Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2021/2DossierAgriculture conviviale : évolutio...

Dossier

Agriculture conviviale : évolution du militantisme alimentaire et agricole en Chine du SudLe contexte et la politique dominante des peurs alimentaires

Daren Shi-chi Leung
Traduction de Sébastien Roussillat
p. 33-43

Résumé

Cet article analyse les processus de cadrage à l’œuvre dans la redéfinition de l’« agroécologie paysanne » dans la Chine contemporaine. Se fondant sur l’étude des « néo-paysans » qui ont fait leur apparition au sein des réseaux de l’agriculture biologique paysanne, il interroge les ambiguïtés de l’éthique alimentaire comme pierre angulaire des marchés alimentaires alternatifs. Cette recherche porte sur l’émergence des « paysans-entrepreneurs » à travers (1) la transmission de valeurs et de compétences dans les processus de valorisation du patrimoine culturel, (2) l’instauration d’un climat de « confiance » dans les échanges marchands, et (3) la négociation entre producteurs et détaillants dans un marché de qualité pour des produits singuliers.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 12 octobre 2020. Accepté le 4 juin 2021.

Texte intégral

Je tiens à remercier la professeure Elspeth Probyn, ma directrice de thèse, pour ses conseils précieux et inspirants au cours de cette recherche. Les suggestions critiques et constructives généreusement données par Dr René Trappel et Dr Karita Kan, les coordinateurs de ce numéro spécial, ainsi que par les deux relecteurs anonymes, m’ont aidé à réviser cet article. Ma gratitude va également au centre d’études chinoises de l’Université de Sydney qui m’a accordé une bourse de recherche pour les diplômés, et au centre de géographie sociale et culturelle de l’Université normale de Chine du Sud qui m’a accueilli lors du travail de terrain mené en 2018 dans le Guangdong.

Un conflit récent sur l’alimentation « éthique » au sein des cercles chinois de la CSA

  • 1 Nous avons choisi de garder le terme anglais de CSA dans cet article. En effet, les pratiques de re (...)

1Il est intéressant de noter qu’à une époque où les peurs alimentaires semblent omniprésentes, un mouvement alimentaire local connu sous le nom de community-supported agriculture (CSA)1 a vu le jour en Chine. Le mouvement combine trois éléments fondamentaux. Premièrement, il encourage la consommation d’aliments sains, locaux et saisonniers. Deuxièmement, il vise à améliorer la relation entre les consommateurs et les producteurs, ainsi que celle entre les humains et l’environnement. Troisièmement, il préconise de soutenir les communautés rurales dans leurs efforts pour générer une forme de développement durable (Si et al. 2015). Depuis le milieu des années 2000, les membres et les organisations appartenant au mouvement ont mené de nombreuses actions telles que la visite de fermes qui suivent les directives de la CSA, la création de marchés fermiers et de groupes d’achat, ou la promotion de coopératives agricoles. En somme, le mouvement se compose d’initiatives plutôt hétérogènes du point de vue de l’ancrage géographique, des réseaux consommateurs-producteurs et des techniques agricoles promues. Cette diversité conduit souvent à des débats sur le choix d’approches et de stratégies spécifiques parmi ses membres (Si et Scott 2016 : 1095). Au sein du mouvement de la CSA, la perception de la sécurité et de la qualité des aliments est souvent établie sur ce que certains chercheurs appellent des pratiques de certification « participatives » et « éthiques » qui entendent créer des mécanismes pour générer la confiance entre consommateurs et producteurs (Shi et al. 2012 ; Si et al. 2015 ; Kurl et Ho 2017). L’adoption du système participatif de garantie (SPG) par le mouvement chinois de la CSA en 2014 relève de ces mécanismes de vérification de la qualité des aliments via une certification des producteurs. Le SPG est basé sur la participation active des parties et met l’accent sur la nécessité d’une base de confiance, l’utilisation des réseaux sociaux et l’échange de connaissances (Kirschner 2014). Malgré cela, un récent conflit autour de l’utilisation de ce système a fait remonter à la surface un débat ancien au sein des cercles chinois de la CSA sur la relation consommateur-producteur.

  • 2 Green Fingers 綠手指, « 綠手指對山東洛嘉果園基地進行PGS檢查結果及相關事宜的公示 » (Lü shouzhi dui Shandong Luojia guoyuan jidi j (...)

2Green Fingers, une initiative réputée du mouvement de la CSA dont le slogan est « Les gourmets (foodies) sauvent la Terre ! », a publié un rapport d’inspection par SPG en 2020 et a suspendu un partenariat d’un an avec une ferme fruitière. Une inspection sur place ainsi que des tests en laboratoire avaient prouvé que cette ferme avait violé les normes relatives aux engrais et à la protection des plantes2. Ses consommateurs ont immédiatement fait l’éloge du site, saluant le « contrôle strict » et le caractère « consciencieux », « responsable » et « digne de confiance » de l’organisation, tout en diabolisant le producteur qui ne respectait pas les normes. Le rapport a toutefois suscité une controverse que je suis depuis trois ans dans les milieux chinois de la CSA. Alors que certains le qualifiaient d’excellent exemple de surveillance sociale pour garantir la qualité des aliments, d’autres semblaient plus dubitatifs :

Mais, attendez, ne s’agit-il pas tout simplement de vendeurs qui contrôlent leurs fournisseurs ? Les vendeurs échouent dans leur mission de contrôle de la qualité des aliments et, lorsqu’ils découvrent un problème, ils coupent subitement les liens avec les fournisseurs. Et en plus, ils utilisent des expressions comme CSA et SPG pour faire du bruit… (Commentaire anonyme sur un groupe WeChat du mouvement de la CSA, le 9 juillet 2020)

3Cette critique implique que Green Fingers suivait une logique de « vendeur-fournisseur » similaire à celle des supermarchés bio (par exemple, Hema et Walmart). Ces opérateurs commerciaux rompent également leurs relations en cas de violation des protocoles de production biologique au lieu d’aider les producteurs confrontés à des difficultés à respecter les normes agricoles. Pour certains, l’action entreprise par Green Fingers contredit la culture « participative » prônée par le mouvement chinois de la CSA. La controverse Green Fingers a conduit à s’interroger sur la mise en œuvre actuelle du SPG, qui laisse peu de place aux « négociations entre consommateurs et producteurs » sur les processus de production et les protocoles de sécurité alimentaire. Elle se place dans la continuité du débat qui dure depuis une décennie au sein des communautés chinoises du mouvement de la CSA sur la manière de faciliter des liens plus étroits et complexes entre le consommateur et le producteur allant au-delà de la simple création de confiance. Cet article part ainsi de la question suivante : pour le militantisme alimentaire, que signifie la « participation », définie comme la collaboration à la production agricole durable d’aliments, dans la relation entre production et consommation ?

4Pour étudier les relations entre consommateurs et producteurs, je me réfère à l’expérience naissante du militantisme alimentaire et agricole en Chine du Sud, qui n’a jusqu’à présent reçu que peu d’attention dans la littérature sur les changements agraires en Chine. Cet article contribuera aux débats sur ce thème de plusieurs manières. Il examinera tout d’abord comment les réformes du marché capitaliste ont contribué à rendre le système alimentaire chinois chaotique. Les peurs alimentaires généralisées, en partie liées à cette transformation, ont convaincu un ensemble d’acteurs très différents de l’urgence d’améliorer et de créer une nouvelle confiance de la société dans la qualité et la sécurité alimentaire. À l’inverse de l’État qui renforce la gouvernance sur la sécurité alimentaire dans le but de restructurer les relations entre consommation et production, les groupes CSA considèrent que la crise de la sécurité alimentaire doit être une occasion d’impliquer les consommateurs et de promouvoir une production écologique et communautaire. L’article abordera ensuite le mouvement de la CSA et ses efforts pour remodeler les relations entre villes et campagnes par l’introduction de mécanismes participatifs de garantie (SPG). La troisième partie présentera ensuite le développement sur deux décennies du mouvement dit de « renaissance agraire » en Chine du Sud. À travers l’étude de l’éthique de la convivialité et des communs, dérivés des travaux de J.K. Gibson-Graham (2006) et de Mara Miele (2011) sur l’interdépendance entre l’homme et l’écologie, cet article proposera enfin le cadre normatif d’une « agriculture conviviale » fondée sur le SPG. Au cœur de l’agriculture conviviale se trouve l’hypothèse selon laquelle une « éthique relationnelle » (Gibson-Graham 2006) est nécessaire pour créer et négocier les responsabilités de prise en charge des communs agricoles entre les différents acteurs. Cet article s’appuie sur six mois de recherche ethnographique participative dans la région du Guangdong. J’ai rencontré les parties prenantes à Canton et mené plus de 50 entretiens avec des consommateurs, des acteurs de la communauté et des producteurs, tous associés au mouvement de la CSA. Outre les entretiens en face à face, nous avons pris part ensemble à diverses activités telles que cuisiner, manger, cultiver la terre et échanger, afin de mettre en lumière la participation active des consommateurs.

  • 3 Daren Shi-chi Leung 梁仕池, « 北京為何對澳洲農業亮劍 ? 地緣政治背後的中澳農貿難題 » (Beijing weihe dui Aozhou nongye liang jia (...)

5Le thème récurrent de la sécurité alimentaire, un des problèmes les plus pressants du système alimentaire chinois, constitue un « risque nouveau, urgent et aux facettes multiples pour le peuple, la société et l’État chinois et suscite la méfiance sociale au-delà des questions de sécurité alimentaire, de nutrition et de santé » (Yan 2012 : 725). Ces questions se sont avérées suffisamment importantes pour avoir un impact sur la culture de la consommation (Jackson et Everts 2010). Depuis les années 2000, les scandales alimentaires se sont amplifiés, allant du lait maternisé aux produits banals comme le riz, les légumes et la viande (Chen 2016). L’anxiété alimentaire imprègne la vie quotidienne et aggrave la défiance du public envers les circuits alimentaires locaux. Elle pousse les gens à se confronter aux questions importantes de santé et de sécurité, de fiabilité des produits et de pollution environnementale qui sont nées avec l’essor de la Chine3.

6On peut dire que le problème de la sécurité alimentaire trouve son origine dans la transformation des marchés alimentaires initiée au début des réformes économiques des années 1980. Comme l’affirme Yan, certains entrepreneurs ont essayé d’augmenter leurs profits en ajoutant des produits chimiques nocifs au cours de la production et la transformation des aliments, ce qui a donné lieu à diverses formes « d’aliments toxiques ». Cette dynamique diffère des problèmes de sécurité alimentaire de la période socialiste, qui étaient plutôt le résultat d’une mauvaise hygiène lors de la préparation des aliments dans les cantines des lieux de travail ou à la maison. Les aliments eux-mêmes étaient le plus souvent produits selon des méthodes biologiques (2012 : 707-10). En retraçant les chaînes alimentaires chaotiques, Veeck et al. considèrent pour leur part que :

[Dans] la Chine d’aujourd’hui, le débat semble se concentrer sur les risques d’une économie privatisée dans laquelle certains agriculteurs peuvent tenter d’améliorer le rendement des cultures en utilisant des niveaux dangereux de pesticides ; certains directeurs d’usine peuvent négliger les mesures sanitaires pour faire des économies sur les coûts de production, et certains détaillants privés peuvent vendre des aliments contrefaits ou avariés à des clients peu méfiants (2010 : 233).

7Comme le suggèrent ces chercheurs, le paradigme villes-campagnes est au cœur du contexte de la sécurité alimentaire en Chine. Les consommateurs urbains chinois veulent des aliments frais, cultivés localement, et exigent d’avoir l’assurance de la qualité et de la sécurité fournie par un système de distribution professionnel. Cette préoccupation à l’égard de la sécurité alimentaire chez les consommateurs urbains chinois a donné lieu à des appels en faveur d’un « climat de consumérisme fort et une réglementation efficace » et encourage sans aucun doute le militantisme. Les réseaux alimentaires alternatifs (alternative food networks), par exemple, encouragent des pratiques de production alimentaire différentes pour transformer les relations entre consommateurs et producteurs et répondre aux peurs alimentaires.

  • 4 Xiu et Klein (2010) ; Connolly et al. (2016) ; Zhong et al. (2020).

8Le nouvel intérêt pour la sécurité alimentaire a également été remarqué par l’État chinois : « Dans la nouvelle ère, le peuple chinois se préoccupe davantage de sa nutrition et de sa santé, qu’il s’agisse d’avoir suffisamment de nourriture à manger ou de manger bien et en toute sécurité » (Bureau d’information du Conseil des affaires d’État 2019). Pour les autorités chinoises, la gouvernance de la sécurité alimentaire se concentre sur la sauvegarde et le contrôle de la sécurité et de la qualité des aliments en restructurant la « chaîne alimentaire chaotique » (Veeck et al. 2010), c’est-à-dire l’écheveau des secteurs de la production, de la distribution et de la consommation via de nouvelles règles et technologies. La nouvelle loi sur la sécurité alimentaire, par exemple, doit mettre en place un mécanisme de surveillance holistique pour gérer et superviser l’inspection des aliments. Elle vise à remédier aux risques alimentaires en incluant des normes de sécurité, un système d’étiquetage, des dispositifs de rappel et de notification, et même des rapports civils sur les contrevenants (Chen 2016). Mais les petits exploitants – acteurs clé dans la production d’aliments biologiques et dans les efforts pour répondre aux préoccupations en matière de sécurité alimentaire – ont tendance à rejeter les nouvelles normes alimentaires plus strictes (y compris les labels pour les aliments sans danger, les aliments verts et les aliments biologiques) en raison des coûts d’enregistrement élevés (Scott et al. 2014). Des recherches ont montré que la fraude à la certification est si répandue que les consommateurs sont déroutés par les étiquettes des produits alimentaires et ne leur font pas confiance la plupart du temps4. Les efforts législatifs de l’État ne semblent pas avoir beaucoup d’effet. Par exemple, « ce qui manque à la société aujourd’hui, c’est la confiance », m’a ainsi confié M. Li, un détaillant qui vend des légumes bio sous licence dans un marché de classe moyenne. « Mes consommateurs se demandent souvent comment ceci ou cela est cultivé, par qui et avec quelle méthode » (entretien à Canton, janvier 2019).

Le mouvement de la CSA : les limites du modèle éthique de la « certification par les intermédiaires »

9En réponse aux préoccupations relatives à la sécurité alimentaire et contrairement à l’interprétation étroite qui en est donnée par l’État, un groupe émanant de diverses tendances du mouvement de la CSA réfléchit à la valeur sociale et environnementale plus large de la nourriture. Les militants font notamment la promotion d’une forme volontaire de certification et d’inspection collégiale qui constituerait un mécanisme entièrement informel et basé sur la confiance entre consommateurs et producteurs contrairement à la certification biologique officielle (Scott et al. 2014). Kurl et Ho affirment que ces pratiques de certification collégiale offrent des modèles peu coûteux, fondés sur les parties prenantes, dans lesquels les risques et les avantages des producteurs s’alignent sur les intérêts des consommateurs. Par conséquent, le mouvement de la CSA peut améliorer l’environnement local en remédiant aux processus de production agricole (par exemple, en éliminant la pollution et les contaminants). Ces formes alternatives d’agriculture peuvent également renforcer la valeur sociale et économique des terres agricoles pour les petits exploitants et ainsi contribuer à ralentir l’expansion de l’utilisation non agricole des terres pour l’urbanisation et l’industrialisation (Kurl et Ho 2017 : 844). Ainsi, une sorte de militantisme alimentaire venant de la base réunit la sécurité alimentaire et le renouveau rural dans la promotion de l’agriculture écologique contre le discours technocratique de l’État sur le développement et la modernisation de l’agriculture (Scott et al. 2018).

  • 5 Shi Yan 石嫣, « 中國緣何興起 PGS ? » (Zhongguo yuanhe xingqi PGS ?, Pourquoi le SPG émerge en Chine ?), 2 d (...)
  • 6 Ibid.

Au sujet du développement rural durable, la littérature sur les réseaux alimentaires alternatifs en Chine se réfère massivement aux arguments du mouvement de la Nouvelle reconstruction rurale (NRR, xin xiangcun jianshe 新鄉村建設), dont le plaidoyer en faveur de relations entre villes et campagnes réciproques et ne s’appuyant pas sur l’exploitation s’inspire notoirement de l’héritage du militantisme intellectuel rural d’il y a un siècle (Pan et Du 2011 ; Wen et al. 2012 ; Day et Schneider 2017). Les voix des intellectuels du mouvement NRR tels que Wen Tiejun et Shi Yan, qui ont tenu des rôles de premier plan dans l’alliance chinoise CSA d’agroécologie sociale (Zhongguo shehui shengtai nongye CSA liangmeng 中國社會生態農業CSA聯盟) depuis 2010, dominent le récit principal du mouvement chinois de la CSA. Comme le suggère Shi Yan5, la CSA considère que « l’incohérence de l’information entre les consommateurs et les producteurs » est la plus grande difficulté pour les producteurs. Elle affirme en outre que le militantisme alimentaire devrait y remédier par la création de plateformes intermédiaires entre les consommateurs et les producteurs telles que Green Fingers. L’alliance a également tenté de promouvoir le système de certification CSA pour améliorer les normes de production. Après l’adoption du SPG, celui-ci a été rebaptisé système de « supervision participative socialisée » (shehuihua canyu jiandu 社會化參與監督). Son objectif ultime semble être de normaliser « une alternative » au système d’étiquetage alimentaire de l’État en l’intégrant au marché6. À l’instar d’une association de producteurs, la CSA peut rassembler des individus et des coopératives pour traiter des questions environnementales, sociales et de sécurité alimentaire dans les zones rurales chinoises : en 2015, on comptait plus de 300 fermes certifiées CSA, principalement établies dans les régions du nord de la Chine, et leur nombre ne cesse d’augmenter (Cook et al. 2015).

10Pourtant, la pratique de la certification peut également amener à sous-estimer le potentiel du consommateur de la CSA à améliorer les relations entre consommateurs et producteurs. Comme le montre le débat sur le SPG, le succès des aliments certifiés en Chine peut dépendre fortement de l’éthique des consommateurs. Pourtant, l’accent mis sur la rhétorique « éthique » des « gourmets sauvant la Terre » tend à occulter les problèmes connexes auxquels les exploitations agricoles sont confrontées, comme le manque d’alternatives et de soutien pour pratiquer l’agriculture biologique (Guthman 2004). Au fil des années, l’accent mis sur la représentation des consommateurs fondée sur des valeurs, que ce soit en termes pratiques ou théoriques, doit être compris comme une expérience « axée sur le consommateur » avec « des preuves solides de la salubrité et de la valeur nutritive des aliments, mais des représentations faibles des éléments sociaux et politiques du point de vue de la reconnexion, de la justice sociale et des formes d’association politique » (Si et al. 2015 : 303). Cependant, ce modèle – qui n’est pas complètement différent de la stratégie de l’État en matière d’étiquetage des aliments – peut sous-évaluer la diversité des pratiques de soins (care) et des compétences des consommateurs (Miele et Evans 2010 : 176).

11Cette emphase mise sur la « certification par des intermédiaires » s’est popularisée au sein du mouvement chinois de la CSA. L’attention portée aux diverses pratiques volontaires de participation des consommateurs au mouvement reste fondée sur l’établissement d’une confiance avec les producteurs (Schumilas et Scott 2016 : 310). Cela tend à réduire les différences de l’importance géographique entre les réseaux de consommateurs-producteurs et les diverses pratiques agricoles à une question technique, et à ignorer les raisons pour lesquelles certains militants de l’alimentation pensent et agissent différemment au sein de ces réseaux (comme l’ont démontré Si et Scott 2016). Par exemple, Chang Tianle, qui dirige le Beijing Farmers’ Market et qui possède une certaine expérience dans l’organisation des consommateurs, rejette l’objectif consistant à simplement améliorer la pratique de la certification :

Alors que le mouvement de la CSA met l’accent sur un lien fort entre le consommateur et le producteur, la certification ne nourrit pas cette relation, et la rend même moins nécessaire. Avec la certification, les consommateurs peuvent lire l’étiquette et cessent de se préoccuper de ce qui se passe réellement à la ferme (entretien à Canton, mars 2018).

12La méthode de représentation qui promeut une relation « vendeur-fournisseur » moins exploitante ne s’adresse qu’aux consommateurs dits « soucieux d’eux-mêmes » (Si et al. 2015). Chang suggère qu’elle ne parvient pas à intégrer ceux « qui, souvent, ne se contentent pas d’acheter mais sont désireux d’apporter leur soutien sous forme de bénévolat [en lien avec l’agriculture et le soutien aux agriculteurs] dans leur quête d’une société équitable et durable ». Pour améliorer le mouvement de la CSA, les militants comme Chang insistent sur le fait qu’il faut « chercher des moyens différents d’impliquer ces consommateurs », par exemple en les faisant participer au processus de production alimentaire (entretien à Guangzhou, mars 2018).

La renaissance agraire en Chine du Sud : CSA, communauté et communs

  • 7 He Jun (2007) définit le savoir xiangtu dans une approche sociomatérielle permettant d’identifier l (...)
  • 8 Au début des années 2000, les projets de recherche-action participative du PCD collaboraient avec d (...)

13Dans cette partie, j’aborderai brièvement un autre pilier du mouvement de la CSA en Chine du Sud que j’appelle la « renaissance agraire ». Ce terme se réfère à l’une des alternatives issues d’un mouvement endogène pour une agriculture régénératrice qui se concentre sur la renaissance des connaissances indigènes des paysans (xiangtu zhishi 鄉土知識)7 et respecte les moyens de subsistance des paysans et l’environnement. Ici, je me réfère principalement au travail de Partnership of Community Development (PCD), une organisation basée à Hong Kong qui a servi d’incubateur au mouvement de la CSA en Chine continentale pendant deux décennies et qui est un acteur clé de la renaissance agraire8. Sur la base de programmes de collaboration financés (par exemple, des stages dans des projets de la CSA), de conférences et de publications, PCD a soutenu le développement du mouvement en documentant « l’exploration, la pratique et l’évaluation [de la CSA, régénératrice ou durable] » (PCD 2019 : 10). Les données collectées par PCD documentent les tentatives de développement rural durable menées sur le terrain et qui considèrent simultanément les moyens de subsistance ruraux, l’intégration sociale rurale et la production durable (Yan et Chen 2013 : 964).

  • 9 Chu Ming (PCD 2008 : 13). Voir également Dominelli et Ku (2017).
  • 10 Cette attention portée au savoir paysan de la période maoïste réduit l’impression de « déconstructi (...)

14Le mouvement de renaissance agraire répond d’abord aux préoccupations liées aux réformes agraires des années 1980, en particulier l’introduction du riz hybride à haut rendement. Ce riz nécessite l’utilisation intensive d’engrais et d’herbicides, ce qui, selon le mouvement, a donné naissance à un système de marché intermédiaire exploitant les petits paysans. Au fil des ans, « ces technologies modernes ont saccagé les terres agricoles locales, entraînant, par exemple, l’effondrement des champs en terrasse en raison de l’érosion des sols », selon Angus Lam qui s’est vu conférer un rôle de premier plan au PCD en raison de son observation de longue date (en tant que coordinateur de programme) et de son travail avec Greenpeace Chine (1997-2007) (entretien à Hong Kong, février 2019). On peut soutenir que cette transformation a également entraîné une perte des connaissances agricoles traditionnelles, souvent considérées comme inutiles9. Pourtant, si l’agriculture « traditionnelle » est remise au goût du jour, elle peut ramener ce que les anciens paysans avaient appris des équipes de production de la période maoïste10, allant de la maîtrise d’une variété de fumures organiques (PCD 2007 : 55-6) à des formes collectives de travail (notamment pour l’irrigation) (ibid. : 67). L’un des meilleurs exemples associant différents aspects de ces connaissances est la méthode « poisson-canard-rizière » (yuyadao 魚鴨稻), une méthode symbiotique bien connue de lutte contre les parasites qui préserve le riz indigène et permet d’effectuer une rotation avec des engrais verts. Le potentiel de ces formes alternatives d’agriculture explique la place centrale prise par la promotion de « l’éco-riz » (shengtai dami 生態大米) dans le militantisme alimentaire et agricole en Chine du Sud (PCD 2008 : 17, 2013 : 157-8).

  • 11 Buesgen (2008) ; Ting et Chen (2012) ; Wen et al. (2012) ; Dominelli et Ku (2017).

15Les groupes liés à la CSA tentent alors d’intégrer des pratiques telles que le « poisson-canard-rizière » décrit ci-dessus dans un nouveau type d’économie communautaire (shequ jingji 社區經濟) pour organiser les petits exploitants11. Cette démarche s’oppose à celle des coopératives d’agriculteurs promues par l’État, que les militants considèrent comme manquant de « culture de coopération » selon Edward Chan, un autre coordinateur du programme PCD (entretien à Hong Kong, août 2018). « La raison pour laquelle ces premiers projets du mouvement s’intéressent à l’économie communautaire », poursuit Lam, « est que les précieuses connaissances traditionnelles préservées par l’effort collectif peuvent créer des communs (gonggoncai 公共財) pour les humains et la nature » (entretien à Hong Kong, février 2019). Son utilisation du terme « communs », qui va au-delà de l’intérêt porté aux droits de propriété, dénote une compréhension particulière des militants selon laquelle une maximisation des efforts pour protéger les « intérêts et valeurs partagés » (Gibson-Graham 2006 : 237) des communautés paysannes, par exemple, les compétences agricoles traditionnelles, les variétés locales et l’irrigation, les aidera à résister aux crises rurales qui ont résulté de la fragmentation des communautés rurales à l’époque de la réforme (He 2007). Cette idée de communs est fondée sur la perspective postcapitaliste de l’économie communautaire de J.K. Gibson-Graham, suggérant une pensée relationnelle pour « la préoccupation essentiellement éthique […] sur la manière dont [nous] devons vivre ensemble » (2006 : 82). Les « communs » sont définis comme un processus de mise en commun par lequel des économies diverses sont incitées à négocier et reconnaître « notre interdépendance avec les autres humains, les autres espèces et notre environnement » (Gibson-Graham et al. 2013 : XIX). En se basant sur les pratiques du mouvement de la CSA qui consistent à organiser les connaissances et le travail des consommateurs avec les exploitations agricoles en Australie, Jenny Cameron (2015 : 56), suivant l’exemple de Gibson-Graham (2006), plaide en faveur d’un « bien commun agricole » composé de « communs biophysiques », tels que le sol, l’eau, les graines, les insectes et la vie microbienne, qui soutiennent les producteurs dans leur travail avec la terre (en particulier via l’utilisation de techniques biologiques plutôt qu’industrielles), et de « communs de la connaissance », qui soutiennent les moyens de subsistance des producteurs en évitant la perte de connaissances sur les pratiques agricoles. Une éthique des communs, comme l’ont noté les militants du mouvement de renaissance agraire, se nourrit d’une conception de l’engagement selon laquelle il est nécessaire de se concentrer sur « les moyens d’équilibrer la responsabilité de prendre soin des communs entre les différents acteurs » (Gibson-Graham et al. 2013).

Présentation du Chengxianghui : le militantisme dans le lien entre production et consommation

  • 12 Rao Qihong 饒琪弘, « 城鄉匯一五發展回顧2011-16 » (Chengxianghui yiwu fazhan huigu 2011-16, Rapport rétrospectif (...)

16Chengxianghui (城鄉匯, CXH) est une organisation située à Canton qui met en relation les producteurs ruraux de la province du Guangdong et d’ailleurs avec les consommateurs. Elle a été fondée par un groupe d’anciens stagiaires du PCD en 2010 et s’enracine dans la lutte initiale pour une reconnexion entre le consommateur et le producteur. À la suite du scandale du riz au mercure en 2002, la promotion de « l’éco-riz » à Canton au milieu des années 2000 s’est souvent heurtée à la méfiance du public, les consommateurs ordinaires s’inquiétant de la sécurité des aliments sans étiquette ni certification (entretien avec Rao Qihong, Canton, mars 2018). Les faibles ventes de produits de la CSA dans les zones urbaines ont menacé la pérennité des projets de nombreuses initiatives du mouvement dans le sud de la Chine. Huang Yajun, organisatrice d’une ONG de travail social rural, s’est inquiétée des capacités de mobilisation : « Nous n’étions pas forts pour mobiliser les consommateurs urbains [pour qu’ils achètent nos produits] parce que nous n’avions pas les ressources et l’expérience nécessaires » (entretien à Canton, février 2019). Fin 2009, afin de mobiliser les consommateurs urbains, le groupe a engagé Rao Qihong, un ancien stagiaire du PCD qui est ensuite devenu l’un des fondateurs de CXH et en est l’actuel directeur. Rao s’est associé avec d’autres militants et organisations de la CSA partageant les mêmes idées et rencontrant les mêmes difficultés : « Nous réfléchissions chacun à des moyens de promouvoir l’éco-alimentation sans étiquette, et nous avons donc commencé à organiser un petit marché fermier dans une communauté urbaine » (entretien à Canton, mars 2018). CXH était initialement connu sous le nom de Cantonese Farmers’ Market. « Pour pratiquer ensemble un mode de vie durable dans les zones urbaines et rurales », selon les mots de Rao12, CXH vise à créer un réseau alimentaire alternatif basé sur le principe « S-E-E » : une forme durable d’échange économique qui soutient l’agriculture de petite échelle et sa communauté (S pour sustainable) ; une culture écologique, et une connaissance locale de l’alimentation centrée sur l’alimentation et l’agriculture de saison (E pour ecological) ; et des pratiques éthiques à la fois dans la production et la consommation (E pour ethical).

17Depuis une décennie, grâce à un nombre de producteurs et de consommateurs en constante augmentation, CXH a étendu ses activités liées à l’alimentation du marché fermier à une variété d’autres activités pour promouvoir sa mission. Il s’agit notamment de visites de fermes, d’agriculture urbaine, d’ateliers de cuisine, de débats sur l’alimentation et, depuis peu, de groupes d’achat qui améliorent la communication entre consommateurs et producteurs (en ligne et hors ligne, tangible et intangible) et qui transcendent les frontières entre villes et campagnes. En ce qui concerne ces activités, Rao a souligné le rôle crucial des parties prenantes urbaines dans l’approche militante adoptée par l’organisation :

Par le passé, lorsque nous nous appuyions sur un petit groupe d’organisateurs pour jouer la carte de la sécurité, nous avons constaté que nous avions nos limites et qu’il était difficile de progresser. Ensuite, nous avons appris à nous positionner comme une plateforme ouverte. Plusieurs « groupes d’action » (xingdong xiaozu 行動小組) ont été formés avec différents points de convergence. La participation d’un plus grand nombre de personnes ayant des idées communes a permis d’enrichir davantage l’exploration de « l’interaction entre villes et campagnes » (chengxiang hudong 城鄉互動) à Canton (entretien avec Rao Qihong, Canton, mars 2018).

18Ces « groupes d’action » ont transformé CXH en un espace inclusif et participatif dans lequel les consommateurs peuvent devenir bénévoles, stagiaires, et même organisateurs. Haze, un consommateur et bénévole depuis 2016, explique que « les citadins comprennent toujours mal les villageois et les considèrent comme des petites gens, arriérés et ignares. CXH permet de mettre fin à ces préjugés » (entretien à Canton, mai 2018).

19En rejoignant ces groupes d’action, j’ai pu expérimenter ce que les participants appellent le « vivre ensemble » (gongtong shenghuo 共同生活). Selon les mots de Rao, cela consiste à « mener ensemble une vie durable en milieu urbain et rural » (entretien à Canton, avril 2018). En ville, nous avons appris de nouvelles recettes de cuisine et l’agriculture biologique avec du compost, et nous avons même pu consommer des aliments locaux dans divers endroits. À la campagne, nous avons visité des fermes pour des inspections ainsi que pour faire du tourisme rural. J’ai partagé des repas avec des consommateurs, des producteurs, et parfois les deux. L’élaboration de « règles explicites du vivre ensemble » s’appuie sur un type de relations qui relève selon Elspeth Probyn de la « convivialité ». Ces relations concernent la manière dont les individus en viennent à prendre soin d’eux-mêmes, des autres et de l’environnement (2017 : 41). Probyn se réfère à la convivialité d’Ash Amin dans Land of Strangers (2013), définie comme une idée privilégiant l’interaction quotidienne d’une société multiculturelle non fondée sur des catégories épistémologiques (par exemple, un binarisme insider-outsider). Comme l’analyse Amin, cette idée met l’accent sur des formes de négociations conviviales quotidiennes de la différence à travers un « effort collectif » construit sur « des pratiques relationnelles à partir desquelles sont forgées de nouvelles identités partagées » (2013 : 4). « L’habitude de négocier la multiplicité » (Probyn 2017 : 41) est l’esprit d’un tel travail collectif, comme celui que j’ai mené dans mon enquête de terrain. En tant que concept, la convivialité oblige à analyser « l’ensemble des relations entre les humains, entre l’humain et le non-humain, entre le travail et les loisirs, et entre les relations temporelles et spatiales » (Greg 2013 : 22), afin d’explorer ce que Rao a appelé « l’interaction entre villes et campagnes » (entretien à Canton, avril 2018). Je soutiendrai ci-dessous que les pratiques de convivialité de CXH amènent les individus à développer un ensemble différent de connaissances, de compétences et de techniques pour questionner la qualité des aliments et la façon dont ils « sont intrinsèquement liés au contexte riche et varié de la production » (Murdoch et Miele 2004 : 721). Cela va au-delà des simples préoccupations en matière de sécurité alimentaire.

Réflexions militantes sur la certification des exploitations et les difficultés pour l’environnement agricole

  • 13 Huang Yi est un ancien consommateur devenu le directeur du CXH de 2013 à 2016.

20Depuis 2012, les excursions en milieu rural pour visiter les partenaires de production de CXH ont inclus des dégustations de produits, l’inspection de fermes et de leurs environs, et plus important encore pour certains : la découverte des histoires personnelles des producteurs (entretien avec Huang Yi, Canton, mai 2018)13. Au retour des visites de terrain, un rapport d’inspection informel était partagé avec le public et les membres de CXH via les réseaux sociaux. Cette démarche visait à instaurer la confiance entre consommateurs et producteurs. Les histoires émouvantes d’agriculteurs biologiques en pleine conversion parviennent souvent à créer une valeur ajoutée pour les aliments locaux et conduisent à de bonnes ventes. Par exemple, Yingyi, une consommatrice (depuis 2012) également bénévole au marché fermier, était plus disposée à acheter du riz à 10 RMB la jin – le double du prix normal de 4 RMB – parce qu’elle « était souvent émue par cette présentation du lien entre les producteurs et la nourriture » (entretien à Canton, avril 2018).

21« Sans une connaissance suffisante [des consommateurs] », affirme Rao à propos de son expérience de dix ans dans le militantisme alimentaire et agricole, « ces précédentes visites de fermes [de CXH] deviendraient inévitablement une sorte de divertissement de cour de ferme ou de tourisme chez l’habitant (nongjiale 農家樂) ». Cette réflexion – ainsi que la critique selon laquelle « la certification est superficielle » – a été cruciale dans son attention portée à l’agentivité des consommateurs :

Comme nous ne connaissons pas les problématiques de la ferme, nous ne pouvons pas aider en faisant des propositions ou en offrant notre aide aux producteurs. De même, vu que les petits agriculteurs qui essaient d’adopter l’agriculture biologique sont dans une situation précaire et sont ceux qui ont le plus besoin d’améliorer leurs compétences en matière de gestion agricole pour leur survie, tant sur la qualité que la quantité […] même si nous parlons souvent d’accompagnement ou de compagnonnage (peiban 陪伴), nous pourrions tout à fait échouer à les accompagner dans une situation précaire [et dans leur lutte pour passer de l’agriculture conventionnelle à l’agriculture biologique] […]. En tant que communauté, nous risquons d’échouer dans le processus même de « négociation » (xieshang 協商) entre les consommateurs et les producteurs pour résoudre les problèmes (entretien à Canton, février 2019).

22Rao explique avec sympathie que plusieurs producteurs auparavant passionnés par l’agriculture biologique qui avaient rejoint le marché fermier de 2012 à 2015 se sont retirés par « manque de compétences en matière de gestion [agro-économique] » (ibid.). Une enquête récente a énuméré certaines des raisons de ce changement, comme les coûts opérationnels élevés, la difficulté à embaucher des travailleurs locaux, la faiblesse des revenus, un environnement pollué, l’insécurité liée à la location des terres, etc. (Kurl et Ho 2017). Rao et d’autres s’inquiètent du fait que ni la confiance ni les ventes ne permettent de rendre visibles les conditions matérielles précaires auxquelles ces producteurs sont confrontés. Le maintien des visites de fermes comme type de certification collégiale fermerait toute possibilité de négocier les responsabilités des consommateurs pour « accompagner » les producteurs concernés dans leur lutte pour leur survie. En effet, ils suggèrent que si les consommateurs veulent une alimentation saine, ils doivent mieux soutenir ceux qui la produisent et ne pas se contenter de payer le prix adéquat.

23Sur la base de cette prise de conscience, CXH a envoyé quelques volontaires pour assister au camp de formation SPG 2014, organisé par le Beijing Farmers’ Market en coopération avec l’International Food Movement Organisation. Les militants de l’alimentation et de l’agriculture jouissant d’une dizaine d’années d’expérience dans l’organisation des consommateurs comme Rao cherchent à adapter et à mettre en œuvre le SPG de manière conviviale :

Tout d’abord, tant les consommateurs que les collègues des marchés fermiers doivent être formés à l’agriculture biologique s’ils veulent effectuer des visites de fermes de qualité. Ensuite, un système qui facilite la participation des agriculteurs aux visites de leurs exploitations respectives, ainsi qu’une communication et un apprentissage efficaces dans le cadre de ce processus, permettront d’améliorer les normes agricoles de chacun. Cela créera un cercle vertueux d’amélioration agronomique et de réglementation sur place. Le SPG est capable de faire ces deux choses : il ne s’agit pas seulement de « certification » ou de « contrôle », mais bien de soutien aux producteurs. « L’apprentissage convivial » (gongtong xuexi 共同學習) est le mécanisme permettant à la communauté du SPG de se soutenir elle-même (Jiang 2016 : 16).

24Des militants tels que Rao et Chang affirment que « les précédentes visites de fermes de la CSA [ressemblent] au SPG à ses débuts » (entretien avec Chang, Canton, mars 2018). Ce qu’ils entendent par là, c’est qu’ils visent à poursuivre le travail de transformation du SPG pour passer d’un système axé sur le simple établissement de la confiance entre consommateurs et producteurs à un système capable d’améliorer la collaboration entre les deux groupes. Ces militants soutiennent qu’une nouvelle approche de l’apprentissage pour les consommateurs est nécessaire. Cet article propose une telle approche avec un cadre normatif que j’appelle « agriculture conviviale » et qui fait référence à la création d’une méthode participative permettant aux consommateurs urbains de s’engager dans une production agraire durable à la campagne. Ce terme représente la recherche d’une approche plus apte à prendre davantage soin (care) et protéger les communs agricoles (par exemple, les connaissances et la biodiversité) dans la relation entre le consommateur et le producteur au sein de la production agricole. Il englobe les actions qui vont au-delà de la définition étroite de la gouvernance de la sécurité alimentaire par l’État pour transformer les « lieux dépourvus de pouvoir qui émergent [désormais] grâce aux personnes qui les remplissent par leur présence » (Gronemeyer 2015 : 79).

25Afin de conceptualiser cette approche, j’utilise les techniques de visibilité décrites par Mara Miele (2011, 2017) pour explorer les possibilités d’engagement des humains dans la vie des autres êtres non-humains qui deviennent notre nourriture. Dans son étude pionnière sur les « poulets heureux », Miele va au-delà de la représentation ambiguë des droits des animaux donnée par les labels. Elle raconte comment les techniques de visibilité devraient être utilisées pour traduire et qualifier les vies d’animaux élevés à la ferme et les compétences et conditions d’élevage existantes. Cette technique de transformation des matières vivantes en aliments produit « ce que Morgan Meyer [2010 : 123] a défini comme un “savoir de courtier” (broker knowledge), c’est-à-dire un “savoir rendu plus robuste, plus fiable et plus exploitable” ; un savoir qui “sert localement” à un moment donné, un savoir qui a été désassemblé et réassemblé » (Miele 2011 : 2077). Pour Miele, l’application du courtage montre comment la politique relationnelle de l’alimentation, avec ses différents effets sociaux et ses structures de pouvoir sous-jacentes (par exemple, de nouvelles formes d’orientation éthique dans les achats ou la mobilisation pour rapprocher la production et la consommation), produit « différents modes de rapport et d’action face aux questions de bien-être animal » (ibid. : 2087).

26Par conséquent, en utilisant le terme d’agriculture conviviale, je fais référence à la création de connaissances, de care et de responsabilité pour une production agraire durable entre différents acteurs (dont les organisateurs, les consommateurs et les producteurs). Dans la lignée de Miele, j’utiliserai l’agriculture conviviale pour rendre visible les communs agricoles et la manière dont les participants transforment le SPG en un modèle éthique de « compagnonnage négocié », au lieu de le voir comme un modèle éthique de « certification par des intermédiaires », comme le suggère la littérature sur les réseaux alimentaires alternatifs. Cette ethnographie basée sur une approche relationnelle offre également un nouvel aperçu de la littérature sur la pratique du SPG dans les pays du Sud (par exemple au Mexique et au Brésil, voir : Sacchi et al. 2015 ; Kaufmann et al. 2020).

Le système participatif de garantie comme technique de convivialité

27En 2015, CXH a transformé les visites de fermes pour y intégrer une équipe d’inspection par SPG. Fin 2017, il a contribué à former le groupe de coordination des praticiens du SPG basés dans le Guangdong, réunissant les organisations de la CSA de la région. Dans ce groupe, CXH, comme l’explique Rao, espère « faire entendre leur voix et entrer la responsabilité des consommateurs » dans la discussion (entretien à Canton, mars 2018). La motivation ici est de faire évoluer l’opinion des agriculteurs sur le SPG et les convaincre que ce système peut les aider à améliorer leurs compétences agricoles et à promouvoir leurs produits. Au premier semestre 2018, un comité de travail pour le groupe de coordination a été créé. J’y ai participé et ai suivi les consommateurs de CXH à travers des activités conjointes du SPG telles que des réunions, des ateliers techniques intensifs, des inspections de fermes, etc. La formation de quatre jours s’est tenue dans une ferme écologique du district de Conghua, à Canton. Contrairement à d’autres parties de Canton, il s’agit d’un rare district non industriel et montagneux où l’on trouve à la fois des exploitations biologiques commerciales et des exploitations biologiques de la CSA. L’atelier a réuni une quarantaine de participants, et certains des organisateurs étaient des figures bien connues des cercles de la CSA mentionnés plus haut. Les producteurs participants étaient principalement de nouveaux agriculteurs plutôt que des petits exploitants. Les consommateurs étaient tous affiliés à CXH. Pendant la journée, les participants ont reçu une formation sur les spécificités de la gestion d’une ferme écologique avec des essais d’inspection sur place. Le soir, des « réunions de consensus » (gongshihui 共識會) étaient organisées afin de discuter des questions relatives à la mission, à la raison d’être, à l’administration et au développement futur du SPG (illustrations 1 et 2). La suite de cet article montrera de quelle manière le SPG peut être vu comme une méthode d’évaluation des fermes biologiques fondé sur la participation des parties prenantes.

Illustration 1. Formation sur site utilisant la fiche d’évaluation du SPG. Crédit : auteur.

Illustration 2. Une « réunion de consensus » sur le SPG le soir. Crédit : auteur.

Technique (I) de restitution des communs agricoles

28La première section de la formation enseigne aux participants comment utiliser les fiches d’évaluation du SPG pour inspecter l’environnement de production. Cette section consacrée aux méthodes d’inspection sur le terrain apprend aux participants à évaluer l’état matériel de l’exploitation. Pour cela, ils doivent acquérir des compétences en matière d’inspection, notamment comment observer et mener des entretiens. Cette section prend en compte les difficultés des inspections sur place liées aux différences de connaissances et d’expériences des inspecteurs. Lors d’une conversation, des consommateurs-participants se sont plaints que « les connaissances requises pour une inspection [étaient] bien trop difficiles », tandis qu’un agriculteur-participant qui se familiarisait avec l’agriculture biologique exagère : « On ne peut bien gérer une ferme que si on a entièrement compris tout cela » (entretiens avec Deng et Haze, Canton, mars 2018).

  • 14 En ce qui concerne la pratique du compostage : comme l’ont expliqué les agriculteurs, le compost ra (...)

29La question des communs biophysiques articule la définition de l’agriculture écologique avec les principes du cycle de la vie et de la biodiversité. La gestion agricole de la santé des sols, des plantations et de la prévention des parasites est établie sur les méthodes mêmes d’amélioration des sols par le travail humain soucieux de l’humus, de la vie microbienne et de la matière organique – le réseau alimentaire du sol est considéré comme « un bon foyer pour la biodiversité » par les participants. Peng Yueli, un technicien de Nature Land (Wotu gongfang 沃土工坊), une organisation qui fait partie du mouvement de renaissance agraire en Chine du Sud, a affiné les fiches d’évaluation pour les adapter à la spécificité du Guangdong. Peng explique à tous les participants : « Si nous mystifions la production alimentaire biologique, nous ne pouvons pas engager le [processus de] changement de la santé du sol » (entretien à Canton, mars 2018). En tant que scientifique se concentrant sur la relation entre l’environnement naturel et l’agriculture, elle vise à déconstruire le mythe de « l’alchimie végétale » souvent entretenu par les partisans de l’alimentation biologique. Peng a ensuite décomposé le sol avec ses propriétés physiques, biologiques et chimiques, en utilisant des tests en éprouvettes et des mesures (illustration 3). En tant que militante, elle s’appuie sur son expérience acquise en matière de protection des sols et souligne l’importance du compost. Elle a même compilé les expériences de paysans ayant fait des essais s’appuyant sur les pratiques agricoles de la période maoïste. Guo et Weipen, deux nouveaux agriculteurs très expérimentés, ont ensuite fait une démonstration sur place de la fabrication d’un sol sain, illustrée par leur pratique habile de la production et de l’application de compost14. Cette partie a appris aux participants à observer, d’une part, les communs biophysiques par la recherche d’un sol sain et, d’autre part, les communs de la connaissance par le travail agricole qualifié (montré par Guo et Weipen).

Illustration 3. Vérification de la santé du sol par un test en éprouvette. Crédit : auteur.

30C’est pour ces raisons que le compostage figure en bonne place sur la fiche d’évaluation de l’exploitation avant un large éventail d’autres éléments allant de la lutte contre les maladies à la main-d’œuvre agricole. Comprendre la rationalité du compost permet de tracer un lien sociométabolique entre les humains, la biodiversité, le sol et l’environnement. L’étude du compostage aide considérablement les consommateurs à comprendre l’approche circulaire de la production, de la consommation et des déchets. Pour une agriculture conviviale, il s’agit du premier ensemble de techniques permettant de rendre visibles les questions parfois difficiles à appréhender liées à l’environnement agricole. Cette technique permet d’utiliser le SPG pour présenter le cultivateur comme un carer (zhaoguzhe 照顧者) dont le travail et les connaissances forment une pratique riche de compétences servant d’intermédiaire entre les communs de la connaissance et les communs biophysiques. Elle transforme la notion morale d’alimentation locale et montre aux consommateurs les pratiques requises. Enfin, elle raconte l’histoire d’un agriculteur en difficulté considéré comme le carer de l’environnement local plutôt que comme un simple fournisseur d’aliments locaux, sûrs et de qualité. En fin de compte, l’évaluation des connaissances et des compétences en matière d’agriculture biologique peut circuler parmi les producteurs et les consommateurs par le biais de la pratique du SPG par les militants de la CSA basés au Guangdong.

Technique (II) de reconnaissance du compagnonnage

31Après des heures de « réunions de consensus », les participants à l’atelier de Conghua sont parvenus à une vision commune de la future utilisation du système SPG. Le compagnonnage prôné par Rao a été évoqué comme un moyen de remédier à l’asymétrie des informations dans l’agriculture commerciale entre les producteurs et les consommateurs. Huang, membre du comité d’un groupe coordonné de Canton et qui emploie le SPG, affirme « qu’à long terme, le SPG est une question d’appartenance collective » (entretien à Canton, mars 2018). Par conséquent, les consommateurs-participants doivent le prendre comme un engagement à long terme pour « tenir la main des producteurs » pendant qu’ils traversent des difficultés liées à la transition vers l’agriculture écologique. Leur consentement à être des compagnons (peibanzhe 陪伴者) des producteurs déplace ainsi l’objectif d’une évaluation SPG sur trois aspects importants :

32 a) ne pas se concentrer sur un produit donné, mais sur la globalité de l’exploitation ;

33 b) ne pas se concentrer sur les conditions récentes de l’exploitation, mais sur le propriétaire de l’exploitation et les défis qu’il doit relever ;

34 c) ne pas se concentrer sur leur succès commercial, mais sur leur mentalité et leur vision.

35Cette volonté de reconnaître l’exploitation dans son ensemble contraste avec la pratique courante de certification qui fait des consommateurs et des producteurs deux pôles déconnectés et ne pouvant pas vraiment communiquer. Cette version du SPG permet aux producteurs de travailler en tant qu’entrepreneurs indépendants pour chercher et obtenir des normes biologiques. Elle correspond même au discours technocratique de l’État sur la paysannerie moderne, notamment sa vision réformiste consistant à transformer la population rurale des « paysans arriérés » en agriculteurs indépendants et entreprenants (Day 2013 : 14). Cependant, les participants à l’atelier étaient critiques vis-à-vis des notions telles que l’indépendance entrepreneuriale. Ils ont rejeté la question de la qualité des aliments comme étant un message individualiste, établi seulement sur les ressources ou les compétences de gestion d’un individu et sans rapport avec les autres contraintes imposées par le contexte sociométabolique plus large. Au contraire, leur pensée conviviale réfléchit à la manière dont les consommateurs et les producteurs peuvent devenir « interdépendants » et même mutuellement bénéfiques les uns pour les autres.

36Les consommateurs participant à l’atelier ont ajouté plusieurs suggestions pour la mise en œuvre du compagnonnage dans un SPG amélioré : a) remplacer le terme « certification » par « reconnaissance », b) ajouter une section concernant l’histoire du producteur dans le cadre de l’inspection, et c) créer des rôles non professionnels au sein de l’équipe d’inspection pour être plus inclusif envers les nouveaux consommateurs-participants au SPG. Le SPG en tant que système de reconnaissance – plutôt que système de certification – rassemblerait différents acteurs dans un espace convivial et permettrait un dialogue éthique. L’accent mis sur la remise en question de la relation entre le consommateur et le producteur devient ainsi un pilier important de l’agriculture conviviale.

Une histoire de « compagnon-carer »

37Je soutiens que deux techniques conviviales principales servent de médiation à la fois dans la relation entre consommateur et producteur et dans la relation entre villes et campagnes : l’une de ces techniques permet de rendre plus visible, plus sensible et plus responsable la prise en charge des communs agricoles en qualifiant les producteurs de « carers » [de la terre] ; l’autre, en parallèle, rend visible la négociation de la responsabilité en faisant des consommateurs des compagnons. Le SPG peut ainsi devenir un système de reconnaissance, puisqu’il fait appel à une méthode conviviale qui sert d’intermédiaire entre la prise de responsabilité du compagnon et l’habileté du carer (le producteur) à composer avec des conditions précaires et la nature. En bref, il raconte une histoire de « compagnon-carer », un récit particulier de militantisme qui vise à repenser l’interaction entre villes et campagnes.

38Cette histoire n’appelle ni une approche simple avec une solution pratique, ni une politique naïve avec une garantie, par exemple la politique de représentation et sa rhétorique morale des « gourmets sauvant la Terre ». Il faudrait que les participants au SPG utilisent des fiches d’évaluation et des rapports qui « traduisent » un environnement agricole donné, cultivant des aliments éthiques pour les consommateurs (Miele 2017). En suivant certaines visites de fermes agréées par le SPG en 2018 et 2019, j’ai trouvé cette pratique d’inspection innovante. Certains consommateurs et producteurs expérimentés ont testé diverses manières d’observer la composition de l’environnement agricole (illustration 4). Des consommateurs moins expérimentés, comme Ren, un nouveau bénévole de 19 ans, ont interrogé l’agriculteur et se sont ensuite chargés de la partie de storytelling rural – notamment en présentant la passion de l’agriculteur pour son travail et ses valeurs. C’est ce récit qui permet aux consommateurs d’associer le travail des producteurs à la nourriture et que l’on retrouve souvent dans les discussions sur l’alimentation sur les marchés fermiers. Le nouveau style des visites d’exploitations agricoles de CXH dépeint désormais de manière vivante l’environnement agricole en plus de fournir un rapport technique sur l’exploitation.

Illustration 4. Inspection du sol sur le terrain. Crédit : auteur.

  • 15 Chenxianghui 城鄉匯, « PGS : 解甲歸田農場探訪報告 » (PGS : jiejia guitian nongchang tanfang baogao, SPG : rappor (...)

39L’agriculture conviviale pratiquée par CXH est remarquable par son ouverture à d’autres activités à travers les groupes d’action. Citons par exemple la récente visite chez un ménage d’agriculteurs du nord du Guangdong qui avait expérimenté la technique « poisson-canard-rizière » et souhaitait devenir un producteur partenaire de CXH. L’équipe a fait quelques suggestions techniques pour améliorer l’exploitation, recommandant que « dans les conditions actuelles, une seule saison soit plantée selon cette nouvelle approche. Cela donnerait [à l’agriculteur] plus de temps pour travailler sur le système de recyclage de l’eau pour l’irrigation, ce qui pourrait être fait par l’élevage [de canards], le compostage et la plantation d’engrais verts15 ». D’autres groupes d’action ont suivi après cette visite. Par exemple, un groupe d’acheteurs a organisé un achat collectif, et des volontaires ont présenté l’éco-riz produit par le ménage au marché fermier. CXH a même mis cet agriculteur en contact avec d’autres personnes dont il pourrait s’inspirer. Toutes ces activités alimentaires constituent des actions collectives sous l’égide de la convivialité et donnent un aperçu de l’effet et du pouvoir que le SPG pourrait avoir en suscitant un engagement moral de la part des consommateurs par le biais du compagnonnage.

40En accord avec Miele (2011 : 2087), ces activités de courtage, réalisées par le biais du SPG, ont obtenu des résultats importants pour CXH et ont permis à l’organisation de mettre en relation des consommateurs désireux de s’engager bénévolement avec des agriculteurs ayant différents besoins d’assistance. La pratique renouvelée du SPG a également démontré ses capacités à insérer différents modes de perception, d’inspection, de suggestion et de soutien au sein d’un réseau alimentaire. Le modèle éthique sous-jacent de « compagnonnage négocié » permet une relation plus engagée socialement et plus écologique entre consommateurs et producteurs que celle s’appuyant sur la certification par des intermédiaires promue par l’alliance chinoise de la CSA.

Conclusion : des défis collectifs pour repenser la relation entre villes et campagnes

41Cet article a exploré la manière dont le militantisme alimentaire et agricole en Chine du Sud a évolué en réponse à la collaboration entre les agriculteurs ruraux et les consommateurs urbains à travers les deux décennies du mouvement de renaissance agraire. On peut dire que la littérature existante ne reconnaît pas l’importance du SPG au sein du mouvement chinois de la CSA. L’étude présentée ici examine une forme particulière de participation à une pratique alimentaire biologique et durable, centrée sur l’éthique de la convivialité et du commun. L’article a démontré que cette pratique permet de révéler un ensemble complexe de considérations éthiques dans une tentative de remodeler les relations entre la consommation et la production, entre le rural et l’urbain, ainsi qu’entre les humains et l’environnement. Mon cadre normatif de l’agriculture conviviale prend en compte toutes ces relations. Dans l’ensemble, la différence entre l’imaginaire du « compagnon-carer » et l’imaginaire du « vendeur-fournisseur » nous incite à regarder au-delà des conflits entourant l’utilisation du SPG comme un simple outil de certification comme dans le différend de Green Fingers mentionné au début. Au contraire, en s’appuyant sur la pratique de CXH et son système de reconnaissance, le différend nous permet d’appréhender les points de vue contradictoires sur les différentes pratiques éthiques au sein des cercles chinois du mouvement de la CSA. En outre, cela permet également de mettre en avant les composantes culturelles, sociales, environnementales et même politiques de l’alimentation et de l’agriculture.

42L’éthique relationnelle est utile pour repenser la politique alimentaire, en particulier le volet consommation. Elle rejette la conception binaire des systèmes alimentaires alternatifs qui considère la pratique de consommation comme une simple déclaration à travers laquelle les acheteurs votent avec leur fourchette ou leurs baguettes. Au contraire, dans cette éthique, les consommateurs sont considérés comme des acteurs qui peuvent être rassemblés par un mode différent de mise en relation et d’action vis-à-vis des communs agricoles. Il s’agit d’un imaginaire important du militantisme alimentaire et agricole chinois présenté dans cet article. Alors que l’histoire du « vendeur-fournisseur » repose sur l’effort d’une confiance médiatisée visant à éviter les tensions entre consommateurs et producteurs, l’histoire du « compagnon-carer » met au défi les militants de les réunir et de transformer les tensions en une méthode productive et participative pour développer un réseau alimentaire. Enfin et surtout, bien que j’aie décrit deux ensembles de pratiques éthiques pour combler le fossé entre le consommateur et le producteur, je ne propose pas que l’un remplace simplement l’autre. Je suggère plutôt que la méthode de représentation populaire qui semble efficace en ce qui concerne les peurs alimentaires devrait envisager d’ajouter « l’espace participatif » comme méthode relationnelle. L’utilisation du SPG dans l’expérience du Guangdong nous a montré la possibilité pour les producteurs et les consommateurs de travailler ensemble en cherchant des moyens de générer des connaissances et d’ouvrir un espace convivial en même temps. En somme, le terme d’agriculture conviviale met en avant une nouvelle perspective sur la relation entre consommation et production et peut ainsi ouvrir une fenêtre sur un futur agraire pluraliste.

Haut de page

Bibliographie

AMIN, Ash. 2013. « Land of Strangers ». Identities: Global Studies in Culture and Power 20 (1) : 1-8.

BUESGEN, Michael. 2008. « Environmental NGOs’ Role in Expanding Social Spaces – Diversification with Chinese Characteristics: A Case Study of ENGOs’ Opposition to the Nujiang Dam in China’s Yunnan Province ». China Journal of Social Work 1 (2) : 160-71.

Bureau d’information du Conseil des affaires d’État de la République populaire de Chine. 2019. « Food Security in China ». White Papers of the Government. www.scio.gov.cn/zfbps/32832/Document/1666228/1666228.htm (consulté le 1ʳ juillet 2020).

CAMERON, Jenny. 2015. « Enterprise Innovation and Economic Diversity in Community-supported Agriculture: Sustaining the Agricultural Commons ». In Gerda ROELVINK, Kevin St. MARTIN, et J. K. GIBSON-GRAHAM (éds.), Making Other Worlds Possible: Performing Diverse Economies. Minneapolis : University of Minnesota Press. 53-71.

CHEN, Ying. 2016. « ChAFTA, Trade, and Food Safety ». European Journal of Law Reform 18 (4) : 396-450.

CONNOLLY, Aidan J., Leona Shaojing LUO, Michael WOOLSEY, Mark LYONS, et Kate PHILLIPS-CONNOLLY. 2016. « A Blueprint for Food Safety in China ». China Agricultural Economic Review 8 (1) : 129-47.

COOK, Seth, Yuhui QIAO, Lila BUCKLEY, et Gubo QI. 2015. « Back to its Roots: Sustainable Agriculture in China ». In Seth COOK, et Lila BUCKLEY (éds.), Multiple Pathways: Case Studies of Sustainable Agriculture in China. Londres : IIED. 1-11.

DAY, Alexander F. 2013. The Peasant in Postsocialist China. Cambridge : Cambridge University Press.

DAY, Alexander F., et Mindi SCHNEIDER. 2017. « The End of Alternatives? Capitalist Transformation, Rural Activism and the Politics of Possibility in China ». Journal of Peasant Studies 45 (7) : 1226-41.

DOMINELLI, Lena, et Hok Bun KU. 2017. « Green Social Work and its Implications for Social Development in China ». China Journal of Social Work 10 (1) : 3-22.

GIBSON-GRAHAM, J.K. 2006. Postcapitalist Politics. Minneapolis : University of Minnesota Press.

GIBSON-GRAHAM, J.K., Jenny CAMERON, et Stephen HEALY. 2013. Take Back the Economy: An Ethical Guide for Transforming Our Communities. Minneapolis : University of Minnesota Press.

GOODMAN, David, E. Melanie DUPUIS, et Michael K. GOODMAN. 2012. Alternative Food Networks: Knowledge, Practice, and Politics. Londres : Taylor and Francis.

GRONEMEYER, Mariance. 2015. « Conviviality ». In David BOLLIER, et Silke HELFRICH (éds.), Patterns of Commoning. Amherst : Levellers Press. 77-80.

GUTHMAN, Julie. 2004. Agrarian Dreams: The Paradox of Organic Farming in California. Berkeley : University of California Press.

HE, Jun 何俊. 2007. « 鄉土知識與文化反思 » (Xiangtu zhishi yu wenhua fansi, Connaissances autochtones et réflexion culturelle). In Partnerships for Community Development (PCD) (éds.), 土地在沉思 : 傳統文化與農村建設 (Tudi zai chensi : chuantong wenhua yu nongcun jianshe, Pensées du sol : culture traditionnelle et construction des campagnes). Hong Kong : PCD. 38-49.

HE, Xuefeng. 2007. « New Rural Construction and the Chinese Path ». Chinese Sociology and Anthropology 39 (4) : 26-38.

HUANG, Philip C.C. 2011. « China’s New-age Small Farms and their Vertical Integration: Agribusiness or Co-ops? ». Modern China 37 (2) : 107-34.

JIANG, Yifan 蔣亦凡. 2016. « 一個共同的農夫市集的PGS之路 » (Yige gongtong de nongfu shiji de PGS zhi lu, Le parcours du SPG pour le marché des agriculteurs conviviaux). Bilin nitu xiang (比鄰泥土香) 8 : 10-8.

KAUFMANN, Sonja, Nikolaus HRUSCHKA, et Christian R. VOGL. 2020. « Bridging the Literature Gap: A Framework for Assessing Actor Participation in Participatory Guarantee Systems (PGS) ». Sustainability 12 (19) : 1-26.

KIRSCHNER, Cornelia. 2014. « PGS in China – A Development Tool for Local Organic Agriculture? ». China Development Brief. http://www.chinadevelopmentbrief.cn/articles/pgs-china-development-tool-local-organic-agriculture (consulté le 1ᵉʳ juillet 2019).

KURL, Kees, et Peter HO. 2017. « Alternative Approaches to Food: Community Supported Agriculture in Urban China ». Sustainability 9 (5) : 1-16.

MEYER, Morgan. 2010. « The Rise of the Knowledge Broker ». Science Communication 32 (1) : 118-27.

MIELE, Mara. 2011. « The Taste of Happiness: Free-range Chicken ». Environment and Planning A 43 (9) : 2076-90.

––––. 2017. « Consuming Animals, Constructing Naturalness ». Research in Rural Sociology and Development 24 : 245-63.

MIELE, Mara, et Adrian EVANS. 2010. « When Foods Become Animals: Ruminations on Ethics and Responsibility in Care-full Practices of Consumption ». Ethics, Place & Environment 13 (2) : 171-90.

MURDOCH, Jonathan, et Mara MIELE. 2004. « The New Aesthetic of Food? Relational Reflectivity in the “Alternative” Food Movement ». In Mark HARVEY, Andrew MCMEEKIN, et Alan WARDE (éds.), Qualities of Food. Manchester : Manchester University Press. 156-75.

NOBLE, Greg. 2013. « Strange Familiarities: A Response to Ash Amin’s Land of Strangers ». Identities: Global Studies in Culture and Power 20 (1) : 31-6.

PAN, Jia’en, Chialing LUO, et Tiejun WEN. 2017. « Three “Centuries”: The Context and Development of Rural Construction in China ». Inter-Asia Cultural Studies 18 (1) : 120-30.

Partnerships for Community Development (PCD). 2005. Partnerships for Community Development 2002-2005. Hong Kong : PCD.

––––. 2007. 土地在沉思 : 傳統文化與農村建設 (Tudi zai chensi : chuantong wenhua yu nongcun jianshe, Pensées du sol : culture traditionnelle et construction des campagnes). Hong Kong : PCD.

––––. 2008. 比鄰泥土香 (Bilin nitu xiang, Sol parfumé). Numéro 1.

––––. 2013. 落地生根 : 社區支持農業之甦動 (Luodi shenggen : shequ zhichi nongye zhi su dong, Prendre racine : le renouveau de la CSA). Hong Kong : PCD.

––––. 2016. 比鄰泥土香 (Bilin nitu xiang, Sol parfumé). Numéro 8.

––––. 2019. 當文化反思遇上農業 : 協作者札記 (Dang wenhua fansi yushang nongye : xiezuozhe zhaji, Réflexion culturelle sur l’agriculture : carnets des facilitateurs). Hong Kong : PCD.

PROBYN, Elspeth. 2017. « Queer Fish: Eating Ethnic Affect ». In John N. ERNI (éd.), Visuality, Emotions and Minority Culture. Berlin : Springer-Verlag GmbH Germany. 27-44.

SACCHI, Giovanna, Vincenzina CAPUTO, et Rodolfo M. NAYGA. 2015. « Alternative Labeling Programs and Purchasing Behavior toward Organic Foods: The Case of the Participatory Guarantee Systems in Brazil ». Sustainability 7 (6) : 7397-416.

SCHNEIDER, Mindi. 2017. « Wasting the Rural: Meat, Manure, and the Politics of Agro-industrialization in Contemporary China ». Geoforum 78 : 89-97.

SCHUMILAS, Theresa, et Steffanie SCOTT. 2016. « Beyond “Voting with your Chopsticks”: Community Organising for Safe Food in China ». Asia Pacific Viewpoint 57 : 301-12.

SCOTT, Steffanie, Zhenzhong SI, Theresa SCHUMILAS, et Aijuan CHEN. 2014. « Contradictions in State- and Civil Society-driven Developments in China’s Ecological Agriculture Sector ». Food Policy 45 : 158-66.

––––. 2018. Organic Food and Farming in China: Top-down and Bottom-up Ecological Initiatives. Londres : Routledge.

SHI, Yan, Cunwang CHENG, Peng LEI, Tiejun WEN, et Caroline MERRIFIELD. 2011. « Safe Food, Green Food, Good Food: Chinese Community Supported Agriculture and the Rising Middle Class ». International Journal of Agricultural Sustainability 9 (4) : 551-8.

SI, Zhenzhong, Theresa SCHUMILAS, et Steffanie SCOTT. 2015. « Characterizing Alternative Food Networks in China ». Agriculture and Human Values 32 (2) : 299-313.

SI, Zhenzhong, et Steffanie SCOTT. 2016. « The Convergence of Alternative Food Networks within “Rural Development” Initiatives: The Case of the New Rural Reconstruction Movement in China ». Local Environment 21 (9) : 1082-99.

TING, Wai-fong, et Hongli CHEN. 2012. « The Alternative Model of Development: The Practice of Community Economy in Disaster-stricken Sichuan ». China Journal of Social Work 5 (1) : 3-24.

VEECK, Ann, Hongyan YU, et Alvin C. BURNS. 2010. « Consumer Risks and New Food Systems in Urban China ». Journal of Macromarketing 30 (3) : 222-37.

WANG, Raymond Yu, Zhenzhong SI, Cho Nam NG, et Steffanie SCOTT. 2015. « The Transformation of Trust in China’s Alternative Food Networks: Disruption, Reconstruction, and Development ». Ecology & Society 20 (2) : 1-16.

WEN, Tiejun, Kinchi LAU, Cunwang CHENG, Huili HE, et Jiansheng QIU. 2012. « Ecological Civilization, Indigenous Culture, and Rural Reconstruction in China ». Monthly Review 63 (9) : 29-35.

XIU, Changbai, et Kirt K. KLEIN. 2010. « Melamine in Milk Products in China: Examining the Factors That Led to Deliberate Use of the Contaminant ». Food Policy 35 (5) : 463-70.

YAN, Hairong, et Yiyuan CHEN. 2013. « Debating the Rural Cooperative Movement in China, the Past and the Present ». Journal of Peasant Studies 40 (6) : 955-81.

––––. 2015. « Agrarian Capitalization without Capitalism? Capitalist Dynamics from Above and Below in China ». Journal of Agrarian Change 15 (3) : 366-91.

YAN, Yunxiang. 2012. « Food Safety and Social Risk in Contemporary China ». The Journal of Asian Studies 71 (3) : 705-29.

ZHONG, Shuru, Mike CRANG, et Guojun ZENG. 2020. « Constructing Freshness: The Vitality of Wet Markets in Urban China ». Agriculture and Human Values 37 (1) : 175-85.

Haut de page

Notes

1 Nous avons choisi de garder le terme anglais de CSA dans cet article. En effet, les pratiques de retour à la terre et/ou de circuits courts, tels que Teikei au Japon, l’association pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP) en France, ou l’agriculture soutenue par la communauté (ASC) au Québec, renvoient tous à des constructions socialement et géographiquement situées qui ne correspondent pas pleinement à la CSA (note des éditeurs).

2 Green Fingers 綠手指, « 綠手指對山東洛嘉果園基地進行PGS檢查結果及相關事宜的公示 » (Lü shouzhi dui Shandong Luojia guoyuan jidi jinxing PGS jiancha jieguo ji xiangguan shiyi de gongshi, Rapport sur les résultats de l’inspection par SPG des Green Fingers et sur des questions connexes dans la ferme fruitière de Luojia dans le Shandong), 7 juillet 2020, https://mp.weixin.qq.com/s/yXTPBR3DyCehlr8EUb70-g (consulté le 20 juillet 2020).

3 Daren Shi-chi Leung 梁仕池, « 北京為何對澳洲農業亮劍 ? 地緣政治背後的中澳農貿難題 » (Beijing weihe dui Aozhou nongye liang jian ? Diyuan zhengzhi beihou de Zhong Ao nongmao nanti, Pourquoi Pékin s’intéresse-t-il à l’agriculture australienne ? Le problème du commerce agricole sino-australien derrière la géopolitique), Initium Media, 9 juin 2020, https://theinitium.com/article/20200609-opinion-china-australia-agriculture-conflict/ (consulté le 20 juin 2020).

4 Xiu et Klein (2010) ; Connolly et al. (2016) ; Zhong et al. (2020).

5 Shi Yan 石嫣, « 中國緣何興起 PGS ? » (Zhongguo yuanhe xingqi PGS ?, Pourquoi le SPG émerge en Chine ?), 2 décembre 2015, https://mp.weixin.qq.com/s/L3CJ2qOKop04RIzafPZPug (consulté le 28 avril 2021).

6 Ibid.

7 He Jun (2007) définit le savoir xiangtu dans une approche sociomatérielle permettant d’identifier les techniques agricoles traditionnelles résultant de l’expérience et des luttes locales des paysans. Il s’intéresse à la manière dont ces techniques ont évolué en partant des changements dans l’organisation de la société dans les campagnes de la période post-maoïste.

8 Au début des années 2000, les projets de recherche-action participative du PCD collaboraient avec des individus et des ONG locales travaillant dans le cadre de la conservation de l’environnement, la recherche sur les connaissances indigènes, le travail social rural, etc. pour explorer la revitalisation de l’agriculture traditionnelle, en plus de la documentation de l’histoire orale des paysans dans cinq provinces de la Chine du Sud – le Yunnan, le Guangxi, le Sichuan, le Guizhou et le Guangdong (PCD 2005, 2007). Pour soutenir ces projets agricoles, le PCD a ensuite entrepris un programme phare de stages en CSA. Celui-ci a été planifié en 2003, lancé en 2006, et a formé de manière continue de nombreux jeunes militants (par exemple Chang, Rao) et lancé des initiatives connexes en CSA (PCD 2008 : 8).

9 Chu Ming (PCD 2008 : 13). Voir également Dominelli et Ku (2017).

10 Cette attention portée au savoir paysan de la période maoïste réduit l’impression de « déconstruction culturelle » ou d’« homogénéisation culturelle » (PCD 2007 : 72, 94). Elle remet également en question le récit du NRR qui tend à considérer l’expérience contemporaine des communautés rurales comme simplement détruite par le mouvement politique radical (Pan et al. 2017 : 797).

11 Buesgen (2008) ; Ting et Chen (2012) ; Wen et al. (2012) ; Dominelli et Ku (2017).

12 Rao Qihong 饒琪弘, « 城鄉匯一五發展回顧2011-16 » (Chengxianghui yiwu fazhan huigu 2011-16, Rapport rétrospectif sur cinq ans de développement de CXH 2011-2016), 20 décembre 2016, https://www.pcd.org.hk/zh-hant/content/%E5 %9F%8ᵉ%E9 %84 %89 %E5 %8C%AF (consulté le 20 janvier 2018).

13 Huang Yi est un ancien consommateur devenu le directeur du CXH de 2013 à 2016.

14 En ce qui concerne la pratique du compostage : comme l’ont expliqué les agriculteurs, le compost rapidement biodégradable utilisé pour la fertilisation prend comme base le fumier animal. Le compost lentement biodégradable qui est utilisé pour l’amélioration du sol prend comme base le fumier végétal. Pour cultiver un sol limoneux sans déséquilibre nutritif, les deux types doivent être savamment appliqués, avec un paillage et une rotation.

15 Chenxianghui 城鄉匯, « PGS : 解甲歸田農場探訪報告 » (PGS : jiejia guitian nongchang tanfang baogao, SPG : rapport de visite de la ferme de Guitian à Jiejia), 11 juillet 2020, https://mp.weixin.qq.com/s/tLUN3vpg0kOSHc7R_SblHA (consulté le 20 juillet 2020).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Illustration 1. Formation sur site utilisant la fiche d’évaluation du SPG. Crédit : auteur.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/12453/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/12453/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Illustration 2. Une « réunion de consensus » sur le SPG le soir. Crédit : auteur.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/12453/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Illustration 3. Vérification de la santé du sol par un test en éprouvette. Crédit : auteur.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/12453/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 747k
Légende Illustration 4. Inspection du sol sur le terrain. Crédit : auteur.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/12453/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daren Shi-chi Leung, « Agriculture conviviale : évolution du militantisme alimentaire et agricole en Chine du SudLe contexte et la politique dominante des peurs alimentaires  »Perspectives chinoises, 2021/2 | 2021, 33-43.

Référence électronique

Daren Shi-chi Leung, « Agriculture conviviale : évolution du militantisme alimentaire et agricole en Chine du SudLe contexte et la politique dominante des peurs alimentaires  »Perspectives chinoises [En ligne], 2021/2 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/12453

Haut de page

Auteur

Daren Shi-chi Leung

Daren Shi-chi Leung a récemment terminé sa thèse de doctorat « L’agriculture comme méthode : contextualiser la politique de l’alimentation et de l’agriculture en Chine du Sud », et est chercheur affilié au département des études sur le genre et la culture de l’Université de Sydney. A14, The Quadrangle, University of Sydney, NSW2006, Sydney, Australie (shi.leung@sydney.edu.au).

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search