Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2022/2Comptes rendus de lecturesANDREAS, Joel. 2019. Disenfranchi...

Comptes rendus de lectures

ANDREAS, Joel. 2019. Disenfranchised : The Rise and Fall of Industrial Citizenship in China. Oxford : Oxford University Press.

Heval Yaren Şimşek
Traduction de Caroline Grillot
p. 84-85

Texte intégral

1Disenfranchised : The Rise and Fall of Industrial Citizenship in China pose la question de savoir « pourquoi le projet communiste du XXe siècle visant à éliminer les distinctions de classe échoua » (p. vii). En rassemblant 128 entretiens avec des personnes ayant travaillé dans des entreprises industrielles, ainsi que des textes officiels et non officiels tels que des lois, des règlements et des discours, Andreas compare l’évolution de la politique au sein du lieu de travail en Chine de 1949 à nos jours. Il étudie les concepts importants issus des politiques et des institutions du Parti communiste chinois (PCC) (p. 19) et évalue la valeur explicative de la citoyenneté industrielle et de l’autonomie comme conditions préalables à la démocratie industrielle.

2Dans le cadre conceptuel présenté au premier chapitre, la citoyenneté industrielle fait référence aux travailleurs qui deviennent parties prenantes désormais sur leur lieu de travail, tandis que l’autonomie indique dans quelle mesure les travailleurs bénéficient d’une action collective autonome et expriment leurs préoccupations sans répression. Bien que la citoyenneté industrielle se soit concrétisée par l’occupation permanente d’un emploi, Andreas soutient que la réalisation effective de la démocratie par la participation autonome reste un processus fragile et controversé (p. 17), évoluant au fil du temps au travers des campagnes de masse déstabilisantes lancées par le PCC.

3Dans les chapitres 2 à 6, Andreas se penche sur les campagnes de masse et sur la manière dont elles ont nui à l’autonomie des travailleurs sur leur lieu de travail durant la période maoïste. Après la transformation socialiste de ces lieux et l’institutionnalisation du système des unités de travail (danwei 單位), Mao s’intéressa aux tendances au bureaucratisme du Parti et au manque d’autonomie des travailleurs. Il lança une campagne de rectification du Parti en 1956, suivie d’activités liées à la libération de la parole (daming dafang大鳴大放) (p. 41), un slogan utilisé pendant la campagne au cours de laquelle les masses étaient encouragées à s’exprimer sur le bureaucratisme et le sectarisme. Andreas soutient que la participation nécessaire à la démocratie était limitée et déterminée par l’adhésion au Parti. Comme l’indique d’ailleurs le titre du chapitre 3, il s’agissait d’un paternalisme participatif.

4La réticence des travailleurs à critiquer les dirigeants d’usine après la répression du daming dafang conduisit au lancement de deux autres mouvements : le mouvement d’Éducation socialiste et la Révolution culturelle. Dans le premier, la méthode de Mao pour aborder cette réticence consista à envoyer des équipes de travail extérieures à l’usine sur les lieux de travail pour diriger les travailleurs. Malgré l’obtention d’un certain degré d’autonomie, cela ne put éliminer le bureaucratisme. Dans le prolongement de ce premier mouvement, mais de manière radicale, la Révolution culturelle fut déterminante pour concevoir le système des unités de travail.

5Dans le chapitre 6, Andreas analyse la nouvelle gouvernance des usines après la Révolution culturelle qui, plutôt que de permettre aux masses de former des organisations autonomes permanentes, aboutit à la création de comités révolutionnaires. Ceux-ci étaient composés de cadres vétérans, de groupes rebelles et de responsables militaires. Andreas interprète ce processus comme « une sorte de contestation politique institutionnalisée » (p. 163), c’est-à-dire que des groupes radicaux et administratifs opéraient sous le contrôle du Parti.

6L’un des nombreux points forts du livre réside dans l’interprétation de la volte-face de Mao qui encourageait les travailleurs à s’emparer du pouvoir pour ensuite les éliminer. Plutôt que d’envisager les expériences de Mao comme une manière d’apprendre, dans un premier temps, ce qui se passait dans l’esprit des masses, avant de vite les arrêter, Andreas souligne la contradiction inhérente aux objectifs opposés du Parti. Si Mao souhaitait que les masses supervisent les cadres du Parti, il ne voulait pas qu’elles dévient de l’autorité politique du PCC. Andreas soutient ainsi que les expériences de Mao reposaient sur sa « conception cyclique de l’histoire, composée de phases alternées d’unité et de lutte » (p. 165).

7Les chapitres 7 et 8 se concentrent sur la période post-maoïste et les progressives réformes du marché au sein desquelles la citoyenneté industrielle fut lentement annihilée, et les travailleurs privés de leurs droits (disenfranchised). Les rapports de pouvoir furent définis aux dépens des travailleurs, le pouvoir étant concentré entre les mains des directeurs d’usine par le biais du « système de responsabilité des directeurs d’usine » (p. 186). En éloignant les travailleurs de la politique de division (divisive politics) de la période maoïste, Deng institutionnalisa les modes de participation des travailleurs, les amenant à uniquement se concentrer sur les questions économiques. Ainsi, tout ce qui restait de l’éthique collectiviste, du système de distribution relativement égalitaire et d’idéaux socialistes s’estompa. Grâce au système du 買斷(maiduan) qui offrait de l’argent aux travailleurs pour qu’ils renoncent à leur statut permanent de membres d’une unité de travail, l’industrie chinoise passa d’une extrémité du spectre à l’autre, disposant aujourd’hui de l’un des systèmes d’emploi les plus précaires.

8Dans le dernier chapitre, Andreas conclut qu’en sapant les objectifs politiques du PCC et en cédant aux pressions néolibérales dans le monde, le despotisme du marché a aujourd’hui atteint la Chine. Si le manque d’autonomie a entravé les tentatives de démocratisation de l’industrie socialiste, il a également fait perdre aux travailleurs leurs droits en matière de citoyenneté industrielle.

9L’ouvrage présente deux atouts majeurs. Premièrement, Andreas situe sa recherche dans le contexte mondial d’une vague de citoyenneté industrielle après la Seconde Guerre mondiale, et il interprète les efforts du PCC et la place de la Chine à un moment charnière de leur histoire. Deuxièmement, si Andreas cherche à comprendre la restructuration industrielle en comparant deux époques, celle d’un système d’unités de travail et celle d’un système d’entreprises orientées vers le profit, il consacre la plupart des chapitres à la première époque afin d’analyser les conditions politiques ayant ouvert la voie à la restructuration. De cette façon, Andreas met en lumière les processus historiques qui ont façonné le système de travail actuel de la Chine. Ainsi, tandis qu’elle répond aux tendances mondiales, la Chine présente des caractéristiques notables nous permettant de comprendre comment des événements contingents, en l’occurrence les mouvements de masse du PCC, contribuent à façonner de nouveaux enjeux.

10Andreas exprime son opposition au cadre de référence qui soutient que les réformes de Deng n’ont changé que le domaine économique. Il affirme plutôt que « les dommages causés au statut politique des travailleurs sur le lieu de travail ne doivent pas être négligés » (p. 219). Puisque l’unique façon de regagner les droits de citoyenneté industrielle dépend de la façon dont nous interprétons les expériences passées et dont elles « donnent lieu à de nouvelles créations dans un monde en évolution » (p. 235), l’auteur se concentre sur la politique au sein du lieu de travail comme moyen d’apprendre et de tirer les leçons du passé afin de produire une nouvelle politique pour la classe ouvrière. Dans l’ensemble, cet ouvrage présentera un grand intérêt pour les spécialistes en politique chinoise, en études du travail et en sociologie historique ; il constitue également un apport considérable aux publications antérieures sur la politique du travail en Chine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Heval Yaren Şimşek, « ANDREAS, Joel. 2019. Disenfranchised : The Rise and Fall of Industrial Citizenship in China. Oxford : Oxford University Press. », Perspectives chinoises, 2022/2 | -1, 84-85.

Référence électronique

Heval Yaren Şimşek, « ANDREAS, Joel. 2019. Disenfranchised : The Rise and Fall of Industrial Citizenship in China. Oxford : Oxford University Press. », Perspectives chinoises [En ligne], 2022/2 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/13070

Haut de page

Auteur

Heval Yaren Şimşek

Heval Yaren Şimşek est étudiante de master en études comparatives en histoire et société à l’Université Koç, Rumeli Feneri Yolu, Sarıyer, Istanbul, Turquie (hsimsek21@ku.edu.tr).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search