Skip to navigation – Site map
Dossier

Désarticulation entre les valeurs civiques et le nationalisme

Cartographie du nationalisme d’État chinois après la rétrocession de Hong Kong
Disarticulation between Civic Values and Nationalism: Mapping Chinese State Nationalism in Post-handover Hong Kong
Chi Kit Chan and Anthony Ying Him Fung
Translated by Cécile Boussin
p. 45-55

Abstracts

Drawing upon the ethnic-civic dialogue of nationalism, this article shows how Chinese state nationalism disarticulates from the civic values of Hong Kong in the post-handover years. Surveys from 2010 to 2016 in general reveal a dwindling pride in Chinese state nationalism in Hong Kong, and its disarticulation from the treasured values of civic rights and qualities in the city. As seen in this study, Hong Kong Chinese articulation of nationalism in the form of Chinese ethnic icons shrank throughout the study period. The same study also shows that neither civic values nor cultural pride in Hong Kong are conducive to the building of Chinese state nationalism, nor are they a significant impetus to cultural resistance against China’s nation-building project in Hong Kong. The article empirically shows the limitation of nation-building, which relies mainly on ethnic appeal but less on civic dimensions. It also discusses to what extent the ethnic-civic dialogue of nation-building could inform Chinese state nationalism and resistance to it in post-handover Hong Kong.

Top of page

Editor's notes

Article reçu le 13 avril 2018. Accepté le 27 juillet 2018.
Lire la version anglaise : https://journals.openedition.org/chinaperspectives/8106

Full text

Introduction

1Alors que deux décennies se sont écoulées depuis la rétrocession de Hong Kong, la Chine continue de se démener autour de son projet de renforcer l’identité nationale dans la ville. Le rétablissement de la souveraineté chinoise sur cette ancienne colonie britannique ne favorise pas le développement sans heurt d’un fervent nationalisme d’État chinois à Hong Kong, lequel fait référence aux sentiments d’appartenance nationale et patriotique envers l’État chinois. Tandis que la Chine exerce des pressions pour s’assurer à Hong Kong d’une loyauté envers la nation ainsi que d’un sentiment de fierté nationale chinois par le truchement d’une éducation patriotique (Tse 2014) et d’une propagande politique (Chan et Chan 2014), la société civile locale est confrontée à une multiplication de conflits opposant la Chine et Hong Kong en matière de réforme politique, d’intégration socio-économique et de tension culturelle (Chan 2014).Ces conflits se sont même durcis, alimentant des discours sur le localisme et le sous-nationalisme de Hong Kong, voire son indépendance, ce qui fait échec à l’influence et aux efforts de la Chine relatifs à la démocratisation et aux libertés publiques de l’ancienne colonie (Chan 2017 ; Fong 2017). Dans cet article, nous nous efforcerons de répondre aux interrogations suivantes : pourquoi le nationalisme d’État chinois est-il encore un « projet inachevé » à Hong Kong ? Quels sont les facteurs qui lui font obstacle ? Quelle est la dynamique qui sous-tend les controverses portant sur le nationalisme chinois dans le Hong Kong de l’après-rétrocession ?

2Nous aborderons ces questions en prenant comme base le dialogue ethno-civique du nationalisme. Les résultats des enquêtes sur l’identité hongkongaise menées entre 2010 et 2016 montrent que le nationalisme d’État chinois repose principalement sur la fierté de la population à l’égard des symboles ethniques chinois qui sont emblématiques des liens culturels et linguistiques avec la mère patrie chinoise. Les valeurs civiques – désignant le degré de liberté dont s’enorgueillit la population de l’ancienne colonie – auxquelles les Hongkongais accordent beaucoup d’importance, ne contribuent cependant pas à susciter leur fierté à l’égard des symboles de l’État chinois. La désarticulation des valeurs civiques se mue ainsi en une vive controverse qui sert principalement à synthétiser les contentieux dans les conflits opposant la Chine et Hong Kong dans le cadre du renforcement du nationalisme d’État dans la ville par la Chine. Néanmoins, les résultats indiquent également que la perception positive des symboles culturels et des valeurs civiques de Hong Kong n’entraîne pas directement ou nécessairement une résistance au nationalisme d’État chinois. Les données recueillies révèlent en outre qu’en dépit de l’émergence du localisme et du sous-nationalisme à Hong Kong, il est probable que ces valeurs et symboles deviennent des discours dominants auprès des résidents hongkongais.

3En résumé, cet article illustre de façon empirique les limites du nationalisme d’État reposant en grande partie sur le pouvoir d’attraction ethnique, mais peu sur l’expression des valeurs civiques. Nous affirmons également que l’attachement de la population de Hong Kong aux symboles locaux tels que le dialecte cantonais local, et l’importance accordée aux valeurs civiques telles que la liberté et les droits de l’homme n’ont pas pour effet direct une résistance au nationalisme d’État chinois. Toutefois, compte tenu du durcissement de la position chinoise sur le nationalisme d’État et de son action politique, lesquels provoquent l’inquiétude des citoyens en matière de valeurs civiques et de culture locale, nous devons être attentifs aux conflits culturels sino-hongkongais à venir et aux conséquences qui en résulteront pour le nationalisme d’État chinois.

4D’un point de vue conceptuel, le nationalisme d’État chinois après la rétrocession de Hong Kong fournit une étude de cas qui réexamine le dialogue ethno-civique du nationalisme. Elle montre de quelle manière la force d’attraction ethnique du nationalisme porte ses fruits dans une ville extrêmement modernisée avec des valeurs civiques bien ancrées, et illustre l’incohérence fondamentale, sinon la contradiction, entre le pouvoir d’attraction ethnique de la nation chinoise et les valeurs civiques des droits de l’homme et des libertés. Une telle tension ethno-civique engendrera vraisemblablement des incertitudes quant au projet chinois de renforcer l’identité nationale de la Chine à Hong Kong. Le nationalisme d’État chinois à Hong Kong constitue donc une étude de cas empirique pour examiner les interrogations soulevées par les travaux de recherche sur le processus de formation du nationalisme et des identités nationales.

Nationalisme : un dialogue ethno-civique

5La compréhension du nationalisme, de la nationalisation et de l’identité nationale est une construction complexe qui chevauche les études culturelles (Cultural Studies), les sciences politiques, la philosophie, la sociologie, la psychologie, l’histoire et diverses théories de la modernisation. Plus simplement, l’aspiration culturelle à un sentiment imaginaire d’appartenance à une nation désigne le nationalisme – terme associé à la nationalisation – dont les implications pour le positionnement culturel et les pratiques y afférant peuvent être considérées comme l’identité nationale de la population. Le dialogue universitaire dont la réflexion porte sur ces notions a révélé les implications politiques concrètes et majeures relatives aux mouvements nationalistes : la dislocation des empires multinationaux et coloniaux, l’unification et l’expansion au niveau national, voire le rétablissement d’anciens États (Geller 1983 ; Nairn 1977). Le nationalisme est donc d’une importance considérable quant à la restauration de l’autorité d’une nation basée sur des mesures visant à transformer la société, lesquelles sont inextricablement liées à la mise en place ou au remplacement des régimes au pouvoir et à leur légitimité politique.

6Le développement du nationalisme est étroitement lié à la progression de l’idée de l’État-nation depuis le mouvement des Lumières. Les théories et études modernistes démontrent que les changements politiques, socio-économiques et culturels, dont les forces modernisatrices sont à l’origine, ont établi les bases de la construction des États-nations, et ont ouvert la voie à la propagation des idées nationalistes et à la perturbation de l’ordre social traditionnel, y compris le capitalisme industriel, l’éducation publique, le processus de bureaucratisation et la réflexion kantienne sur l’autodétermination initiée par la philosophie des Lumières (Smith 2010 : 49-53). L’approche moderniste attribue le nationalisme à l’éducation à la citoyenneté, aux droits des citoyens et au code civil qui sont à l’origine d’une nation exerçant une souveraineté politique et territoriale qui lui est propre (Geller 1983). En bref, les modernistes appréhendent le nationalisme comme un processus constructionniste qui exprime le sens de la solidarité à travers la participation citoyenne et les valeurs y afférant (Smith 1996). Le nationalisme est de facto une contingence historique compte tenu de l’émergence d’une citoyenneté, des valeurs et droits civiques et des États-nations depuis le siècle des Lumières. Toutefois, le discours moderniste ne donne guère d’explication sur l’existence de nations prémodernes et sur la forte empathie et l’émotion particulière provoquées par le nationalisme. À cet égard, l’approche primordialiste offre un récit différent à propos de la montée du nationalisme : la solidarité est fondée sur les liens du sang ou sur une origine biologique commune, ou sur la gloire et les totems nationaux qui sont inscrits dans des origines culturelles et historiques communes (Smith 2010 : 55-60). Ces symboles ethniques contiennent de profondes significations culturelles et historiques et sont érigés en tant que tels du fait d’un sentiment d’angoisse face à la domination étrangère et autres partisans du nationalisme (Naire 1997). La réflexion académique susmentionnée sur l’imaginaire national, ses sources, sa légitimité politique et ses conséquences sociales sont dès lors conceptualisées en tant qu’expression du nationalisme ethno-civique.

7Tout en amorçant un dialogue sur le nationalisme civique (renforcement de l’identité nationale grâce à la citoyenneté, les droits et les valeurs civiques) et le nationalisme ethnique (ferveur nationaliste s’articulant autour de gloires historiques, des liens du sang et de l’origine biologique), les théories moderniste et primordialiste abordées ci-dessus démêlent un certain nombre d’impulsions sociales vitales. Ces impulsions facilitent les moyens de pression étatiques pour renforcer l’identité nationale, à savoir la ligne idéologique des systèmes éducatifs, la structure administrative de gestion urbaine et de régulation démographique, le dispositif économique de la fiscalité, et la construction des mythes nationaux, des origines biologiques, des gloires historiques et des totems. À des degrés divers que détermine un contexte spécifique, ces appareils de l’État moderne et cette approche primordialiste posent des jalons pour les projets de restauration de l’autorité des États initiés par des manœuvres étatiques .Outre la construction étatique du statut de nation, le sentiment d’identité nationale résulte également de l’expérience vécue au niveau de la base, qualifiée d’ethno-symbolisme, et réaffirme les effets discrets mais persistants des pratiques de la vie quotidienne sur la formation de la conscience nationale. Michael Billig souligne l’importance de la reproduction culturelle en tant qu’illustration d’un « nationalisme banal » à travers lequel la population intériorise la conscience et l’identité nationales : les pratiques culturelles consistant à faire flotter le drapeau national sur les bâtiments publics ou parler une langue donnée en sont des exemples typiques (Billig 1995). Benedict Anderson a, quant à lui, démontré comment le changement de paradigme de l’usage linguistique dû à l’essor du capitalisme d’imprimerie et la formation de communautés culturelles résultant du nationalisme linguistique d’origine populaire se sont conjugués pour donner naissance à un sentiment national lorsqu’il a exposé sa théorie d’une « communauté imaginée » (Anderson 1983). La construction étatique du statut de nation et les pratiques culturelles quotidiennes de la population sont par conséquent des éléments déterminants du dialogue ethno-civique du nationalisme.

Le nationalisme chinois à Hong Kong

8Le dialogue ethno-civique de la restauration de l’autorité de l’État chinois se manifeste dans l’évolution du nationalisme chinois à Hong Kong. Alors que Hong Kong était encore une colonie britannique, le nationalisme chinois démontrait un fort pouvoir d’attraction ethnique, célébrait la gloire historique de la nation chinoise, et mettait en évidence la résistance culturelle à l’égard de la domination coloniale de l’« Occident ». Malgré la séparation constitutionnelle entre Hong Kong et la Chine durant la période coloniale, la société hongkongaise ne fut pas indifférente à diverses mobilisations politiques ou étatiques au nom du nationalisme chinois et de son histoire ethnique. Hong Kong fut une importante base de collecte de fonds et un lieu de refuge pour les dissidents chinois et les réfugiés politiques qui ont livré bataille contre la cour impériale des Qing dans le but de rétablir un régime Han en Chine (Tsang 2007 : 73-83). En 1925, poussés par un fervent nationalisme chinois et en raison des conflits sociaux entre les ouvriers chinois et les troupes britanniques à Shanghai, des ouvriers chinois de Hong Kong se sont joints en masse à la grève Canton-Hong Kong qui ébranla les autorités coloniales, les élites du milieu des affaires et la société en général (Tsang 2007 : 84-101). Par ailleurs, l’histoire mouvementée bien connue du nationalisme chinois s’étendant à Hong Kong provoqua les émeutes de 1967.Sous l’impulsion de partisans maoïstes soutenant la Révolution culturelle en Chine communiste (1966-1976) et discréditant le Hong Kong colonial qu’ils considéraient assujetti par le colonialisme occidental, Hong Kong traversa une période de tensions sociales où régnait la confusion et la menace écrasante et constante de se voir reconquis par son voisin communiste ; l’épisode a finalement pris fin grâce à une approche modérée du régime de Mao et à la répression sévère exercée par le régime colonial de Hong Kong à l’encontre des maoïstes (Yep 2009). Encore sous mandat britannique, Hong Kong continua d’encourager le nationalisme chinois et son identité ethnique : en témoignent des exemples notables tels que les protestations contre les litiges territoriaux entre le Japon et la Chine au sujet des îles « Diaoyu » et le mouvement visant à reconnaître le chinois comme langue officielle à Hong Kong, qui évoquent fréquemment le folklore chinois et l’ethos ethnoculturel d’une sorte de mouvement pan-chinois (Vickers et Kan 2003).

9La force d’attraction ethnique du nationalisme chinois se heurte cependant à une identité hongkongaise de plus en plus marquée depuis la fin de la période coloniale. Le désir de Hong Kong de renforcer son sentiment d’appartenance à son propre territoire et de préserver un certain mode de vie a favorisé une identité culturelle distincte lorsque le Hong Kong encore sous mandat britannique a connu les premiers signes de reprise économique et que le fossé s’est élargi entre son niveau de vie et celui de la Chine continentale (Mathews, Lui et Ma 2008). Plus important encore, l’identité de Hong Kong a progressivement mis en évidence des valeurs civiques qui transcendèrent le pouvoir d’attraction ethnique du nationalisme chinois. La tendance du discours politique à Hong Kong avait évolué vers une position plus progressiste, favorisant la démocratisation et l’exercice des libertés depuis la réforme constitutionnelle de la fin de la période coloniale, ce qui permit au régime britannique d’introduire des sièges directement élus à l’assemblée législative (Ku 1999 : 92-198). La volonté de mener des réformes institutionnelles en faveur de la démocratisation, des libertés civiques et de l’expansion de la sphère politique n’a pas faibli dans les années qui ont suivi la rétrocession (Ma 2007 : 94-134). Toutefois, face aux irrépressibles aspirations sociales pour la démocratisation et les libertés civiques, la Chine s’est vue globalement représentée comme la principale puissance politique ayant empêché Hong Kong de poursuivre la démocratisation de sa structure constitutionnelle et de permettre l’exercice des droits civiques. Les cartes maîtresses de la Chine sont les groupes locaux pro-chinois, les chefs d’entreprise et les dirigeants industriels qui se sont dressés contre les démocrates locaux, ainsi que les magnats qui, rachetant les médias de Hong Kong, sont en mesure d’exercer une influence sur le point de vue des citoyens de Hong Kong (Fong 2014 ; The Hong Kong Journalists Association2014). Malgré la rétrocession de Hong Kong à la Chine en 1997, la montée en puissance de la Chine sur le plan géopolitique depuis les années 1990 et le renforcement de l’interaction économique et sociale entre Hong Kong et la Chine dans les années qui ont suivi la rétrocession, la notion d’identité hongkongaise oppose toujours une résistance culturelle à un régime chinois menaçant (Fung 2001, 2007).

10Outre les valeurs civiques forgées par l’identité de Hong Kong, la force d’attraction ethnique du nationalisme chinois suscite également des controverses à Hong Kong en raison de la (fausse) perception confuse ou ambivalente qui anime la population locale à l’endroit des Chinois du continent. De fait, compte tenu du rythme de modernisation différent et des divergences en matière de valeurs civiques, la prise en considération des ressortissants chinois par les Hongkongais ne signifie pas nécessairement que ces derniers accepteront les immigrés et les touristes provenant de Chine continentale. Le statut des Chinois du continent a évolué tout au long de la formation de l’identité des Hongkongais : tantôt assimilés à un « autre culturel », tantôt associés à l’affiliation culturelle avec le nationalisme chinois (Lau 1997 ; Ma et Fung 2007). Le paradoxe de cette politique identitaire se manifeste pleinement dans les conflits liés aux droits de séjour des Chinois du continent à Hong Kong lorsque l’opinion publique locale réclame une limitation de l’accès à la citoyenneté hongkongaise et un contrôle aux frontières de la ville plus strict afin d’éviter de partager les ressources sociales avec la population de Chine continentale (Ku et Pun 2004). Des enquêtes menées antérieurement ont révélé que les résidents de Hong Kong pensent que les Chinois du continent s’intéressent moins aux enjeux politiques et font peu de cas des vertus civiques (Ma et Fung 1999). Les conséquences socio-économiques imprévues résultant des interactions transfrontalières entre la Chine et Hong Kong telles que l’arrivée en plus grand nombre de touristes chinois et l’afflux de capitaux chinois pour les biens et services durant les années de l’après-rétrocession, ont augmenté davantage encore la résistance culturelle des habitants de Hong Kong vis-à-vis de la Chine continentale et de l’identité chinoise (Chan 2017).

Réexaminer le nationalisme d’État chinois

11En bref, le nationalisme chinois de Hong Kong mise sur ses liens ethniques avec la nation chinoise et les liens historiques qui l’unissent à la Chine et se montre moins sensible aux valeurs civiques des droits et libertés politiques enracinées dans l’identité hongkongaise. Cette incongruité culturelle a été plus clairement mise en évidence lors de la manipulation étatique du nationalisme chinois durant les années qui ont suivi la rétrocession. Le nationalisme chinois s’est révélé un moyen politique pragmatique pour l’État chinois d’appeler à l’unité nationale, d’affirmer la légitimité du pouvoir et requérir que l’on se mette au service de la grandeur nationale (Zhao 1997). L’inadéquation entre les valeurs des libertés civiles et les sirènes nationalistes pour l’allégeance politique à un certain État chinois ouvre la voie à une dynamique conflictuelle entre le nationalisme chinois et l’identité hongkongaise. Ces luttes discursives et ces contestations politiques se manifestent nettement dans la mise en place de cours d’éducation patriotique à Hong Kong. Si les gouvernements chinois et hongkongais tentent d’élaborer un nationalisme chinois qui suscite la compréhension et l’affection de la République populaire de Chine (RPC) dans le programme scolaire de Hong Kong, ce projet de renationalisation rencontre une résistance tenace dans la société civile et donne lieu au renforcement de la citoyenneté hongkongaise alternative qui accorde de l’importance à la citoyenneté mondiale et aux libertés du citoyen (Tse 2011). Un autre exemple concerne la controverse politique sur le processus de démocratisation de l’élection du chef de l’exécutif : lorsque la Chine réitéra son souhait selon lequel seuls ceux qui se montraient loyaux envers la RPC pourraient gouverner Hong Kong, l’opinion publique locale a réagi en donnant une interprétation libérale de l’allégeance à l’État (Chan et Chan 2014). La manipulation étatique du nationalisme chinois a démontré une tendance à la centralisation du pouvoir qui porte atteinte à l’autonomie locale de Hong Kong en ayant un effet dissuasif sur la démocratisation, l’exercice des libertés et le respect des protocoles internationaux (Fong 2017).En d’autres termes, la force d’attraction ethnique du nationalisme chinois s’est transformée en un nationalisme d’État chinois qui cherche à obtenir que la population hongkongaise fasse acte d’allégeance au régime chinois.

12L’histoire du nationalisme d’État chinois à Hong Kong est par conséquent une étude de cas susceptible de fournir un compte-rendu empirique pour illustrer le dialogue ethno-civique du nationalisme en soulevant les interrogations suivantes relevant de travaux de recherche :

  • Dans quelle mesure la Chine a-t-elle réussi à promouvoir le nationalisme d’État chinois à Hong Kong après la rétrocession ?

  • Dans quelle mesure le nationalisme d’État chinois est-il compatible avec les valeurs civiques de Hong Kong mises en avant depuis la rétrocession ?

  • Dans quelle mesure le nationalisme d’État chinois est-il compatible avec l’identité de Hong Kong ?

13Nous nous interrogerons donc sur la compatibilité entre le nationalisme d’État chinois et l’identité hongkongaise, notamment pour déterminer si l’allégeance au régime chinois pourrait inclure les valeurs civiles de Hong Kong. En se fondant sur les enquêtes menées sur l’identité de Hong Kong entre 2010 et 2016, nous examinerons dans les parties suivantes de cet article les corrélations entre le nationalisme d’État chinois, les valeurs civiques de Hong Kong, les symboles culturels représentant l’identité hongkongaise et le pouvoir d’attraction ethnique de la nation chinoise. Nous discuterons de la juxtaposition des valeurs civiques de Hong Kong et de la force d’attraction ethnique de la nation chinoise dans la formation du nationalisme d’État chinois à Hong Kong, et de son implication dans le dialogue ethnocivique du nationalisme. Et, plus précisément, nous nous demanderons si les valeurs civiques de Hong Kong sont contradictoires avec la montée du nationalisme d’État chinois depuis la rétrocession de Hong Kong, et si oui, jusqu’à quel point.

Méthodes de recherche

  • 1 Le cantonais étant la langue la plus parlée à Hong Kong, les enquêtes ont été menées en cantonais. (...)
  • 2 Les taux de réponse s’échelonnaient de 52 % à 65 % lors des enquêtes menées entre 2006 et 2010. Ils (...)

14Afin de circonscrire la formation du nationalisme d’État chinois et son interaction avec les valeurs civiques de Hong Kong et l’identité hongkongaise, nous analyserons méthodiquement les résultats des enquêtes sur l’identité menées à Hong Kong de 2010 à 2016. Les enquêtes de suivi ont été conduites au moyen d’entrevues téléphoniques assistées par ordinateur (ETAO) auprès d’un échantillon représentatif de la population de Hong Kong. Sur le principe de la déclaration spontanée, il a été demandé aux personnes interrogées de répondre aux questions des enquêtes portant sur leur identité culturelle, leur appartenance culturelle à Hong Kong et à la Chine, leur lien avec la Chine continentale et sur leur perception de la culture en Chine continentale. Ces études ont toutes été effectuées en octobre afin d’éviter les variations saisonnières, le cas échéant. Au total, quatre études ont été menées entre 2010 et 2016. Ces enquêtes ETAO concernent les résidents de Hong Kong parlant cantonais et âgés de 18 ans et plus1. Les personnes interrogées ont été sélectionnées au hasard dans l’annuaire de Hong Kong, et la méthode du « prochain anniversaire » a été appliquée si plusieurs membres du ménage tiré au sort étaient éligibles pour l’entretien. Les taux de réponse des six enquêtes se sont échelonnés de 35 % à 65 %2, avec une marge d’erreur d’échantillonnage acceptable (+/- 3,1 % à +/- 3,5 %). Nous avons obtenu au total 937 échantillons en 2010, 816 en 2012, 797 en 2014 et 797 en 2016.

15Nous avons réordonné les résultats de l’enquête en établissant les variables clés suivantes :

  • Nationalisme d’État chinois

16Trois questions, auxquelles les personnes interrogées devaient attribuer une note de 1 à 5 (1 = tout à fait en désaccord, 5 = tout à fait d’accord), ont servi d’indicateurs pour évaluer le nationalisme d’État chinois : la fierté à l’égard du drapeau national chinois, de l’hymne national chinois et de l’armée chinoise (l’Armée populaire de libération, APL). Le drapeau national, l’hymne et la présence militaire sont les symboles culturels les plus communs incarnant l’allégeance politique de la population et sa loyauté envers l’État. La fierté à l’égard de ces symboles étatiques témoigne de l’existence du nationalisme d’État chinois à Hong Kong.

  • Perception des droits civiques à Hong Kong

17Nous avons sélectionné quatre questions, en utilisant la même échelle d’évaluation (1 = tout à fait en désaccord, 5 = tout à fait d’accord), comme indicateurs déterminant l’importance accordée par les habitants de Hong Kong aux droits civiques dans leur ville :« Les Hongkongais sont-ils attachés à la liberté de la presse ? », « Les Hongkongais sont-ils attachés à la liberté d’expression ? », « Les Hongkongais sont-ils attachés à l’égalité des chances ? » et « Les Hongkongais sont-ils attachés à la vie privée ? ». La liberté et les droits civiques susmentionnés démontrent l’importance des libertés civiles et des droits de l’homme ancrés dans la vie citoyenne de Hong Kong depuis plusieurs décennies avant la fin de la période coloniale.

  • Perception des vertus civiques à Hong Kong

18En recourant à la même échelle d’évaluation (1 = tout à fait en désaccord, 5 = tout à fait d’accord), quatre questions ont été choisies comme indicateurs déterminant l’importance accordée par les habitants de Hong Kong à leurs vertus civiques : « Les Hongkongais sont-ils amicaux ? », « les Hongkongais font-ils preuve d’autodiscipline ? », « les Hongkongais sont-ils altruistes ? » et « les Hongkongais exercent-ils un sens critique ? ». Comme l’illustre la littérature mobilisée dans cet article, la formation de l’identité de Hong Kong met en évidence le décalage entre les vertus civiques des Hongkongais et celles des Chinois du continent. Ces questions sont indicatives des vertus civiques telles qu’elles sont perçues par la population hongkongaise.

  • Symboles de Hong Kong

19Afin d’interroger la population sur sa fierté culturelle à l’égard de l’identité hongkongaise, nous avons retenu trois symboles culturels représentant Hong Kong : la baie Victoria (haut lieu touristique de l’ancienne colonie), le cantonais (dialecte local parlé à Hong Kong) et la veillée aux chandelles en souvenir de la répression du 4 juin (rituel annuel qui a lieu à Hong Kong en commémoration des événements de la place Tian’anmen à Pékin en 1989). Les personnes interrogées étaient invitées à leur attribuer une note sur une échelle de 1 à 5 (1 = tout à fait en désaccord, 5 = tout à fait d’accord) afin d’exprimer ou non leur fierté pour ces symboles. Il ressort que la baie Victoria suscite un sentiment général d’appartenance à la ville et que le cantonais définit l’identité de Hong Kong en ce qu’il distingue la langue parlée dans cette ville de la langue officielle en Chine, le putonghua. Quant à la veillée aux chandelles en souvenir de la répression du 4 juin, elle reste inscrite dans la mémoire collective de l’identité de Hong Kong (Chan et Lee 2010). Hong Kong étant l’unique lieu sous régime chinois qui autorise le deuil public des victimes du massacre de Tian’anmen de 1989, cette veillée aux chandelles incarne un symbole culturel fort de Hong Kong.

  • Symboles chinois

20La littérature mobilisée dans cet article met en lumière l’importance du pouvoir d’attraction ethnique dans la construction du nationalisme à Hong Kong, aussi, nous avons décidé de nous focaliser sur deux items des données de l’enquête : la fierté culturelle à l’égard de la Grande muraille de Chine et du putonghua. La Grande muraille, l’une des sept merveilles du monde, symbolise l’histoire chinoise tandis que le putonghua est la langue officielle nationale de la Chine. Ces deux symboles représentent un lien affectif et ethnique avec la nation chinoise.

  • Expérience des Hongkongais en Chine continentale

21Des recherches antérieures ont mis en évidence que les Hongkongais qui se sont déplacés le plus en Chine continentale et y ont tissé des liens manifestent une plus grande compréhension pour le nationalisme chinois (Ma, Fung et Lam 2011). Nous avons donc établi un indice exprimant l’expérience des relations avec le continent des personnes interrogées, et élaboré trois questions : « À quelle fréquence voyagez-vous en Chine continentale ? » (1 = une fois par mois ou plus fréquemment, 0 = moins d’une fois par mois), « Avez-vous des relations avec des parents, des camarades de classe et/ou des collègues chinois ? » (1 = Oui, 2 = Non) et « Avez-vous vécu en Chine continentale un an ou plus ? » (1 = Oui, 2 = Non). Les scores ont été additionnés pour obtenir un score pour chaque personne interrogée et un indice « expérience des Hongkongais en Chine continentale » a été créé.

Résultats

Tableau 1 – Nationalisme d’État chinois, perception des droits et des vertus civiques, fierté à l’égard des symboles de Hong Kong, fierté à l’égard des symboles de la Chine et expérience des Hongkongais en Chine continentale (2010-2016)

Nationalisme d’État chinois*

2010

2012

2014

2016

Fierté à l’égard du drapeau national

3,50

3,01

2,80

2,95

Fierté à l’égard de l’hymne national

3,55

3,02

2,84

2,92

Fierté à l’égard de l’armée chinoise

2,91

2,42

2,21

2,44

Coefficient alpha de Cronbach

0,889

0,905

0,902

0,933

   

Perception des droits civiques*

2010

2012

2014

2016

Attachement des Hongkongais pour la liberté de la presse

4,51

4,54

4,57

4,43

Attachement des Hongkongais pour la liberté d’expression

4,52

4,59

4,61

4,48

Attachement des Hongkongais pour l’égalité des chances

4,31

4,30

4,31

4,20

Attachement des Hongkongais pour le respect de la vie privée

4,29

4,28

4,29

4,26

Coefficient alpha de Cronbach

0,827

0,791

0,834

0,849

   

Perception des vertus civiques*

2010

2012

2014

2016

Les Hongkongais sont amicaux

3,69

3,64

3,67

3,49

Les Hongkongais sont autodisciplinés

3,89

3,92

3,94

3,74

Les Hongkongais sont altruistes

3,98

3,97

3,96

3,78

Les Hongkongais exercent un sens critique

3,80

3,75

3,82

3,63

Coefficient alpha de Cronbach

0,795

0,743

0,742

0,778

   

Les symboles de HK

2010

2012

2014

2016

La baie Victoria

3,93

3,91

3,87

4,04

Le cantonais

n.d.

3,62

3,72

3,93

Veillée aux chandelles en souvenir de la répression du 4 juin

n.d

2,96

2,94

2,63

   

Symboles chinois*

2010

2012

2014

2016

Grande muraille

4,03

3,71

3,42

3,53

Putonghua

2,94

2,62

2,35

2,44

Expérience des Hongkongais en Chine continentale#

1,32

1,51

1,37

1,40

*1 = tout à fait en désaccord, 5 = tout à fait d’accord # Fourchette entre 0 et 3

22Le tableau 1 rend compte des scores moyens des variables clés et de leurs composantes. Premièrement, on constate une baisse du sentiment de fierté à l’égard du nationalisme d’État chinois entre 2010 et 2016. La fierté de la population hongkongaise à l’égard du drapeau national et de l’hymne chinois a chuté respectivement de 3,50 et 3,55 en 2010 à un niveau légèrement inférieur à 3 (plus de 5 points) en 2016. De même, la fierté des Hongkongais à l’égard de l’armée chinoise a également accusé une baisse évidente, passant de 2,91 en 2010 à 2,44 en 2016. Dans le même temps, la fierté à l’égard des symboles chinois indiquant un lien affectif et ethnique avec la nation chinoise a également fléchi en conséquence : le sentiment de fierté de la population de Hong Kong à l’égard de la Grande muraille qui s’élevait à 4,03 en 2010, a baissé à 3,53 en 2016, et le sentiment d’affection des Hongkongais envers la langue officielle de la Chine, le putonghua, s’est également affaibli, avec un score moyen qui a diminué de 2,94 en 2010 à 2,44 en 2016.

23Alors que les habitants de Hong Kong éprouvent moins de fierté à l’égard du nationalisme d’État chinois et de sa force d’attraction ethnique, ils indiquent dans le même temps adhérer fermement aux valeurs civiques de leur ville natale, notamment en matière de libertés et de droits de l’homme. Le tableau 1 montre que les personnes interrogées sont entièrement d’accord pour affirmer que les habitants de Hong Kong sont très attachés à la liberté de la presse, à la liberté d’expression, à l’égalité des chances et au respect de la vie privée tout au long de la période étudiée. Les scores moyens de ces quatre items demeurent stables, supérieurs à 4, entre 2010 et 2016. Les scores moyens des personnes interrogées relatifs aux items de l’enquête portant sur les vertus civiques des Hongkongais sont relativement inférieurs à ceux portant sur les droits civiques. Toutefois, les scores moyens concernant les vertus civiques sont en général plus élevés que ceux qui se rapportent au nationalisme d’État chinois et aux symboles chinois représentant un lien affectif et ethnique avec la nation chinoise : les données indiquent donc que les habitants de Hong Kong accordent une grande importance aux valeurs civiques de leur ville natale, en particulier les libertés et les droits de l’homme.

  • 3 Nous ajoutons les indices « cantonais » et « veillée aux chandelles en souvenir de la répression du (...)

24Le tableau 1 illustre également la fierté des personnes interrogées à l’égard des symboles culturels. Plus grande est la fierté, plus forte est l’identité de Hong Kong. Si les scores moyens indiquant le sentiment de fierté à l’égard du nationalisme d’État chinois et des symboles chinois représentant le lien affectif et ethnique à la nation chinoise sont en baisse, la fierté à l’égard des symboles culturels de Hong Kong varie au fil des ans. Entre 2010 et 2016, les habitants de Hong Kong font preuve de stabilité dans l’expression de leur fierté à l’égard de la célèbre baie Victoria et manifestent une plus grande fierté pour leur langue, le cantonais, entre 2012 et 20163. Toutefois, la veillée aux chandelles en souvenir de la répression du 4 juin suscite moins de fierté chez les Hongkongais : cela s’expliquerait en partie par le fait que le sentiment nationaliste chinois véhiculé par les événements du 4 juin – l’instauration du rituel annuel résulte principalement du lien affectif et ethnique de la nation chinoise avec les victimes du massacre de Tian’anmen de 1989 – est sans doute incompatible avec la montée des conflits entre la Chine et Hong Kong ces dernières années. Enfin, le tableau 1 montre que les habitants de Hong Kong entretiennent dans l’ensemble des relations transfrontalières avec la société chinoise continentale. La multiplication des conflits entre la Chine et Hong Kong n’a apparemment pas fait obstacle à ces relations tout au long de la période concernée.

25Afin d’approfondir l’analyse des données, nous avons intégré aux items de l’enquête les trois variables construites suivantes afin d’effectuer une analyse de régression plus précise : « nationalisme d’État chinois » (fierté à l’égard du drapeau et de l’hymne national et de l’armée chinoise), « perception des droits civiques » (scores moyens indiquant l’image que se font les personnes interrogées des libertés et des droits humains à Hong Kong), et « perception des vertus civiques » (scores moyens indiquant l’image que se font les personnes interrogées des vertus civiques à Hong Kong). Il ressort des chiffres du tableau 1 des niveaux acceptables du coefficient alpha de Cronbach calculé pour les variables construites mentionnées ci-dessus. Les trois items de l’enquête concernant les symboles de Hong Kong ne sont pas en phase les uns avec les autres (la configuration des scores moyens de la veillée aux chandelles en souvenir de la répression du 4 juin est différente de celle des deux autres items) et les deux items de l’enquête sur les symboles chinois indiquent également des configurations variables : nous ne les avons donc pas regroupés en variables construites pour les analyser plus en détail.

Tableau 2 – Analyse de régression du nationalisme d’État chinois#

Caractéristiques démographiques

2010

2012

2014

2016

Sexe

-0,21

-0,013

-0,007

-0,21

Âge

0,079***

0,050

0,095***

0,032

Éducation

-0,119***

-0,124***

-0,025

-0,133***

Revenu familial

0,066**

-0,040

-0,060*

0,007

Variation de la racine carrée des caractéristiques démographiques

0,057***

0,063***

0,100***

0,139***

 

Valeurs civiques de Hong Kong

2010

2012

2014

2016

Perception des droits civiques

-0,006

0,002

-0,020

0,031

Perception des vertus civiques

0,001

-0,069*

-0,030

-0,021

Variation de la racine carrée des valeurs civiques de HK

0,019***

0,000

0,035***

0,003

Symboles de HK

2010

2012

2014

2016

La baie Victoria

0,064**

0,123***

-0,003

0,079***

Le cantonais

n.d.

0,066*

0,040

0,028

Veillée aux chandelles en souvenir de la répression du 4 juin

n.d.

-0,158***

-0,204***

-0,174***

Variation de la racine carrée des symboles de HK

0,122***

0,188***

0,179***

0,150***

Symboles chinois

2010

2012

2014

2016

Putonghua

0,405***

0,395***

0,421***

0,487***

Grande muraille

0,389***

0,329***

0,335***

0,284***

Variation de la racine carrée des symboles chinois

0,385***

0,316***

0,301***

0,423***

2010

2012

2014

2016

Expérience des Hongkongais en Chine continentale

0,083***

0,082**

0,093***

0,087***

Variation de la racine carrée de l’expérience des Hongkongais en Chine continentale

0,006***

0,006**

0,008***

0,007***

Racine carrée ajustée

0,590***

0,566***

0,623***

0,716***

* p < 0,05 / ** p < 0,01 / *** p < 0,001 - # Variable dépendante : nationalisme d’État chinois, les valeurs manquantes font l’objet d’une analyse par paire.

26Le tableau 2 présente l’analyse de régression du nationalisme d’État chinois, celui-ci constituant la variable dépendante des modèles. Il ressort de la première constatation que les variances du nationalisme d’État chinois s’expliquent en grande partie par la fierté qu’éprouve la population à l’égard des symboles chinois associés à l’appartenance ethnique chinoise, mais qu’elles ne se rapportent pour ainsi dire pas aux valeurs civiques de Hong Kong. Entre 2010 et 2016, les symboles chinois représentés par le putonghua et la Grande muraille ont contribué à la plus grande variance des modèles de régression (comme l’indique les variations relativement élevées des racines carrées et leur signification). À l’inverse, les variations des racines carrées indiquées par les valeurs civiques de Hong Kong ne sont statistiquement significatives qu’en 2010 et 2014, sans oublier leur faible valeur absolue des scores. Globalement, la perception des droits civiques n’a pas d’incidence sur le nationalisme d’État chinois, et la perception des qualités civiques indique une faible relation négative au nationalisme d’État chinois en 2012. Les résultats mettent en évidence que le nationalisme d’État chinois à Hong Kong est essentiellement alimenté par la force d’attraction ethnique chinoise et ne parvient pas à s’articuler avec les valeurs civiques ancrées solidement dans la ville.

27Un examen attentif révèle une relation intrigante entre l’identité hongkongaise et le nationalisme d’État chinois. Le symbole de la baie Victoria à Hong Kong indique dans l’ensemble une corrélation positive avec le nationalisme d’État chinois, tandis que le cantonais démontre une faible relation positive avec celui-ci en 2012, mais aucune relation significative en 2014 et 2016. Le tableau 1 montre des scores moyens de fierté pour la baie Victoria et le cantonais relativement élevés. En conjuguant les données des tableaux 1 et 2, nous concluons que la quête d’identité de Hong Kong n’empêche pas sa population d’adhérer au nationalisme d’État chinois. Ce constat est quelque peu contradictoire avec le point de vue du localisme hongkongais, celui-ci définit en effet l’identité de Hong Kong comme se situant à l’opposé du nationalisme chinois (Chan 2017 ; Fong 2017).

28Il convient également de noter la relation négative entre la veillée aux chandelles en souvenir de la répression du 4 juin et le nationalisme d’État chinois. Ce résultat pourrait s’expliquer par ce qui est inscrit dans la mémoire collective des Hongkongais concernant les événements du 4 juin – le mouvement local désigne clairement les dirigeants chinois comme coupables de la répression du mouvement étudiant en 1989.Une telle prise de position politique remet inévitablement en question l’allégeance politique au régime chinois en place et, partant, fait obstacle au nationalisme d’État. Une autre conclusion que l’on peut tirer du tableau 2 est la corrélation significative mais légèrement positive entre l’expérience des Hongkongais en Chine continentale et le nationalisme d’État chinois. Bien que les relations nouées avec la société chinoise continentale puissent être propices à nourrir le nationalisme d’État chinois, le rôle de ces contacts répétés avec le continent et du vécu commun ne devrait pas être surestimé selon les données du tableau 2. Le nationalisme d’État chinois à Hong Kong est, jusqu’à présent, essentiellement alimenté par le pouvoir d’attraction ethnique de la nation chinoise.

29Le tableau 2 indique que deux items des caractéristiques démographiques ont, dans une certaine mesure, une influence sur le degré du nationalisme d’État chinois : le niveau d’instruction montre une relation négative significative en 2010, 2012 et 2016, et l’âge des personnes interrogées révèle une relation légèrement positive en 2010 et 2014. Le revenu familial illustre quant à lui une relation moins stable tout au long de la période étudiée : une relation légèrement positive en 2010, mais plutôt négative en 2014. Nous tenterons de mettre au jour dans les tableaux 3 et 4 les incidences possibles du niveau d’instruction et de l’âge sur la construction du nationalisme d’État chinois.

Tableau 3 – Corrélations entre le nationalisme d’État chinois, les symboles de Hong Kong et la perception des droits et des vertus civiques de Hong Kong (différence de niveau d’instruction)#

Fierté à l’égard du cantonais

Fierté à l’égard de la baie Victoria

Perception des droits civiques de Hong Kong

Perception des vertus civiques de Hong Kong

2010

Diplôme de fin d’études secondaires ou en deçà

n.d.

0,362***

0,089*

0,217***

Études de premier et troisième cycles

n.d.

0,338***

0,069

0,109*

2012

Diplôme de fin d’études secondaires ou en deçà

0,307***

0,381***

0,032

0,062

Études de premier et troisième cycles

0,252***

0,251***

-0,033

-0,025

2014

Diplôme de fin d’études secondaires ou en deçà

0,135**

0,199***

-0,123*

-0,113*

Études de premier et troisième cycles

0,034

0,282***

-0,127*

-0,171**

2016

Diplôme de fin d’études secondaires ou en deçà

0,188***

0,270***

-0,002

-0,018

Études de premier et troisième cycles

0,113*

0,344***

-0,079

0,074

* p < 0,05 - ** p < 0,01 - *** p < 0,001 - # Variable dépendante : nationalisme d’État chinois.

30Le tableau 3 présente une analyse de corrélation entre le nationalisme d’État chinois d’une part, et la fierté à l’égard du cantonais et de la baie Victoria, la perception des droits et des vertus civiques d’autre part. La fierté à l’égard du cantonais et de la baie Victoria ainsi que la perception des droits et des vertus civiques génèrent sans exception des scores moyens élevés dans les enquêtes (tableau 1) et définissent donc largement l’identité hongkongaise. Les deux autres variables indiquent les valeurs civiques auxquelles les Hongkongais adhèrent de plus en plus. Le tableau 3 vise à déterminer le niveau d’instruction des personnes interrogées : celles ayant obtenu un diplôme de fin d’études secondaires ou en deçà et celles ayant effectué des études de premier et troisième cycles.

31Le tableau 3 montre qu’il existe une plus forte corrélation entre le nationalisme d’État chinois et le cantonais pour les personnes peu diplômées que pour celles ayant suivi des études supérieures. Concernant la fierté à l’égard de la baie Victoria et sa corrélation avec le nationalisme d’État chinois, les personnes peu instruites montrent une correspondance plus forte que les personnes très instruites en 2010 et 2012, mais plus faible en 2014 et 2016. En dépit de cette tendance mitigée, la fierté à l’égard de la baie Victoria est dans l’ensemble positive vis-à-vis du nationalisme d’État chinois. Les résultats indiquent que le cantonais et la baie Victoria ne supposent pas d’une résistance culturelle au nationalisme d’État chinois.Les personnes peu instruites ont même davantage tendance à envisager le cantonais comme faisant partie de la langue chinoise. Les corrélations stables et positives entre le nationalisme d’État chinois et les symboles de Hong Kong montrent que les deux catégories de personnes – niveau d’instruction élevé et faible – ne considèrent pas l’identité hongkongaise comme une résistance culturelle à la loyauté envers la Chine. Le coefficient négatif du niveau d’instruction dans l’analyse de régression (tableau 2) peut s’expliquer par le fait que les personnes peu instruites témoignent d’un lien plus fort entre le nationalisme d’État chinois et l’identité hongkongaise que les personnes plus instruites.

32La perception des droits et vertus civiques à Hong Kong ne montre aucune corrélation significative avec le nationalisme d’État chinois en 2012 et 2016. La corrélation entre les droits civiques et le nationalisme d’État chinois est faible en 2010, mais les personnes peu diplômées montrent, cette même année, une corrélation relativement plus forte entre la perception des vertus civiques et le nationalisme d’État chinois que les personnes ayant suivi des études supérieures. Le résultat le plus surprenant révèle que les deux perceptions indiquent une corrélation négative significative avec le nationalisme d’État chinois en 2014, l’année où le mouvement Occupy Central a éclaté et où des conflits majeurs concernant la démocratisation ont opposé la Chine et Hong Kong. Cette même année, les personnes les plus instruites montrent une corrélation négative plus forte entre la perception des vertus civiques de Hong Kong et le nationalisme d’État chinois. Outre celles exprimées en 2014, les perceptions des droits et vertus civiques à Hong Kong ne sont généralement pas en corrélation étroite et stable avec le nationalisme d’État chinois lorsqu’on les compare à la fierté à l’égard des symboles de Hong Kong.

33L’impact du niveau d’instruction sur la formation du nationalisme d’État chinois reste globalement mitigé au fil des ans, et est loin de révéler une tendance constante. Les personnes ayant un niveau d’instruction plus élevé expriment généralement moins de fierté à l’égard du nationalisme d’État chinois (comme le montre l’analyse de régression du tableau 2).Une analyse de corrélation plus poussée du tableau 3 met en lumière que si les personnes les plus instruites montrent une corrélation plus faible entre le nationalisme d’État chinois et la fierté à l’égard du cantonais (depuis 2012) et de la baie Victoria (en 2010 et 2012), la corrélation elle-même demeure positive, ce qui signifie que les citoyens de Hong Kong ne considèrent pas l’identité hongkongaise comme un facteur de résistance au nationalisme d’État chinois. Le niveau d’instruction n’exerce généralement pas non plus un impact fort et concret sur la corrélation entre la perception des droits et vertus civiques et le nationalisme d’État chinois.

Tableau 4 – Corrélations entre le nationalisme d’État chinois, les symboles de Hong Kong et la perception des droits et des vertus civiques de Hong Kong (différence d’âge)#

Fierté à l’égard du cantonais

Fierté à l’égard de la baie Victoria

Perception des droits civiques de Hong Kong

Perception des vertus civiques de Hong Kong

2010

Âgé de 29 ans et moins

n.d.

0,455***

0,163*

0,166*

Âgé de 30 ans et plus

n.d.

0,332***

0,063

0,193***

2012

Âgé de 29 ans et moins

0,222**

0,317***

0,042

0,060

Âgé de 30 ans et plus

0,306***

0,326***

0,006

0,032

2014

Âgé de 29 ans et moins

-0,103

0,168**

-0,068

-0,096

Âgé de 30 ans et plus

0,145***

0,235***

-0,114**

-0,122**

2016

Âgé de 29 ans et moins

0,102

0,289***

0,312***

0,365***

Âgé de 30 ans et plus

0,187***

0,276***

-0,002

0,007

* p < 0,05 - ** p < 0,01 - *** p < 0,001 - # Variable dépendante : nationalisme d’État chinois.

34Le tableau 4 rend compte de la tranche d’âge des personnes interrogées et son impact sur les corrélations entre le nationalisme d’État chinois et les variables figurant dans le tableau 3. Les personnes âgées de 30 ans et plus démontrent de façon manifeste une corrélation plus forte entre le cantonais et le nationalisme d’État chinois que les personnes âgées de 29 ans et moins. La tranche d’âge n’a pas d’incidence constante sur la corrélation entre la fierté à l’égard de la baie Victoria et du nationalisme d’État chinois, car la cohorte des jeunes (personnes âgées de 29 ans ou moins) indique une corrélation plus forte en 2010 et 2016, mais pas en 2012 et 2014.Nous pouvons néanmoins conclure que les symboles de Hong Kong (le cantonais et la baie Victoria) ne représentent pas une corrélation négative avec le nationalisme d’État chinois, tant pour les jeunes que pour les adultes (les personnes âgées de 30 ans et plus).

35Les corrélations entre la perception des droits et vertus civiques à Hong Kong et le nationalisme d’État chinois, au contraire, montrent une configuration particulièrement intéressante. La cohorte des adultes ne montre pas de corrélation stable entre les droits et vertus civiques et le nationalisme d’État chinois, si ce n’est une corrélation négative manifeste en 2014, l’année du Mouvement des parapluies qui s’est déroulé à Hong Kong. Le résultat exceptionnel de cette année-là peut s’expliquer par les conflits exacerbés opposant la Chine à Hong Kong à propos de la démocratisation durant cette période. On constate cependant pour la cohorte des plus jeunes une corrélation positive entre le nationalisme d’État chinois et la perception des droits et vertus civiques de Hong Kong en 2010, corrélation qui sera plus forte encore en 2016.Ce résultat concernant cette cohorte peut être interprété de deux façons. Une première lecture révèle que les jeunes estiment qu’il y a une compatibilité entre le nationalisme d’État chinois et les droits et vertus civiques de Hong Kong, en particulier en 2016, deux ans après le Mouvement des parapluies de 2014.Cette interprétation s’oppose néanmoins radicalement aux études qui établissent l’existence d’un activisme des jeunes à Hong Kong et qui soutiennent que la jeunesse hongkongaise méprise par défaut le nationalisme d’État chinois depuis la rétrocession (Chan 2013). Une seconde lecture suggère que cette corrélation positive indique en réalité une appréciation critique des droits et vertus civiques de Hong Kong chez les jeunes après le Mouvement des parapluies. Si l’on s’en tient à cette logique, cela signifie que les jeunes déçus par le blocage du processus de démocratisation de Hong Kong et par l’attitude intransigeante de la Chine en 2014 formulent dans le même temps une appréciation négative des droits et vertus civiques de Hong Kong. Un examen plus approfondi met en évidence des éléments de réflexion en faveur de la seconde explication : les scores moyens des droits et vertus civiques de Hong Kong de la cohorte des plus jeunes diminuent respectivement de 18,02 et 15,25 en 2014 à 16,65 et 13,85 en 2016, tandis que les scores moyens des droits et vertus civiques de Hong Kong de la cohorte des adultes maintiennent un niveau stable depuis le Mouvement des parapluies (2014 : droits civiques = 17,73, vertus civiques = 15,43 ; 2016 : droits civiques = 17,56, vertus civiques = 14,83).

Analyse

36Les données de cet article analysent les observations empiriques en vue de répondre aux trois questions déterminées par la littérature mobilisée. La première interrogation était la suivante : dans quelle mesure la Chine a-telle réussi à promouvoir le nationalisme d’État chinois à Hong Kong après la rétrocession ? La baisse du sentiment de fierté culturelle à l’égard du drapeau national, de l’hymne chinois et de l’armée chinoise entre 2010 et 2016 suggère que la diffusion du nationalisme d’État chinois à Hong Kong n’entraîne pas de réponses positives. En 2016, les scores moyens des trois items susmentionnés étaient tous inférieurs au point médian de l’échelle, le point « neutre » sur une échelle de 5 points. Les Hongkongais sont également moins fiers des symboles culturels (la Grande muraille et le putonghua, la langue nationale chinoise) qui représentent leurs liens ethniques avec la Chine. Ce constat, conjugué aux données sur les valeurs civiques, répond directement à la seconde interrogation : dans quelle mesure le nationalisme d’État chinois est-il compatible avec les valeurs civiques de Hong Kong mises en avant depuis la rétrocession ? Les données de l’enquête font ressortir que les Hongkongais tiennent fermement à leurs droits et vertus civiques alors que d’après l’analyse de régression, ces valeurs civiques auxquelles la population de Hong Kong est si attachée sont à distinguer clairement de la formation du nationalisme d’État chinois. Dans l’ensemble, les valeurs civiques à Hong Kong ne contribuent ni ne s’opposent fortement à l’allégeance politique au régime chinois. Il convient de noter ici que l’analyse de corrélation fait apparaître que les valeurs civiques de Hong Kong sont négativement corrélées au nationalisme d’État chinois en 2014, année où des conflits politiques majeurs au sujet du processus de démocratisation ont mis aux prises la Chine et Hong Kong.Cette constatation nous rappelle que la Chine risque de perdre l’allégeance politique à Hong Kong si elle devait remettre en question les valeurs civiques de la ville de façon autoritaire.

37La troisième interrogation soulevée était la suivante : dans quelle mesure le nationalisme d’État chinois est-il compatible avec l’identité hongkongaise ? En réalité, l’identité hongkongaise est constituée de divers imaginaires culturels qui impliquent différentes conséquences pour le nationalisme d’État chinois. Nos données montrent que la fierté de la population à l’égard de la baie Victoria (un sentiment général d’appartenance à Hong Kong) et du cantonais (la langue majoritairement parlée à Hong Kong) n’entraîne pas de résistance au nationalisme d’État chinois. Éclairés par l’analyse de régression, nous pouvons avancer que la population qui est fière de la baie Victoria demeure également plutôt fidèle à la Chine. Néanmoins, ceux qui soutiennent la veillée aux chandelles en souvenir de la répression du 4 juin (rituel annuel commémorant la répression du mouvement démocratique par la Chine en 1989) ont tendance à ne pas adhérer au nationalisme d’État chinois. Contrairement à la représentation médiatique et à l’imaginaire social des conflits entre la Chine et Hong Kong de ces dernières années, nos résultats indiquent que l’identité de Hong Kong est une contingence sociale complexe pouvant difficilement être schématisée comme faisant concurrence culturellement au nationalisme d’État chinois. En résumé, le nationalisme d’État chinois à Hong Kong fournit une étude de cas empirique pour examiner le dialogue ethno-civique, sinon l’oppositon ethno-civique, dans le cadre de la construction du nationalisme chinois à Hong Kong. Elle témoigne de l’inadéquation entre le pouvoir d’attraction ethnique de la nation et les valeurs civiques résultant d’une combinaison de l’héritage colonial, du développement singulier de Hong Kong et de son esprit cosmopolite. Alors que les liens traditionnels et ethniques ainsi que la montée en puissance de la nation à l’échelle mondiale pourraient renforcer l’expression du nationalisme d’État chinois à Hong Kong, la modernisation – y compris l’évolution politique – durant la fin de la période coloniale a doté la ville de valeurs civiques liées aux libertés individuelles, aux droits de l’homme, à l’ordre public et à un style de vie tout autres que celles de la Chine continentale. Afin de garantir l’allégeance politique de Hong Kong après la rétrocession, la Chine a instrumentalisé les liens ethniques du nationalisme chinois afin de susciter de l’empathie envers la nation chinoise. Cet article montre néanmoins de façon empirique que le recours au nationalisme pour appeler à la solidarité ethnique ne pouvait guère prévaloir sur l’incompatibilité avec les valeurs civiques. Nous avons assisté à un affaiblissement du nationalisme d’État chinois à Hong Kong ces dernières années, et nous avons constaté la solidité des valeurs civiques dans cette ville, en particulier l’importance toujours croissante des libertés et des droits de la personne dans le discours public. Ces valeurs civiques étroitement liées à une volonté de démocratisation, de liberté constitutionnelle et d’un mode de vie individuel et cosmopolite (la protection de la vie privée, l’amabilité envers les autres, des relations fondées sur le respect mutuel, etc.) sont également des dénominateurs communs dans d’autres villes mondiales telles que Londres, New York, Paris et Tokyo. L’histoire du nationalisme d’État chinois à Hong Kong met en lumière les limites du pouvoir d’attraction ethnique à l’heure de la mondialisation, où les valeurs civiques de démocratie, de liberté et de droits individuels appartiennent au langage commun de l’humanité.

38Toutefois, nos données révèlent également le pouvoir subtil de la force d’attraction ethnique dans le développement du nationalisme. S’il a échoué à renforcer la loyauté politique de la population hongkongaise envers la Chine, le nationalisme d’État chinois n’a pas, jusqu’à présent, suscité une forte résistance culturelle qui trouverait sa source dans les valeurs civiques et l’identité des Hongkongais. Comme il a été réaffirmé dans cet article, les valeurs civiques de Hong Kong n’entrent pas en ligne de compte et n’offrent pas encore de résistance à la construction du nationalisme d’État chinois. Certains symboles culturels de Hong Kong présentent même une relation positive à l’allégeance politique à la Chine. Selon des études précédentes, la formation de la société hongkongaise fut largement tributaire de l’évolution de la Chine, ce qui s’est traduit par un sentiment nationaliste lié à la construction d’une Chine plus forte et moderne depuis la fin de la dynastie Qing, un lien affectif et ethnique renforcé par les réseaux familiaux en Chine continentale, des contacts directs avec le continent établis grâce aux interactions socio-économiques entre la Chine et Hong Kong, voire dans une certaine mesure par un sentiment partagé de l’histoire ethnique et de la gloire nationale entre les Hongkongais et les Chinois du continent. Même les cohortes des jeunes aux niveaux socio-culturels élevés de la population hongkongaise ne démontrent pas une attitude de défi flagrante vis-à-vis du nationalisme d’État chinois.

39Nonobstant, cette persistance du pouvoir d’attraction ethnique chinois à Hong Kong sera mise à l’épreuve si la Chine ne renonce pas à faire obstacle aux libertés, aux droits de l’homme, au mode de vie actuel et à l’identité culturelle de Hong Kong. L’analyse de corrélation montre que les valeurs civiques de Hong Kong tendent à être corrélées négativement au nationalisme d’État chinois en 2014, année où des conflits majeurs ont opposé la Chine et Hong Kong concernant la démocratisation et la liberté durant le Mouvement des parapluies. En outre, le résultat de l’analyse de régression démontre que le nationalisme d’État chinois à Hong Kong repose principalement sur la force d’attraction ethnique de la nation chinoise, même si la population hongkongaise a exprimé ces dernières années une moins grande fierté à l’égard de la langue nationale chinoise et des monuments historiques chinois. Nous pensons qu’une telle aggravation des tensions ethno-civiques due au nationalisme d’État chinois retardera et empêchera davantage encore l’allégeance politique de Hong Kong à la Chine dans la mesure où la population hongkongaise demeure très attachée à ses valeurs civiques, à son mode de vie et à son identité locale actuels.

40Par ailleurs, les données de notre enquête concernent la communauté hongkongaise parlant cantonais et non la population de Hong Kong dans son ensemble. Étant donné que la majorité de la population hongkongaise parle cantonais, nous considérons que la représentativité de nos échantillons est assurée à l’heure actuelle. Néanmoins, la formation de l’identité des résidents de Hong Kong ne parlant pas cantonais, notamment ceux qui n’ont pas la nationalité chinoise, représente également un sujet non négligeable lorsqu’il s’agit d’étudier l’identité de Hong Kong et de quelle façon elle évolue face au nationalisme d’État chinois alors que davantage de Chinois du continent s’y sont installés après 1997.À l’avenir, se pourrait-il que des citoyens de Hong Kong ne parlant pas cantonais s’engagent à être loyaux envers la Chine ? Les individus appartenant à cette composante de la société de Hong Kong pourraient-ils être considérés comme des citoyens locaux ? Ces enjeux soulevés par les travaux de recherche peuvent être de nature à compliquer la construction du nationalisme d’État chinois à Hong Kong.

Conclusion

41Le nationalisme d’État chinois dans le Hong Kong de l’après-rétrocession illustre de manière empirique les discussions polémiques inhérentes au dialogue ethno-civique sur la construction du nationalisme. Hong Kong offre une étude de cas illustrative qui met en évidence l’incohérence et le conflit entre le pouvoir d’attraction ethnique et les valeurs civiques lorsqu’un État tente d’alimenter stratégiquement le nationalisme dans une ville retournée depuis peu dans son giron. Alors qu’un sentiment national ethnique est enraciné dans l’héritage historique et les mythes, lesquels sont clairement significatifs pour susciter la sympathie envers le nationalisme, la modernisation et la mondialisation mettent inévitablement en exergue des valeurs civiques qui remettent en cause la légitimité politique de l’État, et plaident en faveur des droits et libertés individuels : le dialogue ethno-civique représente par conséquent un enjeu prioritaire pour le développement du nationalisme et sa légitimité étatique.

42La construction du nationalisme n’implique pas nécessairement une dichotomie entre valeurs civiques et valeurs ethniques. La gloire et la fierté nationales pourraient éventuellement englober des valeurs civiques comme dans le cas de la Révolution française et de la Guerre d’indépendance des États-Unis, valeurs pouvant être considérées comme des composantes essentielles des nationalismes français et américain. Cependant, la Chine cherche à assurer sa légitimité gouvernementale en misant sur le nationalisme d’État plutôt que sur les valeurs civiques, selon des directives plus ou moins mises en œuvre par Pékin, à un moment où les Hongkongais réclament une accélération du processus de démocratisation et un accroissement des libertés et des droits civiques. L’histoire de Hong Kong est l’illustration parfaite de la tension ethno-civique inhérente au nationalisme d’État chinois, nationalisme dont la Chine est tributaire pour la légitimité politique de son leadership partisan. Elle montre comment le processus de restauration d’un État est problématisé par sa dépendance à l’égard d’une unité ethnique, laquelle fait peu de cas de l’exercice des libertés et des droits civiques.

Top of page

Bibliography

Anderson, Benedict. 1983. Imagined Communities: Reflections on the Origins of Nationalism. London : Verso.

Billig, Michael. 1995. Banal Nationalism. London : Sage.

Chan, Chi Kit. 2014. « La Chine en tant qu’“Autre” » : les Hongkongais face à leur identité nationale, entre résistance et ambivalence ». Perspectives chinoises 2014 (1): 29-38.

Chan, Chi Kit. 2017. « Discursive Opportunity Structures in Post-handover Hong Kong Localism: The China Factor and Beyond ». Chinese Journal of Communication 10 (4): 413-32.

Chan, Chi Tat. 2013. « Young Activists and the Anti-patriotic Education Movement in Post-colonial Hong Kong: Some Insights from Twitter ». Citizenship, Social and Economics Education 12 (3): 148-62.

Chan, Elaine, et Joseph Chan. 2014. « Liberal Patriotism in Hong Kong ». Journal of Contemporary China 23 (89): 952-70.

Chan, Joseph Man Chan, et Francis Lup Fung Lee. 2010. « Why Can’t Hong Kong Forget the June 4th Incident? Media, Social Organization, Nationstate and Collective Memory ». Mass Communication Research 103: 21559.

Geller, Ernest. 1983. Nations and Nationalism. Oxford: Blackwell.

Fong, Brian Chi Hang. 2014. « The Partnership between the Chinese Government and Hong Kong’s Capitalist Class: Implications for HKSAR Governance, 1997-2012 ». The China Quarterly 217: 195-220.

Fong, Brian Chi Hang. 2017. « One Country, Two Nationalisms: CenterPeriphery Relations between Mainland China and Hong Kong, 19972016 ». Modern China 43 (5): 523-56.

Fung, Anthony Ying Him. 2001. « What Makes the Local? A Brief Consideration of the Rejuvenation of Hong Kong Identity ». Cultural Identities 15 (3-4): 591-601.

Fung, Anthony Ying Him. 2007. « Postcolonial Hong Kong Identity: Hybridising the Local and the National ». Social Identities 10 (3): 399-414.

Ku, Agnes. 1999. Narratives, Politics, and the Public Sphere: Struggles over Political Reform in the Final Transition Years in Hong Kong. Aldershot: Ashgate.

Ku, Agnes. 2004. « Immigration Policies, Discourses, and the Politics of Local Belonging in Hong Kong 1950-1980 ». Modern China 30 (3): 326360.

Ku, Agnes, et Ngai Pun. 2004. « Introduction: Remaking Citizenship inHong Kong ». In Agnes Ku et Ngai Pun (éds.), Remaking Citizenship in Hong Kong: Community, Nation and the Global City. Londres et New York: Routledge Curzon. 1-17.

Lau, Siu Kai. 1997. « Hong Kong or Chinese: The Identity of Hong Kong Chinese 1985-1995 ». Twenty First Century 41: 43-58.

Ma, Eric Kit Wai, et Anthony Ying Him Fung. 1999. « Re-sinicization, Nationalism and the Hong Kong Identity ». In Clement So et Joseph Man Chan (éds.), Press and Politics in Hong Kong: Case Studies from 1967 to 1997. Hong Kong: Hong Kong Institute of Asia-Pacific Studies, The Chinese University of Hong Kong. 497-528.

Ma, Eric Kit Wai, et Anthony Ying Him Fung. 2007. « Negotiating Local and National Identifications: Hong Kong Identity Surveys 1996-2006 ». Asian Journal of Communication 17 (2): 172-85.

Ma, Eric Kit Wai, Anthony Ying Him Fung et Sunny Lam. 2011. « 後京奧香港身份認同 ». (Hou Jing Ao Xianggang shenfen rentong, L’identité hongkongaise après les jeux olympiques de Pékin). In Tai Lok Lui, Chun Hung Ng et Eric Kit Wai Ma (éds.), 香港生活文化 (Xianggang shenghuo wenhua, Hong Kong, vie et culture). Hong Kong: Oxford University Press. 54-67.

Ma, Ngok. 2007. Political Development in Hong Kong: State, Political Society, and Civil Society. Hong Kong: Hong Kong University Press.

Mathews, Gordon, Tai Lok Lui et Eric Kit Wai Ma. 2008. Hong Kong, China: Learning to Belong to a Nation. Londres: Routledge.

Naire, Tom. 1977. The Breakup of Britain: Crisis and Neo-nationalism. Londres: Verso.

Naire, Tom. 1997. Faces of Nationalism: Janus Revisited. Londres: Verso.

Smith, Anthony David Stephen. 1996. « Anthony D. Smith’s Opening Statement: Nations and their Pasts ». Nationalism: Theory, Ideology, History 2 (3): 358-65.

Smith, Anthony David Stephen. 2010. Nationalism: Theory, Ideology, History. Cambridge: Polity.

the Hong Kong Journalists Association. 2014. Press Freedom under Siege: Grave Threats to Freedom of Expression in Hong Kong. Hong Kong: The Hong Kong Journalists Association.

Tsang, Steve. 2007. A Modern History of Hong Kong. Londres: I. B. Tauris.

Tse, Thomas Kwan Choi. 2011. « 學做中國人:後殖民地時代香港國民教育的文化政治 ». (Xue zuo Zhongguoren: hou zhimindi shidai Xianggang guomin jiaoyu de wenhua zhengzhi, Apprendre à être chinois : les politiques culturelles de l’éducation nationale dans le Hong Kong post-colonial). In Tai Lok Lui, Chun Hung Ng et Eric Kit Wai Ma (éds.), 香港生活文化 (Xianggang shenghuo wenhua, Hong Kong, vie et culture). Hong Kong: Oxford University Press. 21-53.

Tse, Thomas Kwan Choi. 2014. « Constructing Chinese Identity in Postcolonial Hong Kong: A Discursive Analysis of the Official Nation-building Project ». Studies in Ethnicity and Nationalism 14 (1): 188-205.

Vickers, Edward, et Florence Kan. 2003. « The Reeducation of Hong Kong: Identity, Politics and Education in Postcolonial Hong Kong ». American Asian Review 21 (4): 179-228.

Yep, Ray. 2009. « The 1967 Riots in Hong Kong: The Domestic and Diplomatic Fronts of the Governor ». In Robert Bickers et Ray Yep (éds), May Days in Hong Kong: Riot and Emergency in 1967. Hong Kong: Hong Kong University Press. 21-36.

Zhao, Sui Sheng. 1997. « Chinese Intellectuals’ Quest for National Greatness and Nationalistic Writing in the 1990s ». The China Quarterly 152 : 725-45.

Top of page

Notes

1 Le cantonais étant la langue la plus parlée à Hong Kong, les enquêtes ont été menées en cantonais. Selon les données du recensement de Hong Kong, 95,8 % et 94,6 % de la population totale, respectivement en 2011 et 2016, parlait cantonais ou une autre langue. Bien que les enquêtes n’aient pas tenu compte de la population ne parlant pas cantonais, nous pensons que l’échantillonnage des enquêtes englobe la majeure partie de la population. Les données de l’enquête sont donc représentatives de la population hongkongaise.

2 Les taux de réponse s’échelonnaient de 52 % à 65 % lors des enquêtes menées entre 2006 et 2010. Ils ont toutefois chuté à 35 % en 2014 et se sont légèrement hissés à 39 % en 2016. La baisse des taux de réponse aux enquêtes est fréquente à Hong Kong ces dernières années, car la population se montre moins tolérante à l’égard du nombre croissant d’enquêtes téléphoniques.

3 Nous ajoutons les indices « cantonais » et « veillée aux chandelles en souvenir de la répression du 4 juin » aux enquêtes depuis 2012.

Top of page

References

Bibliographical reference

Chi Kit Chan and Anthony Ying Him Fung, « Désarticulation entre les valeurs civiques et le nationalisme », Perspectives chinoises, 2018-3 | 2018, 45-55.

Electronic reference

Chi Kit Chan and Anthony Ying Him Fung, « Désarticulation entre les valeurs civiques et le nationalisme », Perspectives chinoises [Online], 2018-3 | 2018, Online since 01 August 2019, connection on 22 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/8525

Top of page

About the authors

Chi Kit Chan

Chan Chi Kit est chargé d’enseignement à l’École de communication à l’Université de gestion de Hang Seng. School of Communication, Hang Seng Management College, Hang Shin Link, Siu Lek Yuen, Shatin, N.T., Hong Kong (chikitchan[at]hsmc.edu.hk).

Anthony Ying Him Fung

Anthony Fung Ying Him est professeur à l’École de journalisme et de communication de l’Université chinoise de Hong Kong et à l’Université normale de Pékin. School of Journalism and Communication Room 206-207, Humanities Building, New Asia College, The Chinese University of Hong Kong Shatin, N.T., Hong Kong (anthonyfung[at]cuhk.edu.hk).

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • OpenEdition Journals