Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2022/2Comptes rendus de lecturesCABESTAN, Jean-Pierre. 2021. Dema...

Comptes rendus de lectures

CABESTAN, Jean-Pierre. 2021. Demain la Chine : guerre ou paix ? Paris : Gallimard.

Marc Julienne
Traduction de Caroline Grillot
p. 81-82

Texte intégral

1Trois ans après Demain la Chine : démocratie ou dictature ?, ouvrage qui analysait les évolutions de la politique intérieure chinoise, Jean-Pierre Cabestan aborde dans ce nouvel essai l’hypothèse d’une guerre avec la Chine.

2Dès l’introduction, l’auteur s’inscrit dans l’un des principaux débats contemporains parmi les théoriciens et praticiens des relations internationales, le « piège de Thucydide », tel que formulé par Graham Allison dans son ouvrage Destined for War (2017). Dans ce débat, souvent très polarisé, autour du risque de guerre entre une puissance dominante établie (les États-Unis) et une puissance ascendante concurrente (la Chine), Jean-Pierre Cabestan rappelle que le « piège de Thucydide » n’est pas une prophétie mais une mise en garde, et donc que la guerre n’est pas une fatalité.

3Adoptant une approche à la fois réaliste et constructiviste qui tient compte de la perception des acteurs et des erreurs de calcul ou accidents possibles, il s’attèle à disséquer méthodiquement différents points chauds de la politique extérieure chinoise – Taïwan (chapitre 3), la mer de Chine méridionale (chapitre 4), les îles Senkaku, connues en Chine sous l’appellation îles Diaoyutai (釣魚臺) (chapitre 5), le conflit frontalier sino-indien (chapitre 6) – en intégrant dans l’analyse les héritages de l’histoire, les multiples intérêts (économiques, internes, extérieurs…) de chaque dirigeant, les capacités d’action de chaque acteur et les risques inhérents à leurs actions.

4L’auteur débute sa démonstration en analysant la montée des tensions entre la Chine et les États-Unis, mais aussi entre la Chine et le Japon, l’Inde et l’Australie, auxquels on pourrait presque ajouter l’Europe en élargissant la focale géographique. Il décrit les terreaux qui ont permis « l’accumulation de passions et de poudre » (chapitre 1) chez ces acteurs, particulièrement dans la Chine de Xi Jinping où un « nationalisme incandescent » (p. 31) est alimenté par la propagande d’État, tandis que la montée en puissance quantitative et qualitative de l’Armée populaire de libération témoigne d’ambitions globales.

5Parmi les espaces les plus à risque, le plus déterminant et le plus urgent est sans aucun doute Taïwan, sur lequel l’auteur insiste particulièrement. Avec la montée des tensions dans le détroit en 2020 et 2021, l’éventualité de la guerre est revenue au cœur de l’actualité et des débats de stratèges. La grande plus-value de l’ouvrage sur cette question est que, loin de vouloir vainement la trancher, il apporte toute la nuance et la complexité nécessaires à la compréhension des enjeux, afin d’éviter les raccourcis qui empêchent une analyse approfondie et dépassionnée. Pas à pas, Jean-Pierre Cabestan restitue l’évolution des doctrines officielles en vigueur en Chine et aux États-Unis vis-à-vis de Taïwan. Il décrit ensuite le dispositif militaire chinois qui prend forme en vue d’une offensive contre l’île.

6L’examen des débats en Chine populaire sur le risque de guerre (chapitre 2) constitue un autre apport significatif pour le lecteur initié comme pour le néophyte. L’auteur poursuit cette analyse avec le cas spécifique de Taïwan dans le chapitre 3. Les options à disposition de chaque acteur dans le contexte d’une guerre en fonction de ses moyens militaires sont également passées en revue, l’auteur n’hésitant pas à entrer dans le détail capacitaire, indispensable à toute analyse stratégique crédible.

7Une dimension de la stratégie chinoise qui ressort en filigrane tout au long de l’ouvrage est l’exploitation, par Pékin, des « zones grises », c’est-à-dire des « espace(s) opérationnel(s) entre la guerre et la paix où se déploient des actions coercitives de nature à modifier le statu quo mais qui restent en dessous du seuil qui […] provoquerait une réaction militaire conventionnelle » (p. 22). La Chine déploie en effet un éventail de tactiques « grises » à la frontière entre civil et militaire (milice maritime et garde-côte), entre légal et illégal (revendications territoriales) et entre officiel et clandestin (cyberattaques, stratégie d’influence et guerre de l’information). L’approche chinoise des zones grises est fondamentale pour comprendre comment Pékin cherche à repousser les différents statu quo dans les zones considérées et pour évaluer les facteurs de risques à l’avenir.

8L’on aurait aimé pousser plus loin la discussion sur le rôle de l’arme nucléaire, qui constitue un facteur majeur dans l’équation d’une guerre entre la Chine et les États-Unis. De même, le rapprochement que fait l’auteur entre les armes cybernétiques et la dissuasion nucléaire, voire avec une « nouvelle forme de destruction mutuelle assurée » (p. 264) apparaît surestimé. On pourrait au contraire arguer que les armes nucléaires se trouvent à l’opposé des armes cybernétiques et spatiales : alors que les premières sont visibles, démonstratives et ultra-destructrices, les secondes sont invisibles, le plus souvent non-attribuables et non-cinétiques. Du reste aucun virus informatique n’aura jamais l’effet d’une impulsion électromagnétique provoquée par une bombe nucléaire.

9Finalement, la guerre est-elle pour demain ? Jean-Pierre Cabestan adopte la position la plus raisonnable, à savoir que « la guerre n’est sans doute pas pour demain mais que les risques d’incidents et de crises militaires […] se sont nettement accrus » (p. 262). En effet, d’un point de vue rationnel et soutenu par de nombreux arguments développés dans l’ouvrage, le coût de la guerre semble excéder ses bénéfices pour la Chine, comme pour les États-Unis et les autres acteurs. Toutefois, la multiplication des fronts ouverts par la Chine dans son voisinage et l’augmentation de la conflictualité dans la région imposent de ne pas exclure l’hypothèse d’une guerre non-voulue.

10Jean-Pierre Cabestan envisage ainsi une « nouvelle bipolarité asymétrique » (p. 272) en faveur des États-Unis pour encore de nombreuses années. Comme il le souligne, la célèbre formule de Raymond Aron, pourtant énoncée à l’aube de la guerre froide, demeure valable aujourd’hui : « guerre improbable, paix impossible » (1948).

11Au-delà de la question posée dans le titre, et dont seul l’avenir est porteur de réponse, cet essai est un excellent témoignage des grandes questions de notre époque et des termes de l’équation stratégique qui se joue en ce début de décennie 2020. Il constitue en outre un formidable manuel à destination des étudiants, chercheurs et décideurs pour appréhender de manière complète et précise la montée en puissance de la Chine, ainsi que les théâtres de crise qui pourraient bien un jour se muer en conflit.

Haut de page

Bibliographie

ALLISON, Graham. 2017. Destined for War : Can America and China Escape Thucydides’s Trap? Boston : Houghton Mifflin Harcourt.

ARON, Raymond. 1948. Le grand schisme. Paris : Gallimard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Julienne, « CABESTAN, Jean-Pierre. 2021. Demain la Chine : guerre ou paix ? Paris : Gallimard. »Perspectives chinoises, 2022/2 | -1, 81-82.

Référence électronique

Marc Julienne, « CABESTAN, Jean-Pierre. 2021. Demain la Chine : guerre ou paix ? Paris : Gallimard. »Perspectives chinoises [En ligne], 2022/2 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/13048

Haut de page

Auteur

Marc Julienne

Marc Julienne est responsable des activités Chine au Centre Asie de l’Ifri (Institut français des relations internationales), 27 rue de la Procession, 75015 Paris (julienne@ifri.org).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search