Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

PAN, Yi. 2017. Rural Welfare in China. New York : Springer International Publishing.

Comptes rendus
Jing Yang
Traduction de Matei Gheorghiu
p. 98-99

Texte intégral

1Oeuvre de Yi Pan, un ancien expert du ministère chinois des Affaires civiles, Rural Welfare in China propose une vision panoramique des caractéristiques et de l’évolution de l’aide sociale rurale en Chine dans une perspective historique longue. Initialement publié en chinois en 2014, ce livre démontre que le système d’aide sociale en Chine rurale est un assemblage de culture traditionnelle, d’intervention étatique, de collectivisme et de socialisme. Il associe l’État, la société et la solidarité familiale, tandis que dans le contexte occidental, il est généralement conçu comme une articulation entre l’État, le marché et l’individu (p. 11). Organisé chronologiquement en trois sections, le livre s’appuie sur la littérature historique, ainsi que sur les informations et données du ministère des Affaires civiles de la république populaire de Chine.

2La première partie décrit les formes de solidarité ancrées dans la culture traditionnelle et le système rural d’aide sociale avant 1949, en montrant qu’il était basé sur la famille, la communauté, l’État et la tradition culturelle. Socle fondamental de la solidarité, la famille avait le devoir de prendre en charge les enfants et les personnes âgées. Le clan (zongzu 宗族) représentait un autre acteur de la solidarité sociale fondé sur les liens du sang. Sa fonction était similaire à celle de la famille, avec une portée plus large. Le clan finançait des écoles privées pour l’éducation et redistribuait les terres collectives pour réduire la pauvreté. La communauté, composée de plusieurs clans en fonction des implantations géographiques, était aussi une source importante d’aides sociales, en charge tout particulièrement de la sécurité et de la gestion de l’eau. Enfin, l’État jouait un rôle capital en accordant des terres aux paysans et en régulant le revenu et les subsides des villageois par le biais de sa politique fiscale. L’État était aussi responsable d’un système d’aide sociale incluant l’assistance aux plus pauvres ou aux victimes de catastrophes naturelles, l’aide aux personnes âgées et le stockage de céréales pour faire face aux famines, etc.

3La seconde partie est consacrée aux politiques d’aide sociale rurale entre 1949 et 1978. Elle analyse principalement la manière dont le système d’aide sociale rurale a été mis en place et les principes sur lesquels il était fondé. Influencée par l’Union Soviétique, la Chine a établi un système d’aide sociale socialiste inclusif qui protégeait presque tous les groupes ruraux par le biais de différents outils parmi lesquels on peut recenser la distribution de terres, le revenu du travail, l’aide en cas de catastrophes naturelles et l’assistance aux plus démunis, les « Cinq garanties » (nourriture, habillement, assurance médicale, logement et funérailles) destinées aux groupes les plus vulnérables, un système médical coopératif représenté par les « docteurs aux pieds nus », l’éducation obligatoire, et ainsi de suite (p. 14). Néanmoins, pour éviter de grever le budget de l’État, il s’agissait d’un système de protection de bas niveau mis en œuvre essentiellement au sein des unités de travail, des brigades, ou encore des Communes populaires, ce qui explique ses caractéristiques d’assistance mutuelle collectivisée (p. 107).

4La troisième partie est consacrée au système rural d’aide sociale en cours depuis 1978. Après la mise en vigueur du système des contrats de responsabilité des ménages, les Communes populaires ont disparu et l’assistance mutuelle collectivisée a été abandonnée. De nouvelles solutions ont été expérimentées : le fond d’aide mutuelle, les assurances-retraite rurales, et les usines d’aide sociale qui ont fourni du travail pour les personnes les plus vulnérables et les handicapés (p. 113). Toutefois, dès la création du ministère de la Sécurité sociale en 1998 dans un contexte d’attention accrue pour les réformes urbaines, ces expériences n’ont pas été poursuivies. Au début du XXIe siècle, la politique a changé, et de nouvelles expérimentations de systèmes de solidarité ont refait surface dans certaines zones rurales dans le cadre de la « re-collectivisation » et de la « re-coopérativisation ».

5Ce livre présente une analyse approfondie du contexte historique et de l’évolution du système d’aide sociale chinois. Il rappelle non seulement l’importance de la culture traditionnelle chinoise dans l’évolution du système d’aide sociale, mais propose aussi une analyse détaillée des politiques et des institutions d’aide sociale, comme le système traditionnel de stockage des grains, la gestion de l’eau, et les mesures de prise en charge des risques naturels et de la pauvreté. L’auteur bâtit ainsi un pont entre la culture historique traditionnelle du système d’aide sociale et les institutions actuelles, et contribue à accroitre notre connaissance des systèmes de solidarité d’Asie orientale.

6De nombreux chercheurs affirment que le système rural d’aide sociale chinois a régressé entre 1978 et 1998 (Li, Jiang et Chen 2008) et Yi Pan, qui a contribué à la mise en œuvre des réformes de la sécurité sociale n’esquive pas cette polémique. Le livre apporte des éclaircissements sur cette phase de recul du système rural d’aide sociale et montre aussi pourquoi certaines expériences ont échoué. Par ailleurs, il se penche sur des systèmes de pensions rurales déployés dans des zones développées comme Shanghai ou Pékin, ce qui aide à comprendre l’état actuel du système d’aide sociale rural en Chine.

7On peut toutefois regretter que l’analyse des rôles de la famille ou de l’État ne soit pas plus approfondie au fil du texte. Les familles et les communautés n’ont pas toujours opéré de manière harmonieuse, et on peut rappeler l’existence d’une extrême inégalité des rôles entre genres en ce qui concerne la responsabilité des soins au sein des familles. Dans une société traditionnellement patrilinéaire et locale, les belles-filles étaient les principales pourvoyeuses de soins. Aujourd’hui, les filles et les belles-filles assurent encore une part conséquente des soins accordés aux personnes âgées contrairement aux fils et aux beaux-fils (Ma 2011), et les trois quarts des soins aux personnes âgées sont assurés par des femmes (Liang et Li 2010). Cette inégalité a sérieusement affecté l’avancement professionnel des femmes. Par ailleurs, dans la société chinoise traditionnelle, le pouvoir de l’État était très faible au niveau du comté (Fei 1999) ; les organisations administratives pouvaient à peine atteindre les cantons ou les zones rurales (Wen 1999). L’État était un filet de sécurité apparaissant seulement au moment de désastres d’ampleur nécessitant une réponse d’urgence.

8Pour résumer, Rural Welfare in China propose une vision d’ensemble et des informations détaillées pour les chercheurs et les étudiants qui cherchent à comprendre l’évolution du système rural de protection sociale en Chine. Sa perspective historique longue peut être utile aux étudiants de dernier cycle intéressés par les études d’Asie orientale, ou à celles sur l’aide et l’assistance sociale, la pauvreté et les politiques sociales.

Haut de page

Bibliographie

FEI, Xiaotong 费孝通. 1999. « 再论双轨政治 » (Zai lun shuanggui zhengzhi, Rethinking the double track politics). In Fei Xiaotong 费孝通, 费孝通文集第四卷 (Fei Xiaotong wenji di si juan, Œuvres complètes de Xiaotong Fei vol. 4). Pékin : Group Press. 343-64.

LI, Ling 李玲, JIANG Yu 江宇, and CHEN Qiu-lin 陈秋霖. 2008. « 改革开放背景下的我国医改30年 » (Gaige kaifang Beijing xia de woguo yigai sanshi nian, Sur la réforme du système de soins chinois après la politique de réforme et d’ouverture en 1978). Chinese Health Economics 27 (2) : 5-9.

LIANG, Li-xia 梁丽霞, and LI Wei-feng 李伟峰. 2010. « 社会性别视阈下的老年人家庭照顾问题研究 » (Shehui xingbie shiyu xia de laonianren jiating zhaogu wenti yanjiu, Étude sur la dimension genrée de l’aide familiale aux personnes âgées). Journal of Jinan University 20 (6) : 67-70.

MA, Yan 马焱. 2011. « 对老年人家庭照顾者的社会性别研究评述 » (Dui laonianren jiating zhaoguzhe de shehui xingbie yanjiu pingshu, Commentaires sur le genre des personnes prodiguant des soins aux personnes âgées au sein de leur famille). Journal of China Women’s University 23 (2) : 37-43.

WEN, Tiejun 温铁军. 1999. « 半个世纪的农村制度变迁 » (Bange shiji de nongcun zhidu bianqian, Changements institutionnels des cinquante dernières années dans le monde rural). Strategy and Management 6 : 76-82.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jing Yang, « PAN, Yi. 2017. Rural Welfare in China. New York : Springer International Publishing.  », Perspectives chinoises, 2019-1 | 2019, 98-99.

Référence électronique

Jing Yang, « PAN, Yi. 2017. Rural Welfare in China. New York : Springer International Publishing.  », Perspectives chinoises [En ligne], 2019-1 | 2019, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/9477

Haut de page

Auteur

Jing Yang

Jing Yang est doctorante en économie à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.cherryjeune@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • OpenEdition Journals