Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2021/2Comptes rendus de lecturesFANG, Qiang, et Xiaobing LI (éds....

Comptes rendus de lectures

FANG, Qiang, et Xiaobing LI (éds.). 2019. Corruption and Anticorruption in Modern China. Lanham : Lexington Books.

Carolin Kautz
Traduction de Sébastien Roussillat.
p. 84-85

Texte intégral

1Depuis le lancement d’une campagne anticorruption de grande envergure par Xi Jinping après son arrivée au pouvoir fin 2012, la corruption et les efforts pour la combattre sont devenus un sujet proéminent des recherches consacrées à la Chine. Les publications de plus en plus nombreuses sur la campagne de Xi Jinping adoptent majoritairement deux grilles de lecture. Dans la première, les auteurs analysent la campagne comme une lutte de pouvoir et un moyen pour Xi d’accroître son emprise personnelle. Dans la seconde, les chercheurs la voient comme une façon de faire face à un danger menaçant le Parti communiste chinois (PCC), qui connaît un processus de réinvention et de renforcement de ses capacités de gouvernance. Ce volume coédité par Fang Qiang et Li Xiaobing contribue au débat académique grandissant sur la corruption en Chine tout en s’éloignant de ces deux orientations principales de la littérature.

2Cet ouvrage collectif comprend 15 chapitres (incluant l’introduction et la conclusion) et est organisé en quatre parties. Parmi ces quatre parties, seule la dernière, intitulée « Nouveau siècle, nouveau combat » traite de développements directement liés à la campagne anticorruption de Xi Jinping. Les trois autres parties, « Pouvoir centralisé et autoritarisme », « Partis politiques et légitimité », et « Gouvernements, individus et conflits d’intérêts », contiennent des chapitres librement regroupés sous ces titres présentant des études de cas issus de différentes périodes de l’histoire chinoise. La diversité historique de ces études s’étend des dynasties Han et Tang (chapitre 10) à la dynastie Qing (chapitre 1) jusqu’à la période républicaine (chapitres 2, 3 et 4) et couvre également la République populaire maoïste (chapitre 5), et la Chine post-maoïste (chapitres 6, 7, 8, 9, 11, 12 et 13). Cette approche, qui couvre une longue période et traite de la corruption à travers l’histoire chinoise, distingue cet ouvrage de la plupart des autres publications sur le sujet, qui se concentrent généralement sur une seule période. Les études sur le sujet en République populaire de Chine (RPC) se focalisent souvent uniquement sur la période post-maoïste sans considérer les premiers développements de la Chine maoïste. C’est particulièrement le cas des publications récentes apparues après le lancement de la campagne anticorruption de Xi. Les éditeurs de cet ouvrage considèrent au contraire que « la corruption en tant qu’activité anormale et/ou illicite possède une longue histoire en Chine et [que] de nombreux gouvernants, depuis au moins la dynastie Han jusqu’à la RPC, ont lancé de multiples campagnes contre la corruption » (p. xii).

3Certains chapitres fondés sur des matériaux de première main récemment déclassifiés offrent des contributions intéressantes aux débats académiques actuels. C’est le cas du chapitre 2 qui s’appuie sur les carnets de Yuan Shikai pour analyser sa contribution à la lutte contre la corruption durant les débuts de la Chine républicaine. De plus, les auteurs affirment en quoi leurs origines personnelles, culturelles et familiales étroitement liées à la Chine les placent dans une meilleure position pour étudier la corruption. Les éditeurs soutiennent qu’« un tel sentiment national et interculturel peut rarement être trouvé parmi les chercheurs qui font seulement de l’étude de la Chine une carrière ou un centre d’intérêt » (p. xvii). Malgré cela, la manière dont cette perspective différente distinguerait leur travail de celui d’autres chercheurs reste assez peu évidente. Enfin, pour les éditeurs, l’enracinement des débats chinois sur la corruption dans des perspectives internationales serait la quatrième contribution originale de ce livre. C’est ce qu’ils font – bien que brièvement – dans le chapitre de conclusion, dans lequel ils comparent la corruption en Chine et aux États-Unis. Ils concluent que si la corruption est un problème mondial, un État démocratique sous le régime de l’État de droit est mieux équipé pour le traiter. Ils recommandent ainsi des réformes juridiques et politiques pour lutter avec plus de succès contre la corruption en Chine.

4Si l’on considère la contribution générale de cet ouvrage aux débats actuels sur la corruption en Chine, deux aspects ressortent. Le premier est en effet l’ample approche historique adoptée pour analyser la corruption à différentes époques de l’histoire de Chine. Une telle approche comparée est importante, car elle permet de dépasser les arguments normatifs fondés sur une supposée incompatibilité culturelle. L’ouvrage brille également par ses études de cas très spécifiques qui se concentrent par exemple sur le rôle de la corruption dans la chute du Guomindang 國民黨 en Chine continentale (chapitres 3 et 4), les cas de corruption au début de la RPC (chapitre 5) ou la manière dont la corruption apparaît dans les chansons populaires (minyao 民謠) qui circulent au sein du public chinois (chapitre 9). Ces diverses études de cas présentent de nouvelles données intéressantes sur la corruption et la lutte contre celle-ci à travers les âges.

5Toutefois, l’ampleur historique et la spécificité des études de cas constituent dans le même temps le principal défaut de l’ouvrage. Étant donné l’angle extrêmement large qu’il adopte, le livre manque d’un cadre analytique plus général qui lierait les chapitres et leur permettrait d’interagir entre eux au niveau conceptuel. L’une des raisons de ce problème tient au fait qu’aucune définition commune de la corruption n’est utilisée. Tandis que dans l’introduction, les éditeurs se réfèrent au travail de Lü Xiaobo (2000) et déclarent que « toute activité, aussi anodine soit-elle, peut être qualifiée de corruption du moment qu’elle contrevient aux normes et lois existantes » (p. xii), Yang Zhiguo (chapitre 5) se réfère à la définition de la corruption comme « l’usage d’un office public dans un intérêt privé » (p. 134). Au contraire, Hou Xiaojia (chapitre 6) identifie une « variété de formes de corruption politique » (p. 156), dont l’une est « la tendance systématique du PCC à prendre des décisions arbitraires sans se soucier des coutumes locales » (ibid.). Alors que toutes ces activités peuvent à l’évidence se résumer à la violation des normes et lois existantes, cette variété de définitions et le fait qu’elles ne soient pas explicitement détaillées posent un défi analytique. C’est pourquoi l’amplitude de la période historique traitée et la spécificité des études de cas – malgré tout intéressantes d’un point de vue empirique et descriptif – font en réalité obstacle à la cohérence analytique et donnent l’impression que les chapitres sont assez déconnectés.

6Ainsi, ce livre est une bonne référence pour les historiens et les chercheurs en sociologie intéressés par une large perspective sur la corruption en Chine et de nouvelles données empiriques d’époques différentes. Il peut offrir un point de départ pour des recherches plus poussées sur la corruption à travers l’histoire chinoise. Toutefois, pour s’engager dans des comparaisons plus réfléchies, une telle recherche aurait besoin de penser le problème de la corruption de manière plus conceptuelle.

Haut de page

Bibliographie

LÜ, Xiaobo. 2000. Cadres and Corruption: The Organizational Involution of the Chinese Communist Party. Stanford : Stanford University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carolin Kautz, « FANG, Qiang, et Xiaobing LI (éds.). 2019. Corruption and Anticorruption in Modern China. Lanham : Lexington Books. »Perspectives chinoises, 2021/2 | 2021, 84-85.

Référence électronique

Carolin Kautz, « FANG, Qiang, et Xiaobing LI (éds.). 2019. Corruption and Anticorruption in Modern China. Lanham : Lexington Books. »Perspectives chinoises [En ligne], 2021/2 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/12590

Haut de page

Auteur

Carolin Kautz

Carolin Kautz (M.A.) est chargée d’enseignement et chercheuse au département des études est-asiatiques de l’Université de Göttingen. Georg-August University Goettingen, Department of East Asian Studies, Heinrich-Dueker-Weg 14, 37073 Göttingen, Allemagne (carolin.kautz@phil.uni-goettingen.de).

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search