Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

MATHEWS, Gordon, Linessa Dan LIN, et Yang YANG. 2017. The World in Guangzhou. Africans and Other Foreigners in South China’s Global Marketplace. Chicago : Chicago University Press.

Compte rendu
Romain Dittgen
Traduction de Matei Gheorghiu
p. 99-100

Texte intégral

1Ce livre propose une analyse ethnographique détaillée du rôle, de la place et du fonctionnement des entrepreneurs étrangers engagés dans des activités commerciales à Canton, l’un des principaux centres d’achats de produits manufacturés dans le monde. Pour analyser la manière dont sont effectuées l’acquisition et la distribution de diverses quantités de biens (le plus souvent des copies ou des imitations) vers les pays dits en voie de développement, les auteurs mobilisent la notion de « mondialisation par le bas » (low-end globalisation). Les opérations commerciales étudiées reposent principalement sur des facteurs tels que la confiance, la réputation, les liens personnels ou la corruption, plutôt que sur des contrats formalisés ou d’autres instruments juridiques traditionnels. Les tendances, la complexité et les transformations de ces échanges sont décrites à travers des histoires individuelles, avec des parties conséquentes de chapitres consacrées à l’exposition de récits personnels d’« étrangers » (principalement des Africains, mais aussi des Arabes et à l’occasion des Occidentaux), ainsi que de leurs homologues chinois. Grâce à ces plans rapprochés, les auteurs explorent les stratégies des étrangers, en particulier ceux provenant de pays dits en voie de développement, dans leurs efforts pour réussir dans les affaires, pour vivre et maintenir leur présence dans un pays qui applique un système de visa très strict dans le but de limiter leur intégration dans la société chinoise. Le livre, écrit par Gordon Mathews, s’appuie sur des recherches empiriques menées en étroite collaboration avec Linessa Dan Lin et Yang Yang (citées comme coauteures) ainsi que sur des données de terrain recueillies sur plusieurs années.

2Le livre débute en replaçant la présence des étrangers dans une perspective historique et dans un contexte spatial. Si Canton, en partie grâce à son intérêt pour le commerce, est aujourd’hui l’une des villes les plus riches et les plus cosmopolites de Chine, Mathews met en garde contre la surestimation de ce qui constitue, malgré tout, une minorité négligeable d’étrangers dans une métropole de 13 à 14 millions d’habitants. Il rappelle également certaines continuités entre le passé et le présent, comme le caractère restreint des contacts entre la société d’accueil et les étrangers, ainsi que la concentration géographique de ces derniers dans certains quartiers. Dans l’introduction, le lecteur est invité à entreprendre une promenade virtuelle dans les quartiers attractifs pour la population étrangère. Les descriptions de scènes dans des complexes de tours résidentielles et leurs magasins ainsi que dans plusieurs restaurants, bars, halls d’hôtel ou institutions religieuses donnent une idée de la dynamique spatiale et des stratégies commerciales qui y prennent place. Les différences s’expliquent largement par l’origine, la religion, la classe, le sexe et le statut juridique des acteurs. En raison du caractère situé de la présence des étrangers, une partie importante de l’ouvrage se cantonne aux limites de deux quartiers spécifiques : Xiaobei, qui rassemble des individus de toute l’Afrique, du monde arabe et du Moyen-Orient ; et Guangyuanxi, qui accueille des personnes appartenant pour la plupart à l’ethnie Igbo nigérienne et à la religion chrétienne pentecôtiste. Le périmètre spatial du livre est toutefois plus large et complexe. Non seulement explore-t-il les tactiques et les temporalités subtiles de ceux qui s’arrangent pour rester en Chine au-delà du délai légal, le récit déborde également des limites de la ville en suivant le parcours des marchandises à Eastleigh (un quartier somalien de Nairobi), en racontant les expériences de commerçants se rendant à Yiwu, Dubaï, Bangkok ou encore Istanbul pour trouver des produits, et en partageant des récits de retours réels ou imaginaires des commerçants vers leurs lieux d’origine.

3Tout au long de l’ouvrage, Mathews déconstruit un certain nombre d’idées préconçues qui étayent et caractérisent la présence d’étrangers à Canton. Le postulat d’une fracture globale entre le monde dit développé et le monde en voie de développement est en partie exploré à travers des questions de race ainsi que des questions d’(il-)légalité, que l’on parle de personnes ou de biens (chapitre 5). En s’appuyant sur plusieurs portraits d’étrangers, le livre remet en cause toute interprétation simpliste des catégories et des corrélations, en se demandant par exemple si la discrimination ou l’acceptation ainsi que le niveau et la nature des transactions commerciales sont déterminés par la race, le capital ou par d’autres facteurs. Pour autant, dans ce contexte cosmopolite où les codes culturels sont complexes, des problèmes de communication et des incompréhensions surviennent fréquemment. Les interactions entre Africains et Chinois, Arabes et Africains, Musulmans et Chrétiens, entre citoyens de différents pays africains, ainsi que dans le pays entre Hans et Ouïgours, sont souvent guidées par des stéréotypes. Cette situation, à laquelle s’ajoute un rapport de force inégal entre fournisseurs chinois et commerçants africains, conduit souvent à des interprétations distinctes des règles de la négociation, à des accusations de tricherie et à des difficultés pour l’établissement de relations de confiance. Ces difficultés, qu’elles soient systémiques (relatives au régime des visas) ou circonstancielles (en fonction des accords commerciaux), sont surmontées de différentes manières. Ainsi, Mathews analyse-t-il les rôles des responsables de la logistique, des intermédiaires et des courtiers culturels africains (chapitre 6) dans la facilitation des relations commerciales et dans la fourniture de biens aux commerçants africains, en mobilisant différentes tactiques pour convoyer des copies et des imitations, ainsi qu’en fournissant des conseils pratiques sur la société chinoise aux nouveaux arrivants. D’une manière plus abstraite, la religion et la foi constituent également des ressources importantes pour les étrangers des pays dits en voie de développement face à l’adversité et aux limitations pesant sur leur capacité d’action pratique dans leur vie quotidienne (chapitre 7).

4Qu’en est-il de l’avenir des Africains et des autres entrepreneurs étrangers à Guangzhou ? Le dernier chapitre du livre pose cette question tout en se demandant si la Chine verra un jour émerger son propre « Barack Obama chinois ». Les relations commerciales initiales ont par moments entraîné la naissance de relations affectives, conduisant parfois à l’amour et au mariage, principalement entre des hommes africains et des femmes chinoises. Des enfants métisses sont nés de certaines de ces unions. Même dans ce cas, l’auteur reste plutôt sceptique quant à l’émergence possible d’une société chinoise véritablement multiculturelle dans un avenir proche, ainsi que sur la possibilité à long terme, pour ces étrangers, de s’établir dans la ville. Des déclarations d’entrepreneurs étrangers comme « la Chine donne et la Chine reprend » (p. 134) ou « la Chine est un bon endroit pour gagner sa vie mais pas pour y vivre » (p. 157) indiquent une manière pragmatique mais désabusée de se représenter leur place en république populaire de Chine.

  • 1 MASSEY, Doreen. 2005. For Space. Londres : Sage Publications.
  • 2 Une citation dans le livre au sujet d’Eastleigh, décrit comme un « Wall street sous stéroïdes » (p. (...)

5Pour conclure, ce livre propose une lecture stratifiée de ce que signifie vivre et travailler en Chine pour un étranger, en particulier s’il est originaire de pays associés, de manière souvent simpliste, à la pauvreté et au sous développement. En restituant les propos d’aventuriers, de réalistes, de rêveurs, de personnes marginales et battantes, tout en racontant des histoires de réussite, d’échec et de débrouille, Mathews articule les tendances générales de la mondialisation à la complexité des trajectoires individuelles. On peut regretter la réduction de l’activité économique étudiée à son caractère de « mondialisation par le bas », ce qui présente le risque de proposer un tableau binaire opposant les activités formelles aux activités informelles, suggérant également une approche normative du développement. Cela circonscrit ces interactions dans une temporalité spécifique – celui d’un retard à rattraper – et qui n’admet pas la multiplicité des parcours1. Ce travail constitue un exemple parfait qui devrait nous inciter à déconstruire le caractère fictif de la « mondialisation par le haut » (compte-tenu des nombreux exemples de fraude, d’évasion fiscale ou encore de transactions douteuses dans la prétendue économie formelle) et à examiner soigneusement les contributions des entrepreneurs décrits dans le livre à l’économie réelle2. Cette remarque n’enlève rien à la valeur et à l’importance de l’ouvrage. Destiné à un public large, il est rédigé dans un style accessible, l’argumentation académique se limitant essentiellement aux notes finales, ce qui lui permet d’être apprécié à plusieurs niveaux de lecture. De plus, la tendance de Mathews à inclure des anecdotes, parfois provocantes et humoristiques, fait de The World in Guangzhou une lecture agréable qui intéressera tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur les aspects humains des processus de mondialisation.

Haut de page

Notes

1 MASSEY, Doreen. 2005. For Space. Londres : Sage Publications.

2 Une citation dans le livre au sujet d’Eastleigh, décrit comme un « Wall street sous stéroïdes » (p. 109) est un exemple indirect de la nécessité de penser au-delà des catégories économiques binaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Dittgen, « MATHEWS, Gordon, Linessa Dan LIN, et Yang YANG. 2017. The World in Guangzhou. Africans and Other Foreigners in South China’s Global Marketplace. Chicago : Chicago University Press. », Perspectives chinoises, 2019-2 | 2019, 99-100.

Référence électronique

Romain Dittgen, « MATHEWS, Gordon, Linessa Dan LIN, et Yang YANG. 2017. The World in Guangzhou. Africans and Other Foreigners in South China’s Global Marketplace. Chicago : Chicago University Press. », Perspectives chinoises [En ligne], 2019-2 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspectiveschinoises/9803

Haut de page

Auteur

Romain Dittgen

Romain Dittgen géographe, est post-doctorant au sein de l’African Centre for Migration & Society et de la chaire de recherche sudafricaine d’analyse spatiale et d’aménagement urbain à l’Université du Witwatersrand à Johannesburg.romain.dittgen@wits.ac.za

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CEFC – Centre d’études français sur la Chine contemporaine
  • OpenEdition Journals