Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2021/2DossierDe paysan à élite : réorganisatio...

Dossier

De paysan à élite : réorganisation de l’agriculture dans la province du Gansu

René Trappel
Traduction de Pierre-Louis Brunet
p. 9-19

Résumé

Cet article contribue, en se basant sur l’évolution dans la province du Gansu, à un corpus de recherche en plein essor portant sur le rôle de l’État-parti dans l’organisation d’une modernité post-paysanne émergeante en Chine rurale. Il analyse tout d’abord comment une préférence politique pour une élite agraire a été introduite dans des mesures récentes et comment elle se traduit dans les pratiques rurales. Il avance que les « nouveaux types de sujets de l’administration agricole », qui constituent le noyau de cette élite, devraient eux-aussi être considérés comme un instrument d’action publique conçu pour promouvoir les évolutions structurelles de l’agriculture chinoise. Cet article se propose d’explorer la capacité des nouvelles élites agraires en tant qu’agents du développement local dans la province du Gansu. Il s’intéresse en particulier à la légitimation de cet instrument et à ses conséquences sur la structure de l’agriculture.

Haut de page

Notes de la rédaction

Manuscrit reçu le 7 octobre 2020. Accepté le 14 avril 2021.

Texte intégral

L’auteur souhaite remercier les deux relecteurs anonymes et le comité de rédaction de Perspectives chinoises pour leurs observations judicieuses et leurs précieux commentaires sur les versions précédentes de cet article.

  • 1 Un mu correspond à 0,0667 hectare soit 667 mètres carrés.
  • 2 Entretien, Dingxi, 7 octobre 2016.

1Après avoir conduit des entretiens auprès de petits exploitants et d’agriculteurs entrepreneurs de la province du Gansu pendant plusieurs semaines, entre septembre et octobre 2016, j’ai rencontré un agriculteur entrepreneur qui produit de la viande de chèvre au sommet d’une montagne au milieu de nulle part. Il s’était installé dans cet endroit reculé parce que celui-ci répondait spécifiquement aux critères d’éligibilité d’un programme qui devait lui permettre d’obtenir des subventions importantes (subventions qui ne s’étaient que peu matérialisées jusqu’alors). La terre sur laquelle se trouvaient ses bâtiments agricoles était classée terre inculte, permettant un investissement bon marché sur le long terme. Il avait loué dix mu1 de terres agricoles supplémentaires aux villageois. Incité par les responsables locaux, il avait également créé une coopérative avec certains habitants du village, malgré ses doutes quant à l’objectif de la démarche. Résumant sa façon d’aborder l’agriculture, il a affirmé à un moment : « l’avenir de l’agriculture est prometteur, à condition de s’aligner sur les objectifs du gouvernement2 ». L’entretien synthétisait, comme nombre de ceux qui l’avaient précédé et suivi, combien les entrepreneurs agricoles chinois d’aujourd’hui sont étroitement liés à l’État-parti et dépendent souvent de son soutien. Mais surtout, il illustrait plus particulièrement le fait que l’agriculture entrepreneuriale ne se limite pas à un objectif des politiques de modernisation rurale. À travers les liens tissés avec l’économie locale grâce aux cessions de terres, l’embauche et la création de coopératives, les entrepreneurs agricoles étaient rapidement devenus l’un des outils principaux de l’État pour parvenir à un changement structurel.

  • 3 Ces dernières années, un grand nombre d’études remarquables sur les dynamiques des transformations (...)

2L’un des débats les plus intéressants sur l’agriculture chinoise porte sur sa structure à venir. Certains chercheurs ont plaidé en faveur de la résilience de l’agriculture paysanne, au sein de laquelle un groupe de paysans distincts continueraient à cultiver des parcelles relativement petites, et dont des pans entiers demeureraient en dehors de toute relation fondée sur le marché (Huang 2011 ; van der Ploeg et Ye 2016). Les données officielles les plus récentes révèlent toutefois une évolution rapide de la structure de l’agriculture en Chine, potentiellement en conflit avec cette approche. Entre les années 2000 et 2019, le taux d’emploi dans le secteur primaire de l’économie (qui inclut l’agriculture) a chuté de 360,43 millions, soit 50 % de la population active, à 194,45 millions, soit 25,1 % (Bureau national des statistiques de Chine 2020b : 106). Au même moment, l’introduction d’entités agricoles commerciales a été rendue possible grâce à l’expansion rapide du marché des droits d’exploitation de la terre. En 2013, 26 % de toutes les terres cultivables avaient été transférées de ménages ruraux à d’autres ménages ou entités agricoles, alors que ce pourcentage s’élevait à 9 % en 2000 et à 17,1 % en 2008 (Yan et Chen 2015 : 374-5). En 2017, ce taux s’élevait déjà à 37 % (China Economic Reform Journal 2019 : 245). Tandis que l’on pouvait s’attendre à ce qu’une différenciation entre les classes et un changement structurel accompagnent l’émergence d’un capitalisme agricole chinois (Zhang 2015), il apparaît clairement que l’environnement politique et économique qui façonne ce processus n’offre pas les mêmes opportunités à tous les acteurs de l’agriculture et qu’il pourrait avoir un impact sur la résilience de l’agriculture paysanne (Andreas et Zhan 2016 : 812). Cet article avance que l’importance du lien entre un État-parti activiste et une nouvelle élite de producteurs agricoles n’a peut-être pas été suffisamment prise en compte dans les études antérieures sur les transformations du secteur agricole en Chine (avec les exceptions notables de Yan et Chen 2015 ; Andreas et Zhan 2016 ; Gong et Zhang 2017) – et ce particulièrement depuis que l’administration Xi a lancé une multitude de nouvelles politiques de développement rural visant à restructurer l’agriculture3.

  • 4 Pour une présentation détaillée de ces politiques, veuillez vous référer à la prochaine partie de c (...)
  • 5 Cet article définit les petites exploitations comme des entités disposant de faibles ressources tec (...)
  • 6 Le Document n°1 de 2018 est explicite : « S’il n’y a pas de modernisation de l’agriculture et des v (...)

3Trois objectifs potentiellement contradictoires pour le développement agricole semblent dominer le programme actuel de l’État-parti4. Premièrement, un groupe d’exploitations agricoles professionnelles, clairement défini par l’État-parti comme les « nouveaux types de sujets de l’administration agricole » (xinxing nongye jingying zhuti 新型農業經營主體), que nous désignerons désormais par « nouveaux sujets agricoles »), devraient remplacer les petits exploitants5 et devenir les principaux producteurs de l’agriculture. Deuxièmement, cette élite agricole est conçue comme un outil pour revitaliser les villages et intégrer les petits exploitants. Dans le langage officiel, cet aspect est souvent qualifié de fonction daidong (帶動, littéralement « emmener ») de l’agriculture moderne (voir également Schneider 2017 : 90) et cette élite est considérée comme essentielle pour augmenter et stabiliser les revenus dans les campagnes. Cependant, ces deux objectifs impliquent que la modernisation passe par la disruption de structures sociales et économiques établies sur le long terme en Chine rurale6. Troisièmement, dans un même temps, les autorités locales devraient en toute circonstance éviter le déplacement forcé et la marginalisation des paysans.

4Dans ce contexte, l’enquête menée ici est double. Tout d’abord, cet article analyse comment la préférence politique pour une élite agricole est apparue dans des politiques publiques récentes et comment elle se traduit dans les pratiques rurales. Ensuite, il explore le rôle des nouvelles élites agricoles en tant que centres de développement au niveau local. Notre objectif de recherche consiste ici à déterminer si, et comment, leur existence peut permettre d’empêcher le déplacement de petits exploitants en Chine rurale. Pour ces tâches analytiques, cet article s’appuie sur l’analyse de la gouvernance et traite les nouveaux sujets agricoles comme un instrument d’action publique. Ici « [un] instrument d’action publique constitue un dispositif à la fois technique et social qui organise des rapports sociaux spécifiques entre la puissance publique et ses destinataires en fonction des représentations et des significations dont il est porteur » (Lascoumes et Le Galès 2007 : 4). Plutôt qu’une perspective fonctionnelle qui traite des questions relatives à une mise en œuvre efficace ou efficiente, l’objet du présent article réside dans l’exploration de la légitimation et des conséquences sociales de la promotion des nouveaux sujets agricoles (voir également Le Galès 2011).

  • 7 L’auteur est grandement redevable au professeur Han Guoming et à Mme Guo Pengpeng de l’Université d (...)
  • 8 Afin de protéger la confidentialité des personnes interrogées, seule la juridiction municipale et l (...)

5Cet article s’appuie sur deux séries d’enquêtes de terrain menées dans la province du Gansu (2016 et 2019), aux cours desquelles près de 70 entretiens ont été conduits auprès de différents groupes d’acteurs de Chine rurale. La province du Gansu a été choisie car c’est une des provinces de l’ouest dans laquelle l’écart entre la vision de l’État et l’actuelle structure de la population rurale est le plus manifeste7. Les entretiens ont eu lieu dans les villes de Lanzhou, Baiyin, Pingliang, Dingxi, Tianshui et Zhangye. Parmi les personnes interrogées, on trouve des producteurs traditionnels gérant de petites exploitations agricoles avec peu d’investissements extérieurs et de coordination, ainsi que leurs remplaçants désignés par le gouvernement, les nouveaux sujets agricoles. Les enquêtés comprenaient également des villageois déplacés afin de comprendre comment leur relocalisation avait affecté leur relation à la petite propriété. Qui plus est, des entretiens ont également été conduits avec des représentants de différents niveaux de l’administration, de l’échelle du village à celle de la ville8.

6Dans la section suivante, les politiques de l’État-parti sont abordées plus en détail. Une attention particulière est portée à la relation que les nouveaux sujets agricoles entretiennent avec la rhétorique de modernisation rurale, aux marchés des terres agricoles, et à la marchandisation des biens issus de l’agriculture. La partie suivante adopte une approche empirique pour aborder le rôle des nouveaux sujets agricoles dans la modernisation rurale de la province du Gansu. Cette étude de cas se concentre sur la façon dont cette nouvelle élite agraire interagit avec l’État-parti et les villageois.

Politiques de la modernisation agraire en Chine

Développement agraire et gouvernance

7La modernisation des campagnes, et en particulier de l’agriculture, constitue un élément central du programme du Parti communiste chinois (PCC) depuis 1949. Si la compréhension politique de la modernité rurale a considérablement évolué (Unger 2002), on ne peut pas en dire autant de la volonté générale de l’État-parti communiste de s’attaquer au problème de son apparente absence. Cette analyse part du postulat que l’État-parti perçoit la situation actuelle de l’agriculture comme un problème relevant de la gestion des services publics (Hood 1998), et a ainsi mis en place et utilisé divers instruments d’action publique afin de remédier à ses supposées insuffisances. Comme indiqué ci-dessus, plutôt que de concevoir les changements dans la sélection des instruments d’action comme purement fonctionnels, cet article avance que le choix d’un instrument plutôt qu’un autre permet d’entrevoir les priorités de ceux qui gouvernent et leur manière d’encadrer ceux qu’ils gouvernent (Le Galès 2011). Différents instruments d’action publique sont légitimés de différentes façons auprès de la population. En d’autres termes, choisir un instrument d’action, ou plus précisément une combinaison spécifique d’instruments, devient une décision politique. Étant donnée la nature du système politique chinois, nous avons peu d’informations sur les processus qui mènent à ces décisions, mais nous disposons d’excellents comptes rendus sur l’élaboration de ces décisions à travers les directives du gouvernement et du Parti. L’analyse présentée dans cette partie se propose ainsi d’explorer la sélection, les contenus et la légitimation des instruments d’action publique en direction de groupes particuliers dans l’agriculture.

8Le premier pas récent vers une réforme structurelle de l’agriculture en Chine a été la mise en place de la « Construction des nouvelles campagnes socialistes » (shehui zhuyi xin nongcun jianshe 社會主義新農村建設), un vaste programme-cadre visant au développement des zones rurales élaboré sous la précédente administration Hu/Wen (Bray 2013 ; Ahlers 2014 ; Looney 2020). Avec du recul, cela n’était cependant que la première phase d’une longue série d’initiatives prises sous l’administration actuelle. En 2014, le Plan pour un « nouveau type d’urbanisation » (xinxing chengzhenhua 新型城鎮化) a été rendu public (Comité central du PCC et Conseil des affaires d’État 2014). En 2015, Xi Jinping a déclaré la « guerre contre la pauvreté » (tuopin gongjianzhan 脫貧攻堅戰) pour s’attaquer aux dernières poches de pauvreté en milieu rural (Comité central du PCC et Conseil des affaires d’État 2015). Le Document n°1 de 2018 a lancé la politique de « revitalisation rurale » (xiangcun zhenxing 鄉村振興) (Comité central du PCC et Conseil des affaires d’État 2018a), qui s’inscrit dans les efforts plus larges du « grand renouveau de la nation chinoise » (Zhonghua minzu weida fuxing 中華民族偉大復興). La même année, le « Plan pour la stratégie de revitalisation rurale (2018-2022) » a été annoncé (Comité central du PCC et Conseil des affaires d’État 2018b). En plus de ces grands programmes-cadres, plusieurs mesures moins connues telles que le « Plan de modernisation agricole 2016-2020 » (Conseil des affaires d’État 2016, ci-après « Plan 2016 ») et même des mesures locales comme la Réforme des trois changements (sanbian gaige 三變改革) (Comité du PCC de la province du Gansu et gouvernement populaire de la province du Gansu 2017) continuent à préciser cette politique.

  • 9 Le Plan de revitalisation rurale offre une bonne synthèse de ces trois points (Comité central du PC (...)

9Toutes les mesures mentionnées ci-dessus associent les dangers de la pauvreté et du sous-développement des milieux ruraux à de mauvais choix de vie, des investissements insuffisants et à l’absence de standard pour la commercialisation des ressources collectives. Les niveaux relativement faibles de revenus et d’éducation, l’absence de travailleurs qualifiés, les logements insalubres, l’aspect misérable des villages et l’écart dans l’offre de services publics entre la campagne et la ville seraient les conséquences de ces problèmes9. Le programme de réforme du milieu rural se concentre précisément sur la transformation de cette situation. Plus particulièrement, ces plans encouragent vivement la commercialisation de l’agriculture, la relocalisation d’une partie de la population rurale dans des centres urbains (ou plus précisément, à la périphérie de ces centres), et la transition de la main d’œuvre du secteur agricole vers l’industrie et les services. La croissance économique et la capacité à augmenter les revenus des populations rurales sont devenues les critères principaux pour mesurer la réussite des efforts de développement. Une manière d’atteindre cet objectif consiste à moderniser l’agriculture en augmentant l’échelle de la production et le volume de capitaux investis à travers la diffusion de normes et de produits, ainsi qu’à travers l’évolution technologique. Le plus significatif, cependant, est la sélection d’un groupe spécifique de producteurs agraires, les nouveaux sujets agricoles, comme partenaires locaux de l’État pour le développement de l’agriculture. Un débat public et intellectuel animé sur les approches alternatives du développement agricole et rural, soutenu notamment par des membres du mouvement « Nouvelle reconstruction rurale » (xin xiangcun jianshe 新鄉村建設) tels que Wen Tiejun et He Xuefeng, semble largement ignoré (Day 2013 ; Day et Schneider 2017). À l’exception de quelques expériences locales, ces idées et discours alternatifs n’occupent pas une place importante dans les plans de développement local ou, comme dans le cas des coopératives, sont même parfois entièrement remaniés (Yan et Chen 2013 ; Hu et al. 2017).

10Afin de réaliser son objectif de modernisation des zones rurales, l’État-parti poursuit ainsi une stratégie sur deux fronts : premièrement, une déconstruction graduée des anciennes notions autour de l’agriculture paysanne considérée comme inefficace, et deuxièmement, la création d’une nouvelle élite rurale entrepreneuriale, conçue comme plus susceptible de générer de la croissance économique, de l’emploi, et de produire des aliments sains et concurrentiels à l’international.

Déconstruire les paysans

  • 10 Il est étonnamment difficile de trouver le nombre de personnes qui sont officiellement classées com (...)

11Dans les discours scientifiques, politiques et publics, l’agriculture en Chine (et au sein de la population rurale en général) est aujourd’hui encore associée à la notion de « paysan » (nongmin 農民) (Schneider 2015 ; Sargeson 2016). En Chine, ce terme ne décrit pas nécessairement une profession mais s’inscrit dans une « citoyenneté différentielle » (Wu 2010) qui régule l’accès à l’État, aux ressources et aux services publics10. Ce statut se transmet des parents aux enfants à la naissance. Il est aussi fréquemment appelé système d’enregistrement des ménages ou système du hukou (戶口). Du fait de ce système, les personnes classées officiellement comme paysans ne travaillent pas nécessairement dans le secteur agricole et ne vivent pas non plus uniquement à la campagne (He 2016). Les principes directeurs de la politique centrale insistent fréquemment sur l’importance de la protection des « droits et intérêts » des populations rurales, pour lesquelles on emploie le terme de paysans. Toutefois, quand on parle d’agriculture paysanne, des documents plus récents utilisent désormais le terme de petits exploitants (xiaonong 小農) et encouragent leur intégration dans les réseaux de production agricole moderne (Comité central du PCC et Conseil des affaires d’État 2018a). L’absence d’une distinction claire entre paysans-producteurs et paysans en tant que membres de la population rurale incite l’État-parti à élaborer avec soin les politiques de réforme afin qu’elles correspondent aux sensibilités politiques.

12En étudiant les discours officiels, Mindi Schneider (2015) montre comment les discours politiques et sociaux en Chine présentent souvent les paysans comme arriérés, ayant besoin d’être soutenus, et comme un surplus de main-d’œuvre qui pourrait être plus utile ailleurs (voir également Kipnis 1995). Toutes ces caractérisations semblent particulièrement importantes lorsqu’on fait référence aux petites exploitations. Comme le signifie clairement une directive de 2015 : « Même avec un meilleur emploi des technologies, une meilleure prestation de services financiers, [et] une meilleure intégration aux marchés, il serait difficile [pour les petits producteurs] de proposer une production standardisée, d’améliorer la qualité des produits agricoles, d’augmenter l’efficacité de la production, et de renforcer la compétitivité sur le marché » (ministère de l’Agriculture et des Affaires rurales, et ministère des Finances 2015 : section 1). Conformément à cette logique, l’État-parti vise à déconstruire la relation entre paysans et activité agricole afin de développer l’agriculture.

13Un premier pas a été franchi dans cette direction lorsque l’équation historique et politique qui existe entre les paysans et la population rurale a été fragilisée afin de distinguer la production agricole de la notion de classe paysanne (Sargeson 2016). Si l’agriculture devient un métier plutôt qu’une classe ou un mode de vie, retirer l’élément le moins performant de cette partie de l’économie devient une stratégie valable pour moderniser le monde rural. L’émergence d’un État-providence rural comprenant un système rural d’assurance maladie, un régime de retraite, des programmes de lutte contre la pauvreté avec un revenu minimal de subsistance ainsi que des programmes de relogement (pour ces réformes, voir Howell et Duckett 2019), et l’existence d’emplois salariés plus rentables, à la fois dans les villes et à la campagne, ont constitué la base matérielle de cette transition et créé des opportunités de départ volontaire des petites exploitations (voir aussi Chatterjee 2008 sur la relation entre État-providence et transformation agraire).

14La deuxième étape de la déconstruction a été de distendre les liens entre le hukou rural et le recours aux droits de propriété collective (Andreas et Zhan 2016 ; Zhan 2017). Dans la période des réformes, de nombreuses méthodes ont été utilisées pour arracher les paysans à leurs terres collectives, méthodes légales, semi-légales (conformes à la lettre de loi mais pas à son esprit), ou tout simplement illégales, principalement pour acquérir de nouveaux terrains constructibles (Ho 2005 ; Hsing 2010). Cependant, dans le secteur de l’agriculture, la propriété collective héritée du système de propriété socialiste a constitué un rempart formidable contre le rachat commercial à grande échelle de terres agricoles (Zhang et Donaldson 2013). Pour les responsables politiques, cette institution a fixé des limites regrettables au transfert des ressources collectives de producteurs censément peu performants vers des producteurs obtenant de meilleurs rendements, et de nombreuses réformes ont tenté de la contourner. La plupart de ces approches se concentrent sur le concept de transfert des terres (tudi liuzhuan 土地流轉). Cet instrument d’action publique permet la création d’un marché pour les terres agricoles, condition nécessaire pour ouvrir l’agriculture aux investisseurs extérieurs.

  • 11 Ce programme est arrivé dans le sillage d’une récente réforme visant à clarifier davantage les droi (...)
  • 12 Sauf indication contraire, la description qui va suivre est basée sur les Opinions directrices de 2 (...)

15Le transfert de terrains part du principe que les droits collectifs d’usage de la terre, généralement reçus par les populations rurales à la naissance lors de l’inscription de chaque ménage à l’état civil rural, peuvent être loués pour en tirer profit. Seuls les droits d’usage et non les droits de propriété étant transférés, cette pratique demeure conforme à la propriété collective. Le transfert des terres est vivement encouragé par le gouvernement central et les gouvernements locaux qui ont créé une multitude de mécanismes à cette fin (Ye 2015 ; Trappel 2016 ; Gong et Zhang 2017). L’une de ces dernières itérations est la réforme dite des trois changements, élaborée dans la province du Guizhou (Comité du PCC de la province du Gansu et gouvernement populaire de la province du Gansu 2017, ci-après « Opinions directrices de 2017 »)11. En 2019, cette mesure, mise en œuvre dans plusieurs de mes terrains de recherche, a semblé prendre rapidement de l’ampleur à travers la Chine. Étant donnée sa nature potentiellement disruptive, l’exemple qu’elle a représenté pour d’autres réformes visant l’agriculture et les ressources collectives, et les rares rapports non chinois publiés sur son contenu, un examen plus poussé semble nécessaire12.

La réforme comprend trois volets principaux. Le premier, la transformation des ressources collectives inexploitées en droits de propriété collective, est censée augmenter la valeur de ces ressources en facilitant leur transfert à des exploitants plus rentables. Les ressources mentionnées explicitement sont les terres agricoles, les forêts, les friches, les zones humides, et même les maisons inoccupées, ainsi que tous les moyens de production. Ceux-ci doivent être examinés, évalués et tarifés, c’est-à-dire être transformés en marchandises. La portée et le processus de cette réforme diffèrent considérablement des approches antérieures, qui excluaient généralement le logement et n’offraient que très peu de directives quant à la tarification. Le second volet est le plus singulier. Les subventions directes de l’État et les transferts de fonds pour soutenir le développement économique ou les ménages individuels (à l’exception d’un soutien budgétaire direct ou de prestations de sécurité sociale) doivent être regroupés et investis dans des activités économiques prometteuses. La collectivité villageoise et ses membres reçoivent à leur tour des droits d’actionnaires, et les bénéfices sont distribués en conséquence. En particulier, les financements ciblant les ménages démunis (pinkun hu 貧困戶), avec les exceptions mentionnées précédemment, sont censés être dirigés vers les entités commerciales obtenant les meilleures performances économiques. Le troisième et dernier volet prévoit d’augmenter les revenus des villageois en les transformant en actionnaires percevant des dividendes issus de leurs droits de propriété. Les Opinions directrices de 2017 mentionnent que les représentants du gouvernement doivent guider les villageois et les encourager à investir spontanément leurs droits de propriété sur les terres agricoles et constructibles, l’infrastructure, les machines, le capital, et la technologie, ainsi qu’à mobiliser des compétences, de la main d’œuvre, et d’autres ressources immatérielles dans des opérations actionnariales.

16L’élément crucial dans tous ces efforts est de renforcer le rôle des marchés dans le transfert des ressources, et une phrase clé apparaît en effet dans la plupart des documents récents relatifs au développement de l’agriculture – le 14 Plan quinquennal y compris – qui prévoient « d’assurer pleinement le rôle décisif des marchés en matière de redistribution des ressources » (Comité central du PCC 2020).

17La troisième et dernière étape de la déconstruction des paysans insiste sur l’utilisation des marchés comme mécanisme principal non seulement pour redistribuer les ressources mais aussi les marchandises produites. Toutes les politiques récentes mettent en évidence la nécessité d’être compétitif et plus efficace dans l’utilisation des ressources pour la production de biens agricoles. La performance sur les marchés nationaux et mondiaux est considérée comme l’indicateur principal permettant de juger si ces objectifs ont été atteints. À la suite de Warren Samuels, cet article considère les marchés existants (à la différence des marchés abstraits) comme des constructions sociales où l’efficacité « dépend de la structure des droits » (2004 : 358), et où les tentatives de manipulation par de puissants acteurs sont toujours une possibilité. Dans les faits, les marchés n’ont pas à être justes envers tous les participants. L’impact de la marchandisation de l’agriculture sur la structure sociale des campagnes chinoises constitue dès lors une question empirique importante.

18Pour résumer, selon le cadre de la politique nationale, la déconstruction de la classe paysanne en tant que forme d’organisation principale de la production agricole en Chine repose sur plusieurs étapes essentielles. Tout d’abord, la dissociation des paysans et de l’agriculture est perçue comme nécessaire. Ensuite, les transferts de terres agricoles et d’autres ressources collectives via le marché (bien que des limites sur le transfert de propriété demeurent) ayant pour objectif l’augmentation de la productivité capitaliste doivent être encouragés. Enfin, la compétitivité de différents producteurs agricoles, qui doit être décidée par le marché, est le facteur principal permettant d’estimer leur valeur pour l’économie chinoise.

Promouvoir des élites

  • 13 Voir le tableau 1, « “13e plan quinquennal”, indicateurs clés pour la modernisation agricole » (« S (...)

19Le discours de l’État-parti est clair : les nouveaux acteurs et alliés dans les campagnes doivent faire avancer le programme de développement national. Les nouveaux sujets agricoles sont un instrument d’action publique, non seulement pour attirer davantage d’investisseurs dans les campagnes et les orienter dans des directions déterminées, mais aussi pour favoriser l’émergence de zones à fort développement qui rayonnent sur les campagnes environnantes. Par exemple, le Document n°1 de 2018 exhorte explicitement chacun à prêter attention à la fonction daidong des nouveaux sujets agricoles (Comité central du PCC et Conseil des affaires d’État 2018a). Les sous-catégories importantes sont les entreprises « têtes de dragon » (longtou qiye 龍頭企業), les coopératives (hezuoshe 合作社), les fermes familiales (jiating nongchang 家庭農場), et les ménages spécialisés (zhuanye dahu, nongye dahu 專業大戶, 農業大戶) (voir également Yan et Chen 2015 : 367). Le Plan 2016 attend des producteurs de taille moyenne, une catégorie qui correspond à la plupart des nouveaux sujets agricoles, qu’ils constituent 40 % de tous les producteurs d’ici 2020 – contre 30 % en 201513.

20Les entreprises « têtes de dragon » sont des exploitations commerciales choisies ou créées par les gouvernements locaux afin de piloter le développement d’entreprises commerciales plus importantes (Lingohr-Wolf 2011 ; Yan et Chen 2015 ; Schneider 2016). Le Document n°1 de 2021 réaffirme l’importance de ces entreprises pour la modernisation de l’agriculture (Comité central du PCC et Conseil des affaires d’État 2021). En Chine, les coopératives diffèrent considérablement des pratiques internationales dans leur conception et leur fonctionnement. Leur vocation principale semble être d’organiser les ressources collectives, tant pour la production que pour les transferts vers d’autres producteurs. En dépit d’un discours public et d’un cadre juridique qui insistent sur la participation des villageois à la création et au contrôle des coopératives, celles-ci sont souvent le fruit d’une coopération entre producteurs commerciaux et gouvernements locaux. En réalité, nombre d’entre elles semblent résulter principalement de l’interférence des gouvernements locaux, et leur rôle exact dans l’agriculture demeure difficile à cerner (Yan et Chen 2015 : 379 ; Hu et al. 2017 ; Kan 2019). Les fermes familiales sont une addition plus récente aux exploitations agricoles commerciales. Tandis qu’au moins un aspect de leur activité est directement lié à l’agriculture, de nombreuses fermes familiales travaillent aussi dans le tourisme ou dans d’autres parties du secteur des services. Les ménages spécialisés existent depuis le début de la période des réformes et appartiennent à la catégorie des exploitations agricoles professionnelles, sans toutefois être juridiquement considérés comme des entreprises. Toutes les sous-catégories de nouveaux sujets agricoles sont considérées politiquement comme des agents de la modernisation rurale et les destinataires appropriés des transferts des droits d’exploitation de la terre. Ils sont censés développer une agriculture moderne centrée sur des produits rentables et des salaires attractifs. Par conséquent, tous les documents de politiques publiques récents jusqu’au dernier Document n°1 de 2021 s’engagent à apporter un soutien politique et financier à ces producteurs (Comité central du PCC et Conseil des affaires d’État 2021). Yan Hairong et Chen Yiyuan voient dans cette « adoption officielle des “nouveaux sujets” de l’agriculture […] un signe très net de l’intensification de la tendance des récentes politiques agricoles du gouvernement chinois à la dépaysannisation » (2015 : 388).

  • 14 Un article sur les réformes suggère que les entreprises agricoles qui atteignent une certaine super (...)

21D’autres instruments d’action publique ont été alignés sur la récente priorité accordée à l’élite agricole. En 2015, la Chine a entamé une refonte massive du système de subventions à l’agriculture, en commençant par les « Opinions directrices sur l’ajustement et l’amélioration des trois mesures de subventions pour l’agriculture » (ministère de l’Agriculture et des Affaires rurales, et ministère des Finances 2015, ci-après « Opinions directrices de 2015 »). La frustration causée par une inadéquation prétendument croissante entre les intentions sous-tendant le système de subventions à l’agriculture introduit pour la première fois en 2004 et les développements du secteur qu’il a entraînés, a abouti à une série de propositions expérimentales dans cinq provinces, appliquées ensuite au niveau national en 2016. Les réformes ont été suscitées par la perception de deux problèmes fondamentaux. Premièrement, les coûts de production de l’agriculture demeuraient relativement élevés, et l’efficacité des subventions relativement faible. Deuxièmement, les subventions agricoles étaient devenues, pour les producteurs à faible rendement, un moyen de compléter leurs revenus directs tandis que les gros producteurs peinaient à obtenir des subventions supplémentaires. Les Opinions directrices de 2015 ont proposé les changements suivants : 80 % des subventions iraient à tout producteur continuant à cultiver activement ses terres. Les 20 % restants n’iraient toutefois uniquement qu’aux plus gros producteurs, à savoir, les nouveaux sujets agricoles. Par ailleurs, ceux qui ne cultivent pas leur terre, ou qui ne l’utilisent pas pour d’autres types de production agricole (notamment pour l’élevage), ne seraient plus éligibles aux subventions du premier groupe14.

22Pour résumer les paragraphes précédents, les nouveaux sujets agricoles sont un élément essentiel de la stratégie de développement rural soutenue par l’État-parti. Idéalement, cet instrument est relié aux marchés des terres agricoles collectives, apporte un modèle aux investisseurs et crée de l’emploi ainsi que d’autres opportunités économiques pour les communautés rurales. D’autres instruments visant à moderniser l’agriculture, tels que le système de subventions, sont conçus pour soutenir spécifiquement les nouveaux sujets agricoles.

Développement agricole impulsé par les élites dans la province du Gansu

  • 15 Lin Xu, « Vision China Puts Spotlight on Yellow River Civilization and Gansu », China Daily, 25 sep (...)

23Cette partie analyse tout d’abord l’impact des actions de l’État-parti sur les perspectives d’avenir de différentes exploitations agricoles dans mes terrains d’étude de la province du Gansu, avant d’examiner de manière plus approfondie le lien entre les nouveaux sujets agricoles et d’autres producteurs. Le Gansu est l’une des provinces occidentales qui peine à rattraper le développement économique des provinces du littoral. Cette province essaye actuellement de tirer profit de l’initiative Belt and Road, visant à revitaliser l’historique route de la soie15. Lanzhou, le chef-lieu de la province, et les villes préfectorales à proximité où les recherches pour cet article ont été menées, étaient jusqu’à très récemment des centres pour l’industrie lourde et l’exploitation minière (Lanzhou et Baiyin en particulier). Ces villes connaissent actuellement une période de changements économiques structurels. Malgré le relief montagneux et le climat aride du Gansu, une portion considérable de la population rurale pratique encore l’agriculture.

Paysans et marché

24Étant donnée l’influence potentielle de l’État-parti sur le positionnement des différents acteurs des marchés, quels effets peut avoir la promotion de l’utilisation de ces marchés comme mécanisme de coordination de l’agriculture ? Au cours de mon travail de terrain, différents schémas d’influence sont apparus : les effets des relocalisations, d’une marchandisation plus poussée des ressources collectives et des inégalités de traitement en matière de soutien gouvernemental.

  • 16 Un fen représente un dixième d’un mu ou 66,7 m2.
  • 17 Entretien, Zhangye, 19 mars 2019.
  • 18 Au sujet de l’âge des personnes interrogées, voir également : Wang Yi, « “果”斷前行 » (« Guo » duan qia (...)

25Dans la lignée des précédentes approches de la modernisation rurale et de la lutte contre la pauvreté, le gouvernement central continue à employer la relocalisation comme instrument principal d’amélioration des conditions de vie rurales. Les villages particulièrement isolés avec peu de ressources de valeur et peu de perspectives économiques sont devenus une des principales cibles de ces efforts. Les villages à proximité (ou même à l’intérieur) de centres urbains arrivent en deuxième position. Au cours de mes entretiens, trois groupes différents de villageois déplacés se sont distingués par leur relation à l’agriculture. Le premier groupe était constitué de ceux qui ont perdu l’accès à leurs terres agricoles collectives (voir également Ong 2014 ; Yep 2020). Le groupe suivant disposait toujours des droits d’exploitation de la terre mais avait décidé de les transférer à un tiers. Une sous-catégorie de ce groupe avait rejoint un projet de reforestation (tuigeng huanlin 退耕還林), qui lui assurait une autre source de revenus mais qui rendait presque impossible une reprise de ses activités agricoles. Le troisième groupe était composé de ceux qui continuaient à utiliser une partie ou la totalité des droits d’usage des terres qu’il leur restait. Dans un village, un secrétaire du Parti a remarqué que de nombreux villageois cultivaient toujours leurs terres, bien qu’il ne leur en restât plus que « quelques fen16 »17. L’âge moyen des membres de ce troisième groupe était nettement supérieur à 50 ans18. La relocalisation des villageois et la distance qui les séparait de leurs champs ont influencé leur choix de transférer leurs droits d’exploitation de la terre à des agriculteurs entrepreneurs, si tant est qu’ils aient eu voix au chapitre (si leur hukou était modifié, ce n’était généralement pas le cas).

  • 19 « 甘肅定西市: “三變”改革激活農村產業發展新要素 » (Gansu Dingxishi : « sanbian » gaige jihuo nongcun chanye fazhan xin y (...)

26Les villageois ont également été influencés par les efforts nationaux et locaux visant à accélérer la marchandisation des ressources collectives afin de permettre l’entrée de capitaux extérieurs dans les campagnes. Ici, la réforme dite des trois changements servira à nouveau d’exemple. La presse locale de mes terrains de recherche communiquait avec enthousiasme sur l’impact considérable de cette réforme – en particulier pour les ménages démunis19. Un secrétaire du Parti décrit les pratiques de la façon suivante :

  • 20 Entretien, Zhangye, 20 mars 2019.

Au village des Six piliers, la réforme des trois changements s’est appliquée ainsi : la section du Parti au niveau du village et le comité de village ont pris l’initiative de créer une coopérative agricole associative. Ils ont ensuite invité une entreprise de développement agricole de la ville de Zhangye pour qu’elle devienne actionnaire. Le village a octroyé des terrains aux actionnaires ainsi qu’[un soutien financier pour la construction] des routes. Les ménages déclarés démunis ont participé au projet en y investissant leurs allocations pauvreté, l’entreprise a contribué à hauteur de 50 % [des investissements en plus des fonds de transfert], le collectif villageois à hauteur de 20 %, et les villageois se sont chargés des 30 % restants. Ils mettent actuellement en place le « Projet agricole du désert de Gobi », dont les recettes seront reversées aux villageois qui pourront également travailler dans cette exploitation agricole. Au cours de l’année passée, certaines personnes âgées qui étaient incapables de travailler ailleurs […] ont toutes travaillé ici et perçu un revenu supérieur à 10 000 RMB par an […]20.

  • 21 Entretien, Lanzhou, 15 mars 2019.
  • 22 Entretien, Dingxi, 27 mars 2019.

27Dans un autre village, le comité villageois prévoyait d’employer cette approche pour transformer les logements inoccupés et développer le tourisme chez l’habitant21. Dans un village urbain (ne disposant plus de terre agricole), la réforme a été perçue comme un outil efficace permettant la création d’une société de gestion immobilière, d’une agence pour l’emploi et d’une entreprise de tourisme22.

  • 23 Même les membres des nouveaux sujets agricoles évoquaient fréquemment leurs difficultés financières
  • 24 Une personne interrogée a fait état de prêts privés dont les taux d’intérêt s’élevaient à 12 % (ent (...)
  • 25 Entretien, Tianshui, 11 octobre 2016.
  • 26 Entretien, Baiyin, 6 octobre 2016.
  • 27 La différence de financement a fait l’objet d’un vaste débat dans les médias. Un article de presse (...)
  • 28 Entretien, Tianshui, 10 octobre 2016.
  • 29 Entretiens, Baiyin, 6 octobre 2016, et Tianshui, 10 octobre 2016.

28Enfin, à bien des égards, l’inaction de l’État-parti a aussi eu un impact considérable sur les producteurs que j’ai rencontrés. Lors de nos entretiens, les deux griefs principaux concernaient la fluctuation des prix des produits agricoles et la difficulté d’obtenir des financements supplémentaires23. En réalité, rien ne semblait plus urgent que de trouver davantage de financements. Plusieurs petits et moyens producteurs ont suggéré que le problème provenait non seulement des taux d’intérêt des prêts officiels, qui fluctuaient entre 7 et 8 %24, mais aussi, et avant tout, de la difficulté de les obtenir25. Le chef (et ancien instituteur) d’un village a rappelé que les petits producteurs ordinaires de plus de 60 ans n’avaient aucune chance d’obtenir des prêts officiels26. De nombreuses personnes interrogées devaient s’appuyer sur leur famille et leurs amis27. Bien qu’un petit groupe ait réussi à obtenir des subventions d’aide à la création d’entreprise du gouvernement local (avec peu ou aucun intérêt), ces prêts n’ont pas été suffisants pour répondre à leurs besoins28. Plusieurs ont déclaré souhaiter investir et développer leur affaire mais n’avaient pas les moyens de le faire29. Le gouvernement central lui-même a relevé ces insuffisances du financement agricole dans le Document n°1 de 2020 (Comité central du PCC et Conseil des affaires d’État 2020).

  • 30 Entretien, Lanzhou, 3 octobre 2016.
  • 31 Entretien, Baiyin, 6 octobre 2016 ; voir également Sargeson (2016 : 11) ; Schneider (2017 : 95).

29L’autre problème majeur rencontré par les producteurs a été la fluctuation des prix de leurs produits. Les producteurs de certains légumes (notamment de tomates) et de champignons, par exemple, se sont plaints d’une baisse des prix entraînée par une concurrence croissante30. Les éleveurs de bétail ont connu des problèmes analogues. Un petit producteur se disait qu’à la réflexion, vu le faible prix actuel du porc (en 2016), seuls les revenus de son magasin le maintiendraient à flot31. Les titres et assurance offerts par l’État semblent n’être disponibles que pour les plus gros producteurs. Le Document n°1 de 2020 souligne l’utilisation des subventions et du système d’assurance pour stabiliser les revenus des producteurs agricoles, suggérant qu’il s’agit bien là d’un problème de taille (Comité central du PCC et Conseil des affaires d’État 2020, section 3, article 14).

30Les marchés se sont révélés essentiels dans mes terrains de recherche pour légitimer les changements structurels. Mes interlocuteurs percevaient leur échec sur le marché comme un problème avant tout personnel, et non pas structurel (voir également Andreas et Zhan 2016 : 809). Étant donnée la prévalence d’emplois mieux rémunérés et moins épuisants, la plupart des petits exploitants étaient pessimistes quant à l’avenir de leur ferme après leur retraite. Peu de reproches étaient adressés à l’État-parti quand les petits exploitants décidaient de mettre fin à leur production indépendante. Par exemple, interrogée sur ses rêves d’avenir, une petite productrice déplacée dont l’opinion était partagée par plusieurs de ses pairs (déplacés ou non), déclarait :

  • 32 Entretien, Dingxi, 26 mars 2019.

Je veux que mes enfants Réussissent à l’école, afin qu’ils puissent intégrer une bonne université […] Travailler à la ferme c’est difficile, travailler dans un bureau c’est plus confortable. […] Je ne veux pas que mes enfants reviennent [travailler ici]32.

31La structure des marchés peut ainsi contribuer à des déplacements indirects, qui « se produisent non pas quand des personnes sont physiquement forcées à déménager mais plutôt quand les plans et les politiques de développement portent atteinte ou limitent les moyens de subsistance au point que ces personnes décident de partir, apparemment de leur plein gré » (Vandergeest 2003 : 47). L’État-parti s’attend à une disparition progressive et graduelle des populations agricoles et rurales. Le Plan pour un nouveau type d’urbanisation et celui pour la stratégie de revitalisation rurale contiennent par exemple des sections portant sur la réinstallation de « populations agricole transférées » (nongye zhuanyi renkou 農業轉移人口).

De paysan à élite

  • 33 Entretien, Tianshui, 11 octobre 2016.

32Les facteurs qui affectent les petits exploitants, énumérés ci-dessus, ouvrent la voie aux nouveaux sujets agricoles, l’instrument d’action publique principal de la stratégie chinoise de développement agraire. Créer une telle organisation requiert de déposer une candidature et de respecter certaines normes, concernant en particulier le volume d’activité et le financement. L’obtention de ce statut est généralement récompensée par des subventions et d’autres types de soutiens. Le statut de ferme familiale, par exemple, était supposément accompagné d’une allocation de 10 000 RMB33. L’impact des nouveaux statuts sur les stratégies commerciales, cependant, n’était pas clair, la plupart des personnes interrogées ne mentionnant pas de changement dans leur activité.

  • 34 Les réglementations fiscales peuvent aussi inciter à former une coopérative. Un responsable d’une c (...)

33Lors des recherches de terrain, certaines configurations dans la composition de ces nouvelles élites agraires sont devenues perceptibles. La majorité des plus petits ménages spécialisés rencontrés étaient d’anciens petits producteurs qui s’étaient progressivement diversifiés dans l’agriculture commerciale. Certains avaient employé des travailleurs temporaires, en particulier à la saison des récoltes, mais le gros du travail était encore accompli par les membres de la famille. L’âge moyen de ce groupe était largement supérieur à 50 ans. Sur des exploitations plus grandes, l’expérience et la situation personnelle de l’investisseur, généralement un homme, militaire à la retraite, migrant rentré au pays après avoir réussi, ou encore homme d’affaires originaire de la campagne, jouent un rôle prépondérant dans la décision de se lancer dans l’agriculture et dans la façon de gérer l’exploitation. Parmi les nouveaux sujets agricoles, les coopératives et les « têtes de dragon » occupent une place particulière. La plupart des coopératives semblent avoir été principalement mises en place pour améliorer les relations avec le gouvernement local ou pour aider les entrepreneurs à organiser leur activité, et elles ne sont pas dotées de financements conséquents34. Les « têtes de dragon », pour leur part, semblent être plus étroitement liées aux gouvernements locaux que tous les autres types de nouveaux sujets agricoles (voir plus bas).

  • 35 L’adhésion au Parti ou le fait d’avoir des amis et des proches au sein du gouvernement local ont ég (...)
  • 36 Entretiens, Dingxi, 7 octobre 2016, et Tianshui, 10 octobre 2016.
  • 37 Entretien, Baiyin, 6 octobre 2016.
  • 38 Entretiens, Pingliang, 29 septembre 2016, et Dingxi, 5 octobre 2016.
  • 39 Entretien, Tianshui, 11 octobre 2016.

34Le statut de nouveau sujet agricole aide apparemment à établir un lien avec le gouvernement local, ce qui, selon plusieurs personnes interrogées35, constitue une stratégie importante pour assurer la bonne santé de leur entreprise36. Un entrepreneur a par exemple expliqué comment, alors qu’il démarrait un élevage, il avait établi une relation étroite avec le gouvernement local et allait jusqu’à offrir du porc de qualité supérieure aux cadres pour entretenir de bonnes relations. Selon lui, c’était indispensable pour les élevages porcins et l’obtention de subventions37. Ceux qui ne sont pas membres du Parti ou qui n’ont pas de contacts au sein du gouvernement local se voyaient désavantagés38. Comparé aux producteurs de petite et moyenne taille, une différence de traitement frappante est apparue lors d’un entretien avec le responsable d’une entreprise « tête de dragon39 ». Il a indiqué que le gouvernement local accordait à son entreprise des prêts suffisants qui augmentait tous les ans. Il a affirmé qu’ils bénéficiaient d’aides à tous les niveaux du gouvernement local pour trouver des terres bon marché bien en-dessous des prix pratiqués, afin de relocaliser son entreprise ou pour résoudre d’autres problèmes. Selon lui, ce soutien s’était même encore accru après la récente visite du secrétaire du Parti de la province du Gansu.

35L’un des discours les plus intéressants émis sur les nouveaux sujets agricoles est celui selon lequel les entrepreneurs agraires devraient daidong ou « emmener » les petits exploitants, l’agriculture, et les campagnes dans leur ensemble vers la modernité. Sur mes terrains de recherche, l’importance de ce concept est apparue lors de l’intégration de petits exploitants en tant que salariés et de celle de leur production agraire.

36Les processus de différentiation agraire et d’intégration verticale ont déjà été décrits (voir par exemple : Zhang et Donaldson (2008, 2010) ; Zhang (2015)). J’ai également constaté des tendances similaires sur mes terrains de recherche dans le Gansu. Cependant, en raison du nombre croissant d’investisseurs extérieurs ayant peu d’expérience directe dans l’agriculture, le nombre de spécialistes et de travailleurs agraires salariés augmentaient aussi rapidement. Les spécialistes, qui avaient pour certains dirigé leur propre ferme auparavant, étaient embauchés sur le long terme, et leur salaire, qui allait de 18 000 à 150 000 RMB par an (en fonction de leurs qualifications, de leurs compétences et de leur expérience) reflétait la demande croissante. Plusieurs entrepreneurs ont indiqué que le manque de spécialistes a eu un impact sur leur activité. La plupart des employés locaux, cependant, étaient engagés en tant que travailleurs temporaires et rémunérés entre 50 et 80 RMB par jour pour les femmes et entre 80 et 110 RMB par jour pour leurs homologues masculins.

  • 40 Entretien, Tianshui, 11 octobre 2016.
  • 41 La presse locale liste différentes variantes de ces modèles de développement qui intègrent des ména (...)
  • 42 En raison du grand nombre de petits exploitants locaux quittant leurs terres, la location de terres (...)
  • 43 Entretien, Baiyin, 6 octobre 2016.

37L’intégration de plus petites exploitations agricoles afin qu’elles produisent pour des entreprises commerciales, dont elles dépendaient de différentes manières, était courant sur mes terrains d’étude. Le recours aux coopératives pour mettre en place de tels modes d’intégration verticale semble constituer depuis peu un complément intéressant aux exemples documentés dans les publications existantes. Dans l’un des entretiens, le directeur d’une entreprise « tête de dragon » explique avoir eu recours aux coopératives pour garantir la qualité des produits et optimiser les structures de production au sein des villages, en incitant les meilleurs producteurs locaux à diriger les coopératives40. Ces coopératives étaient clairement mises en place et dirigées comme une extension de son entreprise et il qualifiait ce système de modèle de développement « entreprise + coopérative + foyer41 ». La combinaison d’une coopérative et d’une entreprise dirigée par un couple d’entrepreneurs constituait un autre exemple de ce mode d’intégration. Leur entreprise était spécialisée dans la production de semis de pomme de terre et ils louaient plus de 3 000 mu de terres agricoles pour cette activité42. La coopérative formait les villageois à la production de semis. S’ils décidaient de se lancer dans ce type de production, ils pouvaient commencer à travailler pour l’entreprise, ce qu’ont fait presque tous les habitants des environs. La coopérative était dirigée par le haut, avec peu de participation des villageois43.

  • 44 Cela est lié en partie aux difficultés qu’il a rencontrées pour obtenir un prêt.
  • 45 Entretien, Pingliang, 29 septembre 2016.

38Un autre mode d’intégration semblait reposer sur un système de franchise improvisé. Citons notamment l’exemple d’un entrepreneur spécialisé dans la production de pommes, l’une des principales cultures commerciales de cette région de la province du Gansu. Il avait loué plusieurs de ses arbres à d’autres ménages moyennant rémunération. Il investissait ce revenu pour louer davantage de terres et y planter encore plus d’arbres44. Selon lui, cinq mu de pommiers suffisaient à vivre confortablement, et à « dispenser de toute migration de travail45 ».

39Les variantes du daidong rencontrées au cours de cette recherche de terrain consistaient principalement dans l’échange consenti par de petits exploitants de leur indépendance entrepreneuriale contre des revenus stables et plus élevés (voir aussi McMichael 2013). Dans certains cas, cela peut avoir contribué à éviter le déplacement des villageois, ces revenus plus élevés leur permettant de rester à la campagne. L’actuelle stratégie politique mentionnée dans le 14Plan quinquennal et le Document n°1 de 2021 pour promouvoir une diversification de l’économie rurale et le développement de chacun des trois secteurs de l’économie (et non simplement de l’agriculture) indique une stratégie similaire pour empêcher les déplacements de populations (Comité central du PCC 2020 ; Comité central du PCC et Conseil des affaires d’État 2021).

Conclusion

40Malgré les appels à l’échelle mondiale à une re-paysannisation (van der Ploeg 2010 ; Hisano et al. 2018) et les débats autour de la durabilité de l’agriculture industrielle (Moore 2011 ; Schneider 2017), l’État-parti chinois privilégie les exploitations de moyenne et grande taille standardisées, high-tech et à fort investissement comme la forme principale de production agricole. Pour réaliser cette ambition, il promeut une nouvelle élite agraire, non seulement comme idéal de production agricole, mais aussi comme mécanisme de transformation de l’agriculture. Cet article s’est intéressé au rôle croissant des nouveaux sujets agricoles pour l’agriculture chinoise à travers le prisme de la gouvernance, en les considérant comme un instrument d’action des politiques publiques.

41S’appuyant sur des sources secondaires ainsi que sur des documents de politiques publiques chinoises, cet article a tout d’abord étudié comment l’État chinois perçoit, aborde, et communique sur la nécessité d’un changement structurel dans l’agriculture. Il montre en particulier comment les petites exploitations agricoles sont associées dans les directives officielles aux insuffisances perçues de la croissance économique et aux difficultés à augmenter les revenus ruraux. Afin de s’orienter vers des structures agricoles censément plus performantes, l’État-parti essaie de séparer les populations rurales de la notion de petites exploitations, en vue de créer des marchés pour les ressources collectives (notamment les terres agricoles) à destination d’investisseurs extérieurs, et d’établir des marchés compétitifs pour les produits agricoles comme indicateurs principaux de pertinence économique.

42La seconde partie de cet article a analysé comment cette ambition et les politiques qui l’accompagnent correspondent aux pratiques rurales dans la province du Gansu. Ici, les influences respectives de la structure des marchés et des efforts des gouvernements locaux deviennent plus claires. Par exemple, les différents mécanismes pour transférer les droits d’usage de la terre et le flot ininterrompu de nouveaux outils de ce type (cet article a étudié le fonctionnement de la réforme des trois changements dans la province du Gansu) aident les exploitants à devenir de nouveaux sujets agricoles. Les programmes locaux de réinstallation ont contribué à persuader les petits exploitants de quitter l’agriculture et de transférer leurs droits d’usage de la terre. Cependant, les deux facteurs les plus importants incitant à quitter l’agriculture indépendante sont la volatilité des prix et la difficulté à obtenir des financements, touchant en particulier les petits producteurs. Dans ce contexte, les efforts des gouvernements locaux pour utiliser les nouveaux sujets agricoles afin de daidong ou « emmener » les petits exploitants vers une agriculture moderne sont d’une importance capitale. L’intégration de la main d’œuvre villageoise ou de l’ensemble de leurs activités agricoles à des projets menés par des entrepreneurs contribue à la déconstruction de l’agriculture paysanne.

43En ce qui concerne les liens entre l’État, les marchés, et les déplacements de populations, cet article formule deux observations importantes. Tout d’abord, l’État-parti a créé, à travers ses interventions, des règles du jeu biaisées en faveur de l’agriculture entrepreneuriale en Chine. L’acceptation générale des marchés comme mécanisme de coordination semble légitimer les efforts pour restructurer l’agriculture. Le rendement et la compétitivité, toutefois, sont définis politiquement. Il est assez ironique que les nouveaux sujets agricoles, qui selon le point de vue de l’État-parti devraient aider à faire basculer la Chine rurale dans une nouvelle ère de production agraire moderne, soient encore plus dépendants d’un soutien politique et financier que les petits exploitants qu’ils sont censés remplacer. La seconde observation concerne les déplacements de populations. La nouvelle élite agraire doit dans une certaine mesure empêcher le déplacement physique des petits exploitants en leur permettant d’accéder à l’agriculture moderne. Néanmoins, l’intégration des plus petits producteurs et l’émergence d’un État-providence dans les campagnes ne peuvent masquer le projet de transformation qui sous-tend les politiques chinoises de développement agraire. Tandis que l’État-parti exhorte chacun à respecter les droits et intérêts des paysans, mot utilisé ici comme synonyme de populations rurales, c’est son programme qui détermine le droit à participer à la croissance économique. Les conclusions empiriques proposées ici proviennent uniquement de la province du Gansu, mais la plupart des mesures présentées relèvent de politiques nationales, et des recherches de terrain antérieures menées dans d’autres provinces, ainsi que des sources secondaires, suggèrent qu’il est possible que les tendances décrites ici aient cours dans l’ensemble du pays. Le futur de l’agriculture chinoise est en voie de connaître d’autres développements fondés sur les élites.

Haut de page

Bibliographie

AHLERS, Anna L. 2014. Rural Policy Implementation in Contemporary China: New Socialist Countryside. Londres : Routledge.

ANDREAS, Joel, et Shaohua ZHAN. 2016. « Hukou and Land: Market Reform and Rural Displacement in China ». The Journal of Peasant Studies 43 (4) : 798-827.

BRAY, David. 2013. « Urban Planning Goes Rural: Conceptualising the “New village” ». China Perspectives 95 : 53-62.

Bureau général du Comité central du PCC et Bureau général du Conseil des affaires d’État 中國共產黨中央辦公室與國務院辦公室. 2016. « 中共中央辦公室, 國務院辦公室關於完善農村土地所有權承包權經營權分置辦法的意見 » (Zhonggong zhongyang bangongshi, guowuyuan bangongshi guanyu wanshan nongcun tudi suoyouquan chengbaoquan jingyingquan fenzhi banfa de yijian, Opinions du Bureau général du Comité central du PCC et du Bureau général du Conseil des affaires d’État sur l’amélioration de la méthode différenciant les droits de propriété, de contrat et de gestion des terres rurales).

Bureau national des statistiques de Chine 國家統計局. 2020a. 中國住戶調查主要數據 (Zhongguo zhuhu diaocha zhuyao shuju, Principales données du sondage des ménages chinois). Pékin : China Statistics Press.

———. 2020b. 中國統計年鑑 (Zhongguo tongji nianjian, Annuaire statistique de la Chine). Pékin : China Statistics Press.

CHATTERJEE, Partha. 2008. « Peasant Cultures of the Twenty‐first Century ». Inter-Asia Cultural Studies 9 (1) : 116-26.

Comité central du PCC 中國共產黨中央委員會. 2020. « 中共中央關於製定國民經濟和社會發展第十四個五年規劃和二零三五年遠景目標的建議 » (Zhonggong zhongyang guanyu zhiding guomin jingji he shehui fazhan di shisi ge wunian guihua he erlingsanwu nian yuanjing mubiao de jianyi, Suggestions du Comité central du PCC sur la rédaction du 14e Plan quinquennal pour le développement social et économique national et les objectifs à long-terme pour l’année 2035).

Comité central du PCC et Conseil des affaires d’État 中國共產黨中央委員會國務院. 2014. « 國家新型城鎮化規劃 (2014-2020) » (Guojia xinxing chengzhenhua guihua (2014-2020 nian), Plan national pour un nouveau type d’urbanisation (2014-2020)).

———. 2015. « 中共中央國務院關於打贏脫貧攻堅戰的決定 » (Zhonggong zhongyang guowuyuan guanyu daying tuopin gongjianzhan de jueding, Décisions du Comité central du PCC et du Conseil des affaires d’État pour gagner la bataille contre la pauvreté).

———. 2018a. « 中共中央國務院關於實施鄉村振興戰略的意見 » (Zhonggong zhongyang guowuyuan guanyu shishi xiangcun zhenxing zhanlüe de yijian, Opinions du Comité central du PCC et du Conseil des affaires d’État sur la mise en pratique de la Stratégie de revitalisation rurale).

———. 2018b. « 鄉村振興戰略規劃 (2018-2022) » (Xiangcun zhenxing zhanlüe guihua (2018-2022 nian), Plan pour la Stratégie de revitalisation rurale (2018-2022)).

———. 2020. « 中共中央國務院關於抓好三農領域重點工作確保如期實現全面小康的意見 » (Zhonggong zhongyang guowuyuan guanyu zhuahao “sannong” lingyu zhongdian gongzuo quebao ruqi shixian quanmian xiaokang de yijian, Opinions du Comité central du PCC et du Conseil des affaires d’État pour cerner les travaux clés des trois « problèmes ruraux », assurant la réalisation dans les temps d’une société de moyenne aisance).

———. 2021. « 中共中央國務院關於全面推進鄉村振興加快農業農村現代化的意見 » (Zhonggong zhongyang guowuyuan guanyu quanmian tuijin xiangcun zhenxing jiakuai nongye nongcun xiandaihua de yijian, Opinions du Comité central du PCC et du Conseil des affaires d’État sur la promotion totale de la revitalisation rurale et de l’accélération de la modernisation de l’agriculture et des campagnes).

Comité du Parti du PCC de la Province du Gansu et gouvernement populaire de la province du Gansu 中國共產黨甘肅省委甘肅省人民政府. 2017. « 中共甘肅省委甘肅省人民政府關於推進農村資源變資產資金變股金農民變股東改革的指導意見 » (Zhonggong Gansu shengwei Gansusheng renmin zhengfu guanyu tuijin nongcun ziyuan bian zichan zijin bian gujin nongmin bian gudong gaige de zhidao yijian, Opinions directrices du Comité du Parti de la province du Gansu et du gouvernement populaire de la province du Gansu sur la promotion de la réforme [transformant] les ressources rurales en atouts, [transférant] les fonds en capitaux, et les paysans en actionnaires).

Conseil des affaires d’État 國務院. 2016. « 全國農業現代化規劃 (2016-2020) 的通知 » (Quanguo nongye xiandaihua guihua (2016-2020 nian) de tongzhi, Notification sur le Plan national pour la modernisation de l’agriculture (2016-2020)).

DAY, Alexander F. 2013. The Peasant in Postsocialist China: History, Politics, and Capitalism. Cambridge : Cambridge University Press.

DAY, Alexander F., et Mindi SCHNEIDER. 2017. « The End of Alternatives? Capitalist Transformation, Rural Activism and the Politics of Possibility in China ». The Journal of Peasant Studies 45 (7) : 1221-46.

GONG, Weigang, et Qian Forrest ZHANG. 2017. « Betting on the Big: State-brokered Land Transfers, Large-scale Agricultural Producers, and Rural Policy Implementation ». The China Journal 77 : 1-26.

HE, Xuefeng 賀雪峰. 2016. 誰是農民 : 三農政策重點與中國現代農業發展道路選舉 (Shei shi nongmin : sannong zhengce zhongdian yu Zhongguo xiandai nongye fazhan daolu xuanju, Qui est paysan : points clés sur la politique des trois problèmes ruraux et points critiques de la modernisation de l’agriculture chinoise). Pékin : China Citic Press.

HISANO, Shuji, Motoki AKITSU, et Steven R. MCGREEVY. 2018. « Revitalising Rurality Under the Neoliberal Transformation of Agriculture: Experiences of Re-agrarianisation in Japan ». Journal of Rural Studies 61 : 290-301.

HO, Peter. 2005. Institutions in Transition: Land Ownership, Property Rights, and Social Conflict in China. Oxford : Oxford University Press.

HOOD, Christopher. 1998. The Art of the State: Culture, Rhetoric and Public Management. Oxford : Clarendon Press.

HOWELL, Jude, et Jane DUCKETT. 2019. « Reassessing the Hu-Wen Era: A Golden Age or Lost Decade for Social Policy in China ». The China Quarterly 237 : 1-14.

HSING, You-tien. 2010. The Great Urban Transformation: Politics of Land and Property in China. Oxford : Oxford University Press.

HU, Zhanping, Qian Forrest ZHANG, et John A. DONALDSON. 2017. « Farmers Cooperatives in China: A Typology of Fraud and Failure ». The China Journal 78 : 1-24.

HUANG, Philip C. C. 2011. « China’s New-age Small Farms and Their Vertical Integration: Agribusiness or Co-ops ? ». Modern China 37 (2) : 107-34.

KAN, Karita. 2019. « A Weapon of the Weak? Shareholding, Property Rights and Villager Empowerment in China ». The China Quarterly 237 : 131-52.

KIPNIS, Andrew B. 1995. « Within and Against Peasantness: Backwardness and Filiality in Rural China ». Comparative Studies in Society and History 37 (1) : 110-35.

LASCOUMES, Pierre, et Patrick LE GALÈS. 2007. « Introduction: Understanding Public Policy through its Instruments – From the Nature of Instruments to the Sociology of Public Policy Instrumentation ». Governance 20 (1) : 1-21.

LE GALÈS, Patrick. 2011. « Policy Instruments and Governance ». In Mark BEVIR (éd.), The Sage Handbook of Governance. Thousand Oaks : Sage. 142-59.

LINGOHR-WOLF, Susanne. 2011. Industrialisation and Rural Livelihoods in China: Agricultural Processing in Sichuan. Londres : Routledge.

LOONEY, Kristen E. 2020. Mobilizing for Development. Ithaca : Cornell University Press.

MCMICHAEL, Philip. 2013. « Value-chain Agriculture and Debt Relations: Contradictory Outcomes ». Third World Quarterly 34 (4) : 671-90.

Ministère de l’Agriculture et des Affaires rurales, et ministère des Finances 中華人民共和國農業農村部與中華人民共和國財政部. 2015. « 關於調整完善農業三項補貼政策的指導意見 » (Guanyu tiaozheng wanshan nongye sanxiang butie zhengce de zhidao yijian, Opinions directrices sur l’ajustement et l’amélioration des trois mesures politiques de subvention).

MOORE, Jason W. 2011. « Transcending the Metabolic Rift: A Theory of Crises in the Capitalist World-Ecology ». Journal of Peasant Studies 38 (1) : 1-46.

ONG, Lynette H. 2014. « State-led Urbanization in China: Skyscrapers, Land Revenue and Concentrated Villages” ». The China Quarterly 217 : 162-79.

PENG, Sen 彭森 (éd.). 2019. 中國改革年鑑 (Zhongguo gaige nianjian, Annuaire des réformes en Chine). Pékin : Compiling Committee for the China Reform Yearbook.

SAMUELS, Warren J. 2004. « Markets and Their Social Construction ». Social Research 71 (2) : 357-70.

SARGESON, Sally. 2016. « The Demise of China’s Peasantry as a Class ». The Asia-Pacific Journal 14 (13) : 1-22.

SCHNEIDER, Mindi. 2015. « What, Then, is a Chinese Peasant? Nongmin Discourses and Agroindustrialization in Contemporary China ». Agriculture and Human Values 32 (2) : 331-46.

———. 2016. « Dragon Head Enterprises and the State of Agribusiness in China ». Journal of Agrarian Change 17 (1) : 3-21.

———. 2017. « Wasting the Rural: Meat, Manure, and the Politics of Agro-industrialization in Contemporary China ». Geoforum 78 : 89-97.

TRAPPEL, René. 2016. China’s Agrarian Transition: Peasants, Property, and Politics. Lanham : Lexington Books.

UNGER, Jonathan. 2002. The Transformation of Rural China. Armonk : M.E. Sharpe.

VAN DER PLOEG, Jan Douwe. 2010. « The Peasantries of the Twenty-first Century: The Commoditisation Debate Revisited ». Journal of Peasant Studies 37 (1) : 1-30.

VAN DER PLOEG, Jan Douwe, et Jingzhong YE. 2016. « The Conundrum of Chinese Agriculture. » In Jan Douwe VAN DER PLOEG, et Jingzhong YE (éds.), China’s Peasant Agriculture and Rural Society: Changing Paradigms of Farming. Londres : Routledge. 1-24.

VANDERGEEST, Peter. 2003. « Land to Some Tillers: Developmentinduced Displacement in Laos ». International Social Science Journal 55 (175) : 47-56.

WU, Jieh-min. 2010. « Rural Migrant Workers and China’s Differential Citizenship: A Comparative Institutional Analysis ». In Martin K. WHYTE (éd.), One Country, Two Societies: Rural-urban Inequality in Contemporary China. Cambridge : Harvard University Press. 55-81.

YAN, Hairong, et Yiyuan CHEN. 2013. « Debating the Rural Cooperative Movement in China, the Past and the Present ». Journal of Peasant Studies 40 (6) : 955-81.

———. 2015. « Agrarian Capitalization without Capitalism? Capitalist Dynamics from Above and Below in China ». Journal of Agrarian Change 15 (3) : 366-91.

YE, Jingzhong. 2015. « Land Transfer and the Pursuit of Agricultural Modernisation in China ». Journal of Agrarian Change 15 (3) : 314-37.

YEP, Ray. 2020. « Local Alliances in Rural Urbanization: Land Transfer in Contemporary China ». China Information 34 (2) : 168-86.

ZHAN, Shaohua. 2017. « Hukou Reform and Land Politics in China: Rise of a Tripartite Alliance ». The China Journal 78 : 25-49.

ZHANG, Qian Forrest. 2015. « Class Differentiation in Rural China: Dynamics of Accumulation, Commodification and State Intervention ». Journal of Agrarian Change 15 (3) : 338-65.

ZHANG, Qian Forrest, et John A. DONALDSON. 2008. « The Rise of Agrarian Capitalism with Chinese Characteristics: Agricultural Modernisation, Agribusiness and Collective Land Rights ». The China Journal 60 : 25-47.

———. 2010. « From Peasants to Farmers: Peasant Differentiation, Labor Regimes, and Land-rights Institutions in China’s Agrarian Transition ». Politics & Society 38 (4) : 458-89.

———. 2013. « China’s Agrarian Reform and the Privatization of Land: A Contrarian View ». Journal of Contemporary China 22 (80) : 255-72.

ZHANG, Qian Forrest, Carlos OYA, et Jingzhong YE. 2015. « Bringing Agriculture Back In: The Central Place of Agrarian Change in Rural China Studies ». Journal of Agrarian Change 15 (3) : 299-313.

Haut de page

Notes

1 Un mu correspond à 0,0667 hectare soit 667 mètres carrés.

2 Entretien, Dingxi, 7 octobre 2016.

3 Ces dernières années, un grand nombre d’études remarquables sur les dynamiques des transformations agricoles en Chine ont été publiées. Voir par exemple Zhang et Donaldson (2008, 2010) ; Ong (2014) ; Ye (2015) ; Zhang, Oya et Ye (2015) ; Sargeson (2016) ; Schneider (2016) ; Yep (2020).

4 Pour une présentation détaillée de ces politiques, veuillez vous référer à la prochaine partie de cet article.

5 Cet article définit les petites exploitations comme des entités disposant de faibles ressources technologiques, de capitaux extérieurs limités et reposant principalement sur le travail des ménages. Cette définition inclut et va au-delà de l’agriculture vivrière.

6 Le Document n°1 de 2018 est explicite : « S’il n’y a pas de modernisation de l’agriculture et des villages, il n’y aura pas de modernisation de la nation » et « la Stratégie de revitalisation rurale […] est l’endroit où va se jouer la bataille pour une “société de moyenne aisance” (xiaokang shehui 小康社會) et où la mission historique d’édification d’un pays socialiste moderne sera accomplie » (Comité central du PCC et Conseil des affaires d’État 2018a). Les Documents n°1 sont des déclarations officielles spécifiques sur l’agriculture et les campagnes, publiés conjointement par le Conseil des affaires d’État et le Comité central du Parti communiste chinois. Ils constituent en général les premiers documents publiés conjointement sur une année donnée, d’où leur nom.

7 L’auteur est grandement redevable au professeur Han Guoming et à Mme Guo Pengpeng de l’Université de Lanzhou.

8 Afin de protéger la confidentialité des personnes interrogées, seule la juridiction municipale et la date seront utilisées pour faire référence aux enquêtés. Plusieurs entretiens ont eu lieu le même jour.

9 Le Plan de revitalisation rurale offre une bonne synthèse de ces trois points (Comité central du PCC et Conseil des affaires d’État 2018b).

10 Il est étonnamment difficile de trouver le nombre de personnes qui sont officiellement classées comme paysans. Un tableau tiré du Plan pour un nouveau type d’urbanisation révèle un écart de 17,3 % entre ceux qui vivent à la ville et ceux qui disposent en réalité d’un domicile légal en zone urbaine (respectivement 52,6 % et 35,3 %) pour l’année 2012 (Comité central du PCC et Conseil des affaires d’État 2014). Ces dernières années, le Bureau national des statistiques de Chine préfère faire la différence entre les résidents en zone urbaine (à long terme) et ceux en zone rurale. En 2019, les résidents ruraux s’élevaient à 39,4 %, en baisse par rapport aux 50,1 % de 2010 et aux 73,6 % de 1990 (Bureau national des statistiques de Chine 2020a : 51).

11 Ce programme est arrivé dans le sillage d’une récente réforme visant à clarifier davantage les droits de propriété relatifs aux terres collectives et à éliminer les obstacles à leur marchandisation (Bureau général du Comité central du PCC et Bureau général du Conseil des affaires d’État 2016). La ligne principale de cette réforme était la « séparation des trois droits » (sanquan fenzhi 三權分置), à savoir la séparation des droits de propriété, des droits contractuels et des droits d’exploitation. À bien des égards, cette réforme a codifié des pratiques qui avaient déjà cours depuis plusieurs années (voir également Trappel 2016).

12 Sauf indication contraire, la description qui va suivre est basée sur les Opinions directrices de 2017.

13 Voir le tableau 1, « “13e plan quinquennal”, indicateurs clés pour la modernisation agricole » (« Shisanwu », nongye xiandaihua zhuyao zhibiao, « 十三五 », 農業現代化主要指標) (Conseil des affaires d’État 2016).

14 Un article sur les réformes suggère que les entreprises agricoles qui atteignent une certaine superficie (50 mu dans la plupart des provinces, 100 mu dans le Guangdong) recevraient des subventions supplémentaires variant entre 100 et 230 RMB par mu de terre cultivée. Ces sommes devraient couvrir une partie considérable des frais de location annuels des terres agricoles, qui variaient dans un de nos entretiens entre 300 et 900 RMB par mu. Voir : « 農民好消息 : 2020年3項補貼將發, 家家上千元, 直接到卡 ! » (Nongmin hao xiaoxi : 2020 nian 3 xiang butie jiangfa, jiajia shang qian yuan, zhijie dao ka !, Bonne nouvelle pour les paysans : en 2020, le [programme] des trois subventions sera mis en place, [offrant] plus de 1 000 RMB à toutes les familles, directement sur leur carte bancaire !), Tencent News (腾讯網), 5 mai 2020, https://new.qq.com/omn/20200505/20200505A0LNVK00.html (consulté le 20 juillet 2020).

15 Lin Xu, « Vision China Puts Spotlight on Yellow River Civilization and Gansu », China Daily, 25 septembre 2020, https://www.chinadaily.com.cn/a/202009/25/WS5f6dc871a31024ad0ba7bee0.html (consulté le 12 novembre 2020).

16 Un fen représente un dixième d’un mu ou 66,7 m2.

17 Entretien, Zhangye, 19 mars 2019.

18 Au sujet de l’âge des personnes interrogées, voir également : Wang Yi, « “果”斷前行 » (« Guo » duan qianxing, « La culture fruitière » s’émancipe [et] va de l’avant), Pingliang ribao (平涼日報), 11 novembre 2019, http://szb.plxww.com/epaper/plrb/20191111/articel02007a.htm (consulté le 26 août 2020).

19 « 甘肅定西市: “三變”改革激活農村產業發展新要素 » (Gansu Dingxishi : « sanbian » gaige jihuo nongcun chanye fazhan xin yaosu, Ville de Dingxi, province du Gansu : la réforme des trois changements crée de nouveaux facteurs de développement industriel en zone rurale), Gansu jingji ribao (甘肅經濟日報), novembre 2018, http://nc.mofcom.gov.cn/article/nyyw/201811/965628.html (consulté le 26 août 2020).

20 Entretien, Zhangye, 20 mars 2019.

21 Entretien, Lanzhou, 15 mars 2019.

22 Entretien, Dingxi, 27 mars 2019.

23 Même les membres des nouveaux sujets agricoles évoquaient fréquemment leurs difficultés financières.

24 Une personne interrogée a fait état de prêts privés dont les taux d’intérêt s’élevaient à 12 % (entretien, Tianshui, 10 octobre 2016).

25 Entretien, Tianshui, 11 octobre 2016.

26 Entretien, Baiyin, 6 octobre 2016.

27 La différence de financement a fait l’objet d’un vaste débat dans les médias. Un article de presse évoque qu’en 2017, 14,87 % des ménages agricoles classiques avaient réussi à obtenir un prêt au cours des trois années précédentes. En revanche, ce chiffre s’élevait à 17,34 % pour les fermes familiales et les ménages spécialisés, à 31,62 % pour les coopératives, et à 40,71 % pour les entreprises « têtes de dragon » (voir : « 經濟日報調查報告: 新型農業經營主體信貸規模有所提升 » (Jingji ribao diaocha baogao : xinxing nongye jingying zhuti xindai guimo you suo tisheng, Enquête du Quotidien économique : augmentation sensible du volume des crédits accordés aux nouveaux sujets agricoles), Pengpai xinwen (澎湃新聞), 30 novembre 2019, https://www.thepaper.cn/newsDetail_forward_5105552 (consulté le 18 mai 2020).

28 Entretien, Tianshui, 10 octobre 2016.

29 Entretiens, Baiyin, 6 octobre 2016, et Tianshui, 10 octobre 2016.

30 Entretien, Lanzhou, 3 octobre 2016.

31 Entretien, Baiyin, 6 octobre 2016 ; voir également Sargeson (2016 : 11) ; Schneider (2017 : 95).

32 Entretien, Dingxi, 26 mars 2019.

33 Entretien, Tianshui, 11 octobre 2016.

34 Les réglementations fiscales peuvent aussi inciter à former une coopérative. Un responsable d’une coopérative a par exemple affirmé que « les entreprises doivent payer des impôts, ce n’est pas le cas pour les coopératives » (entretien, Baiyin, 6 octobre 2016).

35 L’adhésion au Parti ou le fait d’avoir des amis et des proches au sein du gouvernement local ont également été avancés comme des facteurs importants pour obtenir des informations sur les subventions et le financement de projets.

36 Entretiens, Dingxi, 7 octobre 2016, et Tianshui, 10 octobre 2016.

37 Entretien, Baiyin, 6 octobre 2016.

38 Entretiens, Pingliang, 29 septembre 2016, et Dingxi, 5 octobre 2016.

39 Entretien, Tianshui, 11 octobre 2016.

40 Entretien, Tianshui, 11 octobre 2016.

41 La presse locale liste différentes variantes de ces modèles de développement qui intègrent des ménages agricoles dans leurs chaînes de valeur (voir par exemple : Wang Yi, « “果”斷前行 » (« Guo » duan qianxing), op. cit..

42 En raison du grand nombre de petits exploitants locaux quittant leurs terres, la location de terres ne représentait pas un gros problème pour eux. Les prix mentionnés étaient bien inférieurs à ceux d’autres régions, allant de 300 RMB par mu par an pour de bonnes terres agricoles à 100 RMB par mu par an pour des terres agricoles de qualité inférieure.

43 Entretien, Baiyin, 6 octobre 2016.

44 Cela est lié en partie aux difficultés qu’il a rencontrées pour obtenir un prêt.

45 Entretien, Pingliang, 29 septembre 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Trappel, « De paysan à élite : réorganisation de l’agriculture dans la province du Gansu »Perspectives chinoises, 2021/2 | 2021, 9-19.

Référence électronique

René Trappel, « De paysan à élite : réorganisation de l’agriculture dans la province du Gansu »Perspectives chinoises [En ligne], 2021/2 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 25 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/12278

Haut de page

Auteur

René Trappel

René Trappel est chercheur en politique comparée et maître de conférences à l’institut d’études chinoises de l’Université de Fribourg. Ses recherches actuelles portent sur les changements agraires, l’urbanisation, la gouvernance locale et les relations entre l’État et la société en Chine. Institute of Chinese Studies, University of Freiburg, Fribourg, Allemagne (rene.trappel@sinologie.uni-freiburg.de).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search