Navigation – Plan du site

Le dieu de la loi

Athéisme et politique de la religion d’Euripide à Platon
Fulcran Teisserenc
p. 37-69

Résumés

À la fin du ve siècle avant Jésus-Christ, apparaît dans la littérature grecque un certain nombre de discours impies. Platon en fait l’inventaire dans les Lois. Parmi les critiques adressées à la religion traditionnelle, l’une figure en bonne place chez Euripide : puisque les hommes injustes n’ont, dans les faits, guère à pâtir de leur conduite, il est légitime de mettre en doute l’existence des dieux. Or une autre thèse, voisine dans son vocabulaire mais conceptuellement distincte, se fait jour à la faveur de la première : l’irrespect de la loi et son affaiblissement entraînent une perte de confiance dans les dieux, car ces derniers sont une partie même du nomos. La réponse sophistique et même platonicienne à ce constat propose d’inverser les termes du problème : il faudrait pouvoir renforcer le tout par la partie, le nomos par la croyance aux dieux, les deux étant des faits institutionnels produits par le ou les législateurs. L’article examine comment cette suggestion se trouve développée, avec des variations, par Protagoras, Critias et l’Étranger d’Athènes au livre X des Lois.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

athéisme, justice, nomos, religion

Keywords :

atheism, justice, nomos, religion
Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2019.

Plan

I. Euripide ou l’injustice en balance
II. Perspectives sophistiques sur la valeur et l’usage des croyances religieuses
III. Les Lois de Platon : de l’athéisme à la religion d’État
Conclusion

Aperçu du texte

La question de l’athéisme dans l’Antiquité occupe depuis peu une position moins marginale dans le paysage des recherches sur la pensée antique. Pendant longtemps, la tendance voulait que le refus de toute espèce de dieu soit l’apanage des temps modernes, favorisé par les guerres de religion et l’émergence de la science expérimentale mais aussi par l’unité organique de dogme et de culte des christianismes, facilitant en quelque sorte le travail de négation. Avant le curé Meslier, mort en 1729, il n’y aurait pas eu d’athée déclaré. Le grand livre de Lucien Febvre sur le problème de l’incroyance au xvie siècle s’était attaché à montrer que l’omniprésence de la religion chrétienne saturant le paysage et rythmant le temps pouvait s’accommoder d’un naturalisme qui recyclait les thèmes antiques de l’âme du monde et d’un humanisme imprégné de sagesse païenne, mais ne rendait pas possible la formulation explicite d’une vision du monde débarrassée de toute forme de surnaturel. Ce diagnostic m...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fulcran Teisserenc, « Le dieu de la loi », Philosophie antique, 18 | 2018, 37-69.

Référence électronique

Fulcran Teisserenc, « Le dieu de la loi », Philosophie antique [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/philosant/1008

Haut de page

Auteur

Fulcran Teisserenc

Gramata, Université Paris 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Philosophie antique est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses du Septentrion
  • Logo Centre Jean-Pépin
  • Logo Centre Léon-Robin
  • Logo Site CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo « Savoirs, textes, langage » (STL) UMR 8163
  • OpenEdition Journals