Navigation – Plan du site
Dossier

Des intermédiaires aux fonctions honorifiques ?

La Conférence consultative politique du peuple chinois en théorie et en pratique
Rebekka Åsnes Sagild et Anna Lisa Ahlers
Traduction de Cécile Boussin
p. 9-17

Résumé

La Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC) est une institution ambiguë : souvent tournée en dérision en étant comparée à une « plante verte » du régime de l’État-parti, ou, au mieux, en étant considérée comme un cercle de réseautage destiné à obtenir les bonnes grâces des élites, elle n’est que peu étudiée dans la recherche académique. Cependant, la direction du Parti communiste s’accroche fermement à ce qu’il estime être un organe intermédiaire « largement représentatif » qui soutient les réformes politiques et l’action du Front Uni. Dans cet article, nous étudierons le bien-fondé de cette logique initiale en nous appuyant sur de nouvelles données empiriques. Nous reviendrons sur l’histoire institutionnelle de la CCPPC, le mode de désignation de ses membres, ainsi que sur l’image portée par les délégués sur leurs propres statuts et mode de fonctionnement. Il apparaît que l’intermédiation constitue depuis toujours une tâche aux contours flous pour les membres de la CCPPC, ce qui se traduit par un large éventail d’attitudes allant de l’adhésion complète aux prises de position du Parti à des tentatives d’inscrire de manière proactive des sujets à l’ordre du jour. Après plus de 20 ans de timide ouverture aux propositions nouvelles émanant de la base en matière de politiques publiques, de nouvelles règles de conduite émanant du niveau central tendent à limiter de nouveau le pouvoir consultatif des CCPPC aux niveaux national et régional. Néanmoins, il semblerait qu’une marge de manœuvre reste possible pour un rôle intermédiaire, en particulier au niveau local.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rebekka Åsnes Sagild et Anna Lisa Ahlers, « Des intermédiaires aux fonctions honorifiques ? », Perspectives chinoises, 2019-2 | 2019, 9-17.

Référence électronique

Rebekka Åsnes Sagild et Anna Lisa Ahlers, « Des intermédiaires aux fonctions honorifiques ? », Perspectives chinoises [En ligne], 2019-2 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/9573

Haut de page

Auteurs

Rebekka Åsnes Sagild

Rebekka Åsnes Sagild est doctorante et assistante de recherche en études chinoises au Département d’études culturelles et de langues orientales de l’Université d’Oslo.r.a.sagild@ikos.uio.no

Anna Lisa Ahlers

Anna Lisa Ahlers est maître de conférences en études chinoises au Département d’études culturelles et de langues orientales de l’Université d’Oslo.a.l.ahlers@ikos.uio.no

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • OpenEdition Journals