Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Stéphane Marchand, Pierre Ponchon, Gorgias de Platon suivi de Éloge d’Hélène de Gorgias, traduction, introduction et notes

Julie Tramonte
p. 286-288
Référence(s) :

Stéphane Marchand, Pierre Ponchon, Gorgias de Platon suivi de Éloge d’Hélène de Gorgias, traduction, introduction et notes, Paris, Les Belles Lettres, 2016, 399 p., ISBN : 9782251446028.

Entrées d’index

Auteurs cités :

Platon, Gorgias
Haut de page

Texte intégral

1Le catalogue des Belles Lettres s’est enrichi en 2016 d’une nouvelle traduction de deux œuvres parmi les plus importantes de la philosophie et de la rhétorique, le Gorgias de Platon et l’Éloge d’Hélène de Gorgias, réunies dans un volume unique, accessible, dense, et riche d’un notable travail de synthèse. Cette traduction en langue française rejoint donc celles d’É. Chambry (1912), d’A. Croiset (1923), de L. Robin (1940) et de M. Canto (1987) pour le Gorgias, et celles de J.-L. Poirier (1988), de B. Cassin (1995) et de M.-L. Desclos (2010) pour l’Éloge d’Hélène. La réunion des deux œuvres en un seul et même volume est en soi une nouveauté que les auteurs justifient, de façon subsidiaire, par le fait que l’Éloge d’Hélène « peut permettre de comprendre le cadre général du Gorgias » (p. 348). Une subordination à notre sens discutable qui imprimera, comme nous le verrons, ses marques dans la traduction du discours épidictique.

2L’ouvrage se compose de deux parties consacrées respectivement au dialogue platonicien et au discours du sophiste, parties organisées de manière homologue et comprenant chacune une introduction, un plan, des remarques sur la traduction et la traduction à proprement parler. Le volume se clôt sur un tableau de quatre pages, en annexe, fournissant au lecteur les principaux repères chronologiques nécessaires à la compréhension des références qui émaillent le Gorgias, ainsi qu’une table des matières et une bibliographie structurée. Cette dernière s’étend sur dix-sept pages et comprend cent quatre-vingt-quatre titres ; elle reprend l’essentiel des publications en français, anglais et italien et laisse la part belle aux publication récentes. Les auteurs auraient pu favorablement ajouter à cette liste de choix quelques ouvrages en allemand, pour n’en citer que deux : la récente traduction commentée de J. Dalfen (Platon Werke, Übersetzung und Kommentar, VI. 3, Gorgias, Übersetzung und Kommentar von Joachim Dalfen, Göttingen, 2004) ou bien encore les travaux de Th. Kobusch et tout spécialement son récent article intitulé « Wie man leben soll : Gorgias » (dans T. Kobusch and B. Mojsisch hrsg., Platon : seine Dialoge in der Sicht neuer Forschungen, Darmstadt, 1996, p. 47-63). On ne conseillera que trop, à l’heure où paraîtra cette recension, de consulter également, à titre complémentaire, la bibliographie de P. Gardeya (Platons Gorgias : Interpretation und Bibliographie, Würzburg, 2007).

3La partie consacrée au Gorgias de Platon s’ouvre sur une longue introduction occupant à elle seule, avec ses cent cinq pages, plus d’un quart du livre. Elle est rédigée de façon claire et précise et donne un aperçu tout à fait limpide et exhaustif de l’ensemble des éléments nécessaires à un lecteur non spécialiste pour aborder le texte de Platon. Les auteurs y traitent de l’objet, des caractéristiques et des enjeux du dialogue, ce qui les amène à classer ce dernier, au sein du corpus Platonicum, parmi les dialogues dits « de transition » (p. 7-20). Ils abordent également l’ensemble des grands thèmes philosophiques qui sous-tendent la trame du texte (p. 20-36), l’arrière-plan historique (p. 37-70), pour finir sur des questions morales, relatives à la nature du Gorgias en général et à la fonction du mythe final en particulier (p. 71-113).

4Le texte grec utilisé par les auteurs est celui établi par E. R. Dodds (Plato. Gorgias, A Revised Text with Introduction and Commentary, Oxford, 1959) à l’exception de quelques rares changements. La traduction se lit agréablement mais ne présente aucun trait saillant, si ce n’est le parti pris des auteurs de rendre aussi systématiquement que possible le terme éminemment polysémique λόγος, au cœur de tous les affrontements, par « argument » ou « argumentation », entendu au sens large « d’expression d’une position ou d’une thèse qui cherche à recevoir l’assentiment de celui à qui il s’adresse » (p. 11). De manière générale, l’ensemble des choix concernant l’édition et la traduction du texte auraient gagné à être davantage mis en valeur et justifiés. Ainsi certaines préférences surprennent-elles, comme l’adoption de la leçon δικαστική au lieu de δικαιοσύνη (464b8, 464c2, 465c5) — par assimilation et pour répondre à la construction des substantifs du passage ? — alors que F (Vindobonensis 55, suppl. gr. 39) est généralement considéré comme un manuscrit moins satisfaisant, car émaillé d’erreurs, que ceux de la première famille (BTW). Ce choix apparaît d’autant plus gratuit qu’il n’éclaire la compréhension du passage d’aucune lumière nouvelle. De même, en 484b7 où Calliclès cite les vers de Pindare, les auteurs ont préféré conserver la leçon des manuscrits βιαίων τὸ δικαιότατον (ou plutôt, ce dont il n’est pas fait mention, βιαιῶν τὸ δικαιότατον, soit la version des manuscrits corrigée par Ulrich von Wilamowitz dans Platon, vol. 2, Beilagen und Textkritik, Berlin, 1920, p. 95-105) au lieu du texte original de Pindare (δικαιῶν τὸ βιαιότατον) alors même que la plupart des éditeurs actuels s’accordent à voir dans cette leçon une erreur du copiste, comme le recense K. C. Stefou dans son récent article (« ΝΟΜΟΣ Ο ΠΑΝΤΩΝ ΒΑΣΙΛΕΥΣ », Akroterion, 60, 2015, p. 1-11, DOI : http://dx.doi.org/​10.7445/​60-1-953). De manière générale, on regrettera les trop rares notes de traduction. Les lecteurs qui s’intéressent au grec devront se reporter à d’autres éditions.

5Dans la seconde partie consacrée à l’Éloge d’Hélène les auteurs proposent, en une trentaine de pages, une intéressante introduction générale à la vie et à l’œuvre de Gorgias et évoquent l’unité des textes qui nous sont parvenus, les rapports entre le Sur le Non-Être ou Sur la Nature et l’Hélène du point de vue du langage et de la vérité, la nature du λόγος persuasif, sa toute-puissance, les mécanismes de la persuasion, la place du plaisir dans l’éventail psychagogique du λόγος ainsi que le rôle et la valeur de l’ὄψις dans l’économie argumentative de l’Hélène, ce qui est assez rare (et plaisant) pour être souligné.

6Le texte utilisé par les auteurs pour leur traduction de l’Éloge d’Hélène est, à l’exception d’une seule interpolation refusée (<διήγησις ἣ τε τῶν> en 2, 7), celui de l’édition de référence de F. Donadi (Gorgia, Encomio di Elena, testo critico, introd., trad. e note a cura di Francesco Donadi, Roma, 1982). La traduction se lit aisément, peut-être trop, même, compte tenu de la particularité et de la vivacité du style de Gorgias que le français semble gommer ici. L’étrangeté fondamentale du verbe de Gorgias, connu pour « gorgianiser » ses discours (Philostrate, Lettres, 73 = 82 A 35 DK) aurait gagnée à être mise d’avantage en évidence, en respectant les structures logiques, rythmiques et sémantiques du texte grec chaque fois que possible, au prix de tournures dichotomiques fortes parfois inélégantes ou de redondances. Il est dommage, dans ce sens, d’avoir voulu élever l’idiome en traduisant ἄξιος αἰτιᾶσθαι ὁ αἰτιώμενος par « le responsable mérite d’être accusé », la séparation des deux registres – celui de l’accusation juridique et celui de la responsabilité morale du lemme αἰτι– dissolvant le rôle singulier qu’a joué historiquement l’Éloge d’Hélène dans la constitution philosophique du problème de la responsabilité. Le respect à tout prix du principe d’invariance dans la traduction de λόγος pose un problème similaire, d’autant que le terme, tel qu’il apparaît chez Gorgias, résiste à toute polarisation : il est nécessairement « discours » au paragraphe 8, puisqu’il est fait mention de sa matérialité (ὃς σμικροτάτωι σώματι καὶ ἀφανεστάτωι θειότατα ἔργα ἀποτελεῖ), impérativement « argument » au paragraphe 15, alors qu’il introduit un quatrième temps dans l’argumentation (τὴν δὲ τετάρτην αἰτίαν τῶι τετάρτωι λόγωι διέξειμι), re-discours dans la péroraison (ἐβουλήθην γράψαι τὸν λόγον Ἑλένης μὲν ἐγκώμιον, ἐμὸν δὲ παίγνιον), comme se sont finalement résignés à le traduire les auteurs, de guerre lasse. En dépit de la qualité de la traduction, l’ensemble des commentaires ci-dessus ainsi que la restriction des notes à leur seule fonction référentielle relative au dialogue de Platon laisse au lecteur désireux de découvrir un texte tout à fait singulier dans l’histoire de la philosophie et de la rhétorique l’amère impression de n’avoir accès ici qu’à une annexe du Gorgias de Platon. Notons également la traduction de ὑβρίσθη, ὑβρίσας, ὑβρισθεῖσα par « viol » qui apporte une précision bienvenue au texte — car c’est probablement ce que nous devons, aujourd’hui, lire sous ce passage ; mais peut-être aurait-il fallu apporter cette précision dans les notes, le « viol » étant un concept tout à fait étranger à la pensée et à la réalité grecques (cf. S. Deacy et K. F. Pierce (éd.), Rape in Antiquity, Sexual Violence in the Greek and Roman Worlds, London, 1997).

7Ces quelques réserves mises à part, cette double traduction reste un ouvrage précieux susceptible d’inciter à lire ou à relire ces deux chefs-d’œuvre de la philosophie et de la rhétorique que sont l’Éloge d’Hélène et le Gorgias de Platon et nous remercions les auteurs pour cela.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Tramonte, « Stéphane Marchand, Pierre Ponchon, Gorgias de Platon suivi de Éloge d’Hélène de Gorgias, traduction, introduction et notes », Philosophie antique, 18 | 2018, 286-288.

Référence électronique

Julie Tramonte, « Stéphane Marchand, Pierre Ponchon, Gorgias de Platon suivi de Éloge d’Hélène de Gorgias, traduction, introduction et notes », Philosophie antique [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/philosant/1094

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Philosophie antique est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses du Septentrion
  • Logo Centre Jean-Pépin
  • Logo Centre Léon-Robin
  • Logo Site CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo « Savoirs, textes, langage » (STL) UMR 8163
  • OpenEdition Journals