d’emplois temporaires, principalement rémunérés à la journée, sur cinq marchés du travail occasionnels constitués de façon spontanée15. Étant donné la fluctuation des commandes en ligne et la rapidité de changement des designs des produits, les vendeurs ont tendance à organiser des ventes à l’essai avec un volume relativement faible de marchandises. Si les réactions des clients sont positives, des milliers voire parfois des dizaines de milliers de commandes supplémentaires sont passées, en général avec des délais de livraison très courts. Ce modèle de production a également rendu la demande de main-d’œuvre ouvrière instable et favorisé des formes flexibles d’emploi. Comparées aux commandes des magasins en ligne, les commandes dédiées à l’exportation et aux magasins franchisés sont plus stables : chaque commande pour l’exportation comprend au moins 800 articles, et les commandes des magasins franchisés, bien que plus petites que celles dédiées à l’exportation, demeurent plus importantes qu’une première commande de vendeur en ligne. Ces deux types de commandes sont plus stables, facilitant l’estimation de la quantité de travail nécessaire. Selon le responsable d’une usine de cuir installée à Shiling, les commandes du marché intérieur ont continué à augmenter ces dernières années, car le recouvrement de paiement est rapide et les flux de trésorerie abondants. Le recouvrement de paiement des commandes pour l’exportation, en revanche, prend beaucoup plus de temps, et doit parfois être comptabilisé en perte16.

39En plus de la baisse des commandes à l’exportation et de la croissance de commandes en ligne instables et en constante évolution, deux autres facteurs ont aussi profondément façonné les types d’emplois les plus flexibles : 1) la pénurie de main-d’œuvre a conféré à cette dernière davantage d’autonomie sur la forme que prend son travail. Nombreux sont ceux qui souhaitent être rémunérés à la journée afin de réduire les risques de défaut de paiement. En outre, à niveau de compétence égal, le salaire d’un travailleur journalier est en général supérieur à celui d’un employé longue durée, et il peut organiser son temps de travail comme il le souhaite ; 2) grâce au système flexible de rémunération à la journée, les entreprises peuvent réduire les coûts d’assurance sociale, de travail en période creuse et de licenciement.

Schéma 2. Types de travailleurs journaliers

Schéma 2. Types de travailleurs journaliers

Source : conçu par l’auteur.

40Le responsable de l’usine de cuir et les travailleurs journaliers interrogés par l’auteur ont tous indiqué que de nombreuses personnes, certaines hautement qualifiées et d’autres peu, choisissaient volontairement de devenir des travailleurs journaliers. Certains ne peuvent pas occuper d’emplois stables en raison de leur situation personnelle. Le schéma 2 montre trois types de travailleurs journaliers dans la fabrication d’articles en cuir ; ils se différencient principalement par leur niveau de compétences et par le fait qu’ils ont activement choisi ou non de se tourner pour diverses raisons vers des emplois temporaires. Les travailleurs hautement qualifiés qui ont accepté volontairement de prendre un emploi à la journée recherchent une rémunération plus élevée et davantage d’autonomie au travail. Les travailleurs peu qualifiés qui acceptent volontairement d’être rémunérés à la journée ne veulent pas être prisonniers de contrats longue durée et souhaitent être payés plus fréquemment. Le troisième type de travailleurs journaliers est peu qualifié et a peu de pouvoir de négociation sur son type de rémunération. Ce type de travailleur a du mal à trouver un emploi de longue durée, principalement à cause de son niveau d’éducation, ses compétences, son âge ou sa condition physique. Au cours de cette étude de terrain, l’auteur n’a trouvé aucun travailleur hautement qualifié percevant une rémunération journalière sans l’avoir décidé, en raison de la pénurie de main-d’œuvre qualifiée. L’émergence des travailleurs journaliers a certes répondu au besoin croissant de flexibilité de la main-d’œuvre des usines et des petits ateliers du secteur de la production de cuir, mais ces emplois informels font aussi peser un risque accru de conflit social. Les travailleurs journaliers sont généralement embauchés à la suite d’un accord verbal, ce qui signifie que les contentieux liés aux problèmes de production, tels que les coûts unitaires, la vitesse de production et la qualité des produits, ne peuvent être résolus par le biais de contrats formels. Les emplois journaliers ont également renforcé les incertitudes liées à la production : une chaîne d’assemblage d’un article en cuir emploie en général 20 personnes, et l’absence de travailleurs sur un poste spécifique peut aisément interrompre la production et allonger les délais de fabrication et de livraison.

41La Chine est pionnière en matière de numérisation de la consommation, que ce soit en nombre de consommateurs sur Internet (600 millions), par la proportion et l’ampleur des paiements mobiles, en valeur du commerce en ligne (9 billions RMB) et en nombre de livraisons à domicile (50,7 milliards d’articles). Cependant, le degré de numérisation du marché de l’offre en Chine est relativement bas : sa proportion d’usines numériques est bien plus faible qu’en Europe et aux États-Unis (46 % en Europe, 54 % aux États-Unis, et seulement 25 % en Chine), tandis que la flexibilité des chaînes d’approvisionnement et les capacités de production « sur-mesure » restent sous-développées (Ali Research et al. 2019). Ces informations sont cohérentes avec les résultats de notre étude. L’habillement, la première catégorie de produits vendus sur Taobao, dépend fortement de l’emploi informel et flexible et d’une production gérée par des entités qui ne sont pas des usines, telles que les ateliers familiaux. Seules les marques d’habillement de moyen et de haut de gamme qui sont moins dépendantes des plateformes de commerce en ligne pour les ventes peuvent déployer de façon plus systématique les technologies de l’Internet industriel pour organiser et améliorer leur production. L’organisation de la production de ces marques est principalement fondée sur des relations de travail formelles.

Conclusion

42Le groupe Alibaba et ses plateformes de commerce en ligne sont représentatifs de la croissance rapide de l’économie des plateformes en Chine. Ses plateformes, comme Taobao et Tmall, sont numéro un en matière de volume de transactions, de rentabilité et de création d’emplois, à la fois sur le marché intérieur et sur le marché mondial. Le groupe Alibaba estime que la smart economy à la chinoise est caractérisée par une subordination de la production à la consommation (Ali Research et al. 2019). Cependant, la numérisation de la consommation n’est pas nécessairement accompagnée d’une « intelligentisation » de la production. Avec les vêtements, qui ont longtemps constitué la catégorie principale des e-plateformes, l’économie des plateformes a par exemple favorisé l’émergence d’une chaîne de valeur générée par les « infomédiaires » et d’une chaîne d’approvisionnement centrée sur la demande des consommateurs. La chaîne de valeur générée par les « infomédiaires » dans l’industrie chinoise du vêtement présente deux caractéristiques notables : tout d’abord, les grandes entreprises comme Alibaba ont dégagé d’énormes bénéfices grâce aux publicités et aux rémunérations provenant de services à valeur ajoutée en contrôlant de grandes quantités d’informations sur les consommateurs et le trafic internet. Ensuite, les grandes plateformes ont fortement encouragé la concurrence et incité les producteurs à baisser leurs prix. L’économie des plateformes a également formé une chaîne d’approvisionnement centrée sur la demande des consommateurs dans l’industrie vestimentaire, ce qui s’est traduit par une réduction des quantités, une grande variété de produits et des réapprovisionnements rapides. Cette forme de production a stimulé à son tour une spécialisation flexible spécifique aux e-plateformes. Deux types d’emploi extrêmement informels se sont développés pour répondre aux commandes de vêtements passées sur les e-plateformes : les ateliers tenus par des couples qui traitent la production des commandes de vêtements passées en ligne, et les travailleurs journaliers qui participent à la production en usine ou en atelier tout en s’adaptant à la fluctuation des commandes. La chaîne d’approvisionnement de l’industrie vestimentaire dominée par les e-plateformes a remplacé les entreprises intégrées verticalement par un grand nombre de petites unités de production et d’ouvriers indépendants pour améliorer la flexibilité tout en minimisant les coûts et les responsabilités des entreprises. Simultanément, une portion importante des bénéfices a été redirigée vers les plateformes qui monopolisent les données et le trafic en ligne.

43L’essor de l’économie des plateformes et la forte demande de main-d’œuvre dans l’industrie du vêtement permettent aux ouvriers de participer de façon autonome à l’élaboration d’un mode de travail plus flexible afin d’obtenir une rémunération plus élevée et davantage d’autonomie dans l’organisation du temps de travail. Cependant, cette forme d’agentivité est extrêmement atomisée et donc très vulnérable face aux évolutions du marché du travail.

44Cette atomisation recouvre deux aspects. Tout d’abord, par rapport à l’ouvrier d’usine employé sur un contrat long, le travailleur journalier change de lieu de travail fréquemment et s’intéresse peu à la stabilité et la solidarité générée par la collaboration avec ses collègues sur le long terme. Ensuite, les plateformes d’e-commerce ont favorisé les commandes modestes adaptées à la production de petits ateliers familiaux. Pour les travailleurs indépendants de ces ateliers, cela signifie une protection de leurs droits moins efficaces que celle des équipes de production coopératives comptant plus de six ouvriers en cas de problèmes de paiement.

45Ces travailleurs sont également « vulnérables » dans la mesure où l’emploi informel, sous l’influence de l’économie des plateformes, réduit leur capacité à affronter les risques, comme l’épidémie de Covid-19 l’a mis en évidence. D’après les enquêtes menées par l’auteur entre mai et juillet 2020 dans le village de Dayuan à Canton, le plus grand village Taobao de Chine, de nombreuses entreprises de vêtements orientées vers le commerce international ont dû se tourner vers le marché intérieur, en particulier vers les e-plateformes, ce qui n’a fait qu’accroître la concurrence acharnée dans le domaine de la vente de vêtements en ligne. De nombreux fabricants de vêtements n’obtiennent pas assez de commandes en raison de la baisse du marché, c’est pourquoi il y a moins de demande de travailleurs temporaires, et les salaires ont été réduits d’un tiers par rapport à l’année précédente. En juin et en juillet, la saison creuse pour la production de vêtements à Canton, un grand nombre d’entreprises ont demandé à leurs employés de prendre des congés prolongés, au cours desquels les employés sous contrats longs ne touchent qu’un faible salaire de base, tandis que les travailleurs temporaires ne jouissent d’aucune sécurité financière. Sous l’influence des e-plateformes, les flexibilités de production que les travailleurs du secteur du vêtement ont activement contribué à développer ont aggravé leur précarité au travail.

46Les villages Taobao des zones rurales chinoises ont reçu énormément de soutien économique et politique de la part des gouvernements locaux, ces derniers estimant que les commerces en ligne aidaient à résoudre les problèmes de chômage des habitants des campagnes et à augmenter leurs revenus (Li 2017). Cependant, les ateliers regroupés dans des villages urbains chargés des commandes Taobao et le mode de travail informel ont aussi entraîné de nombreux problèmes sociaux. L’organisation d’une telle production s’est souvent traduite par l’utilisation des mêmes bâtiments pour le logement, le stockage, les opérations, etc., qui sont sujets à des incendies pouvant faire de nombreuses victimes. L’emploi informel peut aussi entraîner des problèmes liés à la main-d’œuvre, tels que le travail des enfants et les arriérés de salaire. L’économie informelle contribue peu à la fiscalité locale, mais elle occasionne des coûts de gestion élevés, ce qui constitue un défi pour la gouvernance sociale. Par conséquent, de nombreux gouvernements locaux ont mené des campagnes pour chasser les ateliers Taobao, mais les pouvoirs publics ont peu de marge de manœuvre pour lutter efficacement contre les problèmes liés à l’emploi informel causés par l’essor de l’économie des plateformes. La solution plus ambitieuse consisterait à ajuster les lois et règlementations nationales sur les conditions de travail au niveau macroéconomique, les négociations collectives au niveau intermédiaire, et les contrats de travail au niveau microéconomique, pour leur permettre de s’adapter à la réalité de l’emploi informel. D’ici là, les responsables politiques doivent prêter attention aux variations régionales en matière de modes de développement, de conditions industrielles et de subjectivité des travailleurs quand ils adoptent des mesures pour faire face au problème du travail informel dans différents domaines.

Haut de page

Bibliographie

Ali Research 阿里研究院. 2014. « 中國淘寶村研究報告 (2014) » (Zhongguo Taobaocun yanjiu baogao (2014), Rapport de recherche sur les villages Taobao en Chine (2014)). http://www.199it.com/archives/317742.html (consulté le 2 avril 2020).

Ali Research 阿里研究院. 2016. « 中國淘寶村研究報告 (2016) » (Zhongguo Taobaocun yanjiu baogao (2016), Rapport de recherche sur les villages Taobao en Chine (2016)). https://i.aliresearch.com/file/20170125/20170125164026.pdf (consulté le 2 avril 2020).

Ali Research 阿里研究院. 2020. « 中國淘寶村研究報告 (2020) » (Zhongguo Taobaocun yanjiu baogao (2020), Rapport de recherche sur les villages Taobao en Chine (2020)). https://finance.sina.com.cn/tech/2020-10-20/doc-iiznezxr6918568.shtml (consulté le 22 mars 2021).

Ali Research et al. 阿里研究院等. 2019. « 從連接到賦能智能+’助力中國經濟高質量發展 » (Cong lianjie dao funeng “Zhineng+” zhuli Zhongguo jingji gaozhiliang fazhan, De la connexion à l’émancipation : « Smart+ » pour faciliter le développement qualitatif de l’économie chinoise). https://i.aliresearch.com/img/20190312/20190312110416.pdf (consulté le 2 avril 2020).

BASOLE, Amit. 2016. « Informality and Flexible Specialization: Apprenticeships and Knowledge Spillovers in an Indian Silk Weaving ». Development and Change 47 (1) : 157-87.

CARNEY, Mick. 1998. « The Competitiveness of Networked Production: The Role of Trust and Asset Specificity ». Journal of Management Studies 35 (4) : 457-79.

CNGA (China National Garment Association) (Zhongguo fuzhuang xiehui 中國服裝協會). 2020. « 2019-2020中國服裝行業發展報告 » (2019-2020 Zhongguo fuzhuang hangye fazhan baogao, Rapport annuel sur l’industrie du vêtement en Chine 2019-2020). Pékin : China Textile & Apparel Press.

COCKAYNE, Daniel. 2016. « Sharing and Neoliberal Discourse: The Economic Function of Sharing in the Digital On-Demand Economy ». Geoforum 77 (6) : 73-82.

DE STEFANO, Valerio. 2016. « The Rise of the “Just-in Time Workforce”: On Demand Work, Crowdwork, and Labour Protection in the “Gig Economy” ». Comparative Labour Law and Policy Journal 37 (3) : 471-504.

FAN, Lulu 範璐璐, et XUE Hong 薛紅. 2017. « 非正規用工中的女工自組織與勞工力量以長三角服裝業的合作生產隊為例 » (Feizhenggui jiuye zhong de nvgong zizuzhi yu laogongliliang : yi changsanjiao fuzhuangye de hezuo shengchandui weili, L’auto-organisation et la force de travail des travailleuses du secteur informel : cas d’étude d’une équipe de production d’une cooperative de l’industrie du vêtement dans le delta du Yangtze), Rural China 14 (1) : 1-17.

FORDE, Chris et al. 2017. The Social Protection of Workers in the Platform Economy. Bruxelles : Parlement européen.

HUANG, Hsuan-Ying. 2017. « Rendre la thérapie facile. Commerce en ligne et infrastructure du “boom de la psychologie” en Chine ». Perspectives chinoises 112 : 33-44.

KALLEBERG, Arne, et Michael DUNN. 2016. « Good Jobs, Bad Jobs in the Gig Economy ». Perspectives on Work 2 : 10-74.

KPMG 畢馬威, et Ali Research 阿里研究院. 2017. « 破繭成蝶 : 新零售賦能服裝業互聯網第一大品類的魅力變革報告 » (Po jian cheng die : xinlingshou funeng fuzhuangye – hulianwang diyi da pinlei de meili biange baogao, Sortir de la chrysalide pour devenir papillon : l’émancipation de la vente de vêtements au détail – rapport sur la séduisante révolution du plus important secteur du commerce en ligne. http://www.sohu.com/a/205515969_483389 (consulté le 2 avril 2020).

LI, Fuyi, Stacey FREDERICK, et Gary GEREFFI. 2019. « E-Commerce and Industrial Upgrading in the Chinese Apparel Value Chain ». Journal of Contemporary Asia 49 (1) : 24-53.

LI, Anthony H.F. 2017. « Le e-commerce et les villages Taobao. Une promesse de développement pour la Chine rurale ? » Perspectives chinoises 111 : 65-71.

LIANG, Meng 梁萌. 2017. « 強控制與弱契約 : 互聯網技術影響下的家政業用工模式研究 » (Qiangkongzhi yu ruoqiyue : hulianwang jishu yingxiangxia de jiazhengye yonggong moshi yanjiu, Contrôle rigide et contrats souples : l’influence d’Internet sur le travail domestique). Funv yanjiu luncong (婦女研究論叢) 5 : 47-59.

LOUBERE, Nicholas. 2017. « L’essor de la finance sur Internet en Chine et les tyrannies de l’inclusion ». Perspectives chinoises 112 : 11-21.

LUO, Zhongwei et al. 羅仲偉等. 2017. « “賦權”“賦能”的企業組織結構演進 – 基於韓都衣捨案例的研究 » (Cong “fuquan” dao “funeng” de qiye zuzhi jiegou yanjin – jiyu handuyishe de yanjiu, Du droit à la capacité d’agir : évolution de la structure de l’organisation des entreprises – étude de cas du groupe Handu). Zhongguo gongye jingji (中國工業經濟) 9 : 174-92.

PIORE, Michael, et Sabel CHARLES. 1984. The Second Industrial Divide: Possibilities for Prosperity. New York : Basic Books Inc.

QIU, Linchuan 邱林川. 2009. « 新型網絡社會的勞工問題 » (Xinxing wangluo shehui de laogong wenti, Problématiques relatives au travail dans la nouvelle société d’Internet). Kaifang shidai 12 : 128-39.

SAXENIAN, AnnaLee. 1991. « The Origins and Dynamics of Production Networks in Silicon Valley ». Research Policy 20 (5) : 423-37.

SHAO, Zhanpeng 邵佔鵬. 2017. « 規則與資本的邏輯 : 淘寶村中農民網店的型塑機制 » (Guize yu ziben de luoji : Taobao dian zhong nongmin wangdian de xingsu jizhi, Logique des règles du capital : les mécanismes qui régissent les magasins en ligne des paysans des villages Taobao). Xibei nonglin keji daxue xuebao (shehui kexue ban) (西北農林科技大學學報社會科學版) 4 : 74-82.

SRNICEK, Nick. 2017. Platform Capitalism. Cambridge : Polity Press.

SUN, Ping, et Julie Yujie CHEN. 2021. « Travail de plateforme et agentivité contingente en Chine ». Perspectives chinoises 154 : 19-27.

WU, Qingjun 吳清軍, et LI Zhen 李貞. 2018. « 分享經濟下的勞動控制與工作自主性 – 關於網約車司機工作的混合研究 » (Fenxiangjingji xia de laodong kongzhi yu gongzuo zizhuxing – guanyu wangyueche siji gongzuo de hunhe yanjiu, Contrôle des processus de travail et autonomie professionnelle dans l’économie partagée – cas d’étude du travail des chauffeurs de VTC en ligne). Shehuixue yanjiu (社會學研究) 4 : 137-62.

ZHAO, Lu 赵璐, et LIU Neng 刘能. 2018. « 超視距管理下的“男性責任”勞動 – 基於O2O技術影響的外賣行業用工模式研究 » (Chaoshiju guanlixia de “nanxing zeren” laodong – Jiyu O2O jishu yingxiang de waimai hangye yonggong moshi yanjiu, Le travail “dont les hommes sont responsables” dans une vision plus large du management – étude du modèle d’emploi de l’industrie des plats à emporter influencé par O2O). Shehuixue pinglun (社會學評論) 6 (4) : 26-37.

Haut de page

Notes

1 Le rapport financier du groupe Alibaba pour 2020 comprend les données financières de l’entreprise allant d’avril 2019 à la fin du mois de mars 2020.

2 阿里巴巴集團 Alibaba Group, « 1萬億美元!阿里巴巴2020年財報:世界最高銷售額 » (Yiwanyi meiyuan ! Alibaba 2020 caibao : shijie zuigao xiaoshoue, 1 000 milliards USD ! Le rapport financier du groupe Alibaba pour 2020 : le plus grand record de ventes au monde), Sohu website, 22 mai 2020, https://www.sohu.com/a/397064079_119620 (consulté le 21 juillet 2020).

3 Inventé par John Hagel, le terme « infomédiaire » désigne un intermédiaire entre les producteurs d'information et les internautes.

4 Selon le Rapport 2014 de recherche sur les villages Taobao en Chine établi par Ali Research, un village doit remplir les trois critères suivants pour être considéré comme un village Taobao : (1) les commerçants sont enregistrés comme des habitants du village et y mènent leurs affaires ; (2) leur volume de marchandises brut annuel en e-commerce doit être supérieur à 10 millions RMB ; (3) le nombre de commerçants en ligne enregistrés dans le village doit dépasser 50, ou représenter au moins 10 % des foyers du village.

5 Tmall fait aussi partie de la plateforme de distribution Alibaba. À la différence des commerces Taobao qui peuvent être dirigés par des particuliers, les enseignes Tmall sont gérées par des entreprises.

6 Entretien avec le propriétaire d’un petit magasin Tmall, Canton, 26 mars 2019.

7 Entretien avec le propriétaire d’un commerce Tmall faisant partie du Top 2000 des ventes de vêtements pour femme, Canton, 17 avril 2018.

8 Entretien, Hangzhou, 20 mai 2018.

9 Entretien avec un propriétaire de magasin de vêtements traditionnel, Changshu, 18 mai 2018.

10 Entretien, 9 octobre 2018.

11 Les données ont été obtenues auprès du réseau chinois pour l’emploi rattaché au ministère des Ressources humaines et de la Sécurité sociale.

12 La plateforme des usines Tao est une plateforme internet qui met les commerçants Taobao en relation avec les usines. La plateforme a été mise en place par la division commerce 1688 d’Alibaba. Elle a été lancée officiellement en décembre 2013.

13 Entretien, 18 mai 2018.

14 Entretien, 19 octobre 2018.

15 Les sources de cette partie sont tirées d’entretiens conduits auprès de responsables d’usines de cuir et d’ouvriers journaliers de Shiling les 26 et 27 mars 2019, ainsi que d’observations du marché des emplois payés à la journée. Selon ces entretiens, ces marchés compteraient environ 10 000 participants.

16 Entretien, 26 mars 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma 1. Chaîne d’approvisionnement de l’industrie du vêtement centrée sur la demande des consommateurs et soumise à l’influence de l’économie des plateformes
Légende Source : conçu par l’auteur à partir d’entretiens réalisés auprès de 33 fournisseurs et propriétaires de magasins en ligne.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/11995/img-1.png
Fichier image/png, 80k
Titre Schéma 2. Types de travailleurs journaliers
Légende Source : conçu par l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/11995/img-2.png
Fichier image/png, 109k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lulu Fan, « Spécialisation flexible et e-plateformes : comment le commerce en ligne a transformé les chaînes d’approvisionnement et les relations de travail dans l’industrie du vêtement en Chine », Perspectives chinoises, 2021/1 | 2021, 29-38.

Référence électronique

Lulu Fan, « Spécialisation flexible et e-plateformes : comment le commerce en ligne a transformé les chaînes d’approvisionnement et les relations de travail dans l’industrie du vêtement en Chine », Perspectives chinoises [En ligne], 2021/1 | 2021, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/11995

Haut de page

Auteur

Lulu Fan

Lulu Fan est chercheur postdoctoral à l’école d’administration publique de l’Université de technologie du Sud de la Chine. Building No. n° 5, South China University of Technology, Tianhe District, Canton, Chine.fanlulu@scut.edu.cn

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search