Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2022/2Comptes rendus de lecturesPLÜMMER, Franziska. 2022. Rethink...

Comptes rendus de lectures

PLÜMMER, Franziska. 2022. Rethinking Authority in China’s Border Regime : Regulating the Irregular. Amsterdam : Amsterdam University Press.

Hasan H. Karrar
Traduction de Caroline Grillot
p. 87-88

Texte intégral

1Ces dix dernières années témoignent d’un intérêt croissant pour les zones frontalières asiatiques, lesquelles font l’objet de nouvelles études. Une grande partie de ces travaux s’est fondée sur des enquêtes de terrain menées dans les régions frontalières de la Chine, ou juste au-delà. Il en résulte que ces recherches ciblées sont rapidement devenues un sous-champ dynamique au sein de la discipline plus étendue des études asiatiques. Cette évolution a eu deux conséquences importantes. Premièrement, longtemps considérées comme marginales dans l’histoire des États, les régions frontalières font désormais partie intégrante de notre compréhension de la souveraineté, des revendications territoriales et de la gouvernance. Deuxièmement, du point de vue méthodologique, l’essor des études sur les régions frontalières s’accompagne d’une évolution des sciences sociales critiques vers l’interdisciplinarité.

2L’ouvrage de Franziska Plümmer intitulé Rethinking Authority in China's Border Regime : Regulating the Irregular est une contribution bienvenue et empiriquement fondée à ce corpus de travaux. S’appuyant sur ses enquêtes de terrain en Chine avant la pandémie de Covid-19, ainsi que sur un large éventail de sources en anglais et en chinois, Plümmer s’interroge sur la manière dont « l’autorité s’exerce au milieu de régimes frontaliers en mutation, et sur l’impact de ces derniers sur l’immigration locale et les pratiques frontalières » (p. 13). Tout au long de sept chapitres détaillés, Plümmer offre une précieuse vue d’ensemble des régimes frontaliers et des politiques migratoires de la Chine, ainsi qu’une discussion centrée sur les régions du sud-ouest (Yunnan) et du nord-est (Jilin) où la mobilité transfrontalière de la main-d’œuvre était autorisée au moment des enquêtes de terrain de l’auteure. Ces deux régions font partie d’initiatives transfrontalières de coopération économique régionale fondées sur une connectivité accrue : la région du Grand Mékong qui, outre la Chine, comprend le Cambodge, la République populaire démocratique lao, le Myanmar, la Thaïlande et le Vietnam, et l’initiative du Grand Tumen qui relie la Chine à la Mongolie, à la République de Corée et à la Fédération de Russie.

3Les études contemporaines sur les zones frontalières chinoises ont eu tendance à se concentrer sur la mobilité des petits commerçants ou des communautés ayant des liens familiaux par-delà des frontières nationales. Plümmer commence par poser un cadre analytique plus large en se demandant pourquoi l’État chinois a traditionnellement réglementé la mobilité. Elle s’interroge également sur la façon dont les régimes frontaliers – qui représentent les acteurs politiques à différents niveaux du gouvernement – réglementent la mobilité transfrontalière. Ces questions sont importantes pour deux raisons. D’abord, comme le note l’auteure, nous devons élargir notre vision de la souveraineté et de la construction des frontières afin d’y incorporer l’inclusion, l’exclusion et l’intégration, composantes essentielles pour comprendre « la constitution spatiale d’un État » (p. 27). Ensuite, si l’État chinois est connu depuis longtemps pour réguler la mobilité, notamment par le biais du système d’enregistrement de la résidence (hukou 戶口) (p. 67), la mobilité transfrontalière est aujourd’hui hétérogène, en ce sens qu’elle varie parfois d’un endroit à l’autre. En d’autres termes, s’il est possible d’avoir une interprétation normative de la façon dont les frontières sont censées être franchies par les individus et les marchandises, la mobilité transfrontalière sur le terrain peut tout à fait différer selon les endroits du pays.

4Retraçant la manière dont l’État a cherché à réguler la mobilité, Plümmer décrit comment, dans les années 1990, certaines formes de migration étaient considérées comme illégales, c’est-à-dire tout à tour irrégulières, clandestines ou non autorisées (p. 92). En outre, l’illégalité elle-même était divisée en entrée illégale, résidence illégale et travail illégal. Tous avaient en commun d’être envisagés comme des variations de procédures d’immigration dites « appropriées » et « normales ». Comme le note Plümmer, l’immigration illégale, considérée comme une menace pour l’harmonie de la société, était liée au discours sur les « trois maux » (terrorisme, séparatisme et extrémisme), composante importante du cadre de sécurité nationale de la Chine (p. 93-5). L’auteure observe par ailleurs que ce discours présentait aussi une dimension à caractère racial dans la région frontalière du sud-ouest, où il servait à critiquer la migration transfrontalière et les mariages non enregistrés (p. 95). Même si ces mariages peuvent parfois être le résultat de médiations – répondant fréquemment à un déficit démographique ou un manque main-d’œuvre – les épouses étrangères demeurent au cœur de la surveillance (p. 96).

5Plümmer décrit également des transports de marchandises à travers des lieux de passages frontaliers non normatifs dans la province du Yunnan. Or, il arrive aussi que des personnes traversent la frontière de manière irrégulière. Bien que nombre de ces « entrepreneurs frontaliers » possèdent des documents officiels ou sont en mesure de les obtenir, ils optent pour des moyens moins coûteux et moins bureaucratiques de franchir la frontière (p. 158-9). Alors que les frontières internationales de la Chine dans la province du Jilin sont plus sécurisées, Plümmer décrit là aussi des passages frontaliers et des échanges informels sur la rivière Tumen (p. 160). Ces exemples illustrent parfaitement la complexité et la nature proprement liée aux lieux de ces mobilités transfrontalières (chapitre 6). Trop souvent, la Chine, tout comme ses procédures administratives, est perçue comme un monolithe – Rethinking Authority apporte un démenti important à cette vision.

6J’aurais trois critiques mineures à formuler. Tout d’abord, les régions frontalières étant des lieux passionnants où la gouvernance et les mobilités se croisent, je m’attendais à davantage d’ethnographie et/ou d’illustrations de terrain qui auraient permis une description plus consistante de ces zones en Chine. De même, bien que soient présentées nombre de références théoriques, je n’ai pas trouvé qu’elles apportaient autant que les données empiriques. Il me semble également inhabituel que chaque chapitre possède un numéro DOI, un résumé et une bibliographie propres. S’il s’agit là d’un nouveau modèle économique pour les publications universitaires, devons-nous réexaminer la façon dont les monographies seront lues ?

7Cela n’enlève rien aux importantes contributions de Plümmer. Je ferai sans aucun doute référence à Rethinking Authority dans mes propres travaux. Ayant été plongé dans les études des régions frontalières pendant près d’une décennie, et dans les recherches sur la Chine depuis bien plus longtemps, j’ai trouvé que Rethinking Authority apportait de nombreuses – et pertinentes – perspectives et informations sur les régimes et les réglementations frontaliers. Beaucoup d’études sur les régions frontalières asiatiques tendent à cibler l’époque contemporaine et ce qui se trame à la frontière elle-même ; l’un des points forts de cet ouvrage est la façon dont il offre un aperçu de ce qui se passe à la frontière tout en l’inscrivant dans une histoire plus longue de la mobilité transfrontalière en Chine. Rethinking Authority constituera un outil très utile pour les étudiants et les spécialistes de la région intéressés par les zones frontalières et les régimes frontaliers chinois contemporains, comme par la manière dont la migration et la mobilité croisent les questions de citoyenneté et de souveraineté, de nation et d’appartenance. Certaines parties de l’ouvrage, tel le chapitre 2 qui propose une vue d’ensemble de la politique et de la sécurité de la Chine en matière de contrôle des frontières, de migration et de réfugiés, conviendraient parfaitement aux cours spécialisés de premier cycle consacrés à la Chine contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hasan H. Karrar, « PLÜMMER, Franziska. 2022. Rethinking Authority in China’s Border Regime : Regulating the Irregular. Amsterdam : Amsterdam University Press. »Perspectives chinoises, 2022/2 | -1, 87-88.

Référence électronique

Hasan H. Karrar, « PLÜMMER, Franziska. 2022. Rethinking Authority in China’s Border Regime : Regulating the Irregular. Amsterdam : Amsterdam University Press. »Perspectives chinoises [En ligne], 2022/2 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/13090

Haut de page

Auteur

Hasan H. Karrar

Hasan H. Karrar est professeur associé au département des sciences humaines et sociales de l’Université des sciences du management de Lahore (LUMS), Lahore, Pakistan 54792. Ses recherches portent sur les nouvelles configurations économiques et politiques entre la Chine et l’Asie centrale depuis la guerre froide (hkarrar@lums.edu.pk).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search