Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2021/2EssaiRecouvrer le nouveau, réinventer ...

Essai

Recouvrer le nouveau, réinventer le local : les 40 ans de Shenzhen

Mary Ann O’Donnell et Jonathan Bach
p. 77-82

Texte intégral

1Mary Ann O’Donnell est une ethnographe-artiste qui, à travers son blog Shenzhen Noted et le projet d’art public Handshake 302, cherche des modalités alternatives d’habiter Shenzhen. Elle a co-édité conjointement avec Winnie Wong et Jonathan Bach Learning from Shenzhen: China's Post-Mao Experiment from Special Zone to Model City (2017) (mary.ann.odonnell@gmail.com).

2Jonathan Bach est professeur au sein du programme d’études mondiales de la New School à New York, 72 5th Avenue, New York, NY 10011, États-Unis. Ses récents travaux explorent le changement social à travers les politiques relatives à la mémoire, la culture matérielle et l’espace urbain en Allemagne et en Chine (bachj@newschool.edu).

3Caroline Grillot

  • 1 D’après les fameuses paroles « 沒有共產黨就沒有新中國 » (Meiyou gongchandang jiu meiyou xin Zhongguo).

« Sans le Parti communiste, il n’y aurait pas de nouvelle Chine1 »

– texte et musique de Cao Huoxing (曹火星), 1943.

4Le spectre de la nouveauté hante la Chine. La force idéologique du nouveau est telle que Shenzhen est reconnue à la fois comme un lieu d’innovation et une ville capable de se renouveler constamment. Lors de son discours célébrant le 40e anniversaire de la zone économique spéciale (ZES) de Shenzhen, le secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC) Xi Jinping réaffirmait la place centrale de la politique de réforme et d’ouverture, de la région de la grande baie de Guangdong-Hong Kong-Macao (GBA pour Greater Bay Area), ainsi que de l’innovation et de la technologie dans la stratégie nationale contemporaine. Xi désignait spécifiquement Shenzhen comme un lieu où les idées fusent pour être ensuite rapidement prototypées et transformées en produits et services. Il qualifiait d’ailleurs Shenzhen de moteur de la GBA, permettant d’expérimenter la ville comme véritable modèle de la rénovation urbaine et de la restructuration régionale.

  • 2 Le texte original mobilise le verbe « to reclaim » (recouvrer) dans le double sens de « créer une é (...)

5Dans cet article, nous saisissons l’occasion du 40 anniversaire de la ZES pour réfléchir à la manière dont Shenzhen s’est renouvelée, se réinvente sans cesse et maintient son aura de nouveauté. Nous soutenons que Shenzhen a acquis ce statut de ville « nouvelle » en revendiquant une longue histoire qui ne l’était résolument pas – celle des villages autochtones et des localités régionales. Plus récemment, la ville a également commencé à rénover des quartiers plus anciens autrefois qualifiés de « nouveaux ». Nous considérons que la rénovation urbaine à Shenzhen est un processus par lequel une certaine forme de local dit bendi (本地), perçue comme une catégorie autochtone, se retrouve transformée en une forme de localité, difang (地方), à savoir une catégorie de gouvernance nationale. Cette transformation, comme nous le suggérons, peut être comprise comme un recouvrement2 ; tout comme des terres sont conquises sur les eaux côtières de la ville, la réhabilitation d’aires culturelles obsolètes engendre du nouveau. Ce processus est cyclique : à mesure que les bâtiments, les villages et les quartiers de Shenzhen vieillissent, ils prennent un caractère local, légitimant ainsi la prochaine ère de rénovation urbaine. Ce processus suggère un tournant historique dans le rapport entre les identités locales et celles que l’État fabrique de toutes pièces, dans la mesure où la pratique qui consiste à fixer les corps sur place cède la place à celle d’une apposition de catégories d’appartenance sur des corps toujours plus mobiles. Nous espérons que ce suivi du processus d’obsolescence et de recouvrement en rapport avec les discours sur le nouveau permettra aux spécialistes de la Chine de comprendre non seulement comment le district de Bao’an, site historique de l’actuelle Shenzhen, a été reconstitué à la fois au sein et contre la municipalité de Shenzhen, mais aussi comment les villes, de façon plus générale, créent, déploient et transforment une telle nouveauté.

Formes historiques du local et de la localité à Bao’an

  • 3 On définit les bendiren (本地人) par opposition aux waidiren (外地人), personnes venues de l’extérieur. Z (...)

6En chinois contemporain, on peut opposer la catégorie historique de local – bendi (本地) – qui se réfère à la société locale et désigne une relation d’appartenance étroite, à celle de local – difang (地方) – au sens de catégorie de gouvernance nationale et où sont établies des structures de gouvernance spécifiques en lien avec le gouvernement central – zhongyang (中央)3. Ici, nous traduisons difang par « localité définie par l’État », par opposition au local autochtone (bendi). La différence est subtile mais marquée : bendi ne fait pas uniquement référence à des droits historiques et des identités territoriales suturées par des lieux spécifiques, le terme renvoie aussi à un attachement d’ordre affectif envers ces lieux. Difang assimile ces droits et identités dans la structure plus large de l’appareil étatique pour les déployer à des fins non locales.

  • 4 Le hukou fait référence au système d’enregistrement des ménages datant de 1958 qui distingue les po (...)
  • 5 Sur la notion d’identités « transvalorisées » (transvalued identities), voir Anagnost (1997).
  • 6 O’Donnell et Wan (2016) mettent la gouvernance de la seconde ligne en lien avec la gestion de la fr (...)

7La distinction actuelle entre le local et la localité définie par l’État a été introduite dans le district de Bao’an lorsque les habitants ont reçu des hukou (戶口) urbains ou ruraux, redéfinissant leur place dans la production nationale à partir de leur emplacement géographique4. Cela a provoqué une rupture pour les résidents de Bao’an qui ont continué à s’identifier aux aires traditionnelles locales tout en obtenant des places dans l’appareil étatique en tant que membres de la nouvelle localité de la période maoïste5. Lorsque le district de Bao’an a été élevé au rang de municipalité de Shenzhen en 1979, la localité définie par l’État est devenue une catégorie de médiation par rapport au gouvernement central. Cela a déclenché une série de restructurations qui se sont poursuivies au cours des trois décennies suivantes. Le gouvernement central a élevé la ville de Shenzhen au rang de ZES en 1980 pour la diviser deux ans plus tard en une ZES et un nouveau district de Bao’an. La ZES était clairement vue comme une extension de la politique nationale, tandis que le nouveau district de Bao’an était associé aux intérêts locaux. Cette distinction spatiale entre la ZES en tant que localité et le nouveau Bao’an en tant que local a été formalisée en 1982 par une délimitation matérielle entre les deux zones – la « seconde ligne » (erxian 二線) – parallèle à la frontière entre Shenzhen et Hong Kong. La ville de Shenzhen comprenait donc la ZES, une bande de territoire longue de 327,5 km² située entre cette frontière et la seconde ligne, et le nouveau district de Bao’an situé au-delà de cette limite. Vers 2003, Shenzhen a assoupli les restrictions de déplacements dans la ZES et la seconde ligne a été officiellement démantelée en 20106.

  • 7 Les « gens des bateaux » ne disposaient pas de droits fonciers mais accostaient dans les baies et c (...)
  • 8 Les villages punti remontent à l’époque des Song du Sud, vers 1200 de notre ère. Les Cantonais et l (...)
  • 9 Le décret d’évacuation du littoral a été abrogé en 1683.

8Bien que la ZES et le nouveau district de Bao’an aient constitué l’échafaudage à partir duquel Shenzhen s’est développée, sa localité émergente a été façonnée par l’aire culturelle de Bao’an, un mélange composé de villages cantonais et hakka ainsi que de « gens des bateaux7 ». Avant l’instauration du système du hukou, les villages cantonais de Bao’an étaient connus sous le nom de « locaux » (m. bendi c. punti 本地) et situés le long de la mer de Lingding et de la baie de Shenzhen, dans l’aire culturelle du littoral de Canton et du delta de la rivière des Perles8. À l’opposé se trouvaient les implantations de Hakkas (m. kejia c. hakka 客家), considérés comme des intrus ayant pénétré la région après 1683 pour s’installer dans l’arrière-pays montagneux des provinces du Guangdong, du Fujian et du Jiangxi, et sur la péninsule de Dapeng (figure 1)9. L’implantation dominante des Cantonais et de leur sous-culture Weitou était centrée sur le chef-lieu historique de Nantou, tandis que les principales implantations hakka s’étendaient aux sous-cultures côtières le long de la péninsule de Dapeng (figure 2). Les « gens des bateaux », appelés péjorativement « le peuple œuf » (m. danjia, c. tanka 蛋家), s’établissaient dans les baies et les ports et faisaient du commerce sur les marchés punti et hakka.

  • 10 Sur les hiérarchies ethniques à l’époque des Ming et des Qing au Guangdong, voir Faure et Siu (1995 (...)

9Le système du hukou a « transvalorisé » les formes du local propres à Bao’an, y compris ses liens avec Hong Kong, en particulier les implantations dans les Nouveaux Territoires. Avant la fondation de la République populaire de Chine en 1949, les villages punti revendiquaient leur lien avec le gouvernement régional, tandis que les familles hakka et les familles de pêcheurs étaient considérées comme des « visiteurs10 ». Le hukou a fait de tous les résidents de Bao’an des membres à part entière de la localité aux yeux de Pékin, sans toutefois éliminer véritablement les hiérarchies historiques, les formes culturelles ainsi que les droits fonciers et les droits relatifs à l’eau reconnus. Après la création de la ZES, l’ampleur de l’immigration a brouillé davantage la signification de bendi en incluant toutes les implantations autochtones, tandis que Shenzhen, en tant que localité, était lentement « autochtonisée » au niveau des gouvernements provincial et national. Ces niveaux en sont venus à reprendre ce qui avait autrefois été « nouveau » à Shenzhen, plaçant ses habitants au sein de l’appareil étatique par une logique performative de recouvrement.

Figure 1. Localisation des foyers cantonais et hakka dans les provinces du Guangdong, du Fujian et du Jiangxi

Figure 1. Localisation des foyers cantonais et hakka dans les provinces du Guangdong, du Fujian et du Jiangxi

Figure 2. Carte de l’aire culturelle de Shenzhen

Figure 2. Carte de l’aire culturelle de Shenzhen

La logique performative de recouvrement du nouveau

  • 11 L’expression改革開放的第一炮 (gaige kaifang de diyi pao) est apparue au musée de Shekou sur la politique de (...)
  • 12 La forme la plus courante de recouvrement des terres sur la mer durant les deux premières décennies (...)

10Le 8 juillet 1979, la China Merchants Shekou tirait « le coup d’envoi de la politique de réforme et d’ouverture chinoise11 » en faisant exploser la sixième baie de Shekou afin de recouvrer une partie du littoral et de niveler les terrains accidentés pour le développement industriel. Ce « premier coup de feu » est devenu emblématique d’une méthode devenue courante de recouvrement de terres à Shenzhen – « déplacer les montagnes pour faire un terre-plein » (yishan tianhai 移山填海)12. Le Plan de 1980 pour la zone industrielle de Shekou (figure 3) suggère par exemple à quel point les collines ont été déplacées pour remplacer un réseau de villages de pêcheurs et de marchés à faible population par une implantation urbaine densément peuplée. De même, au cours des années 1990, de larges portions des monts Antuo à Futian ont été exploitées à la fois pour fournir des pierres de construction de qualité supérieure et des décharges de qualité inférieure, nivelant ainsi des portions de la chaîne de montagnes développées par la suite en quartiers résidentiels et zones commerciales. Non seulement ces projets d’ingénierie à grande échelle ont créé la tabula rasa de la ville en déplaçant des villages et quelques terres agricoles, des vergers de litchis, des rizières et des étangs à poissons, mais ils en ont aussi fait la nouvelle « terre natale » de la ville.

Figure 3. Plan général de la zone industrielle de la China Merchants Shekou datant d’avril 1980, exposé au musée de la politique de réforme et d’ouverture de Shekou

Figure 3. Plan général de la zone industrielle de la China Merchants Shekou datant d’avril 1980, exposé au musée de la politique de réforme et d’ouverture de Shekou

11À mesure que le littoral de Bao’an s’alignait et que ses chaînes de montagnes se nivelaient, les autochtones prenaient un caractère obsolète. À sa place, la première version de Shenzhen – une ville manufacturière comprenant des ports à conteneurs, des parcs industriels et des zones d’habitation densément peuplées – a émergé. Les habitants de ce nouveau paysage n’étaient pas autochtones, mais d’une certaine manière « chez eux » dans le système étatique et ses infrastructures. L’expression « peuple de Shekou » désignait ainsi ceux qui détenaient un hukou de Shekou par le biais des institutions urbaines, même s’ils étaient nés et avaient grandi ailleurs. Les lignages, les langues et les identités autochtones n’avaient pas complètement disparu, elles étaient devenues partie intégrante de la nouvelle localité – les marqueurs incarnés d’un monde dépassé.

12Ce processus s’est reproduit dans toute la ZES. Outre Shekou, le recouvrement de Bao’an a démarré à Luohu-Shangbu, au niveau de la frontière entre Shenzhen et Hong Kong. Luohu comprenait le marché historique de Shenzhen, sa gare ferroviaire éponyme et les villages voisins. La nouvelle ville portant le nom du marché de Shenzhen, le centre commercial de Luohu a été rebaptisé Dongmen. Luohu a été étendue afin d’inclure Shangbu, une nouvelle ville satellite qui comprenait une mairie, deux parcs industriels et des zones d’habitation. En 1986, Shekou et Luohu-Shangbu avaient déjà dépassé leurs limites initiales et le « Plan global pour la ZES de Shenzhen de 1986 » repérait six sites pour « remplir » l’espace entre Luohu et Shekou, « recouvrant » ainsi la région en une série de sites définis par l’État (O’Donnell 2019). Avançant d’est en ouest le long de la frontière avec Hong Kong, il s’agissait des sites de Shatoujiao, Luohu-Shangbu et Nantou. Le quartier d’Overseas Chinese Town (OCT) a été établi dans les collines sous-peuplées situées entre Shangbu et Nantou, Shekou étant situé à l’extrémité de la péninsule de Nantou. Le nouveau chef-lieu de district de Bao’an a été établi juste au nord de la seconde ligne longeant la rivière des Perles. Sur chacun de ces sites, les contours flous de l’aire culturelle autochtone de Bao’an palpitent encore sous le vernis inexorablement urbain de la ville.

13La création de quartiers urbains à partir d’aires culturelles préexistantes met en évidence une double transformation fondamentale du mode opératoire de Shenzhen : les sites locaux ont été transformés en localités et, avec eux, les habitants autochtones en détenteurs de hukou. Désormais, les véritables autochtones partagent un même statut avec les migrants détenteurs d’un hukou de Shenzhen. Cependant, les tensions entre une égalité nominale au sein de la localité et les inégalités concrètes vis-à-vis des autochtones sont dialectiques et créent le substrat social à partir duquel il est possible de recouvrer la nouveauté.

  • 13 Le port possède des terminaux à Yantian, Qianhai et Shekou.

14Shatoujiao, recouvré dans le cadre du développement de la section Yantian du port de Shenzhen, illustre cette double transformation13. Historiquement, Shatoujiao était un faubourg hakka situé à une journée de marche à travers la montagne Wutongshan jusqu’au marché de Shenzhen (l’actuel Dongmen) et à 24 heures de voyage périlleux en bateau depuis Victoria Harbour (Hase 1993). Lorsque la frontière sino-britannique a été redessinée en 1898, elle a désavantagé le marché de Shatoujiao car les villageois et pêcheurs de la côte s’y rendaient principalement en bateau plutôt qu’à pied. Comme le littoral était considéré territoire britannique jusqu’à la ligne de marée haute, toute personne arrivant par bateau était obligée de payer des droits de douane pour le transfert de marchandises des bateaux au marché. Pour éviter ces frais, les villageois ont déplacé le marché de l’autre côté de la frontière sino-britannique. Au début des années 1980, Shatoujiao est devenu un site transfrontalier au même titre que Luohu-Shangbu et Shekou. Cependant, le faubourg est resté isolé des développements majeurs de la ZES car il lui manquait la densité de population et les infrastructures de transport nécessaires pour soutenir le commerce transfrontalier et les chaînes de production. En revanche, la transformation ultérieure de l’embouchure de la baie de Shatoujiao en terminal de Yantian a permis à la nouvelle localité de s’ancrer au bord de la mer de Chine méridionale. Au cours de cette transition, Shatoujiao a été rebaptisé Zhongying, du nom de la rue où, dans les années 1990, les touristes chinois du continent venus visiter la ZES pouvaient acheter des produits hongkongais et étrangers. En 1998, le district de Luohu a été divisé en Luohu et Yantian, la limite historique punti-hakka de la chaîne des Wutongshan tenant lieu de ligne de partition.

15L’expérience de Shatoujiao montre comment le local se retrouve subordonné à une localité d’ordre supérieur en trois étapes. Premièrement, l’environnement est physiquement remodelé ; les montagnes qui entouraient Shatoujiao ont été nivelées afin de créer des terrains pour des projets de développement urbain. Deuxièmement, l’aire culturelle historique est redéployée pour les besoins d’un nouvel acteur historique ; lorsque l’effort initial pour transformer la zone en un centre industriel a échoué, Shatoujiao a acquis une réputation de zone commerciale et touristique transfrontalière incarnant les objectifs de réforme et d’ouverture de Shenzhen. Troisièmement, la société émergente est administrativement restructurée ; une fois le terminal de Yantian construit, Shatoujiao a été récupéré en tant que quartier au sein du nouveau centre urbain de Yantian.

Des identités spatialisées aux positionnements bureaucratiques

  • 14 L’absorption au sein de l’appareil urbain des zones rurales situées à l’intérieur de la deuxième li (...)

16La division de Shenzhen en sites et localités n’a jamais été parfaite – les bourgs du nouveau district de Bao’an ainsi que les villages de l’intérieur de la ZES formaient des poches remarquables de part et d’autre de la seconde ligne. Néanmoins, l’achèvement de l’absorption des zones rurales résiduelles dans l’appareil étatique en 2004 a permis à Shenzhen de se proclamer fièrement première ville chinoise sans village14. En théorie, cela signifiait que la localité de Bao’an faisait désormais partie de la localité de Shenzhen. Alors, que restait-il à la ville de nouveau à recouvrer ? C’est à ce moment que nous constatons un amalgame entre le nouveau en tant que localité avec des formes de pouvoir étatique, et l’ancien en tant que local comprenant des formes urbaines in situ. Cela se traduit en un découpage binaire dialectique, dont la hiérarchie implicite permet une production continue d’obsolescence locale, combinée à une compulsion à renouveler ce qui serait devenu obsolète. Comment en est-on arrivé là ?

  • 15 La nomenclature administrative renforce la logique de recouvrement : avant 2004, les quartiers repr (...)
  • 16 Les infrastructures de transport reliant ces zones périurbaines à la ZES ont été achevées au milieu (...)
  • 17 Ainsi nommées parce que l’on pouvait se serrer la main d’un côté à l’autre d’une ruelle en se pench (...)

17Au cours des années 1980, les villages de Bao’an détenaient toujours des droits traditionnels sur leurs terres, créant des entreprises le long de la nouvelle localité mais pas à l’intérieur. On citera l’exemple de Caiwuwei, situé à côté de Dongmen, qui a construit des parcs industriels villageois, profitant de son accès au port de Hong Kong via le poste de contrôle de Wenjingdu à Luohu. Cependant, à partir des années 1990, les terres locales ont été incorporées dans l’appareil urbain en tant que quartiers (juweihui 居委會) ou villages (cun 村), ce qui correspondait respectivement à une localité ou au local15. Dans le cadre de l’appareil urbain, les habitants des terres inexploitées de Caiwuwei ont été expropriés par le gouvernement en vue d’un futur projet de développement mené par l’État tandis que les villageois recevaient le hukou de Shenzhen, faisant d’eux des citoyens à part entière de la nouvelle ville. Le village tel que défini dans l’aire culturelle locale n’existait plus, il était devenu une société par actions (stock-holding company). En compensation de la perte de leurs terres, les villageois ont été autorisés à construire des logements sur des parcelles de propriété (zhaijidi 宅基地) où ils ont commencé par bâtir des maisons familiales, avant de rapidement les démolir pour ériger des immeubles qu’ils ont loués à des migrants ruraux et urbains. Des villages plus importants situés dans des zones périurbaines dotées d’infrastructures de transport comme Buji, Xixiang, Fuyong et Shajing ont construit des parcs industriels villageois devenus au milieu des années 1990 les sites clés d’une industrie à forte intensité de main-d’œuvre16. Les villageois ont appelé les formes urbaines qui en ont résulté des « nouveaux villages » (xincun 新村), tandis que les urbanistes emploient de plus en plus le terme de « villages intra-urbains » (chengzhongcun 城中村) (Na 2014). À la fin des années 1990, tandis que Luohu-Shangbu se gentrifiait et que l’industrie manufacturière se voyait repoussée hors du centre-ville, les villageois de Nanshan, de Yantian et des quartiers extérieurs ont peu à peu entassé autant de bâtiments que possible sur leurs parcelles, produisant ainsi des constructions très serrées dites « bâtiments à portée de poignée de main » (woshoulou 握手樓) 17. Shenzhen en est venu à dépendre de ces villages urbains qui abritaient jusqu’à 50 % de la population sur seulement 4 % des terres (O’Donnell, Wong et Bach 2017 ; Du 2020b). Les villages urbains (en particulier Luohu et Futian) sont devenus des lieux de tri des migrants à la recherche d’une citoyenneté urbaine par l’obtention d’un hukou de Shenzhen, notamment durant les premières décennies de la ville : ceux qui ont été capables de se servir du village comme d’un tremplin vers la localité sont devenus des « Shenzhenais », tandis que ceux qui sont restés dans les villages ont maintenu leur position résiduelle (Bach 2010).

18Ces pratiques initiales de recouvrement de Bao’an ont engendré de nouvelles formes d’identité urbaine qui ont redéployé le statut local et le statut au sein de la localité à travers les corps. Dans la hiérarchie sociale émergente de la nouvelle ville, les Shenzhenais étaient les migrants qui avaient acquis le hukou urbain grâce à leur emploi, tandis que les habitants d’origine étaient reconnus comme locaux au sens large de toute personne originaire du district de Bao’an. En d’autres termes, l’intégration de Bao’an à Shenzhen a engendré un système dans lequel le statut individuel ne dépend plus du lieu de naissance, mais de la place occupée dans la bureaucratie nationale. Jusque dans les années 1990, un hukou de la ZES ne pouvait être obtenu qu’à travers une mutation au sein des bureaux et entreprises de l’appareil étatique. Toutefois, à mesure que le secteur de l’immobilier se développait, un hukou de Shenzhen s’achetait en même temps qu’une propriété située dans une zone déterminée. Après 2005, avec la désindustrialisation de la ville et l’élargissement des opportunités dans le domaine de l’enseignement supérieur, les universités ont progressivement permis aux personnes venues de l’extérieur d’obtenir un hukou de Shenzhen au sortir de leurs études.

  • 18 James C. Scott (1999) aborde les tragiques conséquences de ces plans bien intentionnés et très mode (...)

19Ainsi, pour comprendre comment Shenzhen recouvre constamment du nouveau, il nous faut prêter attention à un paradoxe fondamental de cette ville en tant que lieu : on habite la ville à travers des sites « locaux » in situ qui n’ont aucun statut légal en tant que tel au sein de l’appareil municipal. Cette contradiction est très clairement incarnée par les villageois autochtones qui ont reçu leur hukou par le biais de propriétés foncières traditionnelles restructurées en quartiers urbains au sein du gouvernement municipal, vivant ainsi sur leurs terres historiques sans droits fonciers historiques. Cependant, la contradiction entre les revendications locales et l’autorité de la localité se répercute également dans les débats houleux de la ville à propos de rénovation urbaine, lorsque des Shenzhenais différemment implantés rivalisent pour recouvrer des quartiers déclarés obsolètes. Les villageois, les urbanistes et les promoteurs, ainsi que les Shenzhenais de la seconde génération et les jeunes migrants légitiment chacun à leur manière leur droit de recouvrer des quartiers en se fondant sur des critères tels que le lieu de naissance, le nombre d’années d’occupation, le savoir, les sentiments et l’histoire locale. De telles revendications, exprimées par la rhétorique de l’« appartenance » (guishugan 归属感), sont fondées sur la valeur attribuée à l’occupation à long terme ; vivre dans un quartier, y scolariser son enfant et se marier – ces pratiques quotidiennes fixent les migrants qui en arrivent (comme les autochtones) à s’attacher à des lieux spécifiques. Néanmoins, dans tous les projets de rénovation, l’appareil municipal conserve en dernier ressort l’autorité sur ces lieux qui n’existent pas en eux-mêmes, mais en tant que catégories au sein de la localité. L’obsolescence du local à Shenzhen et l’autorité déployée par l’État pour recouvrer les quartiers urbains à travers les nouvelles localités ne découlent pas d’une obsolescence matérielle, mais de la planification ; un quartier local devient obsolète dès lors qu’un nouveau plan municipal, provincial ou national entre en jeu. La mise en œuvre du plan sur le terrain peut prendre une décennie, pendant laquelle l’environnement physique peut prospérer, voire devenir un quartier urbain dynamique. Mais, à de rares exceptions près, une fois qu’une zone est rendue obsolète pour la localité, elle peut être matériellement récupérée malgré sa valeur locale18.

Conclusion : le nouveau local

  • 19 Les sept villages urbains se trouvent à Luohu (Wutong AI Ecological Town), Nanshan (Nantou Ancient (...)

20Ces dernières années, des groupes se sont constitués à Shenzhen pour préserver des bâtiments de l’époque Qing dans des villages voués à la démolition et pour conserver le dynamisme des villages urbains dans les nouvelles planifications. En outre, la ville a reconnu que le statut administratif était nécessaire mais insuffisant pour créer un sentiment d’appartenance à la ville, annonçant des plans de « revitalisation » de sept villages urbains19. Ces « nouvelles » formes du local à Shenzhen intègrent des rénovations visant à améliorer et à moderniser les infrastructures des villages urbains (comme à Tianmian), des démolitions et remplacements (comme à Baishizhou), de l’urbanisme expérimental (par exemple à travers le cabinet d’architecture Urbanus), une préservation historique sélective (comme à Hubei) et des affirmations d’ordre identitaire à travers des portes, des temples et des musées (comme à Xiasha) (voir, entre autres, Mackinnon 2016 ; O’Donnell 2019). Sans doute parce qu’ils sont menacés de disparition depuis des décennies, les villages apparaissent plus que jamais comme les gardiens du lien de la ville avec ses multiples passés et ses populations diasporiques. C’est un élément central du cycle de production de l’obsolescence et de redéploiement de ses traces afin de créer du nouveau ; comme l’écrit Marilyn Ivy, « l’effacement n’est jamais autorisé à véritablement disparaître, il est maintenu en suspens… au bord de l’absence » (1995 : 242-3). Les villages, toujours en voie de disparition sans jamais complètement disparaître, renferment à la fois les secrets angoissants d’une altérité moderne et la concrétisation de nouvelles formes de marchandisation et de circulation dans les économies de marché.

21D’après l’histoire ébauchée dans cet essai, on pourrait affirmer que les Shenzhenais d’aujourd’hui (c’est-à-dire principalement les migrants cols blancs détenteurs d’un hukou) sont désormais considérés comme des « locaux », que les autochtones ont été dévalués au « statut de visiteurs » tandis que les travailleurs migrants sont les nouveaux « gens des bateaux » qui ne peuvent pas transférer leur hukou dans cette ville. Cependant, contrairement au statut à Bao’an qui s’accompagnait de droits sur l’environnement physique (même les « gens des bateaux » avaient des droits reconnus sur l’eau), au sein de l’aire culturelle de Shenzhen, le statut et le droit de résidence sont en fin de compte définis en fonction de catégories administratives changeantes. Pour le dire plus crûment, à mesure que l’État se restructure, il engendre de nouvelles formes de localités qui à leur tour « autochtonisent » les anciennes implantations et leurs résidents, justifiant les démolitions et reconstructions associées à l’urbanisation de Shenzhen depuis « le coup d’envoi de la politique de réforme et d’ouverture ». En tant que telles, ces localités peuvent être ajustées sans que les questions du « monde réel » telles que la relocalisation, la santé écologique et l’appartenance affective aux lieux ne soient abordées.

22C’est ainsi qu’à Shenzhen, être « local » est de plus en plus une question de place occupée dans la bureaucratie nationale plutôt que de lien inaliénable avec un lieu historique. Quatre décennies après la fondation de Shenzhen, nous voyons la ville poursuivre sa légendaire expansion avec de nouvelles localités ; en témoigne la « Net City » du géant de la technologie Tencent, qui devrait être achevée d’ici 2027, l’un des nombreux projets majeurs de nouvelles villes dans la cité, comptant également la Shenzhen Bay Headquarters City et la Qianhai Free Trade Zone, toutes construites sur des terres récupérées sur la mer. Sans doute ces sites diffèrent-ils des localités désormais classiques de Shenzhen, comme Dongmen ou Shangbu, qui sont issues des aires culturelles de Bao’an. Cependant, la logique déclamatoire du nouveau tient bon : lorsque la zone pilote de coopération Shenzhen-Hong Kong de Qianhai a été créée en 2010, une (nouvelle) zone spéciale a été recouvrée au sein de l’(ancienne) zone spéciale. Une décennie plus tard, les quartiers périphériques sont devenus les zones de la ville qui se développent le plus rapidement, tandis que la zone de coopération de Qianhai est désormais une localité importante de la GBA. Ainsi, de même que les villages de Bao’an ont été transformés en localités par rapport à la municipalité de Shenzhen, la ville de Shenzhen, dans le contexte de la GBA, a été transformée en localité par rapport à la province du Guangdong, ce qui la rend susceptible d’être recouvrée – et donc renouvelée – par des échelons supérieurs du gouvernement. D’un point de vue analytique, cela fait partie de la production cyclique d’obsolescence et de rénovation étudiée dans cet essai. Pourtant, au plus près du terrain, ce phénomène a fait émerger des questions sur les limites de la logique performative du recouvrement du nouveau : comment la localité peut-elle être durable en tant que forme sociale lorsque son succès est fondé sur la production continue de l’obsolescence locale ? En d’autres termes, jusqu’où la localité de Shenzhen peut-elle s’étendre sans briser les communautés et les personnes qui assurent son fonctionnement ?

Haut de page

Bibliographie

ANAGNOST, Ann. 1997. National Past-Times: Narrative, Representation, and Power in Modern China. Durham : Duke University Press.

BACH, Jonathan. 2010. « “They Come in Peasants and Leave Citizens”: Urban Villages and the Making of Shenzhen, China ». Cultural Anthropology 25 (3) : 421-58.

DU, Juan. 2020a. « Shenzhen’s Urban Villages: A Micro-political Tale from China’s Mega-City ». In Sascha DELZ, Rainer HEHL, et Patricia VENTURA (éds.), Housing the Co-op: A Micropolitical Manifesto. Berlin : Ruby Press. 165-76.

———. 2020b. The Shenzhen Experiment: The Story of China’s Instant City. Cambridge : Harvard University Press.

FAURE, David, et Helen SIU (éds.). 1995. Down to Earth: The Territorial Bond in South China. Stanford : Stanford University Press.

FU, Na. 2014. The Participatory Process of the Urban Village Redevelopment: Case Study in Shenzhen, China. Mémoire de Master. Texas : Community and Regional Planning, the University of Texas at Austin.

HASE, Patrick H. 1993. « Eastern Peace: Sha Tau Kok Market in 1925 ». Journal of the Hong Kong Branch of the Royal Asiatic Society 33 : 147-202.

IVY, Marilyn. 1995. Discourses of the Vanishing: Modernity, Phantasm, Japan. Chicago : University of Chicago Press.

MACKINNON, Eli. 2016. « The Twilight of Shenzhen’s Great Urban Village ». Foreign Policy Online, 16 septembre 2016. https://foreignpolicy.com/2016/09/16/china-demolition-economy-the-twilight-of-shenzhens-great-urban-village-baishizhou/ (consulté le 3 juin 2020).

O’DONNELL, Mary Ann. 2019. «  Heart of Shenzhen: The Movement to Preserve “Ancient” Hubei Village ». In Anastasia LOUKAITOU-SIDERIS, et Tridib BANERJEE (éds.), The New Companion to Urban Design. Londres : Routledge. 480-93.

O’DONNELL, Mary Ann, et Yan WAN. 2016. « Shen Kong: Cui Bono ». In Joshua BOLCHOVER, et Peter HASDELL (éds.), Border Ecologies: Hong Kong’s Mainland Frontier. Bâle : Birkhauser. 34-47.

O’DONNELL, Mary Ann, Winnie WONG, et Jonathan BACH (éds.). 2017. Learning from Shenzhen: China’s Post-Mao Experiment from Experiment to Model City. Chicago : University of Chicago Press.

SCOTT, James C. 1999. Seeing Like a State: How Certain Schemes to Improve the Human Condition Have Failed. New Haven : Yale University Press.

Haut de page

Notes

1 D’après les fameuses paroles « 沒有共產黨就沒有新中國 » (Meiyou gongchandang jiu meiyou xin Zhongguo).

2 Le texte original mobilise le verbe « to reclaim » (recouvrer) dans le double sens de « créer une étendue artificielle de terre sur la mer » et de « récupérer » du nouveau en s’appropriant l’ancien ou le local (note de la traductrice).

3 On définit les bendiren (本地人) par opposition aux waidiren (外地人), personnes venues de l’extérieur. Zhongyang et difang sont tous deux incarnés par des bureaucrates qui peuvent avoir ou non des liens avec le local (bendi).

4 Le hukou fait référence au système d’enregistrement des ménages datant de 1958 qui distingue les populations urbaines et rurales.

5 Sur la notion d’identités « transvalorisées » (transvalued identities), voir Anagnost (1997).

6 O’Donnell et Wan (2016) mettent la gouvernance de la seconde ligne en lien avec la gestion de la frontière entre Shenzhen et Hong Kong.

7 Les « gens des bateaux » ne disposaient pas de droits fonciers mais accostaient dans les baies et commerçaient avec les villages des environs.

8 Les villages punti remontent à l’époque des Song du Sud, vers 1200 de notre ère. Les Cantonais et les Hakkas sont tous deux considérés comme les peuples autochtones de Shenzhen. Nous donnons ici les transcriptions cantonaise et hakka lorsque nous nous référons à l’aire culturelle locale et le pinyin mandarin, devenu dans les années 1990 la langue véhiculaire de la ville, lorsqu’il est question de la localité.

9 Le décret d’évacuation du littoral a été abrogé en 1683.

10 Sur les hiérarchies ethniques à l’époque des Ming et des Qing au Guangdong, voir Faure et Siu (1995).

11 L’expression改革開放的第一炮 (gaige kaifang de diyi pao) est apparue au musée de Shekou sur la politique de réforme et d’ouverture et dans les médias chinois.

12 La forme la plus courante de recouvrement des terres sur la mer durant les deux premières décennies de la ZES.

13 Le port possède des terminaux à Yantian, Qianhai et Shekou.

14 L’absorption au sein de l’appareil urbain des zones rurales situées à l’intérieur de la deuxième ligne a eu lieu entre 1992 et 1996.

15 La nomenclature administrative renforce la logique de recouvrement : avant 2004, les quartiers représentaient le plus bas niveau de gouvernance urbaine et les villages le plus bas niveau de gouvernance rurale. Lorsque Shenzhen est devenu une ville sans villages, les quartiers et les villages ont été restructurés en communautés de quartier (shequ 社區), formellement équivalentes au sein de la localité, mais ayant accès à des ressources in situ historiquement différentes.

16 Les infrastructures de transport reliant ces zones périurbaines à la ZES ont été achevées au milieu des années 1980.

17 Ainsi nommées parce que l’on pouvait se serrer la main d’un côté à l’autre d’une ruelle en se penchant par la fenêtre.

18 James C. Scott (1999) aborde les tragiques conséquences de ces plans bien intentionnés et très modernistes que poursuivent des gouvernements centralisés sans tenir compte de la situation locale.

19 Les sept villages urbains se trouvent à Luohu (Wutong AI Ecological Town), Nanshan (Nantou Ancient City), Bao’an (Qingping Ancient Marketplace), Longhua (Guanlan Ancient Market), Longgang (Gankeng Hakka Town), et Dapeng New District (Dapeng Fortress and Nan’ao Market). Voir « 深圳這7個城中村即將驚艷“蝶變”開啟“有機更新”探索 » (Shenzhen zhe 7 ge chengzhongcun jijiang jingyan « diebian » kaiqi « youji gengxin » tansuo, Les sept superbes villages urbains seront bientôt en « rénovation organique »), Shenzhen xinwen wang (深圳新聞網), 28 octobre 2019, http://www.sznews.com/news/content/2019-10/28/content_22577398.htm (consulté le 21 avril 2020).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation des foyers cantonais et hakka dans les provinces du Guangdong, du Fujian et du Jiangxi
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/12530/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 2. Carte de l’aire culturelle de Shenzhen
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/12530/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Titre Figure 3. Plan général de la zone industrielle de la China Merchants Shekou datant d’avril 1980, exposé au musée de la politique de réforme et d’ouverture de Shekou
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/12530/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mary Ann O’Donnell et Jonathan Bach, « Recouvrer le nouveau, réinventer le local : les 40 ans de Shenzhen »Perspectives chinoises, 2021/2 | 2021, 77-82.

Référence électronique

Mary Ann O’Donnell et Jonathan Bach, « Recouvrer le nouveau, réinventer le local : les 40 ans de Shenzhen »Perspectives chinoises [En ligne], 2021/2 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/12530

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search