Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Lucien Bianco, Stalin and Mao: A Comparison of the Russian and Chinese Revolutions,

Hong Kong, The Chinese University Press, 2018, xxv + 448 pp.
Igor Iwo Chabrowski
p. 91-92

Texte intégral

1Le dernier ouvrage de Lucien Bianco Staline et Mao : La Récidive, qui vient tout juste d’être traduit en anglais, est un chef d’œuvre d’histoire comparée. Il dépeint à grands traits, d’un ton sans équivoque, et sans crainte de jugements négatifs, à la fois un excellent récit de l’histoire du XXe siècle des deux plus grands pays communistes et l’expression de l’horreur de l’auteur envers l’évolution des mouvements communistes sous la direction de Staline et de Mao.

  • 1 S.A. Smith, « Lucien Bianco, La récidive, Révolution russe, révolution chinoise », Cahiers du Monde (...)

2Les menues différences entre la traduction anglaise publiée par la Chinese University Press et la version originale sont significatives. Le titre initial, La Récidive (qui joue sur la polysémie du terme, évoquant à la fois une « récurrence » et un « délit répété » comme l’évoque S.A. Smith1), a été remplacé ici simplement par « Staline et Mao », titre qui minimise la perspective critique de Bianco : nommément l’absence d’originalité de la révolution maoïste et la persistance du modèle stalinien. De manière analogue, le titre du chapitre 9 a été édulcoré, passant de « Monstres » à « Dictateurs », un changement de ton mineur mais significatif, qui pourrait être dû aux efforts de la CUHK Press de publier des travaux importants sur l’histoire de la République populaire de Chine en dépit du rétrécissement du champ de la liberté éditoriale à Hong Kong ces dernières années.

3Le livre est divisé en neuf chapitres monographiques. Bianco ne recherche pas l’exhaustivité mais a plutôt choisi de se pencher sur un ensemble de problématiques permettant de percevoir des points de convergence dans l’histoire des deux pays. Il se place d’ailleurs délibérément à contre-courant en choisissant de n’aborder ni le thème des travailleurs ni celui des villes. Il laisse aussi de côté la question des relations internationales et l’essentiel des approches traitant les dimensions politiques, sociales, culturelles et environnementales selon une perspective comparatiste.

4Le premier chapitre, « Retard » dans l’édition originale et traduit ici par « Les traînards », analyse les causes des soulèvements révolutionnaires dans la Russie et la Chine impériale puis républicaine. D’après Bianco, bien que le sous-développement en Chine ait été plus marqué qu’en Russie, les deux sociétés présentaient nombre de caractéristiques communes : une économie essentiellement rurale, un niveau de pauvreté comparable, un secteur industriel peu développé, un analphabétisme généralisé, une déstabilisation provoquée par la rencontre avec la modernité occidentale, les conséquences des guerres mondiales et des systèmes politiques stagnants.

5Le chapitre 2, « Rattrapage », propose une modélisation à fin de comparaison des logiques des deux systèmes, de leurs accomplissements et des coûts qu’ils ont représentés pour leurs sociétés respectives. Bianco montre, au-delà du caractère impitoyable de Staline et de Mao, que l’essentiel de leurs efforts a visé la transformation de l’économie et le remodelage de la société. Finalement, les résultats ont été différents en URSS et en RPC en raison des disparités entre les deux pays et des aptitudes de leurs deux dirigeants et de leurs administrations.

6Dans le chapitre 3, « Politique », Bianco insiste sur l’affinité fondamentale des deux régimes. Mao a appris à devenir communiste auprès de Staline, et son seul lien avec les idées de Marx et de Lénine passait par Staline. Bianco reconnaît tout de même deux différences : Mao était plus sensible aux idées d’égalité et de révolution rurale ; et il était un leader idéologique plutôt distant, tandis que Staline était un timonier les mains sur le gouvernail.

7Les chapitres 4 et 5, intitulés respectivement « Paysans » et « Famines » constituent l’argument central de l’ouvrage. Bianco rappelle que si les communistes chinois bénéficiaient d’une base paysanne forte et d’une plus grande connaissance des problèmes ruraux, les membres dirigeants des deux partis étaient issus de l’intelligentsia et n’incarnaient pas les intérêts du monde rural. Ainsi, aucune des deux révolutions n’a été de quelque manière que ce soit une révolution paysanne. Par ailleurs, les communistes, aussi bien en URSS qu’en RPC méprisaient la culture paysanne ainsi que les valeurs et les pratiques économiques rurales. Mao tout autant que Staline s’inquiétaient d’une possible trahison rurale, mais le niveau de violence de leurs relations au monde rural était différent : « Staline a écrasé sans pitié les paysans et ce faisant, il les a tués. Mao en a tué tout autant, sinon plus, par ignorance, arrogance et folie » (p. 114). Au sujet des famines, Bianco reprend une théorie admise : celle consacrant la responsabilité des dirigeants, du système politique qu’ils ont construit et des stratégies de développement auxquelles ils ont cru, pour les catastrophes ayant frappé les deux pays lors des phases de croissance accélérée initiées par des mesures idéologiques (la fin de la NEP et le Grand bond en avant).

8Le chapitre 6, consacré à « La bureaucratie » montre comment les dirigeants ont laissé le système politique des deux pays se bureaucratiser massivement, en renonçant définitivement à la vision idéaliste d’un gouvernement par le prolétariat. Ici toutefois, il existe une distinction nette entre l’URSS et la RPC, dans la mesure où Mao a combattu la bureaucratisation et à initié des assauts de violence populaire contre les cadres. Cependant, la dynamique politique des deux pays a favorisé l’émergence, au sein de la bureaucratie, de nouveaux groupes privilégiés, caractérisés par une tendance au carriérisme et à la corruption.

9Le chapitre 7, « Culture », compare les difficultés et les réussites des deux pays dans ce domaine : qu’est-il advenu de l’internationalisme et du nationalisme, comment a été maintenu le contrôle et quelles en ont été les conséquences. En recensant les romans et les romanciers des deux pays, Bianco remarque la production d’œuvres significatives en Russie soviétique, à la différence d’une situation chinoise qu’il considère désolante. Ce chapitre ne rend finalement pas justice à la culture chinoise : les romans ne constituaient pas le genre littéraire le plus important de cette époque, et d’autres formes d’expression artistique comme les nouvelles, l’opéra et la poésie sont ignorées. Si la politique culturelle maoïste conduisait souvent à entraver l’expression artistique, différentes périodes peuvent être distinguées (entre 1949-1957, 1957-1966 et 1966-1976) et au sein de chacune, il existe également plusieurs moments distincts. En outre, la valeur esthétique de diverses œuvres, même celles produites pendant la Révolution culturelle, a été reconnue par les chercheurs (voir Paul Clark 2008).

10Le chapitre 8, « Les camps » compare le Goulag soviétique aux laogai chinois – un système carcéral de rééducation par le travail inspiré par sa version soviétique et présentant quelques menues différences. Le Goulag ayant fait l’objet d’études extensives, l’analyse des laogai par Bianco présente un grand intérêt en ce qu’elle formule clairement la principale différence entre les deux : l’obsession de la RPC pour la réforme de la pensée.

11Le dernier chapitre, « Les dictateurs », reprend les termes des discussions en cours sur ce sujet et questionne le rôle des dirigeants dans la mise en forme des systèmes politiques chinois et soviétique. Bianco affirme que le caractère et la méthode des leaders a laissé une marque distinctive sur ces régimes. Aussi bien Staline que Mao, si différents qu’ils aient été d’autres dictateurs monstrueux du XXe siècle (il mentionne Hitler et Pol Pot), ont été selon l’auteur responsables des désastres auxquels ont dû faire face leurs sociétés respectives.

12Le livre de Lucien Bianco est un travail universitaire incontournable, devant être lu et discuté. Quelques réserves et commentaires sont de mise. Sans reproduire la critique de S.A. Smith, il nous faut souligner différents éléments. Dans son analyse, Bianco ne mobilise pas les nombreuses nouvelles découvertes du champ de l’histoire économique (en particulier rurale) et de l’anthropologie historique dont l’application pourrait donner lieu à une représentation bien plus riche, quoique nécessairement incomplète, de l’incroyable diversité sociale et économique de la Chine. La place centrale accordée aux dirigeants dans l’analyse et dans le récit laisse dans l’ombre de nombreux acteurs mineurs et des formes organisationnelles comme l’appareil d’État et le Parti. La responsabilité des futures générations de chercheurs est de reprendre ce travail à l’endroit où Bianco l’a laissé et d’examiner la diversité des acteurs ayant donné forme aux révolutions et régimes soviétiques et chinois.

Haut de page

Notes

1 S.A. Smith, « Lucien Bianco, La récidive, Révolution russe, révolution chinoise », Cahiers du Monde Russe, Vol. 55, No. 3-4, 2014, pp. 1-7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Igor Iwo Chabrowski, « Lucien Bianco, Stalin and Mao: A Comparison of the Russian and Chinese Revolutions,  », Perspectives chinoises,  | 2018, 91-92.

Référence électronique

Igor Iwo Chabrowski, « Lucien Bianco, Stalin and Mao: A Comparison of the Russian and Chinese Revolutions,  », Perspectives chinoises [En ligne],  | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/8690

Haut de page

Auteur

Igor Iwo Chabrowski

Igor Iwo Chabrowski est maître de conférences à l’Institut d’histoire de l’Université de Varsovie, Pologne, (igor.chabrowski@eui.eu).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • OpenEdition Journals