Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2021/1Comptes rendus de lecturesBONINO, Michele, Francesca GOVERN...

Comptes rendus de lectures

BONINO, Michele, Francesca GOVERNA, Maria Paola REPELLINO, et Angelo SAMPIERI (éds.). 2019. The City after Chinese New Towns: Spaces and Imaginaries from Contemporary Urban China. Bâle : Birkhäuser.

Judith Audin
p. 63-64

Texte intégral

1Depuis le milieu des années 2000, le développement des villes chinoises bouleverse les espaces urbains et ruraux, mais aussi les temporalités et les échelles de référence. Parallèlement à l’initiative Belt and Road « visant la création de lieux, d’alliances et d’investissements » (p. 21), la politique d’urbanisation à l’échelle de la « mégalopole-région » (chengshi qun 城市群) développée autour de trois axes, respectivement la mégalopole de « Pékin-Tianjin-Hebei » (Jing-Jin-Ji 京津冀), celle du « delta de la rivière du Yangzi », et celle du « delta de la rivière des Perles » crée des dynamiques multiples et contrastées de suburbanisation et de mise en projet de nouveaux espaces et infrastructures. En 2006, la ville de Shanghai a initié le projet pilote « Une ville, neuf villes nouvelles » à partir de Songjiang, un exemple de la tendance de l’architecture chinoise à copier des formes urbaines européennes. En 2007, le projet d’éco-cité de Tianjin, produit d’un partenariat entre la Chine et Singapour, communiquait sur l’urbanisme durable à faible empreinte carbone. En 2012, le « nouveau district de Kangbashi » à Ordos, est devenu l’idéal-type de la « ville fantôme » (guicheng 鬼城) chinoise. En 2013, le gouvernement de la municipalité de Pékin a communiqué son projet d’établir un « centre administratif auxiliaire » (xingzheng fuzhongxin 行政副中心) dans la « ville nouvelle de Tongzhou » (Tongzhou xin cheng 通州新城). Plus récemment en 2017, c’est directement au niveau de l’État central que le « nouveau district de Xiong’an » (Xiong’an xin qu 雄安新區) a été conçu en tant que pôle de déconcentration de certaines de ses prérogatives. La presse chinoise et étrangère a mis en lumière ces cas sous un angle sensationnaliste, mais le phénomène des villes nouvelles comporte des enjeux politico-administratifs, économiques, sociaux et environnementaux plus complexes.

2Nourri par un projet de recherche de trois ans initié en 2015, cet ouvrage collectif, coordonné par Michele Bonino, Francesca Governa, Maria Paola Repellino et Angelo Sampieri, repense de manière transversale et pluridisciplinaire le phénomène des villes nouvelles chinoises. Ce faisant, les auteurs restent prudents quant à la reprise de catégories existantes pour privilégier le besoin d’examiner, de décrire et de rapporter les processus à l’œuvre (p. 23) dans trois études de cas : Tongzhou, présentée par Filippo Fiandanese comme exemplaire du processus de décentralisation et de suburbanisation de Pékin (p. 123-9) ; Zhengdong, une ville nouvelle initiée par étapes en vue de renforcer le développement économique et démographique de Zhengzhou (p. 115-22) ; et Zhaoqing, introduite par Astrid Safina comme « marginale » au regard de l’immensité de la conurbation du delta de la rivière des Perles (p. 107). Ces trois contextes urbains, contrastés géographiquement et statutairement, permettent de maintenir un regard sur Pékin, sur les processus en cours dans la zone du delta de la rivière des Perles et surtout, sur une région plus centrale – Zhengdong étant un nouveau district de Zhengzhou destiné à attirer pas moins d’1,5 million d’habitants.

3Les villes nouvelles sont ici décryptées à la lumière de l’histoire, de l’analyse comparée, des politiques publiques, de l’urbanisme et du design. L’ouvrage débute par une analyse de politiques publiques et de discours. Liu Jian et Xu Gaofeng reviennent sur la généalogie des villes nouvelles en Chine, en démontrant leur importance dans la stratégie de développement socio-économique de la Chine (p. 70), depuis la politique des villes satellites des années 1950 en passant par les nouvelles villes des années 1990, jusqu’aux villes nouvelles des années 2000. Cette trajectoire est mise en perspective comparée à l’échelle internationale par Filippo De Pieri et Davide Vero qui réfléchissent au rôle croissant des cabinets d’expertise européens dans la fabrique des villes nouvelles chinoises (p. 74). Analysant de plus près les politiques de « nouvelle urbanisation » et de développement de l’Ouest chinois, Mauro Berta et Francesca Frassoldati prennent les exemples des villes nouvelles de Lanzhou, Xi’an, Luoyang, Shijiazhuang et de Xiangjiang pour faire ressortir leur rôle de hub au sein des infrastructures reliant le littoral avec les régions d’Asie centrale et d’Europe (p. 81). Les villes nouvelles génèrent également une nouvelle production de discours sur l’urbanité. Du fait qu’elles sont greffées sur des réalités physiques et sociales bien différentes, Florence Graezer Bideau et Anna Pagani (p. 90-6) affirment que ces nouveaux espaces nécessitent de dépasser les concepts traditionnels d’analyse de la ville, comme les oppositions urbain/rural et centre/périphérie ; Michele Bonino met quant à lui en lumière le rôle du design architectural en jeu dans la fabrique des villes nouvelles (p. 97-103).

4Dans un second temps, l’ouvrage s’intéresse à des éléments caractéristiques des villes nouvelles : les pavillons d’exposition témoins jouent un rôle fondamental dans leur conception, explique Maria Paola Repellino (p. 133-42) ; les hautes tours d’appartements sont disséquées depuis l’unité de l’appartement jusqu’à l’échelle de la résidence par Alessandro Armando et Francesco Carota (p. 143-55) ; bien qu’invisibles une fois le projet construit, les souterrains sont exposés dans la phase de projet, ce qui témoigne, selon Valeria Federighi et Filippo Fiandese, du rôle essentiel des infrastructures dans le marché immobilier chinois (p. 156-65) ; enfin, les parcs urbains sont vus par Bianca Maria Rinaldi comme des produits visant à répondre à des critères esthétiques et aux enjeux de la durabilité environnementale (p. 166-75).

5Un troisième apport de l’ouvrage est la très grande qualité des illustrations – photographies, plans et schémas d’aménagement – venant compléter l’analyse des projets en livrant au lecteur des informations essentielles sur la spatialité, l’environnement, et l’architecture des cas étudiés. La série photographique de Samuele Pellecchia sur Zhengdong (p. 33-57) fait notamment ressortir les esthétiques ambigües des espaces – superpositions de textures, pratiques sociales locales, visions urbaines contrastées.

6Si l’ouvrage comporte des données précieuses sur les villes nouvelles du point de vue de l’aménagement urbain, de l’urbanisme et des politiques publiques, on regrettera son manque de dimension sociologique. Il semblerait que l’angle du planning, centré sur les phases en projet ou en construction des villes nouvelles, maintienne un biais : celui d’un état d’inachèvement de ces espaces qui font pourtant, sur le terrain, déjà l’objet de pratiques et d’appropriations. Cette approche par le plan et par le haut demeure fortement descriptive, modélisée et lisse, déconnectée des processus sociaux concrets ainsi que des conflits et des jeux de pouvoir qui façonnent l’espace. Il manque ainsi une réflexion plus profonde partant des réalités locales, contextualisées par les trois cas. Enfin, l’absence de transcription chinoise dans l’ouvrage s’avère problématique pour une étude des « discours » et des « imaginaires ».

7Il n’en reste pas moins que ce travail collectif cohérent, fournissant des données synthétiques et précises, approfondies et minutieusement illustrées, livre une contribution indéniable à la littérature sur les nouvelles formes d’urbanités dans la Chine du XXIe siècle. Il pourra convenir à un public d’étudiants et d’experts en design urbain et en aménagement, ainsi que, plus largement, à des chercheurs en géographie et en études urbaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Judith Audin, « BONINO, Michele, Francesca GOVERNA, Maria Paola REPELLINO, et Angelo SAMPIERI (éds.). 2019. The City after Chinese New Towns: Spaces and Imaginaries from Contemporary Urban China. Bâle : Birkhäuser. », Perspectives chinoises, 2021/1 | 2021, 63-64.

Référence électronique

Judith Audin, « BONINO, Michele, Francesca GOVERNA, Maria Paola REPELLINO, et Angelo SAMPIERI (éds.). 2019. The City after Chinese New Towns: Spaces and Imaginaries from Contemporary Urban China. Bâle : Birkhäuser. », Perspectives chinoises [En ligne], 2021/1 | 2021, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 15 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/12130

Haut de page

Auteur

Judith Audin

Judith Audin est chercheuse au CEFC et rédactrice en chef de Perspectives chinoises. CEFC, Rm. 3029, Academic Building, The Hong Kong University of Science and Technology, Clear Water Bay, Kowloon, Hong Kong (jaudin@cefc.com.hk).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search