Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michel Crubellier, Annick Jaulin, David Lefebvre, Pierre-Marie Morel (éd.), Dunamis. Autour de la puissance chez Aristote

Louvain-la-Neuve, Peeters, 2008. ISBN 978-90-429-1972-3
Haud Guéguen-Porcher
p. 284-287
Référence(s) :

Michel Crubellier, Annick Jaulin, David Lefebvre, Pierre-Marie Morel (éd.), Dunamis. Autour de la puissance chez Aristote, Louvain-la-Neuve, Peeters, 2008. ISBN 978-90-429-1972-3.

Texte intégral

1Cet ouvrage trouve son point de départ dans un séminaire intitulé « Puissance, Mouvement, Acte » organisé, en 2001-2004, par les éditeurs de ce volume qui rassemble donc les principales contributions consacrées à la notion de puissance. Comme l’indique le titre, le volume comporte néanmoins un point focal, à savoir la philosophie d’Aristote en laquelle la notion de dynamis se trouve, avec l’energeia, mise au principe d’une ontologie qui s’efforce d’articuler substantialité et mobilité, détermination et contingence. L’ouvrage constitue ainsi une importante contribution au renouvellement, cette dernière décennie, des études consacrées tant à la notion aristotélicienne de dynamis et à son histoire (D. Lefebvre, Capacité, force et puissance. Sur la genèse et les sens de la notion aristotélicienne de δύναμις, thèse soutenue à l’Université de Paris-I le 29 janvier 2000 sous la direction de R. Brague) qu’au couple conceptuel dynamis-energeia (G. Aubry, Dieu sans la puissance. Dunamis et Energeia chez Aristote et chez Plotin, Paris, Vrin, 2006 ; C. Witt, Ways of Being : Potentiality and Actuality in Aristotle’s Metaphysics, Ithaca-Londres, Cornell University Press, 2003). Or l’un des intérêts majeurs de ce volume est précisément de parvenir à articuler l’étude minutieuse des concepts à la perspective généalogique qu’établit sa structuration en trois parties.

2S’attachant d’abord aux usages pré-aristotéliciens de la dynamis, les deux pre­mières parties visent à éclairer quelques-uns des principaux sens et enjeux du terme chez les prédécesseurs d’Aristote.

3La première partie, intitulée « Contexte », se concentre sur les emplois du terme hors philosophie. M.-P. Duminil analyse les occurrences de dynamis dans le Corpus hippocratique, dont elle dégage une signification particulièrement inté­ressante : la dynamis comme ce qui, fondant les transformations et s’opposant en ce sens à la « physis des êtres », « préserve l’immobilité et la permanence de l’un de Parménide, en assumant, pour les êtres vivants, le mouvement et le change­ment » (p. 25). À partir d’un examen de la relation entre dynamis et logos chez Gorgias, M.-P. Noël s’oppose à l’interprétation suivant laquelle la conception du logos que l’on trouve à l’œuvre chez Gorgias serait une conception essentielle­ment archaïque (puissance magique ou performative d’un logos indépendant par rapport au réel). Elle montre qu’on a au contraire affaire à une conception nou­velle du logos comme ce qui, via la doxa et l’approbation de l’interlocuteur, se rapporte toujours au réel. L.-A. Dorion étudie pour sa part l’expression kata dynamin dans l’enseignement moral de Socrate chez Xénophon et met au jour deux principaux emplois, tous deux marqués par l’idée, éthique et politique, de limitation et d’enkrateia : un emploi «  économique », selon lequel vivre en accord avec sa dynamis, c’est vivre selon ses ressources propres ; et un emploi « technique » où il s’agit, pour un individu ou une cité, de vivre selon ses com­pétences et, donc, selon une « connaissance de soi ». B. Vitrac clôt enfin ce premier moment par une analyse extrêmement minutieuse des usages mathéma­tiques de dynamis et dynasthai dans le corpus des œuvres géométriques et dans les dialogues platoniciens (notamment le Théétète), et il montre que ce sont ces ter­mes qui ont permis de « transgresser » (p. 132) les frontières instituées par les distinctions entre les espèces de la grandeur géométrique.

4La deuxième partie (« Platon ») analyse le rôle central du traitement plato­nicien de la dynamis qu’elle étudie principalement dans sa relation à l’être. A.‑G. Wersinger s’attache d’abord à analyser cette relation entre puissance et être à partir de la notion d’excellence (arete) et établit une distinction entre deux concepts de puissance : la puissance relative qui procède d’un point de vue comparatif entre des forces, et la puissance absolue qui se fonde sur un point de vue normatif et qui dit tout à la fois l’excellence d’une chose et son articulation aux autres. Les deux contributions suivantes se rapportent à l’institution, en Sophiste, 247d8-e4, de la dynamis définie (a) comme puissance d’agir et de pâtir (b) comme sens de l’être, et interrogent ses conséquences concernant la doctrine des Formes. L. Brisson soutient pour sa part que le passage a une valeur doxo­graphique et qu’on ne peut donc en déduire l’abandon de la doctrine des For­mes pas plus que leur soumission au changement. À l’inverse, F. Fronterotta considère qu’en introduisant le mouvement dans l’être, Platon fonde la commu­nication des Formes et montre que le passage permet du même coup de com­prendre l’aporie, dans le Parménide, de la participation du sensible à l’intelligible : les Formes et les sensibles partagent une même « manière d’être » ou une même « dynamique », qui est leur commune capacité d’agir et de pâtir. Enfin, M. Dixsaut propose une lecture extrêmement originale de la puissance de pâtir en montrant que, contrairement aux schèmes modernes, Platon propose une conception positive de la passivité qui a d’une certaine façon le primat sur l’activité et que, par ailleurs, la corrélation de l’agir et du pâtir ne se trouve pas comprise en termes mécanistes mais suppose une adaptation réciproque et des « articulations naturelles » (p. 233).

5Après ces études des sens pré-aristotéliciens de la dynamis, la troisième partie (« Aristote ») se concentre cette fois sur le traitement aristotélicien de la notion. E. Berti commence par un examen des occurrences du terme chez le « jeune Aristote » et montre, contre la perspective génétique, que l’évolution du sens kinétique platonicien (capacité de faire) au sens ontologique aristotélicien (être en puissance) ne présente pas de rupture mais se fait au contraire sous le signe d’une véritable continuité. Étudiant le rapport entre dynamis et techne, C. Natali s’oppose à l’interprétation de G. Vattimo, qui voit dans la passivité de la matière le principe d’une sorte d’illimitation de la techne, et montre que la potentialité de la matière se caractérise au contraire par des déterminations et des limites pro­pres. A. Stevens analyse la définition de la dynamis et des termes connexes (dyna­ton, adynamia, adynaton) en Métaphysique, Δ, 12 (dont elle propose une nouvelle traduction) et Θ, 1. De façon extrêmement intéressante, R. Muller propose une analyse du possible mégarique et plus précisément diodoréen dans sa relation aux notions aristotéliciennes de puissance et de possible. Il montre que la défi­nition du possible diodoréen comme « ce qui est ou sera » ne doit pas se com­prendre comme un nécessitarisme mais, au contraire, comme le refus d’une connaissance du sensible autre que rétrospective : c’est le fait qui atteste la pos­sibilité et la liberté elle-même doit être articulée à la détermination. S’attachant à la question de savoir si, en Θ 5, l’analyse des conditions d’actualisation de la puissance rationnelle (laquelle requiert, outre la présence de la puissance passive, l’orexis et la prohairesis) doit être rapportée au seul domaine de la techne ou si elle inclut également celui de la praxis, R. King établit qu’à travers la dynamis meta logou, c’est en réalité la praxis qui est principalement en jeu. S’appuyant sur la question posée en Θ 7 de savoir « à quel moment » quelque chose commence d’être en puissance, D. Charles montre que ce chapitre et le suivant permettent d’éclairer la question de l’unité de la substance, d’abord en confirmant que c’est bien en termes de puissance et d’acte que celle-ci doit être pensée, ensuite en autorisant une conception téléologique de la matière comme ce qui tend vers l’actualisation d’une forme. Dans une même perspective et de façon assez pro­che, M.L. Gill soutient que c’est en relation à la question de l’unité de la subs­tance et donc aux livres Ζ et Η que doit être lu le livre Θ. Approfondissant, notamment au chapitre 7, la corrélation du couple conceptuel matière-forme et du couple puissance-acte, ce livre permet ainsi selon elle de confirmer ce qui était affirmé en Catégories, à savoir que ce sont les individus qui sont substances premières. Les deux articles suivants portent sur l’affirmation de la priorité de l’acte selon la substance qui se trouve posée par Aristote dans la dernière partie de Θ 8. J.B. Beere analyse l’argumentation de cette partie et montre en particu­lier la façon dont, en se fondant sur l’idée d’une connexion entre générabilité et corruptibilité, elle comporte une critique implicite de la cosmologie d’un monde créé qui est développée par Platon dans le Timée. Selon un axe différent, et qui est celui de la « localisation » de l’activité, S. Broadie met également au jour le caractère anti-platonicien de l’affirmation suivant laquelle les activités transitives (soit les mouvements) sont plus de l’ordre de la fin que la puissance. Cette affirmation vise selon elle à poser la positivité ontologique du mouvement et des individus et leur indépendance par rapport à toute forme d’Idée. Enfin, R. Chiaradonna étudie la façon dont, en Ennéades, VI, 1, 42, Plotin reprend et modifie la conception aristotélicienne du mouvement. L’erreur d’Aristote serait selon Plotin d’avoir confondu deux plans hétérogènes du mouvement : le plan empirique et « cinématique » (p. 484) du mouvement qui se caractérise bien par une incomplétude ; et le plan causal et « dynamique » (p. 484) qui correspond au contraire à l’energeia du mouvement et qui se rattache in fine à l’âme comme « principe dynamique du monde naturel » (p. 484).

6L’ouvrage offre ainsi une assez large perspective sur les usages et les enjeux liés à l’histoire de la notion de dynamis ainsi que sur la façon dont Aristote a hérité d’une tradition qu’il a radicalement reconfigurée en connectant la dynamis à l’energeia. La remarquable qualité des contributions et de l’ensemble semble par ailleurs tenir à l’unité des problèmes traités et au dialogue, implicite ou explicite, que celle-ci établit ainsi entre les auteurs. Notons enfin que chaque article com­porte une notice bibliographique et que l’ouvrage est complété par un index locorum.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Haud Guéguen-Porcher, « Michel Crubellier, Annick Jaulin, David Lefebvre, Pierre-Marie Morel (éd.), Dunamis. Autour de la puissance chez Aristote », Philosophie antique, 10 | 2010, 284-287.

Référence électronique

Haud Guéguen-Porcher, « Michel Crubellier, Annick Jaulin, David Lefebvre, Pierre-Marie Morel (éd.), Dunamis. Autour de la puissance chez Aristote », Philosophie antique [En ligne], 10 | 2010, mis en ligne le 11 juillet 2019, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/philosant/2386

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Philosophie antique est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses du Septentrion
  • Logo Centre Jean-Pépin
  • Logo Centre Léon-Robin
  • Logo Site CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo « Savoirs, textes, langage » (STL) UMR 8163
  • OpenEdition Journals