Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2022/2DossierComment lire les Entretiens huit ...

Dossier

Comment lire les Entretiens huit heures par jour : les diverses expériences de dujing (lecture des classiques) dans le contexte du renouveau confucéen

Yukun Zeng
Traduction de Pierre-Louis Brunet
p. 21-33

Résumé

Depuis les années 1980, le renouveau confucéen dans la société chinoise contemporaine s’est développé en un phénomène local, national et même mondial (Billioud et Thoraval 2015 ; Hubbert 2019). Tandis que le renouveau confucéen est souvent perçu comme étant officiellement promu par le Parti communiste chinois (PCC), cet article se concentre sur une variante populaire appelée dujing, menée dans un cadre privé en dehors des écoles publiques par des adeptes de cette forme de pédagogie, souvent en contradiction avec la politique officielle en matière d’éducation et les pratiques habituelles de lecture. Le dujing demande des élèves (de 4 à 18 ans) qu’ils passent de longues périodes (huit heures par jour) à lire à voix haute de manière intensive et répétée d’anciens textes canoniques sans exégèse pédagogique (Billioud et Thoraval 2015 ; Wang 2018), ce qui implique de renoncer à une éducation formelle. En s’appuyant sur une observation participante à la fois immersive et en personne, cet article illustre pourquoi et comment des élèves, des enseignants et des parents sont devenus adeptes de cette pratique radicale de lecture des classiques. En combinant les études sociales sur le confucianisme et les recherches anthropologiques sur le langage et la lecture, cet article décrit comment la répétition empirique, l’engagement sur le long terme, l’écoute, l’interaction et la discipline pratiqués dans les écoles dujing aident les participants à comprendre la pratique de lecture dujing comme la recherche du dao, bien que cette pratique n’implique pas de travail d’interprétation immédiat pour comprendre les textes classiques lus. En comparant deux écoles dujing qui pratiquent des méthodes de lecture distinctes, cet article révèle également la dynamique interne qui sous-tend le développement, la rupture et le mode de pensée du dujing.

Haut de page

Notes de la rédaction

Manuscrit reçu le 9 septembre 2021. Accepté le 2 avril 2022.

Texte intégral

Un grand merci à mes amis de dujing, ainsi qu’à Wang Canglong, Sébastien Billioud, mon camarade de promotion Josh Babcock, et à mes professeurs Michael Silverstein, Julie Chu, Susan Gal, Constantine Nakassis et Andreas Glaeser pour leurs encouragements et leurs suggestions. La recherche et l’écriture de cet article ont été soutenues par la bourse de recherche sur le terrain de la fondation Wenner-Gren, la bourse chinoise pour la recherche de terrain des études supérieures en anthropologie de l’Université des sciences et des technologies de Chine du sud, le « Embedded China » Joint Fieldwork Fund de l’Université de Pékin et de l’Université de Chicago, et la bourse de recherche en études chinoises du Centre des études sur l’Asie du Sud-Est de l’Université de Chicago. Je remercie également les deux relecteurs anonymes et l’équipe éditoriale de Perspectives chinoises pour leurs remarques sur la version initiale et la version révisée de ce manuscrit.

Introduction : une invitation au dujing

1Depuis les années 1980, le renouveau confucéen dans la société chinoise contemporaine s’est développé en un phénomène local, national et même mondial (Billioud et Thoraval 2015 ; Billioud 2016 ; Stambach et Kwayu 2017 ; Hubbert 2019). La littérature académique sur le confucianisme est devenue de plus en plus abondante (Tu 1994 ; Makeham 2008). Par ailleurs, des agendas politiques ont été débattus (Jiang 2003 ; Bell 2010 ; Dirlik 2011), tandis que des temples et cérémonies ont été restaurés (Jing 1998 ; Sun 2013). Parmi ces phénomènes, l’effort de revitalisation confucéen probablement le plus important et le plus populaire d’un point de vue social a été celui des diverses idéologies éducatives qui adoptent des éléments confucéens (Billioud et Thoraval 2007 ; Yu 2016 ; Wu 2019 ; Wang 2020). L’attention des chercheurs s’est souvent concentrée sur les projets culturels officiels ou institutionalisés liés au confucianisme, tels que l’utilisation officielle de l’héritage confucéen dans les établissements pédagogiques (Onsman 2012 ; Walton 2018) et le soft power mondial à travers les instituts Confucius (Yang 2010 ; Sahlins 2015 ; Stambach et Kwayu 2017 ; Hubbert 2019). Toutefois, il convient de remarquer que les courants d’éducation confucéenne les plus socialement engagés proviennent d’instituts privés (sishu 私塾) fruits d’initiatives populaires (Dutournier et Wang 2008 ; Billioud 2010 ; Wang 2020). Le dénominateur commun entre ces instituts est la pratique de la lecture des textes classiques, essentiellement ceux écrits par Confucius. Cette pratique de lecture s’appelle 讀經 (dujing, ou lecture - du 讀 - des classiques - jing 經).

2Laissant de côté les pratiques officielles et académiques de lecture des classiques, le dujing populaire est un mouvement aux multiples facettes, mêlant diverses branches de traditions intellectuelles, militantes et spirituelles (Billioud et Thoraval 2015), telles que celles des adeptes confucéens de Chine continentale Pang Fei 逄飛et Wu Hongqing 吳鴻清, et des guides spirituels taïwanais Nan Huaijin 南懷瑾 (1918-2012) et Jingkong 淨空. Cet article étudie la branche créée par Wang Caigui 王財貴, dont la théorie insiste sur la lecture intensive des classiques (confucéens) huit heures par jour sans les comprendre. Wang l’a appelé mouvement dujing (Wang 2014). D’autres branches sont favorables à la théorie du dujing de Wang Caigui, mais elles ne promeuvent généralement pas la forme radicale de lecture qu’il préconise. Dans cet article, j’emploie le terme mouvement dujing en référence au mouvement dujing de Wang Caigui.

  • 1 Voir également les entretiens présentés dans cet article.

3Selon ses propres estimations (Wang 2014), à un moment donné, le mouvement dujing rassemblait près de 3 000 membres de sishu en Chine continentale. Bien que ce chiffre soit discutable (Billioud et Thoraval 2015 ; voir l’article de Wang Canglong dans ce dossier)1étant donné que l’éducation alternative et l’enseignement à domicile sont interdits en Chine, la capacité de mobilisation et la persistance du mouvement dujing peuvent être considérés comme un succès. Nombreux sont ceux qui ont lu les Entretiens en Chine contemporaine, mais le mouvement dujing exige de ses élèves qu’ils lisent les classiques chinois pendant des années à temps plein, approximativement huit heures par jour. Cela implique de renoncer à l’enseignement traditionnel. Comment et pourquoi certains font-ils ce choix ? Du reste, que peuvent-ils gagner de cette pratique intensive du dujing ?

  • 2 Le dao est un concept fondamental de la philosophie chinoise, notamment pour le confucianisme et le (...)

4En s’appuyant sur des années de recherche de terrain sur le dujing, cet article explore de façon ethnographique l’expérience de la lecture dujing. Il démontre comment cette expérience de lecture et l’interaction pédagogique entre élèves et professeurs fait de la pratique de la lecture dujing un moyen d’atteindre l’idéal du 道 (dao, la sagesse morale confucéenne recherchée par les adeptes du dujing)2.

  • 3 Zhang Rui 張瑞, et Zhang Wei 張維, « 十字路口的讀經村 » (Shizilukou de dujingcun, Un village dujing à la croisé (...)
  • 4 L’éducation formelle fait référence aux neuf années d’éducation obligatoire enseignées dans le cadr (...)

5Du point de vue des sciences sociales, qualifier le dujing de « mouvement » souligne son idéal de changement sociétal (voir les articles de Sandra Gilgan et Wang Canglong dans ce dossier), notamment en s’opposant aux systèmes éducationnels et sociétaux existants. Cependant, à cause de sa méthode de lecture radicale, le mouvement dujing a été attaqué par les médias3. Les doutes émis sur le dujing se sont concentrés sur l’efficacité de sa méthode de lecture particulière, sa revendication radicale de remplacer tous les programmes modernes d’enseignement par les classiques et, en raison du temps considérable qu’il requiert, son incompatibilité avec une éducation formelle4.

6 Néanmoins, le mouvement a persisté. Quand j’ai commencé mon enquête de terrain sur le dujing en 2014, des centaines d’écoles dujing fonctionnaient encore à travers la Chine. Vingt années s’étaient écoulées depuis la fondation du mouvement par Wang Caigui en 1994 à Taipei. À l’époque où le mouvement a été fondé, Wang était professeur en sciences de l’éducation à l’Université nationale pour l’éducation de Taichung. Il donnait de multiples conférences et distribuait des textes et des CD sur l’éducation dujing, inspirant et encourageant parents et disciples à établir leurs propres écoles dujing. C’est seulement en 2011 qu’il a inauguré son propre institut dujing : le Centre de promotion de l’éducation dujing Wang Caigui (Wang Caigui dujing jiaoyu tuiguang zhongxin王財貴讀經教育推廣中心).

7Je me suis rendu dans ce centre à l’été 2014 et j’ai été reçu par le professeur M, un homme mince d’une trentaine d’années. Il m’a raconté son expérience personnelle du dujing. Après avoir obtenu son diplôme universitaire il y a quelques années, il a essayé différents métiers et s’est senti perdu dans le chaos de la société. Sur l’invitation d’un ami, il s’est rendu à un stage d’été dujing où il a lu les Entretiens 100 fois et s’est « remodelé ». « Pourquoi ne viendrais-tu pas à notre stage d’été des 100 Entretiens pour lire les Entretiens 100 fois en un mois ? », m’a demandé M au terme de notre conversation. Mon enquête sur le dujing m’a conduit à être invité pour faire l’expérience d’un dujing intensif.

Cadre théorique : confucianisme populaire et anthropologie de la lecture des canons/classiques

8De nombreux travaux ont étudié l’hétérogénéité de ce qui est nommé renouveau confucéen. Axé sur des écoles privées qui pratiquent le dujing, le présent article bénéficie des recherches antérieures qui identifient la tension entre les militants confucéens de la base et les discours imposés par le haut, officiels ou académiques sur le renouveau confucéen (Billioud et Thoraval 2015 ; Wang 2018, 2020). Comme Billioud et Thoraval (2015 : 7) l’ont démontré :

Les plans lancés par le gouvernement pour la réhabilitation de certains aspects de la tradition culturelle dans un but d’encadrement de la population par l’éducation et la morale ne recoupent que très partiellement les thématiques essentielles des mouvements militants. Ceux-ci ne se réclament pas d’une idéologie abstraite mais de projets pratiques où c’est le message proprement confucéen qui joue un rôle primordial.

  • 5 Xiang Cunren 向村仁 (éd.) 2011. 私塾手冊 (Sishu shouce, Manuel du sishu). Hong Kong : Huaxia wenyi chubans (...)

9La promotion et le développement précoces du mouvement dujing en Chine continentale ont été stimulés par le soutien d’instituts officiels à l’origine de projets tels que la récitation de poésie et de littérature ancienne en Chine5. Billioud et Thoraval (2015) ont également remarqué que quelques écoles dujing avaient conservé des relations saines avec les associations officielles et locales faisant la promotion de la culture chinoise traditionnelle dans les années 2010. Cependant, la collaboration entre le dujing populaire et la promotion officielle du confucianisme est fragile, et ce particulièrement pour le dujing intensif de Wang Caigui qui nous intéresse ici. L’exposition médiatique mentionnée précédemment place régulièrement le radicalisme du dujing sur le devant de la scène, où la pratique intensive de la lecture dujing est critiquée. Les intellectuels qui promeuvent le confucianisme, bien que favorables au renouveau confucéen et à la lecture modérée des classiques, n’approuvent que rarement la version radicale du dujing et la fustigent même parfois (Ke 2016). Les établissements d’enseignement officiels surveillent et interdisent parfois les écoles dujing, les accusant d’inciter les parents à retirer leurs enfants des écoles traditionnelles pour que ceux-ci puissent lire les classiques à temps plein pendant des années.

10La tension entre dujing intensif et les formes officiellement et socialement acceptables de renouveau confucéen se manifeste à plusieurs niveaux. Des études antérieures ont rendu compte des tendances anti-intellectuelles au sein du confucianisme populaire (Billioud et Thoraval 2015), de la légalité du dujing (voir l’article de Wang Canglong dans ce dossier), de la catégorisation sociale ambivalente de la lecture des classiques entre religion et éducation (Billioud et Thoraval 2007, 2015 ; Sun 2013), du potentiel de mobilisation de ce mouvement populaire, et de la menace qu’il représente pour le régime (Ji 2018). À partir de ces études, le présent article aborde la question suivante : malgré ces tensions, pourquoi et comment les adeptes du dujing continuent-ils de le pratiquer avec une telle intensité ?

11La littérature anthropologique sur la lecture éclaire la pratique spécifique du dujing. La présente étude bénéficie d’études antérieures sur le rôle du langage religieux dans les expériences de nombreuses « religions du Livre » (Boyarin 1993 ; Harding 2000 ; Keane 2002 ; Engelke 2007). La lecture canonique est marquée par la matérialité scripturale, la voix, les répétitions et l’oralité (Hirschkind 2006 ; Haeri 2013), qui ont été considérées comme essentielles pour l’éthique (Keane 2002), la subjectivité (Haeri 2017), l’agentivité (Mahmood 2005), l’anti-institutionnalisme (Handman 2015), et l’autorité religieuse (Messick 1996 ; Grafton et Most 2016). En plus de la recherche limitée au contexte religieux, cet article utilise également la recherche sur la lecture canonique dans les établissements scolaires (Wortham 1994 ; Moore 2006). Ce corpus de recherches se concentre sur l’émergence d’une identité et d’une communauté à travers des activités de lecture en classe (Moore 2006), d’enseignement (Fader 2009), d’interaction avec des textes canoniques/classiques (Wortham 1994), et de leur narration (Baquedano-López 1997). Aborder la pratique sensorielle de la lecture, de la récitation, de l’écoute et de la déclamation des textes canoniques, parallèlement à l’expérience de lecture elle-même, transporte les lecteurs au-delà du contenu dénotationnel d’un livre. La littérature mentionnée ci-dessus m’aide à saisir comment l’expérience de lecture dujing diffère de la lecture d’un livre ordinaire, et comment l’expérience de lecture peut aider les adeptes du dujing à s’approcher, ou même à atteindre, l’idéal du dujing.

12Bien que mon projet soit inspiré par cette littérature, force est de constater que les phénomènes que ces travaux abordent se concentrent sur les champs sociaux établis de l’éducation et de la religion, tels que les systèmes d’enseignement parallèle (coranique par rapport à français) au Cameroun (Moore 2006). En revanche, le dujing est encore un mouvement naissant accepté par la politique culturelle de l’État chinois, bien qu’entravé par les politiques étatiques en matière d’éducation et de religion, sans parler de la transformation complexe qui affecte les pôles opposés de la politique culturelle, éducationnelle et religieuse. Ainsi, contrairement à la littérature anthropologique sur la juxtaposition fonctionnaliste des utilisations du langage religieux et éducatif dans la lecture des canons, cet article aborde la nature ambiguë et dynamique du dujing entre différentes sphères (éducative, religieuse, officielle opposée à la sphère populaire) (Billioud et Thoraval 2015 ; Wang 2018).

  • 6 Voir par exemple les livres suivants : 兒童讀經教育說明手冊 (Ertong dujing jiaoyu shuoming shouce, Manuel pou (...)

13Pour ce faire, je commence par esquisser une conceptualisation dialectique des idéologies linguistiques du dujing. Concept développé depuis plusieurs décennies par des anthropo-linguistes, les idéologies linguistiques regroupent des croyances et des rationalisations sur l’usage de la langue (Silverstein 1979). Plutôt que de considérer l’idéologie comme une « fausse conscience », la littérature anthropologique portant sur ce concept insiste sur les aspects constitutifs des croyances et rationalisations en tant que composantes de l’activité culturelle et de l’action sociale (Geertz 1973 ; Silverstein 1992). En tant que « régimes de valeur » (Gal et Irvine 2019), les idéologies linguistiques jouent aussi un rôle productif dans la politique au sens large (Schieffelin, Woolard et Kroskrity 1998 ; Gal et Irvine 2019), et représentent l’efficacité et l’efficience de l’usage de la langue (Silverstein 1992). En ce qui concerne le dujing, bien qu’il puisse à raison être différencié du renouveau confucéen académique et intellectuel, l’importance de sa propre théorie ne devrait pas être négligée. Wang Caigui, fondateur du mouvement dujing, est un élève du célèbre philosophe néo-confucéen Mou Zongsan 牟宗三 et il a enseigné à l’Université nationale pour l’éducation de Taichung. Il a construit sa théorie du dujing en se basant sur la psychologie du développement, son expérience personnelle de lecture des classiques et la philosophie néo-confucéenne. Accompagné de ses adeptes, il promeut depuis 1994 sa théorie du dujing grâce à des tournées de conférences et ses CD. Certaines de ses théories sur le dujing, ainsi que les interprétations développées par ses adeptes ont été publiées (Wang 2014)6. Les enseignants du dujing, les parents, et parfois les élèves expliquent sur les réseaux sociaux leurs motivations et méthodes de lecture des classiques à partir de ces conférences, CD, publications, et autres écrits des adeptes du mouvement.

14Le présent article s’appuie sur le concept d’idéologie linguistique pour illustrer la tension entre la lecture dujing et les habitudes modernes de lecture : les textes modernes sont intelligibles, le savoir est accessible et l’expérience de lecture est éphémère ; les textes dujing classiques sont opaques et la sagesse qu’ils renferment est difficile d’accès. Il faut investir un temps considérable pour les connaître par cœur. D’autre part, la tradition de l’idéologie linguistique fournit à cette recherche une boîte à outils utile pour examiner la propre théorie du dujing sans réduire sa dimension pratique et sa diversité dynamique à des affirmations normatives et statiques sur les raisons et la manière de lire les classiques confucéens. Des chercheurs (Silverstein 1979 ; Agha 2007) ont expliqué comment les idéologies linguistiques peuvent orienter certaines formes de pratiques de lecture, et comment, à travers elles, l’expérience de certains aspects de la pratique de lecture peuvent être reconnus et enregistrés comme ayant une valeur sociale. Dans cette perspective, la théorie du dujing présente non seulement les avantages du dujing face au système éducatif traditionnel, mais elle rend aussi opérationnelle la lecture intensive et répétitive propre au dujing en tant qu’expérience d’un effort réel pour atteindre la valeur ultime de l’éducation dujing, à savoir le dao.

15En analysant les publications sur le confucianisme populaire et en intégrant des articles sur l’expérience du dujing et ses idéologies linguistiques, cet article interroge cette expérience, c’est-à-dire l’environnement sonore, les difficultés, les répétitions et les progrès ; les pratiques de lecture, d’écoute, d’évaluation et de discipline ; les théories locales et les idéologies linguistiques qui régissent l’expérience et la pratique du dujing ; ainsi que les dynamiques du mouvement dujing en tant que mouvement confucéen populaire.

Méthodologie et études de cas

  • 7 Le groupe de promotion de la lecture des classiques avec sincérité et intensité 老實大量讀經宣導團, “不要問多少人在 (...)

16La présente étude est fondée sur des données ethnographiques recueillies dans deux écoles dujing. Elles enseignent toutes deux un dujing intensif (sept à huit heures par jour), bien que leurs pratiques de lecture divergent dans leur méthode, l’une privilégiant « la sincérité et l’intensité » (laoshi daliang 老實大量) et l’autre « l’écoute et la lecture » (tingdu 聽讀)7. Pour mon étude ethnographique, j’ai passé un mois dans chacune de ces écoles dujing. Cela impliquait d’être présent dans les classes avec les élèves et professeurs une journée entière à observer et participer à leurs pratiques de lecture et aux autres activités. Lors de cette observation participante, j’ai prêté une attention particulière à la dimension sensorielle du dujing, l’organisation spatiotemporelle, l’environnement sonore, la répétition, l’interaction et la discipline.

17En plus de l’observation participante, j’ai aussi mené des entretiens semi-directifs avec des professeurs, des élèves et des parents dans ces écoles dujing, portant en particulier sur les idéologies linguistiques du dujing : (1) pourquoi lire les classiques ? (2) comment lire les classiques ? et (3) pourquoi les classiques devraient être lus de cette manière ? Hormis celui du professeur Wang Caigui, les noms de tous les adeptes du dujing et des instituts dujing ont été rendus anonymes.

18J’ai commencé mes recherches de terrain à l’école Liqian, en 2015. Il s’agissait du stage d’été dujing dont le professeur M m’avait parlé. Il accueillait environ 200 élèves au total, répartis en six classes. Ils étaient pour la plupart lycéens ou étudiants à l’université, avec un ratio garçons-filles pratiquement équilibré. Le milieu socioéconomique des élèves et leurs performances académiques variaient. La plupart recevaient pour la première fois une éducation dujing, la formule des 100 Entretiens étant conçue pour populariser le dujing. À Liqian, les 100 Entretiens propose la méthode traditionnelle du dujing : une lecture sincère et intensive des classiques. Comme le professeur M, tous les enseignants à Liqian étaient des adeptes et des promoteurs expérimentés du dujing. Par ailleurs, afin d’offrir une vision complète du dujing « sincère et intense » sur le long terme, je me suis appuyé sur l’étude de cas élargie d’un de mes camarades du stage d’été qui a pratiqué le dujing pendant des années.

19Je me suis ensuite rendu à l’école Tiqian, la plus populaire, notamment en raison de sa méthode centrée autour de l’écoute et de la lecture. J’ai mené une recherche de terrain à Tiqian en 2019 et 2020. Elle aussi comptait près de 200 élèves (âgés de 4 à 18 ans) divisés en six classes, avec à peu près autant de garçons que de filles. La plupart des élèves et des enseignants à Tiqian pratiquaient le dujing à temps plein depuis deux ou trois ans. Même si les enseignants à Tiqian n’étaient pas aussi expérimentés qu’à Liqian, ils suivaient tous la méthode d’écoute et de lecture.

20Bien que les données démographiques des lecteurs des deux écoles dujing soient différentes, le mois passé dans ces deux endroits m’a permis de documenter les modalités et les fondements de leurs pratiques du dujing. Comparant de façon diachronique les cas de Liqian et Tiqian, cette étude offre non seulement une description dense et exhaustive de l’environnement des pratiques et idéologies dujing de la lecture, mais elle révèle également l’évolution vitale, voire radicale du mouvement.

Cas 1. École Liqian, pourquoi et comment lire avec sincérité et intensité

21Je suis arrivé à l’école Liqian le 18 juillet 2015. Située à Fangshan, une banlieue éloignée de Pékin, Liqian était autrefois un site touristique proposant des activités agricoles. Des bassins et des vergers entourent le bâtiment principal. La ville la plus proche est à environ 20 minutes en voiture.

22Dans cet environnement, les élèves devaient lire les Entretiens 100 fois en un mois, consacrant non seulement environ huit heures par jour à la lecture répétitive, mais organisant aussi leur vie autour du dujing. La plupart des élèves (ou leurs parents) étaient intéressés par le dujing avant le stage d’été, et ils étaient prêts à subir ses contraintes « authentiques ». J’ai participé au stage d’été en tant qu’élève, assis au dernier rang. Comme le montre le tableau 1, l’emploi du temps à Liqian consistait en des activités quotidiennes minutées. Le temps libre était limité, généralement 30 ou 40 minutes après le déjeuner, le dîner et la toilette du soir.

Tableau 1. Emploi du temps quotidien à Liqian.

5h20

Réveil, toilette

Dortoir, salle de bain

5h50-6h15

Exercices matinaux

Terrain de sport

6h20-7h10

Session dujing I

Classe

7h15-8h00

Petit-déjeuner

Réfectoire

8h00-9h00

Session dujing II

Classe

9h10-10h20

Session dujing III

Classe

10h30-11h30

Session dujing IV

Classe

11h30-12h20

Déjeuner

Réfectoire

12h30-13h50

Sieste

Dortoir

14h00-15h00

Session dujing V

Classe

15h10-16h20

Session dujing VI

Classe

16h30-17h30

Session dujing VII

Classe

17h30-19h00

Dîner

Réfectoire

19h00-21h00

Lecture, film, étude

Grande salle, classe

21h00-21h30

Toilette, extinction des feux

Salle de bain, dortoir

21h50

Vérification des lits

Dortoir

Source : auteur.

23Bien entendu, l’emploi du temps s’articulait autour des sessions dujing, sept sessions quotidiennes qui représentaient en tout près de huit heures. Le cycle quotidien était donc centré sur l’activité la plus notable, la plus sonore et la plus effervescente : les sept sessions de lecture dujing. Les autres activités étaient considérées comme du « repos », de la « relaxation », ou comme étant déterminantes pour avancer dans la pratique du dujing. Les enseignants à Liqian étaient très stricts sur les horaires de sieste et de sommeil. De nombreux élèves se réveillaient souvent tard. Avec le temps ils s’habituaient à s’endormir et se réveiller tôt, ce qui était perçu comme les premiers signes que les élèves gagnaient en maîtrise de soi et qu’ils commençaient à suivre la voie de la cultivation de soi menant au dao confucéen.

24Les élèves s’habituaient non seulement à l’emploi du temps quotidien, mais aussi à la relation que le lecteur entretient avec le texte classique lu, à la sagesse qu’il contient et à la méthode de lecture spéciale qui garantit que le lecteur accède à la sagesse contenue dans les classiques. Tout cela était organisé à travers la théorie dujing, ou l’idéologie linguistique dujing, comme je l’illustre concrètement dans cet article.

25Nous (les élèves) avons appris l’idéologie linguistique particulière du dujing au cours des leçons du soir de la première semaine et nous en avons appris davantage sur les théories du dujing. Pourquoi lisons-nous les classiques ? Au cours d’une des sessions d’étude du soir, on nous a donné à lire la célèbre Étude de la sagesse dans l’éducation de Wang Caigui publiée en 2007 (voir note 6). Dans ce livre, il explique que la chose la plus précieuse dans les classiques est le savoir pérenne qu’ils contiennent, ou le dao inchangé, qui comprend le savoir temporaire que les livres non classiques contiennent. Pour accéder à cette sagesse/dao, les classiques doivent être relus, plutôt que lus une seule fois (Haeri 2013). Et plutôt que d’interpréter le texte, la meilleure façon d’accéder à la sagesse est de mémoriser les textes classiques, puis d’attendre la révélation qu’ils apportent aux moments cruciaux de la vie.

26Il convient de souligner que Wang Caigui a approfondi sa pensée sur la distinction entre les dichotomies livre/classique, savoir/sagesse et lecture/dujing dans ses premiers écrits sur la théorie dujing dans les années 1990. Après avoir parcouru ses écrits de façon chronologique, je constate qu’il a graduellement poussé sa proposition du dujing vers des formes plus radicales. Le projet initial se contentait de deux heures de dujing par semaine le weekend (1994). Plus tard, Wang a préconisé de consacrer plus de temps (peut-être une heure) à la lecture dujing au détriment des études quotidiennes (2007). Après son installation en Chine continentale, en 2011, Wang est passé à la plus récente configuration du dujing : 老實 (laoshi, sincère) et 大量 (daliang, intensif) employés comme critères du dujing. La sincérité est opérationnalisée en expurgeant des écoles dujing les programmes non-dujing. Consacrer huit à dix heures par jour au dujing peut être considéré comme « intensif ».

27Tous les élèves de ma classe s’accordaient sur l’importance que revêt la lecture des classiques, mais la plupart d’entre eux étaient hésitants au début à l’idée de lire huit heures par jour. Ainsi, l’ensemble du processus de développement de la confiance dans le dujing équivalait à être en phase avec ce mode de lecture. Ci-dessous, je décris ce processus de socialisation.

Lire en dirigeant

28La première étape consistait à établir une relation avec le texte. L’illustration 1 reproduit la première page du premier chapitre de mes Entretiens, avec laquelle nous avons attaqué la première ligne de notre odyssée dujing. Cette édition des Entretiens est formatée pour le dujing. Wang Caigui décrit cette édition comme étant composée de « gros caractères avec une transcription en pinyin, sans annotation, à la fois en chinois simplifié et traditionnel » (Wang 2010). Du fait des gros caractères et du chinois simplifié, cette édition des Entretiens semblait plutôt lisible. Mais sans les annotations, la lisibilité est purement phonologique. Pour des lecteurs qui ne sont pas familiers avec le texte, les instructions et la supervision d’un enseignant sont nécessaires.

Pierre M2022-07-25T15:50:00PMIllustration 1. La première page du premier chapitre des Entretiens utilisé à l’école Liqian. Source : auteur.

29Le professeur M s’est avéré être mon instructeur. Afin de diriger notre lecture, il récitait une phrase à voix haute à un rythme cadencé. Nous répétions cette phrase en nous efforçant d’imiter son ton et son rythme. Quand il dirigeait notre lecture, il se déplaçait occasionnellement dans la classe, marchant entre les rangs, supervisant les élèves, prêt à réveiller les lecteurs endormis et distraits. En plus des directives qu’il nous donnait, le professeur M employait une autre méthode pédagogique pour la lecture quand nous avions déjà lu les Entretiens plusieurs fois. Il demandait à chaque élève de lire une ou deux lignes et de « passer la lecture » à l’élève assis derrière lui ou elle. Cette méthode de « lecture alternée » nécessitait que chaque personne écoute la lecture de l’autre. Comme je vais le montrer, les dialectiques intersubjectives de la lecture et de l’écoute jouaient un rôle important dans les étapes de lecture ultérieures.

Lecture simultanée

30Au bout d’une semaine, le professeur M avait cessé de nous guider mais il continuait de se joindre à nous pour la lecture simultanée. Une expérience sensorielle commune se développait, dessinant un espace intersubjectif dans lequel l’agentivité individuelle était absorbée par une autonomie collective (Berger et Luckmann 1966). L’aspect sensoriel le plus important de cette expérience commune provenait de l’environnement sonore. La voix de chaque lecteur, son rythme, et son attention pouvaient varier, mais l’environnement sonore collectif demeurait constant. Dans ma classe, il y avait des élèves rebelles qui tentaient régulièrement de saboter la lecture simultanée en augmentant le volume ou le rythme de leur lecture. Et pourtant, l’environnement sonore collectif était stable et résistait à leurs perturbations.

31L’environnement sonore n’était pas seulement constant, mais aussi intersubjectif. Il comprenait deux sortes de participations : l’écoute et la lecture. Phénoménologiquement parlant, écouter la lecture collective constante et à voix haute était plus sensé que de lire de façon individuelle. Du fait des distractions, de la respiration, de la soif ou la fatigue, certains devaient occasionnellement réduire le volume ou même arrêter un instant de lire d’une voix forte. Toutefois, l’exposition à cet environnement sonore stable leur donnait l’impression qu’ils lisaient encore. Contrairement à la première étape, où les élèves étaient dirigés passivement par le professeur M, au cours de la deuxième étape leur lecture simultanée se situait entre lecture active et répétition passive. C’est une autonomie intersubjective. En prenant part à la pratique de la lecture collective du dujing, on avait à la fois le sentiment de « faire et d’être fait » (Pagis 2015).

Ralentir, et être plus sincère et intensif

32À notre 70e lecture, le professeur M nous a interrompu : « Ralentissez ». Les Entretiens consistent en 20 chapitres, 512 entrées, et près de 16 000 caractères. Au début, nous arrivions à peine à finir deux lectures du livre par jour. Pourtant, une fois que nous avions pris le rythme intersubjectif de lecture, nous étions passés à trois ou quatre lectures par jour. « C’est trop rapide », a continué le professeur M : « Je ressens du “zao” dans votre lecture ». 燥 (zao) désigne la sécheresse et la chaleur d’un environnement, ainsi qu’un malaise émotionnel qui est en général causé par l’anxiété sociale. Une élocution forte est historiquement liée à l’interaction entre chaleur et gêne. Dans ce cas, le professeur M avait associé nos accélérations non contrôlées à notre difficulté à lire et notre incapacité à résister au climat du mois d’août. Contrôler notre lecture impliquait de surmonter physiquement notre environnement extérieur par la lecture.

33Cela soulève aussi une question éthique. Au cours des lectures du soir, on nous rappelait fréquemment que le dujing n’était pas seulement de la lecture mais aussi une cultivation du soi. C’est pourquoi la dimension sonore ne semble pas si prépondérante dans le dujing de prime abord, puisque nous sommes censés apprendre à contrôler le volume et le rythme de notre lecture plutôt que de nous contenter d’en intensifier la vocalité. Quand le professeur M nous ordonnait de « ralentir », il devenait possible pour chacun d’expérimenter et d’opérationnaliser cette dimension de cultivation du soi. Pour ralentir, il nous fallait retrouver notre subjectivité contre cette lecture rapide intersubjective et autonome. Ralentir dessinait aussi la voie d’une expérience individuelle de lutte avec le texte, apaisant nos doutes dans notre accomplissement du dujing. Par ailleurs, ce mode de subjectivation faisait métaphoriquement écho à l’incarnation confucéenne du dao face à une société dégénérée sur le plan moral.

Du zao au dao

34Au stage d’été, la plupart des élèves cultivaient une temporalité incarnée de la lecture, un emploi du temps régulier, une relation forte avec les Entretiens et Confucius, et la confiance dans le dujing qui nous avait été promise par le professeur M. Bien que la plupart d’entre eux n’aient pas continué le dujing après le stage d’été, j’ai recroisé F, un de mes camarades de classe, quand j’ai refait du terrain en 2019. Après les 100 Entretiens, F avait arrêté l’école pour passer trois ans à mémoriser les textes classiques. Pour lui, la lecture sincère et intensive avait dépassé le cadre du stage d’été, et il avait passé des années à pratiquer une lecture fastidieuse et répétitive. J’ai rencontré F à l’académie Xiashang, l’institut dujing « le plus élevé » que Wang Caigui avait fondé avec le Centre de promotion de l’éducation dujing. Les élèves devaient mémoriser 20 volumes des classiques pour être acceptés à Xiashang, où Wang Caigui devait les conduire à une cultivation plus poussée du dao confucéen.

  • 8 En plus des données ethnographiques des classes immersives présentées dans cet article, j’ai fait q (...)

35F m’a raconté son histoire après les 100 Entretiens. Il s’était inscrit à Keqian, une école dujing réputée pour son respect rigoureux du dujing sincère et intensif. Le programme quotidien à Keqian était similaire à celui dont j’avais fait l’expérience à Liqian et à ce que j’avais pu voir lors de mes visites dans des écoles dujing appartenant à la même mouvance8 – lire d’une voix forte et intensive, mais avec un contrôle empathique du soi. Cependant, plutôt que de simplement surmonter le zao manifesté par l’impatience des camarades de classe, la décision de passer des années à pratiquer le dujing est plus radicale. La décision de F de se consacrer au dujing est complexe, et elle a été renforcée par son expérience des 100 Entretiens, ses mauvaises performances dans l’enseignement traditionnel, ainsi que la rencontre fortuite de ses parents avec le dujing. Cependant, le dao lui a offert un cadre pour se réapproprier sa décision. Au cours de notre discussion sur sa persévérance dans le dujing et l’abandon désolant de ses camarades causé par le zao sociétal, il a évoqué la « recherche du dao » comme raison de son cheminement vers Xiashang. Pour lui, quitter l’école et se détacher du zao sociétal était motivé par une recherche plus sincère et intensive du dao.

36Le dao est un discours central offrant de multiples niveaux de sens dans l’éducation dujing. Dans les écrits de Wang Caigui (2014, 2017), le télos absolu du dujing est la « transmission du dao » proposé par les néo-confucéens (Makeham 2008 ; Billioud 2012). Cependant, agissant comme un mouvement éducatif populaire, le dao est plus fréquemment invoqué pour autoriser les fins et les moyens du dujing. Non seulement les adeptes du dujing assimilaient la sagesse des classiques au dao, mais ils considéraient aussi que ce dernier naissait de la lecture statique mais intensive des élèves, et de leur engagement à lire pendant des années. Le célèbre discours donné par H le professeur de F à Keqian en 2018 est un exemple convaincant et pertinent. Intitulé « Ne demandez pas combien de personnes lisent les classiques, réfléchissez avec raison et agissez selon le dao » (voir note 7), ce discours répondait à une question qui déconcertait les élèves comme les parents : pourquoi faut-il passer des années à lire avec « sincérité et intensité » ? Dans ce discours, H établissait tout d’abord que le but de l’éducation était de parvenir à la sagesse de la vie. Elle avançait que la lecture des classiques en était la solution. Lire avec « sincérité et intensivité » permet de renforcer sa concentration (contre le zao sociétal et celui de la salle de classe). En s’y consacrant pendant « quatre ou cinq ans », les élèves seraient sur la voie du dao. Le dao autorise et moralise aussi leur engagement, comme le montrent les citations de Confucius que H a tiré des Entretiens (2003) :

L’honnête homme consacre ses pensées à rejoindre la Voie (dao), et non à se nourrir. (15.32)

Ayant appris un matin qu’on avait trouvé la Voie (dao), je pouvais mourir sans regret. (4.8)

Cas 2. Au-delà du sincère et de l’intensif : écoute et lecture à Tiqian

37À mon retour sur le terrain en 2019, deux crises tourmentaient le mouvement dujing. Tout d’abord, le gouvernement chinois avait remarqué l’ampleur de l’éducation alternative en Chine et, pour cette raison, faisait appliquer la loi sur l’enseignement obligatoire (yiwu jiaoyu fa 義務教育法), forçant les instituts alternatifs à fermer, y compris ceux dédiés au dujing. Au même moment, la méthode de lecture sincère et intensive était durement critiquée au sein du mouvement. Il y avait à cela plusieurs raisons interconnectées, la plus importante étant la scission interne du mouvement. La faction dujing (celle de Keqian) qui employait la sincérité et l’intensivité de la façon la plus radicale s’était tournée vers le spiritualisme du célèbre guide Nan Huaijin au détriment de Wang Caigui. D’autres critiques portaient davantage sur la méthode en elle-même : lire à voix haute avec intensité sur un laps de temps prolongé nuit aux yeux et à la gorge des enfants. Elle ne peut pas non plus garantir la qualité de la récitation car certains élèves récitent si vite et de façon si automatique que personne, l’élève y compris, ne peut déchiffrer les mots. Wang Caigui s’était pour sa part tourné vers une nouvelle méthode dite d’« écoute et de lecture » (tingdu fa 聽讀法), qu’il a autorisée en tant que pédagogie du dujing qui suit le dao. Cette méthode a été développée par les gestionnaires de Tiqian, un couple appelé M. et Mme I. C’est ainsi que Tiqian est devenue l’école dujing la plus populaire, accueillant près de 200 élèves du dujing dans un manoir perdu en Mongolie intérieure.

38M. et Mme I étaient auparavant enseignants dans une école officielle. Pékinois nés dans les années 1970, ils enseignaient en école primaire et maternelle dans le sud de Pékin dans les années 1990. Leur histoire suit un schéma classique de parents dujing avec une expérience d’enseignement dans les écoles officielles. Leur fille avait pris goût très jeune à la lecture. Cependant, son professeur d’école primaire n’avait pas encouragé son enthousiasme. Obtenant de mauvaises notes même en langue et en littérature chinoise, elle était considérée comme perdue pour l’école. M. et Mme I ont essayé de diagnostiquer le problème. Leur propre expérience professionnelle en tant qu’enseignants les a conduits à penser que celui-ci ne venait pas de leur fille, mais du système éducatif. En 2015, ils ont appris l’existence du dujing grâce à un chef d’établissement réputé du Shandong. Ils ont ensuite envoyé leur fille là-bas pour y étudier et lire les classiques dix heures par jour. Quand M. et Mme I lui ont rendu visite un an plus tard, ils ont trouvé une fille qui était peut-être parfaitement capable de réciter les classiques chinois, mais qui était aussi pâle, enrouée, et myope. Ils décidèrent de la ramener chez eux, non pas pour abandonner le dujing, mais pour fonder leur propre école et développer une meilleure méthode.

39Ils décidèrent de privilégier l’écoute et la lecture. Selon Mme I, son mari et elle étaient tombés sur cette méthode par accident. Un enfant de l’école Tiqian était devenu myope à cause de son zèle pour la lecture sincère et intensive. La seule façon que l’école avait pour l’aider à s’imprégner des classiques était de lui donner une machine dujing, comme un placebo, voire un jouet. Après un mois, ils ont remarqué que le garçon se concentrait sur le son de la machine dujing. Après deux mois, il pouvait réciter les textes qu’il avait écoutés.

40Comme l’a dit M. I :

La méthode d’écoute et de lecture est parfaite. Elle règle les problèmes de la lecture sincère et intensive. Elle guérit les yeux et la gorge. Elle protège le corps et l’esprit. Elle garantit une récitation d’excellente qualité. Dès lors, elle obéit au dao.

41Cependant, cette méthode n’est pas moins intensive que la traditionnelle lecture sincère et intensive. La routine quotidienne à Tiqian était similaire à celle de Liqian. Comme le montre le tableau 2, les élèves passaient presque huit heures par jour à lire les classiques.

Tableau 2. Un emploi du temps quotidien typique pour un élève de Tiqian.

5h30

Réveil, toilette

Dortoir, salle de bain

6h00-7h00

Session dujing I

Classe

7h15-7h50

Petit-déjeuner

Réfectoire

7h50-9h30

Session dujing II

Classe

9h50-11h30

Session dujing III

Classe

11h30-12h20

Déjeuner

Réfectoire

12h30-13h50

Sieste

Dortoir

14h00-15h00

Exercice

Espace extérieur

15h00-16h20

Session dujing IV

Classe

16h30-18h00

Session dujing V

Classe

18h00-19h00

Dîner

Réfectoire

19h00-20h30

Session dujing VI

Classe

20h30-21h00

Toilette, extinction des feux

Salle de bain, dortoir

Source : auteur.

D’une lecture mécanique à une écoute machinique

42Qu’est-ce que la méthode d’écoute et de lecture ? Si la lecture semble faire référence à la lecture des classiques, alors qu’est-ce qu’on écoute ? L’illustration 2 montre des machines dujing. Il y a plusieurs autres types de machines dujing, mais celles en forme de cubes sont particulièrement populaires à Tiqian, probablement parce qu’elles peuvent être facilement rangées et gérées par le professeur. Il s’agit simplement d’un lecteur mp3 où sont pré-enregistrés les textes classiques les plus connus. Cependant, puisque les appareils numériques sont interdits dans les écoles dujing à cause du risque potentiel d’addiction, les machines dujing sont normalement utilisées par les professeurs et les parents pour diffuser des textes classiques en fond sonore. Selon la psychologie du développement théorisée par le professeur Wang, le cerveau d’un enfant est comme une éponge (Wang 2014). Immergé dans la diffusion des textes classiques, même si ce n’est qu’un fond sonore, les enfants les absorbent inconsciemment. Dans une école dujing traditionnelle, les machines dujing sont uniquement utilisées pour diffuser les classiques en fond sonore.

Illustration 2. Machines dujing à Tiqian. Source : auteur.

43Cependant, la pratique de l’écoute à Tiqian est différente, la machine dujing étant indispensable aux lecteurs. J’en ai acheté deux le premier jour de mon arrivée à Tiqian. La première était pour l’écoute et la lecture. L’autre était programmée pour émettre des clics sonores à intervalles réguliers. Comme un métronome, elle marquait la cadence pour la lecture et la récitation.

La méthode d’écoute et de lecture est simple. Tu commences par écouter un livre 200 ou 300 fois. N’ouvre pas la bouche ! Ne lis pas à voix haute ! Concentre-toi sur l’écoute ! Ensuite tu ouvres le livre. Toujours concentré sur l’écoute, tu lis le livre afin de créer un lien entre le son et les caractères. Ensuite, tu essayes de réciter avec une phrase d’avance sur la machine dujing qui les diffuse. À la fin, tu n’as plus besoin de la machine dujing. Tu peux réciter parfaitement après 500 écoutes. (Mme I, entretien, 2019)

44Bien que Mme I m’ait brièvement expliqué la méthode d’écoute et de lecture, je me suis vite rendu compte que la difficulté consistait à se concentrer sur l’enregistrement. Je ne progressais pas aussi vite que les autres élèves de Tiqian. Cela pouvait être en partie dû à mon âge ; j’étais peut-être simplement trop vieux. Toutefois, la raison la plus probable était que j’avais été exempté de la discipline stricte de l’enseignant dujing qui façonne l’écoute machinique.

Écouter comme un professeur

45À Tiqian j’étais professeur à 70 % et élève à 30 %. J’ai été chargé de superviser un élève. La classe était séparée en groupes, chacun surveillé par un professeur. Comme le montre l’illustration 3, l’un de ces groupes se trouvait dans la diagonale par rapport à moi. Les enfants (âgés de quatre à six ans environ) étaient assis autour d’une table. La professeure (en noir) me tournait le dos, occupée à sa propre lecture tout en supervisant l’ensemble de la table. Chaque enfant avait un programme individualisé.

46Plus proche de nous se trouvait au troisième rang une fille (en rouge) qui écoutait. Dans mon groupe, un garçon (en bleu) tenait à l’oreille une machine dujing pour écouter. Son livre ouvert suggérait qu’il effectuait plusieurs tâches en même temps : il écoutait en lisant. Son voisin avait l’air endormi. Pourtant, il lisait le livre à un volume ordinaire.

Illustration 3. Ma classe à Tiqian. Source : auteur.

  • 9 C’est un recueil d’œuvres classiques édité par Wang Caigui.

47Le garçon fatigué est un élève dont j’ai fréquemment supervisé la lecture en tant que professeur. Son nom est X. Né dans une famille relativement aisée, X n’avait jamais suivi d’enseignement officiel. Âgé à l’époque de sept ans, X avait fréquenté plusieurs écoles enseignant un dujing sincère et intensif avant que sa mère, passionnée de dujing, ne l’envoie à Tiqian. À Tiqian, on considérait qu’il avait pris quelques mauvaises habitudes dans les écoles dujing qui utilisaient la lecture sincère et intensive. Il avait auparavant mémorisé de nombreux textes classiques, y compris les Sélections de prose ancienne (Guwen xuan 古文選)9 qu’il était en train de lire. Ainsi, il était évident qu’il avait dépassé le stade de l’écoute, mais sa récitation ne répondait pas aux critères de Tiqian. Cela, parallèlement à sa somnolence, remettait en question l’ensemble de ses compétences de lecture.

48Comme mentionné dans la partie ci-dessus concernant mon travail de terrain à Liqian, l’individualisation de la lecture renvoie à l’autonomie du lecteur et témoigne de la tension entre un individu vertueux et une société en dégénérescence. Cependant, pour pratiquer le dujing sur le long terme, cette histoire était insuffisante. Il y manque les conseils d’un professeur. Guider l’écoute et la lecture des élèves est plus difficile que de guider la lecture sincère et intensive. Contrairement au professeur M qui allait et venait dans sa classe, les professeurs à Tiqian devaient contrôler le niveau de connaissance du texte de chaque élève. De cette manière, la méthode d’écoute et de lecture redistribue la socialité de la lecture de la relation individu-groupe à la dyade élève-professeur. Il convient de souligner que l’essentiel du travail de « contrôle des élèves » consiste à écouter leur récitation. Bien que l’écoute de la machine puisse sembler peu commode, écouter la récitation des élèves demande aux professeurs un effort intensif, dont nous allons parler dans la partie qui suit.

Le dao du polissage

49La professeure K était la vraie professeure dans mon groupe. Pékinoise d’une trentaine d’années aux cheveux courts, elle était venue à Tiqian pour la même raison que M. et Mme I : l’éducation de sa fille. Ayant décidé de rester à Tiqian en tant que professeure, Mme K avait renoncé à son poste précédent et quitté sa famille. En plus d’accompagner sa fille, elle m’a confié que la poursuite d’une vie consacrée au dao était aussi importante pour elle.

50« Suivre M. I, c’est suivre le dao. » Remarquant que j’étais perplexe et incapable de suivre la conversation, la professeure m’a expliqué que la « méthode mentale » (xinfa 心法) de l’écoute et de la lecture relevait du « polissage » (mo 磨). Le polissage fait référence à la vérification quotidienne de la récitation des élèves, parfois même plusieurs fois par jour. Même quand un élève est capable de réciter tout le texte, le professeur est censé continuer à le polir, pour chercher les erreurs, mesurer le rythme et corriger la prononciation ou encore l’accent.

51Dans son carnet, la professeure K exposait en détail les progrès individuels dans le dujing de chaque élève. Elle décrivait le temps qu’ils avaient passé à écouter et à lire, quand ils avaient passé leurs contrôles, les erreurs qu’ils avaient faites pendant chaque contrôle, et simplement comment ils lisaient et récitaient.

52En septembre, pour polir X, la professeure K lisait avec lui plusieurs fois pour évaluer ses compétences de lecture. Le 8 octobre, la professeure K a vérifié la lecture de X et a relevé 1 785 erreurs. Les jours suivant furent occupés à une écoute et une lecture mornes. Le 6 décembre, le décompte des erreurs de X était descendu à 8.

53Hormis les omissions et les fautes, beaucoup des erreurs de X portaient sur la prononciation. La question de la prononciation n’avait pas été une grande préoccupation du dujing jusqu’à l’émergence de l’écoute et de la lecture. Les machines dujing ont cependant standardisé la prononciation sous l’égide de M. et Mme I, originaires de Pékin. Ces derniers ont non seulement rendu naturelle l’hégémonie linguistique de l’accent pékinois (Zhang 2017), mais ils ont aussi standardisé la prononciation du dujing en mandarin. X venait d’une famille de commerçants de la province du Hunan et son accent était donc devenu une cible pour le polissage. Il s’agissait de loin de la tâche la plus fastidieuse. Pour X, cela signifiait souligner la distinction entre consonne nasale antérieure et consonne nasale postérieure, entre consonnes alvéolaires et consonnes rétroflexes, et d’autres paires minimales qui sont souvent confondues par les Chinois du sud.

54Ainsi, le polissage brouille la frontière entre écoute et lecture, étant donné que l’action de contrôle implique ces deux pratiques. Cela brouille également la frontière entre professeurs et élèves. Bien évidemment, pour les professeurs, cultiver la sensibilité phonologique fait partie du processus de polissage. Ce processus prend généralement plus longtemps pour les adultes que pour les jeunes élèves. En tant que Chinois du sud, cela m’a posé problème lors mon séjour à Tiqian. La professeure D, qui s’était aussi rendue à Tiqian pour apprendre l’écoute et la lecture au cours d’un stage avec la professeure K, éprouvait aussi des difficultés. Originaire du Zhejiang, elle parlait un dialecte inintelligible pour quelqu’un parlant le mandarin. Cependant, on lui a confié la tâche de polir X. Comme indiqué dans son carnet, elle avait vérifié la lecture, noté les erreurs, et corrigé la prononciation de X pendant près d’une semaine. En plus d’être enseignante stagiaire, elle avait ses propres objectifs dujing, et passait un temps considérable à regarder les vidéos promotionnelles de Wang Caigui et de Mme I. Occupée comme elle l’était, elle semblait rarement soucieuse. Quand je lui ai demandé pourquoi, elle m’a répondu :

J’ai beaucoup appris. Vérifier son texte m’aide à lire le texte avec davantage de concentration. Je suis satisfaite à chaque fois que je trouve une de ses erreurs et que je la corrige, pas simplement pour ses progrès, mais aussi pour les miens. Comme l’a dit Mencius, « Le dao de l’apprentissage n’est autre que ceci : chercher ce que l’esprit a perdu ».

55Sa formulation explique pourquoi le polissage est perçu comme la méthode mentale de l’écoute et de la lecture. En définitive, c’est une méthode pour guider l’esprit des adeptes du dujing vers le dao, qu’ils soient élèves ou professeurs.

56

Conclusion : la diversité des expériences dujing et le mouvement social du dao

57Mes observations participantes de la lecture sincère et intensive et de l’écoute et de la lecture ont été conditionnées par ma positionnalité à Liqian et à Tiqian respectivement. Depuis que j’ai été inscrit comme élève à Liqian, mon expérience dujing a consisté à éprouver la temporalité empirique de la répétition et de la progression. Retraçant le cas de la lecture sincère et intensive sur le long terme pratiquée par F, j’ai décrit comment le dao est rendu nécessaire par le zao dans la classe, et comment à son tour il a permis la lecture sincère et intensive sur de longues périodes. Assumant un rôle plus proche de celui d’un enseignant stagiaire que d’un élève à Tiqian, j’ai appris la méthode d’écoute et de lecture en imposant la voix de la machine comme vocalisation standard des classiques. Je me suis également familiarisé avec le travail de polissage sur la lecture et la recherche du dao par les élèves, mais aussi par les professeurs.

58On peut répondre de multiples façons à la question de savoir pourquoi les gens recherchent le dujing. Billioud et Thoraval (2015) ont interrogé de nombreux militants confucéens, notamment Wang Caigui et ses adeptes qui ont fondé leur propre sishu, et défini leurs trajectoires personnelles. L’étude de Wang (voir l’article dans ce dossier) aborde la dimension du choix d’enseignement en montrant le regard critique de parents sur le système éducatif dominant et le dilemme juridique auquel ils font face. La lecture en tant que pratique idiosyncratique du dujing qui le distingue des autres pratiques confucéennes contemporaines n’a sans doute pas été suffisamment étudiée. Compte tenu de la promotion officielle du confucianisme, les classiques confucéens se sont développés dans les programmes scolaires, la culture d’entreprise (voir l’article de Lan Jiang Fu dans ce dossier), et dans diverses activités cérémonielles publiques (Billioud et Thoraval 2015). Répondre à la question « pourquoi le dujing ? » nécessite de se plonger dans la question du « comment ». Pour ce faire, cet article se concentre sur deux styles majeurs de la pratique de lecture intensive du dujing, illustrant ainsi la diversité des expériences dujing, de l’environnement sonore collectif, de la répétition, de l’agentivité individuelle, de l’engagement sur le long terme, de l’écoute et du polissage. Tout cela aide les participants du dujing à comprendre la pratique de lecture du dujing, bien que cette pratique de lecture n’implique pas de travail d’interprétation immédiat pour trouver du sens aux textes classiques qui sont lus. Par ailleurs, sous l’effet des idéologies linguistiques qui assignent des valeurs à la lecture sincère et intensive et à l’écoute et la lecture, ces pratiques mobilisent les adeptes du dujing au-delà de la simple « compréhension » de la lecture des textes classiques. Donner de son temps et de sa personne et abandonner d’autres options scolaires et professionnelles sont perçus comme relevant d’une quête du dao.

59Plutôt que de décrypter ce qu’est le dao, cet article définit les conditions et conséquences sociales de la compréhension et de la poursuite du dao par les pratiquants du dujing. Le dao semble être à la fois la fin (sagesse) et les moyens (autorisation des modes de lecture) du dujing. On peut rendre compte de la recherche physique du dao par la notion de « cultivation » (jiaohua 教化), variante populaire des alternatives éducatives confucéennes à l’éducation moderne (Billioud et Thoraval 2007). Cependant, en plus de révéler comment l’expérience de lecture physique peut construire une sphère de valeurs alternatives, précisément le dao, cet article met en lumière les dynamiques radicales au sein du mouvement dujing. La méthode d’écoute et de lecture a été inventée comme une solution réflexive à la méthode traditionnelle de lecture sincère et intensive. Elle a recruté de nouveaux adeptes dujing en les distinguant des précédents pratiquants du dujing qui avaient arrêté de suivre Wang Caigui. Bien que le discours du dao soit utilisé pour pousser les participants du dujing à s’engager dans ce mouvement éducatif, les promoteurs du dujing forgent souvent leurs propres interprétations du dao pour servir leurs propres pédagogies (Wang 2018). Face aux divisions internes et aux pressions externes telles que l’interdiction gouvernementale de 2019, les acteurs impliqués dans le dujing questionnent constamment la manière et les raisons pour lesquelles on lit les classiques. Cela génère un nouvel ensemble de théories et pratiques du dujing, tout en attirant des recrues en phase avec ce mouvement en perpétuel évolution. Ainsi, parler du dujing comme d’un mouvement confucéen populaire permet de souligner ses tendances anti-institutionnelles et anti-intellectuelles, mais cela requiert aussi d’examiner minutieusement la radicalisation, les luttes intestines, et l’introspection qui préfigurent la vitalité du mouvement.

60Enfin, parallèlement à l’éclairage apporté sur la nature dynamique du mouvement dujing et du confucianisme populaire, cet article contribue également à l’anthropologie de la lecture. La diversité des pratiques de lecture dujing élargit l’horizon de la lecture en incorporant des éléments tels que la répétition intensive, la lecture guidée, la lecture collective et l’écoute machinique. Chacun de ces éléments questionne l’hypothèse moderniste de la lecture individuelle et axée sur la compréhension. Le dujing démontre comment, outre la tendance moderne à privilégier la compréhension dénotationnelle, la dimension incarnée de la lecture contribue à la production de sens de la pratique de la lecture, même dans le contexte séculier de la Chine contemporaine (Mahmood 2005 ; Moore 2006 ; Haeri 2013). Par ailleurs, parce qu’il nécessite un investissement temporel intensif, de la discipline et des émotions, le dujing illustre la dimension sociale de la lecture. Diverses études se concentrent sur le fondement communautaire des pratiques de lecture, au sein desquelles des agents lecteurs se rassemblent pour lire, apprendre et chercher ou créer une identité et une socialité (Boyarin 1993 ; Baquedano-López 1997). Toutefois, le dujing est un mouvement social qui complique la politique pro-confucéenne de la Chine et cause des tensions avec sa politique d’éducation obligatoire. En tant que tel, la lecture implique non seulement des lecteurs agentifs, mais mobilise aussi le dévouement d’autres acteurs (professeurs et membres de la famille). Cela inclut les pratiques d’alphabétisation confucéenne telles que la lecture des classiques et les théories sur le dujing, mais aussi des pratiques qui ne sont pas de la lecture telles que l’accompagnement, la discipline, et des choix éducatifs radicaux. Dans ces pratiques interactionnelles, les valeurs culturelles du dujing, le dao en particulier, sont démontrées et substantialisées.

Haut de page

Bibliographie

AGHA, Asif. 2007. Language and Social Relations. Cambridge : Cambridge University Press.

BAQUEDANO-LÓPEZ, Patricia. 1997. « Creating Social Identities through Doctrina Narratives ». Issues in Applied Linguistics 8 (1) : 27-45.

BELL, Daniel. 2010. China’s New Confucianism : Politics and Everyday Life in a Changing Society. Princeton : Princeton University Press.

BERGER, Peter, et Thomas LUCKMANN. 1966. The Social Construction of Reality : A Treatise in the Sociology of Knowledge. Londres : Penguin Books.

BILLIOUD, Sébastien. 2010. « Carrying the Confucian Torch to the Masses : The Challenge of Structuring the Confucian Revival in the People’s Republic of China ». Oriens Extremus 49 : 201-24.

–––. 2012. Thinking Through Confucian Modernity. A Study of Mou Zongsan’s Moral Metaphysics. Leyde : Brill. 

–––. 2016. « The Hidden Tradition : Confucianism and its Metamorphoses in Modern and Contemporary China ». In Vincent GOOSSAERT et al. (éds.), Modern Chinese Religion II, 1850-2015. Leyde : Brill. 767-805. 

BILLIOUD, Sébastien, et Joël THORAVAL. 2007. « Jiaohua : The Confucian Revival in China as an Educative Project ». China Perspectives 72 : 4-20. 

–––. 2015. The Sage and the People : The Confucian Revival in China. Oxford : Oxford University Press.

BOYARIN, Jonathan (éd.). 1993. The Ethnography of Reading. Berkeley : University of California Press.

CHENG, Anne 程艾藍. 2018. 中國思想史 (Zhongguo sixiangshi, Histoire de la pensée chinoise). Zhengzhou : Henan daxue chubanshe.

CONFUCIUS. 2003. Analects (traduit par Edward SLINGERLAND). Indianapolis : Hackett.

DIRLIK, Arif. 2011. « Guoxue/National Learning in the Age of Global Modernity ». China Perspectives 85 : 4-13.

DUTOURNIER, Guillaume, et Yuchen WANG. 2008. « An Adventure Called “Sishu” : The Tensions and Vagaries of a “Holistic” Educational Experience (zhengti jiaoyu) in Today’s Rural China ». In Sébastien BILLIOUD (éd.), The Varieties of Confucian Experience : Documenting a Grassroots Revival of Tradition. Leyde : Brill. 262-301. 

ENGELKE, Matthew. 2007. A Problem of Presence Beyond Scripture in an African Church. Berkeley : University of California Press.

FADER, Ayala. 2009. Mitzvah Girls : Bringing Up the Next Generation of Hasidic Jews in Brooklyn. Princeton : Princeton University Press.

FUNG, Yu-lan. 1948. A Short History of Chinese Philosophy. New York : The Free Press. 

GAL, Susan, et Judith IRVINE. 2019. Signs of Difference : Language and Ideology in Social Life. Cambridge : Cambridge University Press.

GEERTZ, Clifford. 1973. « Ideology as a Cultural System ». In Clifford GEERTZ (éd.), The Interpretation of Cultures. New York : Basic Books. 193-233.

GRAFTON, Anthony, et Glenn MOST (éds.). 2016. Canonical Texts and Scholarly Practices. Cambridge : Cambridge University Press.

GRAHAM, Angus Charles. 1989. Disputers of the Tao : Philosophical Argument in Ancient China. La Salle : Open Court.

HAERI, Niloofar. 2013. « The Private Performance of Salat Prayers : Repetition, Time, and Meaning ». Anthropological Quarterly 86 (1) : 5-34.

–––. 2017. « Unbundling Sincerity : Language, Mediation, and Interiority in Comparative Perspective ». Hau : Journal of Ethnographic Theory 7 (1) : 123-38.

HANDMAN, Courtney. 2015. Critical Christianity : Translation and Denominational Conflict in Papua New Guinea. Berkeley : University of California Press.

HARDING, Susan Friend. 2000. The Book of Jerry Falwell : Fundamentalist Language and Politics. Princeton : Princeton University Press. 

HIRSCHKIND, Charles. 2006. The Ethical Soundscape : Cassette Sermons and Islamic Counterpublics. New York : Columbia University Press.

HUBBERT, Jennifer. 2019. China in The World : An Anthropology of Confucius Institutes, Soft Power, and Globalization. Honolulu : University of Hawai’i Press.

JI, Zhe. 2018. « Making a Virtue of Piety : Dizigui and the Discursive Practice of Jingkong’s Network ». In Sébastien BILLIOUD (éd.), The Varieties of Confucian Experience : Documenting a Grassroots Revival of Tradition. Leyde : Brill. 

JIANG, Qing 蔣慶. 2003. 政治儒學 (Zhengzhi ruxue, Le confucianisme politique). Pékin : Sanlian shudian.

JING, Jun. 1998. The Temple of Memories : History, Power, and Morality in a Chinese Village. Stanford : Stanford University Press.

KE, Xiaogang 柯小剛. 2016. « 當代社會的儒學教育 : 以國學熱赫爾讀經運動為反思案例 » (Dangdai shehui de ruxue jiaoyu : yi guoxuere he er dujing yundong wei fansi anli, L’éducation confucéenne dans la société contemporaine : l'engouement pour la culture traditionnelle chinoise et le mouvement de lecture des classiques comme cas de réflexion). The Journal of Education Science at Hunan Normal University 15 (4) : 34-40.

KEANE, Webb. 2002. « Sincerity, “Modernity”, and the Protestants ». Cultural Anthropology 17 (1) : 65-92.

MAHMOOD, Saba. 2005. Politics of Piety : The Islamic Revival and the Feminist Subject. Princeton : Princeton University Press.

MAKEHAM, John. 2008. Lost Soul : « Confucianism » in Contemporary Chinese Academic Discourse. Cambridge : Harvard University Press. 

MENCIUS. 2009. Mencius (traduit par Irene BLOOM). New York : Columbia University Press.

MESSICK, Brinkley. 1996. The Calligraphic State : Textual Domination and History in a Muslim Society. Berkeley : University of California Press.

MOORE, Leslie. 2006. « Learning by Heart in Qur’anic and Public Schools in Northern Cameroon ». Social Analysis 50 (3) : 109-26. 

MOU, Zongsan 牟宗三. 1997. 中國哲學的特質 (Zhongguo zhexue de tezhi, Les spécificités de la philosophie chinoise). Shanghai : Shanghai guji chubanshe.

–––. 2003. 政道與治道 (Zhengdao yu zhidao, Politique et gouvernance). Taipei : Xuesheng Shuju.

ONSMAN, Andrys. 2012. « Recognising the Ordinances of Heaven : The Role of Confucianism in Higher Education Management in the People’s Republic of China ». Journal of Higher Education Policy and Management 34 (2) : 169-84.

PAGIS, Michal. 2015. « Evoking Equanimity : Silent Interaction Rituals in Vipassana Meditation Retreats ». Qualitative Sociology 38 : 39-56.

SCHIEFFELIN, Bambi, Kathryn A. WOOLARD, et Paul KROSKRITY (éds.). 1998. Language Ideologies : Theory and Practice. Oxford : Oxford University Press.

SAHLINS, Marshall. 2015. Confucius Institutes : Academic Malware. Chicago : Prickly Paradigm Press.

SILVERSTEIN, Michael. 1979. « Language Structure and Linguistic Ideology ». In Paul R. CLYNE, William F. HANKS, et Carol L. HOFBBAUER (éds.). The Elements : A Parasession on Linguistic Units and Levels. Chicago : Chicago Linguistic Society. 193-247.

–––. 1992. « The Use and Utility of Ideology : Some Reflections ». Pragmatics 2 (3) : 311-23.

STAMBACH, Amy, et Aikande KWAYU. 2017. « Confucius Institutes in Africa, or How the Educational Spirit in Africa is Re-rationalised Towards the East ». Journal of Southern African Studies 43 (2) : 411-24.

SUN, Anna. 2013. Confucianism as a World Religion : Contested Histories and Contemporary Realities. Princeton : Princeton University Press.

TU, Wei-ming (éd.). 1994. The Living Tree : The Changing Meaning of Being Chinese Today. Stanford : Stanford University Press.

WANG, Caigui 王財貴. 2010. 學庸論語 (Xue Yong Lunyu, La Grande Étude, L’invariable milieu et les Entretiens). Pékin : Beijing jiaoyu chubanshe.

–––. 2014. 讀經二十年 (Dujing ershi nian, Vingt ans de lecture des classiques). Pékin : Zhonghua shuju.

–––. 2017. 立於不敗之志與業 (Liyu bubai zhi zhiyuye, L’ambition et l’entreprise fondées sur l’invicibilité). Shanghai : Shanghai guji chubanshe.

WANG, Canglong. 2018. « Debatable “Chineseness” : Diversification of Confucian Classical Education in Contemporary China ». China Perspectives 115 : 53-64.

–––. 2020. « Educating the Cosmopolitan Citizen in Confucian Classical Education in Contemporary China ». Chinese Education and Society 53 (1-2) : 36-46.

WALTON, Linda. 2018. « The “Spirit” of Confucian Education in Contemporary China : Songyang Academy and Zhengzhou University ». Modern China 44 (3) : 313-42.

WORTHAM, Stanton. 1994. Acting Out : Participant Examples in the Classroom. Amsterdam : John Benjamins Publishing Company.

WU, Jinting. 2019. « Confucian Revival and the Hybrid Educational Narratives in Contemporary China : A Critical Rethinking of Scale in Globalisation and Education ». Globalisation, Societies and Education 17 (4) : 474-88. 

YU, Hua. 2016. « Between the National and the International : Ethnography of Language Ideologies in a Middle-class Community in China ». The Asia-Pacific Education Researcher 25 (5) : 703-11.

YANG, Rui. 2010. « Soft Power and Higher Education : An Examination of China’s Confucius Institutes ». Societies and Education 8 (2) : 235-45.

ZHANG, Qing. 2017. Language and Social Change in China : Undoing Commonness through Cosmopolitan Mandarin. New York : Routledge.

ZIPORYN, Brook. 2012. Ironies of Oneness and Difference : Coherence in Early Chinese Thought ; Prolegomena to the Study of Li. Albany : State University of New York Press.

Haut de page

Notes

1 Voir également les entretiens présentés dans cet article.

2 Le dao est un concept fondamental de la philosophie chinoise, notamment pour le confucianisme et le taoïsme (Fung 1948 ; Graham 1989 ; Ziporyn 2012 ; Cheng 2018). Compte tenu de l’évolution de ses traditions interprétatives et pratiques, il est difficile de fournir une définition exhaustive du dao. Dans les Entretiens, le dao est abordé comme les principes moraux du comportement personnel, de l’ordre social, de la gouvernance de l’État, ou des cieux. Pour une définition de travail sur laquelle tous les chercheurs s’accordent, le dao est la bonne « pratique » de comportement humain et de gouvernance de l’État (Fung 1948 : 8 ; Graham 1989 : 13). Cette définition s’approche de la manière dont les adeptes du dujing comprennent communément le dao, bien qu’ils le mettent en œuvre comme une subjectivité morale perceptible et cultivable ; voir également l’ouvrage de Wang Caigui sur le nouveau professeur confucéen Mou Zongsan (1997).

3 Zhang Rui 張瑞, et Zhang Wei 張維, « 十字路口的讀經村 » (Shizilukou de dujingcun, Un village dujing à la croisée des chemins), Southern Weekly (南方末), 4 septembre 2014, http://www.infzm.com/contents/103904 (consulté le 9 mars 2022) ; Luo Ting 羅婷, Wang Tingting 汪婷婷, et Fu Ziyang 付子洋, « 讀經少年 : 背了十年書,識字卻成了問題 » (Dujing shaonian : beile shinianshu, shizi quechengle wenti, Adolescent dujing : l’alphabétisation devient problématique après une décennie de mémorisation), Beijing News (新京報), 29 août 2016, http://epaper.bjnews.com.cn/html/2016-08/29/content_649957.htm (consulté le 9 mars 2022).

4 L’éducation formelle fait référence aux neuf années d’éducation obligatoire enseignées dans le cadre du programme établi par l’État, et toute poursuite d’études supérieures officiellement reconnues en Chine. Celle-ci est présentée en opposition aux méthodes alternatives d’éducation comme le dujing.

5 Xiang Cunren 向村仁 (éd.) 2011. 私塾手冊 (Sishu shouce, Manuel du sishu). Hong Kong : Huaxia wenyi chubanshe.

6 Voir par exemple les livres suivants : 兒童讀經教育說明手冊 (Ertong dujing jiaoyu shuoming shouce, Manuel pour la lecture des classiques à l’intention des enfants), publié en 2001 et 教育的智慧學 (Jiaoyu de zhihuixue, Étude de la sagesse dans l’éducation) en 2007, tous deux publiés par Wang Caigui ; 私塾手冊 (Sishu shouce, Manuel du sishu) publié par Xiang Cunren 向村仁 en 2011 ; 愛他, 就讓他讀經吧 (Ai ta, jiu rangta dujing ba, Si tu l’aimes, laisse-le lire les classiques), publié en 2017 par Kong Shan 空山.

7 Le groupe de promotion de la lecture des classiques avec sincérité et intensité 老實大量讀經宣導團, “不要問多少人在讀經, 要依理而思依道而行” (Buyao wen duoshaoren zai dujing, yao yili ersi yidao erxing, Ne demandez pas combien de personnes lisent les classiques, réfléchissez avec raison et agissez selon le dao), compte WeChat, 26 mai 2018, https://mp.weixin.qq.com/s/fcW3P_xF96_P70oidovcLg (consulté le 9 mars 2022).

8 En plus des données ethnographiques des classes immersives présentées dans cet article, j’ai fait quelques courtes visites (entre deux jours et une semaine) dans différentes écoles dujing, notamment à Riqian et Xiqian à Pékin et Niqian à Zhuhai, qui pratiquaient un dujing sincère et intensif.

9 C’est un recueil d’œuvres classiques édité par Wang Caigui.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pierre M2022-07-25T15:50:00PMIllustration 1. La première page du premier chapitre des Entretiens utilisé à l’école Liqian. Source : auteur.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/13154/img-1.png
Fichier image/png, 2,0M
Légende Illustration 2. Machines dujing à Tiqian. Source : auteur.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/13154/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Illustration 3. Ma classe à Tiqian. Source : auteur.
URL http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/docannexe/image/13154/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yukun Zeng, « Comment lire les Entretiens huit heures par jour : les diverses expériences de dujing (lecture des classiques) dans le contexte du renouveau confucéen »Perspectives chinoises, 2022/2 | -1, 21-33.

Référence électronique

Yukun Zeng, « Comment lire les Entretiens huit heures par jour : les diverses expériences de dujing (lecture des classiques) dans le contexte du renouveau confucéen »Perspectives chinoises [En ligne], 2022/2 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/13154

Haut de page

Auteur

Yukun Zeng

Yukun Zeng est doctorant au département d’anthropologie, Université de Chicago, 1126 East 59th Street Chicago, IL 60637, États-Unis (zengy@uchicago.edu). Formé en linguistique et en anthropologie sémiotique, Yukun s’intéresse également à l’anthropologie de la valeur, de l’éducation et de la production de savoir.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search