Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2022/2Comptes rendus de lecturesHSU, Szu‑chien, Kellee S. TSAI, e...

Comptes rendus de lectures

HSU, Szu‑chien, Kellee S. TSAI, et Chun‑chih CHANG (éds.). 2021. Evolutionary Governance in China : Statesociety Relations under Authoritarianism. Cambridge : Harvard University Press.

Runya Qiaoan
Traduction de Caroline Grillot
p. 82-83

Texte intégral

1Dans l’ouvrage Evolutionary Governance in China : State-society Relations under Authoritarianism, les auteurs abordent la question des sources de la résilience autoritaire en Chine en examinant les rapports (co-)évolutifs entre l’État et la société. Cette perspective évolutive soutient que les interactions entre l’État et les acteurs sociétaux sont plus dynamiques que statiques – elles évoluent dans le temps, varient selon les domaines et changent en fonction des stratégies adoptées. Bien que certains travaux aient reconnu le dynamisme des interactions entre l’État et la société en Chine (Zhang et Barr 2013 ; Qiaoan 2020), ce livre propose l’analyse la plus systématique du sujet.

2Comme le souligne très précisément l’introduction de Kellee S. Tsai, la recherche existante sur les rapports entre l’État et la société en Chine contemporaine s’est récemment développée en une littérature sur « l’autoritarisme avec adjectifs » (p. 5). Bien que les fructueux résultats produits par ce programme de recherche aient offert une perspective précieuse sur la nature de la gouvernance en Chine, les divergences signalent l’absence d’une typologie plus intégrée dans les travaux sur le sujet. Au lieu de fournir un autre terme conceptuel apparemment concluant sur les rapports entre l’État et la société, cet ouvrage synthétise diverses observations dans un cadre élargi qui aboutit à une typologie 2x2 stylisée d’interactions dyadiques : État rigide/société rigide, État rigide/société souple, État souple/société rigide et État souple/société souple (p. 21).

3Dans le chapitre 2, Szu-chien Hsu et Chun-chih Chang explorent les interactions entre l’État et la société à partir d’une étude de cas quantitative ; une méthode rafraîchissante dans un champ d’études dominé par une approche qualitative. Hsu et Chang ont codifié 125 cas d’interactions entre l’État et la société publiés entre 2005 et 2015 dans les principales revues de sciences sociales consacrées à la Chine, en fonction des problématiques, des stratégies de l’État, de celles de la société, et des résultats politiques. Ils ont identifié un modèle de cette poursuite d’une résilience autoritaire du régime, à savoir que si les stratégies répressives permettent à l’État de maintenir son pouvoir politique, les stratégies plus souples l’aident à améliorer sa qualité de gouvernance. Le reste de l’ouvrage montre comment cette tension s’intègre dans chaque cas.

4Les onze chapitres empiriques qui suivent sont divisés en quatre parties en fonction de leur problématique : gouvernance communautaire, gouvernance environnementale et de santé publique, gouvernance économique et du travail, et enfin gouvernance sociale et religieuse. Dans le chapitre 3, Yousun Chung se concentre sur la question des droits de propriété privée. À partir d’un travail de terrain longitudinal mené à Pékin, Chung retrace le processus évolutif par lequel les propriétaires ont influencé la législation et conclut que l’interaction souple/souple est dans ce cas le modèle dominant. De même, Szu-chien Hsu et Muyi Chou identifient à leur tour une interaction souple/souple dans la gouvernance communautaire (chapitre 4). Toutefois, les auteurs précisent que ce modèle de coopération entre l’État et la société ne se produit que dans certaines limites administratives, spatiales ou thématiques, d’où l’appellation de « société civile cellulaire ». Dans le chapitre 5, Yi-chun Tao analyse la réquisition des terres rurales, une question de gouvernance communautaire plus « sensible ». En suivant l’évolution d’un mouvement long d’une décennie dans la province du Guangdong, l’auteur identifie ses différentes étapes et explique comment une contestation initialement faible s’est transformée en une contestation forte finalement réprimée par l’État.

5Les changements du modèle de gouvernance sont également observés dans les domaines de l’environnement et de la santé publique. Dans le chapitre 6, Chanhsi Wang montre comment, entre 1995 et 2011, la gouvernance du SIDA a traversé trois phases, commençant par une interaction de type État fort/société faible, passant ensuite à une interaction de type État faible/société forte, avant de revenir au modèle État fort/société faible. Le chapitre suivant, consacré aux campagnes contre les incinérateurs menées à Pékin et Canton, met également en évidence différentes phases dans un domaine de la gouvernance. Les auteurs affirment que lorsque la coopération remplace une contestation initiale, l’État et la société ont davantage de chances de parvenir à un échange efficace conduisant à une meilleure gouvernance.

6S’agissant de la section sur l’économie et le travail, les trois chapitres mettent tous en évidence la nature fragmentée de l’État. En examinant la mise en œuvre de la loi chinoise sur le contrat de travail chinoise dans le delta de la rivière des Perles, Chih-peng Cheng analyse comment la division centrale/locale de l’État chinois fait du gouvernement local la cible des protestations et du gouvernement central l’arbitre, contribuant ainsi à la résilience et à la stabilité du régime (chapitre 8). Les chapitres 9 et 10, consacrés à la régulation des capitalistes étrangers et au renforcement de la législation du travail, confirment également ce schéma de fragmentation.

7Alors que les trois chapitres précédents se concentrent sur un État non monolithique, le chapitre 11 est centré sur la diversité dans la société. À travers l’histoire de la campagne contre la violence conjugale en Chine depuis 1988, Weiting Wu remarque qu’à différents stades de leur développement, trois organisations sociales ont opté pour trois stratégies pour finalement parvenir à divers degrés d’autonomie et d’habilitation. Enfin, les deux derniers chapitres de la section consacrée à la gouvernance sociale et religieuse offrent une bonne lecture comparée du traitement que l’État réserve aux religions autochtones et étrangères : si l’État et la société sont parvenus à des résultats mutuellement avantageux s’agissant de la légitimation culturelle du culte Mazu (chapitre 12), il n’en a pas été de même du christianisme, religion « indésirable » aux yeux du gouvernement (chapitre 13).

8L’éclairant épilogue d’Elizabeth Perry attire notre attention sur la tradition révolutionnaire du Parti communiste chinois (PCC) reflétée dans sa « campagne de masse » contre le Covid-19. Une telle gouvernance, menée comme une campagne – extrêmement efficace mais peu durable – s’est produite à de nombreuses reprises au cours de l’histoire de la République populaire de Chine (RPC) ; par exemple, la campagne patriotique pour la santé de 1952 (lorsque cinq millions de Chinois furent vaccinés contre la peste en l’espace de deux semaines), la politique de l’enfant unique dans les années 1980 et 1990 et, plus récemment, la lutte contre la corruption et la politique de réduction rigoureuse de la pauvreté (p. 391). En s’interrogeant sur la tradition révolutionnaire au cœur de la gouvernance du Covid-19 en Chine, Perry nous rappelle qu’en dépit de l’adaptabilité et de la flexibilité de la gouvernance du PCC depuis l’époque des réformes, nous devons nous garder de considérer que la RPC a évolué vers un nouveau type d’autoritarisme qui serait résolument différent de son État-parti léniniste initial. Perry souligne que les stratégies successivement rigides et souples employées par l’État et la société chinoise rappellent le cycle放收 (fangshou, libérer et resserrer) mis en œuvre à l’époque maoïste (p. 393).

9Evolutionary Governance in China adopte une nouvelle approche stimulante pour examiner les rapports entre État et société en contexte autoritaire. Néanmoins, comme l’ont reconnu les directeurs scientifiques de l’ouvrage, tout résumé de cette relation État-société chinois tire sur une « cible mouvante » (p. xii). Deux ans après le début de la pandémie, certaines des premières appréciations de cet ouvrage sur la gouvernance de la santé publique en Chine, comme l’affirmation selon laquelle le Covid-19 a « érodé la légitimité du PCC sous Xi » (p. 193), doivent être réexaminées. Au contraire, comme Perry l’a réévalué dans l’épilogue, « l’instant Tchernobyl » initial pourrait même « contribuer à la légitimité du régime » (p. 388). D’autre part, il aurait été intéressant de lire des études de cas sur la façon dont le cadre analytique de cet ouvrage s’applique aux régions frontalières ou aux communautés non-Han. Peut-on par exemple tirer la même conclusion concernant la gouvernance à Hong Kong et au Xinjiang ?

10Cela dit, cet ouvrage contribue incontestablement au débat sur les rapports entre l’État et la société en Chine. L’introduction et l’épilogue rédigés avec éloquence, la structure du livre élégamment conçue et les études de cas détaillées en font une excellente lecture pour les chercheurs et les étudiants en études chinoises et sciences politiques.

Haut de page

Bibliographie

ZHANG, Joy Yueyue, et Michael BARR. 2013. Green Politics in China : Environmental Governance and State-society Relations. Londres : Pluto Press.

QIAOAN, Runya. 2020. « State-society Relations under a New Model of Control in China : Graduated Control 2.0 ». China Information 34 (1) : 24-44.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Runya Qiaoan, « HSU, Szu‑chien, Kellee S. TSAI, et Chun‑chih CHANG (éds.). 2021. Evolutionary Governance in China : Statesociety Relations under Authoritarianism. Cambridge : Harvard University Press. »Perspectives chinoises, 2022/2 | -1, 82-83.

Référence électronique

Runya Qiaoan, « HSU, Szu‑chien, Kellee S. TSAI, et Chun‑chih CHANG (éds.). 2021. Evolutionary Governance in China : Statesociety Relations under Authoritarianism. Cambridge : Harvard University Press. »Perspectives chinoises [En ligne], 2022/2 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/13059

Haut de page

Auteur

Runya Qiaoan

Runya Qiaoan est professeure assistante et directrice de recherche au département d’études asiatiques de l’Université Palacky, Krizkovskeho 14, 779 00 Olomouc, République Tchèque (runya.qiaoan@upol.cz).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search