Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2021/2DossierRetour à la terre des « paysans-e...

Dossier

Retour à la terre des « paysans-entrepreneurs » : les nouveaux acteurs de l’agroécologie paysanne chinoise

Jean Tassin
Traduction de Cécile Boussin
p. 21-31

Résumé

Cet article analyse les processus de cadrage à l’œuvre dans la redéfinition de l’« agroécologie paysanne » dans la Chine contemporaine. Se fondant sur l’étude des « néo-paysans » qui ont fait leur apparition au sein des réseaux de l’agriculture biologique paysanne, il interroge les ambiguïtés de l’éthique alimentaire comme pierre angulaire des marchés alimentaires alternatifs. Cette recherche porte sur l’émergence des « paysans-entrepreneurs » à travers (1) la transmission de valeurs et de compétences dans les processus de valorisation du patrimoine culturel, (2) l’instauration d’un climat de « confiance » dans les échanges marchands, et (3) la négociation entre producteurs et détaillants dans un marché de qualité pour des produits singuliers.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 16 septembre 2020. Accepté le 16 avril 2021.

Texte intégral

L’auteur souhaite remercier Karita Kan, René Trappel et Emmanuel Caron pour leurs commentaires sur les versions précédentes de cet article. Il est également reconnaissant aux deux relecteurs anonymes pour leurs observations et recommandations pertinentes.

Mouvements paysans et jeunes entrepreneurs dans la Chine contemporaine

  • 1 Les noms des protagonistes, ainsi que celui de l’association, baptisée ici Long Live Farmers, ont é (...)
  • 2 Les « jeunes de retour à la terre » ou « les jeunes de retour au pays » (fanxiang qingnian 返鄉青年) jo (...)
  • 3 Le président emprunte ces mots au « Manifeste Slow Food pour la qualité », https://slowfood.com/fil (...)

Chun Ge et Ah Dai observent la vallée1. Les montagnes du Guangxi se perdent dans le ciel encore noir, et les deux hommes grommellent, résignés : il est 4h30 et l’ombre des montagnes ne quitte pas l’horizon, le temps sera une fois de plus trop humide pour l’extraction du sucre de canne. Il a plu durant tout l’hiver, si bien que Chun Ge n’a pas pu commencer à produire de sucre, mais durant cette semaine de janvier 2019, la ferme accueille une douzaine de jeunes venus de toute la Chine pour observer le processus de fabrication du sucre rouge. D’un mot, d’un geste, Chun Ge donne tout de même des ordres. Il veut montrer en quoi consiste son travail, même si ce cycle de production pourrait ne pas être de qualité suffisante pour être vendu. Invité à prêter main forte, je me joins à eux pour couper et écraser les cannes, et stocker la bagasse dans un endroit sec pour l’année à venir. La bagasse de l’année précédente est brûlée sous les cuves où le jus de canne à sucre commence à bouillir, devenant de plus en plus dense jusqu’à former du caramel, qui est ensuite moulé en petits cubes ou haché en poudre. À 7h, les premiers visiteurs sont encore engourdis par le sommeil. Smartphone ou appareil photo en main, chacun fait le tour des installations pour admirer le savoir-faire des agriculteurs et immortaliser le processus de production. Leurs photos rempliront les pages des plateformes de vente qu’ils animent ou celles des revues sur l’agroécologie paysanne chinoise et les circuits courts d’approvisionnement. Les jeunes observent les hommes et les femmes au travail, ils peuvent même donner un coup de main et, surtout, c’est l’occasion pour eux de partager leurs expériences de « jeunes de retour à la terre » sur le marché de la production paysanne qui bénéficie d’un dynamisme renouvelé2. Plus tard, assis autour d’un poêle à charbon, ils évoquent les difficultés qu’ils ont rencontrées pour mener à bien leurs activités à Pékin, Suzhou, Hanzhong, Nanning ou Canton, et demandent conseil au président de Long Live Farmers (LLF), une association pionnière dans le renouveau de l’agriculture paysanne chinoise depuis sa fondation au milieu des années 2000, et dont l’affiche sous l’auvent indique : « Manger est un acte agricole3 ».

  • 4 Les réseaux agroalimentaires alternatifs « opèrent en marge des circuits alimentaires industriels t (...)
  • 5 Diverses transactions économiques sont liées aux circuits courts, conçus comme une relation commerc (...)
  • 6 Sur les relations sociales à travers les circuits courts, voir par exemple Chiffoleau (2019).
  • 7 Apparu au début des années 2010, le terme « néo-paysan » désigne une personne jeune et instruite qu (...)

À travers leurs photos de caramel bouillant, leurs selfies avec Chun Ge, et leurs récits fourmillants de savoirs ruraux et d’anecdotes illustrant la vie paysanne, les « jeunes de retour au pays » façonnent une nouvelle représentation de l’agriculture paysanne en Chine. Depuis une quinzaine d’années, en marge des politiques de développement rural, les réseaux agroalimentaires alternatifs contribuent aux changements politiques et économiques dans les campagnes chinoises (Si, Schumilas et Scott 2015 ; Si et Scott 2019 ; Guo 2020)4. Ils sont à l’origine d’une nouvelle forme de jeunes entrepreneurs qui promeuvent une éthique de l’« agroécologie paysanne » afin de développer des marchés urbains proposant des produits agricoles « sûrs ». Les circuits courts d’approvisionnement favorisent l’émergence de transactions économiques qui remettent au cœur de l’échange la relation directe entre producteur et consommateur grâce aux marchés de producteurs, aux magasins bio, à la restauration locale, au tourisme vert, etc.5. Ils accordent une place prépondérante à la reconnaissance de l’artisanat local dans l’agriculture paysanne en tant que culture associée aux pratiques agricoles et alimentaires6. Dans un contexte de transition agraire et de crises alimentaires marquées par la répétition de scandales à grande échelle – crise de confiance tant envers les entreprises agroalimentaires qu’en ce qui concerne les certifications d’agriculture biologique – certains réseaux « alternatifs » mettent en avant la persistance d’une agriculture paysanne de subsistance et valorisent le retour à la terre des « néo-paysans » (xin nongren 新農人) autoproclamés7.

Illustration 1. Des « néo-paysans » de retour à la terre discutent de réseaux « alternatifs » avec le président de LLF à la ferme de Chun Ge. Crédit : Ah Li.

Cet article contribue à l’étude de l’économie politique des transformations capitalistes dans le système agroalimentaire chinois (Zhang et Donaldson 2010 ; Trappel 2015 ; Yan et Chen 2015). Le contexte politique général lié à la transformation agraire témoigne de la disparition de la paysannerie chinoise en tant que classe (Sargeson 2016). En effet, la modernisation de l’agriculture entreprise par le biais de politiques, de discours, de subventions ou d’incitations fiscales au niveau central ou régional a conduit à l’intégration verticale de l’agriculture de petite échelle et à la différenciation rurale (Zhang et Donaldson 2010 ; Gürel 2014 ; Schneider 2015 ; Ye 2015 ; Gong et Gürel 2019), tandis que les dynamiques structurelles mettent en évidence la dépaysannisation et le démantèlement systématique des économies non orientées vers le marché. La dynamique de modernisation met également en péril des mouvements alternatifs favorables aux paysans tels que Nouvelle reconstruction rurale (Yan et Chen 2013 ; Day et Schneider 2018). Les initiatives rurales visant à créer des coopératives intégrales ou d’autres formes de communautés rurales s’orientent vers des modes d’échanges plus capitalistes ou axés sur le marché (Hale 2013 ; Gürel 2014).

  • 8 Si ce terme évoque les forces historiques majeures à l’origine de la fondation de la République pop (...)
  • 9 Voir par exemple le Document n°1 du Comité central pour 2018 et 2019, le « Plan quinquennal pour la (...)
  • 10 Elles sont quasiment toutes liées au mouvement de Nouvelle reconstruction rurale ; il s’agit notamm (...)
  • 11 Entre autres, Oxfam Hong Kong, Partnerships for Community Development (PCD), World Vision, Greenpea (...)
  • 12 Nous avons choisi de garder le terme anglais de CSA dans cet article. En effet, les pratiques de re (...)

Les réseaux agroalimentaires alternatifs sont néanmoins en plein essor en Chine, stimulés par l’inquiétude croissante de la population vis-à-vis de la sécurité sanitaire des aliments (Yang et Wang 2017 ; Guo 2020 ; Klein 2020). La figure du « petit foyer paysan » (xiaononghu 小農戶)8 réapparaît sur le devant de la scène dans les textes officiels du Parti9, à la faveur d’expérimentations académiques10, d’initiatives provenant d’organisations internationales d’aide au développement11, de coopératives ou d’entreprises commerciales. Certaines recherches universitaires constatent l’influence internationale du système japonais Teikei et de la community-supported agriculture (CSA)12 nord-américaine sur le mouvement chinois (Yang et Wang 2017), tandis que des organisations non gouvernementales (ONG) travaillent avec des réseaux internationaux favorables aux paysans tels que La Via Campesina, Slow Food ou Urgenci. Tant sur le plan national qu’international, le contexte confère une légitimité institutionnelle aux réseaux « alternatifs » et aux initiatives entrepreneuriales « paysannes » individuelles. À cet égard, les réseaux agroalimentaires alternatifs constituent également un moyen de mettre en question les changements d’ordre politique et économique dans les régions rurales, qu’ils soient analysés du point de vue de la transformation agraire, considérés comme « un maigre lot de consolation pour la perte des coopératives intégrales » (Day et Schneider 2018), sous l’angle des politiques publiques et de la souveraineté alimentaire (Yan, Ku et Xu 2021) ou celui de la négociation avec l’État (Lammer 2017).

En marge de ces réformes structurelles, l’économie paysanne de subsistance, écartelée entre les initiatives politiques, caritatives et académiques, continue de faire naître nombre d’acteurs et d’activités dynamiques. Cet article soutient que les « jeunes de retour au pays », évoluant d’une sphère de subsistance à l’autre, concourent à la vitalité des marges et sont susceptibles de constituer un contrepoint venant de la base aux injonctions d’en haut. Ils se débattent entre la mobilisation politique et le développement de marchés et, en mettant en avant les produits agricoles comme des aliments de « qualité » à forte valeur marchande, ils adoptent une approche pragmatique pour lutter contre les transformations de l’agrobusiness. Ces jeunes créent des circuits courts d’approvisionnement alimentaire afin de contourner la médiation institutionnelle et d’aller à l’encontre de la stratification axée sur le marché, mais aussi pour rétablir d’autres formes de différenciations rurales. De ce point de vue, cet article apporte une contribution à l’étude de la transformation agraire chinoise à travers le champ d’action des nouveaux acteurs des réseaux agroalimentaires alternatifs qui établissent un lien entre les espaces de l’agriculture paysanne, fondée sur une économie de subsistance, et le marché de niche des aliments sûrs et sains en milieu urbain.

Les « néo-paysans » de retour au pays agissent comme des entrepreneurs ruraux de différentes manières. En créant des points de vente pour la production des petits exploitants, ce sont des entrepreneurs sociaux qui contribuent au développement rural ; en réprouvant le secteur agro-industriel et en prônant une éthique alimentaire fondée sur la production agroécologique locale, ils remplissent la fonction d’entrepreneurs de morale (Becker 1966) ; et en développant des circuits courts et des marchés de niche pour les aliments sûrs et sains, ils deviennent entrepreneurs commerciaux, indépendants ou membres d’une coopérative. Dans diverses traditions d’études rurales, la notion d’« entrepreneur » fait référence à l’opposition entre le producteur en tant que petit exploitant agricole et l’agriculteur-entrepreneur dans l’agriculture modernisée (Mendras 1993 ; van der Ploeg 2014). Cet article met en lumière l’émergence d’acteurs entrepreneuriaux dans le cadre de la petite agriculture paysanne. Ces « jeunes de retour à la terre » se lancent dans l’agriculture à petite échelle après avoir vécu en milieu urbain, le plus souvent en tant qu’étudiants ou travailleurs non qualifiés. Jouant un rôle pivot au sein des réseaux alternatifs, ces jeunes, nés dans les années 1980 et 1990, se désignent comme « paysans » sous diverses appellations : jeunes de retour à la terre (fanxiang qingnian 返鄉青年), étudiants de retour à la terre (fanxiang daxuesheng 返鄉大學生), néo-paysans (xin nongren 新農人), mi-paysan/mi-X (bannong bancha 半農半×), praticiens de l’agroécologie (shengtai nongye shijianzhe 生態農業實踐者), ou entrepreneurs sociaux (shehui qiyejia 社會企業家). Ils redéfinissent « l’agroécologie paysanne » en prônant la petite agriculture comme un choix éthique et entrepreneurial, contre l’image négative du paysan considéré comme ignorant et arriéré (Schneider 2015). Ils contribuent à la fois au renouvellement des pratiques de production – associant artisanat local et principes écologiques ou permaculturels – et des modes de distribution, en accordant une place prépondérante aux circuits courts dans le commerce électronique (Ye, Dou et Zhang 2018).

Les mouvements en faveur de l’« agroécologie paysanne » ont pour effet de brouiller la définition de l’agriculture paysanne. D’une part, l’agroécologie paysanne fait référence à une économie de subsistance reposant sur l’agriculture à petite échelle, une main-d’œuvre familiale et une participation limitée au marché. Les petits exploitants consomment la majorité de leur production et proposent le surplus à la vente pour compléter leurs revenus ; ce sont les « néo-paysans » qui vendent au détail les « produits paysans » aux consommateurs des zones urbaines. D’autre part, les « néo-paysans » créent également des exploitations agricoles et prennent directement part au processus de production. Il peut s’agir d’une production familiale, mais ils emploient aussi parfois une main-d’œuvre salariée. Ces exploitations sont intégrées dans les réseaux des marchés nationaux, et la production constitue leur revenu principal. De ce point de vue, l’« agroécologie paysanne » recouvre des modes de production à la fois très éloignés et étroitement liés.

  • 13 « Le travail marchand » (market work) se réfère en partie aux « “professionnels du marché” dont la (...)

Se situant à la jonction entre les différentes plateformes de vente, et entre les réseaux écologiques et les réseaux de développement à l’échelle régionale, nationale et internationale, les « néo-paysans » s’érigent en porte-paroles d’une culture paysanne à protéger et à valoriser, qu’elle soit ancestrale, ethnique, agricole, culinaire, sociale, voire totalement renouvelée par son insertion dans une culture mondialisée. En tant que membres d’entreprises commerciales ou de coopératives agricoles, les « jeunes de retour au pays » jouent un rôle d’interface entre les exploitations agricoles et le marché urbain, facilitant le transfert de compétences tout en soulevant la question de l’autonomie économique et politique des producteurs. Leur retour à la terre renouvelle la définition de l’agriculture paysanne à travers le « travail marchand13 », situé à l’intersection des activités de production, de transformation, de marketing et de vente.

  • 14 Sur l’éthique alimentaire, voir Tassin (2020).
  • 15 L’une des deux expressions les plus utilisées pour CSA parmi d’autres : « agriculture soutenue par (...)

Cet article avance qu’au-delà du contexte institutionnel, les jeunes « paysans-entrepreneurs » contribuent à une opération de cadrage qui redéfinit l’« agroécologie paysanne » du point de vue de la jeune génération diplômée. Elle s’enracine à la fois dans l’agriculture vivrière et dans les normes sociales et écologiques internationales. Les acteurs institutionnels et individuels des réseaux agroalimentaires alternatifs définissent et diffusent les critères de « qualité » des produits et des réseaux en termes d’« éthique alimentaire14 » : implantés localement, écologiquement et économiquement viables, socialement équitables, et conscients des implications sociales et environnementales de l’acte de manger. Ils définissent la nouvelle agriculture paysanne comme une agroécologie sociale (shehui shengtai nongye 社會生態農業)15.

L’« agroécologie sociale » émergente met en lumière des « entrepreneurs modèles », souvent diplômés de l’université, mais elle met également au premier plan d’autres catégories de jeunes d’origine paysanne qui participent au moins autant à la création de réseaux « alternatifs ». Malgré les relations « éthiques » qui se nouent dans les interactions entre l’élite universitaire et les praticiens de l’agriculture, des inégalités persistantes révèlent la reproduction de rapports de force. À cet égard, les « paysans-entrepreneurs » occupent une position paradoxale : ils sont à la fois les porte-drapeaux d’une production agricole à petite échelle, écologique et axée sur les ménages, et des capitalistes qui exploitent le travail des ouvriers agricoles en imposant une hiérarchie fondée sur le savoir et les réseaux aux ménages paysans ordinaires avec lesquels ils collaborent.

Fondé sur l’étude des « néo-paysans » qui ont fait leur apparition au sein des réseaux de l’agriculture biologique paysanne, cet article interroge les ambiguïtés de l’éthique alimentaire comme clé de voûte des marchés alimentaires alternatifs. Selon une perspective goffmanienne de la sociologie constructiviste (Goffman 1991), les pages suivantes analysent les processus de cadrage en jeu dans la redéfinition de l’« agroécologie paysanne » dans la Chine contemporaine. Cette recherche s’intéresse à l’entrée en scène de « paysans-entrepreneurs » à travers, d’une part, la transmission de valeurs et de compétences dans les processus de valorisation du patrimoine culturel et, d’autre part, la négociation entre producteur et détaillant dans un marché de produits singuliers axé sur la qualité. Elle tend à démontrer que (1) les « néo-paysans » promeuvent l’agroécologie paysanne et font obstacle à l’intégration verticale favorisée par l’agrobusiness, (2) ils rétablissent la confiance dans la relation commerciale, mais (3) ils reproduisent également l’exploitation capitaliste dans les relations de production.

Long Live Farmers : des montagnes reculées du Guangxi aux forums internationaux sur l’alimentation, et retour

  • 16 Dans le milieu professionnel comme dans son entourage, le fondateur de l’association est uniquement (...)
  • 17 Il s’agit d’une organisation implantée à Hong Kong et œuvrant dans le domaine du développement. Ell (...)

Cet article s’intéresse principalement à une association située dans le Guangxi, Long Live Farmers, qui promeut l’agriculture de subsistance, l’artisanat local et une cuisine de terroir. LLF est l’une des premières associations en Chine continentale à avoir repensé l’approvisionnement alimentaire urbain grâce au développement de circuits courts de proximité. Depuis 2003, un noyau d’une dizaine de personnes réunies autour du « président16 », le fondateur de l’association, expérimente des systèmes d’approvisionnement court à travers des marchés de petits exploitants, des exploitations familiales et des coopératives agricoles intégrales. Dans un premier temps, ils ont collecté pour eux-mêmes des aliments de « qualité » – c’est-à-dire cultivés localement, sans intrants ni engrais chimiques – en établissant une relation commerciale économiquement équitable pour les producteurs. En 2006, le président est contacté par l’ONG Partnerships for Community Development (PCD)17 qui le convainc d’inscrire son activité de vente au détail entre villes et campagnes dans la CSA, et que l’association pourrait intégrer les réseaux nationaux et internationaux. Il participe alors à des événements internationaux en Chine et en Europe, et Slow Food, notamment, suscite son admiration. Durant quelques années, LLF a accueilli des « stagiaires » de PCD au Guangxi, et a également mené un travail sur les coopératives intégrales avec d’autres ONG de développement et des groupes de recherche universitaires. À la fin des années 2010, l’association devient une institution de référence pour les réseaux d’agroécologie paysanne chinois. Depuis 2015, elle réoriente progressivement ses activités à l’échelle régionale et, si elle n’accueille plus de stagiaires du PCD, elle met l’accent sur le soutien aux jeunes de la région qui retournent vers le monde rural et l’agriculture paysanne.

Aujourd’hui, grâce à une plateforme en ligne et plusieurs restaurants et magasins « L’excellence du terroir » situés dans une métropole du centre du Guangxi, l’association propose à la population urbaine des produits agricoles sous forme de paniers de légumes et de viande, de plats cuisinés ou transformés. LLF n’est pas agréée en tant qu’association, il s’agit d’un collectif informel agissant sous l’égide commerciale des restaurants.

J’ai rejoint LLF en 2017 lors de mes enquêtes de terrain effectuées dans le cadre de ma recherche de doctorat, en présentant ma démarche sous l’angle sociologique. Au début de mes trois années discontinues de travail de terrain avec l’association, j’ai commencé mon étude ethnographique par une observation in situ dans les fermes, les montagnes, les restaurants, les foires de village, à l’occasion d’initiatives néo-paysannes et lors de congrès et séminaires nationaux et internationaux. À partir de novembre 2018, l’observation est devenue participante dans un groupe de recherche-action sur les produits locaux chinois, formé dans l’environnement de LLF, qu’on m’a invité à intégrer en tant que chercheur. Les périodes d’observation ont compris une série d’entretiens avec 40 membres du réseau, et l’étude des interactions en ligne, des groupes et plateformes de vente et des comptes publics de réseaux sociaux d’entrepreneurs, afin d’analyser la stratégie marketing de « mise en confiance » de ces derniers.

  • 18 Quatre entretiens parmi un total de 44 et quatre séances de travaux spécifiques sur le terrain en a (...)
  • 19 Mariés à des femmes exerçant diverses professions, de classe ouvrière ou femmes au foyer ; certains (...)
  • 20 Des femmes âgées, pauvres et non diplômées.

Cet article s’appuie sur une sélection d’études de cas issues de ce travail de terrain18. Elles se sont déroulées en majeure partie dans le Guangxi, dans des restaurants, des réseaux de fermes, et lors de réunions organisées par LLF. Elles prennent également place dans des exploitations situées dans d’autres provinces (Yunnan, Shaanxi, Guangdong) qui contribuent à la création d’un marché spécifique, et dans des congrès internationaux où les acteurs travaillent à l’établissement de réseaux (Chengdu, Pékin). Les entrepreneurs et agriculteurs présentés dans cet article font tous partie du réseau LLF, mais ils sont également parfois intégrés dans d’autres réseaux d’agriculture paysanne locaux, régionaux ou nationaux. Ils constituent un groupe d’hommes19 quasiment homogène, nés entre 1984 et 1989, d’origine rurale et revenus sur les terres familiales après avoir obtenu un diplôme universitaire. D’autres acteurs ne sont pas diplômés, mais s’avèrent néanmoins essentiels dans les réseaux, notamment les agricultrices20 d’une coopérative intégrale et les migrants de retour dans leur région natale. Les citations d’entretiens et les descriptions ethnographiques mentionnées dans cet article sont toutes extraites de mon travail empirique.

Du paysan inculte au paysan-entrepreneur

L’association Long Live Farmers propose une démarche de soutien à l’agriculture paysanne orientée vers le marché. Selon son président, un bon moyen de reconnaître la grande valeur de l’agriculture vivrière et de l’artisanat local est d’acheter leurs produits à un prix plus élevé. Cette démarche pragmatique, bien que fortement ancrée dans une conception écologique et sociale de l’agroécologie paysanne, tend à considérer les compétences entrepreneuriales comme une dimension majeure du développement rural durable. LLF insiste sur l’importance de la viabilité du marché pour les agriculteurs locaux. En un sens, si les liens avec le marché ont pour effet de faire sortir les produits de subsistance de la consommation locale et de faire entrer le capitalisme dans l’économie du village, cette approche fait obstacle à des formes plus capitalistes de sous-traitance ou de travail salarié. Le président affirme, entre amusement et dépit :

  • 21 Entretien avec le président, 5 novembre 2018.

On me dit que je suis capitaliste parce que je les encourage à faire du profit ; très bien, s’ils le disent, mais il doit y avoir une motivation économique à la production. Les objectifs sociaux ou écologiques ne fonctionnent que si les producteurs peuvent survivre économiquement21.

  • 22 Sur les grammaires de la mobilisation, voir Trom (2001).
  • 23 Entretien avec le président, 10 février 2019.

Le sous-entendu est que les approches adoptées par les acteurs du développement, le milieu académique ou les ONG ont tendance à présenter des projets réussis, à embellir les résultats de leurs activités et à faire parler les producteurs avec le vocabulaire attendu par les bailleurs de fonds : au diapason du langage international de l’écologie et de l’autonomie paysanne22. En contrepoint, LLF tente de développer un marché qui assure un revenu régulier aux producteurs. L’association affirme que l’agriculture paysanne est économiquement viable et encourage les « jeunes de retour au pays » à maximiser les ressources de l’exploitation familiale par la pluriactivité, notamment la transformation alimentaire sur place et la vente en ligne. Elle vise en premier lieu à améliorer les conditions de vie des petits exploitants, puis à ouvrir des perspectives commerciales nouvelles, tout en évitant une trop grande implication vis-à-vis du marché. Pour le président, il est essentiel d’inverser le rapport entre l’offre et la demande : « S’ils [les producteurs] se plient aux exigences d’un restaurant ou du marché, je pense que cela ne peut pas fonctionner. […] On doit d’abord répondre à ses propres besoins en matière d’alimentation saine23 ».

Cette approche pragmatique permet, paradoxalement, d’éviter les risques de conventionnalisation. Elle met l’accent sur le fait que (1) l’agriculture paysanne est pratiquée par les ménages ou les coopératives, (2) elle est développée selon la perception locale des besoins dans une agriculture de subsistance, et (3) la diversité des pratiques culturelles est aussi nécessaire que la biodiversité et les variétés locales. En ce sens, elle place la localité au cœur de l’éthique alimentaire. Le retour des jeunes au village familial légitime le rôle social et économique de l’agriculture vivrière et lui donne une nouvelle impulsion.

  • 24 Comme pour les autres cas, les exemples et analyses qui suivent proviennent de mon travail ethnogra (...)

Lan, né en 1989, a obtenu un diplôme en design automobile, puis est retourné dans son village natal dans le but de regrouper les petits exploitants en une coopérative axée sur les pratiques locales d’élevage de canards dans les rizières24. Il dispose de deux ressources précieuses, le savoir et le soutien technique du président, ainsi que les revenus de deux activités entrepreneuriales précédentes – deux « chaudrons d’or » comme Lan les appelle – toutes deux investies dans la coopérative. Hormis une clôture installée au niveau du ruisseau qui traverse le village, les canards vivent et se reproduisent librement dans les rizières, participent à la riziculture en se nourrissant de parasites et de mauvaises herbes, et constituent la principale source de protéines des villageois. Le riz noir est planté en alternance avec les patates douces. L’organisation de la coopérative pour la production de ressources alimentaires permet de réduire la dépendance vis-à-vis du commerce extérieur en achetant au détail de la badiane sauvage, du bois de pin et des nouilles de patates douces. La relance d’une culture écologique ancestrale contribue à renforcer l’autonomie de la coopérative en la soustrayant au marché des organismes génétiquement modifiés (OGM). Avant la création de la coopérative agricole, le village, comme la région environnante, s’adonnait à la culture de riz hybride destiné à la vente, même si la culture de parcelles éparses de riz local était maintenue pour la consommation des habitants. Le système écologique de culture du riz traditionnel couplé à l’élevage de canards, et complété par une rotation des cultures avec la patate douce, a transformé le rapport des producteurs au marché. Lorsqu’il m’a fait faire le tour des rizières, Lan s’est montré ravi de cette pratique écologique :

En réalité, quand on cultive la terre de cette façon, il est inutile de dépenser de l’argent pour les semences, d’acheter des engrais ou des pesticides. C’est formidable. On élève des canards pour le désherbage, et on n’a pas à s’en soucier.

L’agriculture de subsistance prônée par la coopérative vise l’« autosuffisance alimentaire » (ziji zizu 自給自足) tout en relançant des pratiques agraires tombées en désuétude. En l’espace de trois ans, la coopérative, initialement composée de quelques foyers, a officiellement rassemblé 20 des 60 ménages du village, et tous les ménages agricoles ont abandonné la culture hybride au profit d’une rotation écologique des cultures. Conscients de la réussite économique de ce modèle, plusieurs villages voisins ont entamé des transitions similaires.

  • 25 La route menant au village de Lan a été asphaltée à la fin de l’année 2018, soit deux ans après la (...)

Dans les montagnes les plus reculées, l’activité de Lan met en évidence la résilience de l’agriculture vivrière25 et va à l’encontre d’une tendance générale de disparition de la petite agriculture, soumise au diktat de la modernité et du progrès social (Zhang et Donaldson 2010). Contrairement à la génération des anciens villageois, Lan bénéficie de son expérience d’entrepreneuriat en zone urbaine et de l’aide de LLF pour reconstruire cette coopérative. Il utilise les instruments des politiques standardisées de revitalisation rurale, à l’instar de la loi sur les coopératives agricoles et ses révisions depuis 2007, pour permettre le développement des ressources locales et mener à bien la restructuration de la gestion commune. Ce faisant, il détourne toutefois ces politiques de leur objectif de soutien aux coopératives, à savoir faciliter l’investissement et le transfert de terres. La coopérative a donc un effet fédérateur sur le plan social : en reconnaissant les bienfaits agroécologiques de l’artisanat local dans la rizière, elle pallie la disparition des cadres d’intégration économique et sociale qui structuraient auparavant les relations sociales.

Les jeunes rentrés dans leur région natale sont porteurs d’une nouvelle conception des pratiques locales, fondée sur l’écologie et la mobilisation des ressources disponibles sur place. Ils constituent une interface privilégiée pour la transmission des compétences, notamment à travers la pratique de la négociation dans un contexte capitaliste, perpétuent un patrimoine culturel – savoir-faire et artisanat ethnique – et contribuent à la valorisation gastronomique de la cuisine locale. Adoptant l’approche de LLF en matière d’éthique alimentaire, ces jeunes mobilisent des compétences entrepreneuriales au profit de la population locale. D’une certaine manière, ces compétences se sont muées en outils qui protègent les paysans d’une utilisation plus capitaliste de la terre et de la culture. Les « jeunes de retour au pays » apparaissent comme de nouveaux acteurs dans les relations entre villes et campagnes chinoises, acteurs que je nomme « paysans-entrepreneurs ». Ils ne travaillent pas nécessairement la terre eux-mêmes, mais leur socialisation primaire repose sur les interactions avec les petits exploitants. Ils ne cherchent pas à étendre les terres dont ils héritent, mais conçoivent – dans le cadre de l’agriculture à petite échelle – des produits de haute qualité destinés à être vendus sur un marché spécifique. Ils diffusent l’idée que l’agriculture intensive peut engendrer divers risques sociaux et environnementaux, ainsi que l’importance d’une éthique alimentaire selon laquelle chaque étape, de la production à la consommation, fait partie d’un processus interdépendant.

  • 26 La réussite économique de l’exploitation pose la question de la reconnaissance sociale des paysans (...)

Chun Ge, né en 1971, est retourné à l’agriculture paysanne en 2008 après avoir été chauffeur de camion de marchandises pendant 20 ans. Dès son plus jeune âge, il produisait chaque hiver du sucre rouge dans l’atelier familial et maîtrisait le processus de transformation traditionnel. Contacté et encouragé par le président, il a passé plusieurs mois en 2007 dans une exploitation agroécologique renommée en Malaisie afin d’enseigner la pratique agricole de la production de sucre de canne. À son retour, il a créé une exploitation agroécologique avec son épouse Chun Sao, soutenue par LLF dans le cadre d’un contrat de distribution de ses produits. En une dizaine d’années, la ferme est devenue l’une des plus reconnues au sein des réseaux alimentaires alternatifs de Chine continentale, notamment grâce à la vente de son sucre de canne rouge sur de nombreuses plateformes intermédiaires dans tout le pays26. Le modèle de production est écologique et axé sur les ménages. Le couple Chun n’est pas responsable de la distribution qui est gérée par LLF. Chun Ge et le président disent avoir « grandi ensemble » en évoquant leur intérêt commun pour l’agroécologie paysanne. Les deux hommes se sont formés grâce à un échange mutuel de compétences pratiques et de points de vue sur l’agroécologie. Le président, né en 1969, a travaillé dans le domaine de la publicité avant de se consacrer au maintien de l’agriculture paysanne et, à la suite de à cette transition, il a continué à mobiliser le capital culturel et social de son activité précédente pour mieux faire connaître les produits de Chun Ge et d’autres producteurs. Parallèlement, Chun Ge a commencé à vendre ses produits sur d’autres plateformes de réseaux alternatifs, s’assurant ainsi une autonomie économique vis-à-vis de LLF.

Illustration 2. Transformation du sucre de canne. Crédit : auteur.

  • 27 Notes de terrain, 12 octobre 2017.
  • 28 Notes de terrain, 5 novembre 2018.
  • 29 Toute personne exerçant une fonction au sein de l’association peut investir dans l’entreprise et re (...)

Le président dit ironiquement à propos de lui et de Chun Ge : « Nous sommes tous les deux capitalistes : je suis un capitaliste urbain, il est un grand propriétaire terrien !27 ». Cette plaisanterie entend répondre aux critiques à propos de la manière dont l’association a été perçue. Cette dernière vise explicitement à dégager des bénéfices de la vente de produits paysans. Le président encourage d’ailleurs les jeunes qui rejoignent leurs rangs pour promouvoir l’agriculture paysanne à privilégier leur stabilité économique et leur autonomie vis-à-vis des subventions étatiques ou associatives. Cela vaut également pour LLF : « Il est essentiel qu’ils soient autonomes (zizhu自主), au cas où l’association fasse faillite28 », m’a confié le président dans une période d’incertitude économique. Profondément attaché à l’autonomie de LLF, le président rejette catégoriquement toute forme d’actionnariat : des clients proposent fréquemment à l’association d’investir dans des parts de marché, ce qu’il refuse systématiquement. Les restaurants et l’association fonctionnent uniquement grâce aux fonds investis par ceux qui y travaillent29. Au sein de l’association, les compétences en négociation s’exercent conformément à l’éthique alimentaire selon laquelle l’acte de manger fait partie de l’écologie politique afin de préserver l’« autonomie » et l’« éthique de subsistance » des paysans (Scott 1976, cité dans Bernstein 2015).

  • 30 Sur le mur du fond d’un des restaurants de LLF est peinte en gros caractères l’expression « justice (...)

Le partage des compétences en négociation contribue à la formation d’une conscience collective qui place les droits fonciers au cœur de l’agroécologie paysanne30. Grâce au collectif, les « jeunes de retour au pays » sont en mesure de prévenir le risque de transfert de terres à des entreprises du secteur agro-industriel soutenues par des subventions publiques et des incitations fiscales (Yan et Chen 2015). On observe la formation d’entrepreneurs « sociaux » qui participent à la valorisation des ressources disponibles et à l’autonomie des populations locales (van der Ploeg 2014). Lors d’un échange de messages entre Lan et le président sur l’application WeChat que ce dernier m’a fait parvenir, Lan lui demande ce qu’il pense de la proposition d’une entreprise de louer des parcelles de terre en montagne sur lesquelles la coopérative agricole cultive des pins et des badianiers. Le président répond qu’il avait entendu parler d’une expérience similaire dans le village de Chun Ge :

Près de l’exploitation de Chun Ge, il y a un propriétaire terrien qui a reçu des subventions publiques. Il a laissé la canne à sucre aux villageois pour qu’ils la coupent et la vendent aux compagnies sucrières. Manifestement, ils ne cherchaient pas à utiliser ces subventions pour développer la canne à sucre. Si vous acceptez, ils vont éroder la montagne avec des engrais chimiques, des pesticides et des désherbants, vos rivières seront polluées, il y aura davantage de maladies […].

  • 31 Historique des discussions en ligne entre Lan et le président, 27 mars 2019.

Le [Projet] badianier est le projet le plus écologique pour l’économie locale ; ne les croyez pas. Profitez plutôt de cette occasion pour encourager tout le monde à cultiver des badianiers. Vous devez être sûr d’une chose : lorsqu’ils auront gagné suffisamment d’argent, ils vous laisseront un sacré gâchis. C’est ce qui s’est passé avec les eucalyptus31.

  • 32 L’argument avancé par l’entreprise, en résumé, est de proposer que les agriculteurs reçoivent, pour (...)

L’entreprise se propose de louer l’espace correspondant au Projet badianier pour un bail de 30 ans au cours duquel elle a l’intention d’employer des agriculteurs locaux sur le site32. La réponse du président s’appuie sur une compréhension du problème selon trois aspects : écologie, investissement économique et droit foncier. De son point de vue, le transfert de terres n’implique pas uniquement un bail temporaire, mais une exploitation intensive des ressources qui restreint drastiquement toute possibilité de résilience économique ou écologique. Lan a trouvé des alliés au sein du réseau LLF pour négocier avec les entreprises du secteur agro-industriel. Ce faisant, il renforce l’activité de la coopérative dans le respect d’une éthique alimentaire de l’agroécologie paysanne qui constitue le nouveau cadre de référence de ces paysans-entrepreneurs du Guangxi.

LLF crée de nouveaux points de vente pour les produits de l’agriculture vivrière et fait ainsi entrer l’économie de marché et le capitalisme dans le village. Si ce processus peut aboutir à une conversion de l’agriculture paysanne en une agriculture orientée vers la production, il fait néanmoins obstacle à des formes plus intrusives de transformation agraire – notamment sous la forme d’une intégration verticale comme le transfert de terres ou l’agriculture de sous-traitance. Cependant, les marchés « alternatifs » de l’agriculture paysanne tissent un lien entre des mondes opposés : les villages de montagne isolés et les nouveaux espaces écologiques de consommation urbaine. Les « néo-paysans » de retour au pays agissent comme intermédiaires entre ces sphères et, dans un contexte de méfiance envers les produits paysans (Schneider 2015), leur rôle consiste à rétablir la confiance dans la relation commerciale. Ce rôle déterminant accentue la position contradictoire des « paysans-entrepreneurs » qui sont à la fois des défenseurs de l’agroécologie paysanne et des capitalistes agraires sur un nouveau marché de niche.

Relations de confiance et économie de la qualité : le soutien aux paysans grâce aux marchés de « qualité »

  • 33 C’est une référence explicite au mouvement des « jeunes instruits » (zhiqing 知青) des années 1950 et (...)

Sur le plan économique, les initiatives des « jeunes de retour au pays » renforcent la présence des produits agricoles sur les marchés locaux urbains et créent des canaux de distribution vers les grandes villes chinoises par le biais des marchés en ligne. Li Yangchao, rentré au pays après des études supérieures et des années d’enseignement dans un collège, s’est associé à son frère et à un cousin pour créer une plateforme de vente au détail de miel appelée Les nouveaux jeunes instruits33 (xin zhiqing 新知青). Une à deux fois par semaine, ils se rendent en véhicule tout-terrain au fin fond des montagnes du Qinling pour récolter du miel sauvage avec des apiculteurs isolés.

  • 34 Cette pratique a disparu depuis les années 1960 au profit des ruches à cadres.
  • 35 Notes de terrain, 4 octobre 2017.

Li met en valeur un produit et une méthode de production qui étaient voués à disparaître34. La plateforme de circuit court d’approvisionnement a ouvert un canal de distribution pour une centaine de ménages avec lesquels il collabore. Depuis 2011, le nombre de ruches traditionnelles a fortement augmenté dans les montagnes, parallèlement à la résurgence de l’apiculture sauvage. Seul intermédiaire entre les apiculteurs et les clients de sa plateforme, Li réduit les coûts logistiques et accroît considérablement le revenu des producteurs : de 8 yuan le kilo en 2011 à 60 yuan le kilo en 2017 au prix d’achat du producteur35.

Illustration 3. Apiculteur et ruches traditionnelles chinoises. Crédit : auteur.

Li a mis au point un système économique d’approvisionnement de proximité fondé sur la confiance avec les producteurs et les consommateurs urbains. Tandis que nous nous dirigeons vers les ruches après deux heures de route cahoteuse sur des sentiers de montagne, il m’explique qu’il publie des posts en ligne sur ses comptes publics WeChat, Weibo, Taobao et Douyin. Grâce au marketing en ligne, Li se présente comme un expert en agroécologie paysanne et un garant de l’éthique alimentaire tant dans ses activités professionnelles que personnelles : la chaîne de production prône le respect des abeilles en prélevant uniquement la moitié de la production de miel, le respect de la diversité culturelle en recourant à l’artisanat local, et le respect des producteurs grâce à une redistribution équitable du produit des ventes. Les vidéos mettent également en scène la vie personnelle de Li : bon père, soucieux de se procurer des produits agricoles biologiques pour nourrir ses enfants ; bon fils, retourné dans sa ville natale pour prendre soin de sa mère souffrante ; et jeune diplômé qui, tout en poursuivant des études supérieures, a pu mettre ses nouvelles compétences au service d’une communauté « menacée d’extinction ». Enfin, la relation écologique – lien direct, « mystique » entre l’apiculteur et les abeilles – assure une régulation naturelle de la production : on ne peut pas élever plus de 60 essaims au même endroit. La quantité limitée de fleurs de montagne a une incidence sur la production de miel, la situation géographique garantit donc la régulation de la production et justifie la rareté du produit. Ces critères – éthique, écologie, rareté – permettent de pratiquer un tarif supérieur à celui du marché conventionnel : Li facture 200 yuan pour un kilo de miel et 280 yuan pour un kilo de miel en rayon.

  • 36 Par exemple, la « néo-paysanne » Shi Yan et son équipe, qui organisent chaque année depuis 2009 des (...)

Au-delà des récits déployés par l’entrepreneur sur Internet, la relation de confiance repose sur un ancrage dans des réseaux permettant de considérer son activité parmi d’autres démarches similaires. En tant que représentant de LLF dans le Shaanxi, Li bénéficie de la réputation dont jouit l’association à l’échelle nationale, et sa participation aux congrès nationaux et aux forums internationaux sur l’agriculture paysanne lui offre une visibilité au sein de cercles d’entrepreneurs qui s’identifient les uns aux autres. Lors de ces événements publics, il présente parfois un apiculteur privilégié qui atteste de la méthode de récolte du miel, endossant le rôle d’auxiliaire dans l’établissement d’une relation de confiance. Ces événements sont l’occasion pour les « jeunes de retour au pays » de faire connaissance et de partager leur expérience de la pratique de l’agriculture biologique à petite échelle, de la création de plateformes de vente et de la commercialisation des produits agricoles. Ils rencontrent des entrepreneurs qui s’érigent en « paysans autodidactes » et assument le rôle de modèle de réussite sociale et économique36. Grâce à sa participation à ces réseaux et événements, Li est devenu un expert reconnu en agriculture biologique, et organise à son tour des événements tels que la visite guidée permettant de découvrir le procédé de fabrication du sucre rouge à l’exploitation de Chun Ge, mentionnée plus haut.

  • 37 Cette visite, inspirée d’une idée du président, était une première tentative qui pourrait être reno (...)
  • 38 Sept femmes et dix hommes, dont l’âge moyen est estimé à 33 ans ; les plateformes sont situées à Pé (...)
  • 39 Chun Ge est habitué, il sourit sur les photos, mais les autres agriculteurs se montrent plutôt agac (...)

Tirant parti de ces différents réseaux et formations, Li a invité des représentants de plateformes de vente de produits paysans à l’exploitation de Chun Ge lors de cette première visite37. Dix-sept38 jeunes entrepreneurs se sont réunis au Guangxi en janvier 2019 afin d’observer le processus de fabrication d’un produit qu’ils vendent ou envisagent de vendre sur leurs plateformes. La visite consacrée à la fabrication du sucre rouge a permis de montrer un savoir-faire concernant un produit spécifique. La canne à sucre est une production très répandue et subventionnée par l’État, et le sucre rouge un produit courant dans le sud de la Chine. Mais l’exploitation de Chun Ge est écologique – sans intrants chimiques et non motorisée, elle suit les cycles saisonniers et utilise le compost – et sa production de sucre rouge est artisanale et respecte un processus de fabrication « à l’ancienne ». Les entrepreneurs invités ont établi une « relation de confiance » à la faveur de cette visite. Ils vendent l’authenticité du produit par le biais des photos publiées sur leurs plateformes en ligne et l’authenticité de la relation de confiance nouée avec Chun Ge grâce à la mise en scène de leur expérience à la ferme, démoulant du sucre ou pesant du compost. En ce sens, il est tout aussi important que les photos soient prises par eux-mêmes et non transmises par l’agriculteur ou d’autres plateformes39. Dans ces conditions, le sucre rouge produit par Chun Ge n’est pas vendu sur place, la même quantité de sucre rouge peut être achetée pour un tiers, voire un quart du prix sur un marché local. La visite du sucre rouge tend à garantir la « qualité » du produit : il est écologique, équitable, et validé par un système d’appréciations personnelles.

Illustration 4. Système d’appréciations personnelles et relation de confiance : entrepreneurs rassemblant des données sur la transformation de la canne à sucre à l’exploitation de Chun Ge. Crédit : auteur.

Pour le sucre rouge comme pour le miel sauvage, (1) le lien écologique entre le producteur et son environnement, (2) la relation fondée sur l’éthique entre l’intermédiaire et le producteur, ainsi que (3) la relation de confiance personnelle et impersonnelle établie entre le producteur, l’intermédiaire et les consommateurs, contribuent à la création d’un marché spécifique. Cela s’inscrit dans une « économie de la qualité » dans laquelle les dispositifs d’appréciation s’imposent comme moyen d’attribution des ressources, dont l’organisation sociale conjugue réseaux et confiance (Karpik 1989, 2010), et qui crée, en outre, des opportunités économiques pour les produits singuliers.

De ce point de vue, l’« agroécologie paysanne » est un label éthique naissant qui laisse entrevoir des perspectives entrepreneuriales pluralistes. Le processus de labellisation évoque l’idée de conventionnalisation, définie comme les moyens que « l’agrobusiness trouve pour […] industrialiser la production biologique » (Buck, Getz et Guthman 1997). Le rôle des intermédiaires, entre expertise et mobilisation de ressources personnelles, les conduit à consacrer l’essentiel de leurs efforts à la stratégie marketing d’entrepreneurs de la consommation éthique (Cochoy et Dubuisson-Quellier 2000). Dans le même temps, ils convainquent les consommateurs des bienfaits de l’agroécologie paysanne en général et de leurs produits en particulier, dans un réseau qui expose à une forte concurrence en matière de réputation. La multiplication des dispositifs de confiance dans le marketing pratiqué par Li semble témoigner de son éthique, mais l’importance accordée à la confiance personnelle dans les mouvements pour l’agriculture paysanne alternative peut agir comme un écran marketing qui occulte la reproduction des inégalités dénoncées dans les relations de marché capitalistes. Les entrepreneurs qui investissent dans la consommation éthique sont confrontés aux limites de leur éthique face à la croissance économique. À l’instar du processus de « conventionnalisation » de l’agriculture biologique, cela conduit à s’interroger sur les moyens de préserver les valeurs fondamentales à travers ou malgré le développement économique (Lamine, Egon et Bui 2016).

Dans le même mouvement que celui des produits « culturels », les produits alimentaires du quotidien deviennent « uniques » et « singuliers » grâce à l’agriculture paysanne éthique. Leur commercialisation nécessite une stratégie marketing spécifique qui soustrait des bénéfices à leur producteur. La figure de l’entrepreneur, mise en lumière et érigée en modèle dans les congrès et concours d’entrepreneuriat social, devient l’unique garante de cette agroécologie paysanne. Elle se concentre sur le marketing et la mise en scène de la qualité quand des travailleurs sont employés pour la produire. Comme dans certains cas de coopératives rurales ou d’« exploitations familiales », l’instrumentalisation commerciale de l’éthique alimentaire associée à l’agroécologie paysanne peut alors limiter sa progression à une imitation de la production alimentaire du secteur agro-industriel ou à une subsomption au capitalisme (Yan et Chen 2015). En ce sens, les « néo-paysans » prennent aussi part, directement ou indirectement, à la transformation agraire capitaliste.

Les « néo-paysans » gestionnaires d’entreprises : un marché de la « qualité » qui accroît la différenciation rurale

Ce processus relevant de la conventionnalisation révèle l’ambiguïté de l’éthique alimentaire en tant que produit discursif d’une classe diplômée, possédant le capital culturel et recourant aux grammaires internationales de l’écologie, qui participe à l’élaboration d’une représentation des agriculteurs, parfois avec eux et souvent à leur place (Bourdieu 1977). Lors d’un entretien, un entrepreneur nommé Wang, né en 1986, m’explique le rôle des « jeunes de retour au pays » :

  • 40 Entretien avec Wang, 9 avril 2017.

Les paysans chinois ne disposent que de quelques mu de terre. Donc, de quoi ont-ils besoin ? De quelqu’un qui les réunit, qui forme une alliance, qui les regroupe en une exploitation. Mais qui peut le faire ? Un paysan, non. Seul un jeune de retour à la terre en a la possibilité, que ce soit un étudiant ou un jeune qui est parti travailler à la ville, un gars vif avec une bonne tête. Dans ce cas, avec cette capacité (benling 本領) de rassembler les paysans, c’est possible. C’est pourquoi les initiatives de CSA en Chine aujourd’hui sont surtout créées par des jeunes qui sont retournés à la campagne, et non par les paysans eux-mêmes40.

L’entrepreneur devient l’intermédiaire indispensable de la transaction économique. Parlant de lui à la place d’un employé fictif, Wang crée une image positive de son propre rôle tout en questionnant les compétences des paysans « incultes » :

Mais est-ce qu’ils veulent [travailler la terre], les migrants ?

  • 41 Ibid.

— En réalité, on ne peut pas dire qu’ils le veulent. C’est plutôt… « Je suis agriculteur, je n’ai pas fait d’études (mei you wenhua 沒有文化), le directeur Wang est diplômé de l’université, s’il a décidé de cultiver la terre, c’est qu’il y a un marché ». C’est comme ça, aussi simple que ça, alors ils viennent travailler41.

  • 42 Sur la dynamique capitaliste et le travail salarié au sein des coopératives rurales et de « l’agric (...)
  • 43 Système selon lequel les consommateurs visitent les zones de production pour vérifier la conformité (...)

Wang, un « jeune de retour au pays » dans le Yunnan dont l’exploitation fournit les restaurants LLF en tomates l’été, exerce une double activité dans le cadre de la gestion agricole. Il emploie des travailleurs migrants (nongmingong 農民工) comme ouvriers salariés dans son exploitation pour cultiver les terres qu’il loue, et collecte également les produits des agriculteurs locaux qu’il vend sur sa plateforme en ligne. Le prix des produits a été multiplié par trois grâce à sa plateforme et la labellisation « agroécologie paysanne ». Les clients deviennent membres d’une « communauté » en payant une cotisation annuelle qui leur permet d’accéder aux produits sur la plateforme en ligne. Wang affirme qu’il ne réalise aucun bénéfice sur les produits collectés chez les petits exploitants, pour lesquels il demande environ 10 % du prix de détail. Le bénéfice de son exploitation provient des produits cultivés sur ses terres : les employés sont rémunérés en deçà du salaire minimum et lui-même bénéficie, en tant que propriétaire (zhuangzhu 莊主), du prix plus élevé de son produit « paysan » singulier. Dans ce contexte, Wang accumule un capital économique avec lequel il compte développer l’exploitation et, dans un processus de conventionnalisation et d’accaparement, il extrait la survaleur des produits au détriment de ceux qui les cultivent42. En reproduisant un modèle d’exploitation capitaliste, il bafoue l’un des principes de l’agroécologie paysanne selon lequel le profit de la production revient pour l’essentiel au producteur. Si Wang établit une relation de confiance avec les paysans auprès desquels il s’approvisionne – régularité du marché, convivialité locale, participation des consommateurs à travers un système participatif de garantie43 – il reproduit néanmoins dans son exploitation une domination symbolique sur ses employés, fondée sur son capital culturel (diplôme de maîtrise) et économique (propriétaire). Au-delà des compétences managériales qu’il met en avant, sa légitimité repose sur la création d’emplois locaux et s’affirme par une attitude paternaliste envers ses employés :

  • 44 Entretien avec Wang, 9 avril 2017.

Si l’on se réfère au salaire mensuel, ils peuvent gagner davantage en travaillant en ville, sans doute autour de 4 000 [yuan] par mois, alors qu’ici, le salaire est d’environ 2 000 yuan. Mais à la fin de l’année, ils ont économisé, car ils épargnent davantage dans mon exploitation. Tu sais pourquoi ? Ils sont à la campagne : ils n’ont aucune dépense. En ville, on sort avec ses amis, on dépense beaucoup plus44.

Cet entretien avec Wang révèle un écart par rapport à une règle établie au sein des réseaux alternatifs. Il a été formé à l’agroécologie grâce à des stages effectués au sein des coopératives de la Nouvelle reconstruction rurale, et il maîtrise les principes « d’agroécologie paysanne » qu’il promeut (« Une véritable initiative de CSA, c’est quand un agriculteur peut obtenir un salaire plus élevé », me dit-il) sans considérer que sa pratique va à l’encontre de l’un d’entre eux.

La création de réseaux d’« agroécologie paysanne » orientés vers le marché contribue au marketing des produits agricoles, mais occulte parfois la pérennité de diverses agricultures de subsistance dont les praticiens, qui ne sont pas nécessairement paysans eux-mêmes, cultivent leur propre potager parallèlement à d’autres activités sociales ou professionnelles. Les produits agricoles deviennent des biens de qualité sous l’effet des procédés de valorisation commerciale des « néo-paysans », qu’il s’agisse de la production alimentaire artisanale ou de la collecte auprès des petits exploitants. Dans le cas de Wang, le soutien apporté aux petits exploitants lors de la collecte de leurs produits est également un moyen de légitimer son exploitation capitaliste en tant que community-supported agriculture.

La conventionnalisation des réseaux alternatifs interroge la possibilité de préserver une éthique alimentaire lors du développement commercial, ainsi que le rôle des différents acteurs du réseau dans les négociations entourant leurs objectifs. Le processus de conventionnalisation met ainsi en évidence la capacité du capitalisme à se nourrir de ses critiques (Boltanski et Chiapello 2011). Les relations concurrentielles entre les propositions alternatives – notamment celles induites par l’extension des circuits courts à l’échelle nationale et la dématérialisation des échanges sur les réseaux en ligne – favorisent ce processus de conventionnalisation accélérée de certaines d’entre elles. Ce processus souligne également la position contradictoire des entrepreneurs de « l’agroécologie paysanne », à la fois chantres de la production biologique à petite échelle et gestionnaires d’exploitations agricoles reproduisant les rapports de production capitalistes.

Conclusion

Le fonctionnement du marché des « paysans-entrepreneurs » montre un continuum entre les formes de prévention contre le capitalisme et les formes de reproduction de l’exploitation capitaliste. Les « néo-paysans » qui collaborent avec l’association Long Live Farmers assurent la pérennité de l’agriculture vivrière par le biais de l’agroécologie qui, en tant que niche, peut agir comme une alternative à l’intégration verticale dans l’agrobusiness. Le rôle des « jeunes de retour au pays » est crucial dans le rétablissement de la confiance entre les espaces de production et de consommation. Toutefois, à travers la conventionnalisation, le marketing agroécologique ou les rapports de pouvoir, les « néo-paysans » contribuent, directement ou indirectement, à la différenciation rurale. Qu’ils soient davantage « paysans » ou davantage « entrepreneurs », leurs pérégrinations participent à la redéfinition de l’agroécologie paysanne en tant que réseau sans cesse croissant, et transforment les cadres de mobilisation autour de l’agriculture de petite échelle.

L’engagement des paysans-entrepreneurs participe à la transformation agraire dans la mesure où ils explorent les différentes manières dont l’agriculture de subsistance s’adapte aux transformations capitalistes, mais aussi les failles de la mobilisation sociale afin de protéger l’agriculture paysanne. L’étude des « néo-paysans » et de l’« agroécologie sociale » révèle des « espaces écologiques » du marché à l’interface entre l’économie paysanne de subsistance, le développement rural caritatif et le capitalisme vert.

Les « jeunes de retour au pays », qu’il s’agisse de migrants ou d’étudiants diplômés, se nomment eux-mêmes mi-paysan/mi-X (bannong bancha 半农半×). Cet article considère que le X se rapporte à l’entrepreneuriat d’une manière ou d’une autre : sur le plan moral, social ou économique. Sous l’effet de leur retour et de la constitution de réseaux agroécologiques, émerge une figure du paysan-entrepreneur qui fait contrepoids à celle du paysan-ouvrier (nongmingong 農民工). Ces deux figures de migrants se réfèrent au peuplement (dépeuplement et repeuplement) des campagnes : aux phénomènes massifs de villages désertés et d’enfants laissés au pays répondent des mouvements de reconnaissance sociale du travail paysan et, indirectement, des populations restées au village ou revenues afin de perpétuer un artisanat transmis localement.

Haut de page

Bibliographie

BECKER, Howard Saul. 1966. Outsiders: Studies in the Sociology of Deviance. Londres : The Free Press.

BERNSTEIN, Henry. 2015. « Some Reflections on Agrarian Change in China ». Journal of Agrarian Change 15 (3) : 454-77.

BERRY, Wendell. 2018. La santé de la terre : essais agrariens. Marseille : Wildproject Editions.

BOLTANSKI, Luc, et Ève CHIAPELLO. 2011. Le nouvel esprit du capitalisme. Paris : Gallimard.

BOURDIEU, Pierre. 1977. « Une classe objet ». Actes de la recherche en sciences sociales 17 (1) : 2-5.

BUCK, Daniel, Christina GETZ, et Julie GUTHMAN. 1997. « From Farm to Table: The Organic Vegetable Commodity Chain of Northern California ». Sociologia Ruralis 37 (1) : 3-20.

CHIFFOLEAU, Yuna. 2019. Les circuits courts alimentaires. Toulouse : Erès éditions.

COCHOY, Franck, et Sophie DUBUISSON-QUELLIER. 2000. « Introduction. Les professionnels du marché : vers une sociologie du travail marchand ». Sociologie du Travail 42 (3) : 359-68.

———. 2013. « The Sociology of Market Work ». Economic Sociology, the European Electronic Newsletter 15 (1) : 4-11.

DAY, Alexander F., et Mindi SCHNEIDER. 2018. « The End of Alternatives? Capitalist Transformation, Rural Activism and the Politics of Possibility in China ». The Journal of Peasant Studies 45 (7) : 1221-46.

DU, Zhixiong 杜志雄. 2015. « “新農人引領中國農業轉型的功能值得重視 » (« Xin nongren » yinling Zhongguo nongye zhuanxing de gongneng zhide zhongshi, La fonction des « néo-paysans » menant la transformation de l'agriculture en Chine mérite de retenir l'attention). Shijie nongye (世界農業) 9 : 248-50.

GOFFMAN, Erving. 1991. Les cadres de l’expérience. Paris : Les Éditions de minuit.

GONG, Weigang, et Burak GÜREL. 2019. « Project-based State Intervention and Agrarian Change in Contemporary China: The Case of Rice Production in Pingwan County, Hunan ». Rural China 16 (2) : 312-33.

GOODMAN, David. 2003. « The Quality “Turn” and Alternative Food Practices: Reflections and Agenda ». Journal of Rural Studies 19 (1) : 1-7.

GUO, Yuhua 郭於華. 2020. « 安全食品的生產與社會信任的重建: CSA 社會企業的探索之路 » (Anquan shipin de shengchan yu shehui xinren de chongjian : CSA shehui qiye de tansuo zhi lu, La production de la sécurité sanitaire des aliments et la reconstruction de la confiance sociale : la quête des entreprises sociales de CSA). Xuehai (學海) 3 : 11-20.

GÜREL, Burak. 2014. « Changing Relations of Production in Chinese Agriculture from Decollectivization to Capitalism ». McGill Sociological Review 4 : 67-92.

HALE, Matthew A. 2013. « Tilling Sand: Contradictions of “Social Economy” in a Chinese Movement for Alternative Rural Development. Dialectical Anthropology 37 (1) : 51‑82.

KARPIK, Lucien. 1989. « L’économie de la qualité ». Revue française de sociologie 30 (2) : 187-210.

———. 2010. Valuing the Unique: The Economics of Singularities. Princeton : Princeton University Press.

KLEIN, Jakob A. 2020. « Transformations of Chinese Cuisine ». In Kevin LATHAM (éd.), Routledge Handbook of Chinese Culture and Society. Londres : Routledge. 376-94.

LAMINE, Claire, Noe EGON, et Sibylle BUI. 2016. « Maintien des valeurs dans la croissance de la bio. Enseignements du projet HealthyGrowth ». Innovations agronomiques 51 : 139-50.

LAMMER, Christof. 2017. « Reworking State Boundaries through Care – “Peasant Friends,” “Greedy Entrepreneurs” and “ Corrupt Officials” in an “Alternative” Food Network in China ». Vienna Working Paper in Ethnography 5 : 1-30.

MENDRAS, Henri. 1993. La fin des paysans ; suivi d’une réflexion sur la fin des paysans vingt ans après. Arles : Actes Sud ; Lausanne : L’Aire.

RENARD, Marie-Christine. 2003. « Fair Trade: Quality, Market and Conventions.” Journal of Rural Studies 19 (1) : 87-96.

SARGESON, Sally. 2016. « The Demise of China’s Peasantry as a Class ». The Asia-Pacific Journal 14 (13) : 1-22.

SCHNEIDER, Mindi. 2015. « What, Then, Is a Chinese Peasant? Nongmin Discourses and Agroindustrialization in Contemporary China ». Agriculture and Human Values 32 (2) : 331-46.

SCOTT, James C. 1976. The Moral Economy of the Peasant: Rebellion and Subsistence in Southeast Asia. New Haven : Yale University Press.

SI, Zhenzhong, Theresa SCHUMILAS, et Steffanie SCOTT. 2015. « Characterizing Alternative Food Networks in China ». Agriculture and Human Values 32 (2) : 299-313.

SI, Zhenzhong, et Steffanie SCOTT. 2019. « China’s Changing Food System: Top-down and Bottom-up Forces in Food System Transformations ». Canadian Journal of Development Studies 40 (1) : 1-11.

SONG, Yiching, Gubo QI, Yanyan ZHANG, et Ronnie VERNOOY. 2014. « Farmer Cooperatives in China: Diverse Pathways to Sustainable Rural Development ». International Journal of Agricultural Sustainability 12 (2) : 95-108.

SONG, Yiching, et Ronnie VERNOOY. 2010. « Seeds of Empowerment: Action Research in the Context of the Feminization of Agriculture in Southwest China ». Gender, Technology and Development 14 (1) : 25-44.

TAN, Xuewen 檀學文, et DU Zhixiong 杜志雄. 2015. « 食品短鏈, 生態農場與農業永續: 京郊例證 » (Shipin duanlian, shengtai nongchang yu nongye yongxu : Jingxiao lizheng, Circuits courts alimentaires, fermes écologiques et agriculture durable : l’exemple de la banlieue pékinoise). Gaige (改革) 5 : 102-10.

TASSIN, Jean. 2020. « Une éthique alimentaire ? Redéfinir l’agriculture paysanne dans la Chine contemporaine ». Papier présenté au Colloque des jeunes chercheur·ses GIS Asie : L’Asie à l’ère de l’Anthropocène ; ENS de Lyon, 20 novembre 2020. https://www.canal-u.tv/video/gis_asie/seance_2_discutante_charlotte_marchina_inalco_ifrae.59577 (consulté le 30 avril 2021).

TRAPPEL, René. 2015. China’s Agrarian Transition: Peasants, Property, and Politics. Lanham : Lexington Books.

TROM, Danny. 2001. « Grammaire de la mobilisation et vocabulaires de motifs ». In Daniel CEFAÏ, et Danny TROM (éds.), Les formes de l’action collective : mobilisations dans des arènes publiques. Paris : Éditions de l’EHESS. 99-134.

TSING, Anna Lowenhaupt. 2017. Le champignon de la fin du monde : sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme. Paris : La Découverte.

VAN DER PLOEG, Jan Douwe. 2014. Les paysans du XXIe siècle. Mouvements de repaysanisation dans l’Europe d’aujourd’hui. Paris : C.L. Mayer.

VAN DER PLOEG, Jan Douwe, Jingzhong YE, et Sergio SCHNEIDER. 2012. « Rural Development Through the Construction of New, Nested, Markets: Comparative Perspectives from China, Brazil and the European Union ». The Journal of Peasant Studies 39 (1) : 133-73.

XU, Licheng 徐立成, et ZHOU Li 周立. 2016. « “農消對接模式的興起與食品安全信任共同體的重建 » (« Nongxiao duijie » moshi de xingqi yu shipin anquan xinren gongtongti de chongjian, L'émergence de la « relation directe entre consommateurs et producteurs » et la reconstruction d'une communauté de confiance à propos de la sécurité sanitaire des aliments). Nanjing nongye daxue xuebao (shehui kexue ban) (南京農業大學學報 (社會科學版)) 16 (1) : 59-70.

YAN, Hairong, Hok Bun KU, et Siyuan XU. 2021. « Rural Revitalization, Scholars, and@ the Dynamics of the Collective Future in China ». The Journal of Peasant Studies 48 (4) : 853-74.

YAN, Hairong, et Yiyuan CHEN. 2013. « Debating the Rural Cooperative Movement in China, the Past and the Present ». The Journal of Peasant Studies 40 (6) : 955-81.

———. 2015. « Agrarian Capitalization without Capitalism? Capitalist Dynamics from Above and Below in China ». Journal of Agrarian Change 15 (3) : 366-91.

YANG, Huan 楊嬛, et WANG Ximeng 王習孟. 2017. « 中國替代性食物體係發展與多元主體參與 : 一個文獻綜述 » (Zhongguo tidaixing shiwu tixi fazhan yu duoyuan zhuti canyu : yige wenxian zongshu, Le développement des réseaux alimentaires alternatifs de Chine et la participation d’acteurs pluriels : revue de la littérature). Zhongguo nongye daxue xuebao (shehui kexue ban) (中國農業大學學報 (社會科學版)) 34 (2) : 24-34.

YE, Jingzhong. 2015. « Land Transfer and the Pursuit of Agricultural Modernization in China ». Journal of Agrarian Change 15 (3) : 314-37.

YE, Jingzhong 葉敬忠, DING Baoyin 丁寶寅, et WANG Wen 王雯. 2012. « 獨闢蹊徑 : 自髮型巢狀市場與農村發展 » (Dupixijing : zifaxing chao zhuang shichang yu nongcun fazhan, La formation d'un nouveau chemin : marchés imbriqués spontanés et développement rural). Zhongguo nongcun jingji (中國農村經濟) 10 : 4-12.

YE, Jingzhong 葉敬忠, DOU Shulong 豆書龍, et ZHANG Minghao 張明皓. 2018. « 小農戶和現代農業發展 : 如何有機銜接? » (Xiaononghu he xiandai nongye fazhan : ruhe youji xianjie?, Petits exploitants et développement de l'agriculture moderne : comment connecter de manière organique ?). Zhongguo nongcun jingji (中國農村經濟) 11 : 64-79.

ZHANG, Qian Forrest, et John A. DONALDSON. 2010. « From Peasants to Farmers: Peasant Differentiation, Labor Regimes, and Land-rights Institutions in China’s Agrarian Transition. » Politics & Society 38 (4) : 458-89.

Haut de page

Notes

1 Les noms des protagonistes, ainsi que celui de l’association, baptisée ici Long Live Farmers, ont été anonymisés.

2 Les « jeunes de retour à la terre » ou « les jeunes de retour au pays » (fanxiang qingnian 返鄉青年) jouent un rôle déterminant dans l’action en faveur de l’« agroécologie paysanne ». Effectuant des allers-retours entre la ville et la campagne, ils sont les principaux acteurs de la constitution de réseaux agroalimentaires alternatifs.

3 Le président emprunte ces mots au « Manifeste Slow Food pour la qualité », https://slowfood.com/filemanager/Convivium%20Leader%20Area/Manifesto_Quality_FRA.pdf (consulté le 8 juillet 2021), une citation de Wendell Berry (2018).

4 Les réseaux agroalimentaires alternatifs « opèrent en marge des circuits alimentaires industriels traditionnels » et promeuvent une alimentation « de qualité » par le biais de transactions économiques fondées sur l’implantation locale et la confiance. Voir Goodman (2003).

5 Diverses transactions économiques sont liées aux circuits courts, conçus comme une relation commerciale limitant à un ou zéro le nombre d’intermédiaires entre le producteur et le consommateur, et sans limites géographiques : par exemple, les circuits courts de la community-supported agriculture (Tan et Du 2015), la vente directe (Xu et Zhou 2016) ou les marchés imbriqués (van der Ploeg, Jingzhong et Schneider 2012 ; Ye, Ding et Wang 2012).

6 Sur les relations sociales à travers les circuits courts, voir par exemple Chiffoleau (2019).

7 Apparu au début des années 2010, le terme « néo-paysan » désigne une personne jeune et instruite qui pratique l’agriculture biologique en prônant généralement des valeurs écologiques et en vendant des produits via les réseaux sociaux (Du 2015).

8 Si ce terme évoque les forces historiques majeures à l’origine de la fondation de la République populaire de Chine, dans ce contexte xiaonong 小農 ou xiaononghu 小農戶 font référence aux ménages ayant une activité économique, et non au vocabulaire des classes sociales auxquelles appartiennent les paysans d’origine pauvre et moyennement pauvre (pinnong 貧農 et zhongnong 中農) dans la Chine nouvelle.

9 Voir par exemple le Document n°1 du Comité central pour 2018 et 2019, le « Plan quinquennal pour la revitalisation rurale (2018-2022) » (Xiangcun zhenxing zhanlüe guihua (2018-2022 nian) 鄉村振興戰略規劃 (2018-2022)) et le « Programme national pour le développement agricole durable (2015-2030) » (Quanguo nongye kechixu fazhan guihua (2015-2030 nian) 全國農業可持續發展規劃 (2015-2030)).

10 Elles sont quasiment toutes liées au mouvement de Nouvelle reconstruction rurale ; il s’agit notamment de Little Donkey Farm soutenue par l’Université Renmin, Shared Harvest par l’Université Tsinghua, Green Roots par l’Université du Yunnan et l’Université Sun Yat-sen, ainsi que le Réseau des semences paysannes et les Projets de cultures sélectives participatives par l’Académie chinoise des sciences.

11 Entre autres, Oxfam Hong Kong, Partnerships for Community Development (PCD), World Vision, Greenpeace East Asia.

12 Nous avons choisi de garder le terme anglais de CSA dans cet article. En effet, les pratiques de retour à la terre et/ou de circuits courts, telles que l’association pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP) en France, ou l’agriculture soutenue par la communauté (ASC) au Québec, renvoient tous à des constructions socialement et géographiquement situées qui ne correspondent pas pleinement à la CSA (note des éditeurs).

13 « Le travail marchand » (market work) se réfère en partie aux « “professionnels du marché” dont la tâche consiste à “travailler le marché”, c’est-à-dire le construire, l’animer, l’organiser, le gérer et le maîtriser – en bref, “agencer” les transactions » (Cochoy et Dubuisson-Quellier 2013).

14 Sur l’éthique alimentaire, voir Tassin (2020).

15 L’une des deux expressions les plus utilisées pour CSA parmi d’autres : « agriculture soutenue par la communauté » (shequ zhichi nongye 社區支持農業), ou « réseaux d’entraide ville-campagne » (chengxiang huzhu wangluo 城鄉互助網絡).

16 Dans le milieu professionnel comme dans son entourage, le fondateur de l’association est uniquement appelé par son titre de président.

17 Il s’agit d’une organisation implantée à Hong Kong et œuvrant dans le domaine du développement. Elle met l’accent sur les pratiques durables, y compris la CSA.

18 Quatre entretiens parmi un total de 44 et quatre séances de travaux spécifiques sur le terrain en avril 2017, octobre 2017, novembre 2018 et janvier-février 2019.

19 Mariés à des femmes exerçant diverses professions, de classe ouvrière ou femmes au foyer ; certains ont un ou deux enfants.

20 Des femmes âgées, pauvres et non diplômées.

21 Entretien avec le président, 5 novembre 2018.

22 Sur les grammaires de la mobilisation, voir Trom (2001).

23 Entretien avec le président, 10 février 2019.

24 Comme pour les autres cas, les exemples et analyses qui suivent proviennent de mon travail ethnographique sur le terrain : notes de terrain, 11 février 2019. Pour une meilleure compréhension des coopératives d’agriculteurs, voir Yan et Chen (2013) ; Song et al. (2014) ; Day et Schneider (2018).

25 La route menant au village de Lan a été asphaltée à la fin de l’année 2018, soit deux ans après la création de la coopérative.

26 La réussite économique de l’exploitation pose la question de la reconnaissance sociale des paysans du fait du retour à une agriculture paysanne « rentable ». Le retour de Chun Ge a été marqué par la honte de son « échec » en tant que travailleur migrant, lequel a suscité le mépris des villageois. Il accueille désormais des entrepreneurs qualifiés et des représentants politiques locaux. D’autres exploitations imitent ses pratiques, voire utilisent son nom pour vendre leurs produits.

27 Notes de terrain, 12 octobre 2017.

28 Notes de terrain, 5 novembre 2018.

29 Toute personne exerçant une fonction au sein de l’association peut investir dans l’entreprise et recevoir un salaire, ce qui contrecarre la recherche d’intérêt personnel et les relations de domination. Voir Sayer (2001), cité dans Goodman (2003).

30 Sur le mur du fond d’un des restaurants de LLF est peinte en gros caractères l’expression « justice foncière » (tudi zhengyi 土地正義). En référence à la Ligue pour la justice foncière implantée à Hong Kong et au Front rural établi à Taïwan, elle appelle à ce que les terres agricoles soient accordées en priorité aux agriculteurs locaux.

31 Historique des discussions en ligne entre Lan et le président, 27 mars 2019.

32 L’argument avancé par l’entreprise, en résumé, est de proposer que les agriculteurs reçoivent, pour le même travail, un salaire d’ouvrier et un revenu locatif. Cet accord de sous-traitance est une forme courante d’agriculture contractuelle (Gürel 2014), même dans certaines des exploitations les plus reconnues de l’agriculture paysanne chinoise.

33 C’est une référence explicite au mouvement des « jeunes instruits » (zhiqing 知青) des années 1950 et 1960. Sans développer plus avant cette notion ici, l’ancrage communiste se manifeste sous plusieurs formes dans les mouvements d’agriculture paysanne et de reconstruction rurale, notamment dans les catégories « retour à la terre » (fanxiang 返鄉) et « néo-paysan » (xinnongren 新農人), qui font également écho au mouvement d’envoi des jeunes urbains à la campagne (shangshan xiaxiang yundong 上山下鄉運動). De même, le binôme petits agriculteurs/paysans pauvres (xiaonong/pinnong 小農/貧農) pourrait faire l’objet d’une intéressante étude sociolinguistique.

34 Cette pratique a disparu depuis les années 1960 au profit des ruches à cadres.

35 Notes de terrain, 4 octobre 2017.

36 Par exemple, la « néo-paysanne » Shi Yan et son équipe, qui organisent chaque année depuis 2009 des conférences nationales sur la CSA.

37 Cette visite, inspirée d’une idée du président, était une première tentative qui pourrait être renouvelée à d’autres dates ou avec d’autres produits.

38 Sept femmes et dix hommes, dont l’âge moyen est estimé à 33 ans ; les plateformes sont situées à Pékin, Canton, Zhongshan, Nanning et Suzhou.

39 Chun Ge est habitué, il sourit sur les photos, mais les autres agriculteurs se montrent plutôt agacés. Chun Sao, par exemple, refuse d’être immortalisée « salie » et les cheveux « ébouriffés » par le travail. Les photographies du travail agricole qui « salit » participent à l’opération de cadrage d’une agroécologie « authentique ».

40 Entretien avec Wang, 9 avril 2017.

41 Ibid.

42 Sur la dynamique capitaliste et le travail salarié au sein des coopératives rurales et de « l’agriculture familiale », voir Zhang et Donaldson (2010) ; Gürel (2014) ; Yan et Chen (2015). Sur l’accumulation, voir Tsing (2017).

43 Système selon lequel les consommateurs visitent les zones de production pour vérifier la conformité au cahier des charges.

44 Entretien avec Wang, 9 avril 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Illustration 1. Des « néo-paysans » de retour à la terre discutent de réseaux « alternatifs » avec le président de LLF à la ferme de Chun Ge. Crédit : Ah Li.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/12345/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 759k
Légende Illustration 4. Système d’appréciations personnelles et relation de confiance : entrepreneurs rassemblant des données sur la transformation de la canne à sucre à l’exploitation de Chun Ge. Crédit : auteur.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/12345/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 875k
Légende Illustration 3. Apiculteur et ruches traditionnelles chinoises. Crédit : auteur.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/12345/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 810k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Tassin, « Retour à la terre des « paysans-entrepreneurs » : les nouveaux acteurs de l’agroécologie paysanne chinoise »Perspectives chinoises, 2021/2 | 2021, 21-31.

Référence électronique

Jean Tassin, « Retour à la terre des « paysans-entrepreneurs » : les nouveaux acteurs de l’agroécologie paysanne chinoise »Perspectives chinoises [En ligne], 2021/2 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/12345

Haut de page

Auteur

Jean Tassin

Jean Tassin, sociologue, est doctorant en cotutelle à l’ENS de Lyon, Triangle UMR 5206, 15, parvis Descartes, 69007 Lyon, France ; et à l’ECNU, Institut de développement social, Shanghai, Chine (jean.tassin@ens-lyon.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search