Navigation – Plan du site

L’aporie de Protagoras sur les dieux

Le Peri theon et sa tradition
Michele Corradi
p. 71-103

Résumés

Le célèbre incipit du Peri theon (80 B 4 DK = 31 D 10 Laks-Most), dans lequel Protagoras affirmait être dans l’incapacité de savoir si les dieux existent ou non, joue sans aucun doute un rôle important dans l’histoire de l’athéisme ancien dans la mesure où il permet, comme le souligne David Sedley, de reconstruire un contexte culturel dans lequel la négation de l’existence des dieux était considérée comme une thèse philosophique digne d’être discutée. La présente contribution portera sur les principaux problèmes exégétiques relatifs au fragment protagoréen. Dans un premier moment, nous nous occuperons de la question de la constitution du texte. Nous considérerons ensuite l’historicité de la tradition biographique concernant la persécution judiciaire du sophiste, qui est évoquée par la plupart des sources citant le fragment. Finalement, nous essayerons d’étudier le fragment de Protagoras dans le cadre de la tradition philosophique et littéraire qui le précède et de l’analyser à la lumière de la réflexion philosophique du sophiste lui-même, afin de mieux comprendre le point de vue sur les dieux et la religion que Protagoras exprimait dans son écrit.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

athéisme, sophistique

Keywords :

atheism, sophistics

Auteurs cités :

Protagoras
Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2019.

Plan

Le texte
La tradition sur le procès
Problèmes d’interprétation

Aperçu du texte

Pour qui désire reconstruire l’histoire de l’athéisme ancien,il est presque impossible de négliger le rôle que joue le célèbre fragment constituant l’incipit du Peri theon (80 B 4 DK = 31 D 10 Laks-Most 2016a et b), dans lequel Protagoras affirmait de manière probablement assez scandaleuse pour son époque qu’il était incapable de savoir si les dieux existent ou s’ils n’existent pas.

Si la position de Protagoras apparaît, aux yeux des modernes, comme relevant de l’agnosticisme plutôt que de l’athéisme, plusieurs témoignages anciens inscrivent en revanche le nom du sophiste dans des listes de philosophes athées. Certes, le terme grec atheos présente une gamme de sens beaucoup plus ample que le français « athée ». Toutefois, au moins une source ancienne, l’épicurien Diogène d’Œnoanda (fr. 16, col. II 1-III 14 Smith= 80 A 23 DK = 31 R 24 LM), cherche à démontrer, en proposant une interprétation probablement forcée du texte protagoréen, que la position apparemment agnostique du sophiste i...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michele Corradi, « L’aporie de Protagoras sur les dieux », Philosophie antique, 18 | 2018, 71-103.

Référence électronique

Michele Corradi, « L’aporie de Protagoras sur les dieux », Philosophie antique [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/philosant/1016

Haut de page

Auteur

Michele Corradi

Aix-Marseille Université, IHP michele.corradi@univ-amu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Philosophie antique est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses du Septentrion
  • Logo Centre Jean-Pépin
  • Logo Centre Léon-Robin
  • Logo Site CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo « Savoirs, textes, langage » (STL) UMR 8163
  • OpenEdition Journals