Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16CONTRIBUTIONS DES DOCTORANTSLe rapport entre imagerie mentale...

CONTRIBUTIONS DES DOCTORANTS

Le rapport entre imagerie mentale et perception à la lumière des sciences cognitives

Sacha BEHREND
p. 13-30

Résumé

La question du rapport entre la perception et l’imagerie mentale (appelée aussi imagination) a une longue histoire en philosophie. L’essor des sciences cognitives, depuis les années 1960, permet désormais d’axer nos réponses sur des données expérimentales solides. Cet article se propose ainsi de montrer en quoi les recherches récentes en psychologie cognitive et en neurosciences fondent le rapprochement de la perception et de l’imagerie mentale. Mais loin d’en rester à un simple constat de rapprochement, il questionne la nature de la proximité entre ces deux facultés, arrivant à la conclusion que l’imagerie mentale est une simulation de l’activité perceptive.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  L’expression « imagerie mentale » désigne aujourd’hui ce que l’on appelait plutôt « imagination » (...)
  • 2  L’exemple le plus évident est probablement la théorie de l’esprit humain développée par David Hume (...)

1La question du rapport entre la perception et l’imagerie mentale1 a une longue histoire en philosophie. Elle a notamment fait l’objet d’analyses de la part des penseurs que l’on regroupe sous la bannière de l’empirisme anglais2. Cette question s’est aussi posée à nouveau frais au cours du XXe siècle, notamment chez des auteurs comme Gilbert Ryle dans The Concept of Mind et Ludwig Wittgenstein dans les Philosophische Untersuchungen.

2À partir des années 1960, l’essor des sciences cognitives, et plus tard celui des neurosciences cognitives, ont permis d’apporter un nouvel éclairage sur cette question. Plus précisément, des données expérimentales et de neuro-imagerie ont permis de confirmer certaines intuitions philosophiques et d’en réfuter d’autres. Ainsi, la proximité entre perception et imagerie mentale, et même leur similarité, a pu être mise en évidence. Pourtant, la prise en compte de ces découvertes en philosophie reste encore insuffisante. Cet article a donc pour but de tirer des enseignements philosophiques des développements récents des sciences cognitives. Il s’agit aussi d’interroger la signification exacte de ces découvertes, l’interprétation qu’il faut en donner, ce qui n’est pas toujours fait avec assez de précision par les psychologues et neuropsychologues.

3Dans une première partie, nous nous intéresserons à la définition de l’imagerie mentale que l’on peut tirer des travaux de sciences cognitives. Cela nous permettra de montrer que le rapprochement entre perception et imagerie mentale découle de la définition même que l’on donne de la seconde. Mais nous verrons que l’interprétation de ce rapprochement n’est pas évidente, raison pour laquelle nous la discuterons dans la deuxième partie. L’hypothèse que nous examinerons est que l’imagerie mentale est une simulation de la perception.

1. L’imagerie mentale comme faculté quasi-perceptuelle

4La façon la plus simple de définir l’imagerie mentale est de dire qu’elle consiste en une faculté qui produit des images mentales. Pour développer cette définition trop vague, on peut préciser que l’imagerie mentale est la faculté s’actualisant dans un processus descendant et utilisant certains des mécanismes relevant de la perception pour produire des images mentales. Mais cette version de la définition reste encore trop indéterminée et il convient d’expliciter ce qu’elle signifie.

Une faculté « descendante »

  • 3  S. M. Roldan, « Object Recognition in Mental Representations: Directions for Exploring Diagnostic (...)

5Tout d’abord, il faut revenir sur l’expression « processus descendant ». « Descendant » traduit l’expression anglaise top-down, qui désigne en sciences cognitives un sens du flux d’information allant de l’information déjà mémorisée et conceptualisée vers le traitement des stimuli. Top-down s’oppose à bottom up (ascendant) qui désigne le sens inverse. La thèse selon laquelle l’imagerie mentale est un processus descendant fait aujourd’hui consensus parmi les neuroscientifiques. Comme le dit Roldan : « l’imagerie visuelle mentale représente un flux d’information opposé à celui des phénomènes visuels perceptifs, un flux qui requiert de s’éloigner des perspectives traditionnelles ascendantes pour être pleinement compris »3

  • 4  Par exemple dans C. D. Gilbert et W. Li, « Top-down influences on visual processing », Nature Revi (...)

6Mais parler de l’imagerie mentale comme d’un processus descendant signifie plus que cela. Lorsque l’on parle d’un flux d’information descendant, on entend généralement que les connaissances emmagasinées sont appliquées aux stimuli actuellement traités. C’est pourquoi on dit de la perception qu’il s’agit d’un processus à la fois ascendant et descendant4. L’information captée par les organes sensoriels, la rétine dans le cas de la perception visuelle, ne remonte pas simplement et passivement vers les aires cérébrales responsables de la cognition. En fait, l’information déjà stockée est aussi appliquée à l’information qui remonte, afin d’en combler les lacunes et de la rendre plus stable. Or dire que l’imagerie mentale est un processus descendant veut également dire que, contrairement à la perception visuelle, il n’est pas déclenché par ce que l’on pourrait appeler un stimulus rétinien pertinent. Lorsque je vois un arbre, mon système visuel va construire une représentation mentale corrélée plus ou moins étroitement à l’arbre que j’observe. Cela signifie que si je regarde un arbre, je ne vais pas me représenter une créature dotée de quatre pattes, par exemple. En revanche, l’imagerie mentale désigne une activation du système visuel qui se fait en l’absence d’une telle corrélation : je peux en effet visualiser la maison de mon enfance sans actuellement percevoir cette maison. Cela n’implique pas que les stimuli ne peuvent jouer aucun rôle. En effet, voir une certaine couleur ou une certaine forme d’objet peut me conduire à me remémorer la maison dans laquelle j’ai grandi et, par conséquent, à la visualiser. Toutefois, même si un stimulus joue un rôle dans l’activation du processus d’imagerie mentale, il n’y a pas la même corrélation entre la représentation produite et l’apparence du stimulus que dans la perception visuelle.

  • 5  Celui de Stephen Kosslyn et ses collègues, voir S. M. Kosslyn, W. L. Thompson et G. Ganis, The Cas (...)

7On peut donc demander ce qui active le processus de l’imagerie mentale s’il ne s’agit pas d’un stimulus externe. La réponse est que le processus répond à la nécessité pour notre système cognitif de rendre un certain type d’information explicite et accessible. L’imagerie mentale est particulièrement adaptée à la mise en lumière de l’information concernant la forme et la position des choses. Selon l’un des modèles les plus achevés du processus de l’imagerie mentale5, ce type d’information n’est pas conservé de façon explicite dans les souvenirs visuels appartenant à la mémoire à long terme. C’est pourquoi est déclenché un flux descendant visant à activer les aires du cortex visuel capable de générer des images mentales dans lesquelles les propriétés recherchées sont explicites. On peut donc partiellement répondre à la question posée en disant que la mémoire à long terme joue un rôle très important dans le déclenchement du processus de l’imagerie mentale. Si l’on suit les conclusions de Kosslyn et ses collègues, il faut aussi reconnaître l’importance des besoins de notre système cognitif dans l’activation de l’imagerie mentale.

Similarités phénoménologiques

  • 6  D. Hume, Traité de la nature humaine, op. cit., p. 41‑42.

8Pour comprendre la définition que nous avons donnée de l’imagerie mentale, il faut également dire en quoi cette faculté utilise des mécanismes qui relèvent de la perception visuelle, ou en d’autres termes en quoi elle est quasi-perceptuelle. La première raison de dire que l’imagerie mentale est similaire à la perception visuelle, ou quasi-perceptuelle, tient à la qualité phénoménale des expériences produites par ces deux facultés. Beaucoup rapportent en effet que l’expérience psychologique des images mentales est au moins partiellement similaire à celle des perceptions visuelles. Selon David Hume6, la ressemblance entre les impressions (produites par la perception) et les images mentales (reproduites par l’imagerie mentale) est presque totale, à tel point qu’il est parfois difficile de les distinguer. Hume va jusqu’à dire qu’elles se correspondent exactement. Le seul moyen de les distinguer serait par leur degré de vivacité : les percepts seraient beaucoup plus vifs que les images mentales. Pour étayer la thèse selon laquelle la seule différence phénoménale pertinente entre ces deux types de représentations mentales est leur vivacité, Hume fait valoir l’existence de cas où ce critère ne s’applique pas. Si la thèse de Hume est correcte, alors les cas où les percepts et les images mentales ne diffèrent plus par leur vivacité devrait rendre la distinction impossible. On peut trouver la confirmation de cette prédiction dans un certain nombre de cas attestés où nous sommes incapables de différencier percepts et images mentales. Telle est la situation lorsque nous rêvons : le réveil est souvent nécessaire pour prendre conscience que les images mentales qui nous apparaissent ne correspondent pas à des objets perçus actuellement. On peut aussi penser à ce qui se produit lors de certains épisodes délirants, par exemple liés à un accès de fièvre. L’argument de Hume permet ainsi de montrer que la perception et l’imagerie mentale produisent des représentations qui sont phénoménalement très proches, si l’on met de côté leur degré de vivacité.

  • 7  C. W. Perky, « An experimental study of imagination », American Journal of Psychology, 21(3), 1910 (...)

9La thèse de la grande similarité phénoménale entre les produits de la perception visuelle et ceux de l’imagerie mentale est corroborée par une expérience réalisée par la psychologue C. W. Perky au début du XXe siècle7. Perky demandait à ses sujets de fixer du regard un point sur un écran et de visualiser des objets à cet endroit. Alors que les sujets suivaient les instructions, une forme colorée correspondant à l’objet devant être visualisé était projetée sur l’écran depuis l’arrière juste au-dessus du seuil normal de visibilité. Ainsi, lorsque l’on demandait aux sujets de visualiser une banane, une forme allongée jaune était projetée ; lorsqu’il s’agissait d’une tomate, un cercle rouge, etc. Dans la plupart des cas, les sujets ne se rendaient pas compte qu’ils étaient en train de percevoir des formes réellement présentes sur l’écran et pensaient que ce qu’ils voyaient étaient en fait le produit de leur faculté de visualisation mentale.

  • 8  S. J. Segal et S. Nathan, « The Perky Effect: Incorporation of an external stimulus into an imager (...)

10Ce résultat a été partiellement reproduit par Segal et Nathan8. Ces derniers rapportent en effet que certains sujets parvenaient à distinguer les percepts et les images mentales. Ce que l’on peut conclure de ces résultats n’est donc pas que les percepts et les images mentales sont toujours entièrement similaires d’un point de vue phénoménal. La conclusion est plutôt qu’il existe bien des cas où les sujets confondent ce qu’ils voient et ce qu’ils visualisent. On peut donc en inférer une similarité phénoménale partielle.

Similarités comportementales

11Mais la similarité phénoménale partielle entre l’imagerie mentale et la perception visuelle est insuffisante pour fonder la thèse selon laquelle la première est une faculté quasi-perceptuelle. En rester à cet argument reviendrait à faire reposer cette thèse sur des intuitions introspectives.

  • 9  S. A. Brandt et L. W. Stark, « Spontaneous eye movements during visual imagery reflect the content (...)

12On peut ajouter à la similarité phénoménale partielle des données expérimentales concernant le comportement lors des épisodes de perception visuelle ou d’imagerie mentale. Des études montrent ainsi que des saccades oculaires se produisent lorsque l’on visualise des objets avec les yeux fermés et que les mouvements observés correspondent à ceux qui ont lieu pendant la perception visuelle. Brandt et Stark ont ainsi montré que des mouvements oculaires spontanés pendant l’imagerie mentale correspondent à la scène visualisée9. Ils ont étudié le chemin parcouru par les yeux des sujets lorsqu’ils devaient regarder une grille en damier dont le motif était irrégulier. Ils ont ensuite comparé la forme du balayage visuel au chemin parcouru lorsque les sujets se contentent de visualiser la grille en son absence. Le chemin parcouru par les yeux dans la perception et la visualisation partageaient une grande similarité. Ces résultats montrent que la similarité entre imagerie mentale et perception visuelle n’est pas seulement phénoménale. Il y a aussi une grande similarité dans les comportements oculo-moteurs qui sont adoptés.

  • 10  S. J. Segal et V. Fusella, « Influence of imaged pictures and sounds on detection of auditory and (...)

13Un autre ensemble de données expérimentales, que l’on peut également considérer comme comportementales, montre qu’il existe des interférences entre la perception visuelle et l’imagerie mentale. Ce phénomène d’interférence est maintenant appelé « l’effet Perky » dans la littérature scientifique, bien qu’il diffère des conclusions que la psychologue du même nom avait tirées de l’expérience que nous avons précédemment décrite. L’effet Perky désigne plus précisément le fait que la génération d’une image mentale réduit la sensibilité aux stimuli visuels réels. En d’autres termes, le seuil de détection des stimuli visuels est augmenté lorsque l’imagerie mentale est utilisée en même temps que la perception visuelle. De nombreuses études ont montré l’existence de ce phénomène d’interférence10. Segal et Fusella ont par exemple reproduit le dispositif expérimental de Perky : les sujets étaient positionnés face à un écran et devaient ensuite visualiser certains objets sur cet écran. Dans la moitié des cas, un stimulus visuel représentant l’objet à visualiser était projeté sur l’écran. On leur demandait enfin, après qu’ils avaient décrit ce qu’ils avaient vu, si un stimulus avait été projeté. Le résultat de cette expérience était comparé au résultat d’une autre dans laquelle les sujets devaient seulement détecter la présence ou non d’un stimulus visuel sur l’écran, sans avoir à visualiser quoi que ce soit. Les auteurs ont observé que lors de l’expérience comprenant des visualisations, la sensibilité au stimulus était moins aiguë que lors de l’autre expérience.

14Ce type de données comportementales conduit à dire qu’il y a bien interférence entre l’imagerie mentale et la perception visuelle, interférence qui doit être comprise comme une augmentation du seuil de sensibilité aux stimuli visuels. Cette interprétation est d’autant plus convaincante que le phénomène d’interférence est restreint à une modalité sensorielle : les images mentales affectent la vue de façon bien plus explicite que les « images auditives » et vice-versa.

15Finalement, on peut aussi ranger dans la catégorie des données comportementales des résultats montrant que la perception visuelle et l’imagerie mentale partagent les mêmes limites. En d’autres termes, ces résultats montrent que l’imagerie mentale est déterminée par certaines contraintes que l’on retrouve également dans la perception visuelle.

  • 11  S. M. Kosslyn, « Measuring the visual angle of the mind’s eye », Cognitive Psychology, 10, 1978, p (...)

16Stephen Kosslyn11 a mis en place une série d’expériences reposant sur la tâche suivante : on a demandé aux sujets de fermer les yeux et de construire une image mentale d’un objet (qui était nommé ou montré) comme s’il était vu de loin. Ils devaient alors imaginer qu’ils marchaient vers l’objet de telle façon que celui-ci apparaisse de plus en plus grand. On demandait alors aux sujets si à un certain moment, ils arrivaient si proches de l’objet que celui-ci semblait déborder le champ de vision, de telle sorte que toutes ses parties ne puissent plus êtres vues simultanément. Tous les sujets ont rapporté avoir fait l’expérience de ce débordement du champ visuel. On demandait ensuite aux sujets d’arrêter de se rapprocher mentalement au point précis où le phénomène de débordement commençait. Ils devaient alors estimer la distance à laquelle ils seraient de l’objet s’ils le percevaient actuellement.

17Une expérience partiellement similaire a alors été réalisée, la différence fondamentale étant qu’il y avait cette fois des objets physiques « réels » accrochés au mur. Les sujets devaient se rapprocher de l’objet en question en fixant son centre et s’arrêter au moment où il ne leur était plus possible de percevoir la totalité de l’objet simultanément.

  • 12  Ibid., p. 384.

18Le résultat de cette série d’expériences est que « … les résultats obtenus lorsque les stimuli étaient perceptuellement présents étaient virtuellement identiques à ceux obtenus dans l’expérience d’imagerie correspondante12 ». En d’autres termes, les objets imaginés débordent le champ visuel à la même distance imaginée que les objets réels débordent le champ visuel dans la perception effective. Les contraintes visuelles et spatiales pesant sur le champ de vision sont par conséquent les mêmes dans l’imagerie mentale et la perception. En ce sens, imagerie mentale et perception sont aussi similaires sur le plan des comportements qu’elles produisent.

Similarités neurales

19Mais la raison principale d’affirmer que l’imagerie mentale fait appel à des mécanismes relevant également de la perception visuelle, c’est-à-dire qu’elle est similaire à la perception visuelle ou quasi-perceptuelle, doit être cherchée dans les données fournies par la neuropsychologie. C’est en effet en étudiant les corrélats neuraux de divers phénomènes et tâches psychologiques que les chercheurs ont découvert que l’imagerie mentale et la perception visuelle ont des corrélats neuraux en commun. Plus précisément, de multiples études portant sur la neurophysiologie de certains singes et des êtres humains ont montré que les aires du cerveau responsables de la perception visuelle et de l’imagerie mentale sont partiellement les mêmes.

  • 13  G. Goldenberg, I. Podreka, M. Steiner, K. Willmes, E. Suess et L. Deecke, « Regional cerebral bloo (...)

20Ainsi, Goldenberg et ses collègues13 ont utilisé la tomographie par émission monophotonique (TEMP ou SPECT) pour chercher à savoir quelles aires cérébrales sont activées lorsque les sujets utilisent l’imagerie pour répondre à des questions. Goldenberg et ses collègues ont comparé l’activité cérébrale lorsque les sujets répondent à deux types de questions. L’un des types requiert de visualiser l’objet ou les objets (comme « le vert des pins est-il plus sombre que le vert du gazon ? ») et l’autre type n’exige pas de visualisation (comme « l’impératif catégorique est-il une ancienne forme grammaticale ? »). Les questions nécessitant le recours à l’imagerie augmentent le flux sanguin dans les régions occipitales, relativement aux autres questions. Or les lobes occipitaux contiennent de nombreuses aires qui sont utilisées dans la perception visuelle.

  • 14  P. E. Roland et L. Friberg, « Localization of cortical areas activated by thinking », Journal of N (...)

21Roland et Friberg14 ont demandé à des sujets d’imaginer qu’ils marchaient le long d’un chemin à travers leur quartier, prenant d’abord à droite, plus à gauche, et ainsi de suite. Avant d’effectuer cette tâche d’imagination, les sujets ont respiré du xénon 133. Roland et Friberg ont ensuite comparé la structure du flux sanguin dans cette tâche d’imagerie spatiale avec la structure du flux sanguin apparaissant lorsque les sujets se reposent simplement avec les yeux fermés. Ils ont trouvé que l’imagerie mentale visuelle produit une augmentation du flux sanguin dans certaines parties du lobe occipital, du lobe pariétal et du lobe temporal. Or il y a des preuves que les parties de ces lobes qui sont activées pendant la tâche d’imagerie mentale sont également utilisées dans la perception visuelle.

  • 15  S. M. Kosslyn, W. L. Thompson et G. Ganis, The Case for Mental Imagery, op. cit ; I. P. Winlove Cr (...)
  • 16  G. Ganis, W. L. Thompson et S. M. Kosslyn, « Brain areas underlying visual mental imagery and visu (...)

22Le fait que les aires responsables de la perception et de la reconnaissance visuelles sont aussi mobilisées lors des tâches d’imagerie mentale est aussi mis en lumière par des études plus récentes15. Néanmoins, il faut bien préciser que l’identité des aires liées à la perception et à l’imagerie n’est que partielle. Des études montrent en effet des différences notables entres les corrélats neuraux de ces deux facultés. Ainsi, Ganis, Thompson et Kosslyn16 ont trouvé que le gyrus occipital inférieur et le gyrus occipital supérieur droit sont activés par la perception visuelle, mais non par l’imagerie mentale. C’est aussi le cas, dans une moindre mesure, du gyrus occipital moyen, gyrus occipital supérieur gauche, gyrus lingual et le cuneus. Les auteurs proposent aussi une explication fonctionnelle de ces divergences entre les corrélats de la perception visuelle et de l’imagerie mentale. Les régions uniquement activées lors de la perception visuelle seraient celles qui sont impliquées dans des opérations perceptuelles visant à faciliter la détection ou l’identification d’objets (par exemple la catégorisation rapide des objets grâce à leurs propriétés de surface). De telles fonctions ne seraient pas requises par l’imagerie mentale car les images mentales ne doivent pas être détectées ou identifiées. En effet, lorsque l’on visualise volontairement un objet qui est absent, on sait déjà quel objet est visualisé.

23Nous comprenons dès lors plus en détail la définition donnée à la faculté d’imagerie mentale au début de l’article. Il s’agit d’une faculté quasi-perceptuelle, en vertu des ressemblances phénoménales, comportementales et neurales entre elle et la perception visuelle. De plus, c’est une faculté descendante parce qu’elle n’est pas déclenchée par la remontée d’un stimulus rétinien pertinent, mais plutôt par la nécessité de réactiver des connaissances se trouvant dans la mémoire.

2. L’imagerie mentale est-elle une simulation de la perception ?

24Une façon intéressante d’interpréter la proximité entre l’imagerie mentale et la perception visuelle consiste à dire que la première simule. Cette position est une application particulière d’une conception plus générale qui consiste à voir l’imagination comme capable de simuler des états mentaux non-imaginatifs, par exemple la perception et la croyance.

  • 17  M. Arcangeli, « The Two Faces of Mental Imagery », Philosophy and Phenomenological Research, 101/2 (...)

25Pour comprendre qu’une théorie générale de l’imagination puisse s’appliquer à l’imagerie mentale, il faut bien sûr considérer que la deuxième est une sous-espèce de la première. Il faut ainsi adhérer à l’idée que l’imagerie mentale est une certaine forme d’imagination : on considère souvent qu’il s’agit d’une « imagination sensorielle »17.

26Pour déterminer précisément ce que veut dire une telle affirmation, la première étape est de comprendre ce que l’on entend par le terme « simulation ». De façon plus déterminée, il faut comprendre quel est le sens de ce terme lorsqu’on cherche à l’appliquer à l’imagerie mentale. Nous allons examiner trois façons de définir le type de simulations qui est ici pertinent. Cela nous permettra de nous demander si au moins l’une de ces trois définitions est susceptible d’être appliquée avec succès à l’imagerie mentale.

Trois définitions de la simulation

27La première définition à laquelle nous allons nous intéresser a été formulée par Jane Heal. Il est utile de remarquer que cette définition n’a pas été proposée pour capturer en particulier le rapport entre imagerie mentale et perception visuelle. Il s’agit d’une définition beaucoup plus générale de ce qu’est une simulation, ce qui explique son abstraction :

  • 18  J. Heal, « Simulation, theory and content », in P. Carruthers et P.K. Smith (eds.), Theories of Th (...)

D1 : Une simulation Y de X est quelque chose qui est suffisamment similaire à X dans sa nature intrinsèque pour que les tendances au développement diachronique qui sont inhérentes à X aient des équivalents dans Y18.

28Cette définition soulève au moins deux problèmes. Le premier est de savoir s’il y a une restriction du type de choses pouvant être une simulation. En d’autres termes, Y peut-il être un objet, un processus, un être vivant, un objet inanimé ou s’agit-il d’une variable ayant un champ d’interprétation limité ? Nous laisserons ici ce problème de côté. La deuxième difficulté tient à la signification de l’expression « les tendances au développement diachronique qui sont inhérentes à X ». En quoi consistent de telles tendances ? Si nous voulons pouvoir évaluer l’application de cette définition à l’imagerie mentale, il nous faut préciser ce point.

  • 19  C. Abell et G. Currie, « Internal and External Pictures », Philosophical Psychology, 12(4), 1999, (...)
  • 20  Ibid., p. 437.

29Or dans leur discussion de cette définition, Catharine Abell et Gregory Currie19 donnent une interprétation de cette formule : « Lorsque je simule votre prise de décision, je passe par un processus similaire au processus par lequel vous pensez lorsque vous prenez une décision ; lorsque j’ai une image mentale d’un tigre, mes processus visuels de haut niveau sont affectés d’une façon très similaire à celle dont ils seraient affectés si je voyais réellement un tigre »20. Les tendances au développement diachronique sont donc interprétées comme signifiant dans le cas des images mentales la stimulation des processus visuels supérieurs (de haut niveau). Ces processus se réfèrent aux opérations cognitives qui sont appliquées aux informations visuelles et qui sont plus complexes que le traitement de l’information visuelle effectué dans le cortex visuel primaire. La reconnaissance visuelle des objets et des emplacements dépend ainsi de ces processus. On considère généralement que ces processus ont pour corrélat neuraux les aires visuelles dites de haut niveau, situées dans les lobes pariétal, temporal et frontal.

  • 21  S. M. Kosslyn, W. L. Thompson et G. Ganis, The Case for Mental Imagery, op. cit., p. 151‑152.

30On pourrait se demander pourquoi l’interprétation d’Abell et Currie fait uniquement mention des processus visuels de haut niveau et non de ceux qui relèvent de niveaux plus bas. Ces processus sont ceux qui consistent à distinguer la figure et le fond, ainsi qu’à détecter les objets. Pour justifier cette restriction, on peut arguer du fait que les processus visuels de bas niveaux ont pour fonction de traiter l’information qui vient de la rétine. Cette information doit subir un travail d’organisation, afin de pouvoir être interprétée par les aires visuelles supérieures. Or l’imagerie mentale fait intervenir des images qui ont déjà été organisées et ont été conservées dans la mémoire. De plus, dans la mesure où l’imagerie mentale est un processus volontaire, le travail de reconnaissance de l’objet imaginé est probablement facilité. Comme le disent Kosslyn, Thomson et Ganis : « Ces résultats démontrent que les deux systèmes se recouvrent seulement partiellement, ce qui ne devrait pas être une surprise : l’imagerie s’appuie sur de l’information conservée qui a déjà été organisée, alors que la perception requiert de séparer la figure du fond, ainsi que reconnaître et identifier un objet perçu »21.

31Si l’on prend en compte l’interprétation d’Abell et Currie, on peut reformuler la définition précédemment donnée de la façon suivante :

D1’ : Une simulation Y de X, où X est un processus de perception visuelle, est quelque chose qui est suffisamment similaire à X dans sa nature intrinsèque pour que les mêmes processus visuels de haut niveau qui sont activés lors de X soient activés dans Y.

32On en arrive donc à une définition de la simulation qui a perdu son caractère de grande généralité et s’applique uniquement à l’imagerie mentale. L’avantage de cette définition est qu’elle est suffisamment précise pour la mettre à l’épreuve des données empiriques. En effet, si l’imagerie mentale simule bien la perception visuelle, alors les tâches d’imagerie mentale doivent s’accompagner de l’activation des mêmes aires visuelles de haut niveau que la perception visuelle.

33La deuxième définition de la simulation que nous allons étudier est tirée du livre de Gregory Currie et Ian Ravenscroft, Recreative Minds. L’idée principale est que les différents types d’états mentaux ou de processus mentaux qui surviennent dans notre esprit sont caractérisés au moins par deux choses : ils présentent des informations d’une certaine façon et ils permettent de transformer cette information selon un mode qui leur est propre. Dès lors, une faculté de simulation mentale doit, pour pouvoir imiter ces états et ces processus psychologiques, imiter ces deux propriétés. Cela vaut aussi bien pour la simulation de croyances et de désirs que pour la simulation d’états perceptifs, comme ceux qui relèvent de la perception visuelle. On peut dire qu’il s’agit d’une condition liée aux capacités mentales et la définition de la simulation mentale doit donc prendre cela en compte.

  • 22  G. Currie et I. Ravenscroft, Recreative Minds, Oxford, Clarendon Press, 2002, p. 66.

34Mais, la définition de la simulation mentale n’est pas contrainte d’en rester aux capacités. Comme le soulignent Currie et Ravenscroft, certains théoriciens simulationnistes pensent que l’examen de la simulation mentale doit aussi s’accompagner d’une étude des mécanismes neuraux qui sont mobilisés lors des épisodes pertinents22. Ces mécanismes pourraient être activés « hors ligne », ce qui signifie qu’ils pourraient être activés sans pour autant être connectés aux systèmes qui produisent nos mouvements et nos actions. Ainsi, si je visualise un tigre menaçant face à moi ou un véhicule fonçant vers moi, je ne me mettrai pas à courir pour échapper au danger. Cet exemple permet de montrer qu’il semble effectivement y avoir une déconnexion entre le produit de la simulation, une image mentale dans ce cas, et la réaction émotionnelle et motrice qui suivrait une perception visuelle actuelle. Il s’agirait là d’une des différences les plus importantes entre, par exemple, la perception visuelle et l’imagination sensorielle visuelle, dont ferait partie l’imagerie mentale.

35Néanmoins, deux options sont possibles lorsque l’on cherche à explorer les mécanismes qui expliquent la simulation des capacités mentales. La première branche de l’alternative dit que les mécanismes neuraux qui sous-tendent la capacité originelle et la simulation de cette capacité sont les mêmes, tandis que la deuxième branche est que le mécanisme mobilisé par la simulation est distinct de celui qui correspond à la capacité cible. Il est nécessaire d’expliciter plus en détail ces deux options. Concernant la première, Currie et Ravenscroft précisent qu’il faut que les états mentaux et les simulations de ces états suivent un chemin différent vers le système de transformation de l’information. De plus, il doit aussi y avoir une « sortie latérale » pour les produits de la simulation.

36Currie et Ravenscroft donnent deux raisons qui rendent, selon eux, la première option plus vraisemblable. La première s’appuie sur le caractère économique de l’hypothèse selon laquelle il n’y a qu’un seul mécanisme en jeu. Il est en effet plus coûteux de postuler deux mécanismes qu’un seul. Or il semble acceptable de postuler que, si le cerveau peut accomplir certaines fonctions au moyen d’un seul système neural, il n’en utilisera pas deux. La deuxième s’appuie sur une observation faite au sujet de la simulation de la prise de décision. Pour prendre une décision à partir de croyances ou désirs simulés, il faut aussi prendre en compte un nombre important de croyances et de désirs réels. Ainsi, lorsqu’un enfant fait semblant d’être dans un bateau au milieu de la mer, il mobilise ses croyances concernant les propriétés de l’eau, les mouvements des vagues, etc. Il fait intervenir tout un ensemble de connaissances ou croyances qui ne sont pas feintes ou simulées concernant le monde. L’argument de Currie et Ravenscroft est que, si les mécanismes qui sous-tendent les capacités cibles et les capacités de simulation sont entièrement distincts, il est difficile de rendre compte de ce phénomène. En effet, si le système neural responsable de la simulation est entièrement séparé, alors il ne devrait pas pouvoir prendre comme entrées des croyances non-feintes. Mais si l’on accepte que le mécanisme responsable de la simulation peut prendre comme entrée de telles croyances, alors ce mécanisme accomplit une fonction qui pourrait être réalisée par le mécanisme en charge de la prise de décision non-simulée. Il semble alors superflu de postuler l’existence de deux mécanismes qui partagent le même fonctionnement et les mêmes capacités.

37En somme, la définition de la simulation que l’on peut tirer de l’ouvrage de Currie et Ravenscroft est la suivante :

D2 : Y est une simulation de X (i) si et seulement si Y présente et permet de transformer l’information de la même manière que X et (ii) si les mécanismes neuraux correspondant à Y sont les mêmes que ceux qui correspondent à X.

  • 23  A. Goldman, Simulating Minds: The Philosophy, Psychology, and Neuroscience of Mindreading, Oxford, (...)

38La troisième des définitions de la simulation auxquelles nous allons nous intéresser est due à Alvin Goldman. Cette troisième définition associe la caractérisation du processus de simulation à celle des produits de ce processus. En ce sens, il y a au moins deux parties importantes d’une simulation. La première est que « … le processus P est une simulation d’un autre processus P’ si P copie, reproduit ou ressemble à P’ sous certains aspects pertinents (qui sont relatifs aux buts ou à la fonction de la tâche). La précision “sous certains aspects pertinents” permet au processus simulateur de ne correspondre qu’imparfaitement au processus simulé »23.

39Pour ce qui est de l’imagination ou de l’imagerie mentale, Goldman précise que les « aspects pertinents » n’incluent pas la phénoménologie. Ce rejet tient au fait que Goldman veut laisser ouverte la possibilité que les produits d’un processus de simulation mental soient inconscients. De plus, selon lui, même en ce qui concerne les produits d’une simulation qui sont conscients, l’affirmation d’une similarité phénoménologique entre eux et leurs cibles est douteuse. Les aspects pertinents sur lesquels il insiste sont donc fonctionnels et neuraux.

  • 24  Ibid., p. 150.

40Mais, il faut ajouter quelque chose à ce que nous avons dit sur la définition de Goldman. Celui-ci ne fait pas porter sa définition exclusivement sur le processus de simulation. Le produit de ce processus en fait également partie. C’est pourquoi il écrit : « Ce qui en fait une simulation est sa manière descendante (par opposition à ascendante) de produire l’état en question, manière de produire qui a pour but explicite – ou au moins la fonction- de reproduire des états produits de façon habituelle »24. En somme, ce qui fait d’une opération mentale la simulation d’une autre opération, ce sont non seulement les ressemblances neurales et fonctionnelles, mais aussi la similarité des états mentaux produits.

41Pour ce qui est des ressemblances neurales entre l’imagerie mentale et la perception visuelle, Goldman s’appuie en grande partie sur les études que nous avons déjà détaillées dans la partie précédente. Cela lui permet de conclure qu’il y a effectivement une similarité entre les corrélats neuraux de la perception visuelle et ceux de l’imagerie mentale.

  • 25  R. Shepard et L. Cooper, Mental Images and their Transformations, Cambridge, MA, MIT Press, 1982.

42En ce qui concerne les ressemblances fonctionnelles entre ces deux facultés, Goldman utilise le raisonnement suivant. Il part des résultats des travaux du psychologue Roger Shepard et ses collaborateurs sur la rotation mentale. Dans ces expériences, on montre aux sujets deux dessins représentants des objets en trois dimensions, dont l’orientation est différente. La tâche est, pour les sujets, de déterminer si les deux dessins représentent le même objet ou non. Plus précisément, il s’agit de déterminer si la structure physique des objets dans les deux dessins est la même. Les résultats des expériences montrent que le temps pris par les sujets pour répondre est proportionnel à l’écart angulaire entre les deux formes dessinées. Pour Shepard et ses collègues, la meilleure interprétation de ces résultats est que les sujets font tourner des images mentales des objets dessinés jusqu’à ce que ceux-ci aient la même orientation spatiale. C’est ce processus qui permettrait de faire des comparaisons entre les dessins25.

43Goldman ajoute que la rotation d’images mentales, dans ces expériences, a permis aux sujets de répondre à la question posée avec un pourcentage de succès très élevé. Selon Goldman, ce pourcentage est très proche de celui qui aurait été obtenu si les réponses s’étaient appuyées sur la perception actuelle de la rotation des objets. En d’autres termes, imaginer la rotation d’objets grâce à des images mentales et voir ces objets tourner réellement produirait des résultats assez semblables. C’est là, pour Goldman, la preuve qu’il y a une similarité fonctionnelle entre perception visuelle et imagerie mentale. On pourrait expliquer cela en disant que l’une des fonctions principales, si ce n’est pas la fonction principale, de la perception visuelle est de nous donner des informations sur les états de faits qui sont actuellement perceptibles. Or, l’imagerie mentale remplirait la même fonction vis-à-vis des états de faits qui ne sont pas actuellement perceptibles.

44La définition de la simulation mentale que nous pouvons tirer du travail de Goldman est la suivante :

D3 : Le processus Y est une simulation du processus X si et seulement si (i) Y est au moins partiellement similaire à X sous l’aspect de ses corrélats neuraux et (ii) si Y produit des états mentaux qui ont le même rôle fonctionnel que ceux produits par X.

Quelle définition choisir ?

45La composante qui revient de façon nette dans chacune des trois définitions que nous avons données est la composante neurale. Certes, le degré de précision de la similarité entre les corrélats neuraux de la perception visuelle et de l’imagerie mentale varie selon les auteurs. Selon D1, seuls les processus visuels de haut niveau doivent être activés par la simulation de l’imagerie mentale. Cela implique que seules les zones cérébrales responsables de ces processus, et non toutes les zones correspondant au traitement de l’information visuelle, doivent être activées par l’imagerie mentale. Au contraire, D2 et D3 contiennent une contrainte plus générale concernant les corrélats neuraux pertinents. Mais, l’idée générale est qu’il doit y avoir une similarité au moins partielle entre ces corrélats pour que l’imagerie mentale soit une simulation de la vision.

46La deuxième caractéristique importante apparaît sous des formes différentes dans les définitions D2 et D3. Dans D2, l’accent est mis sur la similarité de la façon dont l’information est présentée et transformée dans la perception visuelle et l’imagerie mentale, tandis que, dans D3, c’est plutôt le rôle fonctionnel de ces facultés qui est mis en exergue. Il semble que parler de la présentation de l’information fasse aussi référence à la dimension phénoménale de l’accès à l’information. Au contraire, la notion de fonction ou de rôle fonctionnel peut se comprendre comme excluant toute considération phénoménale. La question est donc de savoir s’il faut inclure dans notre définition une condition concernant la similarité phénoménale entre perception visuelle et imagerie mentale.

47Dans la partie précédente, nous avons mentionné des arguments et des données expérimentales pour défendre la thèse selon laquelle il y a une similarité phénoménale entre les deux facultés. Malgré tout cela, il faut être prudent : ce que ces arguments et données établissent est qu’il existe des cas où les sujets confondent l’imagerie mentale et la perception visuelle. Néanmoins, il faut préciser que la plupart des expériences récentes concernant les rapports non-neuraux entre ces deux facultés montrent plutôt l’existence d’interférences, au sens où le maintien d’une image mentale pendant l’exécution d’une tâche mobilisant la perception visuelle fait baisser l’acuité visuelle des sujets. Ces expériences ne concluent ainsi pas sur la confusion systématique, chez les sujets, entre percepts visuels et images mentales. Il faut donc rester prudent sur la similarité phénoménale entre les produits des deux facultés. Il nous semble pour cette raison plus judicieux de ne pas inclure de condition concernant la similarité phénoménale dans notre définition de la simulation psychologique.

48Nous pouvons donc reprendre la définition D3 pour arriver à une définition pleinement convaincante de la simulation psychologique :

D3 : Le processus Y est une simulation du processus X si et seulement si (i) Y est au moins partiellement similaire à X sous l’aspect de ses corrélats neuraux et (ii) si Y produit des états mentaux qui ont le même rôle fonctionnel que ceux produits par X.

49Concernant la première condition dans la définition, nous avons déjà fait une liste d’études montrant que certaines parties du cerveau responsables de la perception visuelle sont aussi mobilisées par l’imagerie mentale.

La définition est-elle satisfaite par les données empiriques ?

  • 26  R. Koenig-Robert et J. Pearson, « Why do imagery and perception look and feel so different? », Phi (...)

50Néanmoins, il faut noter que certaines découvertes récentes suggèrent que la perception et l’imagerie mentale utilisent les mêmes aires, mais non exactement les mêmes parties de ces aires. On trouve une discussion de ces études dans un article de Koenig-Robert et Pearson26.

  • 27  Les signaux feedforward sont, dans ce cas, ceux qui sont envoyés vers les aires de traitement supé (...)

51Il y a un consensus parmi les neuroscientifiques sur le fait que la perception visuelle fait intervenir à la fois des signaux feedforward et feedback27. Au contraire, le manque de stimulation rétinienne dans l’imagerie mentale implique qu’elle doit être activée par des signaux feedback venant des aires cérébrales de haut niveau. Pourtant, des études utilisant l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle ont apporté des résultats qui semblent montrer que tous les signaux feedback n’activent pas les mêmes couches du cortex visuel primaire selon les fonctions cognitives auxquelles ils correspondent.

  • 28  J. Bergmann, A. T. Morgan et L. Muckli, « Two distinct feedback codes in V1 for ‘real’ and ‘imagin (...)

52Une étude a récemment comparé un phénomène visuel et une tâche d’imagerie mentale28. De façon à cibler les signaux feedback dans la perception visuelle, le phénomène perceptuel étudié était ce qu’on appelle « l’effet néon », dans lequel une couleur semble s’étendre par diffusion sur une surface délimitée par des contours subjectifs. Dans la mesure où il s’agit d’un phénomène relevant de certains aspects top-down de la perception, on peut l’utiliser pour étudier les signaux feedback qui entrent en jeu dans la vision. On a ainsi présenté aux sujets des images déclenchant des illusions de couleurs différentes (vert ou rouge). On leur a ensuite demandé d’imaginer des zones vertes ou rouges au même endroit. Le résultat est que l’information concernant les couleurs imaginées était liée aux couches corticales profondes de V1, tandis que l’information concernant les couleurs intervenant dans la perception était localisée dans les couches superficielles. Les chercheurs en ont conclu qu’il y a une différence entre les signaux feedback de la perception et de l’imagerie mentale, dont le signe est qu’elles sont localisées dans différentes couches de la même aire corticale.

  • 29  F. Aitken, G. Menelaou, O. Warrington, R. S. Koolschijn, N. Corbin, M. F. Callaghan et P. Kok, « P (...)

53D’autres études semblent corroborer cette conclusion. Dans un autre travail29 (Aitken et al., 2020), les auteurs ont utilisé un signal donnant une indication sur l’orientation d’une figure apparaissant ensuite dans 75% des essais. Dans les 25% restant des essais, aucune figure n’était montrée. Pourtant, un signal BOLD (blood-oxygen-level dependent) lié à une attente d’orientation était enregistré. Les chercheurs ont trouvé que, dans les 25% de cas où des stimuli ascendants n’étaient pas montrés aux sujets, le signal BOLD reflétant l’orientation attendue du stimulus absent était localisé dans les couches profondes de V1. Au contraire, lorsqu’un stimulus était effectivement présenté aux sujets, l’activité liée à l’orientation avait lieu dans toutes les couches de V1.

  • 30  S. J. Lawrence, D. G. Norris et F. P. de Lange, « Dissociable laminar profiles of concurrent botto (...)
  • 31  L. Muckli, F. De Martino, L. Vizioli, L. S. Petro, F. W. Smith, K. Ugurbil et E. Yacoub, « Context (...)

54Pour affirmer que les signaux feedback utilisés dans la perception sont moins localisés dans les couches les plus profondes de V1 que ceux utilisés dans l’imagerie mentale, on peut s’appuyer sur une étude utilisant une tâche de discrimination de l’orientation d’une grille30. Les auteurs en ont conclu que cette tâche mobilisait plus fortement du feedback dans les couches superficielles, davantage associées à la perception qu’à l’imagerie mentale. De même, une autre étude31 a utilisé des images de scènes naturelles partiellement cachées pour étudier la localisation des signaux feedback utilisés dans la perception visuelle. Dans la mesure où les parties cachées des images montrées aux sujets devaient être remplies par leur système perceptif, ce dispositif devait permettre d’étudier les informations envoyées par les aires supérieures aux aires visuelles inférieures. Les auteurs ont montré que les couches qui reçoivent ces informations descendantes sont les couches superficielles. On peut donc en conclure que les processus de feedback spécifiques à la perception visuelle correspondent davantage aux couches supérieures qu’aux couches profondes dans le cortex visuel.

55Il faut certes être prudent concernant les conclusions que nous tirons de ces travaux. Il serait prématuré de considérer la spécificité des couches corticales vis-à-vis des signaux de feedback comme définitivement démontrée. Néanmoins, ce qui semble émerger des études récentes est que le feedback déclenché par le traitement de la perception visuelle semble être davantage lié aux couches superficielles de V1. En revanche, les signaux de feedback correspondant à des représentations générées de façon interne, comme l’imagerie mentale, semblent viser les couches corticales profondes. C’est notamment l’interprétation de Koenig-Robert et Pearson.

56La question soulevée par ces travaux est de savoir s’ils rendent caduque la thèse selon laquelle l’imagerie mentale est une simulation de la perception visuelle. La raison pour laquelle ce problème se pose est que la définition choisie de la simulation psychologique contient une condition exigeant que le simulateur partage au moins partiellement les corrélats neuraux du simulé. Or on pourrait penser que le fait que le feedback perceptif soit principalement localisé dans certaines couches corticales et le feedback imaginatif dans d’autres couches implique que ces deux facultés ne partagent pas les mêmes corrélats.

57Pour répondre à cet argument, on peut avancer l’objection suivante. Même s’il se révèle vrai que la perception visuelle et l’imagerie mentale ne sont pas corrélées aux mêmes couches du cortex visuel, il n’en reste pas moins que, dans les deux cas, ce sont des couches de V1 qui sont activées. En d’autres termes, l’imagerie mentale n’utilise pas les mêmes couches corticales que la perception visuelle, mais elle utilise bien la même aire du cortex visuel primaire. Or la définition que nous avons choisie exige uniquement que Y ressemble partiellement à X sous l’aspect de ses corrélats neuraux. Elle ne précise pas le degré de précision de cette ressemblance, ce qui veut dire qu’elle n’indique pas si la ressemblance doit être comprise en termes d’aires ou de couches corticales. Nous pensons que l’identité des aires est suffisante pour qu’il y ait une ressemblance entre les corrélats neuraux des deux facultés.

58De plus, il faut ajouter que la définition exigeait une ressemblance partielle et non totale. Or, les études s’accordent à dire que les aires visuelles de haut niveau sont les mêmes dans la perception et l’imagerie. Il existe donc déjà une ressemblance partielle entre les corrélats neuraux des deux facultés au niveau des aires de haut niveau. Par conséquent, une différence de couches corticales entre l’imagerie mentale et la perception visuelle n’implique pas qu’il n’y a aucune ressemblance entre leurs corrélats : elle implique plutôt que la ressemblance n’est pas totale ou entière. Or, cette conclusion ne constitue pas une objection contre la thèse selon laquelle l’imagerie mentale est une simulation de la vision perceptive. Nous considérons donc que la littérature scientifique confirme la première condition de la définition D3.

59Qu’en est-il alors de la deuxième condition, qui concerne le rôle fonctionnel de l’imagerie mentale : cette condition est-elle satisfaite par les données empiriques ? Nous avons déjà décrit dans la partie précédente la littérature montrant qu’il y a des similitudes comportementales entre les effets de l’imagerie mentale et ceux de la perception visuelle. Les études que nous avons mentionnées concernent les saccades oculaires, les phénomènes d’interférence et les limites des deux facultés. Or les comportements produits constituent un bon indice du rôle fonctionnel d’un processus mental. Par conséquent, les résultats empiriques mentionnés nous paraissent suffisants pour pouvoir affirmer que la deuxième condition de la définition D3 est satisfaite.

Conclusion

60L’apport des sciences cognitives, qu’il s’agisse de données comportementales ou neurales, permet bien de faire avancer notre compréhension du rapport entre perception et imagerie mentale. D’une part, ces données permettent de confirmer le rapprochement de ces deux facultés, ce qui confirme un certain nombre d’intuitions philosophiques. C’est ainsi que nous avons montré que l’imagerie mentale peut être décrite comme une faculté quasi-perceptuelle. D’autre part, les sciences cognitives donnent les ressources pour interroger plus précisément la signification de ce rapprochement. À la lumière des données qu’elles nous fournissent, il apparaît en effet raisonnable d’interpréter cette quasi-perceptualité comme signifiant que l’imagerie mentale est une simulation de la perception visuelle.

Haut de page

Notes

1  L’expression « imagerie mentale » désigne aujourd’hui ce que l’on appelait plutôt « imagination » dans les écrits d’Aristote, Descartes, Hobbes, Locke, etc.

2  L’exemple le plus évident est probablement la théorie de l’esprit humain développée par David Hume, qui fait de celui-ci un théâtre où interagissent des impressions et des copies de ces impressions, qui sont des idées (cf. Traité de la nature humaine, livre I, trad. Ph. Baranger et Ph. Saltel, Paris, GF-Flammarion, 1995 (travail original publié en 1739), Première Partie, Section 1). Mais, Hobbes a aussi consacré des analyses à cette question dans le Léviathan.

3  S. M. Roldan, « Object Recognition in Mental Representations: Directions for Exploring Diagnostic Features Through Visual Mental Imagery », Frontiers in Psychology, 8, 2017, p. 830.

4  Par exemple dans C. D. Gilbert et W. Li, « Top-down influences on visual processing », Nature Reviews Neuroscience, 14, 2013, p. 350‑363.

5  Celui de Stephen Kosslyn et ses collègues, voir S. M. Kosslyn, W. L. Thompson et G. Ganis, The Case for Mental Imagery, Oxford, Oxford University Press, 2006.

6  D. Hume, Traité de la nature humaine, op. cit., p. 41‑42.

7  C. W. Perky, « An experimental study of imagination », American Journal of Psychology, 21(3), 1910, p. 422‑452.

8  S. J. Segal et S. Nathan, « The Perky Effect: Incorporation of an external stimulus into an imagery experience under placebo and control conditions », Perceptual and Motor Skills, 18, 1964, p. 385‑395.

9  S. A. Brandt et L. W. Stark, « Spontaneous eye movements during visual imagery reflect the content of the visual scene », Journal of Cognitive Neuroscience, 9(1), 1997, p. 27‑38.

10  S. J. Segal et V. Fusella, « Influence of imaged pictures and sounds on detection of auditory and visual signals », Journal of Experimental Psychology, 83, 1970, p. 458‑464. Mais voir aussi A. Reeves, R. Grayhem et C. Craver-Lemley, « The Perky effect revisited: Imagery hinders perception at high levels, but aids it at low », Vision Research, 167, 2020, p. 8‑14.

11  S. M. Kosslyn, « Measuring the visual angle of the mind’s eye », Cognitive Psychology, 10, 1978, p. 356‑389.

12  Ibid., p. 384.

13  G. Goldenberg, I. Podreka, M. Steiner, K. Willmes, E. Suess et L. Deecke, « Regional cerebral blood flow patterns in visual imagery », Neuropsychologia, 27, 1989, p. 641‑664.

14  P. E. Roland et L. Friberg, « Localization of cortical areas activated by thinking », Journal of Neurophysiology, 53, 1985, p. 1219‑1243.

15  S. M. Kosslyn, W. L. Thompson et G. Ganis, The Case for Mental Imagery, op. cit ; I. P. Winlove Crawford, F. Milton, J. Ranson, J. Fulford, M. MacKisack, F. Macpherson et A. Zeman, « The neural correlates of mental imagery: A co-ordinate-based meta-analysis », Cortex, volume 105, 2018, p. 4‑25.

16  G. Ganis, W. L. Thompson et S. M. Kosslyn, « Brain areas underlying visual mental imagery and visual perception: an fMRI study », Cognitive Brain Research, 20, 2004, p. 226‑241.

17  M. Arcangeli, « The Two Faces of Mental Imagery », Philosophy and Phenomenological Research, 101/2, 2019, p. 304‑322.

18  J. Heal, « Simulation, theory and content », in P. Carruthers et P.K. Smith (eds.), Theories of Theories of Mind. Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

19  C. Abell et G. Currie, « Internal and External Pictures », Philosophical Psychology, 12(4), 1999, p. 429‑445.

20  Ibid., p. 437.

21  S. M. Kosslyn, W. L. Thompson et G. Ganis, The Case for Mental Imagery, op. cit., p. 151‑152.

22  G. Currie et I. Ravenscroft, Recreative Minds, Oxford, Clarendon Press, 2002, p. 66.

23  A. Goldman, Simulating Minds: The Philosophy, Psychology, and Neuroscience of Mindreading, Oxford, Oxford University Press, 2006, p. 156.

24  Ibid., p. 150.

25  R. Shepard et L. Cooper, Mental Images and their Transformations, Cambridge, MA, MIT Press, 1982.

26  R. Koenig-Robert et J. Pearson, « Why do imagery and perception look and feel so different? », Phil. Trans. R. Soc. B, 376, 2021, 20190703.

27  Les signaux feedforward sont, dans ce cas, ceux qui sont envoyés vers les aires de traitement supérieures. Au contraire, les signaux feedback sont ceux qui sont renvoyés vers les aires de bas niveau dans le but d’adapter les entrées du système venant de la rétine.

28  J. Bergmann, A. T. Morgan et L. Muckli, « Two distinct feedback codes in V1 for ‘real’ and ‘imaginary’ internal experiences », BioRxiv, 2019, 664870.

29  F. Aitken, G. Menelaou, O. Warrington, R. S. Koolschijn, N. Corbin, M. F. Callaghan et P. Kok, « Prior expectations evoke stimulus templates in the deep layers of V1 », PLoS Biol, 18(12), 2020.

30  S. J. Lawrence, D. G. Norris et F. P. de Lange, « Dissociable laminar profiles of concurrent bottom-up and top-down modulation in the human visual cortex », eLife, 8, e44422, 2019.

31  L. Muckli, F. De Martino, L. Vizioli, L. S. Petro, F. W. Smith, K. Ugurbil et E. Yacoub, « Contextual feedback to superficial layers of V1 », Curr. Biol. 25, 2015, p. 2690‑2695.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sacha BEHREND, « Le rapport entre imagerie mentale et perception à la lumière des sciences cognitives »Philonsorbonne, 16 | 2022, 13-30.

Référence électronique

Sacha BEHREND, « Le rapport entre imagerie mentale et perception à la lumière des sciences cognitives »Philonsorbonne [En ligne], 16 | 2022, mis en ligne le 27 février 2022, consulté le 28 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/philonsorbonne/2055 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philonsorbonne.2055

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search