Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2022/2ArticlesRadicalisation, épuisement et lat...

Articles

Radicalisation, épuisement et latence d’un mouvement en réseau :
l’identification localiste des étudiants de Hong Kong après le mouvement des Parapluies

Gary Tang et Hiu-Fung Chung
Traduction de Thibault Le Texier
p. 57-70

Résumé

Entre le mouvement des Parapluies de 2014 et les manifestations de masse sans précédent de 2019, Hong Kong a connu cinq années de latence du mouvement pendant lesquelles le localisme est devenu un ressort majeur d’identification politique, notamment chez les jeunes. Défini comme une forme réactive de radicalisme, le localisme est un processus affectif de détachement de la politique contestataire après la mobilisation. Il a constitué un choix possible après un cycle de contestation, aux côtés de la poursuite de revendications modérées et de l’épuisement. Néanmoins, la littérature existante explore rarement les déterminants individuels de tels choix pendant ces périodes de latence d’un mouvement. À l’aide de données recueillies dans cinq universités locales (N = 1 365), cette étude examine comment l’évaluation des protestations passées, les émotions politiques et l’utilisation des médias durant la latence peuvent prédire le degré de radicalité des identifications politiques des étudiants de Hong Kong. Les jeunes très engagés dans le mouvement des Parapluies et ressentant des émotions négatives après celui-ci étaient plus susceptibles de s’identifier au localisme. Cependant, les jeunes possédant ces attributs mais percevant négativement les résultats du mouvement des Parapluies étaient moins susceptibles d’être localistes ou pan-démocrates. Ces résultats permettent d’élucider les trajectoires de radicalisation et d’épuisement pendant la période de latence qui a suivi le mouvement des Parapluies.

Haut de page

Notes de la rédaction

Manuscrit reçu le 16 juin 2020. Accepté le 21 janvier 2022.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2023.

Plan

La latence d’un mouvement en réseau
Radicalisme et épuisement pendant la latence du mouvement
Le localisme durant la latence du mouvement des Parapluies à Hong Kong
Conceptualisation et mesure des variables clés
Méthode de recherche
Constatations
Conclusion

Aperçu du texte

À partir de la mi-2019, le mouvement contre l’amendement de la loi d’extradition, ou mouvement anti-ELAB, a relancé un nouveau cycle de contestation à Hong Kong après la période de latence qui avait suivi le mouvement des Parapluies en 2014. Malgré le niveau significatif de radicalisation et un haut degré de solidarité durant le mouvement, « la mobilisation sociale était faible et les jeunes s’intéressaient apparemment peu à la politique pendant les années précédant le mouvement anti-ELAB » (Lee, Chan et Chen 2020). Ce changement apparemment dramatique du répertoire contestataire et de l’engagement ne s’est pas fait en un jour. Il a émergé progressivement d’un contexte politique spécifique caractérisé par l’essor du localisme dans le Hong Kong postcolonial (Chung 2020).

Les chercheurs et le grand public se sont beaucoup intéressés au localisme, car il est devenu une dimension importante de la politique électorale et des contestations pendant et après le mouvement des Parapluies. Prés...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gary Tang et Hiu-Fung Chung, « Radicalisation, épuisement et latence d’un mouvement en réseau :
l’identification localiste des étudiants de Hong Kong après le mouvement des Parapluies »
Perspectives chinoises, 2022/2 | -1, 57-70.

Référence électronique

Gary Tang et Hiu-Fung Chung, « Radicalisation, épuisement et latence d’un mouvement en réseau :
l’identification localiste des étudiants de Hong Kong après le mouvement des Parapluies »
Perspectives chinoises [En ligne], 2022/2 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2023, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/13100

Haut de page

Auteurs

Gary Tang

Gary Tang est professeur adjoint au département des sciences sociales de l’Université Hang Seng de Hong Kong, Hang Shin Link, Shatin, Nouveaux Territoires, Hong Kong SAR (garytang@hsu.edu.hk).

Hiu-Fung Chung

Hiu-Fung Chung est assistant de recherche au département de politique publique de la City University de Hong Kong, Tat Chee Avenue, Kowloon, Hong Kong SAR (hfchung@cityu.edu.hk).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search