Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16DOSSIER : "RECHERCHES PHÉNOMÉNOLO...« Recherches phénoménologiques » ...

DOSSIER : "RECHERCHES PHÉNOMÉNOLOGIQUES"

« Recherches phénoménologiques » ‒ Présentation du dossier

Circé FURTWÄNGLER
p. 209-211

Résumé

L’histoire française de la phénoménologie est aujourd’hui documentée par plusieurs travaux récents, qui visent à en restituer l’unité, par-delà les lignes de rupture qui ont pu faire conclure un temps à son éclatement, à son dépassement supposé par le post-structuralisme, ou encore à son accomplissement par les philosophies présentées aujourd’hui comme des « post-phénoménologies » ou des « nouvelles phénoménologies ».

Les travaux de ce dossier, loin de prétendre fournir la clef d’un sens unique au mouvement phénoménologique, ont cherché à présenter avant tout des pratiques de la phénoménologie, par-delà les traditions nationales et les idiosyncrasies. Ce faisant, c’est aussi une histoire de la phénoménologie qui est dessinée en creux par ces recherches, qui valent comme autant de développements du motif du « retour aux choses mêmes » que la phénoménologie s’était fixée comme tâche.

Un premier axe de ce dossier visera donc à évaluer la portée descriptive de la phénoménologie à l’égard du « vécu » au regard de phénomènes qui amènent à en questionner les limites. Tandis qu’un second portera quant à lui sur l’histoire de la philosophie transcendantale au sein de la phénoménologie, dont Husserl considérait qu’elle en constituait la « Forme-finale ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1  J. Benoist, L’idée de phénoménologie, Paris, Beauchêne, 1995 ; H.‑D. Gondek, L. Tengelyi, Neue Phä (...)
  • 2  D. Janicaud, La phénoménologie éclatée, Combas, Éd. de l’Éclat, 1998 ; et Le tournant théologique (...)
  • 3  B. Waldenfels, Phänomenologie in Frankreich, Francfort, Suhrkampf, 1998, en particulier « Phänomen (...)
  • 4  P. Rodrigo, Post-phénoménologies, Louvain, Bibliothèque philosophique de Louvain, Peeters, 2021.
  • 5  H.‑D. Gondek, L. Tengelyi, op. cit., 2011 ; Ch. Sommer (dir.), Nouvelles phénoménologies en France(...)
  • 6  E. Husserl, Die Idee der Phänomenologie. Fünf Vorlesungen, Hua II, trad. fr. Alexandre Löwit, L’id (...)
  • 7  E. Husserl, Die Krisis der europäischen Wissenschaften und die transzendentale Phänomenologie. Ein (...)

1La phénoménologie a bénéficié en France d’un large écho dès la première « génération » des phénoménologues (Sartre, Merleau-Ponty, Beauvoir). Cette histoire française de la phénoménologie est aujourd’hui documentée par plusieurs travaux récents1, qui visent à en restituer l’unité, par-delà les lignes de rupture qui ont pu faire conclure un temps à son éclatement2, à son dépassement supposé par le post-structuralisme3, ou encore à son accomplissement par les philosophies présentées aujourd’hui comme des « post-phénoménologies »4 ou des « nouvelles phénoménologies »5. Les travaux de ce dossier, loin de prétendre fournir la clef d’un sens unique au mouvement phénoménologique, ont cherché à présenter avant tout des pratiques de la phénoménologie, si tant est qu’elle se caractérise, comme le pensait Husserl, par une « idée »6 et « des idéaux pratiques »7, par-delà les traditions nationales et les idiosyncrasies. Ils reprennent les réflexions issues d’un séminaire doctoral de phénoménologie qui s’est tenu en 2020-2021 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, organisé par Circé Furtwängler. Ce faisant, c’est aussi une histoire de la phénoménologie qui est dessinée en creux par ces recherches, qui valent comme autant de développements du motif du « retour aux choses mêmes » que la phénoménologie s’était fixée comme tâche.

I. La tâche descriptive de la phénoménologie et le « vécu »

2Le premier axe de ce dossier vise à évaluer la portée descriptive de la phénoménologie à l’égard du « vécu » au regard de phénomènes qui amènent à en questionner les limites. L’article de Clara Chaffardon met ainsi à l’épreuve la catégorie de sujet sous-jacente à celle de vécu, au prisme des critiques féministes et post-structuralistes de la phénoménologie. Loin de se départir de la phénoménologie, caractérisée trop rapidement comme un subjectivisme métaphysiquement coûteux, où l’ego, effectuant librement l’épochè en se libérant de tout intérêt théorique et pratique indépendamment de sa position socio-économique, aurait le pouvoir de délivrer le sens du monde qu’il constitue, les approches féministes phénoménologiques post-structuralistes réinvestissent les efforts théoriques de Merleau-Ponty pour dépasser le dualisme entre intériorité et extériorité. Si, comme le croyait Merleau-Ponty, le sujet, en tant qu’il est un corps, est à la fois partie du monde et coextensif au monde, alors on peut le penser comme à la fois construit et naturel, et préserver la catégorie de vécu sans l’identifier à l’inné ou au biologique. D’où l’ambition d’une lecture de la phénoménologie queer (Butler, Irigaray) et féministe (Beauvoir) à partir du statut du corps et de sa réversibilité chez Merleau-Ponty : les concepts de « chiasme », d’« institution » et, surtout, de « chair » servent alors à surmonter une opposition trop stricte entre une construction strictement discursive du corps et un naturalisme naïf. L’article d’Audran Aulanier interroge l’idée avancée par Michaël Fœssel d’une phénoménologie de l’« expérience cosmopolite » qu’il développe pour compléter l’idéal issu du kantisme du côté de vécus concrets. En revenant sur les développements de Husserl au sujet du cosmopolitisme comme « horizon » et de la philosophie de la perception qui leur est sous-jacente, la lecture de Bernhard Waldenfels permet d’en nuancer certains aspects. Soucieux de préserver l’altérité de l’étranger, la césure du lointain et l’événement de sa rencontre, Waldenfels permet de penser une hospitalité qui ne fasse pas fond sur un sens historique a priori qui lui préexisterait, au prix d’une reconceptualisation de la perspective cosmopolitique. Pour penser l’effectivité de l’hospitalité, il est nécessaire de penser la possibilité de la constitution du propre depuis le lointain.

II. La phénoménologie et l’histoire de la philosophie transcendantale et de la métaphysique

  • 8  E. Husserl, Krisis, op. cit., trad. fr., p. 81.

3Le second axe de ce dossier porte sur l’histoire de la philosophie transcendantale au sein de la phénoménologie, dont Husserl considérait qu’elle en constituait la « Forme-finale »8. Avant même la révolution de la philosophie de Kant, Luz Ascarate souligne un héritage métaphysique médiéval au sein de la phénoménologie : la condition de possibilité de l’idéalisme transcendantal est tributaire d’un sens du possible hérité de Marius Victorinus et de Francisco Suárez. Le motif husserlien de la « génération » est réintroduit dans le cadre d’une histoire de la métaphysique préalable au développement de la phénoménologie dans sa forme contemporaine, et renvoie à l’histoire d’une métaphysique de l’en-puissance, réactivée dès lors que se pose le problème du statut ontologique de l’apparaître. L’actualisme, ou la perte d’un sens de la puissance, hérité de l’aristotélisme, et manifesté dans la théologie, la métaphysique et la physique, constituerait le tournant de la modernité. Marius Victorinus, en proposant une métaphysique de la substance trinitaire, et Francisco Suárez, en définissant une science de l’étant, auraient marqué le premier moment de cette expulsion du possible hors de la philosophie, que la phénoménologie a eu pour mérite de réhabiliter dans sa prétention métaphysique. L’article de Circé Furtwängler revient sur le rapport entre phénoménologie et Naturphilosophie à la faveur d’une réflexion sur le statut de l’a priori chez Mikel Dufrenne. Si la phénoménologie développe le thème de l’a priori matériel, en ne le réduisant plus à une dimension de l’expérience qui lui préexisterait, elle permet de penser un a priori pluralisé et historicisé, qui n’est jamais séparable des différentes régions de l’expérience où il se manifeste. Le sens originaire de l’affinité de l’homme et du monde, qui se traduit dans cet a priori, conduit à revenir sur le thème de la Nature, conçue comme a priori de l’a priori, tel qu’il est développé dans la philosophie de Schelling, pour penser le sens de cette appartenance métaphysique au-delà des limites de l’idéalisme transcendantal. Le thème phénoménologique de l’originaire, découvert dans la perception peut alors être pensé comme développement de la Naturphilosophie.

Haut de page

Notes

1  J. Benoist, L’idée de phénoménologie, Paris, Beauchêne, 1995 ; H.‑D. Gondek, L. Tengelyi, Neue Phänomenologie in Frankreich, Berlin, Suhrkamp, 2011 ; F.‑D. Sebbah, L’Épreuve de la limite, Derrida, Henry, Levinas et la phénoménologie, Paris, PUF, 2001. I. Thomas-Fogiel, « La tournure empiriste de la phénoménologie française », Revue philosophique de la France et de l’étranger, PUF, 2013/4, t. 138, p. 527‑548. Notons aussi récemment la tenue du 7 au 9 octobre 2021 d’un congrès consacré à « L’idée de la phénoménologie » organisé à l’Université de Nice par Grégori Jean.

2  D. Janicaud, La phénoménologie éclatée, Combas, Éd. de l’Éclat, 1998 ; et Le tournant théologique de la phénoménologie française, Combas, Éd. de l’Éclat, 1991.

3  B. Waldenfels, Phänomenologie in Frankreich, Francfort, Suhrkampf, 1998, en particulier « Phänomenologie im Widerstreit ».

4  P. Rodrigo, Post-phénoménologies, Louvain, Bibliothèque philosophique de Louvain, Peeters, 2021.

5  H.‑D. Gondek, L. Tengelyi, op. cit., 2011 ; Ch. Sommer (dir.), Nouvelles phénoménologies en France, Paris, Hermann, 2014.

6  E. Husserl, Die Idee der Phänomenologie. Fünf Vorlesungen, Hua II, trad. fr. Alexandre Löwit, L’idée de la phénoménologie, Paris, PUF, 2010 (4e éd.).

7  E. Husserl, Die Krisis der europäischen Wissenschaften und die transzendentale Phänomenologie. Eine Einleitung in die phänomenologische Philosophie (désormais Krisis), Hua VI, trad. fr. Gérard Granel, La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale, Paris, Gallimard, 1989, p. 372.

8  E. Husserl, Krisis, op. cit., trad. fr., p. 81.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Circé FURTWÄNGLER, « « Recherches phénoménologiques » ‒ Présentation du dossier »Philonsorbonne, 16 | 2022, 209-211.

Référence électronique

Circé FURTWÄNGLER, « « Recherches phénoménologiques » ‒ Présentation du dossier »Philonsorbonne [En ligne], 16 | 2022, mis en ligne le 20 avril 2022, consulté le 05 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/philonsorbonne/2419 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philonsorbonne.2419

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search