Navigation – Plan du site

AccueilLes numéros2022/4ArticlesLa frontière fantasmée de la Répu...

Articles

La frontière fantasmée de la République de Chine : l’évolution des représentations de la Mongolie au sein de la Commission des affaires mongoles et tibétaines

Alessandra Ferrer
Traduction de Thibault Le Texier
p. 51-61

Résumé

En 2017, la Commission des affaires mongoles et tibétaines (CAMT) a été dissoute après 68 ans de fonctionnement à Taïwan. Comment cette institution anachronique a-t-elle évolué, à mesure que la République de Chine (RdC) se démocratisait ? Une analyse du corpus publié par cette organisation montre qu’elle a conservé, jusqu’à la fin du régime militaire en 1987, une orientation chauviniste centrée sur les Han et visant à civiliser la « frontière » au moyen d’une politique de développement et de réformes. Au XXIe siècle, la rhétorique de la CAMT a mis davantage l’accent sur les échanges bilatéraux et internationaux. Ses publications ont continué cependant à souligner la supériorité relative du développement taïwanais par rapport à celui de la Mongolie, même si l’adhésion à la « sinité » politique s’est estompée. Alors que le gouvernement de la RdC a adopté de plus en plus le « multiculturalisme » taïwanais au début du XXIe siècle, l’histoire de la CAMT met en lumière un aspect significatif et négligé de l’évolution des discours sur l’identité nationale.

Haut de page

Notes de la rédaction

Manuscrit reçu le 23 juin 2021. Accepté le 30 mars 2022.

Texte intégral

Je tiens à remercier sincèrement le professeur Edward Vickers pour ses commentaires très perspicaces.

Introduction

  • 1 « 蒙藏委員會年底裁撤 ? » (Meng Zang weiyuanhui niandi caiche ? La CAMT sera-t-elle démantelée à la fin de l’ (...)
  • 2 « 人事費於7000萬僅53名正職 : 傳蒙藏會年底熄燈 » (Renshifei yu 7000 wan jin 53 ming zhengzhi : chuan Meng Zang hui ni (...)

1Le 14 août 2017, l’administration taïwanaise de Tsai Ing-wen 蔡英文 a officiellement annoncé que la Commission des affaires mongoles et tibétaines (CAMT) ne serait plus financée à partir de 20181. Pendant quelques jours, cette annonce a fait l’objet d’un bref emballement médiatique, au cours duquel les journalistes ont souligné l’opulence budgétaire allouée à ce « chat bien nourri » (feimao 肥貓)2. Fin 2017, au terme de près de 90 années de fonctionnement, la CAMT a été officiellement et discrètement dissoute. Malgré cette fin sans tambour ni trompette, la longévité de la commission interroge. Comment et pourquoi une institution apparemment aussi anachronique a-t-elle pu survivre si longtemps ? Et comment sa mission et ses fonctions ont-elles évolué à mesure que changeait le régime de la République de Chine (RdC) ?

  • 3 Yuan exécutif 行政院, 1929, 蒙藏委員會組織法 (Meng Zang weiyuanhui zuzhi fa, Acte d’organisation de la Commiss (...)
  • 4 Yuan exécutif 行政院, 1947, 行政院組織法 (Xingzhengyuan zuzhi fa, Acte d’organisation du Yuan exécutif), htt (...)

2La CAMT a été fondée en 1928 et son siège établi à Beiping3. La commission s’est vue confier deux tâches principales : « aider à gouverner » et « mettre en œuvre les réformes » au Tibet et en Mongolie (article 2), bien que ses attributions aient été étendues à la Grande Frontière (greater frontier) dans les années suivantes (Lan 2017). En 1947, la CAMT a été placée au même rang que les autres ministères et commissions du gouvernement national, directement sous les ordres du Yuan exécutif (article 3.16)4. Après 1949, bien qu’elle ait déménagé à Taïwan avec tout l’appareil d’État de la RdC, la CAMT a poursuivi sa mission initiale. Pendant les 68 années suivantes, la commission a eu notamment pour fonction de produire des documents sur une série de sujets liés aux peuples et territoires mongols et tibétains.

3Au cours de cette période, le paysage politique a cependant connu d’importants changements, tant à Taïwan que dans le reste de la région Asie-Pacifique. Le régime militaire du Kuomintang (KMT) a pris fin en 1987, tandis que la région prenait ses distances à l’égard des politiques de la guerre froide après les réformes en République populaire de Chine (RPC), la chute de l’Union soviétique et la révolution en Mongolie. En 2011, sur son site internet aujourd’hui disparu, la CAMT décrivait ainsi sa mission permanente :

[…] défendre les objectifs de la Constitution de la RdC, assurer l’égalité de statut des divers groupes ethniques, promouvoir l’autonomie régionale de la Mongolie et du Tibet, renforcer les réformes économiques et éducatives en Mongolie et au Tibet, encourager les cultures des Mongols et des Tibétains et respecter leurs croyances religieuses et leurs coutumes sociales, dans l’espoir de parvenir à des relations ethniques harmonieuses et de protéger la souveraineté de la RdC. (Pan 2015)

4Pendant de nombreuses décennies, la souveraineté effective de la RdC, limitée à Taïwan et aux îles avoisinantes, a été ainsi en net décalage avec l’imaginaire national véhiculé par les documents de la CAMT. Ceci étant, et malgré la curieuse longévité de la CAMT à Taïwan, peu d’études explorent le vaste ensemble de documents publiés par la commission depuis 1949. Certaines recherches ont fait allusion aux transformations du travail de la CAMT en réponse à l’évolution du contexte politique de la RdC (Namgyal 2003 ; Pan 2015 ; He 2018), mais des questions demeurent quant à l’étendue et à la nature de ces transformations. En outre, peu d’études se sont concentrées sur l’évolution des discours officiels tenus après 1949 en RdC sur les peuples non-han du continent.

5Si l’on manque de recherches sur les représentations officielles des frontières de la RdC, plusieurs travaux notables ont analysé la nature changeante de l’identité nationale et du statut de l’État taïwanais par rapport au discours officiel de la RdC avant le retrait de Chine continentale. Examinant la « territorialité » et se concentrant sur la Chine continentale dans son ensemble plutôt que sur la frontière en particulier, Chang (2015) a étudié la contradiction entre l’imaginaire officiel et la réalité politique du territoire national après 1949, telle qu’on peut la lire dans les publications du Bureau d’information du gouvernement, les Annuaires de la RdC (1951-2010). Selon Chang, la décision de l’État de publier des Annuaires à partir de 1950 reflète « l’insistance territoriale » de la RdC et un effort délibéré pour démontrer l’effort idéologique continu de l’État pour se légitimer. Chang et Holt (2015) montrent de la même manière la continuité de la terminologie officielle pour désigner la Chine continentale tout au long du régime militaire, cette terminologie ayant pour but de démontrer la revendication légitime de souveraineté de la RdC et de condamner l’« usurpation » commise par le Parti communiste chinois (PCC). Ce n’est que sous Lee Teng-hui 李登輝 (1988-1999) que la RdC a adopté, dans une certaine mesure, un langage plus neutre envers la RPC (Chang et Holt 2015) et une interprétation plus localisée du statut étatique de la RdC, afin de permettre une politique plus ouverte aux échanges et à la coexistence avec la RPC (Rubinstein 2007). Les efforts de localisation entamés sous l’administration Lee ont été étendus durant le mandat du président du Parti démocrate progressiste (PDP) Chen Shui-bian 陳水扁 (2000-2007), afin de poursuivre la taïwanisation et de distinguer l’idéologie officielle de la Chine et de l’identité chinoise (Chang 2004).

6L’analyse des publications de la CAMT permet ainsi de mettre en lumière, dans les constructions officielles de l’identité nationale, le rôle des peuples « frontaliers » extérieurs à la Chine propre (China proper). Cela ouvre une perspective originale sur l’histoire de la RdC. L’évolution des représentations des peuples non-han et de la relation entre la Chine propre et sa « frontière » interroge la place de l’héritage de l’impérialisme Qing dans l’évolution de l’identité nationale de la RdC et des conceptions de l’État – sujet déjà analysé par Leibold (2007) dans le cadre des débuts de la RdC sur le continent chinois. Mais la manière dont la RdC a représenté officiellement la frontière imaginaire de l’État en Asie centrale forme également la toile de fond de l’émergence des discours contemporains sur l’identité taïwanaise. Cette enquête cherche donc à faire la lumière sur la façon dont la CAMT a conçu la relation de l’État avec sa « frontière » fantasmée, mais aussi à comprendre comment ces représentations ont contribué aux conceptualisations de l’État et de l’identité nationale de la RdC après le retrait du régime à Taïwan, en 1949.

7Bien que la CAMT ait été chargée d’administrer la Mongolie, le Tibet et d’autres régions frontalières, cet article se concentre sur le cas de la Mongolie. Englobant la Mongolie-intérieure et la Mongolie extérieure, la Mongolie occupe pendant la guerre froide une position géopolitique particulièrement complexe entre l’Union soviétique et la RPC. La Mongolie présente également l’intérêt d’être un territoire complexe : la division entre la Mongolie-intérieure, région autonome de la RPC, et la République indépendante (anciennement République populaire) de Mongolie, permet ainsi de nuancer l’étude des revendications changeantes de souveraineté de la CAMT et des représentations de la ou des régions en question. La CAMT n’a pas reconnu la République populaire de Mongolie, même après son admission au sein des Nations unies. Jusqu’en 2002, la commission a généralement désigné le pays comme étant la « Mongolie extérieure », et la région autonome de la RPC comme étant la « Mongolie-intérieure ». Resserrer ainsi la focale sur un cas permet de mieux comprendre l’évolution des représentations spécifiques de la Mongolie par la RdC, y compris la Mongolie-intérieure, la Mongolie « extérieure » et le peuple mongol en général.

8S’étendant sur près de sept décennies, les publications de la CAMT ont couvert un large éventail de sujets et de genres. Le présent article, s’inscrivant dans le cadre d’un projet plus vaste sur la CAMT, se concentre sur les thèmes liés à la « frontière », à l’identité nationale et aux représentations du territoire national. Il pose une question principale : comment l’imaginaire frontalier de la CAMT éclaire-t-il l’évolution du discours officiel de la RdC sur l’identité nationale ? Plus précisément, comment la CAMT a-t-elle dépeint les relations entre la Chine d’une part et d’autre part le peuple mongol et les territoires associés ? Enfin, comment les représentations que la CAMT a données de la Mongolie éclairent-elles les conceptions officielles de l’État en RdC ? Mais avant de répondre à ces questions, la section suivante présente les sources et méthodes de cette recherche.

Méthodologie

9La collecte de données sur les publications de la CAMT s’est déroulée principalement sur place, dans les bibliothèques d’archives de Taipei et dans les archives en ligne du Centre culturel tibétain et mongol (CCTM). La CAMT a publié principalement des articles et des livres pseudo-scientifiques sur l’histoire, la géographie, la politique et, de plus en plus au cours des dernières décennies, la culture de la Mongolie, du Tibet et/ou d’autres groupes ethniques de la Grande Chine (Greater China). De nombreux documents ne sont pas attribués à un auteur spécifique, comme s’ils relayaient la voix de la commission ou du Bureau des affaires mongoles (BAM). Dans le cas des ouvrages dont l’auteur ou les auteurs sont précisés, les contributeurs sont souvent d’anciens ou d’actuels universitaires occupant un poste administratif au sein de la commission. Parmi ces derniers, les auteurs des extraits référencés dans cet article incluent Guo Jijiao 郭寄嶠, ancien président de la commission ; Wang Weifang 王維芳, ancien consultant de la commission ; Liu Xueyao 劉學銚, ancien consultant, chef de bureau et secrétaire en chef ; et Jin Shaoxu 金紹緒, ancien membre de la commission. La plupart des universitaires n’ayant pas un poste officiel au sein de la CAMT étaient affiliés à des départements universitaires d’histoire, de politique et d’études multidisciplinaires à Taïwan.

10Adoptant une conception foucaldienne du discours, notre analyse documentaire met en lumière des évolutions idéologiques. Foucault (1972 : 49) affirme que les discours ne concernent pas les objets et ne les identifient pas : ils les constituent et, ce faisant, dissimulent leur propre invention. Selon ce prisme, l’analyse doit privilégier le contexte dans lequel le texte est né, incluant à la fois les héritages historiques pertinents et les facteurs contemporains. À partir des bibliothèques d’archives publiques de Taipei et du site internet du CCTM, 48 documents ont été examinés et des extraits de 13 d’entre eux ont été sélectionnés pour illustrer certaines tendances. En l’absence d’une bibliographie listant les documents internes et les documents publics, il est difficile de savoir quelle proportion de l’ensemble des archives existantes est représentée par ce corpus. L’interprétation des tendances saillantes a pour but d’éclairer l’évolution de la conceptualisation du territoire national officiel de la RdC relativement à la « frontière » en général et à la Mongolie en particulier.

11Au fil des premières lectures, plusieurs tendances ont émergé, parmi lesquelles une référence persistante à une sorte de mission civilisatrice de l’État au profit du peuple mongol. Une part importante des recherches actuelles est consacrée à des enquêtes sur les débuts de la RdC et de sa « frontière » (Leibold 2007 ; Chang 2015), sur la montée du discours nationaliste populaire à Taïwan (Hughes 2016 ; Wu 2016) et sur la réponse de Taïwan à ces discours (Chang 2015 ; Hughes 2016 ; Dupré 2019). Mais on trouve très peu de littérature sur l’évolution des héritages continentaux de la RdC, en particulier les héritages liés à sa « frontière », et sur la hiérarchie civilisationnelle de la RdC, qui place les Han au-dessus des autres peuples continentaux. La discussion de la mission civilisatrice de la RdC est une part essentielle du récit de sa transition de la « Grande Chine » à « Taïwan » et constitue donc un axe majeur de ce projet. La section suivante passe en revue la littérature actuelle sur les débuts de la RdC, sa mission civilisatrice et la politique de l’identité de la fin de la période Qing et de la période républicaine jusqu’au Taïwan contemporain.

La RdC, sa « frontière » et la CAMT

12Si la CAMT a été officiellement créée en 1928, ses fondements conceptuels ont été posés bien plus tôt. Durant la dynastie Qing (1644-1911), l’impérialisme mandchou a jeté les bases des conceptions chinoises ultérieures de la nation et de la gouvernance des territoires frontaliers (Rigger 2011). Les Qing reconnaissaient cinq races au sein de l’empire, représentées et conceptualisées comme une seule et même famille (wuzhong zhi jia 五種之家) : Mandchous, Han, Mongols, Turcs musulmans et Tibétains (Harrison 2001). Les peuples tibétains, mongols et turcs étaient distingués de la Chine propre, définie comme l’empire intérieur, et ils étaient organisés en territoires de l’empire extérieur en Asie intérieure (Smith 1996 : 9). Teng (2004 : 9) défend avec force une interprétation de la domination Qing comme impérialiste et coloniale, caractérisée par la « conquête » de territoires non-han où vivaient des « peuples ethniquement distincts, non-chinois », et par leur gouvernance exercée depuis un « centre impérial » distant. À partir d’une analyse des récits de voyage relatifs à la frontière insulaire des Qing (Taïwan), Teng a montré que la mission coloniale civilisatrice faisait partie intégrante de la politique frontalière.

13En 1912, après des années de mobilisation contre les Qing mandchous au nom du nationalisme han, les révolutionnaires ont réussi à établir une république revendiquant la souveraineté sur les régions non-han et han de l’empire Qing (Harrison 2001). Abandonnant les appels à un État-nation purement han, les fondateurs de la RdC ont invoqué le concept de « république des cinq nations » (wuzu gonghe 五族共和), suivant le précédent de la famille des cinq races des Qing. Héritant du territoire national légué par les Qing, la jeune république a également adopté le concept Qing de « Chine intérieure » et celui afférent de « frontière ». Selon Leibold (2007 : 6), la frontière a joué un rôle clé dans l’élaboration de l’identité nationale de la Chine républicaine : les régions frontalières étaient conçues comme le lieu de vie d’un « semblable inférieur » et barbare dépendant de « libérateurs » modernes et culturellement supérieurs (les Han). La réalité politique de la souveraineté républicaine sur ces terres frontalières restait cependant limitée, sinon inexistante. La CAMT a donc été créée en 1928 prétendument pour aider à gouverner et à mobiliser les populations locales dans deux des régions frontalières de la république.

14Cette hiérarchie ethnique et civilisationnelle a été partie intégrante du nationalisme de la période républicaine dès sa création. L’approche hiérarchique de la nation par la RdC, telle que la décrit Leibold (2007), correspond à la définition de la mission civilisatrice d’Osterhammel (2006 : 8) : « le droit et le devoir autoproclamés de propager et d’introduire activement ses propres normes et institutions auprès d’autres peuples et sociétés, sur la base d’une ferme conviction de la supériorité inhérente et de la légitimité supérieure de son propre mode de vie collectif ». Osterhammel fait lui aussi de la mission civilisatrice un élément clé de l’impérialisme moderne.

15Alors que Leibold (2007) termine son examen de la politique de la RdC par la fondation de la RPC, le présent projet étudie sa continuation après le repli à Taïwan (1949). Heylen (2011 : 19) affirme qu’après le retrait de la RdC, Taïwan est restée en marge d’une « identité chinoise de référence » officielle, dont les Han du continent constituaient le noyau. Après la fin du régime militaire en 1987, les conceptions de l’identité nationale officielle, centrées sur les continentaux, se sont cependant estompées au profit d’une conception pluraliste et localisée de l’idéologie nationale. Une « conscience taïwanaise » officielle et distincte d’une identité chinoise a ainsi émergé (Liu, Hung et Vickers 2005). Et le débat sur la nature de cette conscience en évolution n’est pas clos.

16Les nombreuses recherches sur l’identité nationale à Taïwan incluent diverses enquêtes sur les conceptions populaires et officielles du ou des nationalisme(s) taïwanais, du nationalisme chinois et des tentatives de conciliation des deux. Hsiau (2003) soutient que le nationalisme taïwanais est le produit d’un groupe ethnique opprimé. Song (2009) examine également les idéologies nationalistes taïwanaises modernes et leurs composantes civiques et ethniques. Selon lui, la territorialité est un aspect caractéristique des conceptions civiques du nationalisme, mais c’est aussi une question particulièrement importante dans le contexte de la RdC à Taïwan. À partir d’une étude sur la façon dont les militants, les politiciens et les universitaires ont compris le nationalisme taïwanais, il soutient que le premier dirigeant taïwanais de la RdC, l’ancien président Lee Teng-hui, a adopté une approche intermédiaire pour accommoder le nationalisme taïwanais, élaborant un concept de citoyenneté de la RdC fondé sur la souveraineté de ceux qui vivent à Taïwan.

17À partir de 1988, sous l’administration Lee, le KMT a été poussé de plus en plus par la montée du nationalisme populaire taïwanais à s’engager dans le processus de localisation. L’administration Lee a supervisé la publication du manuel Connaître Taïwan (Renshi Taiwan 認識台灣), qui a réformé le programme scolaire pour le centrer sur Taïwan et donner un aperçu « plus neutre » des cultures taïwanaise et chinoise et des questions sensibles, comme l’Incident du 28-février et ses conséquences (Corcuff 2005 : 160). Examinant le processus de « nativisation » de l’identité nationale, la réponse du KMT à la démocratisation et la nécessité de revoir ce qu’il appelle l’incongru « mythe de la Chine », Hughes conclut que « la démocratisation a donc permis l’essor continu d’un sens civique et pluraliste de l’identité taïwanaise » (2016 : 167) au cours des trois ou quatre dernières décennies.

18Certains chercheurs ont cependant critiqué le multiculturalisme localisé de la RdC. Examinant les récits historiques et leurs héritages dans le monde littéraire taïwanais, Hsiau (2005) constate que la reconnaissance nationaliste du pluralisme taïwanais implique une « essentialisation stratégique » des identités ethniques locales. Il identifie également une « ethnicisation » de la politique en RdC. Étudiant le monde de l’éducation, Liu et Lin (2011) établissent un lien entre le mouvement de localisation et les initiatives d’éducation multiculturelle à Taïwan, mais constatent que certains discours politiques sur l’éducation multiculturelle peuvent sonner creux. Les recherches sur la politique linguistique, en particulier les travaux portant sur les langues minoritaires, émettent souvent des critiques plus sévères, arguant que les politiques promettant de revitaliser les langues minoritaires ou de se recentrer sur elles se limitent largement à un simple geste de reconnaissance, sans que les efforts d’apprentissage ou les ressources gouvernementales soient significativement redistribués (Tiun 2020 ; Ferrer 2021).

19Le vaste corpus de recherches sur l’identité nationale à Taïwan comprend diverses enquêtes sur les conceptions populaires et officielles du ou des nationalisme(s) taïwanais, du nationalisme chinois et des tentatives de conciliation des deux. Des travaux ont examiné un large éventail de données et de documents historiques, notamment les publications du Bureau d’information du gouvernement (Chang 2015), la politique linguistique (Dupré 2019 ; Ferrer et Lin 2021) et les discours politiques (Song 2009 ; Hughes 2016). Ceci étant, ces travaux s’appuient principalement sur les documents de la RdC relatifs à Taïwan ou à la Chine propre et n’intègrent pas les représentations officielles de la « Chine extérieure », de la « frontière » ou des groupes ethniques non-han. Ces peuples et territoires ont joué un rôle important dans l’histoire de la RdC, comme en témoigne le rang élevé de la CAMT au sein de l’appareil gouvernemental de la RdC. L’existence continue de la CAMT à Taïwan a servi en effet à symboliser la conception officielle de l’État comme étant chinois et non taïwanais. Les publications du CAMT constituent donc une ressource importante pour mieux comprendre l’histoire et le développement politique de la RdC.

Bref aperçu de l’histoire institutionnelle de la CAMT à Taïwan

20Depuis son installation à Taïwan, le travail de la CAMT a considérablement évolué. On peut le décomposer en trois périodes distinctes. La première (1949-1987), qui s’inscrivait dans le contexte de la guerre froide, s’est caractérisée par l’insistance sur la mission de reconquête du continent. L’île est restée sous domination militaire et Chiang Kaï-shek 蔣介石, soulignant le devoir national de reprendre la Chine continentale, a déclaré que Taïwan était une « province modèle » incarnant les trois principes du peuple (Chang 2015 : 112). La Mongolie, en plus de Taïwan et d’autres régions frontalières de la Chine continentale, était donc positionnée à la périphérie du noyau continental han de la nation et de la conception de l’État. Par conséquent, bien qu’elle ait été coupée du Tibet et de la Mongolie, la CAMT a continué ses activités. Ses publications étaient principalement des histoires nationales pseudo-scientifiques, des ethnographies basées sur des données recueillies avant la retraite de la RdC, des évaluations de politiques et des critiques de l’influence soviétique et de la gouvernance du PCC.

  • 5 Direction générale du budget, de la comptabilité et des statistiques, Yuan exécutif (DGBCS) 行政院主計總處 (...)
  • 6 DGBCS 行政院主計總處, 1999, « 歲出機關別預算總表 » (Sui chu jiguan bie yusuan zong biao, Tableau général de fin d’a (...)

21La deuxième période (1988-1999) a vu les premières étapes de démocratisation et de localisation à Taïwan, ainsi que la disparition, avec la chute de l’Union soviétique, d’une approche politique correspondant à la guerre froide. Dans les années 1990, des mouvements militants taïwanais prodémocratie ont plaidé, non sans se disputer parfois, pour que leur vision d’une identité taïwanaise multiculturelle soit intégrée à l’idéologie officielle. La Chine continentale est néanmoins restée le cœur idéologique de la conception officielle de l’État et le budget de la CAMT est resté sensiblement le même tout au long des années 1990, passant de 203 742 000 NTD en 19945 à 229 223 000 NTD en 19996. Même si le travail de la CAMT n’a pas été influencé en profondeur par les mouvements locaux et les politiques identitaires, la commission a changé considérablement sa manière d’écrire sur la Mongolie après la transition de la Russie et de la Mongolie vers le libéralisme. La plupart des textes du dernier quart du XXe siècle sont exempts du langage péjoratif et des critiques auxquels était habituée la CAMT.

  • 7 DGBCS 行政院主計總處, 2017, « 歲出機關別預算表 » (Sui chu jiguan bie yusuan biao, Tableau de fin d’année du budget (...)
  • 8 Yuan exécutif 行政院, 2010, 行政院組織法 (Xingzhengyuan zuzhi fa, Acte d’organisation du Yuan exécutif), htt (...)
  • 9 « Onward to Mongolia », Taiwan Today, 1er janvier 2003, https://taiwantoday.tw/news.php?post=4126 (...)
  • 10 Yuan exécutif 行政院, 2017, 蒙藏委員會組織法 (Meng Zang weiyuanhui zuzhi fa, Acte d’organisation de la Commiss (...)

22Cette période de transition a fait place à la troisième phase de la CAMT (2000-2017). Après l’élection de la première administration du PDP en 2000, les conceptions officielles de l’État et de l’idéologie nationale ont évolué pour faire de Taïwan le cœur du « moi national » (national self), à la fois géographiquement et culturellement (Chang 2021). Les questions relatives à l’identité et à la nation ne pouvaient donc plus être ignorées par la commission. Au début de l’année 2017, le budget de la commission avait été progressivement réduit environ de moitié par rapport à 1999 (115 105 000 NTD), et des programmes importants avaient été gelés7. Par ailleurs, la commission a été placée en 2012 au sein de la Commission des affaires continentales (CAC), ce qui représentait une baisse de statut considérable8. Entre-temps, la RdC a reconnu l’indépendance de la Mongolie (en 2002) et établi des relations bilatérales informelles (les relations formelles étant exclues par les liens diplomatiques entre la Mongolie et la RPC)9. Faisant fréquemment l’éloge de la démocratie taïwanaise, du multiculturalisme et des échanges, les documents de la CAMT consistaient, à l’époque, essentiellement en des récits historiques et des analyses politiques académiques, des programmes de développement professionnel et économique et des échanges culturels avec la Mongolie-intérieure et la Mongolie. Enfin, après la dissolution de la Commission en 201710, ses responsabilités et ses ressources ont été réaffectées à la CAC, au ministère de la Culture et au ministère des Affaires étrangères (He 2018). Les analyses qui suivent utilisent ce découpage en trois périodes. Elles retracent l’évolution du discours sur les frontières des années 1950 aux années 2010.

La mission civilisatrice de la RdC

Propager la civilisation : la Chine propre et sa frontière

23Pendant la majeure partie du XXe siècle, que ce soit sous le régime militaire ou pendant la transition vers la démocratie, la CAMT de Taïwan a présenté la Chine intérieure comme le centre et la Chine extérieure comme la frontière, la civilisation allant du centre vers la périphérie. On peut trouver une description de cette relation dans Éducation à la frontière, un examen détaillé de la politique éducative de la RdC dans ses régions « frontalières », publié par la CAMT en 1961. Ce livre est l’un des 12 volumes publiés dans la collection « Frontière », qui couvrait un large éventail de questions liées à la « frontière » de la grande République de Chine. Chaque livre commençait par le même texte d’introduction, qui subsumait sous le terme « frontière » à la fois « la Mongolie, le Xinjiang, le Qinghai, le Tibet, le Xikang et le Sud-Ouest où vivent les Miao, les Yi et d’autres groupes » (Éducation à la frontière 1961 : 1). Ce texte d’introduction dépeignait ensuite la frontière chinoise comme fondamentalement différente des régions frontalières de la plupart des autres pays : « Notre problème de frontière n’est pas seulement une question de protection de nos frontières et de renforcement de notre sécurité nationale, mais surtout une question de soutien à nos différentes tribus-sœurs frontalières (xiongdi buzu 兄弟部族), de développement de leur économie, de leur éducation, de leur culture et de leur autonomie régionale » (ibid. : 2). Les volumes de la collection « Frontière », en particulier le volume de 1961, représentaient les « tribus » vivant à la frontière comme des sœurs cadettes ayant un besoin urgent d’aide au développement de la part de la Chine. En d’autres termes, le document décrivait ces relations dans le cadre d’une mission républicaine officielle visant à civiliser la frontière chinoise, en mettant particulièrement l’accent sur les enjeux de sécurité nationale, d’aide et de développement. En outre, le rappel de cette hiérarchie civilisationnelle en introduction des volumes de la collection « Frontière » suggère une continuité de pensée tout au long de la période de publication de la collection, dans les années 1950 et 1960.

24Divers récits historiques ont grandement contribué à asseoir la hiérarchie civilisationnelle de la RdC, qui voit la Chine dominer sa frontière. L’introduction de la collection « Frontière », extraite ici d’Éducation à la frontière (ibid. : 1), faisait explicitement du « problème de la frontière » un phénomène historique « antérieur à la période des Royaumes combattants », à l’époque où des « luttes incessantes » opposaient « les Xia des plaines centrales et les tribus nomades, de culture comparativement faible, qui les entouraient de toutes parts ». De nombreux textes publiés durant la première et la deuxième période d’activité de la CAMT à Taïwan ont souligné le lien historique entre la frontière et les plaines centrales de la Chine intérieure. La chronologie adoptait en outre le découpage par dynasties chinoises. Par exemple, dans le récit des relations sino-mongoles antérieures à la dynastie Yuan, les termes chinois désignant les peuples nomades (définis comme ceux qui finiront par se regrouper pour former la minorité mongole) étaient classés chronologiquement par dynastie, et d’autres publications examinées plus loin en faisaient autant, comme L’administration de la Mongolie et du Tibet par le gouvernement central depuis la fondation de la République (Guo 1971) et Enquête sur la Mongolie extérieure et introduction au tourisme (Jin 1999). En recourant exclusivement à la terminologie en mandarin pour désigner ces éleveurs nomades (les prétendus ancêtres des Mongols) et en utilisant les conventions de datation dynastiques chinoises, ces récits historiques ont renforcé une perspective centrée sur les Han ou, selon les termes de la CAMT, sur la « Chine intérieure ». Dans sa mise en récit de la relation sino-mongole, la commission présentait ainsi la « Chine intérieure » comme une unité permanente et cohésive. Les récits historiques de la CAMT adoptaient la perspective han de l’histoire, sans reconnaître ni intégrer les perspectives ou la terminologie mongoles.

25Au cours de la première et de la deuxième phase, le discours sur les frontières a mis l’accent sur les politiques de la RdC visant à propager la civilisation, le développement et l’éducation. Les ouvrages de la CAMT reproduisaient des extraits de la Constitution et des documents politiques de la RdC, la liste des écoles construites dans les régions frontalières et d’autres documents de ce genre sur la politique mongole entre 1911 et 1949. Le langage utilisé pour présenter ces politiques n’était ni critique ni réfléchi, vantant sans retenue l’effort gouvernemental en faveur du développement politique, éducatif, économique et culturel (Yao 1954 ; Guo 1971 ; Jia 1988 ; Liu 1996). Les politiques de la RdC, décrites comme importantes et louables, étaient présentées comme des expressions de la mission civilisatrice de la RdC en Mongolie et dans d’autres régions frontalières.

Banditisme et défense nationale

26Le récit victimaire mettant en cause les impérialistes étrangers et le PCC a joué un rôle important dans les documents de la CAMT. Rédigé dans le contexte anticommuniste et anti-impérial propre à la guerre froide, ce récit dépeignait la Chine comme une victime des impérialismes occidental, japonais et soviétique, tout en soulignant l’influence corruptrice de l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) sur le PCC. Ce thème est resté largement confiné à la première phase identifiée ci-dessus, qui s’est terminée avec la fin du régime militaire en 1987. Jusqu’à la fin des années 1980, tous les textes sur la Mongolie prenaient soin de mentionner la Russie, l’URSS ou le Japon. La série de pactes secrets conclus entre la Russie et le Japon au début du XXe siècle était citée sans relâche comme la preuve de l’ingérence impériale étrangère. Un langage fleuri et des expressions idiomatiques étaient souvent utilisés dans ces passages, où l’on pouvait lire par exemple que le Royaume-Uni, le Japon et la Russie étaient devenus des « co-conspirateurs » (pengbi weijian 朋比為奸) (Yao 1954 : 45).

27Pendant la première période de la CAMT à Taïwan (correspondant à l’application de la loi martiale) et au début de la deuxième (transition), ses publications ont condamné avec ferveur les menées communistes et l’agression impérialiste. Le livre La politique des « minorités nationales » du Parti communiste chinois (Chen 1983) accusait par exemple sévèrement la politique des « bandits communistes » (gongfei 共匪) influencés par les Soviétiques d’être assimilationniste. Le terme bandit était utilisé par la CAMT et d’autres organismes officiels à Taïwan après le repli sur l’île, à la fin des années 1940, et il a perduré jusqu’en 1987 (Chang et Holt 2015). Le volume se concluait en affirmant que la politique désastreuse des « minorités nationales » de la RPC tentait « d’éliminer définitivement l’existence de leurs nations » en utilisant « la division et la lutte des classes » (Chen 1983 : 84). Le texte mettait l’accent sur les divisions oppressives et contre-nature suscitées par « l’endoctrinement marxiste-léniniste » importé d’Union soviétique (ibid.), et il cherchait à victimiser les Mongols et les autres nationalités. La manière dont le texte soulignait l’influence persistante des Russes sur le PCC, malgré le désaccord entre les deux États depuis les années 1960, était typique du discours de la RdC à l’époque. Comme l’expliquent Chang et Holt (2015 : 63), le Parti communiste chinois était alors considéré comme « une variété particulière de [communisme] chinois cultivée par [le communisme] russe », et donc une importation étrangère par nature « maléfique », indépendamment de l’état des relations sino-soviétiques.

28Jusqu’à la fin du régime militaire, et pendant les quelques années qui ont suivi, l’impact du communisme sur les minorités ou les anciennes nations frontalières n’a cessé d’être critiqué. Publié peu avant l’abrogation de la loi martiale, La relation tripartite de la Mongolie extérieure cernée par l’opposition chinoise et soviétique (Li 1986) ciblait par exemple l’influence soviétique en Mongolie. Dans un langage incendiaire, la Russie était présentée comme une puissance hostile et prédatrice, tandis que l’Empire russe et l’URSS étaient qualifiés de « bandits russes » (E’kou 俄寇). Le document présentait l’agression russe et soviétique contre la Mongolie chinoise, puis le soutien à un État mongol indépendant, comme un assaut contre les frontières de la Chine. Un autre texte accusait l’Empire russe de « frapper [la Chine] alors qu’elle est à terre » (xiajing toushi 下井投石) et de « commettre d’innombrables crimes » (p. 1).

29Pour mieux dénoncer l’expansion et la violence gratuite de l’Empire russe et de l’URSS, ce même livre pontifiait : « après avoir étudié sous le Tsar, l’élève [soviétique] surpasse donc le maître et va plus loin encore, utilisant [la rhétorique de] la libération comme un leurre attrayant pour mener à bien son invasion » (p. 1). Une fois dressée en introduction une liste d’iniquités de ce genre, les 41 pages suivantes documentaient les principales déprédations russes (ou proto-russes) et soviétiques depuis la dynastie Song jusqu’à la période républicaine. Les accusations d’impérialisme soviétique figuraient également dans Brève discussion sur la défense nationale de la Mongolie extérieure d’un point de vue géographique (Jia 1988). Cette philippique s’inscrivait cette fois explicitement dans le cadre de la guerre froide : « Sans cesse en expansion, la force [soviétique] peut être utilisée pour résister à l’invasion américaine, pour mener à bien sa révolution mondiale communiste ou pour devenir l’ennemi commun des nations démocratiques » (p. 37). Alors que la CAMT décrivait l’intérêt soviétique pour la Mongolie comme étant avant tout une tentative d’étendre sa région frontalière à des fins sécuritaires, elle n’était pas opposée à l’utilisation de la Mongolie comme zone tampon en soi, mais elle insistait avant tout sur le fait que la Mongolie n’était pas une zone tampon offerte à l’occupant soviétique. L’usage de la Mongolie comme zone tampon chinoise était même considéré comme particulièrement nécessaire face à l’expansionnisme de l’URSS. En outre, comme on ne pouvait pas attendre de la Mongolie extérieure qu’elle se défende elle-même contre l’influence soviétique, il incombait à la République de Chine de protéger sa frontière vulnérable.

30Le récit de la victimisation s’est atténué dans les années 1990. Si l’influence de l’Union soviétique en Mongolie extérieure était par exemple toujours évoquée dans Enquête sur la Mongolie extérieure et introduction au tourisme (Jin 1999), le langage incendiaire avait disparu : l’ancienne Union soviétique, la Russie impériale, la Russie contemporaine et le PCC avaient tous perdu leur étiquette péjorative de « bandits », tandis que des termes comme « influence » remplaçaient ceux d’« agression ». Au cours de la troisième phase (après 2000), à l’exception des textes savants historiques, les documents de la CAMT n’évoquaient que rarement le communisme, la Russie ou l’URSS. N’étant plus un ennemi de la guerre froide et ayant établi des relations informelles avec le pays en 2002, la priorité de la République de Chine était désormais de conclure des alliances avec la Mongolie. Les documents de la CAMT publiés au XXIe siècle ne comportaient plus de condamnations de l’empiétement impérial.

Développement social et aide

31Dans les ouvrages publiés pendant la période de la loi martiale et traitant de la politique de la RdC à l’égard des régions « frontalières », l’accent mis sur le leadership et la générosité du gouvernement central mettait en exergue la mission civilisatrice qui animait la RdC. Jusqu’au début du XXIe siècle, les références au soutien, à l’avancement et au développement étaient des tropes courants dans les discussions sur les relations du gouvernement de la RdC avec ses régions frontalières. L’administration de la Mongolie et du Tibet par le gouvernement central depuis la fondation de la République (Guo 1971) soulignait par exemple que c’était la RdC qui, dans le processus de normalisation des caractères chinois, avait éliminé les clés ayant une connotation péjorative – tels que celles associées aux animaux et aux insectes (犬 quan, chien ; 羊 yang, chèvre ; 虫 chong, insecte ou ver ; 豸 zhi, invertébré vermiforme) – dans les dénominations des « peuples frontaliers », y compris les Mongols, les Tibétains et les Hui. Cette note se concluait en soulignant comment la loi « montrait le respect du gouvernement pour les coutumes sociales mongoles et tibétaines » (p. 9). D’autres notes politiques faisaient référence à la diversité des langues et des coutumes dans les régions frontalières et à la nécessité d’adapter en conséquence la gouvernance de l’État central aux coutumes locales. Dans Le système mongol des bannières (Liu 1996 : 32), ce sentiment était réitéré en insistant sur l’avenir : après la réunification, il serait nécessaire de gouverner avec tact et de respecter les coutumes locales.

32Dans ce registre de sollicitude mêlée de condescendance, la santé était occasionnellement abordée dans les études sur la société mongole. Une étude sur la Mongolie (Yao 1954) comprenait par exemple une section particulièrement détaillée sur l’hygiène. Tout en admettant que les efforts de la CAMT pour promouvoir une meilleure hygiène n’avaient pas porté leurs fruits, le texte suggérait que ces échecs étaient principalement attribuables à la nature rigide et superstitieuse de la société mongole, qui n’avait « pratiquement aucune hygiène à proprement parler » (p. 180). Cette affirmation était étayée par divers exemples, allant de « l’abandon de cadavres dans la nature » aux récits de Mongols « passant un mois entier sans se laver le visage ». Le taux de mortalité élevé était attribué au manque d’hygiène de la population locale : « les Mongols ne soignent pas leurs maladies et préfèrent prier, ce qui fait que chaque maladie se transmet. Ne sachant que faire, ils laissent les choses suivre leur cours : la mort est partout… » (p. 181). Cette représentation de l’hygiène était censée montrer l’arriération extrême du peuple mongol, indécrottablement superstitieux et irrationnel. Les échecs des efforts de sensibilisation de la CAMT étaient imputés aux Mongols eux-mêmes, décrits comme activement réfractaires à l’enseignement de la propreté. Les autres sections de l’enquête n’allaient pas autant dans le détail, ce qui semble indiquer l’importance particulière accordée à l’hygiène comme marqueur de l’arriération mongole tout autant que la prééminence accordée à la mission civilisatrice de l’État de la RdC.

33Après le début du processus de démocratisation à Taïwan, à la fin des années 1980, les références aux contributions spécifiques de la RdC à la « civilisation » de la Mongolie se sont faites plus rares. Le système de santé taïwanais a subi nombre de changements. Jusqu’à la création du département de la santé en 1971, écrivent Lu et Chiang (2011), l’attention républicaine portée à la santé publique se limitait à la diffusion de la vaccination et à la lutte contre certaines maladies infectieuses. Après 1971, l’État a commencé à réformer le système de santé afin de fournir des soins à tous. Cet objectif a été atteint en 1995, et il a été suivi par l’établissement de performances ambitieuses mesurées par rapport à une norme « mondiale ». Le développement rapide du système de santé taïwanais a coïncidé avec le passage à la coexistence et aux échanges avec les anciennes communautés frontalières, et il est allé de pair avec une évolution des représentations de l’hygiène en Mongolie véhiculées par la CAMT. Par exemple, le texte de 1999 intitulé Enquête sur la Mongolie extérieure et introduction au tourisme abordait la question des maladies et des soins de santé, mais ces informations étaient présentées dans le guide du livre sur le tourisme en Mongolie, et les efforts de la RdC pour réformer son (ancienne) frontière étaient passés sous silence.

34Ce texte filait néanmoins les thèmes familiers de la propreté, de la santé et de la sécurité relativement supérieures de la RdC par rapport à la Mongolie. La sous-section sur les maladies émettait une mise en garde qui faisait écho à la rhétorique des décennies précédentes liant hygiène et civilisation, bien qu’elle soit désormais inscrite dans le contexte de la promotion du tourisme en Mongolie par la CAMT. Sans condamner explicitement la superstition des Mongols, ce document attirait l’attention sur l’écart de connaissances entre ses lecteurs supposément sinophones et le public mongol. Une section sous-titrée « Maladies contre lesquelles il est actuellement nécessaire de prendre des précautions » commençait par l’affirmation suivante :

Tout le monde sait que, lorsqu’on voyage, la chose la plus effrayante est d’attraper une maladie qui nous affecte. C’est particulièrement vrai quand on se rend en Mongolie extérieure, ce bout de terre très ouvert, où il est encore plus difficile de se faire soigner si l’on tombe malade dans un endroit peu peuplé (p. 124).

35Suivaient des statistiques relatives au nombre d’établissements de soins médicaux, aux types de maladies courantes et aux menaces pesant sur la santé des visiteurs. Sans aborder la question de l’hygiène en Mongolie, le texte mettait en garde contre le manque de ressources médicales et le sous-développement dans la région, tout en soulignant les connaissances et les attentes vraisemblablement élevées des visiteurs taïwanais ou chinois.

36Si elle a changé de ton, la discussion sur la santé en Mongolie s’est donc poursuivie au XXIe siècle. En 2014, la Revue trimestrielle mongole et tibétaine (Meng Zang jikan 蒙藏季刊) de la CAMT a publié par exemple un rapport intitulé « Visite et échanges à Taïwan de professionnels de la médecine et de la santé venus de Mongolie-intérieure continentale » (CAMT BAM). Le langage utilisé différait considérablement des précédentes descriptions détaillées de la maladie et de la mort ; il mettait plutôt l’accent sur l’échange, le développement bilatéral harmonieux et la coopération. Les objectifs de santé étaient également distincts de ceux de la CAMT de 1954, se concentrant sur la santé des femmes, les visites à l’hôpital et d’autres questions (Yao).

37Le sujet de la santé, de l’hygiène et de la médecine n’a donc jamais disparu. Il a traversé les trois phases de l’existence du CAMT, des années 1950 aux années 2010. Bien que le ton et l’orientation aient changé au fil du temps, l’affirmation essentielle de la supériorité des pratiques de santé et d’hygiène de la RdC s’est maintenue. Les récentes descriptions des programmes de la RdC visant à encourager le développement des soins de santé mongols servaient, tout autant que les représentations d’hier d’une Mongolie sale et malade, à signaler par contraste les vertus de la RdC, associée à la bonne santé et à l’hygiène. La réapparition constante de ce sujet pour affirmer la supériorité relationnelle de la RdC suggère également que la santé et l’hygiène sont devenues des aspects importants de l’identité de la RdC (ou de Taïwan).

38Il semble que, tout au long du XXe siècle, la CAMT ait produit des documents adoptant une approche essentialiste et centrée sur les Han de la nation et du territoire, reflétant les présupposés qui sous-tendaient sa mission civilisatrice antérieure. En effet, malgré les nombreux changements intervenus dans le paysage international dans les années 1970 et au début des années 1980, notamment la perte par la RdC de son siège aux Nations unies en 1971 et l’arrêt de ses relations officielles avec les États-Unis en 1979, les publications de la CAMT ont maintenu une approche stricte de l’identité nationale, fondée sur les trois principes du peuple. La cohérence idéologique de la CAMT est restée au diapason de la diplomatie jusqu’en 1987, la RdC continuant à se désigner comme la « Chine libre » (Rubinstein 2007). Des changements dans la politique intérieure et étrangère ont commencé en 1988 sous Lee Teng-hui. Ils se sont traduits notamment par l’adoption d’une « diplomatie pragmatique » (ibid.), par des efforts pour décentraliser l’État (Chang 2004) et par l’augmentation des échanges économiques entre les deux rives du détroit (Su 2009). Ceci étant, sous la direction du KMT tout au long des années 1990, la communication de la RdC en dehors de Taïwan a continué de mettre en avant la culture, l’histoire et l’identité chinoises (Chang 2004). Le sino-centrisme de la RdC ne signifiait pas simplement qu’elle se concentrait sur le continent – même si c’était vrai – mais surtout qu’elle regardait le continent avec un regard han et chauviniste.

39Certains changements sont intervenus au cours de la période de transition. La CAMT a notamment cessé de voir l’ancienne frontière comme une zone tampon et un objectif stratégique de défense nationale. Ce changement a correspondu principalement à l’évolution des relations internationales et à la fin de la guerre froide. Si l’on considère en particulier la répétition des récits historiques centrés sur les Han et la présentation paternaliste du développement social et des programmes d’aide, il est évident que les attitudes de la RdC à l’égard du continent ont changé uniquement en ce qui concerne son statut international vis-à-vis de Pékin, et non dans sa relation avec ses anciennes nations frontalières. En d’autres termes, tout au long du XXe siècle, bien que la rhétorique de la CAMT à l’égard des peuples « frontaliers » ait varié dans son degré de condescendance, le postulat de la position subordonnée des Mongols dans la hiérarchie civilisationnelle et le postulat afférent d’une mission civilisatrice de la RdC ont persisté.

Vers un échange international : Taïwan, la Mongolie et les Mongols en RPC

40À partir de la troisième phase, au XXIe siècle, et notamment suite à la reconnaissance de l’indépendance de la Mongolie en 2002, les échanges internationaux, culturels, universitaires et économiques ont dominé les discours de la CAMT sur les affaires mongoles. Aussi bien Bons baisers des pâturages (CAMT BAM 2012) que Cœur taïwanais, passion mongole (CAMT, musée d’histoire nationale [Taïwan] et musée d’histoire de la Mongolie 2007) présentaient uniquement des introductions à la Mongolie et au peuple mongol, limitant le contenu au climat, à la géographie et aux collaborations entre les institutions culturelles mongoles et taïwanaises. « Taïwan » est ainsi devenu l’équivalent de la RdC dans le discours officiel, l’administration PDP de Chen Shui-bian ayant abandonné toute prétention à la souveraineté sur la Chine continentale. Cœur taïwanais, passion mongole véhiculait en effet un discours très différent, convoquant le multiculturalisme, les échanges internationaux et la collaboration culturelle. L’introduction, signée par la CAMT, commençait par comparer Taïwan et la Mongolie en soulignant les différences de climat, de population et de culture, avant d’ajouter : « en raison de l’éloignement des deux pays, les Taïwanais ont eu peu d’occasions de découvrir la culture unique de la Mongolie ». La visite d’artistes et leur participation à une exposition étaient ensuite décrites comme l’une des tentatives de la CAMT d’« enrichir la philosophie taïwanaise prônant le multiculturalisme » (p. 2). L’introduction jouait sur le sentiment d’éloignement exotique entre les prairies de Mongolie et l’île de Taïwan. En outre, c’est dans cette introduction publiée en 2007 que la CAMT a utilisé pour la première fois le terme « pays » (guojia 國家) pour désigner à la fois la Mongolie et Taïwan.

41Le « Séminaire académique de 2013 sur le commerce et la culture à Taïwan et en Mongolie-intérieure » (CAMT BAM) et « Les professionnels de la médecine et de la santé de Mongolie-intérieure se rendent à Taïwan pour un échange » (CAMT BAM 2014) se concentraient tous deux sur un type particulier d’échange. Les deux articles se faisaient les champions de l’échange de connaissances et se limitaient à l’époque contemporaine, sans tenir compte de l’histoire passée. Une fois encore, les termes liés à la RdC étaient remplacés par « Taïwan », et le terme « Chine » n’était utilisé qu’en référence au continent. La RPC était évoquée à l’occasion de références à diverses coopérations entre les deux rives du détroit. Les deux rapports déclinaient le champ lexical du développement et de la promotion de la coopération et des échanges. Et en se concentrant sur l’essor mutuel des deux pays, ces articles se tournaient vers l’avenir et évitaient le passé.

42En outre, l’article intitulé « Séminaire académique de 2013 sur le commerce et la culture […] » mêlait des images de l’avancée technologique de Taïwan, de sa culture originale et de l’échange avec la Mongolie-intérieure, en déclarant :

[...] ce séminaire permet à Taïwan et à la Mongolie-intérieure d’examiner comment exploiter les excellentes ressources industrielles de la Mongolie-intérieure grâce aux technologies numériques, à l’énergie verte et aux industries de services de pointe de Taïwan, pour créer de nouvelles opportunités de coopération économique et commerciale entre les deux territoires. Dans le même temps, le vaste patrimoine culturel de la Mongolie-intérieure peut servir de référence et constitue une occasion d’introspection pour la culture maritime de Taïwan (p. 17).

43L’omission du passé au profit d’une description de projets futurs entre les deux territoires signalait le souhait officiel de détacher Taïwan de son ancienne frontière et, plus généralement, du continent. Contrairement aux périodes précédentes, les images et les références à la culture et à la géographie taïwanaises, destinées à souligner tout ce qui distinguait l’île d’un pays exotique riche en ressources et pauvre en industries, se sont inscrites dans un effort plus général déployé au XXIe siècle pour construire l’image de marque de Taïwan comme étant originale, moderne et développée.

44Dans d’autres documents, des vestiges du discours civilisateur d’hier ont subsisté, quoique sous une forme moins péjorative et tout en mettant l’accent sur ce que Taïwan a fait pour la Mongolie. Le « Séminaire judiciaire de 2011 pour les juges mongols », paru dans la Revue trimestrielle mongole et tibétaine, dressait une liste des efforts déployés par Taïwan pour aider à mettre en place le système judiciaire mongol. L’aide fournie par Taïwan était résumée par certains mots-clés, qui mentionnaient notamment la proximité de Taïwan et de la Mongolie et la « bonne interaction et les échanges » pour « l’établissement des départements de justice des deux pays », le terme « pays » continuant à être utilisé en référence à Taïwan et à la Mongolie (CAMT BAM : 16). Même si ce genre d’appels à une coopération mutuelle entre les pays était fréquent dans les textes de la troisième phase, ces documents avaient néanmoins tendance à se concentrer sur les contributions de « Taïwan » au développement de la Mongolie. Ces récits de bienveillance officielle charriaient une expression de supériorité relative en matière de développement, dans le prolongement de l’identité nationale officielle véhiculée par la CAMT aux époques antérieures.

Discussion

45Au cours de ses 68 années d’existence à Taïwan, la CAMT est passée d’un lien symbolique avec la « Grande Chine » à la défense des échanges interculturels et internationaux au début du XXIe siècle. À l’époque du régime militaire, la CAMT se présentait, ainsi que l’État de la RdC, comme le gouvernement légitime du continent, y compris de sa frontière vulnérable mais vitale. En 2000, la CAMT avait perdu une grande part de sa superbe. Elle adoptait désormais un ton plus amical dans sa représentation de la Mongolie et de la Mongolie-intérieure, tout en conservant une approche implicitement han et chauviniste orientée vers le continent. Dans le sillage des tendances au localisme à Taïwan et de la reconnaissance officielle, en 2002, de la Mongolie en tant que nation indépendante, la CAMT a commencé à se présenter et à présenter la RdC comme des incarnations de Taïwan, décrite comme une nation asiatique insulaire et multiculturelle. Cette réinvention symbolique de l’État s’est accompagnée d’un abandon de l’éloge de la supériorité civilisationnelle de la RdC par rapport à la Mongolie, au profit d’une mise en avant plus discrète et délicate – mais toujours sans équivoque – du statut « avancé » de Taïwan sur le plan économique ou en matière de développement. L’examen des documents de la CAMT a révélé le rôle joué par la Mongolie de faire-valoir de la RdC (quelle que soit sa définition) comme nation civilisée, développée et magnanime.

  • 11 Lee et al. (2020) donnent un aperçu éclairant du forum en ligne « Covid and Governance : Global and (...)

46Le développement médical et des soins de santé est resté un sujet important tout au long de l’existence de la CAMT. Durant des décennies, la RdC a fait de l’avancement des sciences médicales et des soins de santé un élément clé de sa politique intérieure (Lu et Chiang 2011). L’attention particulière accordée au système de santé a cru particulièrement après l’expulsion de la RdC des Nations unies et de l’un de ses organes subsidiaires, l’Assemblée mondiale de la santé (AMS) (Alexander 2020). Depuis les années 1990, l’aide visant à améliorer les infrastructures de santé est devenue un pilier de la diplomatie de la RdC, en partie pour essayer de réintégrer l’AMS (ibid.). Alexander met en évidence l’importance de la « vertu ostentatoire » dans la diplomatie et désigne l’aide à destination de l’étranger et l’industrie nationale de la santé de la RdC comme des marqueurs clés de la volonté de reconnaissance internationale du pays. S’il est évident que la santé et l’hygiène sont des traits essentiels de l’identité de la RdC et qu’elles sont devenues plus importantes encore durant la pandémie de Covid-19 (Lee et al. 2020)11, l’histoire de la CAMT permet de complexifier l’image que l’on se fait de l’aide et de la diplomatie taïwanaises à l’époque contemporaine. La CAMT a mis en avant les questions de santé et d’hygiène principalement pour souligner la supériorité civilisationnelle de la RdC ou des Han, par contraste avec l’hygiène et les soins de santé inférieurs de la Mongolie. De futures recherches pourraient s’intéresser directement à l’héritage de la mission civilisatrice menée par la RdC à sa « frontière », ainsi qu’à son éventuelle influence sur la vertu ostentatoire dans la diplomatie contemporaine.

47En ce qui concerne l’identité nationale, la manière dont la CAMT a représenté la Mongolie au XXIe siècle a reflété une nouvelle conscience taïwanaise qui, à certains égards, faisait écho aux anciennes conceptions de la hiérarchie civilisationnelle et de la mission civilisatrice de la RdC vis-à-vis de la Mongolie. Cet argument selon lequel les représentations officielles de la conscience taïwanaise ont adopté une vision essentialiste de la civilisation et de l’identité s’observe également dans les recherches sur les groupes marginalisés à Taïwan, notamment sur les conjoints de migrants ou « nouveaux immigrants » (Cheng et Fell 2014) et sur les peuples autochtones de Taïwan (Chi 2016). Le changement d’appellation de Taïwan a correspondu à un changement plus important de positionnement idéologique. La RdC s’est éloignée d’une vision de la Chine intérieure comme son centre national pour se diriger vers une conception de la RdC enracinée à Taïwan. Si la RdC a cessé de revendiquer la souveraineté sur la Grande Chine, sa représentation de la Mongolie-intérieure et de la Mongolie extérieure a conservé une notion vivace de hiérarchie civilisationnelle. Plutôt que d’être enracinée dans une grande République des cinq nations, la RdC manifeste sa supériorité au sein d’une hiérarchie régionale asiatique, dans laquelle Taïwan fournit l’exemple type d’un État avancé, multiculturel et démocratique.

Haut de page

Bibliographie

ALEXANDER, Colin. 2020. « The Recognition Imperative behind Taiwan’s Public Diplomacy ». International Journal of Taiwan Studies 3 : 44-61.

CAMT BAM. 2011. « 2011年蒙古法官司法研習班 » (2011 nian Menggu faguan sifa yanxi ban, Séminaire judiciaire de 2011 pour les juges mongols). Meng Zang jikan (蒙藏季刊) 20 (3) : 16-7.

CAMT BAM. 2012. « 我從草原來 : 內蒙古鄂爾多斯市達拉特旗烏蘭牧騎歌舞團巡迴表演 » (Wo cong caoyuan lai : Nei Menggu E’erduosi shi Dalate qi wulanmuqi gewutuan xunhui biaoyan, Je viens des steppes : spectacle de la tournée de la troupe Ulanmuchi de la bannière Dalad de Mongolie-intérieure). Meng Zang jikan (蒙藏季刊) 21 (2) : 20-5.

CAMT BAM. 2013. « 2013台灣與內蒙古經貿暨文化學術研討會 » (2013 Taiwan yu Nei Menggu jingmao ji wenhua xueshu yantao hui, Séminaire académique de 2013 sur le commerce et la culture à Taïwan et en Mongolie-intérieure). Meng Zang jikan (蒙藏季刊) 22 (4) : 16-7.

CAMT BAM. 2014. « 大陸內蒙古醫療衛生專業人士訪台交流 » (Dalu Nei Menggu yiliao weisheng zhuanye renshi fang Tai jiaoliu, Les professionnels de la médecine et de la santé de Mongolie-intérieure se rendent à Taïwan pour un échange). Meng Zang jikan (蒙藏季刊) 23 (1) : 24-7.

CAMT, Musée national d’histoire (Taïwan), et Musée national d’histoire de Mongolie. 2007.

台灣心, 蒙古情 (Taiwan xin, Menggu qing, Cœur taïwanais, passion mongole). Taipei : CAMT.

CAMT. 1961. 邊疆教育 (Bianjiang jiaoyu, Éducation à la frontière). Taipei : CAMT.

CHANG, Bi-yu. 2004. « From Taiwanisation to De-sinification : Culture Construction in Taiwan since the 1990s ». China Perspectives 56 : 34-44.

CHANG, Bi-yu. 2015. Place, Identity, and National Imagination in Postwar Taiwan. Londres : Routledge.

CHANG, Bi-yu. 2021. « Recentring the National Self ». In Chris SHEI (éd.), Taiwan: Manipulation of Ideology and Struggle for Identity. Londres : Routledge. 36-54.

CHANG, Hui-Ching, et Richard HOLT. 2015. Language, Politics and Identity in Taiwan. Londres : Routledge.

CHEN, Junren 陳俊人. 1983. 中共對 « 少數民族 » 的政策 (Zhonggong dui « shaoshu minzu » de zhengce, La politique des « minorités nationales » du Parti communiste chinois). Taipei : CAMT.

CHENG, Isabelle, et Dafydd FELL. 2014. « The Change of Ruling Parties and Taiwan’s Claim to Multiculturalism Before and After 2008 ». Journal of Current Chinese Affairs 43 (3) : 71-103.

CHI, Chun-Chieh. 2016. « Indigenous Movements and Multicultural Taiwan ». In Gunter SCHUBERT (éd.), Routledge Handbook of Contemporary Taiwan. Londres : Routledge. 268-79.

CORCUFF, Stéphane. 2005. « History Textbooks, Identity Politics, and Ethnic Introspection in Taiwan ». In Edward VICKERS, et Alisa JONES (éds.), History Education and National Identity in East Asia. Londres : Routledge. 101-32.

DUPRÉ, Jean-François. 2019. « Taiwan’s Indigenous Languages Development Act : Democratic Politics, Transitional Justice, and the Quest for Diplomatic Recognition ». Journal of Multilingual and Multicultural Development 40 (8) : 652-64.

FERRER, Alessandra. 2021. « Language Policy in Public Compulsory Education Systems : Multiculturalism and National Identity in the People’s Republic of China and the Republic of China ». International Journal of Taiwan Studies 5 (1) : 59-85.

FERRER, Alessandra, et Tzu-Bin LIN. 2021. « Official Bilingualism in a Multilingual Nation : A Study of the 2030 Bilingual Nation Policy in Taiwan ». Journal of Multilingual and Multicultural Development. https://doi.org/10.1080/01434632.2021.1909054

FOUCAULT, Michel. 1972. The Archaeology of Knowledge. Londres : Tavistock.

GUO, Jiqiao 郭寄嶠. 1971. 民國以來中央對蒙藏的施政 (Minguo yilai zhongyang dui Meng Zang de shizheng, L’administration de la Mongolie et du Tibet par le gouvernement central depuis la fondation de la République). Taipei : CAMT.

HARRISON, Henrietta. 2001. China: Inventing the Nation. Oxford : Oxford University Press.

HE, Jie-feng 何杰峰. 2017. « 在台“蒙藏委員會”涉藏事務述論 » (Zai Tai « Meng Zang weiyuanhui » she Zang shiwu shu lun, Une discussion sur les affaires tibétaines dans la « Commission des affaires mongoles et tibétaines » de Taïwan). Qinghai minzu yanjiu (青海民族研究) 29 (3) : 183-7.

HEYLEN, Ann. 2011. « Legacies of Memory and Belonging in Taiwanese History ». In Gunter SCHUBERT, et Jens DAMM (éds.), Taiwanese Identity in the Twenty-first Century. Londres : Routledge. 17-34.

HSIAU, A-chin. 2003. Contemporary Taiwanese Cultural Nationalism. Londres : Routledge.

HSIAU, A-chin. 2005. « The Indigenization of Taiwanese Literature : Historical Narrative, Strategic Essentialism, and State Violence ». In John MAKEHAM, et A-Chin HSIAU (éds.), Cultural, Ethnic, and Political Nationalism in Contemporary Taiwan. Londres : Palgrave Macmillan. 125-35.

HUGHES, Christopher. 2016. « National Identity ». In Gunter SCHUBERT (éd.), Routledge Handbook of Contemporary Taiwan. Londres : Routledge. 153-68.

JIA, Huting 賈湖亭. 1988. 就國防地理觀點略論外蒙古 (Jiu guofang dili guandian lüe lun Wai Menggu, Brève discussion sur la défense nationale de la Mongolie extérieure d’un point de vue géographique). Taipei : CAMT.

JIN, Shaoxu 金紹緒. 1999. 外蒙古概況與觀光簡介 (Wai Menggu gaikuang yu guanguang jianjie, Enquête sur la Mongolie extérieure et introduction au tourisme). Taipei : CAMT.

LAN, Mei-hua. 2017. « From Lifanyuan to the Mongolian and Tibetan Affairs Commission ». In Dittmar SCHORKOWITZ, et Ning CHIA (éds.), Managing Frontiers in Qing China. Leyde : Brill. 336-48.

LEIBOLD, James. 2007. Reconfiguring Chinese Nationalism: How the Qing Frontier and its Indigenes Became Chinese. Londres : Palgrave Macmillan.

LIU, Mei-Hui, Li-Ching HUNG, et Edward VICKERS. 2005. « Identity Issues in Taiwan’s History Curriculum ». In Edward VICKERS, et Alisa JONES (éds.), History Education and National Identity in East Asia. Londres : Routledge. 101-32.

LIU, Mei-Hui et Tzu-Bin LIN. 2011. « The Development of Multicultural Education in Taiwan : Overview and Reflection ». In Carl GRANT, et Agostino PORTERA (éds.), Intercultural and Multicultural Education. Londres : Routledge. 157-76.

LIU, Xueyao 劉學銚. 1996. 蒙古盟旗制度 (Menggu mengqi zhidu, Le système mongol des bannières). Taipei : CAMT.

LEE, Po-Han, Ya-Wen YANG, Harry Yi-Jui WU, et Wen LIU. 2020. « “The Future of Taiwan in the Post-Covid World” : Online Series on “Covid and Governance : Global and Social Solidarity”, 31 July 2020 ». International Journal of Taiwan Studies 5 (1) : 165-80.

LI, Yushu 李毓澍. 1986. 中俄共對立下環繞外蒙的三角關係 (Zhong’E gong duili xia huanrao Waimeng de sanjiao guanxi, La relation tripartite de la Mongolie extérieure cernée par l’opposition chinoise et soviétique). Taipei : CAMT.

LU, Jui-Fen Rachel, et Tung-Liang CHIANG. 2011. « Evolution of Taiwan’s Health Care System ». Health Economics, Policy and Law 6 : 85-107.

NAMGYAL, Tsering. 2003. « Taiwan and Tibet ». Harvard Asia Pacific Review 7 (1) : 72-3.

OSTERHAMMEL, Jürgen. 2006. Europe, the « West », and the Civilizing Mission. Londres : The German Historical Institute London.

PAN, Mei-Lin. 2015. « Neither Compatriots Nor Refugees : Status Discrimination of Exiled Tibetans and the Contradictory Faces of the Republic of China (Taiwan) ». International Journal of Asia Pacific Studies 11 (2) : 41-59.

RIGGER, Shelley. 2011. « Voices of Manchu Identity, 1635-1935 ». In Stevan HARRELL (éd.), Cultural Encounters on China’s Ethnic Frontiers. Seattle : University of Washington Press. 186-214.

RUBINSTEIN, Murray. 2007. « Political Taiwanisation and Pragmatic Diplomacy ». In Murray RUBINSTEIN (éd.), Taiwan: A New History. Armonk : M.E. Sharpe. 440-99.

SMITH, Warren. 1996. Tibetan Nation: A History of Tibetan Nationalism and Sino-Tibetan Relations. Londres : Taylor and Francis.

SONG, Xiaokun. 2009. Between Civic and Ethnic: The Transformation of Taiwanese Nationalist Ideologies (1895-2000). Bruxelles : VUBPRESS Brussels University Press.

SU, Chi. 2009. Taiwan’s Relations with Mainland China: A Tail Wagging Two Dogs. Londres : Routledge.

TENG, Emma Jinhua. 2004. Taiwan’s Imagined Geography: Chinese Colonial Travel Writing and Pictures, 1683-1895. Cambridge : Harvard University Asia Center.

TIUN, Hak-Khiam. 2020. « Mother Tongues First : Planning Taiwanese Native Languages Education Policy for Language Revitalisation ». Journal of Research in Education Sciences 65 (1) : 175-200.

WU, Rwei-Ren. 2016. « The Liliputian Dreams : Preliminary Observations of Nationalism in Okinawa, Taiwan, and Hong Kong ». Nations and Nationalism 22 (4) : 686-705.

YAO, Fengqi 姚鳳岐. 1954. 蒙古概況 (Menggu gaikuang, Une étude sur la Mongolie). Taipei : CAMT.

Haut de page

Notes

1 « 蒙藏委員會年底裁撤 ? » (Meng Zang weiyuanhui niandi caiche ? La CAMT sera-t-elle démantelée à la fin de l’année ?), Taiwan People News (民報), 15 août 2017, www.peoplemedia.tw/news/bb84d28a-07a4-48a4-959f-dc9f39032c56 (consulté le 2 février 2021).

2 « 人事費於7000萬僅53名正職 : 傳蒙藏會年底熄燈 » (Renshifei yu 7000 wan jin 53 ming zhengzhi : chuan Meng Zang hui niandi xideng, Le coût des ressources humaines est de sept millions pour seulement 53 employés officiels : la Commission mongole et tibétaine devrait mettre la clé sous la porte à la fin de l’année), Liberty Times Net (自由時報), 14 août 2017, https://news.ltn.com.tw/news/politics/breakingnews/2162151 (consulté le 2 février 2021) ; « 政院證實蒙藏委員會年底裁撤 » (Zhengyuan zhengshi Meng Zang weiyuanhui niandi caiche, Le gouvernement confirme que la CAMT sera dissoute d’ici la fin de l’année), Apple Daily (蘋果新聞網), 15 août 2017, https://tw.appledaily.com/headline/20170815/SOZWPQZZXUFY5Q74TE4TUMYGGI (consulté le 2 février 2021).

3 Yuan exécutif 行政院, 1929, 蒙藏委員會組織法 (Meng Zang weiyuanhui zuzhi fa, Acte d’organisation de la Commission des affaires mongoles et tibétaines), https://law.moj.gov.tw/LawClass/LawHistory.aspx?pcode=D0000044 (consulté le 14 novembre 2022).

4 Yuan exécutif 行政院, 1947, 行政院組織法 (Xingzhengyuan zuzhi fa, Acte d’organisation du Yuan exécutif), https://law.moj.gov.tw/LawClass/LawHistory.aspx?pcode=D0000044 (consulté le 14 novembre 2022).

5 Direction générale du budget, de la comptabilité et des statistiques, Yuan exécutif (DGBCS) 行政院主計總處, 1994, « 歲出機關別預算比較總表 » (Sui chu jiguan bie yusuan bijiao zong biao, Tableau général de fin d’année de comparaison du budget annuel des agences), https://win.dgbas.gov.tw/dgbas01/83ctab/83c14F.HTM (consulté le 20 octobre 2022).

6 DGBCS 行政院主計總處, 1999, « 歲出機關別預算總表 » (Sui chu jiguan bie yusuan zong biao, Tableau général de fin d’année du budget annuel des agences), https://win.dgbas.gov.tw/dgbas01/88btab/88b140.htm (consulté le 20 octobre 2022).

7 DGBCS 行政院主計總處, 2017, « 歲出機關別預算表 » (Sui chu jiguan bie yusuan biao, Tableau de fin d’année du budget annuel des agences), www.dgbas.gov.tw/public/data/dgbas01/106/106Ctab/106C%E6%AD%B2%E5%87%BA%E6%A9%9F%E9%97%9C%E5%88%A5%E9%A0%90%E7%AE%97%E8%A1%A8.PDF (consulté le 20 octobre 2022).

8 Yuan exécutif 行政院, 2010, 行政院組織法 (Xingzhengyuan zuzhi fa, Acte d’organisation du Yuan exécutif), https://law.moj.gov.tw/LawClass/LawAll.aspx?pcode=A0010032 (consulté le 31 octobre 2020).

9 « Onward to Mongolia », Taiwan Today, 1er janvier 2003, https://taiwantoday.tw/news.php?post=4126&unit=4 (consulté le 20 octobre 2022).

10 Yuan exécutif 行政院, 2017, 蒙藏委員會組織法 (Meng Zang weiyuanhui zuzhi fa, Acte d’organisation de la Commission des affaires mongoles et tibétaines), https://law.moj.gov.tw/LawClass/LawAll.aspx?pcode=D0000044 (consulté le 31 octobre 2020).

11 Lee et al. (2020) donnent un aperçu éclairant du forum en ligne « Covid and Governance : Global and Social Solidarity », le premier événement d’une série organisée conjointement par la North American Taiwan Studies Association, la European Association of Taiwan Studies, la Japan Association for Taiwan Studies et l’International Journal of Taiwan Studies. Les intervenants de ce forum ont discuté des discours officiels sur la pandémie de Covid-19 à Taïwan. Il s’agissait notamment de commenter le hashtag en ligne #TaiwanCanHelp et les efforts officiels pour mettre en avant les soins médicaux proposés, l’aide à destination de l’étranger et la bonne gestion de la pandémie par Taïwan, afin de plaider en faveur de son inclusion dans l’Organisation mondiale de la santé et de contrecarrer les critiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alessandra Ferrer, « La frontière fantasmée de la République de Chine : l’évolution des représentations de la Mongolie au sein de la Commission des affaires mongoles et tibétaines »Perspectives chinoises, 2022/4 | -1, 51-61.

Référence électronique

Alessandra Ferrer, « La frontière fantasmée de la République de Chine : l’évolution des représentations de la Mongolie au sein de la Commission des affaires mongoles et tibétaines »Perspectives chinoises [En ligne], 2022/4 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/13644

Haut de page

Auteur

Alessandra Ferrer

Alessandra Ferrer est doctorante au sein du département d’éducation de l’Université de Kyushu (744 Motooka, Fukuoka, Japon 819-1139). Ses recherches portent principalement sur la politique de l’identité, les notions d’« autre » et l’éducation (alessandra.ferrer8@gmail.com).

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search