Navigation – Plan du site

L’art subtil d’Euripide de critiquer les dieux sur la scène

Maria Michela Sassi
p. 169-191

Résumés

J’essaie d’explorer la vision religieuse d’Euripide en le considérant comme un penseur en même temps qu’un artiste, ou mieux, comme un auteur qui soulève en artiste des questions essentielles sur le sens de l’existence humaine par rapport à celle des dieux, non pas tellement en mettant dans la bouche de ses personnages certaines doxai, mais plutôt en les faisant parler et agir d’une certaine façon dans une situation dramatique particulière. En me détachant aussi bien des savants qui ont vu dans Euripide un défenseur de la tradition religieuse, que de ceux qui ont tendance à déconstruire ses figures des dieux dans un jeu de projections de la psychologie humaine, je soutiens qu’Euripide a mis en question dès le début la consistance des croyances traditionnelles, avec une inquiétude grandissante qui a abouti, sinon à une négation de l’existence des dieux, du moins à une attitude exaspérée de doute sur leur rôle dans l’existence humaine : ce qui est suffisant pour qu’il puisse être compté parmi les auteurs que Platon accuse d’impiété dans le livre X des Lois.

Haut de page

Entrées d’index

Auteurs cités :

Euripide, Platon
Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2019.

Aperçu du texte

Il ne faudra pas trop de remarques préliminaires pour justifier l’inclusion d’Euripide dans une enquête sur l’athéisme philosophique dans l’Antiquité grecque. Il est toutefois presque obligatoire de rappeler pour commencer qu’Euripide fut bientôt perçu comme un « philosophe de la scène », selon la formule qu’on retrouve soit dans le latin de Vitruve (VIII 1 : philosophus scaenicus), soit dans le grec d’Athénée (Deipnosophistes 561A : σκηνικὸς φιλόσοφος). Cette caractérisation devait beaucoup, entre autres, à l’association de longue fortune entre Euripide et Socrate établie en son temps par Aristophane, observateur aigu d’Athènes au vesiècle av. J.-C. Cette association reste valable même si on ne croit pas à la tradition selon laquelle Euripide serait allé jusqu’à mettre littéralement par écrit les idées de Socrate (dans un sens qui poussera Nietzsche à les impliquer tous les deux dans l’accusation d’avoir tué la tragédie avec l’arme du rationalisme), car elle est fort probablement f...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Michela Sassi, « L’art subtil d’Euripide de critiquer les dieux sur la scène », Philosophie antique, 18 | 2018, 169-191.

Référence électronique

Maria Michela Sassi, « L’art subtil d’Euripide de critiquer les dieux sur la scène », Philosophie antique [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/philosant/1037

Haut de page

Auteur

Maria Michela Sassi

Université de Pise

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Philosophie antique est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses du Septentrion
  • Logo Centre Jean-Pépin
  • Logo Centre Léon-Robin
  • Logo Site CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo « Savoirs, textes, langage » (STL) UMR 8163
  • OpenEdition Journals