Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Robert Zaborowski, Sur le sentiment chez les Présocratiques : Contribution psychologique à la philosophie des sentiments

Varsovie, Stakroos, 2008, 256p.
Olivier Renaut
p. 215-218
Référence(s) :

Robert Zaborowski, Sur le sentiment chez les Présocratiques : Contribution psychologique à la philosophie des sentiments, Varsovie, Stakroos, 2008, 256p.

Texte intégral

1L’intérêt suscité par le concept d’émotion chez les Grecs a ouvert une voie d’interprétation nouvelle en histoire de la psychologie. D. Konstan a montré en particulier, dans The Emotions of the Ancient Greeks (Toronto, 2006), qu’en accor­dant à certaines émotions une valeur cognitive, on relativise les lectures qui privilégient une dichotomie entre l’exercice de la pensée rationnelle et la dimen­sion affective, non rationnelle, de la vie psychique. Il reste cependant à montrer comment notre notion moderne d’émotion ou de sentiment parvient à rendre compte de la manière dont les Grecs décrivaient certaines affections. Il faut donc retracer l’histoire de la notion de « sentiment », d’Homère à ses premiers « théoriciens », à savoir Platon et Aristote, dont la typologie des émotions dans la Rhétorique constitue souvent un point de départ interprétatif, et non un point d’arrivée. R. Zaborowski, qui s’était intéressé à certaines affections particulières chez Homère (La Crainte et le courage dans l’Iliade et l’Odyssée, Varsovie, 2002) présente un ouvrage synthétique sur les présocratiques dont le pari est double. Premièrement, il s’agit de montrer quel rôle ont joué les présocratiques dans l’histoire de la notion de sentiment ou d’affectivité en général. En effet, l’auteur rappelle dès le début de son ouvrage que certains fragments constituent une véritable avancée dans la constitution d’une psychologie, articulée à une anthro­pologie. Deuxièmement, Z. entend montrer que le présupposé évolutionniste, qui consiste à lire ces fragments comme des signes d’une dissociation progres­sive entre la raison et les « passions », n’est pas justifié. Le but de cet ouvrage consiste à articuler, selon un modèle appelé « intégral » et « hiérarchique », différents niveaux du « sentiment ».

2L’ouvrage est organisé en trois parties inégales, la première consacrée aux concepts d’aisthesis et de pathos, une seconde à ceux de thumos-phren-noos, et une troisième partie au logos. Z. procède à chaque fois par auteur, dans leur ordre d’apparition dans l’édition de Diels-Kranz, en présentant à chaque fois la cita­tion, la traduction littérale et le commentaire d’un fragment contenant l’un et/ou l’autre de ces termes. Cette méthode a l’avantage indéniable de ne projeter aucune doctrine homogène et commune aux « présocratiques » tout en repérant des invariants dans la diachronie. Elle a néanmoins l’inconvénient de ne pas évi­ter les répétitions entre les chapitres ; il semble qu’une présentation synthétique aurait été préférable. L’ouvrage contient une bibliographie complète sur le sujet des émotions et du sentiment chez les présocratiques, et deux index. On doit néanmoins déplorer de nombreuses fautes et coquilles, et des formulations peu idiomatiques qui rendent la lecture de l’ensemble difficile ; un suivi éditorial de l’ouvrage et une relecture du français auraient été souhaitables pour davantage de fluidité et d’intelligibilité. Les analyses que Z. mène sur certains fragments mériteraient une discussion plus approfondie, mais en raison même des carac­téristiques du corpus présocratique, ce compte rendu ne s’attachera qu’aux con­clusions d’ensemble de l’ouvrage.

3Dans l’introduction (p. 9-24), Z. justifie la nécessité de relire les « pré­socratiques » en tant que contribution à la philosophie du sentiment. Z. ne justi­fie ce corpus d’étude que « négativement » pour ainsi dire, comme s’il constituait une étape intermédiaire entre les poèmes homériques et la philosophie de Pla­ton. Les difficultés relatives à l’étude des présocratiques, dues au caractère lacu­naire et incertain des fragments, sont bien connues, tant au niveau linguistique que doctrinal ; Z. ne les ignore pas (p. 13-19), mais ne remet pas en question la pertinence historique et philosophique de ce corpus en tant que tel dans l’évolu­tion de la notion de sentiment. Cette dernière reçoit la définition générique sui­vante : « Par le sentiment au sens large d’affectivité, je comprends un rapport immé­diat, spontané, du sujet par rapport à l’objet. L’affectivité est le domaine de la spontanéité vers. » (P. 22.) Il s’agit, dans les parties qui suivent, d’explorer dif­férentes strates du sentiment, en suivant une approche « intégrale » et conjointe­ment « hiérarchique » héritée de Max Scheler, qui fait de l’expérience affective un mode concret de la vie psychique à plusieurs dimensions.

4Concernant l’établissement du vocabulaire « psychologique » que l’on peut trouver dans les fragments, Z. n’utilise pas toujours les mêmes critères. Il retient dans le vocabulaire psychologique six termes : aisthesis, pathos, thymos, phren, noos et logos. Les deux premiers sont retenus à partir d’une recherche de « traduction » en grec du mot « sentiment » ; les trois suivants sont en revanche hérités directe­ment d’Homère ; le dernier enfin est retenu parce que sa signification philo­sophique embrasserait ce que les modernes appellent le « vécu ». Une telle hétérogénéité d’approche mériterait davantage d’explication, et suscite quelques réserves. (1) Pourquoi inclure les concepts d’aisthesis et de pathos sur la simple foi de dictionnaires, alors qu’ils sont en réalité retenus pour désigner la dimension la plus sensible de l’affectivité ? Y a-t-il un lien conceptuel plus fort que la simple correspondance linguistique entre la sensation et l’affect avec les fonctions psycho­logiques du thymos, de la phren, et du noos ? Z. prévient certes que son ouvrage se contente d’une étude du concept de sentiment, à l’exclusion des sentiments particuliers (p. 9), mais il semble que la distinction atteigne rapidement ses limites lorsqu’il s’agit d’examiner les relations concrètes entre ces six termes. (2) Pour­quoi par ailleurs exclure du vocabulaire psychologique ce qui est réputé être davantage « corporel » (p. 41), comme la kardia, le ker, l’etor, alors même que certains de ces termes jouent un rôle psychologique capital chez certains pré­socratiques (en particulier la kardia chez les pythagoriciens et Empédocle) ?

5Ces deux réserves s’expliquent au regard de la thèse défendue dans l’ouvrage sur le sens de logos dans certains fragments. Chez les présocratiques, il n’y aurait pas lieu de distinguer « pensée », « volonté » et « sentiment ». Il est néanmoins possible de hiérarchiser différentes strates de l’affectivité et de faire du logos une faculté qui devient « le fondement du sens et le critère des valeurs » (p. 188). Dans le sillage de plusieurs commentateurs, dont Onians, Frère, Casertano et Kahn, Z. montre avec raison que les différentes fonctions des termes psycho­logiques précités constituent un tout intégral, et souvent homogène.

6Le sens donné au logos dans cet ouvrage, que Z. rapproche du « vécu », pourra paraître forcé et inadéquat, d’autant qu’il repose sur une interprétation non fonctionnaliste de la tripartition de l’âme platonicienne (p. 138-144). Par ail­leurs, ce sens large donné à logos s’accorde mal avec la définition du « sentiment » rappelée ci-dessus, qui repose sur l’immédiateté du rapport entre le moi et le monde environnant. Si l’hypothèse est féconde pour certains fragments (Héra­clite notamment, p. 145-160), elle présente l’inconvénient majeur d’être particu­lièrement vague, au sens où logos semble pouvoir désigner le « moi » ou la « pensée » (que Z. rapproche plusieurs fois de la définition de la res cogitans carté­sienne), plutôt qu’une « raison » qui calcule. L’hypothèse qui consiste à faire de logos une instance de « coordination intrapsychique » (p. 173, à propos de Philo­laos) risque fort d’être applicable à un ensemble de fragments mais échoue à expliciter la différence du logos avec d’autres facultés (par exemple chez Par­ménide, p. 164-165).

7Néanmoins, et c’est sans doute ce qui caractérise la nouveauté des pré­socratiques par rapport à Homère par exemple, l’analyse des fragments permet de montrer que l’approche « intégrale » n’empêche pas de distinguer, voire d’op­poser, plusieurs formes de l’affectivité et plusieurs manières dont l’individu se rapporte au réel par son intermédiaire. Ces termes psychologiques renverraient à différentes dimensions d’une même expérience : chaque terme évoque ainsi à la fois un mouvement intentionnel plus ou moins conscient, et un mode de dis­tinction épistémologique plus ou moins acérée (voir en particulier p. 204-208). Ainsi, plutôt que de dissocier sentiment, volonté et pensée comme trois opé­rations psychiques distinctes, il faudrait plutôt se représenter une gradation par­tant de l’aisthesis comme agrégat complexe de ces trois opérations jusqu’au logos qui désignerait une expérience affective portée à son degré le plus intellectualisé, allant parfois jusqu’à exclure des niveaux d’affectivité inférieurs et/ou plus exté­rieurs au moi. C’est pourquoi l’ouvrage s’achève sur le rappel chez les présocra­tiques de ce qui à partir de Platon et d’Aristote est nommé akrasia, désignant le conflit psychique opposant potentiellement plusieurs de ces « dimensions » psy­chologiques affectives. L’approche intégrale ne serait donc pas mise en difficulté par cette aporie, au sens où l’opposition entre le thymos et d’autres fonctions, par exemple (comme chez Héraclite et Démocrite), relèverait plutôt d’une injonc­tion à la maîtrise de l’affection, d’une exigence de cohérence interne, plus que de l’opposition entre des forces hétérogènes (comme chez Chilôn).

8En conclusion, cet ouvrage constitue la première étape théorique d’une in­vestigation plus systématique, qu’il nous semble difficile de séparer d’une étude plus large des contextes et des sources des citations des présocratiques, comme Z. l’avait fait dans un article sur Héraclite bien informé (« Sur le fragment DK 22 B 85 d’Héraclite d’Éphèse », Organon 32, 2003, p. 9–30). Z. apporte une contribution à l’histoire de la psychologie grecque qu’il ne faut pas négliger, mais qui gagnerait en force en adoptant un autre principe de présentation, et en l’articulant avec une analyse détaillée du rôle et de la signification des sentiments particuliers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Renaut, « Robert Zaborowski, Sur le sentiment chez les Présocratiques : Contribution psychologique à la philosophie des sentiments  », Philosophie antique, 9 | 2009, 215-218.

Référence électronique

Olivier Renaut, « Robert Zaborowski, Sur le sentiment chez les Présocratiques : Contribution psychologique à la philosophie des sentiments  », Philosophie antique [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 25 juillet 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/philosant/2809

Haut de page

Auteur

Olivier Renaut

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Philosophie antique est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses du Septentrion
  • Logo Centre Jean-Pépin
  • Logo Centre Léon-Robin
  • Logo Site CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo « Savoirs, textes, langage » (STL) UMR 8163
  • OpenEdition Journals