Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2021/2DossierÉditorial - Négocier les futurs a...

Dossier

Éditorial - Négocier les futurs agraires en Chine : capitaux, collectivités et communautés

Karita Kan et René Trappel
Traduction de Caroline Grillot
p. 3-7

Texte intégral

Nous tenons à remercier Éric Florence, Pierre Miège, Judith Audin et toute l’équipe de rédaction pour leurs précieux conseils et leurs suggestions pertinentes au cours des différentes étapes du processus de publication. L’élaboration de ce numéro spécial est entièrement soutenue par une bourse du Research Grants Council de la région administrative spéciale de Hong Kong, Chine (projet n° PolyU 15601818). Nous remercions également tous les contributeurs et évaluateurs qui ont permis de réaliser ce numéro spécial.

1La mondialisation de la production agricole et des systèmes alimentaires a entraîné des changements fondamentaux dans les économies agraires du monde entier. En fournissant des aliments bon marché et abondants aux consommateurs et en connectant les communautés rurales aux circuits mondiaux de production et de distribution, l’essor des capitaux des entreprises et de la production industrialisée dans les politiques agroalimentaires se voit de plus en plus contesté pour avoir subordonné les besoins de développement local et la viabilité environnementale à des programmes orientés sur le marché (Borras 2010 ; Burnett et Murphy 2014). L’avènement de l’agriculture industrialisée a été critiqué pour avoir favorisé les capitaux au détriment des petits exploitants, comme en témoignent l’exploitation de la main-d’œuvre agricole, le déplacement des communautés rurales et l’érosion du contrôle des terres au niveau local (Moyo et Yeros 2005 ; McMichael 2007). Ces questions émergentes ont déclenché une recherche, de nature tout aussi mondiale, de la part des universitaires, des décideurs et des producteurs, sur les formes alternatives de production agricole et de développement rural. Dans le même temps, des tendances contraires visant à étendre le rôle d’une agriculture à but lucratif se poursuivent dans de nombreuses régions du monde.

2En tant qu’économie mondialisée connaissant de multiples réformes du marché, héritière de décennies d’expérimentation de la collectivisation agricole sous un socialisme d’État, la Chine présente un cas unique et significatif pour la recherche comparative sur les voies de la transition agraire (Byres 1996). En l’espace de quelques décennies, le pays a connu d’importants changements structurels dans son secteur agricole. Au milieu des années 1950, le mouvement de collectivisation réorganisait les économies rurales en centralisant la production et la distribution dans le cadre du système à trois niveaux des communes populaires (renmin gongshe 人民公社), des brigades de production (shengchan dadui 生產大隊) et des équipes de production (shengchan dui 生產隊) (Oi 1989). Les communes rurales ont été à nouveau dissoutes dans les années 1980 lorsque le gouvernement a introduit des réformes radicales de décollectivisation de l’agriculture. Dans le cadre du système de responsabilité des ménages (jiating lianchan chengbao zhi 家庭聯產承包制), les résidents ruraux se sont vus attribuer des terres agricoles par contrat afin de s’engager dans une production domestique dont ils pouvaient vendre les surplus sur le marché, une fois atteints les quotas de production destinés à l’État. Ces réformes tournées vers l’économie de marché ont réinventé les pratiques et la culture traditionnelles de l’agriculture paysanne dans les campagnes chinoises (Kipnis 1995) et se sont notamment réalisées dans un cadre hérité des droits de propriété collective. Contrairement à d’autres économies postsocialistes où la terre et autres moyens de production ont été largement privatisés (Verdery 2003), le gouvernement chinois continue de conserver les institutions de propriété socialistes tout en poursuivant la modernisation de l’agriculture et des campagnes en général (Putterman 1995 ; Kan 2016 ; Trappel 2016). Cette voie distincte empruntée par le développement agraire en Chine offre la possibilité de « concevoir de nouvelles catégories analytiques des transitions agraires » (Zhang, Oya et Ye 2015 : 311). Bernstein (2015 : 454) a même suggéré que la transformation structurelle des campagnes chinoises constituait un cas significatif « à partir duquel peuvent découler des trajectoires d’avenir alternatives aux voies de développement occidentales ».

3À l’aube de la troisième décennie du 21 siècle, l’agriculture chinoise connaît à nouveau une vaste restructuration. D’une part, la promotion à tous crins de la modernisation de l’agriculture par les dirigeants a contribué à une intensification de l’agriculture et à une prise de contrôle accrue des activités de production par des capitaux organisés sous la forme d’entreprises agroalimentaires et d’opérateurs commerciaux. Les chercheurs ont observé la montée du « capitalisme agraire » en Chine, où les moyens de production passent de plus en plus sous le contrôle des entreprises et où les producteurs autrefois indépendants commencent à vendre leur force de travail pour assurer leur subsistance ou à abandonner complètement l’agriculture (Zhang et Donaldson 2008 ; Yan et Chen 2015). D’autre part, paradoxalement, le nouveau rôle du marché et l’influence diminuée des agents d’État sur la production ont ouvert un espace pour l’expérimentation de modèles alternatifs d’organisation économique qui vont au-delà de l’agriculture commerciale. En particulier, les communautés fondées sur des valeurs qui tentent de répondre aux préoccupations croissantes en matière de sécurité alimentaire et de durabilité rurale se sont développées (Si, Schumilas et Scott 2015 ; Ku et Kan 2020). Dans leurs activités, elles associent souvent des idées visant à soutenir les petites exploitations agricoles, à créer des relations équitables entre producteurs et consommateurs et à promouvoir une production alimentaire biologique et durable. Certaines de ces initiatives communautaires se sont même appuyées sur de nouvelles interprétations des institutions et des héritages socialistes, des villages ayant réintroduit le collectivisme dans la production agricole et la gestion des ressources (Yan, Ku et Xu 2021).

4Ce numéro spécial rassemble des contributions sur le thème des futurs agraires en Chine. S’appuyant sur des études de cas dans les provinces du Gansu, du Guangxi, du Guangdong et du Yunnan, les quatre articles présentent des recherches originales et diversifiées sur le plan régional qui partagent un intérêt commun pour l’exploration des dynamiques du changement agraire dans la Chine contemporaine. Les auteurs examinent respectivement le rôle et l’interaction entre les capitaux, les collectivités et les communautés dans la Chine rurale, le tout sur fond d’héritage socialiste et de transformation capitaliste.

5Basés sur un travail de terrain intensif sur leur lieu de recherche respectif, les quatre articles de ce numéro spécial mettent en lumière les politiques et les relations de pouvoir qui sous-tendent et structurent les initiatives de développement étudiées. Explorant les politiques de modernisation agraire en Chine, René Trappel examine comment la promotion active d’une nouvelle élite agraire – à savoir les entreprises « têtes de dragon », les exploitations familiales et les ménages spécialisés – par l’État-parti chinois a contribué à la marginalisation des petits producteurs du Gansu. S’agissant des initiatives communautaires et des réseaux de produits alimentaires alternatifs, les articles de Jean Tassin et Daren Shi-chi Leung révèlent comment des approches apparemment ascendantes de la production et de la distribution agricoles sont tout autant affectées par des dynamiques de pouvoir et par les inégalités. Leurs articles soulignent les relations inégales entre les agriculteurs qui cultivent et produisent les aliments et les agents intermédiaires qui assument les rôles de promotion commerciale des produits alimentaires et de certification de leur qualité, ainsi que les tentatives visant à repenser ces relations. Explorant également la micro-politique du développement rural, cette fois dans le contexte d’un village ayant recollectivisé ses ressources, l’article de Xu Siyuan donne un aperçu de la manière dont les interactions entre l’État et la société ainsi que les dynamiques intracommunautaires façonnent la gestion des ressources et les pratiques économiques dans une communauté forestière.

6Dans les paragraphes qui suivent, nous mettons l’accent sur les principaux thèmes et résultats de ce numéro spécial.

La transformation capitaliste dans la Chine rurale

7Depuis les années 2000, les dirigeants chinois poursuivent activement un programme de modernisation de l’agriculture, qui implique d’augmenter, de mécaniser et de commercialiser la production, d’allouer des moyens de production tels que la terre aux exploitants les plus efficaces et d’encourager la spécialisation dans les produits à forte valeur ajoutée. Le consensus qui s’était dégagé parmi les décideurs politiques indiquait que la modernisation renforcerait l’efficacité et la qualité de la production agricole, en contribuant à accroître les revenus des agriculteurs et en comblant l’écart de revenus entre les zones rurales et urbaines d’une part, tout en facilitant la croissance d’une agriculture compétitive au niveau international d’autre part (Huang 2011 ; Trappel 2016).

8La volonté de modernisation a défini les récentes réformes structurelles du secteur agricole chinois. Pour commencer, le gouvernement a activement encouragé l’essor des « nouveaux types de sujets de l’administration agricole » (xinxing nongye jingying zhuti 新型農業經營主體), tels que les entreprises « têtes de dragon » (longtou qiye 龍頭企業) (entreprises agroalimentaires nationales soutenues par l’État pour jouer un rôle de premier plan dans la promotion de l’industrialisation de l’agriculture), les ménages spécialisés (zhuanye dahu 專業大戶), les exploitations familiales (jiating nongchang 家庭農場) (il s’agit, en dépit de l’appellation, d’une exploitation agricole commerciale d’une certaine taille) et les coopératives d’agriculteurs (nongmin hezuoshe 農民合作社). Ces dernières ont été promues comme les sujets les plus adaptés pour faire progresser les économies d’échelle et la professionnalisation de la production agricole. Dans la conception du gouvernement, ces nouveaux exploitants doivent progressivement intégrer et remplacer les « petits producteurs » (xiaoguimo jingyinghu 小規模經營戶), estimés trop fragmentés (fensan 分散) et inefficaces.

  • 1 « 新型農業經營主體和服務主體高質量發展規劃 (2020-2022年) » (Xinxing nongye jingying zhuti he fuwu zhuti gao zhiliang faz (...)
  • 2 Pour plus de détails, voir « 農業部辦公廳關於大力推進農業生產托管的指導意見 » (Nongyebu bangongting guanyu dali tuijin non (...)
  • 3 « 農業社會化服務組織年底預計超90萬個 » (Nongye shehuihua fuwu zuzhi niandi yuji chao 90 wan ge, Les organisations d (...)

9L’une des dernières déclarations de politique générale concernant la modernisation de l’agriculture a été publiée par le ministère de l’Agriculture et des Affaires rurales en mars 2020. Intitulé « Plan pour le développement de haute qualité d’exploitants et de prestataires de services agricoles de type nouveau (2020-2022) », le document énonce des objectifs spécifiques pour le développement des exploitations familiales et des coopératives agricoles1. Le nombre d’exploitations agricoles familiales doit passer de 600 000 à la fin de 2018 à un million d’ici 2022 ; dans le même temps, les coopératives d’agriculteurs doivent couvrir plus de 80 % des ménages agricoles à l’échelle du district. Le document appelle également à renforcer l’industrie des services agricoles en encourageant activement les organisations spécialisées dans la fourniture de services aux agriculteurs (nongye shehuihua fuwu zuzhi 農業社會化服務組織). Ceux-ci comprennent, par exemple, des services de gestion agricole, l’utilisation de technologies environnementales et l’octroi de machines spécialisées pour la plantation, la récolte et d’autres tâches. Le gouvernement chinois a accordé une importance particulière à la sous-traitance de la production agricole (nongye shengchan tuoguan 農業生產托管) – à savoir le recours des ménages ruraux ou des exploitants agricoles de type nouveau à des sociétés de services pour prendre en charge tout ou partie du processus de production2. Sous-traiter à des prestataires de services est envisagé comme un moyen pour les propriétaires fonciers, en particulier les petits producteurs, de résoudre les problèmes liés à l’incapacité de cultiver la terre (zhong bu liao di 種不了地) ou au manque de capacité à bien la cultiver (zhong bu hao di 種不好地). Selon les chiffres officiels, on compte aujourd’hui 900 000 prestataires dans tout le pays qui fournissent des services agricoles à 7 millions de ménages ruraux3. Leur prolifération pourrait ouvrir davantage la voie au transfert des opérations agricoles des petits producteurs vers des entités commerciales.

10Tout en encourageant les nouveaux prestataires agricoles et de services, la réforme des droits fonciers ruraux a également contribué à l’expansion des marchés fonciers ruraux. En général, les terres rurales de la collectivité doivent au préalable être expropriées par l’État avant que leurs droits d’usage puissent être modifiés et vendus sur le marché des cessions. Les réformes du « transfert [du droit d’exploitation] des terres cultivables » (tudi liuzhuan 土地流轉) ont introduit de nouveaux mécanismes de marché permettant aux collectivités et aux ménages ruraux de transférer leurs droits d’usage des terres collectives à des intervenants extérieurs (Trappel 2016 ; Kan 2021). Par exemple, un système de droits tripartites a récemment été mis en place pour mieux préciser la manière dont les collectivités et les ménages peuvent transférer les droits d’usage des terres agricoles à des exploitants commerciaux tout en conservant respectivement les droits de propriété et les droits contractuels. L’objectif principal de ces réformes et du marché foncier émergeant semble être de faciliter le regroupement des terres entre les mains de grands exploitants agricoles et de nouvelles entreprises telles que les sociétés de tourisme et d’hôtellerie (Andreas et Zhan 2016 ; Trappel 2016 ; Kan 2021).

11Comment ces changements structurels de l’agriculture chinoise ont-ils affecté les perspectives des différents travaux agricoles sur le terrain ? À partir d’une enquête de terrain et d’entretiens réalisés dans la province du Gansu, l’article de Trappel, le premier de ce numéro spécial, soutient que la promotion de la nouvelle élite agraire par l’État-parti a contribué à l’apparition de « règles du jeu biaisées » aux dépens des petits exploitants ordinaires. En apportant un soutien sélectif aux agents de développement qu’il privilégie – à savoir les entreprises « têtes de dragon » et les coopératives – l’État-parti a facilité leur croissance et leur domination tout en assujettissant les petits et moyens producteurs à un déplacement indirect par la pression du marché et l’intensification de la concurrence. Trappel observe en outre comment le rôle mobilisateur (daidong 帶動) attribué à la nouvelle élite agraire s’est en réalité traduit par une prise de contrôle des petites exploitations agricoles par des établissements commerciaux, les coopératives servant de vecteur d’intégration verticale. Ces observations dans le Gansu offrent de riches données empiriques pour réfléchir à la manière dont le remplacement des petits exploitants par de nouveaux sujets agricoles pourrait avoir une incidence sur l’avenir de l’agriculture en Chine.

Initiatives communautaires : promesses et politiques

  • 4 Nous avons choisi de garder le terme anglais de CSA tout au long de ce dossier spécial. En effet, l (...)

12Alors que la modernisation de l’agriculture est devenue la priorité des réformes rurales aux yeux de l’élite politique, la Chine a également été le lieu d’expérimentation de modèles et d’approches alternatives du développement. Apparu lors de la première décennie des années 2000, un mouvement universitaire pro-paysan dit de la « Nouvelle reconstruction rurale » (NRR) (Day 2013 ; Yan et Chen 2013) a été le sujet de travaux de recherche. Wen Tiejun, leader intellectuel du mouvement, a contribué à l’articulation des « trois problèmes ruraux « (sannong wenti 三農問題) et préconisé l’organisation des paysans en « coopératives rurales totales » intégrant non seulement les processus de production, mais aussi les activités sociales et culturelles (Day et Schneider 2018). Une autre facette du militantisme agraire, apparue en partie en réponse à la multiplication des problèmes de sécurité alimentaire, a été l’essor des réseaux de produits alimentaires alternatifs qui comprend l’agriculture biologique, la community-supported agriculture (CSA)4 et les partenariats entre producteurs ruraux et consommateurs urbains aisés (Si, Schumilas et Scott 2015 ; Ku et Kan 2020). Les initiatives en matière d’alimentation et de pratiques agricoles alternatives ont revigoré les discours sur la souveraineté alimentaire (shiwu zhuquan 食物主權), comme en témoigne la création du People’s Food Sovereignty Network en 2013 par des chercheurs, des étudiants et des activistes de la société civile basés en Chine continentale, à Hong Kong et à Taïwan (Ku et Kan 2020).

13Les différentes formes d’activisme rural et urbain laissent entrevoir la possibilité de parcours de développement alternatifs. Par exemple, les chercheurs associés au mouvement NRR voient la prolifération des coopératives comme une occasion de soutenir les petites exploitations agricoles par le biais de pratiques communautaires (Yan, Ku et Xu 2021). Les coopératives sont considérées comme un contre-pouvoir face à l’agrobusiness, tandis que la coopération communautaire dans l’offre de biens publics est vue comme un moyen viable de répondre à la désintégration des sociétés rurales (He 2007). Les coopératives qu’ils envisagent diffèrent toutefois considérablement de celles qui sont actuellement créées à un rythme soutenu dans les campagnes chinoises (Hu et al. 2017).

14Comme le révèlent les deuxième et troisième contributions de ce numéro spécial, rédigées respectivement par Tassin et Leung, il est important de dépasser les cadres de l’activisme et de l’autonomisation des paysans pour examiner comment ces initiatives peuvent elles-mêmes reproduire les différences et perpétuer les inégalités. L’article de Tassin se concentre sur le rôle que les « jeunes de retour à la terre » (fanxiang qingnian 返鄉青年) ont joué sur les réseaux de produits alimentaires alternatifs en Chine. Ces dernières années, les politiques publiques ont encouragé la main-d’œuvre jeune et éduquée ayant quitté les zones rurales pour des emplois urbains à retourner dans leur ville ou village natal afin d’y créer des entreprises et des opportunités d’emploi dans le secteur agricole. Selon Tassin, cela a engendré une nouvelle cohorte de « paysans-entrepreneurs » qui, du point de vue de l’autonomisation des paysans, occupent une position ambivalente au croisement de la petite agriculture familiale à échelle réduite et des marchés capitalisés de produits alimentaires. Mettant à profit leur bagage culturel et leurs compétences technologiques, ces entrepreneurs ont contribué à la stratégie marketing de vente des produits agricoles en tant qu’aliments biologiques de grande qualité et ont fourni une plateforme organisationnelle pour les petits exploitants qui a permis d’éviter des « formes plus intrusives de réforme agraire », telles que le transfert de terres à des entreprises agroalimentaires. Cependant, en tant que gestionnaires et employeurs de travailleurs migrants, ces entrepreneurs ont en même temps reproduit certaines formes de domination et de paternalisme dans les exploitations.

15L’article de Leung sur la CSA dans le sud de la Chine met également en évidence le rôle des intermédiaires. La méfiance à l’égard de l’étiquetage des produits alimentaires conventionnels a contribué à l’émergence de mécanismes de contrôle alimentaire volontaires et fondés sur la confiance, tels que le « système participatif de garantie », un mécanisme de certification par tierce partie dans lequel des organismes intermédiaires publient des rapports sur la qualité et la sécurité des aliments. Alors que ces pratiques « participatives » sont souvent saluées comme une sorte d’activisme alimentaire venant de la base, Leung démontre qu’elles s’apparentent plutôt à une forme de « surveillance sociale » où les plateformes intermédiaires exercent un pouvoir considérable pour déterminer ce qui constitue des aliments « éthiques » et sanctionner ainsi les producteurs considérés comme ayant enfreint ces normes. À travers l’étude d’un réseau de produits alimentaires basé à Canton, Leung propose une « éthique de la convivialité » comme moyen de pousser plus avant l’analyse, qui envisage la transformation de la relation qui lie intermédiaires et producteurs, passant de « vendeurs et fournisseurs » à « compagnons et carers ». Son article esquisse ainsi une voie pour repenser les politiques alimentaires dans une perspective relationnelle.

Qu’en est-il de l’économie collective ?

16Le dernier article de ce numéro spécial examine le rôle et les perspectives de l’économie collective (jiti jingji 集體經濟) dans la Chine rurale contemporaine. Contrairement à d’autres anciens États socialistes, la Chine n’a pas connu de privatisation de grande envergure des ressources rurales après la décollectivisation. Au contraire, les institutions de propriété socialistes ont été préservées et les collectivités rurales continuent d’exercer des droits de propriété sur les terres et les biens. Dans les zones périurbaines où des expropriations foncières à grande échelle se sont produites, de nombreux villages ont recollectivisé la gestion des terres et créé des sociétés par actions pour tirer profit d’un développement des biens communs en partenariat avec les gouvernements locaux et les sociétés immobilières (Po 2008 ; Tang 2015 ; Kan 2019). Ces dernières années, le renforcement des économies collectives a également gagné du terrain dans les zones rurales. Le gouvernement a encouragé le développement des économies collectives rurales dans son Document n° 1 publié en 2014 ; le rôle des économies collectives a aussi été souligné dans la campagne de Revitalisation des campagnes (xiangcun zhenxing 鄉村振興). Pourtant, il y a un réel besoin de réévaluer la signification de ce terme dans la pratique rurale.

17Un certain nombre d’universitaires et d’activistes ont cherché à relancer une conception particulière de l’économie collective en Chine. En 2016, le Réseau populaire pour la souveraineté alimentaire soutenait une lettre ouverte rédigée par 18 cadres ruraux sur le renforcement des collectivités rurales (Yan, Ku et Xu 2021). Il y est affirmé que les politiques de la période des réformes ont sapé les droits collectifs des villageois relatifs à la gestion autonome des ressources, et qu’un renforcement de la propriété collective pourrait être au fondement de la protection écologique et de la durabilité rurale. Bien qu’il ne considère pas que toutes les économies collectives incarnent des pratiques alternatives, le groupe s’est engagé à explorer les manières dont les collectifs ruraux et les coopératives pourraient devenir des lieux d’exercices de la souveraineté alimentaire et du collectivisme écologique (ibid.). Cet appel contraste avec les tendances politiques et économiques opposées qui se servent du collectivisme pour relancer l’expansion de l’agriculture entrepreneuriale, en forçant par exemple la mise en commun de terres collectives, comme le décrit Trappel dans ce numéro.

18L’article de Xu explore les pratiques du collectivisme villageois dans des régions montagneuses de la province du Yunnan. Cette étude de cas s’intéresse à une communauté forestière où les dirigeants du village ont cherché à conserver les droits de gestion des ressources forestières de la collectivité malgré les pressions exercées par le gouvernement et les villageois locaux pour les distribuer aux ménages. L’article montre en premier lieu comment la recollectivisation pourrait apporter des avantages matériels à la communauté villageoise. Par exemple, la vente du bois ayant poussé dans la forêt de la collectivité fournit des revenus pour améliorer les soins aux personnes âgées et offrir des bourses d’études aux élèves. En second lieu, l’article révèle les défis auxquels sont confrontées les économies collectives. En tentant de tirer parti des ressources forestières de la collectivité à travers un développement axé sur le tourisme, le village a été contraint de s’endetter lourdement à la suite d’emprunts externes, ce qui a ouvert la porte à une intervention ultérieure du gouvernement. Au lieu de soutenir une autogestion autonome et de conforter les droits des villageois, la communauté s’est laissée entraîner sur la voie d’une plus grande dépendance à l’égard de l’État et des capitaux extérieurs.

19Ensemble, les quatre articles de ce numéro spécial offrent de riches données empiriques pour explorer les aspects divers, quoique liés, des changements agraires dans la Chine contemporaine. Alors qu’il apparaît plus évident que jamais que le pays s’engage sur la voie de la modernisation menée par une élite d’exploitants agricoles, les recherches présentées dans ce numéro démontrent également la diversité sur le terrain en termes de formes de propriété, de niveau d’implication de l’État et d’initiatives locales promouvant des normes et valeurs différentes. Si des initiatives telles que les réseaux de produits alimentaires alternatifs et la gestion des ressources par la collectivité représentent des tentatives de dépasser une agriculture commerciale, elles ne sont pas envisagées comme une panacée aux problèmes auxquels est confrontée l’agriculture en Chine. Au contraire, les résultats réaffirment l’importance d’interroger le sens des pratiques alimentaires et agricoles dites « alternatives » et d’observer comment elles pourraient creuser la différenciation rurale et pérenniser les inégalités à la fois au sein et entre les sphères rurales et urbaines (Huang 2011 ; Day et Schneider 2018). La recherche sur les futurs agraires en Chine peut examiner non seulement le potentiel mais aussi les limites, les contradictions et les tendances opposées auxquelles les voies alternatives de développement pourraient être confrontées.

Haut de page

Bibliographie

ANDREAS, Joel, et Shaohua ZHAN. 2016. « Hukou and Land: Market Reform and Rural Displacement in China ». Journal of Peasant Studies 43 (4) : 798-827.

BERNSTEIN, Henry. 2015. « Some Reflections on Agrarian Change in China ». Journal of Agrarian Change 15 (3) : 454-77.

BORRAS, Saturnino M. 2010. « The Politics of Transnational Agrarian Movements ». Development and Change 41 (5) : 771-803.

BURNETT, Kim, et Sophia MURPHY. 2014. « What Place for International Trade in Food Sovereignty? ». Journal of Peasant Studies 41 (6) : 1065-84.

BYRES, Terence J. 1996. Capitalism From Above and Capitalism From Below. Londres : Palgrave Macmillan

DAY, Alexander F. 2013. The Peasant in Postsocialist China: History, Politics, and Capitalism. Cambridge : Cambridge University Press.

DAY, Alexander F., et Mindi SCHNEIDER. 2018. « The End of Alternatives? Capitalist Transformation, Rural Activism and the Politics of Possibility in China ». Journal of Peasant Studies 45 (7) : 1221-46.

HE, Xuefeng. 2007. « New Rural Construction and the Chinese Path ». Chinese Anthropology and Sociology 39 (4) : 26-38.

HU, Zhanping, Qian Forrest ZHANG, et John A. DONALDSON. 2017. « Farmers’ Cooperatives in China: A Typology of Fraud and Failure ». The China Journal 78 (1) : 1-24.

HUANG, Philip. 2011. « New-age Small Farms and their Vertical Integration: Agribusiness or Co-ops? ». Modern China 37 (2) : 107-34.

KAN, Karita. 2016. « The Transformation of the Village Collective in Urbanising China: A Historical Institutional Analysis ». Journal of Rural Studies 47 : 588-600.

———. 2019. « A Weapon of the Weak? Shareholding, Property Rights and Villager Empowerment in China ». The China Quarterly 237 : 131-52.

———. 2021. « Creating Land Markets for Rural Revitalization: Land Transfer, Property Rights and Gentrification in China ». Journal of Rural Studies 81 : 68-77.

KIPNIS, Andrew B. 1995. « Within and Against Peasantness: Backwardness and Filiality in Rural China ». Comparative Studies in Society and History 37 (1) : 110-35.

KU, Hok Bun, et Karita KAN. 2020. « Social Work and Sustainable Rural Development: The Practice of Social Economy in China ». International Journal of Social Welfare 29 (4) : 346-55.

MCMICHAEL, Philip. 2007. « Feeding the World: Agriculture, Development and Ecology ». Socialist Register 43 : 170-94.

MOYO, Sam, et Paris YEROS (éds.). 2005. Reclaiming the Land: The Resurgence of Rural Movements in Africa, Asia and Latin America. Londres : Zed Books.

OI, Jean C. 1989. State and Peasant in Contemporary China: The Political Economy of Village Government. Berkeley : University of California Press.

PO, Lanchih. 2008. « Redefining Rural Collectives in China: Land Conversion and the Emergence of Rural Shareholding Co-operatives ». Urban Studies 45 (8) : 1603-23.

PUTTERMAN, Louis. 1995. « The Role of Ownership and Property Rights in China's Economic Transition ». The China Quarterly 144 : 1047-64.

SI, Zhenzhong, Theresa SCHUMILAS, et Steffanie SCOTT. 2015. « Characterizing Alternative Food Networks in China ». Agriculture and Human Values 32 (2) : 299-313.

TANG, Beibei. 2015. « “Not Rural but Not Urban”: Community Governance in China’s Urban Villages ». The China Quarterly 223: 724-44.

TRAPPEL, René. 2016. China’s Agrarian Transition: Peasants, Property, and Politics. Lanham : Lexington Books.

VERDERY, Katherine. 2018. The Vanishing Hectare: Property and Value in Postsocialist Transylvania. Ithaca : Cornell University Press.

YAN, Hairong, et Yiyuan CHEN. 2015. « Agrarian Capitalization Without Capitalism? Capitalist Dynamics from Above and Below in China ». Journal of Agrarian Change 15 (3) : 366-91.

YAN, Hairong, Hok Bun KU, et Siyuan XU. 2021. « Rural Revitalization, Scholars, and the Dynamics of the Collective Future in China ». Journal of Peasant Studies 48 (4)  : 853-74.

ZHANG, Qian Forrest, et John A. DONALDSON. 2008. « The Rise of Agrarian Capitalism with Chinese Characteristics: Agricultural Modernization, Agribusiness and Collective Land Rights ». The China Journal 60 : 25-47.

ZHANG, Qian Forrest, Carlos OYA, et Jingzhong YE. 2015. « Bringing Agriculture Back In: The Central Place of Agrarian Change in Rural China Studies ». Journal of Agrarian Change 15 (3) : 299-313.

Haut de page

Notes

1 « 新型農業經營主體和服務主體高質量發展規劃 (2020-2022年) » (Xinxing nongye jingying zhuti he fuwu zhuti gao zhiliang fazhan guihua (2020-2022 nian), Plan pour le développement de haute qualité d’exploitants et de prestataires de services agricoles de type nouveau (2020-2022)), ministère de l’Agriculture et des Affaires rurales (農業農村部), 3 mars 2020, http://www.gov.cn/zhengce/zhengceku/2020-03/24/content_5494794.htm (consulté le 20 avril 2021).

2 Pour plus de détails, voir « 農業部辦公廳關於大力推進農業生產托管的指導意見 » (Nongyebu bangongting guanyu dali tuijin nongye shengchan tuoguan de zhidao yijian, Opinions directrices pour promouvoir la tutelle de la production agricole), ministère de l’Agriculture et des Affaires Rurales (農業農村部), 14 novembre 2017, http://www.hnyx.gov.cn/c6291/20180116/i617876.html (consulté le 25 mai 2021).

3 « 農業社會化服務組織年底預計超90萬個 » (Nongye shehuihua fuwu zuzhi niandi yuji chao 90 wan ge, Les organisations de services agricoles devraient dépasser les 900 000 d’ici la fin de l’année), ministère de l’Agriculture et des Affaires Rurales (農業農村部), 18 décembre 2020, http://www.moa.gov.cn/ztzl/nyncfzcj/202012/t20201218_6359099.htm (consulté le 20 avril 2021).

4 Nous avons choisi de garder le terme anglais de CSA tout au long de ce dossier spécial. En effet, les pratiques de retour à la terre et/ou de circuits courts, tels que Teikei au Japon, l’association pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP) en France, ou l’agriculture soutenue par la communauté (ASC) au Québec, renvoient tous à des constructions socialement et géographiquement situées qui ne correspondent pas pleinement à la CSA (note des éditeurs).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karita Kan et René Trappel, « Éditorial - Négocier les futurs agraires en Chine : capitaux, collectivités et communautés »Perspectives chinoises, 2021/2 | 2021, 3-7.

Référence électronique

Karita Kan et René Trappel, « Éditorial - Négocier les futurs agraires en Chine : capitaux, collectivités et communautés »Perspectives chinoises [En ligne], 2021/2 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/12529

Haut de page

Auteurs

Karita Kan

Karita Kan est professeure adjointe au département de sciences sociales appliquées de l’Université polytechnique de Hong Kong. Elle mène des recherches sur les transformations rurales dans la Chine postsocialiste, plus particulièrement sur l’urbanisation, les politiques du foncier et de la propriété, et la gouvernance locale. Department of Applied Social Sciences, Hong Kong Polytechnic University, Hung Hom, Hong Kong SAR (karita.kan@polyu.edu.hk).

Articles du même auteur

René Trappel

René Trappel est chercheur en politique comparée et maître de conférences à l’institut d’études chinoises de l’Université de Fribourg. Ses recherches actuelles portent sur les changements agraires, l’urbanisation, la gouvernance locale et les relations entre l’État et la société en Chine. Institute of Chinese Studies, University of Freiburg, Fribourg, Allemagne (rene.trappel@sinologie.uni-freiburg.de).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search