Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2021/2Comptes rendus de lecturesLING, Minhua. 2019. The Inconveni...

Comptes rendus de lectures

LING, Minhua. 2019. The Inconvenient Generation: Migrant Youth Coming of Age on Shanghai’s Edge. Stanford : Stanford University Press.

Camille Salgues
p. 85-86

Texte intégral

1The Inconvenient Generation fait le portrait des enfants de migrants internes (nongmingong 農民工) entre leurs études secondaires et le début de la vie active. Objet de nombreuses inquiétudes, cette seconde génération n’avait pas encore donné lieu à une étude approfondie et l’ouvrage vient donc combler une lacune importante. Méthodologiquement, l’accès aux enquêtés a été permis par deux entrées, un collège à Pudong et une ONG à Shanghai. Cependant, si l’école entre directement dans le périmètre de l’observation, on ne saura rien de ce qui se passe dans l’ONG, malgré l’importance évidente qu’elle prend dans la vie de plusieurs enquêtés – un choix qui aurait au moins mérité d’être explicité et discuté. L’ouvrage est constitué de sept chapitres offrant un tour d’horizon très large : habitat, démographie, enseignement secondaire, écoles professionnelles où sont canalisés ces jeunes migrants, choix problématique de partir pour la province d’origine des parents y poursuivre leurs études, pratiques de consommation, et enfin difficultés s’ils veulent rester à Shanghai. Il faut saluer également les annexes, claires et utiles (parcours biographique des enquêtés, chronologie, glossaire des termes chinois et index).

2Ce qui frappe à la lecture, c’est l’ampleur de l’investigation, dans le temps (les contacts, prolongés pendant dix ans, permettant un suivi biographique exceptionnel des enquêtés) et dans l’espace social. Un riche matériau est mobilisé : scènes ethnographiques (comme celle, remarquable, où l’auteure donne à voir la construction de la disqualification scolaire, p. 81), photos, discussions de groupe ou encore controverses publiques (p. 61). Pour intégrer ces matériaux, des pans très divers de la littérature scientifique sont sollicités, allant des débats urbanistiques sur l’appropriation populaire de la ville (p. 41, 53), à la sociologie du travail en Chine et sa critique de l’exploitation étudiante (p. 183), en passant par les luttes sociales autour du planning familial (p. 59). L’auteure décrit avec justesse ces enfants de la « seconde génération » comme occupant une position « liminale » (p. 12), dans un entre-deux où s’élaborent de « nouvelles subjectivités » (p. 203) à mi-chemin entre les grandes enseignes de la consommation la plus clinquante et les ateliers de l’exploitation la plus dure. Ainsi, l’ouvrage n’est pas seulement incontournable pour qui s’intéresse aux nongmingong ou à la jeunesse chinoise. Il peut se lire comme une fresque de la Chine contemporaine, tant il éclaire l’ensemble de la société et ses transformations, ce que l’on pourrait rapprocher des analyses en France de Sayad (1991) sur l’immigration comme « fait social total ».

3En introduction, la mise en perspective de la « politique de la citoyenneté » chinoise avec la situation ailleurs – avec, en écho, la discussion d’un « droit à la ville » (Harvey) qui se fait toujours en réalité au profit d’une population et aux dépens d’une autre (p. 199) –, représente un moment fort du livre (p. 10). Cependant, cette problématique est aussitôt rabattue sur une autre, bien connue dans les études chinoises à travers des travaux comme ceux de Solinger (1999) ou, en France, de Froissart (2013) : celle de dispositifs étatiques d’un pouvoir chinois répressif et de discours qui convergent pour opprimer et stigmatiser les nongmingong. On pourrait dire de cette trame narrative, plus ou moins présente selon les chapitres, ce que Greenhalgh (2010 : 2) disait d’une autre « master narrative » concernant l’État chinois (celle, cette fois, de l’imposition de la politique de l’enfant unique à la population) : pas nécessairement fausse, elle n’est ni la seule vraie ni la plus intéressante. Surtout, parce que cette trame narrative fixe tient pour acquise la construction discursive du migrant comme « the inferior Other » (p. 56) – un thème présent tout au long de l’ouvrage sans jamais constituer directement l’objet de la recherche –, elle semble considérer comme nuls et sans effets les changements de discours dans les médias chinois entre l’époque où le « flot » des migrations était à peine toléré et l’âge actuel de l’« inclusion segmentée » (p. 9), pour reprendre les catégories chronologiques fort utiles de l’auteure. Comme si la mise en scène compassionnelle de nongmingong méritants et souffrants, omniprésente dans les médias à l’époque où l’auteure faisait son terrain, n’était qu’un leurre et que seules les formes ouvertes de rejets et de mépris qui, assurément, persistent aussi, disaient la vérité du discours chinois.

4Dans le dernier chapitre, l’auteure relate ainsi une scène intrigante (p. 195) : Jiawen, un enquêté, raconte à d’autres jeunes migrants son passage à une émission de téléréalité. On lui a conseillé de dire, pour attirer la sympathie des spectateurs – « en pleurant et en souriant à la fois » – que sa famille travaillait terriblement dur dans l’espoir d’acheter un appartement à Shanghai pour que les deux enfants puissent y continuer leur scolarité. Lui ne se reconnaît pas dans ce scénario misérabiliste, mais « ça ne fait rien, lui dit le réalisateur, tu n’as pas besoin de le croire, juste de le dire » – ce sur quoi Jiawen et les autres jeunes migrants à qui il raconte l’histoire éclatent de rire. L’auteure entend seulement dans ce rire la confirmation de l’impossibilité d’acquérir un appartement à Shanghai. Elle ne perçoit pas la proximité troublante entre le récit imaginé par le réalisateur et tourné en dérision par Jiawen et le récit qu’elle propose elle-même juste après : la lutte de Jiawen pour vivre à Shanghai, sa mère qui a travaillé dur pour acheter une maison dans leur village natal, les restrictions qu’il doit s’imposer afin de permettre à son frère cadet de continuer ses études, l’appartement, donc, qu’ils ne pourront jamais acheter dans cette ville (p. 195-6). De fait, les questions que cette proximité entre les deux discours soulève ne trouvent pas leur place dans la trame narrative de l’oppression des migrants. Cette trame ne cesse en effet de réactiver un partage implicite, concernant les nongmingong, entre, d’un côté, le savoir – les sciences sociales, incarnées par une bibliographie anglophone à 95 % – et, de l’autre, le discours – mélange de manipulation et de préjugés, porté par les médias et le public chinois. Mais ce partage est impossible à tenir : on retrouve parfois les mêmes sentiments, les mêmes idées, voire les mêmes auteurs d’un côté et de l’autre. Et on ne peut s’empêcher de se demander si l’enquêtrice n’aurait pu étendre son regard, dans un geste réflexif, à cette master narrative des migrants opprimés qui lui vient de loin. L’analyse n’y aurait sans doute rien perdu de ses qualités – son ambition, sa richesse ou même sa force politique.

Haut de page

Bibliographie

FROISSART, Chloé. 2013. La Chine et ses migrants : la conquête d’une citoyenneté. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

GREENHALGH, Susan. 2010. Cultivating Global Citizens: Population in the Rise of China. Cambridge : Harvard University Press.

SAYAD, Abdelmalek. 1991. L’immigration ou les paradoxes de l’altérité. Bruxelles : De Boeck-Wesmael.

SOLINGER, Dorothy J. 1999. Contesting Citizenship in Urban China: Peasant Migrants, the State, and the Logic of the Market. Berkeley : University of California Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Salgues, « LING, Minhua. 2019. The Inconvenient Generation: Migrant Youth Coming of Age on Shanghai’s Edge. Stanford : Stanford University Press. »Perspectives chinoises, 2021/2 | 2021, 85-86.

Référence électronique

Camille Salgues, « LING, Minhua. 2019. The Inconvenient Generation: Migrant Youth Coming of Age on Shanghai’s Edge. Stanford : Stanford University Press. »Perspectives chinoises [En ligne], 2021/2 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 25 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/12605

Haut de page

Auteur

Camille Salgues

Camille Salgues est postdoctorant en géographie à l’Université normale de Chine du sud, 510006 Guangzhou, Chine (camillesalgues@hotmail.com).

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search