Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16DOSSIER : "RECHERCHES PHÉNOMÉNOLO...Les réceptions féministes post-st...

DOSSIER : "RECHERCHES PHÉNOMÉNOLOGIQUES"

Les réceptions féministes post-structuralistes de Merleau-Ponty. Utilisations et critiques du concept phénoménologique de sujet

Clara CHAFFARDON
p. 231-228

Texte intégral

  • 1  J. Butler, Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, trad. C. Kraus, Par (...)

1La défense ou le rejet d’un sujet du féminisme est au cœur de la constitution d’une opposition forte entre phénoménologie et post-structuralisme. Le féminisme de la deuxième vague a donné de l’importance à la notion d’expérience dans sa théorisation et ses pratiques politiques, par exemple dans les groupes de parole en non-mixité. Il s’appuie notamment sur le concept d’expérience vécue, élaboré par les phénoménologues français·e·s et central dans le Deuxième sexe de Simone de Beauvoir et dans sa réflexion sur les modalités de l’aliénation de la subjectivité féminine. Or à partir des années 1980, cette approche est de plus en plus remise en cause, en particulier par le féminisme noir et le féminisme lesbien, qui interrogent la fondation du féminisme sur un sujet femme homogène. Le post-structuralisme ressaisit cette critique au sein d’une déconstruction du sujet du genre, repensé comme effet du pouvoir. Trouble dans le genre, paru en 1990 et considéré comme un pilier des théories queer, récuse la fondation du féminisme sur un sujet femme et interroge sa constitution par les discours. Butler y oppose une généalogie de la catégorie de genre à « une ontologie du genre permettant d’élucider ce que veut dire être une femme ou un homme d'un point de vue phénoménologique »1. Le féminisme phénoménologique, particulièrement efficace pour décrire la subjectivité et la corporéité féminines, se trouve ainsi rejeté, au motif qu’il présupposerait l’existence d’un sujet non-construit. Ce rejet opère d’une manière qui peut faire écho à la critique foucaldienne des philosophies du sujet – phénoménologie comprise – dans l’introduction à l’édition anglaise de Le Normal et le pathologique.

  • 2  Voir par exemple l’introduction de S. Kruks, Retrieving Experience : Subjectivity and Recognition (...)

2Si ce débat est historiquement daté, persiste la réprobation, par certaines féministes phénoménologues, d’un constructivisme social total appréhendé en particulier comme une théorie de la constitution discursive du sujet. On propose alors un retour au sujet de l’expérience – et donc à la phénoménologie –, après une focalisation sur les discours, jugée trop abstraite2. Le post-structuralisme aurait oublié la subjectivité qu’il s’agirait dès lors de retrouver, en étudiant les dimensions supposément non-construites et non-discursives de l’expérience. Le féminisme phénoménologique, rattaché à la thèse d’un sujet prédiscursif, est ainsi posé comme l’adversaire et la solution du post-structuralisme.

  • 3  S. Ahmed, Queer Phenomenology, Orientations, Objects, Others, Durham et Londres, Duke University P (...)
  • 4  Voir à ce sujet M. Provost, « Articuler l’expérience et le discours : réflexions à partir du posts (...)
  • 5  J. Oksala, Feminist Experiences, Foucaldian and Phenomenological Investigations, Northwestern Univ (...)

3Cependant, la multiplication des textes cherchant à concilier ces deux courants remet en cause un tel clivage : non seulement la phénoménologie peut être « queerisée » (to queer phenomenology3), mais le féminisme phénoménologique peut en outre s’accommoder du constructivisme : déconstruire le sujet femme n’est pas ôter toute pertinence à cette notion, de même qu’analyser la constitution discursive de l’expérience ne signifie pas la destituer de son importance pour les politiques et les théories féministes. Et ce, d’autant plus que la critique du post-structuralisme repose souvent sur une mécompréhension du terme « discours », réduit à sa dimension linguistique alors qu’il désigne également des savoirs, des pratiques et des institutions, de même que la critique de la phénoménologie s’appuie bien souvent sur le rejet de l’expérience par Joan Scott, qui propose pourtant une définition trop étroite de ce concept4. Les réceptions féministes contemporaines de la phénoménologie sont diverses, et parfois difficiles à regrouper dans un même ensemble. Dans sa classification des différentes compréhensions féministes de la phénoménologie5, Johanna Oksala distingue, à côté de la « lecture corporelle » de la phénoménologie centrée sur la corporéité féminine, une lecture « post-phénoménologique » alimentée par le post-structuralisme. Mais ce qui va m’intéresser, c’est davantage la réception de la phénoménologie dans le post-structuralisme même, et la mobilisation de ce qui apparaît comme une philosophie du sujet au sein d’une entreprise de déconstruction du sujet, dont l’œuvre de Butler est emblématique.

  • 6  J. Butler, « Sex and Gender in Simone de Beauvoir’s Second Sex », Yale French Studies, 72, 1986, p (...)
  • 7  J. Butler, « Sexual Difference as a Question of Ethics : Alterities of the Flesh in Irigaray and M (...)

4Dans plusieurs textes6 publiés dans la seconde moitié des années 1980, la phénoménologie alimente sa critique de l’essentialisme et sa théorisation de la performativité du genre. Bien qu’elle l’admette comme un point de départ assez vite dépassé par son engagement dans le post-structuralisme, cette référence perdure dans des articles plus récents7. Plus précisément, c’est surtout la citation de Merleau-Ponty qui persiste dans l’ensemble de son corpus et reçoit un traitement particulier. Et ce, notamment parce que cet auteur retravaille à plusieurs reprises le couple notionnel sujet/objet pour approfondir sa conception du sujet comme nœud de relations avec le monde et autrui. Ainsi se donne-t-il, dès ses premiers articles publiés à la fin des années 1930, la tâche de reformuler les rapports entre la conscience (et le corps) et le monde, conçus d’abord en termes de commerce, puis de pacte ou encore d’accouplement (Phénoménologie de la perception), et enfin, comme chiasme (Le visible et l’invisible).

  • 8  M. Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1945, p. 97.
  • 9  « Les différents décentrements que Merleau-Ponty fit opérer à la conscience de soi ne furent jamai (...)

5On a coutume d’associer le « premier Merleau-Ponty » à une philosophie du sujet encore empêtrée dans certaines formes de dualismes. Ainsi, dans la Phénoménologie de la perception, la définition héritée de Husserl du corps « au centre du monde » comme « le terme inaperçu vers lequel tous les objets tournent leur face »8 peut donner le sentiment d’avoir affaire à un sujet unifié à l’origine du perspectivisme de la perception. À cela s’ajoute une conception de l’intentionnalité qui perpétue l’opposition entre sujet et objet. Par contraste, le « second Merleau-Ponty » est lié à la figure de la chair, qui rompt plus radicalement avec ce dualisme en présentant un rapport de parenté et d’entrelacs entre le sujet et le monde. Cette périodisation peut être sujette à débat, l’ensemble de l’œuvre de Merleau-Ponty pouvant être lu comme une série de décentrements annonçant la critique foucaldienne du sujet9. Il me semble cependant nécessaire de la mentionner, dans la mesure où les premiers articles de Butler puis sa critique de la phénoménologie utilisent surtout le premier Merleau-Ponty, tandis que son analyse des processus de formation du sujet admet, plus tardivement, des concepts empruntés au second. Comment fonctionne la référence à cet auteur dans le corpus de Butler ? Et s’il y a bien réception et non seulement critique, comment sa phénoménologie se trouve-t-elle alimenter une étude post-structuraliste de la catégorie de sujet ?

6Dans une première partie, je me pencherai sur la manière dont Butler mobilise le premier Merleau-Ponty pour poser les bases de sa théorie de la performativité du genre, avant de m’intéresser, dans une deuxième partie, à l’intégration de cette référence à une réflexion post-structuraliste sur la constitution et la délimitation du sujet par son dehors. Enfin, j’interrogerai la relation difficile entre phénoménologie corporelle et déconstruction post-structuraliste de la matérialité des corps, tout en esquissant quelques rapprochements possibles entre Ces corps qui comptent et les textes de Merleau-Ponty.

***

  • 10  M. Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, op. cit., p. 199.

7Chez Butler, la critique du naturalisme engagée par les phénoménologues français·e·s rejoint celle de l’essentialisme biologique et prépare le constructivisme au niveau du corps. À chaque fois, la thèse avancée est la suivante : ce que l’on prend pour de la nature est, en réalité, un produit culturel. Dans la Phénoménologie de la perception, Merleau-Ponty refuse de définir l’être humain par la biologie : « l'homme est une idée historique et non pas une espèce naturelle »10. Impossible, selon lui, de démêler les dimensions naturelles et culturelles de l’existence, le monde nous apparaissant toujours d’emblée revêtu de significations humaines et d’une épaisseur historique :

  • 11  Ibid., p. 221.

Tout est fabriqué et tout est naturel chez l’homme, […] il n’est pas un mot, pas une conduite qui ne doit quelque chose à l’être simplement biologique – et qui en même temps […] ne détourne de leur sens les conduites vitales, par une sorte d'échappement et par un génie de l’équivoque qui pourraient servir à définir l’homme11.

8Ces assertions soutiennent la réfutation d’une nature humaine ou d’une définition de l’être humain comme essence : étant pour soi, il résiste à être fixé.

  • 12  J. Butler, « Performative Acts and Gender Constitution : An Essay in Phenomenology and Feminist Th (...)
  • 13  « The legacy of sedimented acts rather than a predetermined or foreclosed structure, essence or fa (...)
  • 14  « A felicitous starting point for the feminist effort to understand the mundane manner in which bo (...)
  • 15  J. Butler, Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, op. cit., p. 167.
  • 16  Ibid., p. 69.

9Déjà, Butler utilisait explicitement la citation « l’homme est une idée historique, et non pas une espèce naturelle » – également reprise dans le Deuxième sexe – dans son article de 1988, « Performative Acts and Gender Constitution : An Essay in Phenomenology and Feminist Theory »12, pour appuyer une redéfinition du corps comme « l’héritage d'actes sédimentés plutôt que comme une structure, une essence ou un fait prédéterminé »13. Selon elle, ce type d’analyse phénoménologique fournit « un heureux point de départ pour l’effort féministe de comprendre la manière quotidienne dont les corps sont façonnés de manière genrée »14. Mais là où la phénoménologie admettrait que le corps est toujours perçu à travers une historicité, Butler soutient, plus radicalement, qu'il est en réalité constitué par l'historicité. Dans Trouble dans le genre, on retrouve l’affirmation, dans un vocabulaire proche de celui de Merleau-Ponty, que le corps « est toujours déjà un signe culturel »15. La dénaturalisation de la catégorie de « sexe » y est entreprise selon cette même idée que ce que l’on croit être une nature (le sexe) est de la culture. Butler renverse le lien établi par l’anthropologie américaine des années 1970 entre le sexe, prétendument « naturel », et le genre, comme expression culturelle du sexe : sexe et genre sont tous deux des constructions culturelles. À ce titre, le sexe n’est plus le fondement naturel du genre, mais, au contraire, « le genre désigne précisément l'appareil de production et d’institution des sexes eux-mêmes »16. Le genre est performatif, dans la mesure où il engendre le sexe comme nature en le plaçant dans un domaine prédiscursif. L’anti-naturalisme des phénoménologues peut ainsi fournir un point d’appui dans la déconstruction de la naturalité du sexe, et, plus globalement, du corps. La mise en lumière de cette proximité ne doit cependant pas effacer la lecture critique entreprise par Butler, notamment dans l’article « Sexual ideology and Phenomenological Description : A Feminist Critique of Merleau-Ponty’s Phenomenology of Perception », où elle repère un essentialisme et une hétéronormativité au niveau de l’analyse merleau-pontienne de la sexualité.

  • 17  Voir S. Kruks, Retrieving Experience : Subjectivity and Recognition in Feminist Politics, op. cit.(...)

10En somme, la phénoménologie alimente, en particulier dans l’article de 1988, la caractérisation du corps comme produit de significations culturelles. Cet anti-naturalisme n’aboutit cependant pas, chez Merleau-Ponty comme chez Butler, à une définition du sujet comme liberté pure. Pour le premier, la liberté du sujet, nécessairement située, réside dans la reprise du sens de déterminations déjà instituées. Pour la seconde, elle se présente comme une résistance au pouvoir dans les termes du pouvoir, qui procède également par re-signification. Dans sa théorisation de la performativité du genre, il lui est souvent reproché, y compris par certaines phénoménologues17, d’échouer à penser la liberté du sujet. Soit, parce qu’elle reviendrait à un sujet humaniste comme liberté absolue – le sujet choisirait son genre –, soit, parce qu’elle supprimerait toute capacité d’agir – le sujet serait déterminé par son genre. Or il me semble possible de lire à l’aune de Merleau-Ponty la question de la capacité d’agir chez Butler, comme reprise et transformation par le sujet d’un sens qui le précède.

  • 18  M. Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, op. cit., p. 199.
  • 19  Ibid.
  • 20  M. Merleau-Ponty, L’institution, la passivité. Notes de cours au Collège de France, (1954-1955), P (...)
  • 21  R. Terzi, « Institution, événement et histoire chez Merleau-Ponty », Bulletin d’Analyse Phénoménol (...)

11Dans la Phénoménologie de la perception, Merleau-Ponty caractérise l’existence humaine comme « le changement de la contingence en nécessité par l’acte de reprise »18. L'acte libre du sujet situé ne se fait pas ex nihilo, mais consiste en une reprise personnelle de ce qui le détermine extérieurement, de manière impersonnelle. C’est donc un acte d’expression, où le donné est re-signifié et perd ainsi son statut de nécessité. Ainsi, « tout ce que nous sommes, nous le sommes sur la base d'une situation de fait que nous faisons nôtre et que nous transformons sans cesse par une sorte d’échappement qui n'est jamais une liberté inconditionnée »19. Ici encore, le motif de l’échappement caractérise l’être humain, et, en l’occurrence, la liberté en situation. Dans les années 1950, l’institution, réélaboration du concept husserlien de Stiftung, problématise « [l’]établissement dans une expérience (ou dans un appareil construit) de dimensions […] par rapport auxquelles toute une série d'autres expériences auront sens et feront une suite, une histoire »20. Étendues à divers champs d’analyses, « les institutions sont donc précisément des événements, qui dotent l’expérience de dimensions durables, […] et cela parce que ces dimensions durables ne sont pas quelque chose de statique et d’inerte, mais un sens en genèse […] qui demande sa propre reprise et transformation »21. L’institution expose la sédimentation d’un sens qui établit des dimensions, plutôt qu’il n’est établi.

  • 22  « The existence of a choosing and constituting agent prior to language (who poses as the sole sour (...)
  • 23  « Gender is […] an identity instituted through a stylized repetition of acts », ibid.
  • 24  « If the ground of gender identity is the stylized repetition of acts through time, […] then the p (...)
  • 25  J. Butler, Ces corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du sexe, trad. C.  (...)

12Dans « Performative acts and gender constitution », Butler propose une lecture de la constitution – l’acte par lequel l’objet reçoit un sens chez Husserl – qui rejoint de quelque manière l’idée d’institution, justement élaborée par Merleau-Ponty en opposition à la constitution. Selon elle, une lecture radicale de la doctrine de la constitution amènerait à poser, non « l’existence d’un sujet volontaire et constituant avant le langage (qui se pose comme la seule source de ses actes constitutifs) »22, mais le sujet comme effet de ces actes de constitution du sens. Le genre est alors défini comme « une identité instituée à travers la répétition stylisée d’actes »23, de manière performative. La nécessité de réitérer perpétuellement l’institution du genre signale la possibilité de sa transformation : « si le fondement de l’identité de genre est la répétition stylisée des actes à travers le temps, […] alors les possibilités de transformation du genre se trouvent […] dans la possibilité d’une autre sorte de répétition, dans la répétition subversive de ce style »24. La subversion consiste en « une construction inhérente au processus même de répétition »25, et opère par le renversement d’une signification instituée – par exemple la réappropriation du terme « queer » par les communautés homosexuelles, qui transforment cette insulte en revendication. Elle indique la possibilité d’une résistance au pouvoir dans les termes du pouvoir, et donc, l’existence d’une marge de liberté pour un sujet conçu comme effet. Si Butler critique dans l’article de 1988 l’analyse phénoménologique de la constitution, la performativité du genre fonctionne cependant de manière similaire à l’institution du sens chez Merleau-Ponty : chacune instaure des dimensions qui déterminent le sujet, tout en indiquant la possibilité d’une liberté comme re-signification (ou subversion) de ce qui se présente comme donné.

  • 26  J. Butler, G. Salamon, « Learning How to See : An Interview with Judith Butler », Philosophy Today(...)
  • 27  J. Butler, Le récit de soi, trad. B. Ambroise, V. Aucouturier, Paris, Presses Universitaires de Fr (...)
  • 28  Ibid., p. 19.
  • 29  M. Provost, « Articuler l’expérience et le discours : réflexions à partir du poststructuralisme et (...)

13Butler a admis elle-même l’importance de la phénoménologie dans ses premiers développements de la performativité du genre26. Cependant, les rapprochements ici proposés laissent de côté nombre de divergences entre Merleau-Ponty et Butler, à commencer par le lien entre les notions d’institution et d’expression établi par le premier, là où chez la seconde, la performativité du genre s’oppose à un modèle du genre comme expression. Toutefois, il me semble que ces deux concepts font signe vers une définition de la capacité d’agir comme reprise et transformation des déterminations, à l’inverse d'une capacité d’agir pensée comme liberté pure, simple auto-détermination. Comme le rappelle Le Récit de soi, « s’il y a une opération de la capacité d’agir, voire de la liberté – cette lutte –, cela n’a lieu que dans le cadre d’un champ de contraintes »27. Cette capacité d’agir est donc « rendue possible, paradoxalement, par la persistance de cette condition originaire de non-liberté »28. Comme l’a montré Mickaëlle Provost29, lire Butler avec la phénoménologie – et en l’occurrence, avec l’anti-naturalisme de Merleau-Ponty et sa théorisation de l’institution – éclaire l’aspect temporel de la performativité du genre : un acte quotidiennement répété, qui donne forme aux corps. C’est ici avant tout au premier Merleau-Ponty et à sa conception d’un sujet situé que nous avons affaire, et qui ne manque pas d’être critiqué par Butler. Cependant, la référence au second Merleau-Ponty reçoit un traitement quelque peu différent à partir de Ces corps qui comptent, dans la mesure où elle participe à la redéfinition post-structuraliste du concept de sujet, conçu comme relation et comme effet d’une ouverture à un dehors constitutif.

***

  • 30  Voir F. Brugère, G. le Blanc, Judith Butler. Trouble dans le sujet, trouble dans les normes, Paris (...)
  • 31  J. Butler, Ces corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du sexe, op. cit., (...)

14La critique du sujet et la généalogie à laquelle elle aboutit reposent sur l’idée que la philosophie occidentale – y compris la phénoménologie – aurait, depuis Descartes, appréhendé le sujet comme une unité et une conscience qui constitue son monde. Dans ce cas, l’intériorité du sujet s’oppose au monde comme extériorité. À l’inverse, le post-structuralisme invite à déstabiliser, « troubler le sujet »30, mettant en évidence la discontinuité et l'incomplétude de cette catégorie. L’analyse de l’intériorité du sujet est remplacée par celle de sa formation par une extériorité : « ce qui reste en dehors du sujet [...] persiste sous la forme d’une sorte de négativité définitionnelle. En conséquence, le sujet n’est jamais cohérent ni identique à lui-même »31. Le sujet n’est donc plus au centre, puisque l’interrogation se déplace vers ce par quoi il est occasionné. Or si la phénoménologie figure au nombre des philosophies du sujet, la référence à Merleau-Ponty alimente pourtant le décentrement de cette catégorie. Il semblerait en effet que, développée dans toutes ses conséquences et débarrassée de son héritage cartésien, la théorisation merleau-pontienne du sujet mène à la thèse de sa constitution par une extériorité, que défend justement le post-structuralisme. À ce titre, Butler poursuivrait en quelque sorte la déconstruction de l’opposition intérieur/extérieur initiée par Merleau-Ponty, sans qu’il l’ait selon elle véritablement dépassée.

  • 32  J. Butler, Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, op cit., p. 53.

15La critique de l’intériorité du sujet se trouve articulée dans Trouble dans le genre à la théorisation de la performativité du genre. Le genre, censé exprimer une propriété interne du sujet, est en réalité ce qui le produit en tant que sujet genré. L’intériorité est donc constituée par et en relation à une extériorité (le pouvoir, les normes). Le genre est situé au croisement de l’intérieur et de l’extérieur, ce que met en lumière la performance drag, qui « déstabilise les distinctions mêmes entre le naturel et l'artificiel, le fond et la surface, l’intérieur et l’extérieur »32. Butler, citant Esther Newton, analyse le drag (et, ici, plus précisément, la drag queen) comme la « double inversion » du rapport entre intérieur et extérieur :

  • 33  Esther Newton, Mother Camp : Female Impersonators in America, Chicago, University of Chicago Press (...)

Le drag dit [...] « mon apparence “extérieure” est féminine mais mon essence “intérieure” [le corps] est masculine ». Au même moment, il symbolise l’inversion contraire ; « mon apparence “extérieure” [mon corps, mon genre] est masculin mais mon essence “intérieure” [moi-même] est féminine »33.

  • 34  J. Butler, Ces corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du sexe, op. cit, (...)
  • 35  Ibid.
  • 36  J. Butler, Senses of the Subject, op. cit., p. 56.

16Ceci dévoile que l’expérience intime du genre est constituée par des attentes normatives extérieures. Cette performance prend ici la forme d’un chiasme, figure de style qui consiste au croisement d’éléments sous la forme AB/BA. Chez Merleau-Ponty, il permet de penser l’identité dans la différence de notions opposées, comme le sujet et l’objet, le visible et l’invisible, ou encore l’intérieur et l’extérieur, avec ceci de particulier que ce croisement n’est jamais un simple recoupement, mais plutôt une réversibilité inachevée. Butler fait intervenir le chiasme à plusieurs endroits de son corpus, notamment dans sa caractérisation du sujet. Dans Ces corps qui comptent, le chiasme fournit un modèle pour penser la structure temporelle du sujet, au « carrefour de forces discursives culturelles et politiques »34. La réversibilité inachevée des termes du chiasme explique la possibilité d’une capacité d’agir pour un sujet conçu comme effet du pouvoir : « il n’y a pas de sujet antérieur à ses constructions, et le sujet n’est pas non plus déterminé par ces constructions ; il est toujours le croisement »35. Dans Senses of the Subject, le chiasme devient cette figure « irréductible et non-conceptualisable »36 de la relation entre touché et touchant, qui rend compte de la formation du sujet par un ensemble de processus (discours, technologies, structures, institutions). Le chiasme est ainsi, en somme, réinvesti par Butler pour penser la constitution de l’intériorité du sujet par une extériorité.

  • 37  M. Merleau-Ponty, Le visible et l’invisible, Paris, Gallimard, 1964, p. 179.
  • 38  L. Irigaray, Éthique de la différence sexuelle, Paris, Les Éditions de Minuit, 1984, p. 148.

17Le chiasme et la réversibilité sont associés, dans l’ontologie tardive de Merleau-Ponty, à la figure de la chair, étoffe commune du voyant et du visible. La chair désigne un rapport d’enveloppement réciproque (et non un rapport sujet/objet) entre le corps du voyant et le monde visible – la chair du sujet et la chair du monde –, comme « correspondance de son dedans et de mon dehors, de mon dedans et de son dehors »37. D’une manière qui peut au premier abord sembler surprenante, Butler défend la chair merleau-pontienne dans un article datant du début des années 2000, comme cette notion permettant de penser la perméabilité entre le sujet et le monde, et, plus radicalement encore, le décentrement d’un sujet jeté au monde. « Sexual Difference as a Question of Ethics : Alterities of the Flesh in Irigaray and Merleau-Ponty » est une réponse à l’interprétation de la chair par Luce Irigaray, autrice suscitant l’intérêt (et la critique) de Butler dès la fin des années 1980. Dans Éthique de la différence sexuelle, Irigaray entame une lecture critique du Visible et l’invisible, et soutient que la chair fournirait le modèle d’une relation intersubjective où l’homme se substitue à la femme. Dans la réversibilité entre ma chair et la chair du monde – qu’elle associe à la matrice utérine –, l’autre, le féminin, ne serait jamais rencontré comme tel par le sujet masculin, ce qui aboutirait finalement à un recouvrement de la différence sexuelle. Elle oppose au « solipsisme labyrinthique »38 de l’analyse merleau-pontienne une éthique de la différence sexuelle, où la relation éthique naîtrait de la reconnaissance de l’incommensurabilité entre les deux sexes.

  • 39  « The subject, as flesh, is primarily an intersubjective being, finding itself as Other », J. Butl (...)
  • 40  « The I who sees is in some sense abandoned to the visible world, decentered in that world […] the (...)
  • 41  « The phenomenological experience of not being able to close the circuit, of being as it were in a (...)
  • 42  « Touched and touching are not reciprocal relations ; they do not mirror one another ; they do not (...)
  • 43  É. Bimbenet, Nature et humanité. Le problème anthropologique dans l’œuvre de Merleau-Ponty, Paris, (...)
  • 44  M. Merleau-Ponty, Le visible et l’invisible, op. cit., p. 179.
  • 45  Inédit cité par R. Barbaras, Le tournant de l’expérience. Recherches sur la philosophie de Merleau (...)

18Irigaray conçoit donc la réversibilité charnelle comme une opération de substitution, alors même que Merleau-Ponty insiste sur le recoupement inachevé des termes impliqués. Cette interprétation donne lieu à une critique de la part de Butler, la philosophie merleau-pontienne de la chair rejoignant dans son article le rejet post-structuraliste du sujet conçu comme intériorité et comme unité. Selon elle, dans le chiasme entre ma chair et la chair du monde, le sujet est appréhendé comme une relation, la chair offrant le modèle d’une relation éthique où « le sujet, comme chair, est principalement un être intersubjectif, qui se rencontre lui-même comme Autre »39. La réversibilité entre ma chair et la chair du monde signerait l’impossibilité, pour le sujet sensible, de se saisir lui-même sans passer par une extériorité, de sorte que « le je qui voit est en quelque sorte abandonné dans le monde visible, décentré dans ce monde […] ; le “je” qui touche est en quelque sorte perdu dans le monde tactile, et ne peut jamais se retrouver complètement »40. La chair présenterait donc un sujet défait par l’autre et par son ouverture. Là où Irigaray interprète la chair comme un solipsisme, Butler y découvre « l’expérience phénoménologique de ne pas être capable de clore ce circuit, d’être en perpétuelle relation de non-coïncidence avec soi-même »41, qui préfigure la redéfinition post-structuraliste du sujet. Dans Senses of the Subject, ce dernier est encore une fois caractérisé par l’inachèvement de la réversibilité charnelle : « être touché et toucher ne sont pas des relations réciproques […]. Je ne suis pas touché comme je touche, et cette non-coïncidence est essentielle à moi-même et au toucher »42. La chair est donc bien, pour Butler comme pour Merleau-Ponty, ce qu’Étienne Bimbenet nomme « une corporéité vagabonde et excentrique à elle-même », à travers laquelle « je “hante” les autres et le monde »43. En tant que « correspondance de son dedans et de mon dehors, de mon dedans et de son dehors »44, elle annoncerait, finalement, la thèse de la constitution du sujet par son dehors. L’analyse de la chair par Butler fait ainsi ressortir la présence, dans le texte de Merleau-Ponty même, d’un mouvement de décentration du sujet qui culmine dans ses derniers textes, l’auteur critiquant justement, de manière rétrospective, sa difficulté à sortir de l’opposition sujet/objet-monde : « Notre corporéité n'est pas à mettre au centre comme je l'ai fait dans la Ph.P. : en un sens, elle n'est que la charnière du monde […]. Elle n’est que puissance d'un léger écart par rapport au monde »45.

19Il est à noter, toutefois, que cette interprétation de la chair n’est pas partagée par tou·te·s. Certain·e·s y voient au contraire le risque d’un monisme de la chair, autant chair du monde que chair de mon corps, ce qui va dans le sens de l’interprétation proposée par Irigaray. L’article de Butler alimente deux réceptions concurrentes de Merleau-Ponty dans le féminisme, qui rejoignent un débat d’interprétation plus large dans les études merleau-pontiennes. Il dévoile également la plasticité de cette référence : chez Butler, la chair soutient une analyse constructiviste de la formation du sujet par son dehors. Chez Irigaray, la chair est critiquée mais la citation de Merleau-Ponty persiste et suggère, selon Butler, la disponibilité de son texte pour une appropriation féministe. Plus globalement, les réceptions féministes de cet auteur reconfigurent une tension déjà à l’œuvre dans son texte, entre une théorisation du sujet de la perception et de sa relation au monde (féminismes phénoménologiques), et une critique de la notion de sujet (féminismes post-structuralistes).

  • 46  « It is only on the condition that a body is already exposed to something other than itself, somet (...)
  • 47  « There is in the emergence of the I”, a certain passive constitution from the outside », ibid., (...)

20La réappropriation post-structuraliste de Merleau-Ponty se poursuit dans Senses of the Subject. Le deuxième chapitre, « Merleau-Ponty and the Touch of Malebranche », étudie la formation du sujet par la sensibilité et plus particulièrement par l’expérience tactile (tactility), au contact d’une altérité constitutive (constitutive alterity). L’analyse merleau-pontienne du toucher révèle selon Butler que « c’est seulement à la condition qu’un corps soit déjà exposé à quelque chose d’autre que lui-même, quelque chose par lequel il peut être affecté, qu’il devient possible pour un moi sensible d’émerger »46. Dans cette « constitution passive par l’extérieur »47, le « je » est agi par une extériorité, qui peut être un autrui particulier, mais aussi le monde des normes, des institutions, des processus humains et non-humains, constituant une matrice pour la formation du sujet. La phénoménologie du sentir se trouve donc reformulée dans les termes d’une réflexion constructiviste sur la formation du sujet par son dehors.

  • 48  « That inspection of myself will of necessity refer me elsewhere, outside », ibid., p. 57.
  • 49  « This obscurity, nonnarratable, constitutes the irrecoverable prehistory of the subject », ibid., (...)
  • 50  J. Butler, Le récit de soi, op. cit., p. 7.
  • 51  Ibid, p. 18.
  • 52  Ibid, p. 19.
  • 53  M. Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, op. cit., p. 249.

21La philosophie de Merleau-Ponty alimente en outre dans ce texte, initialement publié en 2005, une réflexion sur la narration de soi, également déployée dans Le récit de soi paru la même année. Dans « Merleau-Ponty and the Touch of Malebranche », Butler interroge la possibilité pour le sujet de raconter son origine, qui se situe pourtant dans un sentir impersonnel. La saisie immédiate de soi comme intériorité est admise comme impossible : « cette inspection de moi-même me renverra nécessairement ailleurs, en dehors »48, et ce dans la mesure où le soi est constitué par une extériorité. Se rapporter à soi-même, c’est donc faire l’expérience d’une obscurité indépassable, ou encore d’une opacité à soi. Le vocabulaire de la préhistoire, utilisé dans la Phénoménologie de la perception pour caractériser la perception, qualifie dans ce texte l’expérience originaire du toucher, en tant que « cette obscurité, impossible à narrer, constitue la préhistoire irrécupérable du sujet »49. La question, adressée par Butler à partir de Merleau-Ponty, est donc celle de savoir comment un sujet tenant son origine et ses limites d’une altérité constitutive peut faire un récit de soi et de ses origines. Cette problématique se retrouve dans le premier chapitre du Récit de soi, où la dimension inaugurale de l’expérience du toucher laisse place à une réflexion sur la formation du sujet par des normes, des institutions et une histoire qui le précèdent et ne sont pas proprement les siennes. Le sujet, s’il fait retour sur lui-même, « découvrira que ce soi est déjà impliqué dans une temporalité sociale qui excède ses propres capacités de narration »50, de sorte qu’il « est toujours dépossédé dans une certaine mesure par les conditions sociales de son émergence »51. En tant qu’être relationnel, il est, ici encore, opaque à lui-même, dans la mesure où ces relations « ne sont pas toujours accessibles au savoir conscient »52. La référence à Merleau-Ponty est absente de ce chapitre, à laquelle Butler préfère, entre autres, Foucault et Hegel. Cependant, il me paraît possible de rapprocher ces propos de la question de l’institution déjà étudiée, mais aussi de l’idée d’anonymat de la perception développée dans la Phénoménologie de la perception. La perception y est dépeinte comme une expérience au moins en partie impersonnelle : « toute perception a lieu dans une atmosphère de généralité et se donne à nous comme anonyme »53. De ce fait, le sujet ne peut saisir ses origines de manière personnelle, puisqu’elles se situent dans une sensibilité qui excède la temporalité de la conscience :

  • 54  Ibid, p. 249‑250.

Je n’ai pas plus conscience d'être le vrai sujet de ma sensation que de ma naissance ou de ma mort. Ni ma naissance ni ma mort ne peuvent m'apparaître comme des expériences miennes [...]. Je ne puis donc me saisir que comme « déjà né » et « encore vivant » – saisir ma naissance et ma mort que comme des horizons prépersonnels54.

  • 55  J. Butler, Le récit de soi, op. cit., p. 40.

22Dans cette citation comme dans Le récit de soi, la saisie de soi comme sujet « commence in medias res »55, dans la mesure où le « je » émerge d’une sensibilité impersonnelle pour Merleau-Ponty, et de la matrices des normes pour Butler. Il y a, dans les deux cas, une opacité à soi indépassable et fondatrice pour le sujet.

  • 56  « Le langage et la matérialité sont enchâssés l’un dans l’autre et forment comme un chiasme dans l (...)

23Le refus, exprimé tout au long de l’œuvre de Merleau-Ponty, de penser le sujet indépendamment du monde, semble ainsi préfigurer de quelque manière le constructivisme de Butler, ou plutôt, l’interprétation qu’elle en délivre souligne la manière dont cet auteur destitue progressivement le sujet de son statut de primat. Dans la révision par Butler du dualisme intérieur/extérieur, la référence au second Merleau-Ponty alimente une remise en chantier du concept de sujet, qui n’est plus seulement ouvert au monde, mais encore constitué par son dehors. Le chiasme et la chair sont réinvestis, justement parce qu’ils exposent une relation de co-fondation et d’entrelacement entre des termes d’ordinaire opposés, en l’occurrence l’intériorité du sujet et l’extériorité du monde et des normes. Dans Ces corps qui comptent, le chiasme figure le rapport entre matière et langage56, au sein d’une réflexion sur la formation des corps par les discours. Or c’est sur ce débat autour de la question du corps que je souhaite revenir, en dernier lieu, en interrogeant la difficulté de penser la constitution discursive des corps avec la phénoménologie.

***

  • 57  Ibid., p. 47.

24Le féminisme phénoménologique a pu être compris et se déployer, depuis Le Deuxième sexe en passant par On Female Body Experience, comme une description de la corporéité dite « féminine », reposant sur une définition du sexe comme réalité matérielle prédiscursive. Or Butler rejette les analyses se fondant sur la spécificité sexuée du corps féminin, au motif qu’elles participent à l’essentialisation du sujet femme et réitèrent à l’intérieur du féminisme le fonctionnement du pouvoir, qui délimite les sujets par exclusion. Selon elle, la description phénoménologique crée ses objets – le sujet femme et le corps féminin – de manière performative, et engendre une apparence de naturalité en en faisant des réalités prédiscursives. Le problème est celui d’un « fondationalisme empirique »57 qui, en posant l’irréductibilité de la matérialité, bloque toute analyse généalogique de sa constitution par le pouvoir et les discours, et réactualise le dualisme corps/esprit sous la forme d’une opposition entre matière et discours.

  • 58  Voir par exemple C. Bigwood, « Renaturalizing the body (with the help of Merleau-Ponty) », Hypatia(...)
  • 59  J. Butler, Ces corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du sexe, op. cit., (...)
  • 60  Ibid., p. 192.
  • 61  Ibid., p. 13.

25Inversement, et dans la mesure où les post-structuralistes appréhendent le corps comme l’effet d’un ensemble de régimes discursifs, les féministes phénoménologues l’accusent d’oublier l’expérience corporelle. Certaines lui opposent alors une entreprise de « renaturalisation » du corps58. La Préface de Ces corps qui comptent débute sur ce constat : depuis Trouble dans le genre, la pensée de Butler a été épinglée comme un idéalisme linguistique ne prenant pas en compte – voire rejetant – la question du corps. Ces corps qui comptent se présente, en réponse, comme une tentative de penser la matérialité sans souscrire à une entreprise de description du corps féminin. La question du corps se voit ainsi reprise au sein de problématiques post-structuralistes. Au lieu d’admettre la matérialité des corps comme un donné non-construit, est étudiée la manière dont elle est constituée par un ensemble de normes, au premier chef desquelles le genre. Reconsidéré depuis la performativité du genre, le sexe est conçu, non comme un fait primordial et un point de départ, mais comme « un idéal régulateur qui impose sa matérialisation »59. À l’écriture des corps féminins, l’autrice substitue une réflexion sur les conditions de leur intelligibilité et sur leur relation avec un dehors constitutif – le domaine des corps invivables et impensables dont on ne reconnaît pas la matérialité. Elle questionne la manière dont cette matérialité est délimitée par répudiation de l’amour homosexuel, cet « extérieur constitutif […] qui garantit et, au même moment, échoue à garantir, les frontières mêmes de la matérialité »60. Ainsi, tout comme l’étude phénoménologique de la subjectivité est abandonnée au profit d’un questionnement généalogique sur la formation du sujet, l’analyse de la corporéité laisse place au problème de savoir « quelles sont les contraintes par lesquelles les corps sont matérialisés comme “sexués” »61. Se pencher sur ces notions en post-structuraliste, c’est les redécouvrir, non plus comme des fondements ou des substances, mais comme des effets et des relations, de sorte qu’il devient nécessaire d’interroger leurs processus de formation, de stabilisation, et ce par quoi elles sont délimitées.

26Dans cette reformulation du problème de la matérialité, rien ne semble pouvoir, à première vue, demeurer de l’analyse phénoménologique. La phénoménologie corporelle, qui situe le corps (et en particulier le corps sexué) dans un domaine prédiscursif, est délégitimée dans ses prétentions, soit en raison de sa naïveté – elle ne s’apercevrait pas que ce qu’elle prend pour fondement est construit –, soit en raison de sa malhonnêteté – elle prendrait pour fait descriptif ce qui est en réalité une norme régulatrice. Cependant, je voudrais esquisser une lecture possible de la déconstruction post-structuraliste de la matérialité des corps au prisme de Merleau-Ponty. Et ce, sans poser une irréductibilité de cette matérialité, mais, au contraire, en défendant l’idée d’une constitution du corps par – ou, du moins, en relation à – son dehors.

  • 62  M. Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, op. cit., p. 117.
  • 63  J. Butler, Ces corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du sexe, op. cit., (...)

27La pensée de Merleau-Ponty pourrait, ici encore, être envisagée comme une prémisse du post-structuralisme. Dans la Phénoménologie de la perception, la structure du corps est soutenue par une intentionnalité motrice : le corps vise un objet, réel ou imaginaire, et il acquiert dans cette visée une signification. L’articulation du corps et du monde dépend de la formulation de projets moteurs, par lesquels le corps s’engage dans le monde et se ressaisit comme unité : « si mon corps peut être une “forme” [...] c'est en tant qu’il est polarisé par ses tâches, qu'il existe vers elles, qu’il se ramasse sur lui-même pour atteindre son but, et le “schéma corporel” est finalement une manière d’exprimer que mon corps est au monde »62. De ce fait, le corps ne peut jamais être un pur en soi, puisque tendu vers des objets et impliqué dans divers projets. Cette dynamique intentionnelle présuppose une part d’inachèvement, le corps sentant excédant ses limites dans la visée d’un objet extérieur. De cette analyse phénoménologique du corps comme projet moteur peut se dégager la question de savoir s’il demeure possible de le définir indépendamment de cette référentialité. Bien qu’émergeant d’une théorisation différente du corps et du sujet, cette question n’est pas sans lien avec la citation de Gayatri Spivak mise en exergue dans le premier chapitre de Ces corps qui comptent : « si l’on pense vraiment au corps en tant que tel, il n'est pas possible d’en tracer les contours. […] Le corps, en tant que tel, ne peut être pensé »63. Pour le premier Merleau-Ponty, le corps demeure le point de référence à partir duquel le sujet appréhende le monde – cette conception étant vouée à évoluer dans la seconde partie de son œuvre –, là où il est davantage, d’un point de vue post-structuraliste, l’effet d’une relation avec le monde. Dans les deux cas cependant, est rejetée une appréhension du corps comme essence, soit qu’il se dépasse sans cesse vers un objet intentionnel, soit que la matérialité, comme effet du pouvoir, soit considérée comme un processus, qui par sa stabilisation au fil du temps produit l’illusion de fixité. De même, il devient difficile d’admettre, chez Merleau-Ponty comme chez Butler, une distinction stricte entre l’intérieur (le corps) et l’extérieur (le monde). La signification du corps lui est donnée – en partie, ou entièrement – par sa relation à un dehors. L’analyse post-structuraliste se présente donc, de nouveau, comme l’approfondissement de la phénoménologie merleau-pontienne et sa remise en question de la partition intérieur/extérieur.

28Certes, on ne peut que conclure qu’un féminisme phénoménologique posant le sexe comme un fait irréductible et s’employant à décrire les spécificités des corps dits « féminins » demeure inconciliable avec la déconstruction de la matérialité du sexe entreprise dans Ces corps qui comptent. Cependant, l’analyse de Butler pourrait être lue en lien avec un propos de type phénoménologique portant, non sur un ensemble de caractéristiques physiologiques, mais sur l’analyse du corps comme projet, telle que développée par Merleau-Ponty dans la Phénoménologie de la perception.

  • 64  A.P. Foultier, « Language and the Gendered Body : Butler’s Early Reading of Merleau-Ponty », Hypat (...)

29La référence à Merleau-Ponty fonctionne donc, dans le texte de Butler, comme une amorce de la déconstruction de la catégorie de sujet, qu’elle soit utilisée pour penser la performativité du genre dans ses premiers articles, ou la formation du sujet par un dehors constitutif dans ceux plus récents. Si le féminisme phénoménologique, qui s’attribue la tâche d’une description de la subjectivité féminine, s’harmonise assez peu avec son propos, le texte de Merleau-Ponty reçoit en revanche une attention particulière et constitue souvent une référence positive. Et ce, dans la mesure où cet auteur reformule lui-même constamment le problème du sujet, et cherche, tout au long de son œuvre, à sortir de l’opposition sujet/objet, ce qui aboutit à une forme de décentrement de cette catégorie au profit d’autres notions. La réception de Merleau-Ponty par Butler indique ainsi de nombreuses pistes de réappropriations féministes de celui-ci qui excèdent le champ du féminisme phénoménologique. Mais, plus encore, cette réception révèle finalement le sens de la pensée merleau-pontienne64 – ou appuie, du moins, une certaine lecture de ce corpus –, en en assumant pleinement les conséquences les plus radicales : le constructivisme contenu dans son anti-naturalisme, la constitution du sujet par son dehors contenue dans les notions d’institution, de chiasme et de chair, et enfin, non le strict abandon, mais une reformulation profonde du concept de sujet.

Haut de page

Notes

1  J. Butler, Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, trad. C. Kraus, Paris, La Découverte, 2006, p. 109.

2  Voir par exemple l’introduction de S. Kruks, Retrieving Experience : Subjectivity and Recognition in Feminist Politics, Ithaca Cornell University Press, 2001.

3  S. Ahmed, Queer Phenomenology, Orientations, Objects, Others, Durham et Londres, Duke University Press, 2006, p. 4.

4  Voir à ce sujet M. Provost, « Articuler l’expérience et le discours : réflexions à partir du poststructuralisme et de la phénoménologie féministe », GLAD ! [En ligne], 10, 2021, p. 8‑10.

5  J. Oksala, Feminist Experiences, Foucaldian and Phenomenological Investigations, Northwestern University Press, 2016, p. 97‑108.

6  J. Butler, « Sex and Gender in Simone de Beauvoir’s Second Sex », Yale French Studies, 72, 1986, p. 35‑49 ; « Sexual Ideology and Phenomenological Description : A Feminist Critique of Merleau-Ponty’s Phenomenology of Perception », The Thinking Muse, 1989, p. 85‑100 ; « Performative Acts and Gender Constitution : An Essay in Phenomenology and Feminist Theory », Theatre Journal, 40 (4), 1988, p. 519‑531.

7  J. Butler, « Sexual Difference as a Question of Ethics : Alterities of the Flesh in Irigaray and Merleau-Ponty », Chiasmi International 10, 2008, p. 333‑347 ; « Merleau-Ponty and the Touch of Malebranche », Senses of the Subject, New York, Fordham University Press, 2015, p. 36‑62.

8  M. Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1945, p. 97.

9  « Les différents décentrements que Merleau-Ponty fit opérer à la conscience de soi ne furent jamais infligés comme des “blessures narcissiques”, mais comme autant d’occasions, chaque fois, de relancer le mouvement de l’interrogation. […] L’ensemble de son parcours pourrait se lire comme l’accomplissement systématique et raisonné d’une véritable réflexion “hors de soi” », É. Bimbenet, « “La chasse sans prise” : Merleau-Ponty et le projet d’une science de l’homme sans l’homme », Les Études philosophiques, 57 (2), 2001, p. 257.

10  M. Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, op. cit., p. 199.

11  Ibid., p. 221.

12  J. Butler, « Performative Acts and Gender Constitution : An Essay in Phenomenology and Feminist Theory », art. cit., p. 521.

13  « The legacy of sedimented acts rather than a predetermined or foreclosed structure, essence or fact », ibid., p. 523.

14  « A felicitous starting point for the feminist effort to understand the mundane manner in which bodies get crafted into genders », ibid., p. 525.

15  J. Butler, Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, op. cit., p. 167.

16  Ibid., p. 69.

17  Voir S. Kruks, Retrieving Experience : Subjectivity and Recognition in Feminist Politics, op. cit., en particulier l’introduction p. 12‑13.

18  M. Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, op. cit., p. 199.

19  Ibid.

20  M. Merleau-Ponty, L’institution, la passivité. Notes de cours au Collège de France, (1954-1955), Paris, Belin, 2003, p. 38.

21  R. Terzi, « Institution, événement et histoire chez Merleau-Ponty », Bulletin d’Analyse Phénoménologique, Volume 13 (3), 2017, p. 7.

22  « The existence of a choosing and constituting agent prior to language (who poses as the sole source of its constituting acts) », J. Butler, « Performative acts and gender constitution : An essay in phenomenology and feminist theory », art. cit., p. 519.

23  « Gender is […] an identity instituted through a stylized repetition of acts », ibid.

24  « If the ground of gender identity is the stylized repetition of acts through time, […] then the possibilities of gender transformation are to be found […] in the possibility of a different sort of repeating, in the breaking or subversive repetition of that style », ibid., p. 520.

25  J. Butler, Ces corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du sexe, trad. C. Nordmann, Paris, Éditions Amsterdam, 2009, p. 24.

26  J. Butler, G. Salamon, « Learning How to See : An Interview with Judith Butler », Philosophy Today, 61, 2017, p. 336‑337.

27  J. Butler, Le récit de soi, trad. B. Ambroise, V. Aucouturier, Paris, Presses Universitaires de France, 2007, p. 18‑19.

28  Ibid., p. 19.

29  M. Provost, « Articuler l’expérience et le discours : réflexions à partir du poststructuralisme et de la phénoménologie féministe », art. cit.

30  Voir F. Brugère, G. le Blanc, Judith Butler. Trouble dans le sujet, trouble dans les normes, Paris, Presses Universitaires de France, 2009.

31  J. Butler, Ces corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du sexe, op. cit., p. 194.

32  J. Butler, Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, op cit., p. 53.

33  Esther Newton, Mother Camp : Female Impersonators in America, Chicago, University of Chicago Press, 1971, cité par Butler, ibid., p. 260.

34  J. Butler, Ces corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du sexe, op. cit, p. 132.

35  Ibid.

36  J. Butler, Senses of the Subject, op. cit., p. 56.

37  M. Merleau-Ponty, Le visible et l’invisible, Paris, Gallimard, 1964, p. 179.

38  L. Irigaray, Éthique de la différence sexuelle, Paris, Les Éditions de Minuit, 1984, p. 148.

39  « The subject, as flesh, is primarily an intersubjective being, finding itself as Other », J. Butler, « Sexual Difference as a Question of Ethics : Alterities of the Flesh in Irigaray and Merleau-Ponty », art. cit., p. 345.

40  « The I who sees is in some sense abandoned to the visible world, decentered in that world […] the I who touches is in some sense lost to the tactile world, never to regain itself completely », ibid., p. 341‑342.

41  « The phenomenological experience of not being able to close the circuit, of being as it were in a perpetual relationship of noncoincidence with oneself », ibid., p. 346.

42  « Touched and touching are not reciprocal relations ; they do not mirror one another ; they do not form a circle or a relation of reciprocity. I am not touched as I touch, and this noncoincidence is essential to me and to touch », J. Butler, Senses of the Subject, op. cit., p. 53.

43  É. Bimbenet, Nature et humanité. Le problème anthropologique dans l’œuvre de Merleau-Ponty, Paris, Vrin, 2004, p. 270.

44  M. Merleau-Ponty, Le visible et l’invisible, op. cit., p. 179.

45  Inédit cité par R. Barbaras, Le tournant de l’expérience. Recherches sur la philosophie de Merleau-Ponty, Paris, Vrin, 1998, p. 81.

46  « It is only on the condition that a body is already exposed to something other than itself, something by which it can be affected, that it becomes possible for a sentient self to emerge », J. Butler, Senses of the Subject, op. cit., p. 41.

47  « There is in the emergence of the I”, a certain passive constitution from the outside », ibid., p. 46.

48  « That inspection of myself will of necessity refer me elsewhere, outside », ibid., p. 57.

49  « This obscurity, nonnarratable, constitutes the irrecoverable prehistory of the subject », ibid., p. 47.

50  J. Butler, Le récit de soi, op. cit., p. 7.

51  Ibid, p. 18.

52  Ibid, p. 19.

53  M. Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, op. cit., p. 249.

54  Ibid, p. 249‑250.

55  J. Butler, Le récit de soi, op. cit., p. 40.

56  « Le langage et la matérialité sont enchâssés l’un dans l’autre et forment comme un chiasme dans leur interdépendance, sans toutefois s’assimiler ou se réduire tout à fait l’un à l’autre, sans jamais non plus s’excéder l’un l’autre », J. Butler, Ces corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du sexe, op. cit., p. 80.

57  Ibid., p. 47.

58  Voir par exemple C. Bigwood, « Renaturalizing the body (with the help of Merleau-Ponty) », Hypatia 6 (3), 1991, p. 54‑73.

59  J. Butler, Ces corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du sexe, op. cit., p. 16.

60  Ibid., p. 192.

61  Ibid., p. 13.

62  M. Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, op. cit., p. 117.

63  J. Butler, Ces corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du sexe, op. cit., p. 15.

64  A.P. Foultier, « Language and the Gendered Body : Butler’s Early Reading of Merleau-Ponty », Hypatia 28, 2013, p. 777.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clara CHAFFARDON, « Les réceptions féministes post-structuralistes de Merleau-Ponty. Utilisations et critiques du concept phénoménologique de sujet »Philonsorbonne, 16 | 2022, 231-228.

Référence électronique

Clara CHAFFARDON, « Les réceptions féministes post-structuralistes de Merleau-Ponty. Utilisations et critiques du concept phénoménologique de sujet »Philonsorbonne [En ligne], 16 | 2022, mis en ligne le 20 avril 2022, consulté le 05 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/philonsorbonne/2429 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philonsorbonne.2429

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search