Navigation – Plan du site

Chad Jorgenson, The Embodied Soul in Plato’s Later Thought

Cambridge, Cambridge University Press, 2018 (Cambridge Classical Studies), 217 p., ISBN 978-1-107-17412-2
Olivier Renaut
Référence(s) :

Chad Jorgenson, The Embodied Soul in Plato’s Later Thought, Cambridge, Cambridge University Press, 2018 (Cambridge Classical Studies), 217 p., ISBN 978-1-107-17412-2.

Texte intégral

1En réponse à l’affirmation (ou l’accusation) d’un dualisme trop rigide tel qu’il est interprété à partir du Phédon, l’ouvrage de C. Jorgenson entend faire justice d’un ensemble de problèmes relatifs à l’âme incarnée, principalement dans la République, le Timée et le Philèbe. Peut-on envisager une analyse du composé âme-corps sur un autre mode que celui de la condamnation du corps ? L’A. fait le choix d’un parcours en « questions » en sept chapitres afin de montrer que l’intérêt de cette question de l’âme incarnée ne saurait se réduire à un examen anthropologique de moindre valeur : 1) Thymos, 2) L’âme désirante, 3) L’âme rationnelle, 4) Mesurer le plaisir, 5) Eudaimonia, 6) La sphère politique, 7) L’eschatologie. Si de fait il est difficile d’élaborer un système platonicien de l’âme incarnée, ces parcours thématiques permettent de mesurer l’écart entre un dualisme mal compris et une certaine volonté platonicienne de donner droit aux passions et opérations du vivant, qui fait état d’une autre manière, pour l’âme, d’atteindre le bien. Mélange, harmonie, équilibre, médiation sont autant de termes qui, évoquant une constitution plurielle de l’âme et de sa dimension incarnée, évoquent un dualisme d’une autre nature que le rigorisme (supposé) du Phédon.

2Plutôt que de présenter l’ouvrage en fonction de ses chapitres qui sont relativement autonomes et dont la succession ne donne pas nécessairement l’image d’une thèse unifiée, on en rendra compte en fonction d’un certain nombre de thématiques transversales.

3Un premier fil rouge est celui d’une supposée « évolution de la pensée de Platon ». À travers ces chapitres, l’A. répond de manière complexe à la question d’une possible évolution de la pensée platonicienne concernant le rapport entre l’âme et le corps, en isolant pour son corpus la République, le Timée et le Philèbe. Tout d’abord, contre une tradition néoplatonicienne qui fait du Phédon la pierre de touche d’un dualisme strict et définitif, au regard duquel les descriptions de l’âme incarnée dans les dialogues plus tardifs sont conçues comme des « assouplissements », l’A. montre au contraire que Platon ne cesse d’approfondir un dualisme déjà complexe qui est fait de tensions inhérentes à l’âme elle-même. Par exemple, selon l’A., l’idéal d’assimilation au divin (homoiosis theoi) qu’on pourrait voir annoncé dans le Phédon n’est pas, comme le propose D. Sedley (« The ideal of godlikeness », dans G. Fine (éd.), Plato 2: Ethics, Politics, Religion, and the Soul, Oxford, Oxford University Press, 1999, p. 309-328), exclusif d’un intérêt pour les vertus démotiques et politiques pour atteindre le bonheur. De même, et en contrepoint des travaux de C. Bobonich par exemple (Plato’s Utopia Recast, Oxford, Oxford University Press, 2002), l’A. montre que si évolution de Platon il y a dans la République, le Timée et le Philèbe, il ne s’agit ni de ruptures strictes (de la psychologie bipartite à la tripartition de l’âme) ni d’accommodements. En d’autres termes, le Phédon constitue pour l’A. un point de repère pour les dialogues ultérieurs concernant l’âme incarnée, mais il ne saurait constituer un point de non-retour. Une telle lecture qui est davantage unitarienne permet d’ailleurs à l’A. de convoquer utilement certains passages de dialogues « socratiques » (Protagoras, Gorgias, Banquet) qui plaident pour une plus grande continuité dans la pensée platonicienne. Il s’agit en somme de défendre un unitarisme modéré, dans lequel il faut reconnaître certaines tensions inhérentes à la pensée platonicienne elle-même sur la psychologie, le rôle de la politique, la question des plaisirs dans la vie bonne, l’eschatologie.

4Une seconde thématique concerne la définition même de « l’âme incarnée ». Que signifie exactement cette expression, que Platon n’emploie pas telle quelle ? De fait, il faut se résoudre encore à certaines tensions chez Platon : « rational souls, embodied souls, composites of body and soul » (p. 3) sont autant de manières de se rapporter à un dualisme articulé entre âme et corps. Car si l’A. ne remet pas en cause une hiérarchie des fonctions de l’âme selon laquelle l’âme rationnelle est la seule qui puisse donner une valeur à des opérations du composé, il montre surtout que Platon ne relègue pas au second plan des pans de l’existence humaine proprement essentiels : l’honneur (time) (ch. 1), la santé du corps humain comme « corps animé » (ch. 4), le plaisir humain qui n’est pas un plaisir pur (ch. 5). Le concept d’eudaimonia, qui fait l’objet d’au moins trois chapitres (2, 4 et 5), englobe ces principaux aspects. L’A. lit le Philèbe comme une manière de poser l’hédoniste, tel qu’on en trouve un portrait dans le Gorgias (p. 47-49) et le Protagoras, face à un dilemme : soit il maintient une vie de prédominance de plaisir, et il faudra alors accepter une vie beaucoup plus réglée comme celle que lui promet un calcul des biens et des peines, soit il cherche la plus grande intensité des plaisirs, et alors il faudra qu’il concède que la poursuite du plaisir débridé est une vie misérable (p. 52, voir aussi p. 96-101). Cette manière d’acculer l’hédoniste du Philèbe permet à l’A. d’affirmer que la question d’une eudaimonia humaine possède une certaine valeur aux yeux de Platon (p. 101). Une réponse à la question de ce qu’est vraiment une vie bonne peut alors être donnée à partir du Philèbe à travers une discussion serrée avec les travaux de D. Frede (p. 122, 130). L’admission de certains plaisirs n’est pas une « concession » faite à défaut d’une vie philosophique idéale, elle est au contraire une affirmation : il existe certains plaisirs, admissibles, notamment liés à la pratique de certaines activités conformes à la vertu et de certaines sciences secondaires (p. 135-139). Si cette thèse est étayée, l’âme incarnée doit être considérée pour elle-même, et non pas comme un « composé » dont il faudrait traiter les éléments séparément.

5Nous pouvons en venir alors à un ensemble de ce qu’on pourrait appeler des « médiations » (le terme est employé p. 32, celui de « moyens » est lui régulièrement utilisé) nécessaires à la réalisation de l’eudaimonia humaine, qui me paraissent constituer le principal apport de l’ouvrage. Nous retenons quatre de ses formes : le thymos, l’immortalité par degrés, la politique, les sciences.

6Le thymos tout d’abord (ch. 1). L’A. reste prudent quant à l’interprétation générale de la tripartition en fonctions ou en parties autonomes (voir surtout p. 56-58 au ch. 2), mais il affirme, avec raison, que le thymos a bien une fonction de médiation au sens où il représente un genre de désir et de plaisir (p. 14), centré sur le désir de victoire, la philonikia (p. 24), ayant une relation « symbiotique » avec la raison (p. 36). Sans cette médiation, il serait impossible de comprendre la diversité des désirs et des plaisirs, notamment ceux de l’honneur, dont l’A. reconnaît l’importance.

7Une autre forme de médiation est celle de la promesse d’une immortalité « par degrés ». Réservée à la partie rationnelle dans le Phédon, avec laquelle l’âme entière s’identifie, l’A. défend une position originale avec le Timée où se juxtaposent deux formes d’immortalité : une immortalité donnée comme celle des dieux d’une part, et une immortalité préconisée, à laquelle nous sommes exhortés, à la fin du dialogue (p. 66). En d’autres termes, l’horizon d’immortalité divine doit être articulé avec celui d’une immortalité démonique (p. 73, où l’auteur convoque également le Banquet), qui sert de tenseur pour les épreuves de l’âme rationnelle ici-bas (p. 75).

8La politique (ch. 6) n’est pas seulement un mal nécessaire ; elle constitue un environnement utile pour l’âme incarnée, ce que montrent deux affirmations majeures de l’A. à son sujet : il défend, de manière mesurée mais réelle, l’importance des « vertus démotiques et populaires » qui sont condamnées dans le Phédon, comme instruments de médiation pour un bonheur spécifiquement humain (p. 63) ; de même l’éducation et la pratique en commun de la philosophie permettent de donner des instruments éthiques à la conduite de sa propre vie (p. 92, et également p. 152-158, p. 161).

9Une dernière forme de médiation est la pratique des sciences inférieures. Étant donné le statut de l’âme incarnée, et du fait de ces médiations vers une eudaimonia dont le sens a été renouvelé, l’A. montre ainsi qu’il nous faut réviser notre idée d’une pratique de la philosophie trop stricte. Il y a, selon l’A., une véritable réhabilitation des sciences secondaires (voir p. 81-83 ; de remarquables pages sont consacrées à la médecine dans la République p. 107-116 ; p. 135-139 sur le plaisir pris aux sciences inférieures).

10L’ouvrage de C. Jorgenson réussit de manière convaincante, à travers ces parcours, à interroger les objectifs de l’enquête philosophique platonicienne sur l’âme : le dualisme du Phédon n’a rien de dogmatique, il est au contraire un point de départ à partir duquel on doit comprendre l’ensemble des tensions qui parcourent le vivant humain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Renaut, « Chad Jorgenson, The Embodied Soul in Plato’s Later Thought », Philosophie antique [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 14 mars 2019, consulté le 18 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/philosant/1886

Haut de page

Auteur

Olivier Renaut

Université Paris Nanterre - UFR PHILLIA

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Philosophie antique est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses du Septentrion
  • Logo Centre Jean-Pépin
  • Logo Centre Léon-Robin
  • Logo Site CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo « Savoirs, textes, langage » (STL) UMR 8163
  • OpenEdition Journals