Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2022/2DossierJiaohua, une pratique éducative d...

Dossier

Jiaohua, une pratique éducative dans l’entreprise « confucéenne »

Lan Jiang Fu
p. 47-56

Résumé

Fondé sur un travail de terrain réalisé entre 2016 et 2020 dans trois entreprises privées chinoises, cet article analyse la mise en place du jiaohua, une notion clé du confucianisme, au sein de l’entreprise « confucéenne ». Dans les deux premières parties, nous analysons les mesures principales mises en place par ce type d’entreprises pour tenter de modeler et de transformer le comportement et l’état d’esprit de leurs salariés. Nous nous intéressons ensuite à la manière dont la vocation éducative de ces entrepreneurs s’inscrit dans un projet d’éducation soutenu par les autorités à l’échelle nationale, visant à l’établissement d’une morale citoyenne. Compte tenu du contexte sociopolitique de la Chine contemporaine, nous pouvons considérer que l’engagement de certains entrepreneurs privés à travers la promotion d’une « éducation confucéenne » reflète d’une part leur contribution à la fabrication d’un citoyen moderne que l’Etat appelle de ses vœux, d’autre part leur conviction que le confucianisme offre des ressources permettant de construire une éthique du capitalisme chinois.

Haut de page

Notes de la rédaction

Manuscrit reçu le 29 juin 2021. Accepté le 21 décembre 2021.

Texte intégral

Je suis particulièrement reconnaissante envers Sébastien Billioud pour ses avis précieux. Les échanges avec Wang Canglong ont été également fructueux dans l’élaboration du présent article. J’exprime aussi ma reconnaissance aux deux évaluateurs anonymes pour leurs commentaires et suggestions pertinents.

Introduction

  • 1 Termes empruntés à Billioud et Thoraval (2014 : 9).

1Le confucianisme, dont les valeurs philosophiques et morales sont considérées par les iconoclastes du début du XXe siècle comme allant à l’encontre de la modernisation, perd alors la place centrale qu’il occupait à la fin de l’Empire. En Chine continentale, l’époque maoïste connaît un anti-confucianisme forcené trouvant son paroxysme lors de la Révolution culturelle. Depuis la fin du XXe siècle, avec un essor économique basé sur l’ouverture du marché, un renouveau croissant du confucianisme s’observe dans la société chinoise. D’abord dans la sphère académique, sous l’appellation générique de « fièvre du confucianisme » (ruxue re 儒學熱), puis de « fièvre des études nationales » (guoxue re 國學熱), le regain d’intérêt pour le confucianisme, qui s’élargit à l’ensemble de la « culture traditionnelle », gagne du terrain à partir du milieu des années 2000 « au plus profond de la population chinoise elle-même »1. Ici, il nous paraît indispensable de placer en permanence entre guillemets les mots récurrents dans notre travail comme « confucianisme », « culture traditionnelle » ou encore « tradition ». En effet, les entrepreneurs que j’ai rencontrés sur le terrain s’approprient ces termes souvent de manière très libre et parfois imprécise. Mon objectif dans cet article n’est pas de formuler une analyse critique de l’emploi de ces catégories, mais de m’y intéresser en ce qu’elles orientent l’action, et donc en les reprenant comme telles, en actant simplement leur caractère émique au moyen de guillemets. Le renouveau confucéen populaire observé durant cette période revêt différentes formes, pénètre différents domaines – religieux (incluant également toutes les pratiques de culture de soi), patrimonial, économique, touristique, et se traduit par « un intérêt renouvelé et massif » pour la culture traditionnelle (Billioud 2007 : 53-68). En parallèle de toutes ces dynamiques, un engouement pour des formes d’éducations traditionnelles émerge et s’institutionnalise dans la société civile chinoise contemporaine. Inspirées du 教化 jiaohua, une notion clé du confucianisme comportant une double dimension d’« éducation » (jiao) et de « transformation » (hua), ces pratiques éducatives revêtent des formes très différentes de celles rencontrées dans les institutions d’éducations officielles. Elles ne consistent pas uniquement à acquérir des connaissances, mais contiennent également une dimension de normalisation éthique visant à ce que l’individu s’améliore dans ses comportements et « se transforme » (Billioud et Thoraval 2014 : 31). L’avènement de ce phénomène en Chine contemporaine ainsi que sa signification n’ont pas échappé à l’attention des sociologues. Ainsi, le débat autour du thème du jiaohua est le sujet d’analyse de nombre de travaux de recherche des dix dernières années. Ces derniers ont porté sur la lecture des textes classiques (Dutournier 2011 ; Billioud et Thoraval 2014 : 63-87 ; Wang 2018), sur les nouveaux systèmes d’éducation inspirées de la tradition (Billioud 2011b ; Dutournier 2011 ; Billioud et Thoraval 2014 ; Yu 2016 ; Wu 2019), sur le rôle du jiaohua dans certains projets religieux (Billioud 2011a), ou encore sur le rapport du jiaohua à des formes d’expression artistique traditionnelles (Ji 2008).

  • 2 Il est nécessaire de souligner que la formation des employés n’est pas nouvelle dans l’histoire de (...)
  • 3 Parmi l’immense littérature consacrée à la RSE, quelques travaux relativement récents sont ici cité (...)

2Ici, je m’intéresse à une sphère, celle de l’entreprise, qui, a priori, semble être très éloignée du domaine de l’éducation moralisatrice et transformatrice qui caractérise le jiaohua2. En effet, en tant qu’unité organisationnelle de production, l’entreprise doit assurer un rôle qui est avant tout économique. Cette perception de la fonction de l’entreprise est liée à la « marque première du capitalisme » qui se caractérise par « la remise en jeu perpétuelle du capital dans le circuit économique dans le but d’en tirer un profit » (Boltanski et Chiapello 1999 : 35-6). Mais cette soumission à la seule logique marchande pose des problèmes drastiques concernant l’existence même de la société (Polanyi 1983). Dans le contexte global, le capitalisme génère des inégalités d’une ampleur inédite, conduisant en réaction à l’émergence et au développement de dynamiques de moralisation à l’échelle internationale, qui touchent autant les sphères économiques que sociales. L’importance prise par la responsabilité sociale des entreprises (RSE) ces dernières décennies en constitue une bonne illustration3. Dans le cas de la Chine, qui a connu une croissance spectaculaire à la suite de la politique de réforme et d’ouverture, on assiste au cours de ces dernières années à des débats sur la figure et la responsabilité sociale de l’entrepreneur privé (Guiheux 2006 ; Séhier 2014 ; Desplain 2019). Selon Desplain, ce phénomène peut être interprété dans une perspective historique. Sous le régime maoïste, l’organisation de l’économie était basée essentiellement sur la planification et la nationalisation des moyens de production (Guiheux 2018 : 37). Sous le nom générique de 單位 (danwei, unité de travail), les entreprises publiques ont joué pendant cette période un rôle non seulement économique, mais aussi social, politique et administratif. Avec les réformes initiées à la fin des années 1970 et le développement de l’économie de marché, un grand nombre d’entreprises privées voient le jour et se renforcent, mues avant tout par une rationalité économique. Cette reconfiguration des entreprises bouleverse l’ancienne organisation sociale de l’époque maoïste (Huchet et Yan 1996 ; Rocca 1996, 2006 ; Eyraud 1999 ; Pairault 2001 ; Kernen 2004 ; Guiheux 2006), et les nouvelles exigences d’accumulation de profits dynamisent le marché. Mais, parallèlement à son essor économique, la société chinoise se voit fragilisée par différents maux caractéristiques d’un développement insuffisamment régulé du système capitaliste : inégalités sociales, délitement des valeurs morales, dégradation environnementale, etc.

3Dans ce contexte, le renouveau confucéen apparu dans la société chinoise durant les années 2000 permet à certains chefs d’entreprise de développer un sens des responsabilités envers la société en s’appropriant une ressource spirituelle qui diffère à la fois des valeurs portées par le capitalisme libéral et de l’idéologie socialiste qui prévaut dans le pays depuis l’arrivée au pouvoir du Parti communiste chinois (PCC). S’inscrivant dans le mouvement marqué par cette nouvelle tendance, certains chefs d’entreprise, en revendiquant le titre de 儒商 (rushang, entrepreneur confucéen), un terme ancien qui désigne à l’origine un statut nouveau des marchands dans la société impériale à partir de la dynastie des Ming (1368-1644) et un rapprochement avec le milieu des lettrés4, s’orientent vers le confucianisme, ou plus largement vers la « culture traditionnelle » chinoise. Ce phénomène prend de plus en plus d’ampleur jusqu’à connaître un véritable engouement qui se retrouve dans une multitude de contextes. Des universités prestigieuses comme l’Université de Pékin ou l’Université Tsinghua dispensent des cursus de formation en « études nationales » (guoxue國學) aux entrepreneurs qui s’intéressent à la « culture traditionnelle »5. De nouvelles structures de formation privées fondées sur l’étude de la « culture traditionnelle » et destinées aux entrepreneurs fleurissent dans le pays : c’est par exemple le cas de l’académie des marchands chinois (Huashang shuyuan華商書院) créée en 2006 à Shenzhen6. Certains entrepreneurs expriment souvent leurs idées sur le terme rushang par le biais de publications ou sur les réseaux sociaux. L’organisation de nombreux forums portant le nom de rushang ces dernières années montre que l’engouement pour le confucianisme dans le milieu des entrepreneurs ne cesse de prendre de l’ampleur. Apparue déjà dans les années 2000, l’organisation de forums de rushang n’est pas un phénomène nouveau. Entre 2008 et 2010, le forum nation des entrepreneurs de Qingdao (Qingdao quanguo qiyejia luntan青島全國企業家論壇) institué à Qingdao, dans le Shandong, a attiré chaque année un large public. Parmi les forums les plus récents, on peut évoquer le forum des entrepreneurs confucéens de Bo’ao (Bo’ao rushang luntan博鰲儒商論壇). Depuis 2016, à l’initiative de Li Honglei 黎紅雷, professeur de philosophie à l’Université Sun Yat-sen, ce forum organise sa conférence annuelle à Bo’ao, sur l’île de Hainan, rassemblant non seulement des entrepreneurs, mais aussi des universitaires et des officiels. La conférence de 2019 a compté près de 2000 personnes. Parallèlement à leur participation à la promotion des « valeurs traditionnelles » dans ces différents contextes, ces chefs d’entreprise « confucéens » tentent également de construire une « culture d’entreprise » en s’inspirant de valeurs « traditionnelles » pour la gestion de leurs activités, mais également en mettant en place de véritables politiques de jiaohua à destination de leurs salariés.

4Cet article se donne pour objectif d’analyser la pratique de jiaohua dans l’entreprise « confucéenne ». Je m’intéresse notamment aux mesures principales de la mise en place du jiaohua au sein de ce type d’entreprises, avant d’examiner également comment, dans une Chine marquée aujourd’hui par une crise des valeurs, la vocation éducative de ces entrepreneurs inspirés par la tradition s’inscrit dans un projet d’éducation soutenu par les autorités à l’échelle nationale, visant à l’établissement d’une morale citoyenne. Mon hypothèse est que, compte tenu du contexte sociopolitique actuel en Chine, il est possible de considérer l’engagement social de certains entrepreneurs privés à travers une éducation « confucéenne » comme reflétant l’émergence d’une figure de l’entrepreneur qui conçoit son rôle de manière plus large qu’à travers la seule maximisation des résultats économiques de l’entreprise.

  • 7 Les entreprises et les personnes évoquées dans le présent travail sont toutes anonymes.

5Ce travail repose sur des études de terrain effectuées entre 2016 et 2020 au sein de trois entreprises privées, TW, GD et FT7. TW se situe à Dongguan, dans la province du Guangdong. Fondée en 1997, cette firme est active dans le secteur de la fabrication des pièces électroniques pour les téléphones portables, et compte moins de 500 employés. Depuis le milieu des années 2000, TW met en pratique des « valeurs culturelles traditionnelles », et se donne pour objectif de se transformer en une « entreprise-école » (xuexiao xing qiye學校型企業). Située dans une nouvelle zone industrielle de Suzhou, à une centaine de kilomètres de Shanghai, GD, qui compte 2 000 salariés en 2016, est une entreprise cotée en bourse qui fabrique des cartes électroniques destinées aux téléviseurs et à d’autres appareils électroménagers. Au début des années 2000, GD se lance dans le projet de construire une « entreprise visant le bonheur [des employés] » (xingfu qiye幸福企業) fondée sur la « culture familiale » (jiawenhua家文化). FT se situe dans la zone de développement économique de Cixi, à soixante kilomètres de Ningbo, dans la province du Zhejiang. Pionnier dans le domaine de la fabrication des équipements de cuisine, le groupe compte 15 000 employés, et son chiffre d’affaires en 2016 atteint huit milliards RMB (environ un milliard d’euros). M. M, le président du groupe, a justifié en différentes occasions le succès de FT par son attachement à des « valeurs traditionnelles chinoises ». Ces dernières années, l’entreprise s’est donnée pour ambition de devenir une « entreprise majeure » (weida de qiye偉大的企業).

6Mon analyse se déroulera en trois temps. Dans une première partie, je présenterai la mise en pratique de l’étude des ouvrages classiques au sein de l’entreprise « confucéenne », en m’intéressant à son organisation et à son influence sur la vie quotidienne au sein de l’entreprise et sur la gestion du personnel. Dans un deuxième temps, en mettant en avant leurs dimensions symbolique et rituelle, j’étudierai une panoplie de pratiques visant à une normalisation du comportement et à la moralisation des salariés. Enfin, à travers une analyse des discours de ces entrepreneurs qui tentent de susciter un engagement profond de leurs salariés, j’analyserai les enjeux de ce type d’éducation souvent présenté comme visant à promouvoir la « moralité » dans l’ensemble de la société.

L’étude des classiques au sein de l’entreprise

7En tant qu’élément essentiel des projets éducatifs d’inspiration confucéenne, l’étude d’ouvrages classiques occupe aujourd’hui une place centrale dans les activités quotidiennes des entreprises se réclamant des « valeurs traditionnelles ». Dans les trois entreprises qui constituent mon terrain d’observation, cette pratique est mise en place progressivement à partir des années 2000. Les ouvrages dont la lecture est proposée aux employés sont la plupart du temps associés à la tradition confucéenne, comme les Entretiens de Confucius (Lunyu論語), les Règles du disciple (Dizigui弟子規), ou encore la Grande étude (Daxue大學).  Pourtant, les textes promus ne se limitent pas aux canons confucéens et relèvent parfois de l’ensemble de la « culture traditionnelle » – pour reprendre l’expression souvent mobilisée par ces chefs d’entreprise – couvrant les trois enseignements : confucianisme, bouddhisme et taoïsme. Par exemple, chez GD, Les trois classiques fondamentaux (Sangenjing三根經) constitue l’un des manuels principaux pour la lecture de classiques. Ce livre est composé de trois textes classiques qui représentent respectivement les trois religions : le Dizigui qui se concentre sur la piété filiale et le respect des aînés et des enseignants s’inscrit dans la tradition confucéenne, le Livre des récompenses et des peines (Taishang ganying pian 太上感應) renvoie au taoïsme, et le Discours sur les dix vertus (Shishanye dao jing 十善業道) se rattache au bouddhisme en prêchant les dix vertus bouddhiques (Illustration 1). L’objectif de la promotion de ces textes est avant tout de permettre aux salariés de se familiariser avec une culture classique qu’ils connaissent la plupart du temps très mal. Cette activité devient cependant si courante et fréquente dans la vie de ces entreprises qu’elle en constitue parfois un véritable vecteur managérial.

Illustration 1. Les salariés de GD sont en train de lire Sangenjing. Crédit : auteure.

  • 8 Observations sur le terrain, Dongguan, décembre 2016.
  • 9 Entretien avec M. L, Dongguan, décembre 2016.
  • 10 Cette indemnité a été supprimée ces dernières années. M. L. nous explique ainsi la raison de la fin (...)
  • 11 Entretiens avec M. Y et avec Mme Z, directrice des ressources humaines de TW, Dongguan, décembre 20 (...)

8Chez TW, la lecture de textes canoniques est imposée à l’ensemble des salariés, cadres et ouvriers, et se déroule très souvent suivant un rythme soutenu. Le personnel doit lire des extraits du Dizigui deux fois par jour, le matin à cinq heures et demie, et le soir avant le dîner. Le mardi soir est consacré aux études du Lunyu. Ces séances sont également accompagnées de partages de réflexions, ainsi que de lectures à voix haute et de récitations des textes8. Si les informations que nous avons recueillies auprès de TW révèlent que cette organisation très stricte n’est plus aujourd’hui contestée par les salariés, ce n’était cependant pas le cas lors de la mise en place du système. Au début de l’année 2009, alors que la lecture des classiques venait d’être établie, l’entreprise dut faire face à des vagues de démissions (près de 50 à 60 % des effectifs). Pourtant, il était hors de question pour M. L, le patron de TW, de changer sa politique, car il était convaincu de l’importance du partage de valeurs communes au sein d’une entreprise : « Les gens dont les principes diffèrent ne peuvent pas établir un projet ensemble » (Dao butong, bu xiang wei mou道不同, 不相為謀)9. Par conséquent, la participation aux séances d’études des classiques et de partage des valeurs « traditionnelles » promues par l’entreprise est devenue un élément intégré aux critères d’évaluation professionnelle des salariés et peut avoir un impact direct sur leur emploi. Ainsi, la présence à ces séances et la ponctualité sont prises en compte parmi les indicateurs d’évaluation du comportement des salariés ; une prime de 5 RMB est aussi distribuée pour chaque présence10. Au niveau du recrutement, être prêt à s’engager dans l’apprentissage des classiques constitue l’un des critères fondamentaux de l’embauche. De plus, en dehors de la compétence professionnelle, être capable d’assimiler volontairement les valeurs promues par l’entreprise semble permettre d’accéder plus facilement aux postes à responsabilité. Depuis son arrivée à TW au début des années 2000, M. Y, le directeur général adjoint de l’entreprise, a participé à de nombreux cursus de formation dans différents centres d’étude de la « culture traditionnelle », souvent en accompagnant M. L. Aujourd’hui, en tant que « compagnon de route » de son directeur, M. Y figure parmi les personnes clés de TW, autant dans le management que pour les activités de la promotion des valeurs « traditionnelles » menées par la firme11. Ainsi, l’étude des ouvrages classiques à TW constitue une activité professionnelle ayant un impact concret sur la carrière du personnel, et notamment sur le recrutement, la promotion, le niveau du salaire, ou encore le licenciement.

  • 12 Entretien avec M. M, Ningbo, juin 2017.
  • 13 Ibid.

9Si l’étude des classiques chez TW semble particulièrement stricte, mes observations révèlent que le style d’organisation peut varier selon les entreprises. M. M, président-directeur général du groupe FT, s’oriente vers une méthode plus flexible. Durant notre entretien, il précise qu’il préfère compter sur l’autonomie des salariés que de leur imposer un système d’évaluation chiffré. Il dit à plusieurs reprises que l’apprentissage de la « culture traditionnelle » est un processus lent, durant lequel les individus assimilent peu à peu ses valeurs en se transformant progressivement12. De ce fait, il accorde aux différents services de l’entreprise une autonomie pour organiser les études de classiques, notamment au niveau des emplois du temps. Chaque séance de lecture destinée aux ouvriers est suivie d’un échange entre collègues. Chacun est incité à partager avec les autres ses trois « bonnes actions » (haoren haoshi好人好事) récemment effectuées ; et en même temps à réfléchir, avec l’aide de ses collègues, à trois points à améliorer dans son comportement. De cette manière, M. M tente de mettre en avant l’impact de l’étude des classiques sur le comportement des ouvriers et attend que ces derniers s’appuient sur les ouvrages classiques pour normaliser leur comportement. Quant aux cadres et aux personnels administratifs, ils sont invités à étudier les Notes sur la transmission d’une pratique morale (Chuanxilu 傳習錄) de Wang Yangming 王陽明 (1472-1529), un grand représentant du néoconfucianisme de la dynastie des Ming. Cet ouvrage a une portée philosophique plus notable que celle du Dizigui. À la fin de chaque séance de lecture, plutôt que de faire un compte rendu de leur comportement au quotidien, les cadres doivent présenter une interprétation de ce qu’ils viennent de lire, en la mettant en rapport avec leurs activités professionnelles. M. M évoque dans différents contextes l’influence que la pensée de Wang Yangming a sur lui ainsi que sur la gestion de son entreprise. Il considère l’innovation technique comme une stratégie de développement clé de l’entreprise, puisqu’elle s’inspire, selon lui, de l’idée de l’« extension de la connaissance morale innée » (zhi liangzhi 致良知) et de l’idée de faire émerger notre « esprit originel » (benxin 本心), deux concepts fondamentaux de Wang Yangming. Pour faire assimiler la pensée du philosophe aux managers de l’entreprise, M. M a créé un groupe sur WeChat où il discute souvent avec ces derniers. Ainsi, ces échanges avec les managers se présentent à la fois comme des moments de partage intellectuel et des occasions de trouver dans la sagesse du grand philosophe des inspirations pouvant être utiles au management13. La flexibilité caractérisant l’organisation de l’étude des classiques chez FT résulte d’une politique de promotion de la « culture traditionnelle » qui favorise à la fois une « assimilation graduelle » (xunhua熏化) du confucianisme et la prise en compte de son intérêt pratique sur la gestion.

L’intégration de valeurs confucéennes à travers des pratiques symboliques et rituelles

  • 14 Je suis redevable à Billioud (2011a) de cette idée.

10Le jiaohua ne se limite pas à des lectures. L’apprentissage des ouvrages classiques permet certes aux salariés d’acquérir des connaissances nécessaires à leur progression spirituelle14, mais les entreprises promeuvent également leur jiaohua à travers des pratiques symboliques et rituelles visant une intégration de certaines valeurs associées à la tradition confucéenne, comme la « piété filiale » (xiao孝) ou encore l’ « humilité » (qianbei謙卑).

La réappropriation de la piété filiale

11Clé de voûte du 仁 (ren, le « sens de l’humain »), la piété filiale exprime par excellence « la réponse naturelle d’un enfant face à l’amour que lui portent ses parents dans le contexte général de l’harmonie familiale et de la solidarité entre les générations » (Cheng 1997 : 71). Dans la société chinoise traditionnelle, ce concept pouvait s’étendre du système de parenté à d’autres types de relations sociales et servait par exemple de modèle pour la loyauté personnelle due aux gouvernants (ou aux supérieurs), d’où le lien étroit entre la piété filiale et la loyauté (zhong忠) (Goossaert et Palmer 2012 : 186). Ainsi, la piété filiale est souvent considérée comme une vertu morale garantissant l’ordre éthique et le principe de la réciprocité dans la société traditionnelle. C’est pourquoi, au sein du mouvement du renouveau confucéen apparu en Chine continentale depuis le début des années 2000, la piété filiale a été largement promue par différents nouveaux mouvements religieux, comme le groupe bouddhiste du Maître Jingkong (Jingkong fashi 淨空法師) (Ji 2018) et le Yiguandao (一貫道) (Billioud 2020b), ou encore par certaines académies (shuyan 書院) (Chung 2018 : 140), de nouvelles institutions d’éducation inspirées de la tradition. Ici, je m’intéresse à la manière dont les entreprises « confucéennes » tentent de mettre en relief cette ancienne valeur.

12On observe dans les trois entreprises une panoplie de pratiques visant à revitaliser la piété filiale auprès des salariés. Chez FT, chaque employé est censé réaliser régulièrement « des actes de piété filiale » (xingxiao行孝) envers ses parents, c’est-à-dire des actions qui pourraient plaire aux parents. À TW, la piété filiale est la première des valeurs promues ouvertement par l’entreprise (Illustration 2). Certaines pratiques symboliques sont encouragées par la direction afin de permettre aux employés d’exprimer leur amour et leur gratitude envers leurs parents. Il s’agit par exemple d’offrir aux parents des « chaussures de piété filiale » (xiaoqin xie孝親鞋), des seaux pour les bains de pieds, ou encore des gâteaux de lune à l’occasion de la Fête de la mi-automne. L’entreprise encourage les salariés à rentrer dans leur province natale pendant le Nouvel an chinois et la Fête de Qingming marquée par la visite des tombes familiales. Chez GD, différents avantages sont proposés dans le souci du bien-être des parents des salariés, dont une allocation mensuelle de 200 RMB destinée aux salariés ayant des parents de plus de 80 ans.

  • 15 Un service de « propagande » s’est mis en place au sein de GD dans l’objectif de garder une trace d (...)
  • 16 Documents vidéo internes à GD.

13En dehors de ces avantages matériels dont l’objectif est d’honorer les personnes âgées, certaines de ces entreprises organisent des séances de formation thématique à la piété filiale. Chez GD par exemple, entre 2014 et 2015, douze sessions de formation intitulées « classe de l’éducation du saint et du sage » (sheng xian jiaoyu ban 聖賢教育班) ont été organisées. La piété filiale en constituait l’un des thèmes les plus importants. Ces formations ont réuni un total de 2 000 participants, soit la quasi-totalité du personnel. Les documents vidéo de l’entreprise réalisés à ces occasions montrent différentes pratiques « éducatives » au cours de ces séances15 : l’écriture d’une lettre aux parents, la lecture de la lettre devant un public, les échanges d’expériences souvent sous forme de confession publique, ou encore le lavage des pieds des parents. Ces pratiques, visant à permettre une prise de conscience du manque de piété filiale, sont souvent accompagnées des discours qui expriment des remords ou une reconnaissance envers les parents16. Les larmes aux yeux, Mme X, salariée de GD, exprime ainsi devant tous les participants ses sentiments et son repentir de ne pas avoir eu de comportement filial :

  • 17 Ibid.

Je souhaiterais dire pardon à ma mère. Je l’ai détestée et même haïe ces derniers temps. Elle s'en prenait toujours à moi, disant que j'étais mauvaise pour ceci ou cela. Donc, pendant presque un mois, je ne lui ai pas adressé la parole. Bien que nous vivions sous un même toit, nous sommes comme deux étrangères… J’ai quasiment oublié d’où je viens ! Sans ma mère, je n’existerais même pas dans ce monde ! En voyant ce court métrage où l’on s’agenouille pour laver les pieds de sa mère, ce que je n'ai jamais fait jusqu’à aujourd’hui, je me dis que c’est la première chose que je vais faire en rentrant à la maison. Je ne sais pas cuisiner non plus. Dorénavant, je vais apprendre à faire la cuisine. Et je vais aussi passer plus temps auprès de ma mère17.

  • 18 Ibid.

14Ce type de confessions (huiguo悔過, littéralement « se repentir d’une faute »), exposant sans rien dissimuler ses sentiments et ses remords, assorti souvent de pleurs, est marqué par un aspect émotionnel très fort. La lecture publique de la lettre destinée aux parents constitue une forme d’échange avec les autres participants. Certains d’entre eux, emportés par l’émotion, montent sur la scène embrasser le locuteur ou la locutrice, et prennent ensuite la parole à leur tour pour continuer les échanges18. Ces séances autour de la piété filiale constituent des pratiques rituelles et symboliques qui sont fortement marquées par des émotions partagées. À travers ce processus émotionnel (gandong 感動), se crée une émotion collective dont la fonction est fédératrice, l’objectif final étant une incorporation collective des valeurs et plus spécifiquement ici de la piété filiale.

15Chez GD, la sacralisation de la piété filiale à travers des pratiques symboliques et rituelles démontre que ce concept traditionnel est érigé comme le fondement de l’éducation morale confucéenne mise en œuvre par la firme. M. W, le fondateur de GD, le confirme ainsi :

  • 19 Documents vidéo internes à GD.

« La piété filiale est la première de toutes les bonnes actions » (Baishan xiao wei xian百善孝為先). Toutes les difficultés que nous rencontrons dans la vie proviennent du manque de piété filiale. Toutes nos affaires du quotidien sont reliées à la piété filiale19.

  • 20 Ibid.

16La promotion de la piété filiale peut aussi s’interpréter du point du vue de la rationalité économique. En s’appuyant sur la vertu morale de ce concept traditionnel, le patron vise à obtenir la loyauté et le dévouement de ses employés. Mme G, directrice des ressources humaines de GD, atteste par les mots qui suivent l’enjeu managérial de promotion de la piété filiale : « Seuls les enfants respectant leurs parents respecteront leurs supérieurs quand ils seront grands »20. Toujours enraciné dans la piété filiale, qui se déclinait également au sein de la famille en une relation affective entre frère aîné et frère cadet, le modèle « familial » revendiqué par GD doit également lui permettre d’établir des relations personnelles harmonieuses au sein de la structure. Il n’est donc pas difficile de comprendre pourquoi GD a pour objectif de devenir une entreprise fondée sur la « culture familiale », dont la clé de voûte est la piété filiale.

Hygiénisme, discipline et « humilité »

17En dehors de la piété filiale, un autre type de formation observable dans les documents vidéo de GD s’avère marquant : celui visant à apprendre aux salariés à faire le ménage. De nombreuses scènes montrent que les salariés apprennent à ranger leurs affaires personnelles, à plier des couvertures, à essuyer des meubles, à nettoyer des toilettes, ou encore à ramasser des ordures. Ces pratiques autour du thème de l’hygiène se déroulent, tout comme la promotion de la piété filiale décrite précédemment, sous des formes symboliques et rituelles. Tous les membres du personnel (cadres et ouvriers confondus) souvent accompagnés par M. W lui-même s’impliquent dans le nettoyage avec beaucoup de soin et d’attention. Pour atteindre des coins difficiles d’accès, ils utilisent une brosse à dent ou un cutter pour éliminer toute trace de salissure. Leur dévotion appliquée à ces œuvres de nature « humble » sont empreintes d’une solennité religieuse. Pour qu’une couverture pliée ressemble à un « morceau de tofu carré », les salariés doivent appliquer toutes les consignes avec beaucoup de rigueur. Ces pratiques associant l’hygiénisme et la discipline peuvent s’interpréter sous deux aspects.

  • 21 Entretien avec M. W, Suzhou, mai 2017.

18Au début, ces activités reposant sur l’hygiénisme contribuent à mettre en valeur l’humilité, une qualité dont ces entrepreneurs « confucéens » jugent l’intégration importante : « Apprendre aux personnes à être humbles, c’est apprendre à réduire leur égo qui a tendance à être amplifié d’une façon exagérée dans une société où le matérialisme déborde »21. Se livrer à ces œuvres « humbles », « insignifiantes », et « impropres », semble donc pouvoir constituer une sorte de jiaohua permettant de s’initier à l’« humilité ».

  • 22 Étant récurrent dans le discours public durant les années 1990-2000, le mot suzhi, « faisait référe (...)

19Plus encore, apprendre à ranger ses affaires personnelles et à rester propre a pour objectif de faire comprendre aux salariés qu’ils doivent non seulement se montrer convenables dans l’espace public, mais aussi dans l’organisation de leur vie privée. Ce type d’éducation normative vise à améliorer la civilité de l’individu en augmentant sa « qualité » (suzhi 素質)22. Pour les entrepreneurs « confucéens », le « façonnage » des comportements à travers une « correction » de certaines mauvaises habitudes, constitue un chemin de culture de soi qui mène à une intégration progressive de la morale et de la discipline, lesquelles sont naturellement aussi des qualités que la majorité d’entre eux attendent de leurs salariés.

  • 23 Documents vidéo interne de GD.
  • 24 Ibid.

20Mme F, l’animatrice de la formation explique ainsi le rapport entre le rangement de ses affaires personnelles et la culture de soi : « Ce n’est pas parce que les affaires personnelles ont besoin d’être rangées, c’est parce que nous avons besoin, à travers le rangement de nos affaires, de découvrir les endroits en désordre et les coins oubliés dans notre esprit. Nous allons découvrir les imperfections au fond de notre cœur, puis nous allons récupérer les coins oubliés, pour rendre notre cœur parfait23 ». Mme G, directrice des ressources humaines de GD, insiste également sur l’importance de cette formation : « Ce que nous souhaitons, ce n’est pas simplement vous apprendre à plier des couvertures et des serviettes, ou à ranger des brosses à dents, c’est vous faire comprendre comment gérer et planifier votre vie24 ». Ainsi, l’entretien et l’hygiène personnelle sont considérés comme des moments propices au dialogue avec soi-même, un examen intérieur de son esprit permettant un remodelage des comportements et de l’état d’esprit de l’individu. Ce type de ritualisation des comportements, associant hygiénisme, discipline, et valeurs « traditionnelles », s’inscrit dans l’esprit de diverses campagnes de jiaohua qui ont pu être mises en œuvre en Chine moderne, par exemple dans le cadre du mouvement de la Vie nouvelle (xin shenghuo yundong 新生活運動) des années 1930 (Billioud 2016 : 803). Mais l’échelle, ici celle de l’entreprise, est très différente.

21L’adhésion aux valeurs traditionnelles à travers le jiaohua constitue selon certains entrepreneurs une façon efficace d’améliorer le comportement et la morale de l’individu. Cette soumission à la norme révèle un processus de domination exercé à travers le jiaohua. Si l’on constate que le jiaohua permet parfois une culture et une transformation profonde de soi (Jiang Fu 2021), dans le contexte de l’entreprise, ce mode d’éducation inspiré par le confucianisme est aussi avant tout un instrument de gestion.

De l’éducation normative des salariés à la construction de la moralité citoyenne

22Un autre aspect de l’éducation normative menée par l’entreprise « confucéenne » consiste en des discours et pratiques faisant appel à l’ardeur au travail des salariés.

23L’expression 性命雙修 (xingming shuangxiu, cultiver à la fois sa nature et son destin) provient du taoïsme et désigne initialement un ensemble de pratiques de culture de soi visant une parfaite harmonie entre le physique et le spirituel. Chez FT, c’est à travers une réinterprétation de cette expression que M. M demande un engagement entier de la part de ses employés reposant sur le perfectionnement de soi et le dévouement professionnel :

  • 25 Issu d’un document interne à FT.

Pour atteindre une vie complète et heureuse, nous devons cultiver à la fois notre nature et notre destin. La « culture de notre nature » réside dans la transformation et le perfectionnement de notre nature ; et la culture de notre destin consiste à accepter notre destin et à accomplir pleinement nos devoirs (jin benfen盡本分)25.

  • 26 Ibid.

24Mais pour M. M, « accepter son destin » n’est nullement une attitude passive, mais au contraire un engagement actif. Cette idée se manifeste par le souhait que M. M formule à l’égard de ses salariés : devenir à la fois « un élève et un combattant joyeux » (kuaile de xuexi zhe he fendou zhe快樂的學習者和奮鬥者). Pour ce faire, FT assure qu’une de ses responsabilités est de construire un environnement propice à l’accomplissement personnel de ses employés. Des systèmes de formations appliquant ces préceptes sont ainsi mis en œuvre. Le programme « lumières du soleil » (yangguang jihua陽光計劃) a par exemple pour objectif de repérer et de former des jeunes salariés ayant un fort potentiel pour les mener vers de futurs postes à responsabilité. En parallèle, M. M attend que ses employés fournissent des efforts acharnés tout au long de leur vie : « Le combat est l’état permanent de notre existence. Chaque homme a sa responsabilité. Nous vivons dans ce monde pour lutter, et non pour nous réjouir »26. Ces discours appelant au dévouement et à l’autodiscipline des salariés par le biais d’une certaine forme d’ascétisme visent à former une main d’œuvre diligente, motivée et productive.

25Sans utiliser les mêmes termes, M. W insiste également sur l’importance pour chaque individu de remplir le rôle que lui a assigné la société :

  • 27 Discours de M. W à l’occasion de l’anniversaire des 22 ans de GD.

Je souhaite toujours que chaque employé de GD devienne un modèle. A la maison, il doit être un bon fils, un bon père et un bon gendre. Dans son quartier, il doit être un bon volontaire. Dans l’entreprise, il doit être un bon ouvrier, un bon cadre. De plus, il doit savoir transmettre la culture du saint et du sage (shengxian wenhua 聖賢文化)27.

26Ces discours révèlent une attente d’engagement plus profond, plus complet qu’un simple rapport professionnel. En se portant sur le plan moral et en faisant appel aux valeurs civiques des employés, ces entrepreneurs font un rapprochement entre les représentations collectives de l’entreprise et la normalisation du comportement du citoyen dans la société. Ainsi, les expérimentations sur l’éducation morale de leurs salariés s’orientent-elles vers un projet plus large ayant pour objectif de contribuer à transformer l’ensemble de la société chinoise par la mise en œuvre d’une éducation normative. Cette vocation est représentée par M. L comme une des « responsabilités sociales de l’entreprise » :

  • 28 Entretien avec M. L, Dongguan, décembre 2016.

Le rôle de l’éducation est d’exercer une bonne influence sur quelqu’un afin qu’il s’améliore dans son comportement. C’est pour qu’un méchant ne commette plus de mauvaises actions, qu’une bonne personne s’améliore encore d’avantage (dans son comportement). Ceci est une des responsabilités sociales d’une entreprise. Notre entreprise doit prendre conscience de sa responsabilité en influençant la population à travers le jiaohua pour mieux la guider28.

  • 29 La lecture des classiques par les enfants constitue un phénomène notable dans le mouvement du renou (...)
  • 30 Observations sur le terrain, Dongguan, décembre 2016, janvier 2019, et janvier 2020.

27S’inscrivant dans la lignée de cette volonté d’engagement social à travers le jiaohua, les programmes d’étude des classiques de TW vont au-delà du cadre de la firme et s’adressent à un public plus large, incluant toutes les personnes qui s’intéresseraient à la « culture traditionnelle ». Entre 2009 et 2015, TW a organisé 166 cursus de formation à la « culture traditionnelle » destinés à un public très varié : habitants de la ville de Dongguan, familles et amis des salariés, « amateurs » venus de différentes régions, etc. De plus, initier la jeunesse à la tradition culturelle constitue un projet important. Depuis 2010, TW a fondé une classe d’ « études nationales » ouverte aux jeunes et adolescents. Des classes de « lecture des classiques par les enfants » (shao’er dujing 少兒讀經) sont organisées occasionnellement, par exemple pendant les colonies d’été financées par l’entreprise29. Pour mener à bien leurs projets éducatifs, ces chefs d’entreprises s’associent souvent avec des militants issus de différents horizons : professeurs d’université, intellectuels des milieux populaires, maîtres bouddhistes, fonctionnaires retraités, etc. Le développement des nouvelles technologies de communication modernise l’organisation des formations ouvertes à un public plus large. Grâce à la fonction de messagerie vocale ou écrite de WeChat, dans un groupe de discussion créé sur cette application par TW, des conférences et échanges en direct au sujet des études de la « culture traditionnelle » sont régulièrement organisés30.

  • 31 À ces programmes faisant référence à la tradition culturelle chinoise, s’ajoute une utilisation cro (...)

28Ces discours et pratiques qui reflètent un engagement de la nouvelle élite économique envers la société, émergent dans un contexte où l’on entend de plus en plus souvent que la société chinoise, ayant vécu un déclin de la morale à travers la montée du capitalisme et le déferlement du matérialisme, requiert un rétablissement de la moralité. En ce sens, la mise en pratique du jiaohua par ces entrepreneurs « confucéens » peut être considérée dans une certaine mesure comme faisant écho à des campagnes éthico-politiques initiées par le gouvernement chinois ces deux dernières décennies. En effet, depuis le début des années 2000, plusieurs campagnes visant au rétablissement de la moralité des citoyens ont été initiées par les autorités. Les thèmes et slogans mobilisés par le pouvoir dans ces campagnes font de plus en plus référence à la « tradition culturelle ». De la promulgation de plusieurs programmes visant une éducation morale des citoyens lancée au cours des années 2000 par Hu Jintao 胡錦濤31, le président chinois de l’époque, à la propagande sur les « valeurs fondamentales du socialisme » initiée par les autorités centrales actuelles en 2015, en passant par le slogan du « rêve chinois », l’État-parti tente de mettre en œuvre une série de projets à l’échelle nationale en s’appuyant dans une certaine mesure sur l’éthique confucéenne, souvent présentée comme les « vertus traditionnelles de la nation chinoise » (Zhonghua minzu de chuantong meide中華民族的傳統美德) dans le discours officiel. Des éléments associés à la tradition culturelle chinoise (pas uniquement confucéenne) font désormais partie d'un « cocktail idéologique » qui « comprend également d'autres dimensions telles que des références à l'héritage socialiste et à l'histoire du Parti communiste, ou aux succès économiques des dernières décennies » (Billioud 2020a : 89). À travers l’évocation d’un certain nombre d’éléments historiques, l’État-parti tente de s’inscrire dans une continuité et dans une sinité qui permettrait de lui conférer une légitimité historique. La visée principale de ce dernier est avant tout de maintenir son pouvoir à travers une éducation de la moralité de la population et un établissement de la confiance de cette dernière envers le gouvernement (Boutonnet 2009).

29Par rapport à ces mouvements initiés par les autorités, les discours et pratiques marqués par une ambition éducative de certains entrepreneurs « confucéens » démontrent leur tentative de se positionner comme des acteurs importants. Leurs démarches ont pour objectif d’influencer l’état moral de la population en s’appuyant sur les valeurs éthiques confucéennes, atténuant ainsi la crise morale sévissant au sein de la société chinoise et reconnue par tous d’une part (Kang 2000 ; Boutonnet 2009 ; Ci 2014 ; Pieke 2018 ; Li et Yan 2019 ; Yan 2020) ; et d’autre part, de répondre au discours éthico-politique de la propagande officielle afin de légitimer leurs activités. Ce caractère hybride qui se révèle dans le projet d’éducation des entrepreneurs confucéens inspiré du jiaohua, fait penser que ce projet dépasse désormais sa dimension purement éducative, en s’élargissant vers une plus large dimension politico-éducative.

Conclusion : l’« entrepreneur confucéen », un titre ancien au service de deux constructions

30L’entreprise « confucéenne » comporte une forte dimension éducative associée au jiaohua. D’après nos observations sur le terrain, cette dimension de jiaohua se traduit le plus souvent par une appropriation personnelle par les salariés de ressources textuelles, de pratiques rituelles et symboliques, et plus globalement d’un système de valeurs proposé par le management. Les motivations des « entrepreneurs confucéens » peuvent s’expliquer suivant deux axes. D’une part, une éducation qui met l’accent sur certaines valeurs « traditionnelles » telles que la piété filiale, l’humilité, l’abnégation, s’inscrit de manière instrumentale dans un projet visant à façonner une main d’œuvre dotée d’un certain nombre de vertus : loyauté, assiduité, discipline, modestie, civilité, etc. De plus, cette vocation éducative ne se limite pas uniquement aux salariés de l’entreprise, mais s’élargit à un public beaucoup plus vaste englobant l’ensemble de la population. Ainsi, l’ambition éducative de ces élites économiques peut être considérée comme prenant place dans un projet de construction d’un citoyen moderne de bonne qualité (suzhi) que l’État appelle de ses vœux. D’autre part, l’engagement social de ces entrepreneurs à travers la mobilisation d’une rhétorique confucéenne contribue à la construction d’une éthique des affaires. Si l’essor du secteur privé va de pair avec l’ascension économique de la Chine au cours des 40 dernières années, un discours de plus en plus courant au sein de la société sur le déclin de la morale et la montée en puissance du matérialisme met souvent en cause un capitalisme en quête frénétique du profit. De nombreux questionnements sur la figure de l’entrepreneur privé, dont le statut revêt un caractère ambigu depuis la réforme, en ont émergé. En effet, la perception des nouveaux entrepreneurs privés demeure paradoxale pour le pouvoir : d’une part, parce que la figure de l’entrepreneur privé incarnait l’ennemi du socialisme durant l’histoire révolutionnaire du Parti et que son rétablissement a sans doute suscité des débats idéologiques ; de l’autre, parce que la politique engageant le pays dans la voie de la modernisation économique a besoin de s’appuyer sur de nouveaux acteurs dynamiques parmi lesquels figurent évidemment les entrepreneurs privés. La promotion du nouveau statut de l’entrepreneur privé en tant que « héros de l’économie socialiste » par le Parti pendant la période de la réforme atteste de ce dernier point (Guiheux 2012). Cependant, l’hostilité idéologique à l’égard du secteur privé enracinée durant l’histoire révolutionnaire du Parti n’a pas totalement disparu. Parfois, les entrepreneurs privés restent faiblement protégés juridiquement et exposés à l’arbitraire du pouvoir (Guiheux 2015 ; Desplain 2019). Cette politique combinant louanges et critiques rend ambigu le rapport entretenu par le PCC avec les entrepreneurs. Dans ce contexte particulier, le discours et les pratiques de certains entrepreneurs faisant appel à l’éthique confucéenne leur permettent d’afficher une volonté de contrebalancer les excès du capitalisme. La revendication par la nouvelle élite économique du titre d’« entrepreneur confucéen » révèle en réalité son besoin de construire et de projeter une image d’elle-même responsable et éthique, et ainsi d’acquérir une légitimité pour son enrichissement rapide. On soulignera enfin que le recours à la « tradition » via un jiaohua visant à construire une nouvelle éthique des affaires reflète aussi un repli sur des références purement nationales : participer à l’invention d’un modèle capitaliste sous l’égide du « socialisme aux caractéristiques chinoises » en faisant alors écho à la nouvelle politique de développement promue par les autorités gouvernementales ces dernières décennies.

Haut de page

Bibliographie

ANAGNOST, Ann. 2004. « The Corporeal Politics of Quality (Suzhi) ». Public Culture 16 (2) : 189-208.

BARAUD de LAGERIE, Pauline. 2019. Les patrons de la vertu : de la responsabilité sociale des entreprises au devoir de vigilance. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

BARTLEY, Tim. 2018. Rules without Rights. Land, Labor, and Private Authority in the Global Economy. Oxford : Oxford University Press.

BODET, Catherine, et Thomas LAMARCHE. 2007. « La Responsabilité sociale des entreprises comme innovation institutionnelle. Une lecture régulationniste ». Revue de la Régulation 1 : 1-19.

BOLTANSKI, Luc, et Ève CHIAPELLO. 1999. Le nouvel esprit du capitalisme. Paris : Gallimard.

BILLIOUD, Sébastien, et Joël THORAVAL. 2007. « Jiaohua : le renouveau confucéen en Chine comme projet éducatif ». Perspectives chinoises 101 : 4-21.

BILLIOUD, Sébastien, et Joël THORAVAL. 2014. Le Sage et le peuple : le renouveau confucéen en Chine. Paris : CNRS Éditions.

BILLIOUD, Sébastien. 2007. « “Confucianisme”, “tradition culturelle” et discours officiels dans la Chine des années 2000 ». Perspectives chinoises 100 : 53-68.

BILLIOUD, Sébastien. 2011a. « Le rôle de l’éducation dans le projet salvateur du Yiguandao », Extrême-Orient Extrême-Occident 3 : 211-34.

BILLIOUD, Sébastien. 2011b. « Confucian Revival and the Emergence of “Jiaohua Organisations” : A Case Study of the Yidan Xuetang ». Modern China 37(3) : 286-314.

BILLIOUD, Sébastien. 2016. « The Hidden Tradition: Confucianism and Its Metamorphoses in Modern and Contemporary China». In Vincent GOOSSAERT, Jan KIELY, et John LAGERWEY (éds.), Modern Chinese Religion II (1850-2015). Leyde : Brill. 767-805.

BILLIOUD, Sébastien. 2020a. « The Contemporary Confucian Revival in Perspective ». In Stephan FEUCHTWANG (éd.), Handbook on Religion in China. Cheltenham : Edward Elgar Publishing. 75-95.

BILLIOUD, Sébastien. 2020b. Reclaiming the Wilderness : Contemporary Dynamics of the Yiguandao. Oxford : Oxford University Press.

BOUTONNET, Thomas. 2009. « Traitement moral de la question sociale dans la “société harmonieuse” de Hu Jintao ». Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化5. https://journals.openedition.org/transtexts/271.

CAO, Nanlai. 2009. « Raising the Quality of Belief, Suzhi, and the Production of an Elite Protestantism ». China Perspectives 80 : 54-66.

CAPRON, Michel, et Françoise QUAIREL-LANOIZELÉE. 2010. La responsabilité sociale d’entreprise. Paris : La Découverte.

CAZAL, Didier. 2008. « Parties prenantes et RSE : des enjeux sociopolitiques au-delà des contrats ». Revue de l’Organisation Responsable 1 (3) : 12-23.

CHENG, Anne. 1997. Histoire de la pensée chinoise. Paris : Éditions du Seuil.

CHUNG, Yun-ying. 2018. « Belief and Faith : The Situation and Development of Confucianism in Yunnan Province ». In Sébastien BILLIOUD (éd.), The Varieties of Confucian Experience, Documenting a Grassroots Revival of Tradition. Leyde : Brill. 122-52.

CI, Jiwei. 2014. Moral China in the Age of Reform. Cambridge : Cambridge University Press.

DESPLAIN, Aurélia. 2019. « Le capitaliste philanthrope et l’entrepreneur socialement responsable : nouveaux “héros socialistes” de la Chine contemporaine ? » The Tocqueville Review/La revue Tocqueville 40 (2) : 295-311.

DUTOURNIER, Guillaume. 2011. « Les “écoles familiales’’ en Chine continentale et à Taïwan : triple regard sur un traditionalisme éducatif ». Extrême-Orient Extrême-Occident 33 : 172-210.

EYRAUD, Corine. 1999. L'entreprise d'État chinoise - De l'institution sociale totale vers l'entité économique ? Paris : L’Harmattan.

GONG, Pengcheng 龔鵬程 (éd.). 2008. 讀經有什麼用 (Dujing you shenme yong, Quelle est l’utilité de lire les classiques). Shanghai : Shanghai renmin chubanshe.

GOOSSAERT, Vincent, et David A. PALMER. 2012. La question religieuse en Chine. Paris : CNRS éditions.

GUIHEUX, Gilles. 2006. « L'entreprise citoyenne en Chine, réalités et débats ». Transcontinentales 3 : 15-29.

GUIHEUX, Gilles. 2012. « Chinese Socialist Heroes : From Workers to Entrepreneurs ». In Éric FLORENCE, et Pierre DEFRAIGNE (éds.), Towards a New Development Paradigm in Twenty-first Century China : Economy, Society, and Politics. Londres : Routledge. 115-26.

GUIHEUX, Gilles. 2015. « Philanthropie d’entrepreneurs et construction d’un nouveau compromis social en Chine contemporaine ». In Clément SEHIER, et Richard SOBEL (éds.), Travail, luttes sociales et régulation du capitalisme dans la Chine contemporaine. Villeneuve d'Ascq : Presses universitaires du Septentrion. 123-42.

GUIHEUX, Gilles. 2018. La République populaire de Chine : histoire générale de la Chine (de 1949 à nos jours). Paris : Les Belles Lettres.

HUCHET, Jean-François, et Xiangjun YAN. 1996. « Les entreprises d’État chinoises à la croisée des chemins ». Revue Tiers Monde 37 (147) : 599-627.

HU, Xiaoming 胡曉明 (éd.). 2005. 讀經 :啟蒙還是蒙昧?來自民間的聲音 (Dujing : qimeng haishi mengmei? Laizi minjian de shengyin, Dujing : Éveil ou ignorance ? Points de vue de la société). Shanghai : Huadong shifan daxue chubanshe.

JIANG FU, Lan. 2021. « “Confucianism”, an Alternative Source of Belief in Contemporary Chinese Society : An Empirical Study of the Founding of Xin 信 in a “Confucian” Company ». Religions 12 (10) : 1-16.

JI, Zhe. 2008. « Éduquer par la musique ». Perspectives chinoises 104 : 118-29.

JI, Zhe. 2018. « Making a Virtue of Piety : Dizigui and the Discursive Practice of Jingkong’s Network ». In Sébastien BILLIOUD (éd.), The Varieties of Confucian Experience. Documenting a Grassroots Revival of Tradition. Leyde : Brill. 61-89.

KANG, Xiaoguang康曉光. 2000. « 法輪功問題的政治效應 » (Falungong wenti de zhengzhi xiaoying, Les effets politiques du problème du falungong). Zhongguo shehui daokan (中國社會導刊) 1 : 33-7.

KERNEN, Antoine. 2004. La Chine vers l’économie de marché. Les privatisations à Shenyang. Paris : Karthala.

KIPNIS, Andrew. 2006. « Suzhi : A Keyword Approach ». The China Quaterly 186 : 295-313.

LEE, Rebecca. 2009. « The Emergence of Social Enterprises in China : The Quest for Space and Legitimacy ». Tsinghua China Law Review 2 (1) : 79-99.

LI, Tian, et Yunxiang YAN. 2019. « Self-cultivation of the Socialist New Person in Maoist China : Evidence from a Family’s Private Letters, 1961-1986 ». China Journal 82 : 88-110.

MCELDERRY, Andrea. 1986. « Confucian Capitalism ? Corporate Values in Republican Banking ». Modern China 12 (3) : 401-16.

PAIRAULT, Thierry. 2001. « Droit de propriété et réforme du secteur d’État ». Études chinoises 20 (1-2) : 3-37.

PIEKE, Frank N. 2018. « Party Spirit : Producing a Communist Civil Religion in Contemporary China ». Journal of the Royal Anthropological Institute 24 : 709-29.

POLANYI, Karl. 1983. La grande transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps (préface de Louis Dumont). Paris : Gallimard.

POSTEL, Nicolas, et Sandrine ROUSSEAU. 2008. « RSE et éthique d’entreprise : la nécessité des institutions ». M@n@gement 11 (2) : 137-60.

POSTEL, Nicolas, et Richard SOBEL. 2010. « La RSE : nouvelle forme de démarchandisation du monde ? » Développement durable et territoires 1 (3) : 83-98.

ROCCA, Jean-Louis. 1996. « L’entreprise, l’entrepreneur et le cadre. Une approche de l’économie chinoise ». Études du CERI 14 : 1-38.

ROCCA, Jean-Louis. 2006. La condition chinoise : la mise au travail capitaliste à l’âge des réformes (1978-2004). Paris : Karthala.

SEHIER, Clément. 2014. « La responsabilité sociale des entreprises dans l’industrie chinoise : une recomposition de la relation salariale ? » Revue de la régulation. Capitalisme, institutions, pouvoirs 15. doi : 10.4000/regulation.10738.

SCHULTE, Barbara. 2013a. « Unwelcome Stranger to the System : Vocational Education in Early Twentieth-century China ». Comparative Education 49 (2) : 226-41.

SCHULTE, Barbara. 2013b. « Joining Forces to Save the Nation : Corporate Educational Governance in Republican China ». In Jennifer Y.J. HSU, Reza HASMATH (éds.), The Chinese Corporatist State : Adaption, Survival and Resistance. New York : Routledge. 10-28.

SU, Jun, et Jia HE. 2010. « Does Giving Lead to Getting ? Evidence from Chinese Private Enterprises ». Journal of Business Ethics 93 (1) : 73-90.

WANG, Canglong. 2018. « Une “ identité chinoise ” qui fait débat ». Perspectives chinoises 145 : 57-68.

WU, Jinting. 2019. « Confucian Revival and the Hybrid Educational Narratives in Contemporary China : A Critical Rethinking of Scale in Globalisation and Education ». Globalisation, Societies, and Education 17 (4) : 474-88.

YAN, Yunxiang. 2020. « The Politics of Moral Crisis in Contemporary China ». The China Journal 85 : 96-120.

YU, Hua. 2016. « Between the National and the International : Ethnography of Language Ideologies in a Middle-class Community in China ». The Asia-Pacific Education Researcher 25 (5) : 703-11.

YU, Yingshi 余英時. 1987. 中國近世宗教倫理與商人精神 (Zhongguo jinshi zongjiao lunli yu shangren jingshen, L’éthique religieuse intra-mondaine et l’esprit des marchands en Chine). Shanghai : Shanghai renmin chubanshe.

ZHOU, Shengchun 周生春, et YANG Ying楊纓. 2010. 歷史上的儒商與儒商精神 (Lishi shang de rushang yu rushang jingshen, Les marchands confucéens dans l’histoire et l’esprit des marchands confucéens). Zhongguo jingjishi yanjiu (中國經濟史研究) 4 : 152-8.

Haut de page

Notes

1 Termes empruntés à Billioud et Thoraval (2014 : 9).

2 Il est nécessaire de souligner que la formation des employés n’est pas nouvelle dans l’histoire de la Chine. Par exemple, la mise en place de formations destinées aux salariés (notamment aux ouvriers), a été initiée et défendue durant l’époque républicaine par des intellectuels progressistes et des industriels éclairés. Voir McElderry (1986) ; Schulte (2013a, 2013b). Cependant, ce n’est pas ce type de formation professionnelle qui nous intéresse ici.

3 Parmi l’immense littérature consacrée à la RSE, quelques travaux relativement récents sont ici cités de manière non exhaustive : Bodet et Lamarche (2007), Cazal (2008), Postel et Rousseau (2008), Lee (2009), Capron et Quairel-Lanoizelée (2010), Postel et Sobel (2010), Su et He (2010), Séhier (2014), Bartley (2018), et Baraud de Lagerie (2019).

4 Pour l’émergence du statut de rushang sous les Ming, voir Yu (1987) ; Zhou et Yang (2010).

5 Voir les sites officiels de ces deux universités : http://www.pkuguoxue.net/, http://www.tsinghuaguoxue.com/ (consultés le 5 janvier 2021).

6 Pour l’académie des marchands chinois, voir son site officiel : http://www.hscollege.cn/index.php (consulté le 5 janvier 2021).

7 Les entreprises et les personnes évoquées dans le présent travail sont toutes anonymes.

8 Observations sur le terrain, Dongguan, décembre 2016.

9 Entretien avec M. L, Dongguan, décembre 2016.

10 Cette indemnité a été supprimée ces dernières années. M. L. nous explique ainsi la raison de la fin de cette pratique : « Nous ne voulons pas transformer nos salariés en des personnes vénales. On n’apprend pas la culture traditionnelle par intérêt». Échanges sur WeChat, juillet 2020.

11 Entretiens avec M. Y et avec Mme Z, directrice des ressources humaines de TW, Dongguan, décembre 2016.

12 Entretien avec M. M, Ningbo, juin 2017.

13 Ibid.

14 Je suis redevable à Billioud (2011a) de cette idée.

15 Un service de « propagande » s’est mis en place au sein de GD dans l’objectif de garder une trace des activités organisées par la firme sous forme d’écriture, de photos, et de vidéos (observations sur le terrain, Suzhou, mai 2017).

16 Documents vidéo internes à GD.

17 Ibid.

18 Ibid.

19 Documents vidéo internes à GD.

20 Ibid.

21 Entretien avec M. W, Suzhou, mai 2017.

22 Étant récurrent dans le discours public durant les années 1990-2000, le mot suzhi, « faisait référence aux attributs moraux et culturels d’un individu moderne et civilisé » (Goossaert et Palmer 2012 : 211-2). La notion a été promue pendant cette période par des campagnes gouvernementales visant à « refonder l’idéologie et la moralité révolutionnaire en un nouveau modèle de vertu civique compatible avec la modernisation économique » (ibid.). Ici, l’accent de ce terme est surtout mis sur des normes comportementales. Sur le suzhi, voir également Anagnost (2004), Kipnis (2006), Cao (2009).

23 Documents vidéo interne de GD.

24 Ibid.

25 Issu d’un document interne à FT.

26 Ibid.

27 Discours de M. W à l’occasion de l’anniversaire des 22 ans de GD.

28 Entretien avec M. L, Dongguan, décembre 2016.

29 La lecture des classiques par les enfants constitue un phénomène notable dans le mouvement du renouveau confucéen populaire. De nouvelles approches pédagogiques inspirées de la tradition, observées dans ce mouvement, suscitent des débats dans la société chinoise contemporaine. Pour le phénomène de dujing (讀經), voir Hu (2005), Gong (2008), Billioud et Thoraval (2007, 2014) et Wang (2018).

30 Observations sur le terrain, Dongguan, décembre 2016, janvier 2019, et janvier 2020.

31 À ces programmes faisant référence à la tradition culturelle chinoise, s’ajoute une utilisation croissante de slogans aux accents confucéens, comme la « société harmonieuse socialiste » (shehuizhuyi hexie shehui 社會主義和諧社會), ou la « conception socialiste des honneurs et des hontes » (shehuizhuyi rongru guan 社會主義榮辱觀). Pour les discours officiels durant ces campagnes et leur rapport à la culture traditionnelle, voir Billioud (2007), Boutonnet (2009).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Illustration 1. Les salariés de GD sont en train de lire Sangenjing. Crédit : auteure.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/13020/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Légende Illustration 2. La cour de l’entreprise TW. À gauche : la statue de Confucius érigée à l’entrée de l’entreprise ; à droite : les valeurs promues par cette firme sont affichées sur la façade du bâtiment de fabrication. Crédit : auteure.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/13020/img-2.png
Fichier image/png, 227k
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/13020/img-3.png
Fichier image/png, 381k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lan Jiang Fu, « Jiaohua, une pratique éducative dans l’entreprise « confucéenne » »Perspectives chinoises, 2022/2 | -1, 47-56.

Référence électronique

Lan Jiang Fu, « Jiaohua, une pratique éducative dans l’entreprise « confucéenne » »Perspectives chinoises [En ligne], 2022/2 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/13020

Haut de page

Auteur

Lan Jiang Fu

Lan Jiang Fu est professeure certifiée de chinois à l'AEI International School de l’Université Paris-Est Créteil. Docteure en histoire et sciences sociales de l’Asie, elle consacre sa recherche au renouveau confucéen dans le milieu entrepreneurial en Chine contemporaine. Elle est membre du Laboratoire Interdisciplinaire d’Études du Politique Hannah Arendt de Paris Est (LIPHA), Université Paris-Est Créteil (UPEC), 61 Av. du Général de Gaulle, 94000 Créteil, France (lan.fu@u-pec.fr).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search