Navigation – Plan du site

Les athéismes de Bion de Borysthène

Suzanne Husson
p. 193-215

Résumés

Bion de Borysthène, qui a fréquenté l’école académicienne (Xénocrate), cynique (Cratès) et cyrénaïque (Théodore), ne faisait pas partie des listes traditionnelles d’athées en circulation dans l’Antiquité, mais on lui attribue pourtant la formule athée d’après laquelle « il n’y a pas de dieux » (Diogène Laërce, IV, 55). L’examen des témoignages montre qu’il pouvait être qualifié d’athée à deux niveaux. Tout d’abord, aussi bien au niveau théorique que pratique, il adoptait une attitude très critique à l’égard des pratiques religieuses et des récits mythiques traditionnels dont il mettait en valeur les contradictions et plus largement contestait la partition du réel entre sacré et profane (Sénèque, Des bienfaits, VII 7, 1-2). Par ailleurs, Bion s’est également opposé à la théologie philosophique épicurienne et, en particulier, à son anthropomorphisme. Il s’appuyait, entre autres, sur une thèse (« chaque genre de vivants a une forme particulière dans son genre particulier », Démétrius Lacon, De la forme du dieu, XIX, 13), compatible avec l’épicurisme. Pour cette raison, Démétrius Lacon entreprit d’y répondre en montrant que cette prémisse, pouvant aussi servir à contester les théologies astrales (platoniciennes ou stoïciennes), ne vaut que pour les êtres accessibles par la sensation, ce qui n’est pas le cas des dieux. Cette polémique, dont l’enjeu est la limite de l’application du principe d’isonomie, a laissé des traces jusque dans le De signis de Philodème.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2019.

Plan

Contre les traditions religieuses : de l’impiété à l’athéisme
Contre les dieux des philosophes

Aperçu du texte

Bion de Borysthène, qui vécut approximativement entre 335 et 245 av. J.-C., ne faisait pas partie des listes traditionnelles d’athées telles qu’elles nous sont parvenues, c’est-à-dire des personnages censés avoir nié l’existence des dieux c’est pourtant un des premiers exemples documentés – sinon le premier – d’athée se repentant sur son lit de mort, ce que Diogène Laërce, friand de ce genre d’anecdotes, n’a pas manqué de rapporter :

Dans la conversation, il tenait souvent des propos très irrespectueux envers les dieux (πολλὰ δὲ καὶ ἀθεώτερον προεφέρετο τοῖς ὁμιλοῦσι), suivant en cela l’exemple de Théodore. Par la suite, lorsqu’il fut atteint par la maladie, comme le racontèrent les gens de Chalcis – c’est là en effet qu’il mourut –, il se laissa convaincre d’accepter des amulettes et de se repentir des injures qu’il avait lancées contre la divinité.

L’ironie est que ce personnage mourra, non seulement en se repentant de son impiété – mal parler des dieux, en effet, est une impiété – ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Suzanne Husson, « Les athéismes de Bion de Borysthène », Philosophie antique, 18 | 2018, 193-215.

Référence électronique

Suzanne Husson, « Les athéismes de Bion de Borysthène », Philosophie antique [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/philosant/1045

Haut de page

Auteur

Suzanne Husson

Sorbonne Université, Centre Léon Robin (UMR 8061), Labex RESMED

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Philosophie antique est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses du Septentrion
  • Logo Centre Jean-Pépin
  • Logo Centre Léon-Robin
  • Logo Site CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo « Savoirs, textes, langage » (STL) UMR 8163
  • OpenEdition Journals