Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Luigi Tomba, The Government Next Door: Neighborhood Politics in Urban China,

Ithaca and London, Cornell University Press, 2015, 225 pp.
Judith Audin
p. 68-70

Texte intégral

1Le quartier d'habitat, qui semble être un domaine plus domestique que politique, constitue pourtant un espace traversé par des rapports de pouvoir qui se structurent de manière intéressante dans les régimes autoritaires. Le régime politique chinois avait, dès les années 1950, introduit et consolidé des dispositifs de contrôle social rapproché jusque dans les ruelles et les unités résidentielles. Au cours des réformes vers l'économie de marché, ces modalités locales de gouvernement se sont recomposées. Comment les aborder dans le contexte urbain actuel ? Loin de la théorie du gouvernement à distance ou du prisme libéral de l'autonomisation des individus dans le cadre de la marchandisation du logement, le dernier ouvrage de Luigi Tomba plonge au cœur des rapports de pouvoir pour démêler le fil enchevêtré des équilibres fragiles de domination émanant « d'en bas », pour mieux repenser la formation de l'État chinois. Il met en lumière les « pratiques quotidiennes de pouvoir dans les quartiers » (p. 3), entendues comme des manifestations quotidiennes des rationalités de l'action gouvernementale (p. 11) au niveau local, où des principes comme la ségrégation, la distinction sociale, la qualité (suzhi) sont élaborés et acceptés (p. 12), ce qui participe de la légitimité gouvernementale. L'auteur introduit le concept de consensus politique (p. 19), qu'il aborde comme un ensemble de discours et de pratiques quotidiennes de gouvernement localement produites. Le consensus, pouvant être divisé et sélectif, ne provient pas uniquement de la coercition mais aussi bel et bien de l'acceptation large de valeurs qui sous-tendent une technologie de gouvernement, c'est-à-dire que le quartier est le lieu d'exercice de certaines rationalités quotidiennes qui contribuent à la gouvernance locale et nationale. Le livre documente les « différentes expériences de l'État que les quartiers promeuvent, ainsi que le rôle qu'elles jouent dans le maintien de la stabilité sociale tout en créant de nouvelles loyautés et de nouvelles dépendances envers l'État » (p. 5). Tenant compte de la grande diversité des quartiers chinois (p. 9), chaque chapitre étudie une rationalité et une pratique de gouvernement précise.

2Le premier chapitre porte sur la classification sociale produite par le « regroupement social » (social clustering) dans les quartiers résidentiels en comparant différents quartiers et en montrant que les résidents sont différemment affectés par les techniques de gouvernement par classement en fonction de leurs caractéristiques sociales.

3Le second chapitre décrit les structures formelles de l'administration et du gouvernement (les comités de résidents et comités communautaires) dans la ville de Shenyang (province du Liaoning), qui, au cours du processus de désindustrialisation et de dé-danweisation, a progressivement eu recours à la gouvernance résidentielle pour développer l'allocation de services sociaux essentiels aux chômeurs. Cette translation de la danwei au quartier a convergé vers les organisations de base, développant un modèle de gouvernance locale assez différent du modèle de Shanghai. L'auteur a conduit une enquête quantitative sur les directeurs de comités de résidents communautaires afin de cerner plus précisément le processus de reconversion industrielle urbaine et la manière dont le personnel démobilisé des usines a trouvé une niche d'emploi et a ainsi assumé la responsabilité de certaines missions d'aide sociale tout en restant relativement légitime auprès des habitants. L'auteur analyse aussi les formes apparemment plus informelles de performances socio-culturelles dans les espaces de sociabilité de l'arrondissement de Tiexi comme les jardins publics, organisées et financées en réalité par les cadres locaux (p. 81). L’« emprunt de légitimité » (p. 82) des leaders des échelons supérieurs qui se servent des responsables des comités de résidents pour initier et entretenir un dialogue avec les habitants est une notion extrêmement utile pour saisir les dynamiques de la politique chinoise locale.

4Le troisième chapitre, qui se fonde cette fois sur « Hopetown », un quartier résidentiel du nord-est de Pékin, révèle la fabrique sociale d'un nouveau type de citadin chinois, qui s'incarne dans la production et l'appropriation de nouvelles formes de quartiers résidentiels « commerciaux » (shangpin). En revenant sur les différentes étapes de la libéralisation du secteur du logement dans la Chine urbaine, passant par des formes hybrides de marchéisation où le secteur public a coexisté avec le nouveau secteur immobilier pour ensuite lui laisser place au nom d'un nouveau paradigme de la distinction sociale, il démontre que la formation d'une classe moyenne de propriétaires est l'un des facteurs essentiels du consensus de quartier.

5Le chapitre suivant approfondit la question de la classe de propriétaires en analysant la manière dont les conflits de propriété ne portent en fait pas atteinte à la légitimité de l'État puisqu'ils évoluent dans le cadre relativement autonome du quartier et ne débouchent pas sur la formation d'une classe moyenne éclairée en voie de démocratiser le régime, comme l'ont suggéré de nombreuses recherches. Le cas de l'action collective des propriétaires d'appartement de Hopetown lui permet de retracer les diverses causes et conséquences des conflits de propriété dans les résidences qui ont explosé dans les années 2000. Pour l'auteur, les intérêts liés aux conflits locaux déterminent des configurations de solidarité entre voisins qui peuvent renforcer les revendications collectives; mais l'auto-gouvernement de la copropriété à travers l'élection directe de comités de propriétaires n'est pas toujours un processus harmonieux, comme cela est pertinemment expliqué dans la partie sur les « pénibilités de l'auto-administration » (p. 136). Ainsi, la forme des frontières à la fois physiques et sociales fait du quartier un « espace interne », d'autonomie limitée, où les conflits et l'action collective participent paradoxalement du consensus de quartier.

6Enfin, Luigi Tomba présente la dernière dimension du consensus : la promotion de valeurs civilisées et urbaines dans l'espace résidentiel. L'auteur étudie la production de normes sociales au moyen des notions d'exemplarité, de qualité (suzhi) et de civilisation. La démonstration est utile car elle prend en compte non seulement le dispositif éducatif des municipalités à destination de la population, mais aussi les expériences matérielles elles-mêmes, qui participent de cette fabrique du citoyen, notamment les processus de ségrégation par le logement qui est initiée, entre autre, à travers les opérations de rénovation urbaine (p. 154). Le cas de la « revitalisation » du district industriel de Shenyang, où toute référence au travail industriel est désormais introuvable, caractérise bien les phénomènes de gentrification planifiée (p. 161-162) des villes chinoises, et confère au film À l'ouest des rails de Wang Bing un statut de document d'archive.

  • 1 Nous avons nous-même choisi d'aborder l'objet « quartier » dans une étude thématique des différents (...)

7La force et la pertinence de l'ouvrage proviennent de la capacité de l'auteur à avoir su tisser le « canevas »1 de la gouvernance de quartier, permettant de visualiser de manière assez complète les facteurs sociaux, spatiaux, politiques et économiques qui contribuent à ce « consensus ». Cet ouvrage contribue donc non seulement à la recherche sur le gouvernement urbain local en Chine, mais il pose aussi des problématiques générales de science politique comme la désindustrialisation, la légitimation du régime politique, la stratification sociale, la réforme du logement et la ségrégation par l'habitat, la bureaucratisation des organisations para-administratives ou encore les dynamiques de l'action collective.

8Si le livre se révèle très stimulant, il génère pour autant quelques réserves. Tout d'abord, en matière de méthodologie de la recherche, l'ouvrage manque de « matière » ethnographique. L'enquête de terrain sur les quartiers urbains aurait gagné à citer davantage d'observations directes et surtout d'entretiens avec les enquêtés. De plus, l'enquête aurait pu approfondir la dimension spatiale des phénomènes étudiés. Le consensus localement produit varie en effet en fonction des profils sociaux de ceux qui l'habitent, mais aussi du type de propriété, du rapport à l'espace, c'est-à-dire de l'expérience sensorielle et sociale de l'habiter. Des références auraient permis de compléter cette réflexion, notamment celles de David Fraser sur l'oasification des résidences à Shanghai et l'ouvrage brièvement mentionné de Zhang Li sur les désirs et les pratiques résidentielles à Chongqing. Par ailleurs, les quartiers étudiés des enquêtes de terrain (il s'agit d'un regroupement d'enquêtes conduites tout au long des années 2000) ne permettent pas toujours de visualiser l'environnement politique et la production locale du consensus dans un contexte précis. Un chapitre consacré à la problématique de l'aide sociale pour les ouvriers mis à pied du secteur public à Shenyang vient en effet se juxtaposer à celui sur des conflits de copropriété des nouvelles résidences pékinoises. L'auteur aurait pu traiter la question de la moyennisation des quartiers également à Shenyang puisqu'il explique dans le dernier chapitre que Shenyang a entrepris de grands travaux de rénovation urbaine dans le centre-ville pour impulser une reconversion vers une identité « compétitive, globalisée, postindustrielle » (p. 157). De plus, la notion d'autonomie dans la comparaison entre différents types de quartiers aurait gagné à être développée de manière plus critique car les chapitres semblent aboutir à des conclusions contradictoires : le lecteur apprend d'un côté que les espaces urbains « pauvres » sont davantage contrôlés par des cadres que les espaces résidentiels de classes moyennes mais d'un autre, l'auteur affirme que les classes moyennes sont face à une « configuration de dépendance » plus complexe qu'avant (p. 127). On regrette aussi que les conflits du logement dans les copropriétés fermées n'aient été que faiblement étudiés en miroir avec les conflits de démolition-déplacement (chaiqian) caractérisant les quartiers anciens. En outre, la dimension historique, qui ne représente qu'une sous-partie, aurait pu gagner en consistance pour faire ressortir la généalogie de ce consensus de quartier à travers le double processus de réforme du logement et de dé-danweisation dans les villes chinoises. Enfin, des notions restent difficiles à saisir, notamment celle de « consensus », qui, tout en reposant sur un foisonnement d'acteurs et de pratiques, demeure limitée à une dialectique binaire État-société (ne permettant pas de comprendre ce que l'auteur entend par « État » ou par « société ») alors qu'elle aurait permis d'ouvrir une réflexion passionnante sur les processus politiques « par le bas » en contexte chinois et plus précisément sur le concept de subjectivation.

9Néanmoins, par sa contribution empirique et théorique, cet ouvrage contribue de manière indéniable à la recherche sur la Chine urbaine au croisement entre la sociologie politique et l'économie politique de la domination à partir d'une étude de cas sur un sujet à la fois ordinaire et heuristique, le quartier d'habitat. Les différentes facettes des rapports de pouvoir y sont disséquées de façon fine, ce qui constitue un travail analytique très intéressant sur un espace socio-politique où « le dialogue entre État et société et au sein de la société est rendu possible par l'intermédiaire d'institutions officielles, de pratiques routinisées et de frontières discursives » (p. 169). Pour conclure, le quartier est un « laboratoire de processus politiques qui ont des implications pour notre connaissance de la politique chinoise aux niveaux local et national » (p. 4).

Haut de page

Notes

1 Nous avons nous-même choisi d'aborder l'objet « quartier » dans une étude thématique des différents faisceaux de rapports de pouvoir qui traversent cet espace géographique et social dans notre thèse de doctorat. Voir Judith Audin, « Vie quotidienne et pouvoir dans trois quartiers de Pékin : une microsociologie politique comparée des modes de gouvernement urbain au début du 21e siècle », thèse de doctorat, science politique, Institut d'Etudes Politiques de Paris, 2013, http://spire.sciencespo.fr/hdl:/2441/dambferfb7dfprc9m28294h86 (consulté le 18 octobre 2017)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Judith Audin, « Luigi Tomba, The Government Next Door: Neighborhood Politics in Urban China, », Perspectives chinoises, 2017/4 | 2017, 68-70.

Référence électronique

Judith Audin, « Luigi Tomba, The Government Next Door: Neighborhood Politics in Urban China, », Perspectives chinoises [En ligne], 2017/4 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/7928

Haut de page

Auteur

Judith Audin

Judith Audin est chercheure au CEFC et rédactrice en chef de Perspectives chinoises (jaudin@cefc.com.hk).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • OpenEdition Journals