Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2022/2Comptes rendus de lecturesCHAN, Jenny, Mark SELDEN, et Pun ...

Comptes rendus de lectures

CHAN, Jenny, Mark SELDEN, et Pun NGAI. 2020. Dying for an iPhone : Apple, Foxconn, and the Lives of China’s Workers. Chicago : Haymarket Books.

Éric Florence
Traduction de Sébastien Roussillat.
p. 85-86

Texte intégral

1Cet ouvrage sur les alliances entre Foxconn, Apple et l’État et leur impact sur la vie des travailleurs ruraux est le fruit d’une remarquable collaboration transfrontalière menée au cours de l’été 2010 entre des chercheurs de Chine continentale, de Taïwan et de Hong Kong. Ces chercheurs ont étudié la situation critique des travailleurs ruraux sur les principaux sites de production de Foxconn dans neuf villes chinoises, à la suite d’une vague sans précédent de suicides parmi les jeunes travailleurs de cette société taïwanaise de fabrication de produits électroniques et principal fournisseur d’Apple. Au cours de cette seule année 2010, 18 travailleurs auraient ainsi fait une tentative de suicide, et quatre d’entre eux en sont restés handicapés à vie. Dying for an iPhone : Apple, Foxconn, and the Lives of China’s Workers est le résultat d’une décennie de recherches et d’engagement de la part des trois auteurs. Ce livre constitue, d’une part, un témoignage inestimable sur l’agentivité des travailleurs ruraux et, d’autre part, sur la capacité persistante des entreprises transnationales – en se concentrant ici principalement sur Foxconn et son principal client Apple – à transformer sans relâche les relations de pouvoir qui ont permis aux entreprises d’accaparer la force de travail des travailleurs à un coût minimal. En ce qui concerne la capacité des travailleurs à résister aux régimes d’exploitation, l’ouvrage documente les luttes des travailleurs et leur capacité à s’organiser et à rendre visibles leurs conditions de travail et leurs revendications.

2Les trois auteurs parviennent à documenter ces deux facettes en faisant entendre une polyphonie d’expériences ouvrières (constituée d’entretiens, de chansons, de poèmes, de publications sur les réseaux sociaux, etc.). Ils mettent en relation leurs aspirations à la mobilité sociale, leurs luttes pour des conditions de travail et des salaires décents, leurs souffrances et, dans certains cas, leurs blessures et leurs décès, avec les récits, les stratégies de développement et les politiques des entreprises transnationales et des institutions de l’État-parti. Ce faisant, les auteurs ont pu suivre les pressions exercées sur les fournisseurs, les acheteurs et l’État par une constellation d’acteurs (travailleurs, spécialistes des sciences sociales, militants, médias et réseaux sociaux, avocats, militants anti-sweatshop, etc.). Ils mettent également en évidence la capacité des premiers à faire preuve de souplesse face à ces demandes, tout en limitant leur portée afin que les mécanismes de profits jusqu’ici si efficaces restent intacts. Ce contraste s’exprime avec d’autant plus d’acuité et de force que les auteurs démarrent l’ouvrage par l’histoire de Tian Yu, jeune travailleuse de 17 ans qui, le 17 mars 2010, un mois après son entrée sur le site de production de Foxconn, a sauté du quatrième étage d’un dortoir de l’entreprise à Shenzhen et en est restée infirme (chapitre 1). Ce chapitre emmène le lecteur à travers toute une série de procédures auxquelles Tian Yu a dû se soumettre et qui insèrent le corps des travailleurs dans une grille d’évaluation et de mesure (empreintes digitales via un lecteur numérique, prise de sang, bilan de santé, endoctrinement culturel sur l’importance de nourrir un esprit stakhanoviste, des rêves et des aspirations, etc.) avant d’être transférée en bus sur le site de production. Le lien entre le sort de Tian Yu et la pression imposée aux corps et aux âmes des travailleurs par la quête incessante de « rapidité et de précision dans la production des iPhone et autres produits de haute technologie » (p. 13) est établi dans ce premier chapitre en soulignant qu’au moment même où Tian Yu tentait de se suicider, les consommateurs du monde entier et de Chine faisaient la queue pour acquérir le dernier modèle d’iPhone 4 et l’iPad de première génération (p. 1). Cet ouvrage décrit effectivement un « système de production mondial maximisant le profit des acheteurs » impitoyable et formidablement efficace, ainsi que la manière dont les travailleurs s’efforcent de résister à ce système et parfois de le perturber (p. 68).

3Les chapitres 2 à 5 se concentrent principalement sur le fonctionnement des systèmes de production rendus possibles par les alliances entre les entreprises et l’État. Ces chapitres, ainsi que le chapitre 12, constituent l’épine dorsale de l’ouvrage. Ils montrent comment Foxconn est passée d’une entreprise modeste basée à Shenzhen avec environ 150 travailleurs en 1988, à 1 300 000 ouvriers et employés en 2012, avant de tomber à 863 000 en 2018 en raison du recours croissant à la sous-traitance (p. 12-5). Le chapitre 3 montre comment les configurations de pouvoir entre l’entreprise et l’État (corporate-state nexus) – c’est-à-dire les diverses formes d’alliances entre les gouvernements locaux et les entreprises internationales – se sont transformées en une force redoutable générant d’immenses profits tirés par la demande de produits Apple. L’un des exemples les plus convaincants de cette alliance se trouve dans le processus d’embauche des étudiants stagiaires. En plus de l’intensification de la production, à partir de 2011 avec la production des iPad, Foxconn s’est tourné vers une nouvelle stratégie de réduction des coûts de production par une extension spatiale de ses complexes de production vers le centre et le sud-ouest de la Chine, mais aussi via l’embauche d’étudiants stagiaires. En 2011, plus de 150 000 étudiants stagiaires travaillaient sur les sites de Foxconn. Le chapitre 5 fournit une foule de détails sur la manière dont, pour parvenir à cette création politico-institutionnelle de nouveaux flux de travailleurs, tous les départements aux échelons provinciaux, municipaux, du district et du canton (des ressources humaines et de la sécurité sociale aux transports, en passant par la sécurité publique et les départements financiers) ont été entièrement mobilisés afin d’obtenir des affectations d’étudiants stagiaires pour les usines de Foxconn. Les hauts dirigeants au niveau provincial ont dirigé des équipes de travail issues d’écoles professionnelles tenues d’atteindre les quotas d’embauche d’étudiants stagiaires pour les usines Foxconn des provinces du Sichuan et du Henan. Entre août et septembre 2010, la municipalité de Zhengzhou a recruté plus de 20 000 étudiants stagiaires dans 23 villes et communes et a collecté 16 millions RMB (p. 84-8). Nous voyons ici comment un modèle politique et juridique établi de longue date par l’État central peut, malgré son objectif de protection des travailleurs, fournir des conditions attrayantes pour les investissements (Gallagher 2005). La capacité des États à faciliter l’appropriation de la main-d’œuvre par le biais de la construction ou de la subvention d’infrastructures telles que les routes, les lignes de bus, les logements, les sites de production, les dortoirs, etc., n’est pas complètement inédite dans l’histoire du capitalisme. Mais l’ampleur et la réactivité – la rapidité de ces processus – de l’État-parti (provincial, municipal et local) pour créer de nouveaux sites de production et contribuer à façonner de nouveaux bassins de main-d’œuvre sont probablement sans précédent. D’une certaine manière, une caractéristique singulière connexe de l’alliance étroite entre l’État et les entreprises mondiales laisse entrevoir la nature même du PCC en tant qu’organisation mobilisatrice (Perry 2021) pour satisfaire Foxconn dans sa soif d’une main-d’œuvre plus flexible en période de contraction du marché du travail et de demande croissante d’appareils électroniques par les consommateurs au niveau mondial.

4Les chapitres 6 à 11 sont dans l’ensemble assez brefs et se penchent sur les conditions des travailleurs ruraux, leur vie dans les villes, les diverses difficultés et les risques professionnels auxquels ils sont confrontés (comme les heures supplémentaires, la dégradation de l’environnement, l’intoxication par la poussière d’aluminium, les incendies, etc.). La manière dont ils ont lutté collectivement et individuellement pour obtenir des conditions de travail plus équitables, des salaires décents et des prestations sociales y est également abordée.

5Dying for an iPhone est un apport important à un corpus substantiel d’études sur la politique du travail dans la Chine postsocialiste, dont une grande partie a été produite par des chercheurs basés à Hong Kong au cours des trois dernières décennies. Cet ouvrage sera d’un grand intérêt tant pour l’enseignement que pour les chercheurs, les journalistes et les militants qui s’intéressent aux questions des régimes de travail et aux questions de durabilité des systèmes de production axés sur la consommation.

Haut de page

Bibliographie

GALLAGHER, Mary Elizabeth. 2005. Contagious Capitalism : Globalization and the Politics of Labor in China. Princeton : Princeton University Press.

PERRY, Elizabeth J. 2021. « China’s (R)evolutionary Governance and the COVID-19 Crisis ». In Kellee S. TSAI, Szu-chien HSU, et Chun-chih CHANG (éds.), China’s Revolutionary Governance and the Covid19 Crisis : State-society Relations under Authoritarianism. Cambridge : Harvard University Press. 387-96.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Florence, « CHAN, Jenny, Mark SELDEN, et Pun NGAI. 2020. Dying for an iPhone : Apple, Foxconn, and the Lives of China’s Workers. Chicago : Haymarket Books. »Perspectives chinoises, 2022/2 | -1, 85-86.

Référence électronique

Éric Florence, « CHAN, Jenny, Mark SELDEN, et Pun NGAI. 2020. Dying for an iPhone : Apple, Foxconn, and the Lives of China’s Workers. Chicago : Haymarket Books. »Perspectives chinoises [En ligne], 2022/2 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/13083

Haut de page

Auteur

Éric Florence

Éric Florence est chercheur et chargé de cours à l’Institut de recherche en sciences sociales, au Centre d’études ethniques et migratoires et à PragmApolis, à l’Université de Liège, Place du 20-Août, 8, 4000 Liège, Belgique (eric.florence@uliege.be).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search