Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2021/2DossierUne direction villageoise forte p...

Dossier

Une direction villageoise forte plutôt que des investissements publics : réflexions sur un cas de reconstruction communautaire dans le sud-ouest de la Chine

Siyuan Xu
Traduction de Thibault Le Texier
p. 4554

Résumé

Dans les villages, la gestion collective des terres agricoles, des forêts et d’autres ressources a été fortement ébranlée par la réforme économique et l’ouverture de la Chine au début des années 1980. L’exode rural qui s’en est suivi a démantelé encore davantage les communautés rurales. Des efforts ont été déployés pour revitaliser les campagnes, mais ils n’ont guère porté leurs fruits. Cet article examine de près un cas de reconstruction communautaire qui a connu deux étapes : un développement interne conduit par le comité de village et fondé sur la gestion collective des ressources locales, et un projet touristique subventionné par le gouvernement. Par ses différents revers, ce cas montre le rôle majeur, dans la reconstruction de la communauté, de la gestion collective des ressources par opposition aux subventions et aux investissements extérieurs. Il suggère également qu’une direction communautaire forte peut initier le processus de reconstruction communautaire, mais qu’un déficit de mobilisation et de participation de la part des membres de la communauté crée des problèmes de fond qui menacent sa pérennité.

Haut de page

Notes de la rédaction

Manuscrit reçu le 28 octobre 2020. Accepté le 11 mai 2021.

Texte intégral

L’auteure souhaite remercier le département des sciences humaines et du développement social de l’Université d’agriculture et de sylviculture du Nord-Ouest pour son soutien (projet n° 01600/Z109022024). L’auteure souhaite également remercier les relecteurs externes pour leurs commentaires et suggestions qui lui ont permis d’améliorer l’argumentation de l’article. L’auteure remercie enfin le professeur Tony Fuller pour son soutien continu et son aide dans la rédaction de ses travaux universitaires.

Introduction : la modernisation et l’essor de la reconstruction rurale

  • 1 « 中國超過日本, 成為世界第二大經濟體 » (Zhongguo chaoguo Riben, chengwei shijie dierda jingjiti, La Chine a dépassé (...)
  • 2 « 新中國70年工業化進程的歷史性成就與經驗 » (Xin Zhongguo 70 nian gongyehua jincheng de lishixing chengjiu yu jingyan, (...)
  • 3 « 國家統計局 : 2019年中國城鎮化率突破60 %, 戶籍城鎮化率44.38 % » (Guojia tongji ju : 2019 nian Zhongguo chengzhenhua lü (...)

1La Chine a engagé une grande réforme économique en 1978. Dans les campagnes chinoises, l’économie collective qui avait existé pendant trois décennies à l’époque de Mao (du milieu des années 1950 aux années 1970) a été profondément remise en question et remplacée par un système de responsabilité des ménages (SRM), selon lequel les ressources communautaires (par exemple les terres agricoles, les forêts et les pâturages) restent la propriété collective mais sont allouées par contrat à chaque ménage rural individuel. Au cours des quatre dernières décennies, la réforme économique a considérablement transformé la société chinoise. En 2010, la Chine a dépassé le Japon et est devenue la deuxième puissance économique mondiale1. Depuis plusieurs années, l’industrialisation rapide de la Chine en a fait le plus grand producteur de charbon, de ciment, d’acier brut, d’acier et d’électricité2. Dans le même temps, la Chine s’est urbanisée rapidement. En 2019, le taux d’urbanisation a atteint 60,60 %, environ 850 millions de personnes vivant en ville3. Les discours politiques et intellectuels ont abondamment célébré les réussites de la modernisation chinoise.

  • 4 Abréviation de sannong wenti (三農問題), les trois problèmes ruraux (note du traducteur).

2Ceci étant, depuis la fin des années 1990, les intellectuels s’intéressant au sannong (三農) 4s’inquiètent des conséquences de la modernisation sur les paysans chinois, le développement agricole et les communautés rurales. En 1996, les questions relatives au sannong ont été portées à l’attention du public et des universitaires. Elles font référence aux problèmes de développement rural liés aux paysans (nongmin 農民), à la société rurale (nongcun 農村) et à l’agriculture (nongye 農業) que provoquent l’industrialisation et l’urbanisation (Day 2013). En 2000, une lettre ouverte au Premier ministre Zhu Rongji 朱鎔基 faisait état de la dure réalité de la vie rurale en Chine, soulignant à quel point le sort des paysans est rude, les campagnes pauvres et l’agriculture en crise (ibid. : 116). En fonction de leur point de vue sur la modernisation et la reconstruction rurale, les experts des sannong adoptent l’une des deux positions suivantes.

3Les partisans de la modernisation constatent d’un côté que l’urbanisation d’autres pays en développement a provoqué une pauvreté et une violence urbaines menaçant la stabilité sociale, mais ils estiment que la Chine peut tirer les leçons de ces exemples et éviter une urbanisation « chaotique et inconvenante » (Wen et Wen 2007 ; He 2014a). Selon eux, la qualité de l’urbanisation dépend du degré de modernisation d’une nation, de son développement économique et de sa position dans l’économie mondiale (He 2014a, 2014b). Les pro-modernisation suggèrent que la Chine devrait monter dans la chaîne industrielle internationale et passer du « fabriqué en Chine » au « conçu en Chine ».

4Pour y parvenir, les pro-modernisation défendent d’abord les mérites et la nécessité d’une économie tournée vers les exportations, qui utiliserait au mieux la main-d’œuvre chinoise bon marché et qualifiée et lui conférerait une compétitivité sans égale dans le monde (He 2014a). Selon les termes de He (ibid.), « l’argent des ateliers de misère reste de l’argent » (xuehan gongchang de xuehan qian yeshi qian 血汗工廠的血汗錢也是錢). Deuxièmement, les projets d’urbanisation nécessitent l’acquisition de terres agricoles dans les périphéries urbaines afin de construire des logements et des infrastructures. Les partisans de la modernisation affirment que l’argent économisé en réduisant le montant des compensations pour les terres agricoles sera investi dans la construction urbaine, ce qui profitera à la population urbanisée (ibid.). Les partisans de la modernisation avancent enfin que la Chine rurale constitue un réservoir de main-d’œuvre et une alternative pour les travailleurs migrants n’ayant pas réussi à s’urbaniser (He 2014b). Ils estiment que le pays dans son ensemble bénéficiera de la main-d’œuvre et des terres de la Chine rurale.

5De leur côté, les tenants de la reconstruction rurale soutiennent que la modernisation va finir par provoquer une crise rurale (Li 2000 ; Wen 2008). Historiquement, la modernisation des pays développés a reposé sur la colonisation, qui a permis d’obtenir des ressources et d’absorber le surplus démographique. La Chine ne pouvant suivre le même chemin, elle ne peut compter que sur la colonisation intérieure de ses zones rurales (Wen 2005a, 2005b).

  • 5 « 2008年末全國農民工總量為22542萬人 » (2008 nianmo quanguo nongmingong zongliang wei 22542 wan ren, Le nombre d (...)

6L’industrialisation urbaine, qui nécessite de grandes quantités de main-d’œuvre bon marché venues des campagnes, a provoqué une migration interne considérable. Depuis les années 1980, les villes de la côte est de la Chine ont attiré la majorité des travailleurs migrants. En 2008, malgré la crise financière qui a frappé les entreprises de cette région, le nombre de travailleurs migrants dans l’économie d’exportation approchait encore les 100 millions5.

  • 6 Un mu correspond à 0,0667 hectare soit 667 mètres carrés.

7L’industrialisation et l’urbanisation reposent toutes deux sur l’acquisition de terres. Entre 1987 et 2001, plus de 40 millions de mu6 de terres agricoles ont été utilisés à des fins non agricoles, ce qui a conduit au moins 40 millions de paysans à perdre leurs terres (Yu 2010 : 25). Entre 2000 et 2017, la quantité de terres acquises annuellement a augmenté de 1 000 km2 et le nombre total a atteint 28 785 km2 (Zhang 2019). La Chine urbaine et la Chine rurale sont les deux faces d’une même pièce. Alors que la première bénéficie de la modernisation, la seconde fait face à des problèmes tels que la désertion de l’agriculture (Li 2000) et les populations délaissées (Zhou et Duan 2006). Avec la stagnation du revenu des ménages ruraux et l’augmentation de la dette publique dans les villages, « la fin des années 1990 a vu le déclin rural se transformer en une question de survie » (Yan, Ku et Xu 2021).

8Depuis 2000, le rétablissement des relations entre villes et campagnes et la reconstruction rurale font l’objet de discussions animées. Le présent article se joint à cet effort scientifique de compréhension et d’évaluation des différentes manières d’appréhender la reconstruction rurale. Il utilise les évolutions du village de Xin, une communauté forestière du sud-ouest de la Chine, pour illustrer la manière dont la reconstruction communautaire a été initiée par les dirigeants de l’administration du village et découvrir pourquoi elle est devenue difficile à maintenir. Sur la base de ce cas de reconstruction communautaire, je soutiens que la gestion collective des ressources par une direction villageoise forte est plus utile pour revitaliser la communauté locale que les subventions gouvernementales et les investissements extérieurs. Les données de cette recherche ont été collectées en août 2018. Avec les quatre membres du groupe de recherche que j’ai rejoint, nous avons mené un travail de terrain dans le village de Xin et interrogé les membres importants du comité de village, les gardes forestiers, l’association des personnes âgées et les villageois.

9Dans cet article, j’aborde tout d’abord différentes approches de la reconstruction des communautés rurales et discute les principales positions qui les sous-tendent. Le débat se concentre sur les relations entre le gouvernement, les marchés et les dirigeants du village. J’utilise ensuite le cas de Xin pour examiner les dynamiques de reconstruction des communautés rurales, avant de considérer les relations entre le gouvernement et le village, et entre la participation des membres de la communauté et l’aide extérieure.

La reconstruction rurale : débats et pratiques à deux époques

L’économie collective à l’époque de Mao : son héritage et ses conséquences sur la reconstruction rurale actuelle

  • 7 Pour une explication détaillée des étapes de la coopération rurale, en particulier de la manière do (...)
  • 8 Dans le même temps, les industries artisanales ainsi que la production et le commerce capitalistes (...)

10Lorsque la République populaire de Chine a été fondée en 1949, la réforme agraire a attribué des terres agricoles aux ménages ruraux individuels et instauré la propriété privée des terres agricoles. Certains villages ont rapidement mis en place une coopération rurale (Ma 2009), en raison de la réémergence d’une logique de différenciation rurale, du conservatisme paysan (Yan, Ku et Xu 2021) et de difficultés de production (Wang 2013). Ces dernières étaient dues au manque de main-d’œuvre, de machines agricoles ou de force animale auquel les familles rurales ont été confrontées (Wang 2013 ; Jin 2007). La transformation socialiste de l’agriculture, de l’artisanat, de l’industrie manufacturière capitaliste et du commerce lancée en 1952 a systématiquement organisé les paysans chinois en groupes d’entraide, puis en coopératives primaires et en coopératives avancées7. Fin 1956, une majorité de paysans chinois avaient rejoint les coopératives rurales, et la propriété privée des terres agricoles avait fait place à la propriété collective8. L’économie collective qui a ainsi pris forme dans les campagnes chinoises est devenue une composante de l’économie socialiste (Wang et al. 2015).

11L’économie collective de la période maoïste (du milieu des années 1950 aux années 1970) a symbolisé les efforts significatifs du Parti communiste chinois (PCC) pour transformer la production agricole, la société rurale et les relations entre villes et campagnes (Wang et al. 2013 ; Xu 2019). Créées à partir des coopératives avancées en 1958, les communes populaires ont remplacé les gouvernements des cantons et sont devenues les unités administratives de la Chine rurale (Jin 2007). Elles ont organisé les paysans en un système à trois niveaux (équipes de production, brigades et communes). L’économie collective offrait à ses membres une protection sociale et divers services (Jin 2007 ; Gao 2013 ; Schmalzer 2016), mais c’était avant tout une manière d’organiser la production. Au niveau de l’équipe de production, les paysans travaillaient collectivement et étaient récompensés en fonction de leur contribution, mesurée grâce à des crédits de travail. Les brigades de production fabriquaient les grosses machines agricoles servant à la production collective. Non seulement les communes fournissaient les machines agricoles, mais elles coordonnaient et organisaient également la construction de systèmes d’irrigation et de drainage.

12La période maoïste a vu la Chine expérimenter de nouvelles relations entre villes et campagnes. La production diversifiée, comprenant culture intensive, sylviculture, élevage, pêche et production secondaire, a été encouragée dans les fermes collectives chinoises afin d’utiliser pleinement la main-d’œuvre agricole (Zhang 2002 : 41 ; Xu 2013, 2019 ; Yan, Ku et Xu 2021). Des usines ont été construites dans les communes rurales pour permettre aux travailleurs ruraux inactifs de devenir ouvriers. Les entreprises des communes-brigades (shedui qiye 社隊企業) ont été conçues pour industrialiser et urbaniser la Chine rurale (Wang et al. 2013 ; Xu 2019).

13En 1983, le Comité central du PCC et le Conseil des affaires d’État ont rétabli les gouvernements des cantons pour remplacer les brigades par des comités de village (cun weihui 村委會), et les équipes de production par des groupes de villageois (cunmin xiaozu 村民小組) (Ying 2014 : 59 ; Wang et al. 2013). La réforme rurale a redistribué les terres agricoles aux ménages ruraux individuels et établi une production et une économie fondée sur ceux-ci (Yan, Ku et Xu 2021). La séparation des droits de propriété et des droits contractuels (et des droits d’usage) a affaibli les fondements de l’économie collective.

  • 9 En 2001, une réforme de la fiscalité rurale a été expérimentée dans les campagnes chinoises en répo (...)
  • 10 Non seulement le projet d’urbanisation n’a pas été modifié, mais le soutien budgétaire aux sannong (...)

14Depuis 2000, le gouvernement central chinois a annoncé plusieurs mesures visant à modifier les relations entre villes et campagnes et à reconstruire et revitaliser les campagnes9. Mais les problèmes demeurent, malgré la tournure apparemment positive des politiques gouvernementales en la matière et les questions liées aux sannong. Il semble que les changements de politique gouvernementale aient répondu directement aux enjeux successifs du développement économique de la Chine, qui ne concernent pas prioritairement le domaine des sannong : l’objectif de construction d’une campagne socialiste devait résoudre la surcapacité de l’économie chinoise orientée vers l’exportation à la fin des années 1990, tandis que la revitalisation rurale visait à initier ou développer la financiarisation de la Chine rurale (Yan, Ku et Xu 2021). Au niveau macroéconomique, il semblerait que les nouvelles orientations politiques poursuivent un objectif de modernisation nationale au lieu de s’attaquer aux problèmes liés aux sannong10. Les conditions rurales continuent ainsi de se détériorer malgré de nouvelles politiques allant dans le bon sens (Zhang 2019).

15Débats autour de la reconstruction des communautés rurales en Chine : le marché, les dirigeants villageois et l’État

  • 11 En 2011, le journal Open Times a organisé un atelier sur l’économie sociale en Chine afin d’explore (...)
  • 12 Yan et al. (2017) ont organisé des villageoises pour gérer des hôtels de tourisme sous forme coopér (...)

16Pour les tenants de la reconstruction rurale, ces nouvelles politiques offrent des marges de manœuvre à diverses initiatives locales. Ces initiatives regroupent de nouvelles formes d’économie collective, des coopératives paysannes, des entreprises sociales et divers types d’économie informelle11. Elles sont nées dans un contexte de réforme économique dominé par les discours condamnant l’échec de l’économie collective de la période maoïste (Yan et Chen 2013), ce qui les a amenées à faire divers compromis avec le marché. Ces initiatives se concentrent souvent sur certains aspects de la reconstruction rurale et ne peuvent éviter d’appliquer la logique du marché aux activités qu’elles portent12.

17Pour les partisans de la modernisation, la reconstruction rurale vise à prévenir les pires scénarios de déclin des campagnes. Ils entendent soit maintenir l’équilibre de la société rurale chinoise pour faciliter la modernisation, soit accepter les conséquences inéluctables de la modernisation sur la société rurale et aider les villages qui peuvent survivre. Ils voient dans la poursuite de l’urbanisation le remède permettant de combler le fossé entre villes et campagnes.

  • 13 Dans les années 2000, les fonds envoyés par les migrants ruraux qui travaillaient dans l’industrie (...)

18He (2020) affirme que les relations entre villes et campagnes sont entrées dans une période de réorganisation en 200013 et estime que la modernisation chinoise connaîtra un succès durable en 2035. Entre-temps, le déclin rural est inévitable (ibid.). La revitalisation rurale consiste donc à garantir les conditions de vie de base de la population rurale et la production agricole : « La reconstruction rurale n’est pas censée rendre les campagnes meilleures que les villes, mais permettre à ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas s’installer en ville de mener une vie décente à la campagne, et à ceux qui ne parviennent pas à s’installer en ville de retourner à une vie rurale » (He 2017 : 74).

  • 14 Li Changping 李昌平, « 李昌平 : 我們的新農村建設 » (Li Changping : women de xin nongcun jianshe, Li Changping : n (...)

19Le défenseur de la ruralité Li Changping considère également que l’urbanisation est forcément l’avenir pour la majorité (70 %) des résidents ruraux14. Li (2014) estime que 10 % des villages chinois feront partie des villes ; 60 % se videront avec l’intensification de l’exode rural ; tandis que les 30 % de villages restants seront au cœur de la reconstruction rurale. Il suggère par conséquent que la reconstruction rurale accompagne le processus de prévention du déclin des campagnes.

20En ce qui concerne le rôle de l’État dans la reconstruction rurale, He et Li affirment que le soutien et les subventions de l’État sont des éléments importants du développement rural à venir. He suggère que les ressources de l’État soient distribuées à tous les villages mais qu’elles soient en majorité investies dans les villages moins développés et manquant de ressources (He 2017). À l’inverse, les projets de reconstruction rurale dans lesquels Li s’engage activement visent à enrichir les campagnes (Li 2018) plutôt qu’à soutenir la vie rurale et la production agricole. Pour reconstruire les campagnes, Li suggère de lever des fonds et de transformer les campagnes en sites pour consommateurs urbains (Li et Zhang 2013 ; Li 2014) :

À l’avenir, les citadins seront de plus en plus nombreux à se rendre à la campagne à des fins touristiques. Il convient donc de reconstruire la campagne de manière à ce qu’elle ressemble davantage à la campagne, et de conserver l’architecture et la planification traditionnelles des villages. La dimension historique de la campagne lui donnera davantage de valeur. La reconstruction rurale ne peut fonctionner que si la culture agricole peut être transformée en culture consommable (Li 2014 : 14).

21À l’échelle du village, He (2017) recommande de confier la revitalisation rurale aux paysans d’élite (zhongjian nongmin 中堅農民) et aux villageois ayant peu d’activités. Les premiers font référence aux villageois qui profitent des opportunités de revenus offertes par l’exode rural. Comme de plus en plus de paysans quittent leurs terres et leurs villages pour travailler en ville, les villageois restants ont pu contracter davantage de terres agricoles et amorcer des productions secondaires. Ils sont considérés par He comme les villageois les plus compétents, les mieux placés pour être chefs de village et la clé du maintien de l’ordre social rural (ibid.).

  • 15 Cette expérience ne correspond pas au système de responsabilité des ménages en Chine rurale, dans l (...)

L’expérience de Li en matière de reconstruction rurale fondée sur la coopération financière communautaire (cunshe neizhi jinrong hezuo 村社內置金融合作) implique également le soutien du gouvernement et du comité de village. De tels projets visent à résoudre les problèmes posés par un système financier chinois conçu pour répondre aux besoins de financement de l’immobilier urbain et des grandes entreprises15. En 2009, Li a créé un fonds de pension au niveau du village de Haotang, dans la province du Henan, qui a collecté l’argent des villageois locaux et des personnes âgées, du comité de village, du gouvernement local et de Li lui-même (CNRPD 2020). Il prêtait de l’argent aux villageois locaux pour qu’ils entreprennent des activités de production agricole, les intérêts ainsi générés étant en partie distribués aux villageois âgés et en partie accumulés sous la forme d’un fonds d’épargne. Li a également expérimenté la rénovation de maisons et la transformation des habitudes de vie des villageois. En 2011, il a cofinancé avec d’autres défenseurs de la reconstruction rurale l’Institut chinois de planification et de design du nouveau monde rural (China New Rural Planning and Design Institute ou CNRPD, Zhongguo xiangjianyuan 中國鄉建院), qui est devenu une plateforme permettant de poursuivre et de dupliquer l’expérience de Haotang.

  • 16 Pour mieux comprendre le schéma de marché à trois niveaux de Wen Tiejun, lire l’explication de Wen (...)
  • 17 La pratique innovante nécessite un capital de départ fourni par le gouvernement (zhongzi zijin 種子資金 (...)

22Pour la nouvelle phase de la financiarisation rurale, Wen Tiejun a conçu un schéma de marché à trois niveaux (sanji shichang 三級市場), qui transforme d’un côté les ressources collectives rurales en actifs pouvant être investis et cotés en bourse, et de l’autre les villageois en actionnaires qui auront accès à des revenus fonciers16. De même, Li et le CNRPD préconisent de transformer les actifs ruraux en « capital vivant » (huo ziben 活資本), afin de dynamiser le futur développement économique de la Chine (Li et Yang 2019). Cette version innovante de la coopération financière communautaire s’appuiera davantage sur l’État et les comités de village17.

23Yan et Chen (2013) affirment que « la préoccupation des intellectuels pour la pérennité du monde rural et leur promotion d’un nouveau MRR (mouvement de reconstruction rurale) et des coopératives en font des critiques du trope de la modernisation qui a dominé toute la réforme ». Ils reprennent ainsi les thèses de la reconstruction rurale (Zhang et al. 2012 ; Zhong et al. 2012 ; Zhang 2014 ; Yan, Guo et Ku 2017). Depuis 2000, de nombreuses initiatives de coopératives soutenues par la société civile ont été lancées pour reconstruire les communautés rurales (Zhong et al. 2012 ; Yan, Guo et Ku 2017 ; Yan, Ku et Xu 2021). Elles se tiennent généralement à l’écart des comités de village (Zhang et al. 2012 ; FSNC 2016), et mettent plutôt l’accent sur la manière dont les paysans locaux souhaitent développer leurs communautés. Globalement, ces initiatives qui visent à réduire la pauvreté rurale en favorisant la coopération entre petits paysans (Agarwal 2010 ; Sudgen et al. 2019) partagent la même prudence et remettent en cause l’agentivité des autorités locales.

24Les tenants de la modernisation et de la reconstruction rurale défendent des avis opposés au sujet des comités de village, qui sont au fondement de l’autonomie administrative des communautés rurales. Certains considèrent ces comités comme des organisations de coordination canalisant les biens publics vers les communautés rurales (c’est le cas de He), ou ils espèrent que ces comités géreront collectivement les ressources communautaires. Les autres sont plus prudents quant aux mesures dictées d’en haut et à l’influence considérable que les différents échelons gouvernementaux exercent sur les comités de village. Les études sur la gouvernance rurale en Chine avancent généralement qu’elle s’exerce par le haut, mais on observe aussi des cas contraires. Une étude sur la distribution égalitaire des terres agricoles rurales en Chine a constaté par exemple que les fonctionnaires ruraux choisissaient de défier le gouvernement central lorsque leurs décisions étaient fondées sur les besoins populaires et lorsqu’ils obtenaient le soutien des familles d’agriculteurs locales (Kong et Unger 2013). Des études sur les économies collectives rurales ayant survécu à la réforme économique révèlent également que les responsables ruraux ont organisé des réunions au niveau des villages et des groupes villageois pour décider collectivement s’il fallait maintenir la situation existante ou non (Liu 2013 ; Xie 2017).

25Le village de Xin, comme le montrera la section suivante, offre un cas intéressant de reconstruction rurale. J’examinerai l’agentivité des autorités locales dans cette région rurale, une des préoccupations des partisans de la reconstruction rurale, et constaterai qu’un comité de village fort peut résister à la pression du gouvernement et des villageois locaux dans ses efforts pour établir une économie collective dans un contexte d’économie de marché. Cette section analysera également l’importance des subventions et des investissements gouvernementaux vantés par les partisans de la modernisation et montrera que le poids des ressources externes dans la reconstruction rurale dépend de la capacité de la communauté rurale à se mobiliser et à s’organiser afin de les mettre au service du développement communautaire.

Le village de Xin : la transition vers une reconstruction rurale fondée sur la gestion collective des ressources communautaires

  • 18 « 雲南“美麗鄉村”話振興. 新岐村 : “ 綠水青山就是金山銀山”的騰衝實踐 » (Yunnan « meili xiangcun » hua zhenxing. Xinqi cun : « lü (...)
  • 19 « 新岐村的鄉村振興 » (Xinqi cun de xiangcun zhenxing, Revitalisation rurale du village de Xin). Département (...)

26Le village de Xin est une communauté forestière située dans la zone montagneuse de la province du Yunnan, dans le sud-ouest de la Chine, à 30 km de la célèbre ville touristique de Tengchong. Les ressources communautaires comprennent aujourd’hui 6 000 mu de rizières et environ 126 000 mu de terres forestières, 80 % du revenu disponible des villageois provenant de ces ressources forestières18. Fin 2017, le village de Xin comptait 12 groupes de villageois, 1 179 ménages et 4 653 habitants19. Lors de la collectivisation, les revenus de la brigade provenaient de la production agricole (riz, maïs et sarrasin par exemple) et de l’élevage communautaire. À l’époque, il n’y avait que 1 500 mu de rizières et 80 000 mu de forêts, et de larges pans de montagne étaient dépourvus de végétation. Durant la décollectivisation, les rizières ont été classées en trois catégories en fonction de leur fertilité et réparties équitablement entre les membres de la communauté (Kong et Unger 2013 ; Wu 2016). De même, les mules et les bovins des élevages communautaires ont été distribués aux ménages, mais les élevages eux-mêmes ont été maintenus jusqu’en 2008 environ.

Conserver la gestion collective des ressources communautaires

27Pendant la décollectivisation, le Yunnan a été la dernière province chinoise à mettre en œuvre le système de responsabilité des ménages (Wang et al. 2015). Les dirigeants du village de Xin se sont également battus à trois reprises pour conserver la gestion collective des ressources forestières. À chaque fois, le comité de village a fermement défendu la gestion collective contre la pression du gouvernement local et des villageois qui souhaitaient distribuer ces ressources communautaires aux ménages individuels.

28Au début des années 1980, la distribution de terres agricoles et de forêts aux ménages ruraux a suscité de vifs débats. Malgré la pression exercée par le gouvernement local et l’opinion prévalant parmi les villageois en faveur de la distribution des forêts aux ménages, les membres du comité de village ont insisté pour qu’une partie des ressources communautaires soit détenue et gérée collectivement afin que les affaires publiques puissent être directement financées par les revenus communaux, sans avoir à demander des fonds aux villageois pour chaque activité. Afin de convaincre les villageois et de parvenir à un consensus, le comité de village a organisé plusieurs réunions. Au final, 70 % des villageois ont accepté de conserver la gestion collective des deux tiers des forêts communales, et chaque ménage rural a obtenu des droits contractuels sur 4-5 mu. De même, le comité de village a conservé la gestion collective des 800 mu d’arbres plantés à l’époque de la collectivisation et destinés à la commercialisation.

29Dans les années 1990, les arbres pour le bois d’œuvre des forêts gérées collectivement étaient secrètement coupés par les paysans locaux pour être vendus. Le comité de village a fait face à une pression croissante pour distribuer les forêts communales restantes aux ménages individuels, afin d’empêcher les villageois de s’approprier ces biens communs. En 1997, le comité a modifié la distribution des forêts du village et distribué en conséquence à des groupements de villageois la moitié des terres forestières gérées collectivement. L’autre moitié est restée aux mains du comité de village, qui a acheté de jeunes arbres pour reboiser des montagnes dénudées constituant un tiers des terres forestières distribuées aux groupes de villageois. Depuis 1997, un système de cogestion par tiers des ressources forestières communautaires (san san san zhi 三三三制) a été mis en place dans le village de Xin. Le comité de village, les groupes de villageois et les ménages ruraux gèrent chacun un tiers des ressources forestières.

30En 2006, la réforme des droits de propriété forestière (linquan zhidu gaige 林權制度改革) visait à octroyer davantage de droits contractuels forestiers aux ménages ruraux individuels. Le gouvernement local a ordonné au village de Xin de distribuer toutes les terres forestières, mais il s’est heurté à la forte opposition des plus anciens membres du Parti au sein du comité de village. Le comité a fait part de ses préoccupations au gouvernement local et a réussi à préserver, jusqu’à ce jour, le système de cogestion par tiers. En 2002, suite à la politique nationale de reforestation des terres agricoles (tui geng huan lin 退耕還林), plus de 10 000 mu de parcelles de sarrasin ont été converties en zones forestières. Le comité de village a assuré la gestion de 3 300 mu de terres agricoles restituées aux ménages individuels, en échange de 30 % des revenus qui en étaient tirés.

31Depuis les années 1960, le village de Xin a créé une équipe de travail spéciale chargée de gérer la forêt communale, et elle a perduré durant la réforme (en 2006, quatre membres de l’équipe de travail appartenaient au comité de village). Les membres de cette équipe sont responsables de la plantation de la forêt, de son entretien et de la vente aux enchères du bois, tâches pour lesquelles ils reçoivent un salaire mensuel de 2 000 RMB de la part du comité de village. L’équipe de travail compte également treize gardes forestiers postés sur les chantiers de montagne tout au long de l’année. Engagés par le comité de village, ces travailleurs contractuels sont responsables de la prévention des incendies et des vols. Il s’agit d’hommes âgés de plus de 60 ans, qui reçoivent un salaire mensuel de 900 RMB. L’argent généré par la vente du bois de la forêt communale (en moyenne 3 millions de RMB par an) constitue la majorité des revenus communaux du village de Xin et a contribué à hauteur de 100 millions de RMB à la reconstruction de la communauté.

La transition de la reconstruction rurale : du développement interne à l’intervention gouvernementale

32La reconstruction communautaire du village de Xin a connu deux étapes. La première a commencé en 2000, avec l’élection de M. Yan à la tête du comité de village. C’était la première fois que le village élisait sa direction. À cette étape, le comité de village s’est fixé pour objectif de développer les ressources forestières de la communauté plutôt que de s’appuyer sur l’élevage et la production agricole. Le directeur, M. Yan, a suggéré aux villageois que l’élevage n’était pas rentable dans la mesure où les terres agricoles ne produisaient pas suffisamment pour nourrir les animaux. Le village devait réduire le nombre d’animaux de ferme, mécaniser la production agricole et miser plutôt sur le développement de ses ressources forestières. Avant 2000, il y avait 1 200 mules et 1 600 bovins sur 13 000 mu de terres consacrées à l’élevage communautaire. En 2008, 80 % des bovins des élevages communautaires avaient été vendus, grâce aux efforts de persuasion du comité de village.

  • 20 Pendant la collectivisation, le village de Xin cultivait des arbres à valeur commerciale, notamment (...)

33Pour accroître les revenus communaux, le comité de village de Xin a décidé de cultiver des arbres produisant du bois d’œuvre plutôt que des pins dans la forêt communale20. Durant les années 1980 et 1990, les villageois n’étaient pas conscients de la valeur économique des arbres, si bien que de nombreux arbres ont été abattus pour le bois de chauffe ou pour fabriquer des manches d’outils, ou ont simplement été vendus à des usines de bois d’œuvre. À partir de 2012, le village a commencé à cultiver des arbres à valeur commerciale sur les anciens élevages communautaires. De 2002 à 2005, il a ainsi transformé 3 400 mu de champs de céréales en terres forestières. Depuis que le comité de village a acheté les arbres, 30 % des revenus tirés des arbres produisant du bois d’œuvre ont été reversés au comité de village. En 2017, les ménages et le comité de village ont convenu d’un nouveau contrat en vertu duquel les villageois locaux n’ont plus à partager leurs revenus s’ils ont versé une fois pour toutes au comité de village 300 RMB par mu.

34Pour développer ses ressources forestières, le village de Xin devait améliorer les conditions de circulation, afin de permettre le transport du bois et des produits forestiers. La construction de routes reposait uniquement sur les revenus communaux et la main-d’œuvre communautaire du village. Avant que le gouvernement ne subventionne la construction de la route menant au canton, en 2003, le village de Xin s’était doté de 200 km de chemins forestiers et avait construit 300 km de routes le reliant aux villages voisins de manière indépendante. Les nouvelles routes ont fait du village de Xin un centre commercial pour ces villages. Xin a organisé des foires commerciales tous les cinq jours, attirant à chaque fois environ 400 à 500 paysans et propriétaires de petites entreprises des environs. Le comité de village a ensuite installé temporairement 80 stands de vente et les a loués aux propriétaires de petits commerces, chacun d’entre eux générant un revenu communal de 3 RMB utilisé pour soutenir l’association des personnes âgées. Les foires ont également permis aux paysans du village de Xin de vendre leurs produits agricoles et d’accroître leurs revenus.

  • 21 La subvention de l’État aux membres des comités de village était limitée. Le revenu annuel disponib (...)

35Pour favoriser le développement du village, le directeur du comité de village, M. Yan, a établi des règles selon lesquelles tous les membres du comité devaient pouvoir être mobilisés en cas de problèmes urgents. Ils devaient manger et vivre dans les bureaux du comité de village et travailler au moins 25 jours par mois. Compte tenu de cette charge de travail, les villageois ont accepté de subventionner les membres du comité à hauteur de 1 000 RMB par mois, en puisant dans les revenus communaux21.

36Au premier stade du développement interne du village de Xin, les revenus communaux ont permis d’aider les membres de la communauté. En 2001, le village a créé une association des personnes âgées, destinée aux plus de 60 ans. Chaque membre de l’association payait une cotisation annuelle de seulement 10 RMB. Le budget de l’association provenait de la location des stands de vente durant les foires et des revenus des arbres à valeur commerciale que lui octroyait le comité de village. L’association offrait à ses membres non seulement divers avantages, mais aussi des moyens de s’épanouir. Les revenus communaux ont également été utilisés pour promouvoir l’éducation. Le comité de village a créé des bourses pour les étudiants admis dans des établissements d’enseignement supérieur. Il a également offert des récompenses aux élèves ayant obtenu des résultats exceptionnels au lycée et démontré leur aptitude à bénéficier d’une éducation supérieure. M. Yan a expliqué que les enfants constituaient un vivier de talents potentiels pour la reconstruction future de la communauté.

37Grâce à la gestion collective des ressources forestières et au comité de village nouvellement élu, le village de Xin a réussi à poser les bases économiques de la reconstruction de la communauté et à améliorer le bien-être des villageois. En 2008, M. Yan a élaboré un plan de développement sur cinquante ans pour le village, basé sur le développement des ressources forestières et de l’économie collective. Selon ce plan, le comité de village devrait mettre en commun les ressources foncières autour du village et les subdiviser en différentes zones fonctionnelles (telles que habitations, commerces, loisirs, production). Cela permettrait d’offrir aux villageois des opportunités d’emploi et d’accroître le revenu collectif.

  • 22 Yang Yuting 楊玉婷 et Wang Haolei 王浩磊, « 條條大路通農家 : 騰衝縣農村公路發展紀實 » (Tiao tiao dalu tong nongjia : Tengch (...)

38Dans un deuxième temps, le comité de village a tenté de transformer le village de Xin en une destination touristique, avec le soutien du gouvernement et de capitaux extérieurs. Au cours de cette seconde étape, la reconstruction communautaire s’est centrée sur la construction de routes et la réinstallation des communautés. Elle combinait un soutien financier gouvernemental et un travail d’organisation fourni par le comité de village. En 2015, dans le cadre du programme de la « Construction des nouvelles campagnes socialistes », le gouvernement du canton a alloué 40 millions de RMB au village de Xin pour bitumer l’ancienne route en graviers, afin de stimuler la demande intérieure22. L’amélioration de la route a nécessité l’acquisition de terres agricoles dans le village, et le comité de village a dû prélever 8 millions de RMB sur le revenu collectif pour indemniser les ménages touchés.

39Le comité du village de Xin a conçu ces compensations de deux manières. La première a consisté à indemniser les ménages ruraux en espèces, en fonction de la qualité et de la superficie des terres agricoles concernées. Les terres agricoles sèches et les rizières ont été classées respectivement en deux et quatre catégories. Les premières ont été indemnisées à hauteur de 10 000 RMB par mu et 8 000 RMB par mu selon leur catégorie, tandis que les secondes ont été indemnisées à hauteur de 20 000, 18 000, 15 000 et 14 000 RMB par mu selon chaque catégorie. La deuxième approche a consisté à compenser les ménages avec des terres forestières communales. La valeur estimée des terres forestières était de 6 000 RMB par mu, mais la valeur des arbres plantés était évaluée séparément. En moyenne, chaque mu de terre agricole a été compensé par 2,5 mu de terre forestière. Cette deuxième approche de la compensation a non seulement réduit la pression exercée sur le comité de village pour trouver de l’argent, mais a également atténué l’inquiétude des ménages confrontés à la perte de terres arables.

  • 23 « 雲南美麗鄉村話振興 […] (Yunnan « meili xiangcun » hua zhenxing […], Revitalisation rurale de la « belle (...)

40Au cours des années suivantes, le village de Xin a attiré de nombreux projets subventionnés par le gouvernement pour développer les ressources touristiques locales : un parking pour les bus de tourisme et les voitures privées a été construit, un lac couvrant 160 mu a été créé ; 10 000 arbres ornementaux (cerisiers, érables, poiriers et pêchers par exemple) ont été plantés autour du village ; et plus de 300 lampadaires ont été installés en bordure des routes du village23. En 2015, le gouvernement a engagé des architectes pour aider deux ménages locaux à dessiner des plans de maisons d’hôtes destinées aux touristes. Il a également récompensé chaque ménage à hauteur de 20 000 RMB pour avoir lancé la construction. L’une des maisons d’hôtes a coûté environ 2 millions de RMB, payés pour moitié par le gouvernement.

Développement interne ou investissement externe : la pérennité de la reconstruction rurale

41Dans un contexte de déclin rural, la reconstruction de la communauté du village de Xin a été un succès à bien des égards, notamment en ce qui concerne la transformation des perspectives de la communauté et la fourniture d’allocations et de services sociaux. L’intervention du gouvernement a cependant considérablement modifié la manière dont le village a reconstruit la communauté, notamment en perturbant le plan de développement interne établi par le comité de village. Le village de Xin a commencé à dépendre de l’aide extérieure, créant des problèmes de fond qui ont menacé la pérennité de la reconstruction de la communauté.

42Une fois les routes améliorées, le nouveau comité de village est allé plus loin et a construit des résidences. Il a identifié 600 mu de terrain au sein du village pour y construire de nouvelles maisons devant être vendues aux villageois. Ce plan visait à améliorer leurs conditions de vie et à rehausser l’allure du village. Ceci étant, le comité de village ne disposait pas d’un revenu suffisant pour payer l’acquisition des terres et la construction des maisons, et il n’a pas non plus obtenu les subventions gouvernementales qu’il espérait. Pour mener à bien la construction de cette résidence, le comité de village a donc dû contracter des prêts bancaires et emprunter auprès de particuliers. Le village de Xin s’est ainsi retrouvé avec une dette de plus de 70 millions de RMB, et le projet était sur le point d’être suspendu à l’époque de notre travail de terrain en 2018.

43Le développement des ressources forestières du village de Xin a également été influencé par les politiques gouvernementales. En 2001, le Bureau des forêts du district a aidé le village de Xin à cultiver 4 300 mu de noyers et un total de 700 mu de pêchers et de châtaigniers. En 2009, le gouvernement du district a de nouveau encouragé les villages forestiers locaux à cultiver trois principaux arbres à valeur commerciale (des noyers, des ginkgos et des arbres à thé). Le climat et le sol du village de Xin sont mieux adaptés à la culture des théiers, et ce sont donc les seuls arbres à avoir généré de véritables revenus. Cependant, l’huile de thé pressée à partir des fruits est directement vendue sur le marché, car le village ne s’est pas doté d’installations de traitement, et l’accès au marché n’a été soutenu ni par le gouvernement ni par le comité de village. Les noyers fournis par le gouvernement en 2009 n’ont pas porté suffisamment de fruits, et le village de Xin a dû demander l’aide du gouvernement pour greffer une nouvelle variété.

44En 2008, le comité de village a loué les ressources des arbres à valeur commerciale à parts égales aux villageois au prix de 20 RMB par mu et par an. Ces dernières années, le comité s’est employé à réorganiser les ménages ruraux pour gérer les arbres à valeur commerciale. En 2012, le village de Xin a ainsi créé un groupement forestier comprenant 107 ménages ruraux, qui prévoyait de réaliser une planification, une plantation, un entretien et une commercialisation unifiés des arbres à valeur commerciale. Mais en 2017, le groupement n’était pas allé jusqu’à commercialiser les produits des arbres à valeur commerciale, ce qui aurait permis d’obtenir un prix de vente plus élevé pour les membres du groupement forestier.

45Le maintien de la gestion collective des ressources forestières communautaires a jeté les bases de la reconstruction du village de Xin, mais de nos jours le comité de village fonde ses espoirs sur le tourisme. Pour faciliter le développement de ce secteur d’activité, il a mis en place un groupe de travail spécialisé dans la construction d’infrastructures, qui estime que le développement local du tourisme dépend du gouvernement et de capitaux extérieurs. Le premier pourrait faire connaître le village, améliorer les infrastructures communautaires et transformer la culture villageoise. Les seconds pourraient fournir des capitaux et une vision commerciale adaptée au développement des ressources touristiques. Le plan actuel de reconstruction de la communauté fondée sur le tourisme a constaté que le village de Xin ne pouvait de fait le faire seul. Premièrement, le village est situé dans une zone montagneuse et ses attraits touristiques sont méconnus du grand public. Deuxièmement, en raison du sous-développement des ressources forestières et de l’absence d’autres sources de revenus, les fonds communaux sont insuffisants pour poursuivre le développement, et le village de Xin a accumulé des dettes. En 2017, les principaux revenus touristiques du village provenaient des visites organisées par le gouvernement et de l’accueil d’environ cent touristes privés par an.

Conclusion : direction, participation et reconstruction communautaire

46Le cas du village de Xin suggère qu’une direction communautaire forte peut initier la reconstruction d’une communauté. En Chine, comme le montre le premier stade de développement du village, le comité de village est la principale organisation rurale capable de mobiliser des ressources collectives pour développer la communauté en interne. Durant la deuxième phase de développement, néanmoins, les subventions gouvernementales et les investissements extérieurs sont considérés comme des conditions nécessaires à la revitalisation rurale. La reconstruction communautaire est davantage axée sur la l’amélioration de l’image du village et la fourniture de biens publics aux villageois, tout en transformant la communauté rurale en un site touristique pour citadins. Elle crée ainsi une dépendance aux subventions et aux investissements gouvernementaux.

  • 24 Le directeur, M. Yan, a quitté le comité de village en 2013, en raison de désaccords avec d’autres (...)

47Les changements de stratégie en vue de reconstruire la communauté villageoise de Xin sont largement dus aux changements de direction au sein du comité de village24. À Xin, le comité de village n’a pas toujours accepté les mesures de développement dictées d’en haut par le gouvernement, et il n’a pas non plus toujours obtenu le soutien des villageois locaux quand il amorçait un changement. L’élection de M. Yan au poste de directeur du comité et son départ de la direction ont modifié dans une certaine mesure les stratégies de reconstruction communautaire. D’autres cas (Zhang 2015 ; Lü 2017 ; IPES food 2018) montrent également qu’une direction forte est la clé de l’impulsion de la reconstruction communautaire, même si cela signifie que le dirigeant doit prendre personnellement des risques et que la stratégie est impopulaire lorsqu’elle est proposée pour la première fois. À l’heure de la réforme, la recollectivisation des ressources communautaires remet en question le système de responsabilité des ménages qui a donné le ton de la réforme rurale. Ainsi, rares sont les dirigeants forts qui insistent sur la gestion collective. De manière pragmatique, de telles expériences peuvent être autorisées par le gouvernement ou même introduites dans d’autres villages en raison de leur efficacité. En 2014, le Document n°1 a encouragé la mise en place d’économies collectives, ce qui en a fait une dimension importante de la revitalisation rurale. Des environnements sociaux et politiques plus favorables ont été aménagés pour la gestion collective des ressources communautaires et l’émergence de dirigeants villageois forts. Cependant, la pérennité de la reconstruction communautaire dépend de la mobilisation des membres de la communauté et de la capacité des communautés à utiliser les soutiens extérieurs plutôt qu’à s’y soumettre (FSNC 2016 ; Lü 2017). Ce n’est peut-être qu’à cette condition que la reconstruction communautaire aura une chance de survivre à un changement de direction au sein du comité. Tel est précisément le problème de fond que rencontre le village de Xin.

48Dans ce village, la reconstruction communautaire pâtit de la faible implication des villageois. Ils n’ont pas participé aux décisions concernant la gestion de la forêt communale ou les plans de reconstruction communautaire. Ils se sont contentés d’un rôle d’ouvriers rémunérés pour construire les infrastructures. La reconstruction communautaire dans le village de Xin n’a ni exigé la participation des villageois locaux, ni empêché leur émigration. Depuis 2017, le nombre de villageois allant chercher un emploi en ville a augmenté à mesure que les projets de construction se faisaient plus rares dans le village.

49Pour conclure, cet article est parti du cas du village de Xin pour examiner le rôle des dirigeants villageois et la relation entre mobilisation interne et aide extérieure. Il montre que la gestion collective des ressources communautaires constitue une base importante pour la reconstruction des communautés rurales, mais aussi qu’une direction villageoise forte est nécessaire pour conserver cet héritage de la période maoïste face à la pression de l’État et des membres de la communauté dans un contexte de réformes. Ce cas remet ainsi en question l’accent mis sur l’agentivité des comités de village par les tenants de la reconstruction rurale. Pour les partisans de la modernisation, ce cas montre également que la mobilisation communautaire est une condition sociale pour que les subventions et les investissements du gouvernement contribuent efficacement à la reconstruction communautaire.

Haut de page

Bibliographie

AGARWAL, Bina. 2010. « Rethinking Agricultural Production Collectivities ». Economic and Political Weekly 45 (9) : 64-78.

CAO, Jinqing 曹錦清. 2017. « 土地與工業化視野下的改革開放四十年 » (Tudi yu gongyehua shiye xia de gaige kaifang sishi nian, Quarante ans de réforme et d’ouverture sous le prisme de la terre et de l’industrialisation). Wenhua zongheng (文化縱橫) 6 : 37-45.

China New Rural and Planning Design (CNRPD) 中國鄉建院. 2020. « 郝堂村 : 夕陽紅養老資金合作社 » (Haotang cun : Xiyanghong yanglao zijin hezuoshe, Village Haotang : la coopérative de fonds de pension Xiyanghong). CNRPD. http://cnrpd.com/new/ (consulté le 27 août 2020).

DAY, Alexander F. 2013. The Peasant in Postsocialist China: History, Politics, and Capitalism. Cambridge : Cambridge University Press.

FANG, Xiaoping. 2012. Barefoot Doctors and Western Medicine in China. New York : University of Rochester Press.

Food Sovereignty Network in China (FSNC) 人民食物主權網絡. 2016. « 蒲韓故事 : 今天如何讓中國農民組織起來 » (Puhan gushi : jintian ruhe rang Zhongguo nongmin zuzhi qilai, L’histoire de Puhan : comment organiser les paysans chinois de nos jours). FSNC. http://www.shiwuzq.com/portal. php?mod=view&aid=919 (consulté le 15 septembre 2020).

GAO, Mobo 高默波. 2013. « 高家村 : 現代中國的農村生活 » (Gaojia cun : xiandai Zhongguo de nongcun shenghuo, Village Gao : portrait de la vie rurale en Chine moderne). Hong Kong : The Chinese University Press.

HE, Xuefeng 賀雪峰. 2014a. « 論中國式城市化與現代化道路 » (Lun Zhongguo shi chengshihua yu xiandaihua daolu, Sur le chemin chinois de l’urbanisation et de la modernisation). Zhongguo nongcun guancha (中國農村觀察) 2 : 2-12.

———. 2014b. « 當前三農領域的兩種主張 » (Dangqian sannong lingyu de liangzhong zhuzhang, Deux propositions actuelles dans le champ des sannong chinois). Jingji daokan (經濟導刊) 8 : 71-3.

———. 2017. « 誰的鄉村建設 : 鄉村振興戰略的實施前提 » (Shei de xiangcun jianshe : xiangcun zhenxing zhanlüe de shishi qianti, La construction rurale de qui : les prémisses de la Stratégie de revitalisation rurale). Tansuo yu zhengming (探索與爭鳴) 12 : 71-6.

———. 2020. « 城鄉關係視野下的鄉村振興 » (Chengxiang guanxi shiye xia de xiangcun zhenxing, La revitalisation rurale sous le prisme des relations entre villes et campagnes). Zhongnan minzu daxue xuebao (renwen shehui kexue ban) (中南民族大學學報 (人文社會科學版)) 40 (4) : 99-104.

International Panel of Experts on Sustainable Food Systems (IPES food). 2018. « Puhan Rural Community: Re-building Community Ties as a Pathway to Cooperative-led Local Food Systems ». IPES food. http://www.ipes-food. org/img/upload/files/CS2_Puhan.pdf (consulté le 21 mai 2021).

JIN, Baoyu 金寶瑜. 2007. « 中國農業與中國農民長期可持續發展之研究 » (Zhongguo nongye yu Zhongguo nongmin changqi kechixu fazhan zhi yanjiu, Études sur l’agriculture chinoise et le développement durable à long-terme des paysans chinois). Critique and Transformation. https://critiqueandtransformation.wordpress.com/2007/02/02/%E4%B8%AD%E5%9C%8B%E8%BE%B2%E6%A5%AD%E8%88%87%E4%B8%AD% E5%9C%8B%E8%BE%B2%E6%B0%91%E2%94%80%E2%94%80%E 9%95%B7%E6%9C%9F%E5%8F%AF%E6%8C%81%E7%BA%8C%E7 %99%BC%E5%B1%95%E4%B9%8B%E7%A0%94%E7%A9%B6%EF% BC% (consulté le 24 juin 2020).

KONG, Sherry Tao, et Jonathan UNGER. 2013. « Egalitarian Redistributions of Agricultural Land in China through Community Consensus ». The China Journal 1 : 1-19.

LI, Changping 李昌平. 2002. 我向總理說實話 (Wo xiang zongli shuo shihua, Je dis la vérité au premier ministre). Pékin : Guangming Daily Press.

———. 2014. « 立足村社共同體經營鄉村 » (Lizu cunshe gongtongti jingying xiangcun, Gérer les campagnes en se reposant sur les communautés de villages). Zhongguo nongcun keji (中國農村科技) 6 : 14.

———. 2018. « 鄉村振興最核心的任務是增加農民收入 » (Xiangcun zhenxing zui hexin de renwu shi zengjia nongmin shouru, La tâche principale de la reconstruction rurale est d’accroître le revenu des ménages ruraux). Renmin luntan (人民論壇) 21 :  29.

LI, Changping 李昌平, et YANG Jiaxiang 楊嘉翔. 2019. « 村社內置合作金融促進鄉村振興及擴大內需的實踐報告與政策性建議 » (Cunshe neizhi hezuo jinrong cujin xiangcun zhenxing ji kuoda neixu de shijian baogao yu zhengcexing jianyi, Rapport et suggestions de politiques publiques sur la coopération financière fondée sur les communautés, promouvant la revitalisation rurale et stimulant la demande intérieure). Dangdai shijie shehui zhuyi wenti (當代世界社會主義問題) 2 : 20-5.

LI, Changping 李昌平, et ZHANG Hong 張弘. 2013. « 用自己的話語解釋“三農”問題 » (Yong ziji de huayu jieshi « sannong » wenti, Utiliser ses propres mots pour expliquer les problèmes des « sannong »). Shehui kexue luntan (社會科學論壇) 5 : 123-35.

LIU, Ya 劉亞. 2013. « 集體經濟村莊之一 : 崖口 » (Jiti jingji cunzhuang zhiyi : Yakou, Un village d’économie collective : le village de Yakou). Kaifang shidai (開放時代) 1 : 225-8.

LÜ, Xinyu 呂新雨. 2017. « 農村集體經濟的道路與制度 : 從新時期集體經濟的三個案例談起 » (Nongcun jiti jingji de daolu yu zhidu : cong xin shiqi jiti jingji de sange anli tanqi, Voies et institutions des économies collectives rurales : trois cas d’économies collectives dans la nouvelle ère). Jingji daokan (經濟導刊) 6 : 48-54.

MA, Shexiang 馬社香. 2009. « 撫今憶往60年 : 擔任歷届全國人大代表的經歷和感受 : 申紀蘭訪談錄 » (Fu jin yi wang 60 nian : danren lijie quanguo renda daibiao de jingli he ganshou : Shen Jilan fangtan lu, Entretien avec Shen Jilan : expériences et réflexions sur le fait d’être un membre de l’Assemblée nationale populaire). Dang de wenxian (黨的文獻) 6 : 106-9.

SCHMALZER, Sigrid. 2016. Red Revolution, Green Revolution: Scientific Farming in Socialist China. Chicago : The University of Chicago Press.

SUDGEN, Fraser, Bina AGARWAL, Stephanie LEDER, Panchali SAIKIA, Manita RAUT, Anoj KUMAR, et Dhananjay RAY. 2019. « Experiments in Farmers’ Collectives in Eastern India and Nepal: Process, Benefits, and Challenges ». Journal of Agrarian Change 21 (1) : 90-121.

WANG, Jingxin 王景新. 2013. 村域集體經濟 : 歷史變遷與現實發展 (Cunyu jiti jingji : lishi bianqian yu xianshi fazhan, Économies collectives villageoises : transitions historiques et développements actuels). Pékin : Zhongguo shehui kexueyuan chubanshe.

WANG, Jingxin 王景新, PENG Haihong 彭海紅, LAO Tian 老田, PAN Yi 潘毅, GONG Yun 龔雲, MA Chongwei 馬翀煒, ZHANG Yinfeng 張銀鋒 et al. 2015. « 集體經濟村莊 » (Jiti jingji cunzhuang, Les villages de l’économie collective). Kaifang shidai (開放時代) 1 : 11-73.

WANG, Shaoguang 王紹光, HUANG Wansheng 黃萬盛, DAN Shilian 單世聯, CAI Xiang 蔡翔, JIN Dalu 金大陸, XU Junzhong 徐俊忠, LAO Tian 老田 et al. 2013. « 70年代中國 » (70 niandai Zhongguo, La Chine dans les années 1970). Kaifang shidai (開放時代) 1 : 5-95.

WEN, Tiejun 溫鐵軍. 2005a. « 解構現代化 » (Jiegou xiandaihua, Déconstruire la modernisation). Guanli shijie (管理世界) 1 : 77-82.

———. 2005b. « 我們還需要鄉村建設 » (Women hai xuyao xiangcun jianshe, Nous avons encore besoin de la reconstruction rurale). Kaifang shidai (開放時代) 6 : 5-10.

———. 2008. « 發展中國家的發展問題 : 在“中國統籌城鄉發展論壇”上的發言 » (Fazhanzhong guojia de fazhan wenti : zai « Zhongguo tongchou chengxiang fazhan luntan » shang de fayan, Problématiques de développement des pays en développement : discours au « Forum chinois sur la coordination du développement rural-urbain  »). Zhanjiang shifan xueyuan xuebao (湛江師範學院學報) 2 : 16-23.

WEN, Tiejun 溫鐵軍, LUO Shixuan 羅士軒, DONG Xiaodan 董筱丹, et LIU Yahui 劉亞慧. 2018. « 鄉村振興背景下生態資源價值實現形式的創新 » (Xiangcun zhenxing beijing xia shengtai ziyuan jiazhi shixian xingshi de chuangxin, La forme innovante de la réalisation des valeurs des ressources écologiques dans le contexte de la revitalisation rurale). Zhongguo ruankexue (中國軟科學) 12 : 1-7.

WEN, Tiejun 溫鐵軍, et WEN Li 溫厲. 2007. « 中國的“城鎮化”與發展中國家城市化的教訓 » (Zhongguo de « chengzhenhua » yu fazhanzhong guojia chengshihua de jiaoxun, « Urbanisation » de la Chine et leçons d’urbanisation des pays en développement). Zhongguo ruankexue (中國軟科學) 7 : 23-9.

WU, Yi. 2016. Negotiating Rural Land Ownership in Southwest China: State, Village, Family. Honolulu : University of Hawai’i Press.

XIE, Xiaoqing 謝小慶. 2017. « 周家莊道路 : 就地實現保持尊嚴的城鎮化 » (Zhoujiazhuang daolu : jiudi shixian baochi zunyan de chengzhenhua, Le parcours du village de Zhoujiazhuang : urbanisation respectueuse in situ). Jingji daokan (經濟導刊) 10 : 66-70.

XU, Junzhong 徐俊忠. 2013. « 農民合作思想與實踐 : 毛澤東時期的一份重要遺產 » (Nongmin hezuo sixiang yu shijian : Mao Zedong shiqi de yifen zhongyao yichan, Pensées et pratiques de la coopération paysanne : un héritage important de la période maoïste). Makesizhuyi yu xianshi (馬克思主義與現實) 2 : 154-9.

———. 2019. « 探索基於中國國情的組織化農治戰略 : 毛澤東農治思想與實踐探索再思考 » (Tansuo jiyu Zhongguo guoqing de zuzhihua nongzhi zhanlüe : Mao Zedong nongzhi sixiang yu shijian tansuo zai sikao, Explorer les stratégies de gouvernance rurale à travers une organisation fondée sur la réalité chinoise : revisiter les pensées et pratiques de Mao Zedong en matière de gouvernance rurale). Mao Zedong Deng Xiaoping lilun yanjiu (毛澤東鄧小平理論研究) 1 : 70-93.

XU, Siyuan. 2020. The Political Economy of Seeds: Paradigmatic Shifts of Seed Governance and Seed Marketization in China. Hong Kong : The Hong Kong Polytechnic University.

YAN, Hairong, et Yiyuan CHEN. 2013. « Debating the Rural Cooperative Movement in China, the Past and the Present ». The Journal of Peasant Studies 40 (6) : 955-81.

YAN, Hairong, Hok Bun KU, et Siyuan XU. 2021. « Rural Revitalization, Scholars, and the Dynamics of the Collective Future in China ». The Journal of Peasant Studies 48 (4) : 853-74.

YAN, Honghong 閆紅紅, GUO Yanping 郭燕平, et KU Hok Bun 古學斌. 2017. « 合作經濟, 集體勞動與農村婦女 : 一個華南村落的鄉村旅捨實踐案例 » (Hezuo jingji, jiti laodong yu nongcun funü : yige huanan cunluo de xiangcun lüshe shijian anli, Économie coopérative, travail collectif et femmes rurales : exemple d’une auberge rurale dans le sud de la Chine). Funü yanjiu luncong (婦女研究論叢) 6 : 36-47.

YING, Xing 應星. 2014. 農戶, 集體與國家 : 國家與農民關係的六十年變遷 (Nonghu, jiti yu guojia : guojia yu nongmin guanxi de 60 nian bianqian, Ménages ruraux, collectifs et l’État : 60 ans de transformation des relations entre l’État et les paysans). Pékin : Beijing Book Co. Inc.

YU, Jianrong 於建嶸. 2010. 底層的立場 (Diceng de lichang, La posture des classes inférieures). Shanghai : Shanghai Joint Publishing.

ZHANG, Huipeng 張慧鵬. 2014. « 社會經濟與中國的未來 » (Shehui jingji yu Zhongguo de weilai, Économies sociales et futur de la Chine). Zhongguo tushu pinglun (中國圖書評論) 7 : 58-62.

ZHANG, Shuguang 張曙光, HUANG Wansheng 黃萬盛, CUI Zhiyuan 崔之元, MENG Jie 孟捷, HE Yanling 何艷玲, LIN Shenjing 林深靖, ZHAI Xuewei 翟學偉 et al. 2012. « 社會經濟在中國 (上) » (Shehui jingji zai Zhongguo (shang), L’économie sociale en Chine (1ère partie). Kaifang shidai (開放時代) 1 : 5-42.

ZHANG, Songbin 張松斌. 2002. 西溝村志 (Xigou cunzhi, Le village de Xigou). Pékin : Zhonghua Book Company.

ZHANG, Yulin 張玉林. 2019. « 21世紀的城鄉關係, 要素流動與鄉村振興 » (21 shiji de chengxiang guanxi, yaosu liudong yu xiangcun zhenxing, Relation entre villes et campagnes, facteurs de mobilité et revitalisation rurale au 21e siècle). Zhongguo nongye daxue xuebao (shehui kexue ban) (中國農業大學學報 (社會科學版)) 36 (3) : 18-30.

ZHANG, Yunzhi 張雲志. 2015. « 興十四村 : 發展集體經濟的經驗與啓示 » (Xingshisi cun : fazhan jiti jingji de jingyan yu qishi, Village de Xingshisi : expériences et sources d’inspiration pour les économies collectives en développement). Zhongguo jiti jingji (中國集體經濟) 5 : 16-21.

ZHONG, Xiumei 鐘秀梅, KU Hok Bun 古學斌, ZHANG Heqing 張和清, SU Qi 蘇琦, ZHAI Xuewei 翟學偉, LÜ Xinyu 呂新雨, PAN Yi 潘毅 et al. 2012. « 社會經濟在中國 (下) » (Shehui jingji zai Zhongguo (xia), L’économie sociale en Chine (2e partie)). Kaifang shidai (開放時代) 2 : 5-35.

ZHOU, Fulin 周福林, et DUAN Chengrong 段成榮. 2006. « 留守兒童研究綜述 » (Liushou ertong yanjiu zongshu, Revue de la littérature sur les enfants « laissés au pays »). Renkou xuekan (人口學刊) 3 : 60-5.

Haut de page

Notes

1 « 中國超過日本, 成為世界第二大經濟體 » (Zhongguo chaoguo Riben, chengwei shijie dierda jingjiti, La Chine a dépassé le Japon et devient la deuxième plus grande économie au monde), Zhongguowang (中國網), 11 février 2011, http://www.china.com.cn/economic/node_7111030.htm (consulté le 10 juillet 2020).

2 « 新中國70年工業化進程的歷史性成就與經驗 » (Xin Zhongguo 70 nian gongyehua jincheng de lishixing chengjiu yu jingyan, 70 ans de réalisations historiques et d’expérience d’industrialisation dans la Chine nouvelle), Renminwang (人民網), 2020, http://finance.people.com.cn/n1/2019/0709/c1004-31222238.html (consulté le 11 juillet 2020).

3 « 國家統計局 : 2019年中國城鎮化率突破60 %, 戶籍城鎮化率44.38 % » (Guojia tongji ju : 2019 nian Zhongguo chengzhenhua lü tupo 60 %, huji chengzhenhua lü 44.38 %, Bureau national des statistiques : le taux d’urbanisation a atteint plus de 60 % en 2019 en Chine, le taux d’urbanisation basé sur les enregistrements de résidence est de 44,38 %), Zhongguo jingji wang (中國經濟網), 28 février 2020, http://www.ce.cn/xwzx/gnsz/gdxw/202002/28/t20200228_34360903.shtml (consulté le 11 juillet 2020).

4 Abréviation de sannong wenti (三農問題), les trois problèmes ruraux (note du traducteur).

5 « 2008年末全國農民工總量為22542萬人 » (2008 nianmo quanguo nongmingong zongliang wei 22542 wan ren, Le nombre de travailleurs migrants a atteint 225,42 millions fin 2008), Bureau national des statistiques (國家統計局), 2009, http://www.stats.gov.cn/ztjc/ztfx/fxbg/200903/t20090325_16116.html (consulté le 15 juillet 2020).

6 Un mu correspond à 0,0667 hectare soit 667 mètres carrés.

7 Pour une explication détaillée des étapes de la coopération rurale, en particulier de la manière dont ont été organisés les moyens de production, la main-d’œuvre et la production agricole, voir Yan, Ku et Xu (2021).

8 Dans le même temps, les industries artisanales ainsi que la production et le commerce capitalistes ont été également intégrées à l’économie socialiste grâce aux mouvements coopératifs et à l’instauration de la propriété publique.

9 En 2001, une réforme de la fiscalité rurale a été expérimentée dans les campagnes chinoises en réponse aux lourdes taxes qui frappaient les paysans chinois depuis la fin des années 1990. En 2006, les taxes et redevances agricoles ont été abolies dans tout le pays. L’année précédente, le gouvernement central avait décidé de reconstruire les campagnes socialistes et de faire évoluer cinq dimensions de la Chine rurale : la production, les moyens de subsistance, l’atmosphère communautaire, les perspectives du village et la gouvernance. En 2017, le 19e Congrès national du PCC a mis la revitalisation rurale à l’ordre du jour et préconisé d’améliorer encore les campagnes chinoises sur la base du programme de Construction des nouvelles campagnes socialistes. Le rapport du congrès indique que les problèmes de l’agriculture, des communautés rurales et des populations rurales sont vitaux pour les intérêts de la nation et le bien-être du peuple.

10 Non seulement le projet d’urbanisation n’a pas été modifié, mais le soutien budgétaire aux sannong n’a pas non plus été suffisant. De 2010 à 2015, les apports en la matière ne représentent que 15 % des dépenses du gouvernement, ce qui ne reflète ni l’importance de l’agriculture pour le pays ni la proportion de paysans dans la population nationale (Zhang 2019).

11 En 2011, le journal Open Times a organisé un atelier sur l’économie sociale en Chine afin d’explorer une troisième voie, qui ne relève ni de l’économie de marché ni de l’économie planifiée (Zhang et al. 2012 ; Zhong et al. 2012). Même si l’atelier ne concernait pas directement la reconstruction de la Chine rurale, il a inspiré des modes d’organisation alternatifs des communautés villageoises.

12 Yan et al. (2017) ont organisé des villageoises pour gérer des hôtels de tourisme sous forme coopérative dans le but de les enrichir, de les rendre autonomes et de reconstruire la communauté rurale. Lorsqu’ils décrivent leur projet, ils admettent que leur économie coopérative ne vise pas à remettre en cause l’économie de marché, car le projet s’inscrit dans une telle économie, et les expériences locales de petite échelle comme celle-ci sont trop peu nombreuses et trop modestes pour changer le système. Par conséquent, le projet vise à compenser les dommages que l’économie de marché a causés à la communauté rurale, à l’environnement et aux relations hommes-femmes.

13 Dans les années 2000, les fonds envoyés par les migrants ruraux qui travaillaient dans l’industrie manufacturière orientée vers l’export dans les villes de la côte est ont abondé les revenus des ménages ruraux et enrichi les campagnes. Dans les années 2010, les migrants ruraux ont cherché à acheter des appartements et à s’installer en ville.

14 Li Changping 李昌平, « 李昌平 : 我們的新農村建設 » (Li Changping : women de xin nongcun jianshe, Li Changping : notre reconstruction rurale), Guanchazhe (觀察者), 27 mars 2012, https://www.guancha.cn/LiChangPing/2012_03_27_67818.shtml (consulté le 20 août 2020).

15 Cette expérience ne correspond pas au système de responsabilité des ménages en Chine rurale, dans lequel les ménages individuels ne disposent que de quelques terres agricoles, le plus souvent éparpillées. Ces terrains sont rarement acceptés comme garanties par les banques.

16 Pour mieux comprendre le schéma de marché à trois niveaux de Wen Tiejun, lire l’explication de Wen lui-même (Wen, Luo, Dong et Liu 2018) et l’analyse de Yan, Ku et Xu (2021).

17 La pratique innovante nécessite un capital de départ fourni par le gouvernement (zhongzi zijin 種子資金) pour inciter les villageois à créer des coopératives financières au niveau du village. Il faut également des banques publiques au niveau du district pour absorber, gérer et réinvestir les capitaux excédentaires des coopératives financières villageoises au sein du district.

18 « 雲南“美麗鄉村”話振興. 新岐村 : “ 綠水青山就是金山銀山”的騰衝實踐 » (Yunnan « meili xiangcun » hua zhenxing. Xinqi cun : « lüshui qingshan jiu shi jinshan yinshan » de Tengchong shijian, Revitalisation rurale dans la « belle campagne » du Yunnan : dans le village de Xinqi, selon l’expérience de Tengchong, « les montagnes vertes sont aussi des montagnes d’or », Sina (新浪網), 2020, yn.sina.com.cn/news/m/2020-07-06/detail-iirczymm0837863.shtml (consulté le 26 avril 2021).

19 « 新岐村的鄉村振興 » (Xinqi cun de xiangcun zhenxing, Revitalisation rurale du village de Xin). Département de l’agriculture et des affaires rurales de la province du Yunnan (雲南省農業農村廳), 2019, https://nync.yn.gov.cn/news14296/20191101/7036277.shtml (consulté le 30 août 2020).

20 Pendant la collectivisation, le village de Xin cultivait des arbres à valeur commerciale, notamment des théiers pour leur huile (honghua youcha 紅花油茶) et des noyers (pao hetao 泡核桃) dans la forêt communale. Cependant, ces arbres n’avaient pas encore généré de revenus pour le village. En 2005 (ou 2006), le comité de village a distribué les 800 mu d’arbres à valeur commerciale à l’association des personnes âgées afin de générer des revenus pour ses activités.

21 La subvention de l’État aux membres des comités de village était limitée. Le revenu annuel disponible de la population rurale était en moyenne de 2 282 RMB en 2000, cf. « 居民生活水平不斷提高, 消費質量明顯改善 : 改革開放40年經濟社會發展成就系列報告之四 » (Jumin shenghuo shuiping buduan tigao, xiaofei zhiliang mingxian gaishan : gaige kaifang 40 nian jingji shehui fazhan chengjiu xilie baogao zhi si, Le niveau de vie des Chinois augmente continuellement et les habitudes de consommation s’améliorent notablement : rapports sur quarante ans de réalisations en matière de développement économique et social depuis la réforme et l’ouverture (rapport n° 4). Bureau national des statistiques (國家統計局), 2018, http://www.stats.gov.cn/ztjc/ztfx/ggkf40n/201808/t20180831_1620079.html (consulté le 26 avril 2021) ; et 9 430 RMB en 2013, cf. « 居民七十年鼓起來近六十倍, 收入來源更加多元 » (Jumin « qianbao » qishinian guqilai jin liushibei, shouru laiyuan gengjia duoyuan, Les revenus de la population chinoise ont été multipliés par près de 60 en 70 ans et les sources de revenus se sont diversifiées), Xinhuanet (新華網), 2019, http://www.xinhuanet.com/fortune/2019-08/15/c_1210242431.htm#:~: text=2013 %2D2018 %E5 %B9 %B4 %EF%BC%8C%E5 %9F%8ᵉ%E9 %95 %87 %E5 %B1 %85 %E6 %B0 %91,%E5 %B9 %B4 %E5 %9D%87 %E5 %AE%9ᵉ%E9 %99 %85 %E5 %A2 %9ᵉ%E9 %95 %BF7.7 %25 %E3 %80 %82 (consulté le 26 avril 2021). En comparaison, au cours de la même période, les subventions de l’État aux membres des comités de village sont passées de 490 à 1 200 RMB par mois, légèrement plus que le revenu moyen du village.

22 Yang Yuting 楊玉婷 et Wang Haolei 王浩磊, « 條條大路通農家 : 騰衝縣農村公路發展紀實 » (Tiao tiao dalu tong nongjia : Tengchong xian nongcun gonglu fazhan jishi, Toutes les routes mènent aux ménages ruraux : rapport sur la construction de routes rurales dans le district de Tengchong), Département des transports de la province du Yunnan (雲南省交通運輸廳), 29 août 2014, http://www.ynjtt.com/Item/25017.aspx (consulté le 24 mai 2020).

23 « 雲南美麗鄉村話振興 […] (Yunnan « meili xiangcun » hua zhenxing […], Revitalisation rurale de la « belle campagne » du Yunnan […], Sina (新浪網), 2020, op. cit.

24 Le directeur, M. Yan, a quitté le comité de village en 2013, en raison de désaccords avec d’autres membres du comité et de la branche locale du Parti, mais aussi de problèmes de santé. Cependant, M. Yan et les autres dirigeants du village interrogés durant notre travail de terrain se sont montrés réticents à parler du contenu exact des désaccords ayant occasionné le départ de M. Yan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Siyuan Xu, « Une direction villageoise forte plutôt que des investissements publics : réflexions sur un cas de reconstruction communautaire dans le sud-ouest de la Chine »Perspectives chinoises, 2021/2 | 2021, 4554.

Référence électronique

Siyuan Xu, « Une direction villageoise forte plutôt que des investissements publics : réflexions sur un cas de reconstruction communautaire dans le sud-ouest de la Chine »Perspectives chinoises [En ligne], 2021/2 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/12499

Haut de page

Auteur

Siyuan Xu

Siyuan Xu est maîtresse de conférences au département des sciences humaines et du développement social de l’Université d’agriculture et de sylviculture du Nord-Ouest, 3 Taicheng Road, district de Yangling, Xianyang, Shaanxi, Chine. Ses recherches portent sur le développement rural, les transformations agraires, le développement et la souveraineté alimentaire (des semences) (xusiyuan708@163.com).

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search