Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Comptes rendusDiana Quarantotto, L’universo sen...

Comptes rendus

Diana Quarantotto, L’universo senza spazio. Aristotele e la teoria del luogo

Napoli, Bibliopolis, 2017 (Elenchos, 64), 279 p., ISBN 978-88-7088-648-1
Annick Stevens
p. 191-193
Référence(s) :

Diana Quarantotto, L’universo senza spazio. Aristotele e la teoria del luogo, Napoli, Bibliopolis, 2017 (Elenchos, 64), 279 p., ISBN 978-88-7088-648-1

Texte intégral

1L’ouvrage se présente comme un commentaire continu des chapitres de la Physique d’Aristote consacrés à l’étude du lieu (IV, 1-5). Le texte grec est cité d’après l’édition de Ross, et traduit par l’auteure de manière toujours très précise et rigoureuse (si ce n’est l’introduction d’une négation indue à la ligne 212a31, p. 237). L’ensemble permet de se donner une bonne conception de l’importance qu’Aristote accorde au lieu pour expliquer le mouvement des corps, de sa différence avec la notion d’espace, et de son inscription dans un univers considéré comme plein et continu.

2Le découpage en courts passages fait apparaître les articulations du raisonnement, qui progresse suivant la méthode habituelle d’Aristote dans ces matières : justification de l’étude du lieu dans le cadre de la physique ; raisons courantes pour lesquelles on peut soupçonner son existence ; difficultés liées à son existence ; difficultés à caractériser son essence ; mise à l’épreuve des différentes définitions possibles et sélection de la seule valide, qui permet de répondre aux difficultés soulevées au départ. Pour chaque extrait, l’auteure reconstitue très didactiquement les arguments, signalant les prémisses implicites, vérifiant la validité de chacune ainsi que de la conclusion. L’avantage de cette analyse systématique est la certitude de ne laisser aucune zone d’ombre et de faire apparaître très clairement l’architecture de la démonstration. Elle comporte cependant un certain nombre de désavantages. En effet, en considérant chaque extrait pour lui-même, indépendamment de ce qui va suivre, on s’appesantit longuement sur des difficultés qui sont provisoires et seraient immédiatement levées par un examen thématique ; c’est particulièrement le cas dans les premiers chapitres, où manifestement Aristote signale des difficultés ou des propositions avancées par des prédécesseurs pour lesquelles il n’éprouve pas de véritable embarras et qu’il élimine très facilement un peu plus loin. De même, en isolant un court extrait, puisque l’évaluation de sa contribution et même de son interprétation littérale dépendent des passages environnants, on est forcé de le charger de plus de contenu qu’il n’en possède et d’anticiper sur des explications qui n’apparaîtront que plus tard dans le texte. Par exemple, la question de savoir dans quelle mesure le lieu est un contenant ne peut être résolue qu’après la clarification des multiples significations de l’expression « être dans quelque chose », au chapitre 3. Dès lors, le commentaire de la première indication fournie à ce sujet dès le tout début de l’enquête, sous la forme d’une comparaison avec un vase (aggeion), non seulement doit anticiper sur ce que la comparaison comportera finalement d’exact et d’inexact, mais en outre tire inutilement toutes les implications de l’hypothèse (qui sera pourtant écartée) que le lieu soit un récipient au sens courant, c’est-à-dire un corps, existant par soi et mobile (p. 64). Ainsi, le lecteur est à tout moment soit retardé par des considérations qui se révèleront sans importance, soit sommé de faire confiance à des interprétations qui ne seront justifiées que dans un chapitre postérieur.

3On peut en outre questionner certains choix de traduction et d’interprétation. Ainsi, à propos des lieux propres, c’est-à-dire des lieux vers lesquels se dirigent spontanément les corps en tant qu’ils sont plus ou moins lourds ou légers, l’auteure propose de traduire oikeios par « approprié » (« appropriato ») et de réserver la traduction de « propre » (« proprio ») pour idios. Il lui semble en effet que ce dernier terme, dans le passage 209a31-b5, est utilisé au sens du prédicable défini dans les Topiques, c’est-à-dire comme appartenant exclusivement à une chose sans rien exprimer de son essence (p. 66, 71, 73). Or, le passage oppose le lieu idios aux lieux koinoi, le premier étant caractérisé par le fait d’être « par soi » et « en premier » le lieu de ce corps, tandis que les autres lieux sont plus englobants et donc communs à plusieurs corps. Il est bien clair, dans ce contexte, que idios a le sens courant de « particulier » par opposition à « commun », et non le sens technique du prédicable « propre » ; il ne s’agit pas, en effet, d’un attribut du corps mais de ce qui le contient au plus près. Quant au lieu oikeios, il est également appelé ho hautou topos, « le lieu de soi-même », ce qui ne pourrait être mieux rendu que par l’expression traditionnelle de « lieu propre ».

4Par ailleurs, à propos du rapport entre les plus grands lieux composant l’univers et les quatre éléments qui s’y logent naturellement, l’auteure propose une reconstitution de couches successives depuis le centre (la Terre) jusqu’à la périphérie, qui ne se trouve telle quelle dans aucun des passages mentionnés et qui semblerait tout à fait invraisemblable. Selon cette reconstitution (schémas p. 70 et 212), autour de la Terre se trouveraient des anneaux concentriques d’égale épaisseur, d’abord d’eau, puis d’air, puis de feu, puis d’éther. Elle est probablement motivée par une application trop stricte du parallélisme entre les éléments cosmiques et les parcelles de ces éléments. En effet, si on laisse des parcelles des quatre éléments se disposer les unes par rapport aux autres, elles s’établiront selon cette succession ; c’est le sens du passage cité : Du ciel, IV, 4, 311a15-29. Mais les descriptions cosmologiques ne correspondent pas à ce schéma : s’il y a bien une couronne d’air autour de la Terre, en revanche l’eau ne la recouvre que dans ses creux et le feu se trouve seulement sous la forme de divers phénomènes d’embrasement, soit dans l’air soit dans l’éther (Physique, 212b20-22, à compléter par le premier livre des Météorologiques).

5Il est discutable aussi d’estimer que les lieux sont seulement les termes des mouvements locaux (p. 99) ; en effet, les corps sont également dans un lieu pendant leur mouvement, même si leur lieu premier est alors à chaque instant différent, et les lieux existeraient aussi bien dans un univers immobile, du simple fait que les corps sont inclus les uns dans les autres (212a31-32). D’une manière générale, l’auteure accentue le rôle du mouvement local dans la détermination du lieu et cherche à disqualifier le modèle de l’inclusion, qui pourtant se maintient tout au long de l’enquête et se trouve dans la définition finale sous le terme de periechon. Un autre exemple en est son affirmation que la seule manière d’éviter la régression à l’infini signalée par Zénon d’Élée (chaque lieu étant à son tour dans un lieu) consiste à faire du lieu un type d’être différent des corps, qui ne soit pas susceptible d’inclusion (p. 96) ou qui soit immobile tandis que seules les choses mobiles sont dans un lieu (p. 98). En réalité, Aristote assume sans problème que tout lieu soit dans quelque chose, selon deux manières différentes d’être « dans » : d’abord par appartenance au corps dont il est la limite, ensuite par inclusion de ce corps dans tous les corps qui l’englobent jusqu’à la périphérie de l’univers ; et la raison pour laquelle on ne remonte pas à l’infini est que le tout de l’univers n’est plus dans aucun corps donc plus non plus dans aucun lieu (212b14-22).

6En dépit de quelques réserves de ce genre, il faut néanmoins souligner la subtilité de certaines analyses, notamment celle des lieux premiers fluents comme l’eau ou l’air, et saluer la clarté de l’argumentation ainsi que la précision des références aux textes, qui permettent au lecteur de vérifier par lui-même la pertinence des thèses proposées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annick Stevens, « Diana Quarantotto, L’universo senza spazio. Aristotele e la teoria del luogo »Philosophie antique, 19 | 2019, 191-193.

Référence électronique

Annick Stevens, « Diana Quarantotto, L’universo senza spazio. Aristotele e la teoria del luogo »Philosophie antique [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 17 mai 2019, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/philosant/1995 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosant.1995

Haut de page

Auteur

Annick Stevens

Université populaire de Marseille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Philosophie antique est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search