Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2021/2ArticlesLes migrants de l’intérieur en Ch...

Articles

Les migrants de l’intérieur en Chine : processus de catégorisation et enjeux analytiques

Cinzia Losavio
p. 55-66

Résumé

Cet article dévoile la malléabilité des frontières entre catégories politiques et analytiques associées aux migrations internes en Chine. L’auteure y analyse le processus itératif de catégorisation, qui loin d’être neutre, fixe et objectif, relève au contraire des stratégies d’intervention publique. Les catégories statistiques, les usages médiatiques, ainsi que la compréhension des migrations par les sciences sociales se modulent mutuellement, se soumettant ainsi aux évolutions politiques, économiques et urbaines. Cet article démontre que les catégories de la mobilité spatiale ne correspondent pas aux catégories de l’intégration urbaine. Il en résulte quatre types d’effets : administratifs, matériels, spatiaux et identitaires.

Haut de page

Notes de la rédaction

Manuscrit reçu le 2 septembre 2019. Accepté le 30 juin 2020.

Texte intégral

Ce travail a bénéficié du soutien financier du projet MEDIUM (New pathways for sustainable urban development in China’s MEDIUM-sized cities) et du LabEx DynamiTe (ANR-11-LABX-0046). L’auteure souhaite remercier le comité de rédaction de Perspectives chinoises et les lecteurs anonymes pour leurs suggestions et commentaires précieux. L’auteure remercie également l’ensemble des enquêtés, notamment les migrants qui ont bien voulu partager leur expérience.

Introduction

1Dans le champ de recherche sur les migrations, les études sur les migrants internationaux (notamment Sud-Nord) occupent aujourd’hui une position prédominante, et cela bien que les migrations à l’intérieur des frontières nationales soient quantitativement plus importantes que les flux de personnes d’un pays à un autre (King et Skeldon 2010 ; Wihtol de Wenden 2012 ; Skeldon 2017). La Chine est, depuis le lancement des réformes économiques en 1978, l’un des exemples les plus significatifs de cette mobilité interne. Le passage d’une économie planifiée à une économie de marché a ouvert la voie à une mobilité spatiale inédite, le taux d’urbanisation passant de 18,5 % en 1980 à 59,58 % à la fin 2018 (BNSC 2019). Toutefois, en Chine comme ailleurs, les réflexions sur les processus de catégorisation et de hiérarchisation des migrants internes sont limitées, ce qui nourrit l’idée erronée selon laquelle les individus qui migrent au sein de leur province d’origine ou vers les grandes villes d’une autre province constituent une catégorie socioéconomique homogène. Au contraire, quel que soit le type de migration considéré, sa construction en tant que problème public est inévitablement liée à un processus de différenciation et de catégorisation des populations impliquées, légitimant ainsi l’intervention publique et l’intérêt porté par les analystes politiques et les chercheurs.

2Au sein de la littérature sur les migrations internationales, de nombreuses études ont dévoilé les enjeux des catégorisations migratoires (Kévonian 2005 ; Labridy 2008 ; Crawley et Skleparis 2018), notamment la manière dont les catégories juridiques, politiques et administratives déterminent les catégories d’analyse utilisées par les chercheurs (Martiniello et Simon 2006 ; Bakewell 2008). Ces catégorisations, qui se forgent par le haut sur plusieurs niveaux territoriaux (Frigoli 2010) et qui sont souvent déterminées par les catégories statistiques (Asal 2010), contribuent à circonscrire les migrations de manière à ce qu’elles apparaissent comme un phénomène totalement contrôlé et contrôlable. Le processus de catégorisation sert donc à « la mise en forme institutionnelle du social » (Bourdieu 1993) et finit par enfermer les individus dans « un statut qui est un cul-de-sac » (Wihtol de Wenden 2010). Mais le chercheur en sciences sociales peut-il penser que la société qu’il analyse se réduit à des catégories construites par des techniciens de l’administration ou de la statistique ? La formulation de la question migratoire dans la sphère académique peut-elle exclusivement se fonder sur des catégories d’intervention publique préalablement créées par des instances de pouvoir ? Autrement dit, serait-il normal que catégories politiques et analytiques se confondent, sans laisser d’espace à une lecture sociale détachée de l’agencement institutionnel ?

3Les études sur les migrations internationales ont révélé à quel point les processus de catégorisation des migrants s’avèrent politisés (Crawley et Skleparis 2018). Elles ont conséquemment insisté sur la nécessité pour le chercheur d’affirmer son rôle de penseur critique face aux processus de classement déployés par l’action publique (Turton 2005 ; Martiniello et Simon 2006 ; Bakewell 2008). La recherche en sciences sociales exige que les catégories politiques soient déconstruites et décortiquées, et cela vaut pour l’analyse de tout phénomène migratoire, international comme interne.

4S’inscrivant dans une démarche réflexive issue de ma recherche doctorale, cet article entend mettre en évidence les limites dues à la malléabilité des frontières entre catégories politiques et analytiques associées aux migrations internes en Chine. En m’appuyant sur des données recueillies lors d’une enquête ethnographique effectuée à Zhuhai (Guangdong) entre 2016 et 2018, j’analyse le processus itératif de catégorisation qui relève des politiques sociales et des stratégies d’intervention publique. Toutefois, ce processus n’est pas neutre, fixe et objectif. La genèse des catégories officielles, leurs usages par les médias et la compréhension des migrations par les sciences sociales se modulent mutuellement, se soumettant aux évolutions politiques, économiques et urbaines. Cette démonstration exploitera des entretiens semi-directifs menés avec plus de 120 migrants ainsi qu’avec une douzaine d’acteurs clés impliqués dans le processus de décision et de construction de logements abordables à Zhuhai. Ces données empiriques seront complétées par l’analyse de politiques publiques, d’articles de presse et de recensements concernant la population migrante interne.

5La première partie de l’article revient sur le contexte sociopolitique ayant vu l’émergence d’une grammaire des catégories migratoires internes en République populaire de Chine (RPC) dès 1978. La deuxième partie analyse les catégories statistiques de la mobilité spatiale en révélant leurs contours flous et leurs chevauchements. La troisième partie expose l’éventail de nomenclatures utilisées dans la sphère politico-médiatique pour désigner, classer et traiter les migrants internes depuis les années 1980, montrant comment les catégories migratoires sont continuellement renégociées et redéfinies. Pour finir, la quatrième partie exploitera l’exemple des catégories de l’habitat social à Zhuhai, pour dévoiler la façon dont la hiérarchisation au sein des migrants alimente en milieu urbain un processus d’inclusion et d’exclusion qui évolue selon l’agenda politique. Ce processus agit sur les espoirs individuels d’ascension sociale des migrants, mais surtout sert les objectifs de croissance poursuivis par l’État chinois.

L’émergence d’une grammaire des catégories migratoires de l’intérieur en RPC

  • 1 Elle dépassait les 30 % de la population active agricole au milieu des années 1980 (Davin 1999 ; Au (...)

6L’essor de l’urbanisation en Chine à partir des années 1980 tient principalement à des vagues migratoires internes qui, dans un premier temps, s’orientent des régions défavorisées de l’ouest et du centre du pays en direction des zones économiques spéciales (ZES) et des villes côtières, mais qui, depuis les 15 dernières années, dépassent moins les frontières de la province d’origine, privilégiant les capitales provinciales (Su et al. 2017). Pendant les premières décennies des réformes, alors que la décollectivisation et l’établissement du système de responsabilité des ménages engendrent une main d’œuvre rurale excédentaire1, incitée à s’engager dans les secteurs non agricoles, aucune réforme sociale n’est prévue pour ces paysans « qui quittent la terre sans quitter le village » (Lin 2002). Les services sociaux de base des migrants ruraux demeurent rattachés au lieu d’enregistrement de leur résidence et dépendent du statut rural qui leur est institutionnellement attribué par le hukou (戶口), le système d’enregistrement des ménages (Solinger 1999 ; Wang 2005).

7Dès les années 1980, l’intensification des migrations internes contraint le gouvernement à réguler la présence incontrôlée et potentiellement dangereuse des « ouvriers-paysans » (nongmingong 農民工) ou plus généralement de la « population flottante » (liudong renkou 流動人口) en ville. Parallèlement, un nouveau lexique discriminant désignant cette population fait irruption dans le langage politico-médiatique et statistique, avant de ressortir dans les études académiques chinoises puis occidentales. L’institutionnalisation du problème des ouvriers-paysans et la place centrale qu’il occupe dans les débats publics contribuent à diffuser une représentation homogène des individus flottants entre campagne et ville. Bien que, depuis quarante ans, les questions liées aux nongmingong figurent parmi les sujets de recherche les plus étudiés, ce n’est qu’au cours des années 2000 que certaines études révèlent la difficulté à définir les acteurs et les modes de migrations internes en Chine (Liu et Chan 2001 ; Goodkind et West 2002). Cette prise de conscience émerge parallèlement au débat sur la représentativité des données statistiques (Scharping 1997, 2001 ; Liu et Chan 2001) qui montre l’inconsistance d’une catégorie unique de migrants internes.

8La recherche sur les migrations définit généralement les migrants à partir de critères spatio-temporels, ou selon les causes des migrations (Lee 1966 ; Todaro 1976 ; Massey 1999). Ces critères ne sont pas suffisants pour définir les individus en mouvement, notamment en Chine (Scharping 1997). L’analyse migratoire y est complexifiée par le système institutionnel de gestion de la population, son évolution dans le temps et sa déclinaison aux différents échelons administratifs, mais aussi par les recensements statistiques et l’existence d’une riche terminologie politico-médiatique. Il en découle une palette de catégories socialement construites et dépendantes du locuteur et du contexte. Ces catégories jouent un rôle, jamais neutre, aussi bien dans le processus de hiérarchisation urbaine que dans le processus de représentation des migrants internes.

Chevauchements des catégories statistiques de la mobilité spatiale

  • 2 Durant l’époque maoïste, seules les migrations par les canaux officiels étaient jugées légitimes, t (...)

9En Chine, les recensements démographiques officiels sont organisés tous les dix ans par le Bureau national des statistiques de Chine (BNSC). Ces données, qui depuis 1987 réunissent également des informations sur les migrations internes, sont complétées par des estimations intermédiaires réalisées par l’administration chargée de l’enregistrement des ménages, et par différents bureaux aux niveaux provincial, municipal et d’arrondissement. D’autres données officielles sont diffusées par l’agence de presse Xinhua. Dans ces documents, deux catégories relèvent des migrations internes : la « population migrante » (qianyi renkou 遷移人口)2, qui englobe les individus s’installant de façon permanente dans une nouvelle unité administrative à la suite d’un transfert de hukou ; et la « population flottante », composée d’individus se déplaçant temporairement (Chan et Zhang 1999) sans l’obtention d’un permis de résidence permanente (Goodkind et West 2002). Cette dernière catégorie, concentrée essentiellement en milieu urbain, pose problème dans la mesure où différents types de recensements n’utilisent pas des définitions équivalentes et durables de la population flottante (Chan 2013). En outre, la définition même de ville chinoise, qui peut facilement être une source de confusion entre unité administrative et unité démographique ou entre le centre-ville et l’ensemble administratif qui en dépend (Sanjuan et Fayolle-Lussac 2017), contribue à complexifier davantage la conception de la migration intérieure.

  • 3 Ce terme désigne dans l’article le « lieu officiel d’enregistrement du ménage » (hukou suo zaidi 戶口 (...)
  • 4 Selon le BNSC (2019), en 2018 la population séparée du lieu de résidence officiel comptait 286 mill (...)
  • 5 Selon le dernier recensement national de 2010, la population flottante comptait 261 386 075 personn (...)

10Le BNSC définit la population flottante à partir d’une catégorie très large, celle de « population séparée du lieu de résidence officiel » (renhu fenli renkou 人戶分離人口), qui désigne l’ensemble des individus ayant quitté depuis au moins six mois leur lieu de domiciliation officiel3 (canton, bourg ou quartier) pour se déplacer à l’intérieur des frontières de leur district/arrondissement ou à l’extérieur, pour rester dans leur province ou la quitter. Au sein de cette catégorie est distinguée la population flottante, qui rassemble les individus ayant quitté depuis au moins six mois leur lieu de domiciliation officiel pour ne se déplacer qu’à l’extérieur de l’arrondissement urbain de provenance4. Cela signifie que le décompte de la population flottante ne prend pas en compte les déplacements – sans transfert de hukou – à l’intérieur de l’arrondissement urbain dont le lieu de domiciliation officiel fait partie5. Bien que les deux définitions soient distinctes, analystes et chercheurs ne font que rarement référence à la catégorie de population séparée du lieu de résidence officiel, assimilant tout déplacement d’au moins six mois (à l’intérieur et à l’extérieur de l’arrondissement urbain d’origine) à la population flottante. De plus, le BNSC distingue également « population flottante entrante » (liuru renkou 流入人口) et « sortante » (liuchu renkou 流出人口), ainsi que « population flottante de longue durée » (changzhu liudong renkou 常住流動人口) – domiciliée en dehors du lieu de domiciliation officiel depuis au moins cinq ans – et « à court terme » (duanqi liudong renkou 短期流動人口) – pour un séjour de durée variable.

11Une autre définition approximative de la population flottante affleure dans les comptes rendus diffusés par la presse officielle (Chan 2013). Elle inclut un ensemble de typologies migratoires qui varient selon la nature du séjour (de loisirs, d’études ou de travail) et concerne différents types de trajectoires au-delà des frontières provinciales, municipales ou de district (migrations ville-ville, campagne-ville ou campagne-campagne). La durée, parfois ignorée, peut varier d’un minimum de trois jours – période à partir de laquelle tout déplacement doit être enregistré auprès de la police locale – à six mois, un an, voire jusqu’à cinq ans.

  • 6 En 2018, cette carte a été remplacée par le permis de résidence.
  • 7 Parmi ces localités figurent Pékin et Shanghai qui prétendent limiter la population entrante, et le (...)

12À cet emploi général de l’expression « population flottante » s’en ajoutent d’autres plus restreints qui forment des nouvelles catégories figurant dans les recensements provinciaux ou municipaux. Ces catégories résultent d’un système de « permis de résidence provisoires » (zanzhuzheng 暫住證) qui n’est pas unifié au niveau national mais qui évolue constamment depuis sa diffusion en 1984, se différenciant d’une municipalité (ou province) à l’autre. Parmi ces catégories, qui se substituent parfois à celle de population flottante sans pourtant être équivalentes, figure celle de « population temporaire » (linshi renkou 臨時人口), apparue dans les décomptes démographiques de Shanghai dès 2008, à la suite de l’adoption d’une « carte de résidence temporaire » (linshi juzhuzheng 臨時居住證) renouvelable et accordant la résidence shanghaïenne pour une période de six mois à tous ceux qui s’y installent plus de trois jours6. À Shenzhen, les recensements municipaux et d’arrondissements distinguent la « population de résidence habituelle » (changzhu renkou 常住人口), qui inclut les résidents bénéficiant du hukou local (Shenzhenren 深圳人) et les détenteurs d’un permis de résidence permanente (changzhuzheng 常住證) depuis au moins cinq ans, et la « population administrative » (guanli renkou 管理人口), qui désigne les locataires enregistrés auprès de la police de quartier. Les chiffres concernant la population administrative sont donc utilisés dans les communiqués de presse pour désigner la population flottante alors que les deux catégories ne sont pas équivalentes au niveau national. Ce système fragmenté de permis de résidence temporaires complexifie derechef l’évaluation des déplacements internes sans transfert de hukou. Bien que depuis 2010 le Conseil des affaires d’État (CAE) ait annoncé sa volonté d’appliquer un système de « permis de résidence » (juzhuzheng 居住證) à l’échelle nationale, la responsabilité du déploiement du nouveau permis – qui octroierait des droits quasi identiques à ceux des résidents locaux aux migrants jouissant d’un emploi stable et d’un domicile fixe – incombe aux administrations provinciales et municipales. Le nouveau système, récemment adopté par les villes et provinces les plus prospères (fada 發達)7, est encore loin d’être uniformisé dans le pays, ce qui ne simplifie guère le décompte de la population migrante ni l’interprétation de ces données.

  • 8 En 2018, le tiers de la population totale de Zhuhai est composé de migrants.
  • 9 Entretiens, septembre 2017, Canton ; juin, juillet 2018, Zhuhai.
  • 10 Selon le Livre bleu sur l’intégration sociale de la population flottante, la population flottante d (...)

13Dans le cas de la ville-préfecture de Zhuhai, qui, depuis sa désignation en tant que ZES en 1980, attire un grand nombre de migrants internes8, la population flottante ne figure pas parmi les catégories recensées. Les tableaux publiés sur le site du Bureau municipal des statistiques (BMS) indiquent seulement la « population ayant le hukou local » (huji renkou 戶籍人口) et la « population de résidence habituelle », qui renvoie aux individus domiciliés en ville depuis au moins cinq ans et pourvus d’un permis de résidence, ou aux individus enregistrés auprès de la police locale. Selon certains chercheurs et fonctionnaires de Zhuhai9, le calcul de la population flottante s’obtiendrait en soustrayant la population de résidence habituelle à la population avec hukou. Toutefois, le fait que la population flottante ne soit pas soumise à des critères de définition clairement explicités pose un doute quant à l’exactitude de ces chiffres10 (voir Figure 1).

Figure 1. Les données sur la population de la ville de Zhuhai (Guangdong) en 2018

Figure 1. Les données sur la population de la ville de Zhuhai (Guangdong) en 2018

Source : tableau élaboré et traduit par l’auteure à partir du Bureau municipal des statistiques de la ville de Zhuhai.

14Selon les critères utilisés pour définir les limites géographiques, la durée minimale du séjour, et les flux de population entrants et sortants d’une unité urbaine, ainsi qu’en fonction des permis de résidence temporaires octroyés, chaque recensement comptabilise la population flottante inégalement. Par ailleurs, les statistiques ignorent une importante portion de migrants internes qui se déplacent sans s’enregistrer auprès de l’administration de la ville où ils travaillent et s’installent sans permis de résidence temporaire. Par exemple, dans mon échantillon de 128 migrants, 97 n’étaient enregistrés ni auprès de la police locale, ni auprès d’autres bureaux administratifs de Zhuhai. Cette population, partie intégrante de la population flottante du pays, reste donc invisible dans les recensements, contribuant à rendre le panorama des migrations internes encore plus flou.

15L’analyse des catégories statistiques a révélé leur forte plasticité, les chevauchements dont elles font l’objet et leur inaptitude à quantifier rigoureusement les acteurs des migrations. Néanmoins, cette analyse n’est pas suffisante. Bien que l’expression « population flottante » soit devenue un terme générique, une mosaïque hétéroclite d’expressions, pas toujours équivalentes, s’est progressivement constituée, finissant par forger d’autres catégories migratoires.

Catégories politico-médiatiques : usages par « le haut » et enjeux de hiérarchisation

  • 11 Les sanwu, urbains dépourvus de travail, de revenus et de soutien familial, désignaient à l’époque (...)
  • 12 Il s’agit des campagnes « frapper fort » (yanda yundong 嚴打運動) de lutte contre la criminalité visant (...)

16Mise à part l’appellation de « population flottante », le terme utilisé de manière prédominante par les médias chinois durant les années 1980-1990 pour désigner les migrants ruraux est mangliu (盲流), ou flux aveugle (Jacka 2000 ; Florence 2006 ; Lee 2007). Cette expression issue de l’époque maoïste a été employée par le Parti pour la première fois en 1952 et a depuis été utilisée dans les documents officiels pour désigner les flux de paysans qui se « déversaient en ville aveuglément ou de manière irréfléchie » (Cui 2006 ; He 2009). Chargée d’une connotation péjorative, l’expression mangliu témoigne de la volonté de la Chine maoïste de limiter tout mouvement spontané de la population susceptible d’entacher son projet de modernisation rationnelle et planifiée. Au fil des années 1980, cette terminologie répandue dans la presse gagne également la sphère académique chinoise qui, pour partie, en décrie fortement l’emploi, démontrant qu’au contraire ces migrations n’étaient pas irrationnelles mais stimulées par des besoins économiques (Zhao 1995) et rationnellement organisées par des réseaux d’interconnaissance (guanxi 關係). Dans ce contexte, le sociologue Zhang Yulin introduit l’expression nongmingong, ou ouvrier-paysan – déjà employée dans sa forme abrégée de mingong sous le régime maoïste (Fei et al. 1950 ; Diao 2019) – pour désigner la main d’œuvre rurale qui, une fois en ville, se consacre aux travaux non agricoles (Zhang 1984). Avant que ce terme ne soit officiellement intégré dans le vocabulaire administratif au début des années 1990, d’autres formules circulent dans la presse comme mingongchao (民工潮), vagues d’ouvriers-paysans, ou mingong langchao (民工浪潮), marées d’ouvriers-paysans (Florence 2006, 2008 ; Lee 2007). L’emploi de ces expressions renvoie au caractère irréfrénable des flux migratoires campagnes-villes dont le volume augmente – malgré la volonté du gouvernement de freiner toute migration de longue distance –, déstabilisant l’ordre social et spatial des pôles urbains (Davin 1996). À côté de ces expressions, une autre appellation à connotation péjorative, sanwu renyuan (三無人員) ou les « trois sans », émerge dans les discours officiels en lien avec le contexte d’instabilité économique (inflation galopante) et sociale (les événements de Tiananmen) au tournant des années 1980 et 1990 (Biao et Shen 2005 ; Froissart 2013). Le fil directeur unissant ces expressions est le rétablissement de l’ordre et le renvoi chez eux de tous les individus illicitement présents en ville. La catégorie des sanwu est parfaite à cet égard : empruntée au vocabulaire maoïste11, cette catégorie fourre-tout (Florence 2008) fait référence aux individus dépourvus des trois documents attestant la régularité de leur présence en ville (la carte d’identité, le permis de séjour temporaire et le permis de travail) (Pils 2007). Si la formule des sanwu continue d’être utilisée par les autorités des grands centres urbains comme cible des campagnes policières de nettoyage12, dans la même période l’expression nongmingong s’impose dans le vocabulaire administratif comme une catégorie migrante légalement admise en ville. En effet, après la tournée dans le sud de Deng Xiaoping en 1992, qui réaffirme la voie des réformes économiques, les migrations internes ne sont plus un synonyme de désordre (luan 亂), mais représentent, une fois canalisées et contrôlées, une ressource pour la croissance urbaine. Afin de légitimer une mobilité ordonnée (youxu liudong 有序流動), le CAE recoure à l’expression « ouvriers-paysans sous contrat » (nongmin hetong gongren 農民合同工人) – par la suite simplifiée en nongmingong – pour désigner les ruraux recrutés sous contrat en tant qu’ouvriers en ville pour plus d’un an (CAE 1991a). Néanmoins, l’ambiguïté des politiques publiques vis-à-vis des migrants internes contribue à transférer au terme nongmingong le stigmate rattaché aux flux aveugles et aux sanwu, finissant également par affecter le sens originel de l’expression « population flottante » (Mallee 2000 ; Florence 2006).

  • 13 Entretiens, mars 2017, mai 2018, Zhuhai.

17Ce vocabulaire est encore plus stratifié dans le delta de la rivière des Perles, et notamment dans les ZES où la population migrante dépasse la population permanente. L’analyse de Florence (2008) portant sur des articles de presse à Shenzhen souligne la distinction entre la catégorie illégale des sanwu, désignant les mendiants et les vendeurs ambulants, la catégorie intermédiaire des mingong, à la recherche d’un travail dans la ZES, et les dagongzhe (打工者), les migrants ayant un travail régulier. Cette dernière expression, toujours employée par les migrants travaillant dans le secteur informel pour s’auto-définir et se différencier des « ouvriers sous-contrat » (hetonggong 合同工)13, et que je traduis avec l’expression « travailleurs à la tâche », est devenue synonyme d’ouvrier. Le mot dagong se compose de deux caractères : da (打) associé à plusieurs significations dont celle de construire qui renvoie aux travaux manuels, ou celle de frapper qui évoque la pénibilité de ces types de métiers ; et gong (工), qui désigne tout type de travail ouvrier. L’émergence du terme dagong dans le vocabulaire politico-médiatique des ZES, symbole par excellence de la nouvelle économie socialiste de marché (Crane 1994), n’est pas fortuite. Selon Pun, dagong, littéralement « vendre son propre travail » (Lee 1998 ; Pun 1999, 2016) serait l’antithèse du terme gongren (工人) désignant les ouvriers des entreprises d’État de l’époque maoïste qui jouissaient d’un emploi stable et d’un statut privilégié. Les variantes genrées dagongmei (打工妹) et dagongzai (打工仔), respectivement petites sœurs et garçons travaillant à la tâche, marquent l’introduction des catégories de genre dans le monde industriel chinois, témoignant ainsi du dépassement du socialisme maoïste qui insistait sur le concept de classe plutôt que sur la distinction de genre (Pun 1999). Ces travailleurs sont appelés à être les ouvriers d’un nouveau régime de production industrielle essentiel à la construction d’un monde urbain moderne. Participer à cette construction serait pour les xiangxiamei/zai (鄉下妹/仔), les jeunes villageois(e)s ignorant(e)s, l’occasion de devenir des ouvriers urbains modernes, à condition de travailler dur et de s’engager dans un processus d’amélioration personnelle. Les discours officiels ne mettent plus l’accent sur la force des masses, mais sur les compétences individuelles de chacun en réclamant d’eux une implication sans faille dans le projet de développement économique, alimentant ainsi les espoirs individuels d’ascension sociale.

  • 14 L’affaire Sun Zhigang en est un exemple emblématique (Pils 2007 ; Froissart 2013).

18L’attitude de l’État chinois envers les migrations internes a constamment été influencée par les fluctuations politico-économiques du pays. Toutefois, si avant les années 2000 l’attitude à l’égard des migrants était globalement antagoniste, l’arrivée au pouvoir de l’administration Hu-Wen en 2003 et l’introduction d’une nouvelle rhétorique centrée sur les individus (yirenweiben 以人為本) et conciliante envers les besoins des « populations vulnérables » (ruoshi qunti 弱勢群體) change la donne. En 2003, le Document n°1 place la question des migrants en tête des priorités nationales. Il s’agit dorénavant de pourvoir aux besoins des waidiren (外地人) ou wailairen (外來人), respectivement personnes de l’extérieur ou venues d’ailleurs, et de défendre leurs droits. Ces termes dérivés de l’expression plus bureaucratique de « population venue d’ailleurs » (wailai renkou 外來人口), employée dès les années 1990 pour différencier administrativement la population sans hukou local des « résidents locaux » (bendi jumin 本地居民), se chargent dans ce nouveau contexte d’implications plus accommodantes. La recherche et les médias jouent un rôle décisif dans l’actuation de ce changement de paradigme (Sun 2014). Comme Shen et Biao (2005) l’expliquent, une relation triangulaire s’installe dès les années 2000 entre chercheurs, médias et décideurs politiques. La publication d’articles dénonçant les traitements abusifs subis par les ouvriers-paysans14 fait ainsi surgir la question des inégalités (en matière d’accès aux services publics) entre urbains et ruraux et déclenche une vague d’actions pour la défense des droits collectifs des migrants. Dans ce contexte, une nouvelle terminologie plus positive à l’égard des migrants internes émerge dans les sphères politico-médiatique et académique. La presse célèbre les initiatives locales encouragées par l’État-parti et menées par les communautés de quartier et les organisations de soutien aux migrants, sous le nom de « mouvement pour les nouveaux citadins » (xinshimin yundong 新市民運動) (Xu et Sun 2011). Il s’agit de créer des écoles, d’organiser des formations professionnelles, d’instituer des centres d’assistance juridique et d’aide à la recherche d’emploi afin d’améliorer la « qualité » (suzhi 素質) des ruraux travaillant en ville et de les transformer en nouveaux citadins. Les chercheurs discernent le processus de « dépaysannisation », qui transformerait les paysans en travailleurs migrants, et le processus de « civilisation », qui convertirait les migrants en « nouveaux citadins » (Liu 2006 ; Shen et Li 2009 ; Wen 2009). En 2006, les autorités de Xi’an et Qingdao sont les premières à remplacer dans toute règlementation locale les termes waidiren et dagong par l’expression xinshimin. Les ouvriers-paysans ne doivent plus être traités comme des gens de passage (guoke 過客) en ville mais y être intégrés en tant que nouveaux citadins. Autrement dit, il est temps de mettre fin aux catégories d’origine maoïste opposant urbains et ruraux. En ce sens, les organisations de défense des droits des migrants envisagent de mettre fin à la distinction entre « classe ouvrière urbaine » (zhigong 職工) et dagong, proposant le terme plus neutre de « travailleur » (laodongzhe 勞動者) (Froissart 2011).

  • 15 Selon Liu (2013), le revenu moyen mensuel des nouveaux migrants urbains est supérieur à celui des u (...)

19Le discours officiel promouvant les nouveaux citadins se clarifie progressivement, et révèle que l’intégration urbaine des migrants s’inscrit dans une stratégie combinant urbanisation, croissance économique et contrôle social. À la suite de la crise financière de 2008, la grammaire des catégories migratoires se recomplexifie. Le changement d’orientation économique s’appuyant sur la demande intérieure, notamment à travers l’accroissement de la classe moyenne, l’entrée des migrants internes dans celle-ci devient un enjeu important pour consolider le nouveau modèle de croissance15. Le lancement du Plan d’urbanisation 2014-2020 injecte ainsi de nouvelles expressions dans les discours politico-médiatiques et académiques, parmi lesquelles deux ont fortement marqué le panorama des migrations internes : celle de « talent » (rencai 人才), déjà utilisée dans les discours officiels depuis le lancement des réformes, mais pas en référence aux migrants internes ; et celle de « nouveaux migrants urbains » (chengshi xinyimin 城市新移民) apparue dans les années 2000 dans le domaine académique (Zhang et Lei 2008 ; Lian 2013 ; Zhou et Yang 2014) et politique, et qui fait écho à l’expression nouveaux citadins.

  • 16 L’équipe du sociologue Lian Si interprète différemment l’expression chengshi xinyimin. Le terme vil (...)
  • 17 Xiao Yuanyuan 肖媛媛, « 八位律師學者致信國務院建議改變農民工稱謂 » (Bawei lüshi xuezhe zhixin guowuyuan jianyi gaibian non (...)

20L’émergence de cette terminologie vise à insister sur l’image renouvelée de la population flottante qui ne peut plus être synonyme de nongmingong. La nouvelle génération de migrants ne ressemble guère à celle de ses parents : elle est plus jeune, plus éduquée, complètement détachée des professions agricoles et surtout désireuse d’intégrer l’écosystème urbain, et plus seulement d’y séjourner temporairement. Le terme chengshi xinyimin met l’accent non plus sur l’origine rurale (nongmin) des ouvriers, mais sur leur transformation et aptitudes urbaines (chengshi), sur leur nouvelle (xin) image de jeunes qualifiés ainsi que sur leur diversité socioprofessionnelle16. En 2012, huit avocats et chercheurs envoient une proposition d’initiative citoyenne au CAE appelant à la suppression de l’appellation d’ouvriers-paysans, jugée discriminatoire, de toute règlementation administrative17. Les secrétaires de Parti de plusieurs provinces – Henan, Guangdong et Zhejiang – rejoignent l’appel, souhaitant qu’à cette suppression suivent des mesures promouvant une réelle intégration des migrants dans les villes d’accueil.

21Bien que la volonté de remplacer le mot d’« ouvriers-paysans » par celui de « nouveaux migrants urbains » semble positive, la création d’une nouvelle catégorie se préconisant plus instruite, qualifiée, donc apte à trouver un travail et un domicile stable, n’a pas fait disparaître les ouvriers-migrants sans contrat. Toutefois, insister sur la faculté des migrants à s’intégrer dans une nouvelle population urbaine « civilisée » (wenming 文明) s’avère pour l’État un moyen efficace d’asseoir sa légitimité envers eux. Le glissement du paradigme de l’exclusion à celui de l’inclusion lui permet ainsi de montrer sa volonté de construire une « société harmonieuse » à travers un modèle de « gouvernance centrée sur le peuple » (weimin zhizheng 為民執政). Concrètement, la rhétorique autour des « nouveaux citadins », puis des « nouveaux migrants urbains » et les mesures qui en découlent, signent le passage vers une nouvelle structure de la catégorie des migrants internes, non plus homogène et indifféremment dangereuse, mais fragmentée et partiellement utile au développement urbain. Si durant les deux premières décennies des réformes, tout document politique, médiatique et académique oppose la masse d’ouvriers-paysans aux urbains, depuis les années 2000 une nouvelle hiérarchie urbaine des migrants de l’intérieur se constitue, établissant des oppositions parmi les migrants eux-mêmes. Afin d’encourager le développement d’une industrie technologiquement innovante, les gouvernements municipaux élaborent des politiques publiques et sociales ainsi que des programmes spécifiques s’adressant au « personnel haut de gamme » (gaoduan renshi 高端人士). Il s’agit de garantir l’intégration urbaine via la promotion d’un nouveau mode de production, l’un des principaux objectifs de la récente phase d’urbanisation se voulant « qualitative » (zhiliang 質量) et axée sur les individus et les questions sociales, et pour qui les talents et les nouveaux migrants urbains sont une ressource importante (Aveline-Dubach 2020).

Les catégories migratoires de l’habitat social à l’ère du nouveau plan d’urbanisation

  • 18 Adopté par plusieurs municipalités (Pékin en 2018) et provinces (Guangdong en 2011) chinoises, le s (...)

22Depuis le lancement des réformes économiques, le processus de construction urbaine a contribué à la mise en compétition des villes et à la transformation des gouvernements locaux en entités entrepreneuriales chargées d’accumuler tout type de ressources nécessaires au progrès urbain. Si au cours des années 1980 les capitaux étrangers sont privilégiés, les autorités locales réalisent rapidement que les ressources internes – économiques, foncières et sociales – sont tout aussi primordiales. Au milieu des années 1990, afin de stimuler la croissance, les autorités des mégapoles chinoises déploient des stratégies pour attirer les catégories de migrants internes les plus utiles au développement urbain. À partir de 1992, ces villes voient l’introduction du « hukou tampon bleu » (lanyin hukou 藍印戶口) (Li et al. 2010) qui permet au personnel hautement qualifié venu d’ailleurs, installé en ville de manière stable, et prêt à investir considérablement dans l’immobilier ou dans l’industrie de pointe, d’obtenir plus aisément le hukou local. La subordination des objectifs sociaux aux objectifs économiques est évidente. Le projet de construction urbaine est pensé comme essentiellement matériel, marchand et technologique, et s’appuie sur la sélection des individus qui doivent contribuer à l’édifier tout en consommant ses biens et services. D’une portée décisive, ce processus de sélection repose sur des instruments toujours plus performants – le système du hukou à points (jifen ruhu 積分入戶)18 en est une excellente illustration. Par ailleurs, l’accès aux bénéfices sociaux, désormais traités comme des biens de consommation essentiels, est stratifié et contribue ainsi à figer des nouvelles catégories. Le cas du logement social (baozhangxing zhufang 保障性住房), devenu depuis la crise de 2007 l’un des principaux outils de stimulation de la demande intérieure, est très parlant à cet égard.

  • 19 Lancé dans les années 1990, il constitue la première typologie de logements sociaux destinés à la v (...)
  • 20 Introduit en 2010, il est destiné au groupe dit « sandwich » (jiaxinceng 夾心層) incluant les ménages (...)

23Jusqu’en 2010, en dépit de leurs difficultés d’accès à un logement abordable en ville, les migrants internes ont été complètement exclus de l’offre de logements sociaux (Huang 2012), qui s’était pourtant améliorée depuis les années 1990, essentiellement pour les détenteurs d’un hukou urbain. À la suite de la publication d’une directive du ministère du Logement et du Développement rural et urbain (2010), certains gouvernements municipaux – Xiamen et Chongqing – acceptent que les migrants ayant un emploi stable et pouvant apporter la preuve de leur participation au développement local sur plusieurs années soient éligibles au logement locatif public. Dès le lancement du nouveau plan d’urbanisation qui accompagne en 2014 la récente stratégie de développement basée sur l’innovation (Lyu et al. 2019), le système de logements abordables s’oriente vers des nouvelles catégories de migrants internes. En analysant les politiques sociales du logement en vigueur à Zhuhai, seules trois catégories de migrants peuvent prétendre à une des typologies de logements garantis : les migrants ayant obtenu le hukou local depuis au moins cinq ans, le « personnel hors site » (yidi wugong renyuan 異地務工人員) et les « talents ». La première catégorie figure dans la politique sur le « logement à prix abordable » (jingji shiyong fang 經濟適用房), une typologie d’accession sociale qui confère un titre de propriété partielle19. Seuls les migrants ayant obtenu le hukou local depuis au moins cinq ans y sont admis, soit la population migrante officielle analysée précédemment. La deuxième catégorie, le personnel hors site, généralement traduit par « ouvriers-migrants », non sans confusion, figure dans la réglementation relative au « logement locatif public » (gonggong zulin fang 公共租賃房)20. Y sont éligibles les ouvriers-migrants sous contrat depuis au moins un an, dépourvus du hukou local mais détenteurs d’un diplôme d’école professionnelle et d’un des certificats d’évaluation des talents qualifiés. Les ouvriers-migrants candidats à ce programme sont donc des techniciens qualifiés et au profil recherché qui contribuent depuis au moins un an au développement économique de Zhuhai. Pour les autres, également contributeurs à la croissance urbaine et détenteurs d’un contrat de travail mais qui ne possèdent pas les qualités d’excellence requises, la seule alternative en dehors du parc locatif privé est l’attribution d’une des rares places dans les dortoirs de l’unité de travail. Enfin, la troisième catégorie bénéficiant de nombreux programmes d’habitat social est celle des talents.

Illustration 1. La première page de la « Notification concernant l’impression et la distribution des “Mesures sur la garantie au logement pour les talents de haut-niveau” à Zhuhai », publiée en 2014 par plusieurs départements municipaux dont le Département de l’organisation du Comité central du PCC, le Bureau des finances, le Département des ressources humaines et de la sécurité sociale, ainsi que le Bureau du logement, de la construction et de la planification urbaine et rurale. Crédit : auteure.

Illustration 2. Images du premier complexe résidentiel de 2 311 logements locatifs sociaux pour les talents, inauguré à Zhuhai en septembre 2016. Crédit : auteure.

  • 21 Entretien, 7 mars 2018.
  • 22 Entretien, 22 mars 2018.

24Le terme « talent », d’origine confucéenne, est apparu dans la presse officielle des années 1980-1990 pour désigner les jeunes diplômés dont l’expertise était reconnue comme une ressource nécessaire à la construction d’une nation moderne. Toutefois, seuls les urbains ayant accès aux études supérieures étaient alors susceptibles de devenir des talents (Bakken 2000 ; Hoffman 2001). Durant les années 2000, ce terme réapparaît dans la sphère politique pour désigner le personnel contractuel hautement qualifié, arrivé en ville sans changer leur hukou d’origine, cotisant au régime local de sécurité sociale et affichant des parcours académiques et professionnels sans faille. Comme expliqué par M. Lin, responsable du Centre pour la garantie du logement de Zhuhai, cette catégorie rassemble « les techniciens qualifiés, les cadres supérieurs d’entreprise, et tous ceux qui détiennent au moins un titre professionnel de niveau intermédiaire, tels que les maîtres de conférences. Pour eux, les restrictions liées au hukou local et au revenu ne sont pas appliquées21 ». Dans les documents et discours officiels, afin de souligner le degré d’excellence recherché, le mot « talents » est souvent accompagné d’expressions encomiastiques comme talents « exceptionnels » (youxiu 優秀), talents « de haut niveau » (gaocengci 高層次), ou encore talents « haut de gamme » (gaoduan 高端) (illustration 1). Comme résumé par M. Zheng (du Département de l’habitat social à Zhuhai) : « on est en train de parler de la quintessence (jingying 精英) des talents22 ». Tous les migrants talentueux peuvent bénéficier d’allocations de logement, participer aux programmes de logements locatifs publics, dont le très ciblé « logement dédié au personnel qualifié » (rencai fang 人才房) (illustration 2). Depuis 2015, ils sont aussi la cible de projets pilotes tels que le « logement à propriété partagée » (gongyou chanquan fang 共有產權房) ou le « logement locatif à long terme » (changzu gongyu 長租公寓).

Illustration 3. Un groupe de « travailleurs de l’ombre » à Zhuhai en octobre 2017. Crédit : auteure.

Illustration 4. Au lendemain de la démolition d’un village périurbain situé entre les quatrième et cinquième périphériques de Pékin, juin 2019. Crédit : auteure.

  • 23 Sun (2014) rappelle que les migrants ruraux sont souvent désignés comme membres de la communauté di (...)
  • 24 L’expression dazayuan désigne la déformation des maisons pékinoises traditionnelles à cour carrée ( (...)
  • 25 Dans le parc locatif privé des villages urbains à Pékin, les appartements représentent une alternat (...)

25Pour décrocher l’appellation de « nouveau migrant urbain » et bénéficier des droits réservés aux détenteurs d’un hukou local, en haut de la nouvelle échelle sociale des migrants internes en milieu urbain (Figure 2), il faut donc prouver sa qualité de talent ou d’ouvrier-migrant qualifié. Ceux qui ne le sont pas continuent de se situer tout en bas de l’échelle. Il s’agit des « travailleurs de l’ombre » (youling gongren 幽靈工人) (Wu 2017), le plus souvent d’origine rurale, séjournant en ville sans s’être enregistrés et travaillant dans l’industrie informelle aussi nommée industrie « bas de gamme » (diduan chanye 低端產業), ce qui leur a récemment valu la nouvelle appellation ostensiblement discriminatoire de « population bas de gamme » (diduan renkou 低端人口)23 (illustration 3). Sans faire explicitement référence à la population migrante, cette expression, employée à la suite d’un incendie ayant éclaté en 2017 dans un immeuble de la banlieue pékinoise où logeaient des migrants modestes, rappelle la catégorie des sanwu. D’après les planificateurs urbains de Pékin (Gouvernement municipal de Pékin 2017), la « population bas de gamme » désigne les locataires expulsés de logements illégaux tels que les « grandes cours partagées » (dazayuan 大雜院)24 et les « appartements » (gongyu 公寓)25, principalement situés dans des villages urbains ou périurbains qui, pour des raisons de « sécurité », font l’objet de campagnes de destruction (illustration 4). Connotée négativement, l’appellation diduan renkou catégorise les migrants comme étant des habitants indésirables des mégapoles du pays, devenant l’objet de politiques d’exclusion sous couvert de requalifications urbaines.

Figure 2. Nouvelle échelle sociale des migrants internes en milieu urbain en RPC

Figure 2. Nouvelle échelle sociale des migrants internes en milieu urbain en RPC

Source : auteure.

  • 26 Depuis la publication du Plan d’urbanisation 2014-2020, les médias soulignent l’objectif de porter (...)

26Le processus de stratification des migrants internes s’opère sur le modèle d’une urbanisation spatialement hiérarchisée qui, pour ajuster les disparités territoriales en termes démographiques et de développement, cherche à orienter les flux migratoires vers les villes de petite et moyenne taille, les réduisant drastiquement dans les mégapoles (plus de dix millions d’habitants) et dans les grandes villes (entre cinq et dix millions). Bien que ce mode d’urbanisation soit promu en raison de son caractère inclusif26, sa mise en œuvre s’opère par des mécanismes d’inclusion et d’exclusion en fonction du poids démographique de la ville, de ses aspirations économiques et des attributs des migrants. Cette manière d’administrer les migrants en les différenciant révèle une double hiérarchisation des spatialités : au niveau interurbain, où les villes sont mises en compétition entre elles pour accroître leurs performances et leur rayonnement ; et au niveau intra-urbain, où les arrondissements rivalisent d’attractivité. Dans les deux cas, la place occupée par une ville ou un arrondissement dans ces hiérarchisations des espaces dépend de ses ressources économiques ainsi que de ses capacités à développer une offre de services qui le rendra plus ou moins compétitifs et attractifs aux yeux des talents. Dans les deux cas le résultat est une fragmentation socio-spatiale des espaces urbains, qui transforme les disparités territoriales sans nécessairement les ajuster.

27Dès leur apparition, les catégories migratoires internes en Chine sont, à l’instar des catégories internationales, sans cesse redéfinies en fonction des évolutions politiques, économiques et urbaines, et surtout en fonction de l’aspect que l’on veut donner aux acteurs de la mobilité interne « par le haut » afin qu’ils soient à la hauteur de la nouvelle image des villes-monde technologiquement avancées (Cartier 2002). Non seulement ces catégories fortement enracinées dans la sphère politico-médiatique modulent et sont modulées par les catégories analytiques, mais leur genèse produit une hiérarchisation qui les rend visibles ou faussement invisibles dans l’action publique.

Conclusion : les logiques « transnationales » de la catégorisation

28Cet article a dévoilé la grammaire complexe des catégories migratoires internes en RPC, en dressant un cadre de leurs usages, enjeux et chevauchements dans différents contextes et à différents niveaux.

29La logique de classification démographique, devenue un enjeu du pouvoir public dès les années 1980, prétend comptabiliser la population flottante pour mieux la contrôler à travers l’élaboration de catégories de la mobilité spatiale. Toutefois, le recours à des définitions inégales qui évoluent dans le temps et sont susceptibles d’être confondues et utilisées de façon erronée ne facilite pas la tâche. À ces contraintes s’ajoute le fait qu’une portion de migrants n’estiment pas nécessaire de s’enregistrer auprès des autorités de la ville d’accueil, demeurant invisibles aux yeux des autorités.

30En dévoilant la malléabilité de ces catégories, cet article a souligné la manière dont les processus de construction et l’usage politico-médiatique et académique des catégories migratoires s’influencent mutuellement, engendrant une hiérarchie qui affecte l’imaginaire social et renforce les critères d’inclusion et d’exclusion urbaines des migrants. Les catégories de la mobilité spatiale ne correspondent pas aux catégories de l’intégration urbaine. Cela a non seulement des effets administratifs (assignation ou déni d’un statut), matériels (octroi ou négation de droits et services sociaux) et spatiaux (relégation spatiale en milieu urbain), mais aussi symboliques et identitaires (rendre visibles ou invisibles certains groupes de migrants).

31Cette stratification suggère une grammaire formalisée des migrations de l’intérieur en Chine, faisant écho aux technologies « biopolitiques » (Foucault 2001) et de « lisibilité » (Scott 1998) déployées par les États afin de classer, ordonner et administrer les populations. Cette stratification qui se manifeste en un lexique fragmenté se concrétise par des traitements différenciés dans la sphère de l’action publique et territoriale. Cela recoupe les logiques en cours ailleurs, dans des contextes de migrations internationales où les sociétés d’accueil mobilisent des mécanismes de labélisation et de hiérarchisation des migrants. « La manière de constituer la migration en objet de l’action publique » (Frigoli 2010), que ce soit en Chine dans le contexte de migrations internes, ou ailleurs dans le contexte de migrations internationales, se soumet à des logiques que l’on pourrait qualifier de « transnationales » dans le sens où elles peuvent être interrogées et analysées de la même manière car elles sont imbriquées dans des relations de pouvoir comparables. Toutefois, questionner similairement les migrations internes et internationales appelle à une grande vigilance quant aux contextes historiques, politiques et économiques dans lesquels elles s’inscrivent, et qui sont susceptibles de produire des effets dissemblables sur les acteurs impliqués.

32En France, et plus généralement en Europe, la période des années 1960-1980 – durant laquelle les mécanismes institutionnels d’inclusion et d’exclusion des immigrés se façonnaient sur une « logique économique » de croissance – a cédé la place à partir des années 1980-1990 à une gestion des migrations perpétrée selon une « logique de l’ordre public » (Streiff-Fénart 2013). La stagnation économique intervenue dès les crises pétrolières des années 1970 et accentuée par la crise financière de 2008, la précarisation du travail ainsi que la tendance des États à s’affranchir du rôle de pourvoyeur de services ont contribué à faire glisser la « question » migratoire vers une véritable « crise » migratoire. Les immigrés, constituant auparavant une ressource pour la croissance, sont devenus, aux yeux de la société, une menace pour la sécurité et le développement des États-nations.

33En Chine, on assiste à une logique partiellement inverse : on est passé de la menace des flux aveugles, dangereux pour l’ordre public des villes, à une reconfiguration des migrants internes qui voit les plus performants d’entre eux sélectionnés et récompensés afin de servir un projet de modernisation urbaine essentiellement économique. Depuis les années 1980, la logique économique a gardé une position centrale, tout en s’articulant autour d’une logique du contrôle et de l’ordre public, s’affinant et s’adaptant à des modes de développement différents. Cela a contribué à redéfinir le rôle des migrants internes par le biais d’une échelle – en haut de laquelle se placent les nouveaux migrants urbains et les talents – que tous les acteurs de la mobilité interne, y compris les plus modestes, sont disposés à grimper quoi qu’il advienne. Les mécanismes de compétitivité engendrés par cette hiérarchisation migratoire soutiennent le développement urbain du pays, tout en promouvant le fantasme d’une société civilisée.

Haut de page

Bibliographie

ASAL, Houda. 2010. « Discours et stratégies identitaires face aux catégorisations étatiques : la minorité arabe au Canada, fin XIXe siècle – années 1960 ». Migrations Société 128 (2) : 145-58.

AUBERT, Claude, et Xiande LI. 2002. « Sous-emploi agricole et migrations rurales en Chine, faits et chiffres ». Perspectives chinoises 70 : 49-61.

AUDIN, Judith. 2013. « Vie quotidienne et pouvoir dans trois quartiers de Pékin. Une microsociologie politique comparée des modes de gouvernement urbain au début du 21e siècle ». Thèse de doctorat. Paris : Sciences Po.

AVELINE-DUBACH, Natacha. 2020. « China’s Housing Booms: A Challenge to Bubble Theory ». In Denise PUMAIN (éd.), Theories and Models of Urbanization, Lecture Notes in Morphogenesis. Cham : Springer. 183-208.

BAKEWELL, Oliver. 2008. « Research Beyond the Categories: The Importance of Policy Irrelevant Research into Forced Migration ». Journal of Refugee Studies 21 (4) : 432-53.

BAKKEN, Børge. 2000. The Exemplary Society: Human Improvement, Social Control, and the Dangers of Modernity in China. Oxford : Oxford University Press.

BIAO, Xiang, et Tan SHEN. 2005. « Does Migration Research Matter in China? A Review of its Relationship to Policy since the 1980s – United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization ». Social and Human Sciences 7 (1) : 11-32.

BOURDIEU, Pierre. 1993. « Esprits d’État : genèse et structure du champ bureaucratique ». Actes de la recherche en sciences sociales 96 (1) : 49-62.

Bureau national des statistiques de Chine (BNSC) 中國國家統計局. 2019. « National Economic Performance Maintained within an Appropriate Range in 2018 with Main Development Goals Achieved », NBSC, 21 janvier 2019. http://www.stats.gov.cn/english/PressRelease/201901/t20190121_1645832.html (consulté le 22 janvier 2021).

CARTIER, Carolyn. 2002. « Transnational Urbanism in the Reform-era Chinese City: Landscapes from Shenzhen ». Urban Studies 39 (9) : 1513-32.

CHAN, Kam Wing. 2013. « China: Internal Migration ». In Immanuel NESS (éd.), The Encyclopedia of Global Human Migration. Oxford : Blackwell Publishing Ltd.

CHAN, Kam Wing, et Li ZHANG. 1999. « The Hukou System and Rural-urban Migration in China: Processes and Changes ». The China Quarterly 160 : 818-55.

Conseil des affaires d’État (CAE) 國務院. 1991a. « 87 號 : 全民所有製招用農民合同製工人的規定 » (87 hao : quanmin suoyouzhi zhaoyong nongmin hetongzhi gongren de guiding, Document n°87 : règles pour les entreprises propriétés du peuple qui emploient des paysans comme ouvriers sous contrat).

——. 1991b. « 30 號 : 關於繼續積極穩妥地進行城鎮住房制度改革的通知 » (30 hao : guanyu jixu jiji wentuo de jinxing chengzhen zhufang zhidu gaige de tongzhi, Document n°30 : notification pour mettre en œuvre la réforme du logement urbain de manière proactive appropriée).

——. 1998. « 23  : 國務院關於進一步深化城鎮住房制度改革加快住房建設的通知 » (23 hao : guowuyuan guanyu jinyibu shenhua chengzhen zhufang zhidu gaige jiakuai zhufang jianshe de tongzhi, Document n°23 : notification pour approfondir davantage la réforme du système de logements urbains et accélérer la construction de logements).

——. 2010. « 87  : 關於加快發展公共租賃住房的指導意見 » (87 hao : guanyu jiakuai fazhan gonggong zulin zhufang de zhidao yijian, Document n°87 : opinions directrices pour accélérer le développement de logements locatifs publics).

CRANE, George T. 1994. « “Special Things in Special Ways”: National Economic Identity and China’s Special Economic Zones ». The Australian Journal of Chinese Affairs 32 : 71-92.

CRAWLEY, Heaven, et Dimitris SKLEPARIS. 2018. « Refugees, Migrants, Neither, Both: Categorical Fetishism and the Politics of Bounding in Europe’s “Migration Crisis” ». Journal of Ethnic and Migration Studies 44 (1) : 48-64.

CUI, Wenhua 崔文. 2006. « 盲流農民工”: 農民進城的艱難歷程 » (Cong « mangliu » dao « nongmingong »: nongmin jincheng de jiannan licheng, De « flux aveugle » à « ouvriers-paysans » : le parcours difficile des paysans entrant en ville), Blog Sina, 8 décembre 2006. http://blog.sina.com.cn/s/blog_4b9dea1d010007fk.html (consulté le 20 janvier 2020).

DAVIN, Delia. 1996. « Affreux, sales et méchants : les migrants dans les médias chinois ». Perspectives chinoises 38 : 6-11.

——.1999. Internal Migration in Contemporary China. Londres : Palgrave Macmillan.

DIAO, Chenglin 刁成林. 2019. « 新中國成立初期成渝鐵路建設與民工動員 » (Xin Zhongguo chengli chuqi Cheng Yu tielu jianshe yu mingong dongyuan, Construction de la ligne du chemin de fer Chengdu-Chongqing et mobilisation des travailleurs migrants au début de la Chine nouvelle). Dangdai Zhongguo shi yanjiu (當代中國史研究) 26 (4) : 76-87.

FEI, Lisheng 裴麗生, WANG Shiying 王世英, et DENG Chumin 初民. 1950. « 山西省人民政府令令發本省一九五○年度秋季民工普修公路計劃由 » (Shanxi sheng renmin zhengfu linglingfa bensheng 1950 niandu qiuji mingong puxiu gonglu jihua you, Ordonnance du gouvernement populaire de la province du Shanxi concernant le plan provincial de réparation des routes employant les ouvriers-paysans à l’automne 1950). Shanxi zheng bao (山西政報) 9 : 58-61.

FENG, Dan 馮丹. 2013. « 轉型三峽中的新移民宣言 » (Zhuanxing « San Xia » zhong de xinyimin xuanyan, Déclaration de la nouvelle génération de migrants urbains lors de la transformation des Trois Gorges). In LIAN Si 廉思 (éd.), 青年藍色書, 中國青年發展報告 No. 1, 城市新移民的崛起 (Qingnian lanseshu, Zhongguo qingnian fazhan baogao No. 1, chengshi xinyimin de jueqi, Livre bleu de la jeunesse : rapport n°1 sur le développement de la jeunesse chinoise, l’essor des nouveaux migrants urbains). Pékin : Shehui kexueyuan chubanshe.

FLORENCE, Éric. 2006. « Les débats autour des représentations des migrants ruraux ». Perspectives chinoises 94 : 13-26.

——. 2008. « Struggling Around “Dagong”: Discourses About and by Migrant Workers in the Pearl River Delta ». Thèse de doctorat. Institut des sciences humaines et sociales. Université de Liège. https://orbi.uliege.be/bitstream/2268/109931/1/Thèse%20finale%20réduite.pdf (consulté le 29 avril 2021).

FOUCAULT, Michel. 1994. « Les mailles du pouvoir ». In Michel FOUCAULT, Dits et Écrits IV. Paris : Gallimard. 182-94.

FRIGOLI, Gilles. 2010. « Les usages locaux des catégories de l’action publique face aux situations migratoires ». Migrations Société 128 (2) : 81-93.

FROISSART, Chloé. 2013. La Chine et ses migrants : la conquête d’une citoyenneté. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

——. 2011. « Les “ONG” de défense des droits des travailleurs migrants ». Perspectives chinoises 115 : 20-8.

GOODKIND, Daniel, et Loraine A. WEST. 2002. « China’s Floating Population: Definitions, Data and Recent Findings ». Urban Studies 39 (12) : 2237-50.

Gouvernement municipal de Pékin, Comité pour la réforme et le développement du quartier de Shijingshan 北京市石景山區發展和改革委員會. 2017. « 北京市石景山區2016年國民經濟和社會發展計劃執行情況與2017年國民經濟和社會發展計劃草案的報告 » (Beijing shi Shijingshan qu 2016 nian guomin jingji he shehui fazhan jihua zhixing qingkuang yu 2017 nian guomin jingji he shehui fazhan jihua cao’an de baogao, Rapport sur la mise en œuvre du Plan sur le développement social et l’économie nationale de 2016 et du Plan provisoire de 2017 sur le développement social et l’économie nationale dans le quartier de Shijingshan à Pékin).

HE, Aiguo 何愛. 2009. « 中國農民工問題研究述論 » (Zhongguo nongmingong wenti yanjiu shulun, Un bilan des débats autour de la recherche sur les ouvriers-migrants chinois), Renmin wang lilun (人民網理論), 11 février 2009. http://theory.people.com.cn/GB/9837659.html (consulté le 27 février 2020).

HOFFMAN, Lisa Marie. 2001. « Guiding College Graduates to Work: Social Constructions of Labor Markets in Dalian ». In Nancy CHEN, Constance CLARK, Suzanne GOTTSCHANG, et Lyn JEFFERY (éds), China Urban: Ethnographies of Contemporary Culture. Durham : Duke University Press. 43-66.

HUANG, Youqin. 2012. « Low-income Housing in Chinese Cities: Policies and Practices ». The China Quarterly 212 : 941-64.

JACKA, Tamara. 2000. « My Life as a Migrant Worker: Women in Rural-urban Migration in Contemporary China ». In Arianne GAETANO, et Tamara JACKA (éds.), Intersections: On the Move: Women in Rural-urban Migration in Contemporary China. New York : Columbia University Press.

KÉVONIAN, Dzovinar. 2005. « Enjeux de catégorisations et migrations internationales : le Bureau international du travail et les réfugiés (1925-1929) ». Revue européenne des migrations internationales 21 (3) : 95-124.

KING, Russell, et Ronald SKELDON. 2010. « “Mind the Gap!” Integrating Approaches to Internal and International Migration ». Journal of Ethnic and Migration Studies 36 (10) : 1619-46.

LABRIDY, Lorène. 2008. « Catégorisation, “ditopie” et urbanité : comment le locuteur fragmente sa ville ». Cahiers de sociolinguistique 13 (1) : 119-31.

LEE, Ching Kwan. 1998. Gender and the South China Miracle : Two Worlds of Factory Women. Berkeley : University of California Press.

——.2007. Against the Law: Labour Protests in Chinaʼs Rustbelt and Sunbelt. Berkeley : University of California Press.

LEE, Everett S. 1966. « A Theory of Migration ». Demography 3 (1) : 47-57.

LI, Limei, Si-ming LI et Yingfang CHEN. 2010. « Better City, Better Life, but for Whom?: The Hukou and Resident Card System and the Consequential Citizenship Stratification in Shanghai ». City, Culture and Society 1 (3) : 145-54.

LIAN, Si 廉思 (éd.). 2013. 青年藍色書, 中國青年發展報告 No. 1, 城市新移民的崛起 (Qingnian lanseshu, Zhongguo qingnian fazhan baogao No. 1, chengshi xinyimin de jueqi, Livre bleu de la jeunesse : rapport n°1 sur le développement de la jeunesse chinoise, l’essor des nouveaux migrants urbains). Pékin : Shehui kexueyuan chubanshe.

LIN, George. 2002. « The Growth and Structural Change of Chinese Cities: A Contextual and Geographic Analysis ». Cities 19 (5) : 299-316.

LIU, Chuanjiang 劉傳江. 2006. « 中國農民工市民化研究 » (Zhongguo nongmingong shiminhua yanjiu, Étude de la citoyennisation des ouvriers-migrants chinois). Lilun yuekan (理論月刊) 10 : 5-12.

LIU, Nina 妮娜. 2013. « 掌舵未來中國居民消費的新力量 : 用消費彰顯我們的力量 » (Zhangduo weilai Zhongguo jumin xiaofei de xin liliang : yong xiaofei zhangxian women de liliang, La nouvelle force pour pousser la consommation des citoyens chinois : révéler notre pouvoir par la consommation). In LIAN Si 廉思 (éd.), 青年藍色書, 中國青年發展報告 No. 1, 城市新移民的崛起 (Qingnian lanseshu, Zhongguo qingnian fazhan baogao No. 1, chengshi xinyimin de jueqi, Livre bleu de la jeunesse : rapport n°1 sur le développement de la jeunesse chinoise, l’essor des nouveaux migrants urbains). Pékin : Shehui kexueyuan chubanshe.

LIU, Ta, et Kam Wing CHAN. 2001. « National Statistics on Internal Migration in China: Comparability Problems ». China Information 15 (2) : 75-113.

LOSAVIO, Cinzia. 2019. « Building Wealth Through a Stratified Inclusion: The Point-based Hukou System in Zhuhai ». In Natacha AVELINE-DUBACH (éd.), Pathways of Sustainable Urban Development Across China – The Cases of Hangzhou, Datong and Zhuhai. Venise : Imago. 108-20.

LYU, Lachang, Feixiang SUN, et Ru HUANG. 2019. « Innovation-Based Urbanization: Evidence from 270 Cities at the Prefecture Level or above in China ». Journal of Geographical Sciences 29 (8) : 1283-99.

MALLEE, Hein. 2000. « Migration, Hukou and Resistance in Reform China ». In Elizabeth J. PERRY, et Mark SELDEN (éds.), Chinese Society: Change, Conflict and Resistance. Londres : Routledge. 140-61.

MARTINIELLO, Marco, et Patrick SIMON. 2006. « Les enjeux de la catégorisation : rapports de domination et luttes autour de la représentation dans les sociétés post-migratoires ». Revue européenne des migrations internationales 21 (2) : 7-18.

MASSEY, Douglas S. 1999. « International Migration at the Dawn of the Twenty-first Century: The Role of the State ». Population and Development Review 25 (2) : 303-22.

Ministère du Logement et du Développement rural et urbain 中華人民共和國住房和城鄉建設部. 2010. « 87 : 關於加快發展公共租賃住房的指導意見 » (87 hao: guanyu jiakuai fazhan gonggong zulin zhufang de zhidao yijian, Document n°87 : opinions directrices pour accélérer le développement de logements locatifs publics).

PILS, Eva. 2007. « Citizens? The Legal and Political Status of Peasants and Peasant Migrant Workers in China ». In LIU Xiangmin 劉向民 (éd.), 制度, 發展與和諧 (Zhidu, fazhan yu hexie, Système, développement et harmonie). Hong Kong : Ming Pao Press. 173-243.

PUN, Ngai. 1999. « Becoming Dagongmei (Working Girls): The Politics of Identity and Difference in Reform China ». The China Journal 42 : 1-18.

——. 2016. Migrant Labor in China. Cambridge : Polity.

SANJUAN, Thierry, et Bruno FAYOLLE-LUSSAC. 2017. « La Chine vue d’en bas, les petites villes enjeux du développement ». L’Espace géographique 46 (4) : 292-310.

SCHARPING, Thomas. 1997. « Studying Migration in Contemporary China: Models and Methods, Issues and Evidence ». In Thomas SCHARPING (éd.), Floating Population and Migration in China: The Impact of Economic Reforms. Hambourg : Mitteilungen Des Instituts Fur Asienkunde. 9-55.

——. 2001. « Hide-and-seek China’s Elusive Population Data ». China Economic Review 12 (4) : 323-32.

SCOTT, James C. 1998. Seeing like a State: How Certain Schemes to Improve the Human Condition Have Failed. New Haven : Yale University Press.

SHEN, Guanbao 沈關寶, et LI Yaofeng 李耀鋒. 2010. « 網絡中的蛻變 : 失地農民的社會網絡與市民化關係探析 » (Wangluo zhong de tuibian : shidi nongmin de shehui wangluo yu shiminhua guanxi tanxi, Métamorphose sur Internet : analyse du lien entre les réseaux sociaux des paysans ayant perdu leurs terres et la citoyennisation). Fudan xuebao (復旦學報) 2 : 90-107.

SKELDON, Ronald. 2017. « Sustainable Cities, Human Mobility and International Migration: A Concise Report ». In United Nations (éd.), Sustainable Cities, Human Mobility and International Migration, a Concise Report. New York : United Nations.

SOLINGER, Dorothy J. 1999. « Citizenship Issues in China’s Internal Migration: Comparisons with Germany and Japan ». Political Science Quarterly 114 (3) : 455-78.

STREIFF-FÉNART, Jocelyne. 2013. « Penser l’étranger : l’assimilation dans les représentations sociales et les théories sociologiques de l’immigration ». Revue européenne des sciences sociales 51 (1) : 65-93.

SU, Yaqin, Petros TESFAZION, et Zhong ZHAO. 2017. « Where Are Migrants From? Inter- vs. Intra-provincial Rural-urban Migration in China ». IZA Discussion Paper Series 11029. http://ftp.iza.org/dp11029.pdf (consulté le 1er février 2021).

SUN, Wanning. 2014. Subaltern China: Rural Migrants, Media, and Cultural Practices. Lanham : Rowman & Littlefield.

TANNER, Murray S. 2005. « Campaign Style Policing in China and Its Critics ». In Børge BAKKEN (éd.), Crime, Punishment, and Policing in China. Lanham : Rowman & Littlefield. 171-88.

TODARO, Michael P. 1976. Internal Migration in Developing Countries: A Review of Theory, Evidence, Methodology and Research Priorities. Genève : Bureau international du travail.

TURTON, David. 2005. « The Meaning of Place in a World of Movement: Lessons from Long-term Field Research in Southern Ethiopia ». Journal of Refugee Studies 18 (3) : 258-80.

WANG, Fei-ling. 2005. Organizing through Division and Exclusion: China’s Hukou System. Stanford : Stanford University Press.

WEN, Jun 文軍. 2009. « 農民的“終結” 與新市民群體的角色“再造” : 以上海郊區農民市民化為例 » (Nongmin de « zhongjie » yu xinshimin qunti de juese « zaizao » : yi Shanghai jiaoqu nongmin shiminhua weili, La « fin » des paysans et la « reconstruction » de nouveaux citoyens : exemple de la citoyennisation des paysans d’un quartier de la banlieue de Shanghai). Shehui kexue yanjiu (社會科學研究) 2 : 118-25.

WIHTOL DE WENDEN, Catherine. 2010. « Le glissement des catégories de migrants ». Migrations Société 128 (2) : 193-5.

——. 2012. « Les dynamiques migratoires dans le monde ». Humanitaire 33 : 68-73.

WU, Jieh-min. 2017. « Migrant Citizenship Regimes in Globalized China: A Historical-institutional Comparison ». Rural China: An International Journal of History and Social Science 14 (1) : 128-54.

XIAO, Zihua 肖子華. 2019. « 人口往哪流動? 除了北上廣深, 還有這些城市外來人口占比超五成 » (Renkou wang na liudong ? Chule Bei Shang Guang Shen, haiyou zhexie chengshi wailai renkou zhan bi chao wucheng, Où déménage-t-on ? Plus de 50 % de la population migrante réside dans d’autres villes que Pékin, Shanghai, Canton et Shenzhen). In XIAO Zihua 肖子華, 2018 版流動人口社會融合藍皮書 (2018 ban liudong renkou shehui ronghe lanpishu, Livre bleu sur l’intégration sociale de la population flottante, 2018 ). Pékin : Tengxun caijing. https://www.pishu.cn/zxzx/mtjj/530060.shtml (consulté le 28 août 2019).

XU, Min 徐敏, et SUN Chunlong 孫春龍. 2011. « 西安新市民運動調查 » (Xi’an xinshimin yundong diaocha, Enquête sur le mouvement des nouveaux citoyens à Xi’an). Xinxibu (新西部) 11 : 8-12.

YANG, Lixiong. 2018. « The Social Assistance Reform in China ». Papier présenté à Addressing Inequalities and Challenges to Social Inclusion through Fiscal, Wage and Social Protection Policies, 25-27 juin 2018. New York : quartier général des Nations unies. https://www.un.org/development/desa/dspd/wp-content/uploads/sites/22/2018/06/The-Social-Assistance-Reform-in-China.pdf (consulté le 28 février 2020).

ZHANG, Wenhong 文宏, et LEI Kaichun 雷開春. 2008. « 城市新移民社會融合的結構, 現狀與影響因素 » (Chengshi xinyimin shehui ronghe de jiegou, xianzhuang yu yingxiang yinsu, L’inclusion sociale des nouveaux migrants urbains : structure interne, situation actuelle et éléments déterminants). Shehuixue yanjiu (社會學研究)5 : 1-25.

ZHANG, Yulin 張雨林. 1984. « 县屬鎮的農民工 : 江蘇省吳江縣的調查 » (Xian shu zhen de nongmingong : Jiangsu sheng Wujiang xian de diaocha, Les ouvriers-migrants des petites villes et bourgs : enquête dans le district de Wujiang, province du Jiangsu). Shehuixue tongxun (社會學通訊) 1 : 12-7.

ZHAO, Shukai 趙樹凱. 1995. « 農民流動與政府管 » (Nongmin liudong yu zhengfu guanli, Mobilité rurale et contrôle gouvernemental). Zhongguo nongcun jingji (國農村經濟) 5 : 33-9.

ZHOU, Daming 周大鳴, et YANG Xiaoliu 楊小柳. 2014. « 從農民工到城市新移民: 一個概念, 一種思路 » (Cong nongmingong dao chengshi xinyimin : yige gainian, yizhong silu, D’ouvriers-migrants à nouveaux migrants urbains : un concept, une approche). The Anthropologist 18 (1) : 53-63.

Haut de page

Notes

1 Elle dépassait les 30 % de la population active agricole au milieu des années 1980 (Davin 1999 ; Aubert et Li 2002).

2 Durant l’époque maoïste, seules les migrations par les canaux officiels étaient jugées légitimes, toute forme spontanée de mobilité spatiale étant, elle, jugée irrationnelle.

3 Ce terme désigne dans l’article le « lieu officiel d’enregistrement du ménage » (hukou suo zaidi 戶口所在地).

4 Selon le BNSC (2019), en 2018 la population séparée du lieu de résidence officiel comptait 286 millions de personnes, tandis que la population flottante en comptait 241 millions.

5 Selon le dernier recensement national de 2010, la population flottante comptait 261 386 075 personnes et la population séparée du ménage 39 959 423 (Lian 2013).

6 En 2018, cette carte a été remplacée par le permis de résidence.

7 Parmi ces localités figurent Pékin et Shanghai qui prétendent limiter la population entrante, et les provinces du Zhejiang et du Guangdong qui, pour affronter la pénurie d’ouvriers, comptent garantir plus d’avantages aux nouveaux migrants recrutés avec ce permis.

8 En 2018, le tiers de la population totale de Zhuhai est composé de migrants.

9 Entretiens, septembre 2017, Canton ; juin, juillet 2018, Zhuhai.

10 Selon le Livre bleu sur l’intégration sociale de la population flottante, la population flottante de Zhuhai en 2017 représentait 61,95 % de la population de résidence habituelle de la ville (Xiao 2019). Cette proportion ne correspond pas à celle extrapolée à partir du tableau du BMS.

11 Les sanwu, urbains dépourvus de travail, de revenus et de soutien familial, désignaient à l’époque maoïste la seule catégorie bénéficiant d’assistance sociale proprement dite (Yang 2018).

12 Il s’agit des campagnes « frapper fort » (yanda yundong 嚴打運動) de lutte contre la criminalité visant à renvoyer les sanwu à leur lieu de résidence officiel après une période de détention (Tanner 2005).

13 Entretiens, mars 2017, mai 2018, Zhuhai.

14 L’affaire Sun Zhigang en est un exemple emblématique (Pils 2007 ; Froissart 2013).

15 Selon Liu (2013), le revenu moyen mensuel des nouveaux migrants urbains est supérieur à celui des urbains de souche, mais leur consommation est inférieure. En améliorant le rapport revenu/consommation, ces migrants deviendraient les principaux consommateurs du pays.

16 L’équipe du sociologue Lian Si interprète différemment l’expression chengshi xinyimin. Le terme ville (chengshi) ferait référence au lieu effectif de vie et de travail des migrants d’au moins 16 ans. Le caractère nouveau (xin) serait synonyme de jeune indiquant les générations nées après 1980. Le terme migrant (yimin) évoquerait la perspective de transfert (yi ) du hukou du lieu de domiciliation officiel au lieu de migration ainsi que, à travers le caractère min (民), leur rôle de citoyens (gongmin 公民) ou leurs droits citoyens (gongmin quanli 公民權利). Suivant cette définition, les nouveaux migrants urbains compteraient entre 147 et 189 millions de personnes. Cette interprétation, notamment du terme yimin, semble particulièrement forcée (Feng 2013).

17 Xiao Yuanyuan 肖媛媛, « 八位律師學者致信國務院建議改變農民工稱謂 » (Bawei lüshi xuezhe zhixin guowuyuan jianyi gaibian nongmingong chengwei, Huit chercheurs et avocats chinois plaident pour l’abolition du terme nongmingong auprès du Conseil des affaires d’État), Zhongguo xinwen wang (中國新聞網), 12 janvier 2012, http://www.chinanews.com/gn/2012/01-12/3598443.shtml (consulté le 20 août 2019).

18 Adopté par plusieurs municipalités (Pékin en 2018) et provinces (Guangdong en 2011) chinoises, le système basé sur l’attribution de points vise à intégrer en ville les catégories les plus qualifiées de migrants internes (Losavio 2019).

19 Lancé dans les années 1990, il constitue la première typologie de logements sociaux destinés à la vente à prix modéré (CAE 1991b, 1998).

20 Introduit en 2010, il est destiné au groupe dit « sandwich » (jiaxinceng 夾心層) incluant les ménages à revenu moyen-inférieur qui ont des difficultés à se loger (CAE 2010).

21 Entretien, 7 mars 2018.

22 Entretien, 22 mars 2018.

23 Sun (2014) rappelle que les migrants ruraux sont souvent désignés comme membres de la communauté diceng (底層), littéralement le bas d’une pile ou l’échelon le plus bas de la société.

24 L’expression dazayuan désigne la déformation des maisons pékinoises traditionnelles à cour carrée (Audin 2013).

25 Dans le parc locatif privé des villages urbains à Pékin, les appartements représentent une alternative plus moderne et spacieuse aux dazayuan et aux maisons sans étage (pingfang 平房), symbolisant un léger surclassement des conditions d’habitat des plus modestes.

26 Depuis la publication du Plan d’urbanisation 2014-2020, les médias soulignent l’objectif de porter à 45 % la part de la population disposant d’un hukou urbain, ce qui implique d’en octroyer à 100 millions de migrants.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les données sur la population de la ville de Zhuhai (Guangdong) en 2018
Légende Source : tableau élaboré et traduit par l’auteure à partir du Bureau municipal des statistiques de la ville de Zhuhai.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/12178/img-1.png
Fichier image/png, 263k
Légende Illustration 1. La première page de la « Notification concernant l’impression et la distribution des “Mesures sur la garantie au logement pour les talents de haut-niveau” à Zhuhai », publiée en 2014 par plusieurs départements municipaux dont le Département de l’organisation du Comité central du PCC, le Bureau des finances, le Département des ressources humaines et de la sécurité sociale, ainsi que le Bureau du logement, de la construction et de la planification urbaine et rurale. Crédit : auteure.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/12178/img-2.png
Fichier image/png, 776k
Légende Illustration 2. Images du premier complexe résidentiel de 2 311 logements locatifs sociaux pour les talents, inauguré à Zhuhai en septembre 2016. Crédit : auteure.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/12178/img-3.png
Fichier image/png, 2,0M
Légende Illustration 3. Un groupe de « travailleurs de l’ombre » à Zhuhai en octobre 2017. Crédit : auteure.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/12178/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 569k
Légende Illustration 4. Au lendemain de la démolition d’un village périurbain situé entre les quatrième et cinquième périphériques de Pékin, juin 2019. Crédit : auteure.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/12178/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Titre Figure 2. Nouvelle échelle sociale des migrants internes en milieu urbain en RPC
Légende Source : auteure.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/12178/img-6.png
Fichier image/png, 399k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cinzia Losavio, « Les migrants de l’intérieur en Chine : processus de catégorisation et enjeux analytiques »Perspectives chinoises, 2021/2 | 2021, 55-66.

Référence électronique

Cinzia Losavio, « Les migrants de l’intérieur en Chine : processus de catégorisation et enjeux analytiques »Perspectives chinoises [En ligne], 2021/2 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/12178

Haut de page

Auteur

Cinzia Losavio

Cinzia Losavio est doctorante contractuelle (LabEx Dynamite) à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, rattachée à l’UMR 8504 Géographie-cités (CRIA), Campus Condorcet, bâtiment de recherche sud, 2e étage, salle 2 115 ; 5, cours des Humanités, 93322 Aubervilliers Cedex, France (cinzia.losavio@etu.univ-paris1.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search