Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2021/1ArticleLe vieux fou qui déplaça des mont...

Article

Le vieux fou qui déplaça des montagnes : mythe, utopie et communauté dans l’art moderne et contemporain chinois

Laia Manonelles Moner
Traduction de Caroline Grillot
p. 41-49

Résumé

Cet article explique comment la fable intitulée Le vieux fou qui déplaça des montagnes1 (Yugong yishan 愚公移山) a inspiré l’expression créative de plusieurs artistes chinois majeurs (Xu Beihong, Zhang Lin, Zhang Huan et He Yunchang) des années 1940 à nos jours. Puisant dans le champ de l’histoire de l’art, il examine une série d’œuvres qui, bien que répondant à des positionnements différents voire antithétiques, manifestent une croyance utopique en la potentialité de la communauté ou du collectif, chez qui la persévérance et l’audace parviennent à accomplir l’impossible. Ces œuvres d’art apparemment absurdes témoignent de l’audace de ces artistes, ainsi que de leur détermination à participer à des projets collectifs visant à changer la société à travers des actions symboliques.

Haut de page

Notes de la rédaction

Manuscrit reçu le 21 juin 2019. Accepté le 2 mai 2020.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2022.

Plan

Introduction
Le vieux fou qui déplaça des montagnes : héros révolutionnaires et corps disciplinés
Affiches et mobilisation politique dans Les vieux fous d’aujourd’hui créent de nouvelles scènes de Zhang Lin (1975)
Déplacer montagnes, lacs et rivières : se réapproprier le corps dans l’art action
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Cet article explore différentes pratiques artistiques se référant directement au mythe du Vieux fou qui déplaça des montagnes (Yugong yishan 愚公移山) inclus dans l’ouvrage Lie Zi (列子) un texte attribué au philosophe taoïste Lie Yukou 列禦寇 (IV siècle avant JC). Le texte raconte l’histoire d’un vieil homme dans le nord de la Chine qui devait contourner deux grandes montagnes chaque fois qu’il quittait son village. Ce vieil homme, Yugong, rassembla tous les membres de sa famille et leur proposa de déplacer les montagnes afin de faciliter le passage. Tous acceptèrent de travailler sur le projet, auquel une voisine et son jeune enfant apportèrent également leur aide. Cependant, certains villageois se moquèrent de leur entreprise et expliquèrent au vieil homme combien ses efforts étaient inutiles et son projet impossible à réaliser. Yugong répondit alors que même s’il mourait sans en voir l’aboutissement, ses enfants et les enfants de ses enfants en profiteraient. Cet article étu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laia Manonelles Moner, « Le vieux fou qui déplaça des montagnes : mythe, utopie et communauté dans l’art moderne et contemporain chinois », Perspectives chinoises, 2021/1 | 2021, 41-49.

Référence électronique

Laia Manonelles Moner, « Le vieux fou qui déplaça des montagnes : mythe, utopie et communauté dans l’art moderne et contemporain chinois », Perspectives chinoises [En ligne], 2021/1 | 2021, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 15 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/12045

Haut de page

Auteur

Laia Manonelles Moner

Laia Manonelles Moner est chargée d’enseignement en histoire de l’art, département d’histoire de l’art, faculté de géographie et d’histoire, Université de Barcelone, Montalegre, 6, 08001 Barcelone, Espagne.laiamanonelles@ub.edu

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search