Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2022/1DossierConscience générationnelle et mob...

Dossier

Conscience générationnelle et mobilisation politique des jeunes à Taïwan

Tanguy Lepesant
p. 59-70

Résumé

Cet article apporte une contribution à la réflexion théorique sur la notion de génération appliquée à l’étude de la jeunesse à Taïwan. Partant de la polysémie de ce concept qui reste problématique pour les sciences sociales depuis le 19e siècle, il montre qu’au-delà de la simple cohorte démographique, les jeunes nés dans les années 1980 et 1990 forment une nouvelle génération « effective », au sens de Karl Mannheim, c’est-à-dire caractérisée par des traits distinctifs objectivables et une conscience générationnelle qui l’oppose à ses aînés. Il s’attache aussi à expliquer le processus de formation de cette conscience générationnelle et ses implications en matière de mobilisation politique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 14 juillet 2021. Accepté le 14 février 2022.

Texte intégral

Introduction

1La sphère médiatique taïwanaise regorge de commentaires et d’analyses ayant progressivement imposé comme une évidence l’existence d’une jeune génération séparée des plus âgés par un fossé grandissant sur le plan des valeurs, des dynamiques identitaires et des comportements politiques. Cependant, il existe un flou persistant sur la réalité sociale recouverte par l’emploi médiatique du substantif génération auquel de nombreux qualificatifs sont accolés selon les articles et les auteurs pourtant tous censés parler des jeunes taïwanais. Ces derniers sont alternativement assimilés à la fragilité des fraises ou regroupés sous les appellations de génération « petits bonheurs » (xiao quexing 小確幸), « pauvre » (qing pin 青貧), « en colère » (fennu 憤怒), « naturellement indépendantistes » (tianrandu 天然獨), « tournesols » (taiyanghua 太陽花), ou encore « millenium » (qianxi 千禧).

2En comparaison, les chercheurs travaillant dans une perspective générationnelle sont peu nombreux dans le champ des études taïwanaises. Par exemple, aucune des 170 communications présentées aux deuxième et troisième congrès mondiaux des études taïwanaises (en 2015 et 2018) n’adoptait une approche générationnelle. De même, les travaux consacrés aux mouvements sociaux des années 2010, tout en reconnaissant qu’il s’agit pour l’essentiel de mouvements étudiants, se concentrent sur leur contexte, leurs modes d’organisation et leurs conséquences sociales, mais, étonnamment, ne s’interrogent pas sur la pertinence d’une perspective générationnelle dans l’explication de cette vague de mobilisations sociales. Les interventions du colloque « Mouvements étudiants et justice sociale » (Xuesheng yundong yu shehui zhengyi 學生運動與社會正義) organisé par l’Institut de sociologie de l’Academia Sinica les 29 et 30 mai 2015, et les contributions à l’ouvrage Taiwan’s Social Movements under Ma Ying-jeou (Fell 2017) en sont deux exemples.

3Enfin, parmi les chercheurs en études taïwanaises qui y ont recours, la notion de génération fait l’objet de multiples usages. D’une publication à l’autre, celle-ci peut prendre le sens de cohorte démographique (ensemble de personnes nées au même moment), de position dans un lignage familial, ou de génération-cohorte « en soi » caractérisée par des traits distinctifs. De plus, ces travaux font généralement l’économie d’une réflexion critique approfondie sur le concept de génération, à l’exception notable de Hsiau (2021) qui croise les approches historique et sociologique pour analyser l’émergence d’une génération du « retour au réel » dans les années 1970 et de Rigger (2006, 2016) qui tente de délimiter et définir les différentes générations politiques qui coexistent au cours des années 2000 et 2010.

4Cela conduit à la situation paradoxale dans laquelle l’existence d’une jeune génération est entrée dans le sens commun et paraît aller de soi pour l’observateur de la situation politique taïwanaise alors qu’un travail de définition serré est rarement fait pour éviter les écueils générés par la polysémie de ce terme qui, comme le souligne Attias-Donfut (1988), est resté problématique pour les sciences sociales depuis le 19e siècle. Dans un premier temps, cet article souhaite donc revenir sur l’application possible de la notion de génération aux études taïwanaises au travers d’une réflexion critique sur les travaux existants. Après avoir procédé à ce travail, je montrerai comment la jeunesse taïwanaise née à partir des années 1980 est progressivement passée d’une génération-cohorte « en soi » à une génération-cohorte « effective », c’est-à-dire une génération « pour soi » dont les membres sont unis et mobilisés par l’émergence, à partir du début des années 2010, d’une configuration sociale et politique dans laquelle plusieurs espaces de production d’une conscience générationnelle se développent rapidement. Au cours de ce processus, cette génération est passée d’une citoyenneté majoritairement passive à une citoyenneté beaucoup plus active selon deux phases correspondant approximativement aux années 2000 et 2010. Cette dernière partie de l’article est fondée sur 261 entretiens effectués entre 2004 et 2020, ainsi que 11 groupes de réflexion organisés entre 2011 et 2019, et 17 séries d’entretiens menés dans une perspective longitudinale de 2007 à 2020.

Approche configurationnelle des études sur la jeunesse taïwanaise

5Même si nous laissons de côté les nombreux usages de la langue courante et du marketing, il est encore possible d’identifier trois définitions de la génération auxquelles les sciences sociales et les médias ont régulièrement recours (Alwin et McCammon 2007). Dans sa première acception, la notion de génération fait référence à la position occupée par les individus dans un lignage familial. « Nichées dans les familles » et liées par le cycle de vie, les générations servent d’unités de description et d’analyse aux anthropologues qui étudient les relations de parenté et aux chercheurs travaillant sur la famille (ibid. : 221).

6Les individus sont cependant membres à la fois d’une génération au sens familial et d’un groupe de personnes « nées à peu près à la même époque et qui traversent ensemble une même période historique » (Attias-Donfut 1989 : 2). Le terme de génération est alors synonyme de cohorte de naissance. Si une cohorte a été exposée dans sa jeunesse à des événements particulièrement marquants en eux-mêmes et du fait de leurs conséquences (guerre, coup d’État, récession économique, cataclysme, etc.) ou à des changements déstabilisant fortement l’ordre préexistant (démocratisation, nouveau régime économique, révolution technologique, etc.) et si les effets sont durables, on parle alors « d’effet de cohorte ». Une génération-cohorte est ainsi constituée « à l’intersection entre la biographie et l’histoire » vécue par ses membres (Alwin et McCammon 2007 : 226). Elle n’a donc pas de taille standard prédéfinie et peut regrouper des personnes nées sur une période plus ou moins longue. Enfin, elle fait référence à un ensemble de caractéristiques spécifiques objectivables par le travail d’enquête (Ryder 1965 : 845).

7La génération-cohorte ainsi définie peut rester à l’état de potentialités dans le processus historique, ne devenant alors pas un acteur collectif du changement social, ou être « activée » en une « génération effective » qui, selon Mannheim (1968 : 303), n’existe que « là où un lien concret est créé entre les membres d’une génération par leur exposition aux symptômes sociaux et intellectuels d’un processus de déstabilisation dynamique ». Comme le soulignent Alwin et McCammon (2007 : 229-31), c’est avec ce « lien concret » qui unit ses membres, que l’on voit se profiler la troisième définition de la notion de génération, la génération effective, qui ajoute aux caractéristiques de la génération-cohorte une dimension identitaire liée à la formation d’une conscience générationnelle. Ce faisant, on passe de la « génération en soi » dont les caractéristiques peuvent être décrites objectivement, à la « génération pour soi » qui implique la conscience d’un « nous » face à un « eux » sur un plan générationnel. Cette génération effective n’est plus seulement définie par les événements qui bornent la formation d’expériences et de représentations mentales plus spécifiquement caractéristiques d’une cohorte, mais également par un sentiment d’appartenance qui pousse un grand nombre de ses membres à la participation active aux mouvements intellectuels et sociaux de l’époque.

8Les travaux publiés depuis le milieu des années 2000 et portant, au moins en partie, sur la jeunesse taïwanaise contemporaine, adoptent la perspective de la génération-cohorte. Dans leur enquête sur les différences identitaires générationnelles, Chang et Wang (2005 : 35) expliquent ainsi qu’« une génération politique est un groupe de personnes qui partagent des expériences et des souvenirs historiques communs parce qu’elles sont nées durant la même période et ont vécu dans le même environnement économique et social ». Rigger reprend cette définition et opte pour un découpage similaire de la population taïwanaise en quatre générations politiques (2006). Les études plus récentes s’inscrivent également dans cette perspective bien qu’adoptant chacune leurs propres découpages générationnels (Lepesant 2011, 2012 ; Rigger 2016 ; Brading 2017 ; Lin 2017 ; Liu et Li 2017). Trois critiques récurrentes sont cependant adressées à l’usage de la génération-cohorte comme catégorie d’analyse des comportements et des changements sociaux. La première porte sur l’objectivité des critères de leur délimitation, et les deux autres sur la difficulté de distinguer d’une part, un effet de cohorte qui serait essentiellement limité à une génération d’un « effet de période » qui s’étendrait à l’ensemble du corps social, et d’autre part, un effet de cohorte persistant d’un « effet d’âge » éphémère au cours du cycle de vie des personnes concernées.

9Le problème qui se pose d’emblée est la délimitation des générations (Alwin et McCammon 2003). Les travaux portant sur les représentations et les comportements politiques de la jeunesse taïwanaise prennent généralement des dates précises comme bornes générationnelles. Cependant, celles-ci diffèrent d’une enquête à l’autre et leur choix prête le flanc à la première des trois critiques : les générations seraient le fruit de l’arbitraire du chercheur. Les deux premières études identifiant l’apparition d’une quatrième génération politique (Chang et Wang 2005 ; Rigger 2006) considèrent qu’elle comprendrait les personnes nées après 1968, c’est-à-dire ayant au moins 18 ans au moment de la création du Parti démocrate progressiste (PDP). Une décennie plus tard, Liu et Li (2017) reprennent le même découpage pour y ajouter une cinquième génération, née entre 1979 et 1988, et une sixième, née après 1989. La cinquième génération aurait été marquée par la crise des missiles ayant précédé la première élection présidentielle au suffrage universel direct en 1996 et par la première alternance politique avec l’élection de Chen Shui-bian 陳水扁 et la formation d’un gouvernement PDP en 2000. Lin (2017) découpe quant à lui cinq générations politiques et fait débuter la plus jeune avec les personnes nées en 1976 et « ayant atteint l’âge adulte » en 1996, sans préciser pourquoi elle devrait se terminer en 1995, ni pourquoi il estime que la majorité légale fixée à 20 ans par le législateur correspondrait sociologiquement à l’âge adulte. Enfin, Brading (2017 : 134-6), considère qu’il existerait une « génération des milléniaux » dont les représentations et les comportements auraient été façonnés par les conditions globales d’existence de la fin du 20e siècle puisqu’il ne fait absolument pas référence au contexte taïwanais et s’appuie sur la définition adoptée par des chercheurs travaillant sur la participation politique au Royaume-Uni, à savoir : « les jeunes adultes qui ont atteint 21 ans juste avant ou juste après le passage du millénaire ».

10Or, nous l’avons vu, l’apparition d’une nouvelle génération-cohorte est le produit de bouleversements sociaux majeurs ayant marqué les représentations mentales de la jeunesse qui les a vécus. On peut penser qu’il n’est pas possible de procéder à un découpage précis a priori d’une génération-cohorte et que les bornes choisies sont d’abord des hypothèses de travail : avec quelle intensité un bouleversement exerce-t-il une influence sur la jeunesse qui l’a vécu ? Dans le cas d’événements disruptifs majeurs, il est probable que l’impact sera conséquent. Autrement, il faudra mettre en évidence un faisceau convergent de crises d’ampleur moyenne, de petites ruptures, de réformes et d’adaptations partielles qui aboutissent à un changement de configuration sociale plus radical, puis montrer dans quelle mesure ces transformations ont eu des effets sur la socialisation et les représentations mentales.

11C’est dans une optique configurationnelle plus qu’événementielle que je fais donc commencer la génération qualifiée de « post-réformes démocratiques » avec les personnes nées dans les années 1980. Plutôt que la création du PDP (1986) ou la fin de la loi martiale (1987) qui marquent le début du processus de démocratisation, c’est un faisceau convergent de réformes et de changements qui a bouleversé la configuration sociale taïwanaise ainsi que les conditions objectives d’existence et de socialisation des plus jeunes. Par « approche configurationnelle », j’entends, à la suite des travaux d’Elias (1991) la perspective théorique selon laquelle une société n’est pas un agrégat d’individus conçus comme des atomes isolés, rationnels, mais un réseau très dense d’interactions et d’interdépendances sociales à l’intérieur duquel chaque être humain est pris dès sa naissance et qui « s’imprègne en lui » (ibid. : 50) sous la forme de représentations mentales et de schèmes d’action incorporés plus ou moins cohérents ou conflictuels selon le degré de complexité et d’hétérogénéité sociales. Comme le rappelle Lahire (2016 : 55-6), cela ne signifie pas que « les intentions ou les volontés sont inexistantes », mais :

12Seulement que les choix, les décisions et les intentions sont des réalités au croisement de contraintes multiples. Ces contraintes sont à la fois internes, faites de l’ensemble des dispositions à croire, voir, sentir, penser, agir, forgées à travers les diverses expériences sociales passées, et externes, car les choix, les décisions et les intentions sont toujours ancrés dans des contextes sociaux [...].

Démocratisation et production d’une nouvelle configuration sociale

13Les bouleversements de la configuration sociale taïwanaise à partir de la fin des années 1980 ont profondément influencé l’ordre de ces contraintes internes et externes. D’un point de vue idéologique et institutionnel, la démocratisation a signifié d’une part la sédentarisation des institutions de la République de Chine recentrées sur Taïwan du fait de l’abandon officiel de l’objectif de reconquête du continent par le Kuomintang (KMT, Parti nationaliste), et d’autre part, la création d’un nouvel environnement intellectuel et symbolique mettant en avant le caractère multiculturel, insulaire et résolument démocratique de la communauté politique taïwanaise.

14Dans ce contexte, le système éducatif, jusque-là au service de la propagande nationaliste chinoise du KMT, a connu une mutation profonde. À partir des années 1990, les enseignants du secondaire ont bénéficié d’une bien plus grande liberté pédagogique et disposé d’« une gamme diversifiée de manuels et de ressources » (Ho et Hindley 2011 : 92), notamment avec l’utilisation, à partir de 1997, d’une série de nouveaux manuels consacrés à l’histoire, la géographie, l’économie, la littérature, les arts, et le fonctionnement des institutions démocratiques de Taïwan. Mettant en avant la richesse du territoire et des cultures qu’il porte, ces manuels, sur lesquels les personnes nées à partir de 1984 ont étudié, cherchent clairement à construire une conscience, une fierté et une communauté de destin taïwanaises. Tranchant avec l’essentialisme patriarcal de la morale nationaliste chinoise d’abnégation, de loyauté et d’obéissance envers l’État-Kuomintang (Liu et Hung 2002), le système éducatif s’est ainsi progressivement orienté vers la formation de citoyens dotés de valeurs, de connaissances et de compétences nécessaires à la vie en démocratie (Lien 2014 : 33-4).

15La démocratisation a aussi engendré une transformation radicale de l’environnement médiatique suite à la libéralisation de la presse écrite (1989) puis de l’audiovisuel (1993). En termes d’accès et de rapport à l’information et aux connaissances, la génération née à partir des années 1980 a été immergée au plus tard à l’adolescence (pour les plus âgés) dans un environnement médiatique florissant totalement différent de celui connu par ses aînés. Les Taïwanais qui ont aujourd’hui un peu moins de 40 ans sont entrés dans l’âge adulte au moment où les premières secousses de la « techtonique numérique » (Delmas 2020) se sont fait sentir, bouleversant en une décennie notre quotidien de citoyen et de consommateur.

  • 1 « Taiwan Likes Facebook, Has Highest Penetration », Taipei Times, 28 février 2014, http://www.taipe (...)

16À Taïwan, cela s’est traduit par des changements de comportement très rapides : le premier fournisseur d’accès à Internet y est commercialisé en 1996 et, en 2001, le taux de pénétration d’Internet avait déjà atteint 32 % (Liu et al. 2002). Cinq ans après le lancement, en 2008, de sa version en chinois non simplifié, Facebook y avait le taux de pénétration le plus élevé au monde (65 %)1. Comme le note Sullivan, cela a entraîné un clivage générationnel « non seulement dans l’utilisation de différents types de médias, mais aussi dans les attitudes et les attentes » qui émanent de ces utilisations différenciées (2019 : 101). Les générations plus âgées ont des comportements plus conservateurs en ayant pour première source d’information les médias traditionnels et en ayant plutôt recours à des réseaux sociaux restrictifs, dont les groupes sont constitués sur invitation, comme la messagerie Line (ibid. : 98).

  • 2 Central News Agency, « Number of Taiwanese Working in China Hits 10-year Low », Taiwan News, 18 déc (...)

17Enfin, sur le plan matériel, en raison de l’augmentation rapide du PIB par habitant après le décollage économique des années 1960 et 1970 et de la baisse du nombre d’enfants par femme, la génération née à partir des années 1980 a grandi dans une société prospère et n’a pas connu les contraintes de ses aînés. C’est aussi une société de plus en plus intégrée aux flux de la mondialisation et dont l’économie est fortement dépendante des liens avec la Chine puisque dès le début des années 2000, un tiers des exportations taïwanaises s’y dirigeait (40 % en 2019) et que plusieurs centaines de milliers de Taïwanais y travaillent (404 000 en 2018)2.

Délimitation temporelle de la génération post-réformes démocratiques

18Toutes les dimensions de la socialisation généralement considérées comme fondamentales, c’est-à-dire la famille, l’école, les groupes de pairs, et l’environnement intellectuel et symbolique plus large dans lequel une personne évolue, ont donc été plus ou moins profondément affectées par la démocratisation, créant les conditions d’apparition d’une génération-cohorte. Mais le bouleversement de la configuration sociale taïwanaise étant le fruit d’un ensemble de changements aux effets cumulatifs dans un grand nombre de domaines et sur plus d’une décennie, il n’est pas possible d’attribuer une année de naissance précise à cette nouvelle génération. Par commodité, je l’ai fait commencer avec les personnes nées en 1980, mais elle peut bien entendu déborder partiellement sur la fin des années 1970. Néanmoins, plus on s’enfonce vers le début des années 1970 et la fin des années 1960, plus les personnes nées dans ces années témoignent d’une réelle différence d’expérience par rapport à leurs cadets. Durant leur jeunesse, la Chine était une abstraction idéalisée par la propagande du KMT (il était interdit de s’y rendre), étudiée dans les manuels scolaires au détriment des connaissances sur Taïwan. La dictature nationaliste s’invitait dans le quotidien sous la forme d’activités scolaires et parascolaires anticommunistes, de chants patriotiques, de cérémonies à la gloire de l’État-parti, de la peur des instructeurs militaires et du Bureau de la discipline présents dans toutes les écoles, de châtiments corporels, de l’interdiction de parler les langues locales méprisées par les autorités.

19En dépit de ces différences d’expérience, on pourra objecter que la démocratisation et les bouleversements qui l’ont accompagnée ont influencé l’ensemble de la population taïwanaise, provoquant un effet de période. Cette remarque conduit à la deuxième critique contre le concept de génération : comment différencier effet de cohorte et effet de période ? Pourquoi la démocratisation influencerait-elle plus profondément la jeunesse que le reste de la société ? À la suite de Durkheim (2013), de nombreuses recherches ont montré que les expériences vécues durant l’enfance, l’adolescence et les premières années de l’âge adulte imprégnaient plus profondément et plus durablement les représentations mentales et qu’elles étaient génératrices d’une sédimentation des dispositions qui sous-tendent l’action, même si celles-ci continuaient à être modifiées par les expériences ultérieures (Winnicott 1969 ; Bourdieu 1980 ; Elias 1991 : 63 ; Berger et Luckmann 1996 ; Lahire 2011). Selon ces travaux, les enfants et les adolescents se trouvent dans une plus forte dépendance socioaffective vis-à-vis des adultes qui les entourent, essentiellement dans la famille et à l’école. Par ailleurs, ils n’ont pas encore d’a priori solidement ancrés sur le monde. Cela les rend plus malléables, plus facilement impressionnables, mais aussi plus ouverts au changement social et à la nouveauté. Ils ne possèdent pas encore les filtres, les préjugés et les grilles d’analyse qui étayent les visions du monde et orientent l’action.

20Partant, les bouleversements de leurs cadres de socialisation sont susceptibles de produire des effets cognitifs, identitaires et comportementaux « plus ou moins durables » (Lahire 2013 : 117). Mais ce « plus ou moins durable » pose problème dans le cadre d’une analyse générationnelle. Il semble a priori difficile de faire la part des choses entre ce qui relèverait d’un effet de cohorte, qui persisterait donc au cours du cycle de vie, ou d’un « effet d’âge » qui disparaîtrait, ou s’atténuerait fortement, au fil des années. Il s’agit là de la troisième objection classique adressée au concept de génération. Face à cette critique, il faut d’abord rappeler que dans le « modèle à trois temps » qui distingue effets d’âge, de génération (ou de cohorte) et de période, il n’existe évidemment pas d’effet pur ou autonome, mais des interactions, « la génération se construit au fur et à mesure de son vieillissement [...], l’effet de génération est continuellement en restructuration » (Attias-Donfut 1989 : 4-5).

21Par ailleurs, s’il était difficile d’identifier avec certitude l’émergence d’une nouvelle génération dans les années 2000, nous disposons désormais d’une grande quantité de données qui permettent une analyse longitudinale faisant ressortir un certain nombre de traits persistants au fil du cycle de vie des personnes ayant aujourd’hui moins de 40 ans.

Données mobilisées

22Pour ce qui est des données quantitatives, les trois enquêtes par questionnaire que j’ai menées en 2005, 2010 et 2014 dans 12, 15 et 45 établissements d’enseignement supérieur répartis sur l’ensemble de l’île ayant fait l’objet de présentations détaillées ailleurs (Lepesant 2011, 2012, 2017) et n’étant pas véritablement au centre de cet article, le lecteur intéressé par leur méthodologie pourra se reporter aux publications susmentionnées. En effet, ces trois enquêtes quantitatives s’attachent avant tout à mettre en évidence l’existence d’une génération-cohorte alors que les développements qui suivent montrent les effets de l’émergence d’une conscience générationnelle sur la mobilisation politique des moins de 40 ans, et donc du passage d’une génération en soi à une génération pour soi. Pour cela, je m’appuie sur les données issues de plusieurs séries d’entretiens que j’ai menées depuis 2004. Leur méthodologie peut être présentée succinctement en les regroupant en trois catégories : entretiens individuels, groupes de discussion thématiques, et séries d’entretiens dans une perspective longitudinale.

23Sur la période 2004-2020, j’ai mené au total 261 entretiens individuels avec des personnes nées dans les années 1980 et 1990. Ils sont répartis en 14 vagues. Six d’entre elles correspondent à des campagnes électorales (élections nationales de 2004, 2008, 2012, 2016, 2020 ainsi que les élections locales et référendums de 2018). Trois ont été menées en complément des enquêtes statistiques. Quatre autres ont été conduites pendant des mouvements sociaux (léproserie de Losheng en 2007, Fraises sauvages en 2008, antinucléaire en 2011-2014, Tournesols en 2014). Enfin, une, en 2011, avait pour objet la perception du marché de l’emploi et des conditions de travail dans le cadre du rapprochement avec la Chine engagée par l’administration de Ma Ying-jeou 馬英九.

24Ces 261 entretiens sont de deux types. 159 entretiens semi-directifs après prise de rendez-vous ont permis une présélection par choix raisonné afin d’assurer une diversité échantillonnée en fonction de l’âge et des critères considérés comme les plus pertinents quant à leur influence potentielle sur les représentations et les comportements politiques : sexe, lieux de scolarisation/socialisation au primaire et au secondaire, filière et établissement d’études supérieures, catégorie socioprofessionnelle des parents. Les 102 entretiens individuels du deuxième type ont été conduits sur site, à l’occasion des meetings des six campagnes électorales et des quatre mouvements sociaux suivis. Ils donnent à la fois accès à une plus grande variété de profils (due au hasard des rencontres) et à des discussions à chaud sur les sujets directement au cœur des rassemblements électoraux et des manifestations.

25En parallèle, j’ai également organisé 11 groupes de réflexion qui réunissaient chacun quatre à six personnes pendant environ deux heures. La période à laquelle ils ont été conduits, leur contexte et les thèmes abordés sont brièvement présentés dans le tableau 1.

Tableau 1. Liste des groupes de discussion

Groupes

Période

Contexte

Thèmes abordés

1

Novembre 2011

Campagne pour les élections nationales de 2012

Perception du rapprochement économique avec la Chine (influence sur le marché de l’emploi, perspectives d’avenir), identité et relations Taïwan-Chine

2

Décembre 2011

Campagne pour les élections nationales de 2012

Évaluation du paysage médiatique taïwanais, canaux d’accès à l’information

3

Mars 2012

Campagne pour les élections nationales de 2012

Retour sur les résultats des élections

4

Mars 2014

Mouvement des Tournesols

Identité, relations Taïwan-Chine, relations intergénérationnelles, filiation politique, identification partisane, politisation et mobilisation politique, valeurs et aspirations personnelles

5

Avril 2014

Mouvement des Tournesols

Idem

6

Mai 2014

Arrêt des travaux de la 4e centrale nucléaire, victoire du mouvement antinucléaire

Questions environnementales, politisation et mobilisation politique

7

Novembre 2018

Élections locales, référendums sur la transition énergétique, énergie nucléaire, légalisation du mariage homosexuel et éducation sexuelle

Bilan de l’administration Tsai à mi-mandat, légalisation du mariage homosexuel, égalité des sexes

8

Novembre 2018

Idem

Idem

9

Juin 2019

Protestations contre la loi d’extradition à Hong Kong, primaire du PDP, « vague » de popularité de Han Kuo-yu 韓國瑜, le maire KMT de Kaohsiung élu en novembre 2018

Principe d’« un pays, deux systèmes » et avenir des relations Taïwan-Chine, protestations à Hong Kong, candidats à la primaire du PDP, image des candidats potentiels à l’élection présidentielle Han Kuo-yu et Ko Wen-je 柯文哲

10

Novembre 2019

Campagne pour les élections nationales de 2020

Bilan du premier mandat de Tsai Ing-wen 蔡英文, image des différents candidats à la présidentielle, influence des événements hongkongais, filiation partisane, relations intergénérationnelles

11

Décembre 2019

Campagne pour les élections nationales de 2020

Idem

Source : auteur.

26Enfin, le tableau 2 présente les profils des 17 personnes ayant participé aux séries d’entretiens menés dans une perspective longitudinale. Les premières d’entre elles sont suivies depuis 2007. Ces entretiens ont été effectués au minimum tous les deux ans. Ils abordaient les quatre thématiques suivantes : identité (identification à Taïwan, perception de la Chine, ethnicité), comportements politiques (filiation politique, identification partisane, comportement électoral), valeurs et aspirations personnelles (degré d’attachement au système démocratique, égalité des sexes, définition des concepts de « liberté » et de « réussite », style et lieu de vie) et relations intergénérationnelles (autoperception générationnelle, perception des aînés, relations familiales).

Tableau 2. Profils des personnes ayant participé aux séries d’entretiens longitudinaux

Informateur

Suivi depuis 

Sexe

Année de naissance

Niveau d’études

Lieu(x) de résidence

Profession ou occupation

principale

Situation familiale

1

2007

M

1981

Licence

Nantou, Keelung

Responsable de magasin

Marié, deux enfants

2

2007

F

1985

Licence

Taoyuan

Entrepreneur

Mariée, deux enfants

3

2007

M

1985

Licence

Taipei

Entrepreneur

Non marié

4

2007

M

1985

Licence

Taipei

Cadre en marketing

Marié, un enfant

5

2008

F

1985

Master

Taichung

Traductrice indépendante

Non mariée

6

2009

F

1988

Master

Taipei

Fonctionnaire

Non mariée

7

2010

F

1989

Licence

Taipei

Employée dans l’import-export

Non mariée

8

2012

F

1993

Lycée

Taipei

Vendeuse puis mère au foyer

Mariée, trois enfants

9

2012

F

1990

Master

Kaohsiung,

Taipei

Employée dans le secteur automobile

Non mariée

10

2013

F

1993

Licence

Taichung

Étudiante (Master)

Non mariée

11

2013

M

1993

Licence

Taipei, Ilan

Informaticien

Non marié

12

2014

M

1994

Licence

Taidong, Taipei

Fonctionnaire

Non marié

13

2015

M

1995

Licence

Kaohsiung,

Taipei

Entrepreneur

Non marié

14

2015

M

1995

Licence

Taipei

Agent administratif

Non marié

15

2015

F

1993

Master

Keelung

Agente administrative

Mariée

16

2016

M

1996

Licence

Kaohsiung

Étudiant (Master)

Non marié

17

2017

F

1997

Licence

Kaohsiung

Étudiante (Master)

Non mariée

Source : auteur.

Configuration sociale, conscience générationnelle, mobilisation politique

27Le processus de formation d’une conscience générationnelle et de mobilisation politique croissante de la jeunesse est structuré par trois dimensions entrecroisées. Dans la première, qui est identitaire, la génération fait l’objet d’un sentiment d’appartenance croissant qui va de pair avec la formation d’une opposition générationnelle « nous/eux » à l’intérieur du cycle des « trois “moments” de l’identité » comme envisagé par Heinich (2018 : 67-77) : le moment de la « désignation » par autrui, celui de « l’autoperception » d’un individu ou d’un groupe, et enfin, le moment de la « présentation » de soi, ou du groupe, aux autres.

28La deuxième dimension est relative au degré de politisation. Il s’agit de « l’épaisseur » de la conscience citoyenne, c’est-à-dire l’intérêt pour certaines questions du débat public, l’identification à certaines causes ou mouvances politiques, ou encore les revendications encore intériorisées. Cette dimension se situe donc au niveau de l’infra-engagement d’une citoyenneté passive. Enfin, la troisième dimension est la mobilisation politique au sens de Tilly (1978), c’est-à-dire le passage à un engagement citoyen actif. Il prend forme dans la participation à la société civile, en personne ou en ligne, et dans la participation électorale.

29Chacune de ces dimensions a été affectée par l’évolution de la configuration sociale taïwanaise au cours des 15 à 20 dernières années selon deux phases.

Phase 1 – Politisation restreinte : les années 2000

  • 3 Yvonne Chang et Joanne Chen, « Strawberries the Frame », Taiwan Today, 1er octobre 2007, https://ta (...)

30La première phase de « politisation restreinte », correspondant approximativement aux années 2000, est caractérisée par l’émergence d’une génération en soi. Sur le plan identitaire, celle-ci est d’abord façonnée de l’extérieur, par la désignation stigmatisante des aînés qui assimilent leurs cadets à des fraises (caomeizu 草莓族) non seulement pour faire référence à l’environnement matériel et affectif privilégié dans lequel ces jeunes ont grandi, mais aussi pour critiquer ce qu’ils pensent être leur fragilité émotionnelle, leur labilité, leur absence d’ambition professionnelle, leur consumérisme désinvolte et superficiel3. Autant de tares qui, selon eux, menaceraient non seulement l’avenir du point de vue familial, mais aussi le futur économique et politique de l’île.

  • 4 Dossier spécial « 打造年輕世代的希望之國 » (Dazao nianqing shidai de xiwang zhi guo, Créer le pays de l’espoir (...)
  • 5 Eric Lin, « Le pouvoir de réaliser son rêve », Taiwan aujourd’hui, vol. XXI, n° 2, février 2004, p. (...)

31Face à cette avalanche de critiques, les jeunes ne disposent pas encore des moyens de répliquer. Au cours des années 2000, le paysage médiatique est majoritairement aux mains des médias traditionnels qui relaient ces stéréotypes. Hormis le bulletin board system (BBS) qui jouera un rôle central dans le mouvement des Fraises sauvages (ye caomei xueyun 野草莓學運) et dont le fonctionnement par pages thématiques et fils de messages préfigure Facebook (Hsiao 2017), la jeunesse ne dispose pas encore des puissants moyens de création d’une sphère de partage, de production et de diffusion d’information relativement autonome. Cela peut expliquer pourquoi elle entretient une représentation de soi qui reprend une partie des stéréotypes qui lui sont accolés. Selon une enquête effectuée par le magazine Career en 2004, bien que 59,5 % des personnes interrogées considèrent leur génération « plus compétente » (nengli geng qiang 能力更強) que les générations plus âgées, elles sont aussi nombreuses (62,3 %) à se percevoir comme « manquant de résistance au stress » et plus de la moitié (51,4 %) s’estime « incapable d’endurer un travail difficile4 ». Dans une autre enquête réalisée la même année par l’agence Trendspotting Market Research, à la question « Pensez-vous avoir la capacité ou l’opportunité de modifier ou de corriger la situation politique, économique et sociale de l’île ?», près de 90 % des jeunes interrogés répondent par la négative (49,2 % « pas du tout » et 39,7 % « pas tellement5 »). Un même sentiment d’impuissance, mais face aux mauvaises conditions de travail (heures supplémentaires non payées, stagnation des salaires, rigidités hiérarchiques) ressort de l’enquête qualitative que j’ai menée en 2011 auprès de 27 actifs âgés de 24 à 30 ans (Lepesant 2011).

32Mes entretiens révèlent qu’au cours de cette première phase, une action de protestation collective semble impensable. Les jeunes avec qui j’ai discuté sont majoritairement cantonnés dans une autoperception atomiste. Ils se voient isolés face à un « système », une « société », des « forces », ou des hiérarchies toutes-puissantes. Cette autoperception peut s’expliquer par la faiblesse persistante de la socialisation politique à l’adolescence et à l’entrée dans l’âge adulte. Au lycée, la priorité est largement accordée à la préparation des examens. Les campus universitaires sont très peu politisés. Les syndicats étudiants sont quasi-inexistants, et le tissu associatif et les mouvements sociaux qui vont mobiliser une partie de la jeunesse au cours des années 2010 sont encore de faible intensité et sans effets de politisation et de mobilisation persistants. C’est notamment le cas des deux principaux mouvements étudiants de la deuxième moitié des années 2000 : la mobilisation contre le projet de destruction de la léproserie Losheng qui atteint son point d’orgue en mars-avril 2007 et le mouvement des Fraises sauvages contre les abus des forces de l’ordre à l’occasion de la visite de Chen Yunlin 陳雲林, le président de l’Association (chinoise) pour les relations inter-détroit (Association for Relations Across the Taiwan Straits), en novembre 2008 (Cabestan et Lepesant 2009 : 80-1 ; Cole 2017 : 20).

33Il n’y a donc pas encore de modèle d’engagement politique alternatif aux partis qui occupent la quasi-totalité de l’espace. Or, ils font l’objet d’une grande méfiance de la part de la jeunesse (Cabestan et Lepesant 2009 : 82 ; Rigger 2011). Lors des entretiens menés sur la période 2004-2010, les deux camps étaient souvent renvoyés dos à dos, critiqués pour leurs comportements puérils et parfois violents dans les assemblées et pour être corrompus ou engagés dans des luttes stériles appartenant au passé. Les jeunes dénonçaient notamment ce qu’ils percevaient comme une instrumentalisation de l’histoire et des divisions ethniques entre « [Taïwanais] locaux » (bendiren 本地人) et « continentaux » (waishengren 外省人) arrivés à Taïwan avec le KMT entre 1945 et 1950. Rares étaient les personnes à manifester de l’intérêt pour la politique alors considérée comme « source de conflit », « ennuyeuse » ou « chaotique ». L’équation la plus fréquente était : les partis politiques sont détestables donc la politique l’est tout autant.

34Néanmoins, cette période voit se mettre en place un socle de valeurs et plusieurs lignes rouges qui vont ensuite se renforcer au cours des années 2010. Combinés, ils donnent corps à ce que signifie « être Taïwanais » pour cette génération, constituent le moteur des mouvements étudiants et orientent leur vote. Les éléments fondamentaux qui structurent les comportements et les choix politiques de cette génération tels que j’ai pu les mettre en évidence au cours de mes enquêtes sont : l’identification à une société démocratique souveraine et indépendante limitée au seul territoire de Taïwan et des îles qui lui sont rattachées ; l’identification à une communauté de destin taïwanaise inclusive dans laquelle les divisions ethniques héritées de l’histoire ne sont plus pertinentes et qui ne peut donc être fondée sur un ethnonationalisme hoklo-taïwanais ; la reconnaissance de liens historiques et culturels avec la Chine n’impliquant pas le sentiment d’appartenir à une grande nation chinoise ; le rejet croissant de tout scénario d’unification avec la Chine ; l’adhésion marquée aux valeurs démocratiques et des positionnements généralement plus progressistes que ceux de leurs parents et grands-parents sur les questions au cœur du débat public (égalité des sexes, mariage pour tous, droits des travailleurs immigrés et racisme, respect et défense des minorités) avec tout de même quelques exceptions (mesures sécuritaires, peine de mort).

Phase 2 – Politisation étendue : les années 2010

  • 6 Voir également : Dossier spécial « 被出賣的世代 » (Bei chumai de shidai, La génération trahie), Jin zhouk (...)

35Les données que j’ai réunies convergent avec celles d’autres recherches et enquêtes d’opinion réalisées tout au long des années 2000 et 2010. Elles montrent que les positionnements identitaires et les valeurs qui viennent d’être présentés restent largement partagés par les personnes nées à partir des années 1980 au cours de leur progression dans le cycle de vie, et qu’elles le sont aussi, avec plus de saillance, chez celles qui sont nées dans les années 1990 (Rigger 2011, 2016 : 84-8 ; Lin 2017 : 28)6. On peut donc considérer que l’ensemble des personnes nées dans les années 1980 et 1990 forme une seule et même génération.

36Lors de la deuxième phase, ces représentations vont être politiquement activées par la formation d’une conscience générationnelle autour du sentiment que la jeunesse doit « sauver Taïwan ». Les années 2010-2013 sont une période charnière car elles donnent naissance au sentiment de crise qui va animer une frange de plus en plus importante de la jeunesse. Tout d’abord, pour Grano (2015 : 3), après la catastrophe nucléaire de Fukushima, 2011 est une année clé pour la prise de conscience des risques environnementaux auxquels Taïwan fait face. Au cours des années suivantes, les questions environnementales vont progressivement former un espace de politisation pour la jeunesse en dehors du champ de l’affrontement partisan, produisant ainsi les conditions d’un possible engagement citoyen pour une génération qui, nous l’avons vu, assimilait jusque-là l’ensemble de la politique à la négativité de la politique des partis (Lepesant 2018 : 113).

37Ensuite, alors que le développement des relations économiques avec la Chine était perçu d’un œil favorable par une large majorité des jeunes durant le premier mandat de Ma Ying-jeou (Lepesant 2012), l’opacité des négociations qui aboutissent à la signature de l’Accord commercial sur les services entre les deux rives (Cross-strait Service Trade Agreement ou CSSTA) en juin 2013 et les dangers potentiels que renferme cet accord génèrent une inquiétude croissante à l’égard des conséquences politiques de l’accélération du rapprochement économique avec la Chine. Autorisant les investissements chinois dans l’édition, les médias et la culture, mais aussi l’ouverture de certains secteurs du marché de l’emploi local aux travailleurs chinois, le CSSTA suscite les plus grandes craintes quant aux dangers qu’il pourrait faire peser sur la souveraineté et la démocratie taïwanaises ainsi que sur les conditions d’existence matérielle (Hsieh et Skelton 2018 : 107). Enfin, cette anxiété est nourrie par la perception d’une dérive autoritaire durant le second mandat de Ma Ying-jeou (2012-2016) dont le projet d’intégration accélérée des économies et des sociétés des deux rives est soutenu par une puissante coalition regroupant les milieux d’affaires, une majorité des médias traditionnels, certains cercles académiques et l’ensemble du camp pro-unification (Beckershoff 2014 : 217-8 ; Cole 2017 : 20-1 ; Fell 2017 : 7).

38Le sentiment de crise et d’urgence qui naît d’abord au sein de petits groupes d’étudiants va progressivement devenir le catalyseur de l’épaississement de la conscience citoyenne de la jeunesse et contribuer au renforcement de sa mobilisation politique en trois temps. Au cours des années 2011-2013, les premiers mouvements étudiants qui regroupaient quelques dizaines ou centaines d’activistes professionnels, présents sur plusieurs fronts, voient grossir leurs rangs puis essaiment pour la défense de diverses causes sur l’ensemble du territoire (Fell 2017). Outre la forte mobilisation antinucléaire, les succès de plusieurs mouvements renouvellent l’image de l’engagement politique en le plaçant sur un terrain affranchi des soupçons de manœuvres électoralistes ou de collusion avec les milieux d’affaires (Lepesant 2018 : 115). Du fait de leur multiplication et de leur « pollinisation croisée » (Cole 2017 : 21), ces mouvements sont aussi des incubateurs de jeunes leaders charismatiques et montrent à la jeunesse qu’elle a les compétences et la capacité d’agir pour peser sur les affaires publiques qui n’ont pas à être monopolisées par leurs aînés (ibid. : 28-9).

  • 7 Mark Harrison, « The Anti-media Monopoly Movement in Taiwan », The China Story, 20 décembre 2012, h (...)

39Par la suite, le mouvement des Tournesols contre le CSSTA mobilise quotidiennement, en mars-avril 2014, des dizaines de milliers de personnes dont les deux tiers sont nés entre 1985 et 1994 et ont alors entre 20 et 29 ans (Chen et Huang 2015 : 152). Il fait largement connaître les leaders dont il a été question précédemment et accélère considérablement le développement, essentiellement en ligne, d’un « écosystème de protestation7 » et d’une sphère politique créée par la jeunesse et pour la jeunesse, celle-ci étant elle-même un formidable vecteur d’extension générationnelle de l’épaississement de la conscience politique. L’utilisation intensive des possibilités offertes par les nouvelles technologies et les réseaux sociaux génère ainsi un espace citoyen d’information, de politisation et de mobilisation à l’extérieur de la sphère d’influence des médias traditionnels et des partis politiques (Gaffric et Heurtebise 2016 ; Lepesant 2018). Le champ de l’information n’est désormais plus seulement dominé par un petit cercle de producteurs institutionnels (administrations, médias d’information traditionnels, maisons d’édition), mais animé par une myriade d’acteurs parmi lesquels un grand nombre de jeunes outsiders aux pratiques innovantes.

40Les changements d’attitudes et de comportements politiques qui en découlent sont saisissants. Ils le sont aussi bien chez les personnes que je suis depuis le plus longtemps que lorsque l’on compare les positions de ces dernières au milieu des années 2000 avec celles des personnes ayant à peu près le même âge au milieu des années 2010. Ces bouleversements se caractérisent d’abord par un intérêt beaucoup plus prononcé pour les questions politiques. Comme je l’ai déjà évoqué plus haut, les entretiens que j’ai menés sur la période 2004-2010 faisaient ressortir un désintérêt massif pour la chose publique dont les jeunes ne discutaient presque jamais entre eux. Les deux extraits d’entretiens ci-dessous résument assez bien les changements qui se sont produits dans les années suivantes. En janvier 2020, l’informatrice n° 17 de mon étude longitudinale, entrée à l’université en 2015, me confiait :

41Quand j’étais au lycée, mon père me disait toujours qu’il ne fallait pas que je m’intéresse à la politique parce que c’était dangereux et plein de conflits. Puis quand je suis entrée à l’université, je me suis aperçue que beaucoup de mes camarades discutaient de questions politiques directement ou sur les réseaux sociaux. J’ai commencé à me dire que la politique ne devait pas être quelque chose de si mauvais. Et maintenant ça m’intéresse. Beaucoup de sujets m’intéressent.

42L’informatrice n° 2, née en 1985, évoque quant à elle l’éveil tâtonnant de sa conscience politique dans un entretien effectué en septembre 2019 :

43Je n’ai pas voté en 2008 et 2012. La politique ne m’intéressait pas à ce moment-là. Je voyais les gens du KMT et du PDP s’agiter à la télévision. Cela me paraissait vraiment nul. Et je pensais que je ne pouvais rien faire pour changer ça. Donc c’était une perte de temps. Et puis autour de moi, mes amis, tout le monde pensait un peu pareil. Mais pendant le mouvement des Tournesols, j’ai commencé à me poser des questions. À me dire que la démocratie est fragile. J’ai commencé à me dire que la politique c’est aussi ça, pas seulement les partis que je continue à ne pas trop aimer. En 2016, j’ai voté pour Tsai Ing-wen 蔡英文. Mais en fait, je continue à être assez pessimiste. Plus que ceux qui sont plus jeunes que moi, en tout cas. Comme ma petite sœur qui a toujours été beaucoup plus intéressée par la politique.

  • 8 En mandarin, « endurer des difficultés » se dit chiku (吃苦), ce qui signifie littéralement « manger (...)

44Cet épaississement de la conscience citoyenne s’accompagne par ailleurs d’un net creusement du fossé générationnel. Celui-ci est d’abord le fait d’une autoperception renouvelée, plus positive et combative, fondée sur le sentiment que les jeunes sont les gardiens de la démocratie taïwanaise face à des dirigeants et des aînés cédant aux sirènes de l’autoritarisme ou jugés incompétents. Cela se traduit notamment par des labélisations de soi destinées à contrer les appellations stigmatisantes inventées par les aînés, comme avec l’expression « génération margose » (kuguazu 苦瓜族) utilisée pour protester contre les difficultés que doivent endurer les jeunes (chiku 吃苦) pour se lancer dans la vie en raison de ce qui est dénoncé comme une injustice générationnelle, les aînés concentrant les richesses, les opportunités et le pouvoir entre leurs mains8. Les jeunes se désignent aussi par l’expression « fleurs élevées sous serre » (wenshi li de huaduo 溫室裡的花朵), reconnaissant ainsi qu’ils ont grandi dans un environnement familial protecteur, mais sans que cela ait forcément les conséquences négatives impliquées par l’assimilation à la fragilité des fraises, et avec l’idée qu’il est possible de sortir de la serre dont l’atmosphère est parfois étouffante.

45En effet, neuf dixièmes des personnes avec qui je me suis entretenu au cours de la période 2014-2020 ont fait état d’une divergence plus ou moins profonde avec leurs parents dans plusieurs des domaines suivants : le choix des études, de la carrière professionnelle et du mode de vie, la définition de ce qu’est « une vie réussie », la liberté de disposer de son corps (tatouages, piercings), le choix du conjoint, la nécessité de fonder une famille, les questions environnementales, les relations avec la Chine, et la perception de la scène politique taïwanaise. Dans tous ces domaines, les parents et leur entourage sont jugés trop conservateurs, étroits d’esprit ou autoritaires, y compris parmi les personnes ayant déjà atteint la trentaine. Ils sont souvent accusés de réduire la vie à « de bonnes notes, un bon diplôme, un emploi stable et/ou un bon salaire, une famille stable ».

46Sur le plan politique, cela se traduit par une rupture qui est de moins en moins passée sous silence et prend la forme d’une demande de « justice générationnelle » (shidai zhengyi 世代正義) face au sentiment de ne pas avoir les mêmes chances de réussite que les générations précédentes. Les entretiens conduits en 2019-2020 montrent ainsi que les jeunes, qui avaient dans un premier temps opté pour des stratégies d’évitement du conflit, sont de plus en plus nombreux à franchir le pas de la confrontation avec leur entourage familial plus âgé sur les questions politiques.

  • 9 Hsu Chi-wei et Evelyn Kao, « Students Move to Boost Youth Voters Turnout », Focus Taiwan, 10 janvie (...)

47Pourtant, malgré cette posture revendicative, la participation électorale de cette génération reste faible au cours de cette période. Pour les élections nationales de 2008, 2012 et 2016, les sondages postélectoraux situent le taux de participation des moins de 40 ans dans la fourchette des 50 à 60 %, nettement en dessous des 76,33 %, 74,38 % et 66,27 % de participation nationale9.

  • 10 Une partie des effectifs des « moins de 40 ans » a évidemment changé au cours de cette période. L’o (...)
  • 11 Rapport de la Commission centrale des élections de Taïwan, cité par Nathan Batto, « The 2020 Surge (...)

48La situation ne s’est pas améliorée aux élections locales de 201810, mais ce scrutin peut néanmoins être considéré comme le point de départ du troisième temps dans l’évolution de la conscience citoyenne de la nouvelle génération. Il aboutit à une forte mobilisation lors des élections nationales de 2020, en hausse d’environ 15 points (passant de 57 % à 72 %) chez les 20-34 ans, et 11 points (de 59 % à 70 %) chez les 35-39 ans par rapport à 201611. Une hausse de la participation est certes enregistrée pour l’ensemble de l’électorat (à 74,90 %), mais elle se réduit nettement et constamment avec l’âge chez les personnes nées avant 1980.

  • 12 Jens Damm, « How Will Conservative Backlash to Same-sex Marriage Impact Tsai Ing-wen’s Chances for (...)
  • 13 Brian Hioe, « Han Kuo-yu Causes Controversy After Recent Strings of Gaffes », New Bloom, 29 octobre (...)
  • 14 Tanguy Lepesant, « Demand for Generational Justice and the 2020 Taiwan Presidential Election », Tai (...)

49Mes entretiens montrent que les résultats des élections locales de 2018 et des référendums tenus le même jour ont fortement renforcé le sentiment d’une « confrontation générationnelle » (shidai zhi zheng 世代之爭) sur le plan des valeurs et de la définition de l’avenir de Taïwan. Cela non seulement en raison du succès des référendums s’opposant à la légalisation du mariage homosexuel12, mais aussi de la propulsion sur le devant de la scène politique et médiatique de Han Kuo-yu 韓國瑜, élu maire de Kaohsiung puis désigné candidat du KMT à la présidentielle. Han Kuo-yu est rapidement devenu l’antithèse des aspirations de la jeunesse et la cible de puissantes critiques : il prônait l’ouverture de Taïwan aux investissements chinois, il faisait manifestement fi des événements hongkongais, il était soutenu par le groupe de médias pro-Pékin WantWant China Times, il multipliait les déclarations racistes et sexistes et les « gaffes » révélatrices de son incompétence13 ; par ailleurs, il bénéficiait du soutien inconditionnel d’une large frange des plus de 50 ans14.

  • 15 Russel Hsiao, « Polls : DPP Party Identification Surges amid China’s Intensifying Pressure », Globa (...)

50Pour les jeunes Taïwanais, la répression du soulèvement hongkongais, à partir de juin 2019, n’a fait qu’accentuer une perception générationnelle liée au sentiment d’être devenus les gardiens de la démocratie face à des aînés qui ne réalisent pas l’imminence et l’ampleur du danger. Les quatre extraits d’entretiens suivants en illustrent les modalités : « Nos parents ne comprennent pas. Ils sont aveuglés par les promesses de Han Kuo-yu, ‘‘gagner beaucoup d’argent’’ grâce à la Chine, mais regardez ce qu’il se passe à Hong Kong ! » (étudiante, 22 ans) ; « Il faut faire quelque chose pour Taïwan, il faut que nous [les jeunes] sauvions la démocratie taïwanaise » (étudiante, 24 ans) ; « Tsai Ing-wen n’est peut-être pas la meilleure des dirigeantes que l’on puisse espérer, mais au moins, elle est normale, elle ne dit pas sans cesse n’importe quoi, sans réfléchir, et elle essaie de défendre la démocratie » (ingénieur, 25 ans) ; « Avant, je n’étais pas intéressé par la politique, mais on ne peut pas échapper à la politique, les questions politiques sont partout, donc il faut choisir » (entrepreneur, 34 ans). D’après l’Academia Sinica, 72 % des moins de 40 ans ont voté pour Tsai Ing-wen15 lors de l’élection présidentielle de 2020.

51On peut penser que la mobilisation électorale des jeunes n’est pas seulement conjoncturelle, liée à la personnalité de Han Kuo-yu et aux événements hongkongais, mais également le produit d’une évolution configurationnelle caractérisée par la forte dilatation de la sphère politique par la jeunesse, pour la jeunesse, sous l’effet d’une triple dynamique : 1) le développement de programmes en ligne mettant en avant de jeunes présentateurs charismatiques devenus extrêmement populaires pour leur traitement informé et corrosif de l’actualité politique, par exemple les productions de Taiwan Bar Studio (Taiwan ba 臺灣吧), notamment l’émission de Brian Tseng 曾博恩The Night Night Show (Bo’en yeye xiu 博恩夜夜秀) ; 2) la fréquence accrue des interventions politiques de jeunes personnalités du monde des arts et du divertissement, comme celles du musicien et cofondateur de Taiwan Bar Studio, Hauer Hsieh 謝政豪, du YouTuber touche-à-tout Holger Chen 陳之漢 ou de la réalisatrice Fu Yue 傅榆 ; 3) la multiplication des candidatures de jeunes venus d’horizons très différents, souvent issus des mouvements sociaux, et devenus très médiatiques comme Huang Jie 黃捷, Miao Poya 苗博雅, Lin Ying-meng 林穎孟, Sabrina Lin 林亮君, Justin Wu 吳崢 en 2018, et Lai Pin-yu 賴品妤, Chen Po-wei 陳柏惟, Kao Yu-ting 高鈺婷, et Wu Yi-nong 吳怡農 en 2020.

Conclusion

  • 16 Gunter Schubert, « Quo Vadis, KMT? », CommonWealth Magazine (天下雜誌), 22 juin 2020, https://english.c (...)

52L’hétérogénéité sociale et la forte audience de ces nouveaux acteurs politiques contribuent, chez les moins de 40 ans, à la normalisation de la relation au politique et au sentiment d’avoir un rôle dans la protection de la communauté de destin taïwanaise, notamment face aux pressions de Pékin. En 2020, ils représentaient environ un tiers des électeurs. En l’absence d’une ligne de partage droite-gauche et avec l’affaiblissement de l’influence structurante des divisions ethniques et des factions locales, la formation d’une génération effective consciente de son rôle dans le façonnement de l’avenir de Taïwan, et sa mobilisation dans les rues et dans les urnes, invitent à penser que la dimension générationnelle est devenue l’une des clés de la compréhension des évolutions politiques actuelles et à venir. Le poids grandissant de cette génération et son arrivée progressive aux commandes de Taïwan auront une influence déterminante non seulement sur le débat démocratique interne dont certains observateurs se font déjà l’écho16, mais aussi sur la définition des relations avec la Chine.

Haut de page

Bibliographie

ALWIN, Duane F., et Ryan J. MCCAMMON. 2003. « Generation, Cohorts and Social Change ». In Jeylan T. MORTIMER, et Michael. J. SHANAHAN (éds.), Handbook of the Life Course. Cham : Springer. 23-49.

——. 2007. « Rethinking Generations ». Research in Human Development 4 (3-4) : 219-37.

ATTIAS-DONFUT, Claudine. 1988. Sociologie des générations. L’empreinte du temps. Paris : PUF.

——. 1989. « Rapports de générations et parcours de vie ». Enquête, mis en ligne le 27 juillet 2013. https://journals.openedition.org/enquete/82 (consulté le 6 juillet 2021).

BECKERSHOFF, André. 2014. « The KMT-CCP Forum : Securing Consent for Cross-strait Rapprochement ». Journal of Current Chinese Affairs 43 (1) : 213-41.

BERGER, Peter, et Thomas LUCKMANN. 1996. La construction sociale de la réalité. Malakoff : Armand Colin.

BOURDIEU, Pierre. 1980. Le sens pratique. Paris : Les Éditions de Minuit.

BRADING, Ryan. 2017. « Taiwan’s Millennial Generation : Interests in Polity and Party Politics ». Journal of Current Chinese Affairs 46 (1) : 131-66.

CABESTAN, Jean-Pierre, et Tanguy LEPESANT. 2009. L’esprit de défense de Taïwan face à la Chine. La jeunesse taïwanaise face à la tentation de la Chine. Paris : L’Harmattan.

CHANG, G. Andy, et T. Y. WANG. 2005. « Taiwanese or Chinese? Independence or Unification? An Analysis of Generational Differences in Taiwan ». Journal of Asian and African Studies 40 : 29-49.

CHEN, Wan-chi 陳婉琪, et HUANG Su-jen 黃樹仁. 2015. « 立法院外的春吶 : 太陽花運動靜坐者之人口及參與圖象 » (Lifayuan wai de chunna : taiyanghua yundong jingzuozhe zhi renkou ji canyu tuxiang, Tollé à l’extérieur du Yuan législatif : portrait des participants au sit-in du mouvement des Tournesols). Taiwan shehuixue (台灣社會學) 30 : 141-79.

COLE, J. Michael. 2017. « Civic Activism and Protests in Taiwan. Why Size Doesn’t (Always) Matter ». In Dafydd FELL (éd.), Taiwan’s Social Movement under Ma Ying-jeou. From the Wild Strawberries to the Sunflowers. Londres : Routledge. 18-33.

DELMAS, Philippe. 2020. « 1980-2020 : la “techtonique” numérique ». Le Débat 210 : 78-87.

DURKHEIM, Émile. 2013. Éducation et sociologie. Paris : PUF.

ELIAS, Norbert. 1991. La société des individus. Paris : Fayard.

FELL, Dafydd. 2017. « Social Movements in Taiwan after 2008 ». In Dafydd FELL (éd.), Taiwan’s Social Movement Under Ma Ying-jeou. From the Wild Strawberries to the Sunflowers. Londres : Routledge. 1-17.

—— (ed). 2017. Taiwan’s Social Movement under Ma Ying-jeou. From the Wild Strawberries to the Sunflowers. Londres : Routledge.

GAFFRIC, Gwennaël, et Jean-Yves HEURTEBISE. 2016. « Mouvements sociaux et éco-hétérotopies. Une analyse structurale des mouvements sociaux taïwanais entre 2011 et 2014 ». Écologie & Politique 52 (1) : 127-42.

GRANO, Simona A. 2015. Environmental Governance in Taiwan. A New Generation of Activists and Stakeholders. Londres : Routledge.

HEINICH, Nathalie. 2018. Ce que n’est pas l’identité. Paris : Gallimard.

HO, Ming-sho, et Jane HINDLEY. 2011. « The Humanist Challenge in Taiwan's Education: Liberation, Social Justice and Ecology ». Capitalism Nature Socialism 22 (1) : 76-94.

HSIAO, Yuan. 2017. « Virtual Ecologies, Mobilization and Democratic Groups Without Leaders. Impacts of Internet Media on the Wild Strawberry Movement ». In Dafydd FELL (éd.), Taiwan’s Social Movement under Ma Ying-jeou. From the Wild Strawberries to the Sunflowers. Londres : Routledge. 34-53.

HSIAU, A-chin. 2021. Politics and Cultural Nativism in 1970s Taiwan. Youth, Narrative, Nationalism. New York : Columbia University Press.

HSIEH, Yu-chieh, et Tracey SKELTON. 2018. « Sunflowers, Youthful Protestors and Political Achievements: Lessons from Taiwan ». Children's Geographies 16 (1) : 105-13.

LAHIRE, Bernard. 2011. L’homme pluriel. Les ressorts de l’action. Paris : Fayard.

——. 2013. Dans les plis singuliers du social. Individus, institutions, socialisations. Paris : La Découverte.

——. 2016. Pour la sociologie. Et pour en finir avec une prétendue « culture de l’excuse ». Paris : La Découverte.

LEPESANT, Tanguy. 2011. « Generational Change and Ethnicity among 1980s-born Taiwanese ». Journal of Current Chinese Affairs 40 (1) : 133-57.

——. 2012. « Une nouvelle génération de Taïwanais aux urnes. Les jeunes électeurs et le scrutin présidentiel du 14 janvier 2012 ». Perspectives chinoises 119 : 75-84.

——. 2017. « Taiwanese Youth and National Identity under Ma Ying-jeou ». In Bruce JACOBS, et Peter KANG (éds.), Changing Taiwanese Identities. Londres : Routledge. 64-86.

——. 2018. « Les questions environnementales, espace de (re)politisation de la jeunesse taïwanaise ». Monde chinois 56 : 108-19.

LIEN, Pei-te. 2014. « Democratization and Citizenship Education. Changing Identity Politics and Shifting Paradigms of Teaching and Learning in Taiwan ». Taiwan Journal of Democracy 10 (2) : 25-48.

LIN, Thung-hong 林宗弘. 2017. « 臺灣青年世代的政治認同 (1995-2015) » (Taiwan qingnian shidai de zhengzhi rentong (1995-2015), L’identité politique de la jeune génération à Taïwan (1995-2015)). Xianggang shehui kexue xuebao (香港社會科學學報) 49 : 27-65.

LIU Chun Chou, Wan-wen DAY, Se-wen SUN, et Georgette WANG. 2002. « User Behavior and the “Globalness” of Internet : From a Taiwan User’s Perspective ». Journal of Computer-Mediated Communication, 1er janvier 2002. https://academic.oup.com/jcmc/article/7/2/JCMC723/4584260 (consulté le 12 juillet 2021).

LIU, Frank C. S., et Yitan LI. 2017. « Generation Matters : Taiwan’s Perceptions of Mainland China and Attitudes Towards Cross-strait Trade Talks ». Journal of Contemporary China 26 (104) : 263-79.

LIU, Mei-hui, et Li-ching HUNG. 2002. « Identity Issues in Taiwan History Curriculum ». International Journal of Educational Research 37 (6-7) : 567-86.

MANNHEIM, Karl. 1968. « The Problem of Generations ». In Karl MANNHEIM (éd.), Essays on the Sociology of Knowledge. Londres : Routledge. 276-322.

RIGGER, Shelley. 2006. « Taiwan’s Rising Rationalism : Generations, Politics, and “Taiwanese Nationalism” ». Policy Studies 26. Washington : East-West Center.

——. 2011. « Strawberry Jam : National Identity, Cross-strait Relations, and Taiwan’s Youth ». In Cal CLARK (éd.), The Changing Dynamics of the Relations among China, Taiwan, and the United States. Newcastle upon Tyne : Cambridge Scholars Publishing. 78-95.

——. 2016. « The China Impact on Taiwan’s Generational Politics ». In Gunter SCHUBERT (éd.), Taiwan and the « China Impact ». Challenges and Opportunities. Londres : Routledge. 70-90.

RYDER, Norman B. 1965. « The Cohort as a Concept in the Study of Social Change ». American Sociological Review 30 (6) : 843-61.

SULLIVAN, Jonathan. 2019. « The Coevolution of Media and Politics in Taiwan : Implications for Political Communications ». International Journal of Taiwan Studies 2 : 85-110.

TILLY, Charles. 1978. From Mobilization to Revolution. Reading : Addison-Wesley Publishing.

WINNICOTT, Donald.1969. De la pédiatrie à la psychanalyse. Lausanne : Payot.

Haut de page

Notes

1 « Taiwan Likes Facebook, Has Highest Penetration », Taipei Times, 28 février 2014, http://www.taipeitimes.com/News/biz/archives/2014/02/28/2003584495 (consulté le 7 février 2022).

2 Central News Agency, « Number of Taiwanese Working in China Hits 10-year Low », Taiwan News, 18 décembre 2019, https://www.taiwannews.com.tw/en/news/3839550 (consulté le 6 février 2022).

3 Yvonne Chang et Joanne Chen, « Strawberries the Frame », Taiwan Today, 1er octobre 2007, https://taiwantoday.tw/news.php?unit=12,29,33,45&post=22182 (consulté le 12 juillet 2021).

4 Dossier spécial « 打造年輕世代的希望之國 » (Dazao nianqing shidai de xiwang zhi guo, Créer le pays de l’espoir pour la jeune génération), Career (就業情報) n° 335, mars 2004.

5 Eric Lin, « Le pouvoir de réaliser son rêve », Taiwan aujourd’hui, vol. XXI, n° 2, février 2004, p. 20.

6 Voir également : Dossier spécial « 被出賣的世代 » (Bei chumai de shidai, La génération trahie), Jin zhoukan (今周刊), vol. 902, 3 avril 2014, p. 86-111 ; Rebecca Lin, « Fissure Point Identified at 39 Years Old », CommonWealth Magazine (天下雜誌), 6 janvier 2017, https://english.cw.com.tw/article/article.action?id=598 (consulté le 6 février 2022) ; Lucy Chao, « Seeking Freedom, Living for the Moment », CommonWealth Magazine (天下雜誌), 28 septembre 2017, https://english.cw.com.tw/article/article.action?id=1677 (consulté le 6 février 2022) ; Rebecca Lin « 台灣vs.中華民國世代衝突, 更勝南北 » (Taiwan vs. Zhonghua minguo shidai chongtu, gengsheng nanbei, Taiwan versus République de Chine, le conflit de génération surpasse la division sud-nord), CommonWealth Magazine (天下雜誌), n° 689, 31 décembre 2019, p. 96-9.

7 Mark Harrison, « The Anti-media Monopoly Movement in Taiwan », The China Story, 20 décembre 2012, https://archive.thechinastory.org/2012/12/the-anti-media-monopoly-movement (consulté le 6 juillet 2021).

8 En mandarin, « endurer des difficultés » se dit chiku (吃苦), ce qui signifie littéralement « manger quelque chose d’amer ». D’où l’utilisation de la margose, ou melon amer (kugua 苦瓜), comme symbole d’une génération qui considère son horizon bouché par la situation économique de Taïwan (faiblesse des salaires, envolée des prix de l’immobilier et prolifération des heures supplémentaires non payées). Par ailleurs, le caractère zu (族) qui signifie « clan » ou « groupe ethnique » est souvent employé à Taïwan de façon abusive pour parler d’un « groupe générationnel » comme dans l’expression caomeizu (草莓族, « le groupe générationnel des fraises ») que l’auto-désignation kuguazu cherche à contrer.

9 Hsu Chi-wei et Evelyn Kao, « Students Move to Boost Youth Voters Turnout », Focus Taiwan, 10 janvier 2016, https://focustaiwan.tw/politics/101601100012 (consulté le 14 février 2022); Chen Chien-ming 陳建銘, « 亡國感大噴發 ! » (Wangguogan da penfa !, Éruption du sentiment de crise nationale !), Cheers, 12 janvier 2020, https://www.cheers.com.tw/article/article.action?id=5096064&page=2 (consulté le 5 juillet 2021).

10 Une partie des effectifs des « moins de 40 ans » a évidemment changé au cours de cette période. L’objectif est surtout de faire ressortir une tendance générale. Pour les sondages postélectoraux, voir : Hsu Chi-wei et Evelyn Kao, « Students Move to Boost Youth Voters Turnout », op. cit; et Chen Chien-ming 陳建銘, « 亡國感大噴發 ! » (Wangguogan da penfa !, Éruption du sentiment de crise nationale !), op. cit.

11 Rapport de la Commission centrale des élections de Taïwan, cité par Nathan Batto, « The 2020 Surge in Youth Turnout », Frozen Garlic, 1er janvier 2021, https://frozengarlic.wordpress.com/2021/01/01/the-2020-surge-in-youth-turnout/ (consulté le 5 juillet 2021).

12 Jens Damm, « How Will Conservative Backlash to Same-sex Marriage Impact Tsai Ing-wen’s Chances for Re-election? », Taiwan Insight, 5 janvier 2020, https://taiwaninsight.org/2020/01/05/how-will-conservative-backlash-to-same-sex-marriage-impact-tsai-ing-wens-chances-for-re-election/ (consulté le 6 juillet 2021) ; Wang Rath, « Taiwan’s Youth Across All Spectrum Mobilizes to Increase Voter Turnout », The News Lens, 10 janvier 2020, https://international.thenewslens.com/feature/taiwan2020/129897 (consulté le 6 juillet 2021).

13 Brian Hioe, « Han Kuo-yu Causes Controversy After Recent Strings of Gaffes », New Bloom, 29 octobre 2019, https://newbloommag.net/2019/10/29/han-kuo-yu-gaffes/ (consulté le 12 juillet 2021).

14 Tanguy Lepesant, « Demand for Generational Justice and the 2020 Taiwan Presidential Election », Taiwan Insight, 31 juillet 2019, https://taiwaninsight.org/2019/07/31/demand-for-generational-justice-and-the-2020-taiwan-presidential-election/ (consulté le 6 juillet 2021) ; Roger Yan 嚴文廷, « 陳美華 : 性別歧視歷年之最, 高雄市民對韓投下不信任票 » (Chen Meihua : Xingbie qishi linian zhi zui, Gaoxiong shimin dui Han touxia buxinrenpiao, Chen Mei-hua : face à un sexisme sans précédent, le vote de défiance contre Han des électeurs de Kaohsiung), The Reporter (報導者), 12 janvier 2020, https://www.twreporter.org/a/2020-election-gender-and-generation-issues (consulté le 12 juillet 2021).

15 Russel Hsiao, « Polls : DPP Party Identification Surges amid China’s Intensifying Pressure », Global Taiwan Brief, 12 août 2020, https://globaltaiwan.org/2020/08/vol-5-issue-16/#RussellHsiao08122020 (consulté le 23 février 2022).

16 Gunter Schubert, « Quo Vadis, KMT? », CommonWealth Magazine (天下雜誌), 22 juin 2020, https://english.cw.com.tw/article/article.action?id=2743 (consulté le 6 juillet 2021).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tanguy Lepesant, « Conscience générationnelle et mobilisation politique des jeunes à Taïwan »Perspectives chinoises, 2022/1 | 2022, 59-70.

Référence électronique

Tanguy Lepesant, « Conscience générationnelle et mobilisation politique des jeunes à Taïwan »Perspectives chinoises [En ligne], 2022/1 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2023, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/12843

Haut de page

Auteur

Tanguy Lepesant

Tanguy Lepesant est maître de conférences à la National Central University (Taoyuan, Taïwan) et chercheur associé à l’antenne du CEFC à Taipei. No. 300, Jhongda Rd., Jhongli City, Taoyuan County 32001, Taïwan (leiposan@gmail.com).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search