Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Josep Monserrat Molas, Estranys, setciències i pentatletes

Barcelone, Barcelonesa d’Edicions, 2007, 137 p., ISBN 978-84-86887-70-4.
Pablo Sandoval Villaroel
p. 218-221
Référence(s) :

Josep Montserrat Molas, Estranys, setciències i pentatletes, Barcelone, Barcelonesa d’Edicions, 2007, 137 p., ISBN 978-84-86887-70-4.

Texte intégral

  • 1  « Estranys » se laisse traduire par « étranges », en y entendant toujours en même temps le sens d’ (...)

1Le travail que Josep Monserrat Molas nous présente ici s’intitule Estranys, Setciències i Pentatletes. Ces trois mots1 cherchent à désigner des figures diverses sous lesquelles la philosophie peut se présenter au sein de la polis : soit des figures apparentes de la philosophie, soit quelques revêtements sous lesquels certains hommes se font passer pour ce qu’ils ne sont pas, soit enfin un trait fondamental du philosophe lui-même qui renverrait donc à la situation essen­tielle de toute philosophie. Le titre de l’ouvrage nous signale ainsi, d’entrée de jeu, qu’il est fondamentalement question de la philosophie. Cependant, cette question y est traitée dans une perspective bien déterminée : celle de la « poli­tique ». D’où le sous-titre de l’ouvrage, « Cinq études de philosophie politique classique » : la question de la philosophie est envisagée dans l’horizon de la situation qui peut être la sienne au sein de la communauté, notamment à l’égard du gouvernement de la polis tout entière. Il faut pourtant indiquer, d’ores et déjà, que Josep Monserrat ne tient pas à fournir ici une certaine « définition » de ce que serait la philosophie politique, mais il s’agit plutôt de nous acheminer vers la dimension dans laquelle se décide chaque fois ce qui est proprement politique, « le politique ». Étant donné qu’une telle dimension n’est pas aussi manifeste qu’il le semble d’habitude, Josep Monserrat s’efforce avant tout de faire ressor­tir, à travers une pluralité de chemins et d’abords différents, le champ lui-même où le politique a lieu. En cela consiste l’unité de ce recueil d’études, porté tout entier par une préoccupation éminemment politique qui transparaît dès la présen­tation dont l’auteur fait précéder les textes : « Comment la pensée politique s’origine-t-elle ? Quelles sont les formes et les figures qu’elle adopte ? Quelles stratégies de reproduction organise-t-elle et quelles sont les précautions qu’il lui faut prendre ? Comment ces stratégies de reproduction rivalisent-elles entre elles ? À quelles hauteurs le savoir scientifique idéal demeure-t-il ? » (P. 7.)

2D’un point de vue purement structurel, cet ouvrage de Josep Monserrat est constitué d’une brève présentation nous informant de la provenance et du con­tenu de chaque texte, et ensuite de cinq chapitres entièrement autonomes qui, à chaque fois, engagent la question de la philosophie politique sur le chemin de l’interprétation d’œuvres provenant tant de l’antiquité grecque que de la moder­nité tardive. Une telle manière de procéder nous signale trois aspects décisifs concernant la « méthode » de travail propre à Josep Monserrat :

3(1) Un souci prépondérant pour la situation actuelle du monde occidental, c’est-à-dire le souci de comprendre ce qui a lieu de nos jours au sein des sociétés con­temporaines, notamment sur le plan du politique.

4(2) La conscience du fait qu’une telle volonté de compréhension n’est possible que sur la base d’un dialogue avec les penseurs dits « classiques » – poètes ou philosophes – qui ont instauré le champ de la réflexion politique proprement dite et auxquels nous empruntons, encore aujourd’hui, la plupart de nos notions directrices.

5(3) L’instauration d’un débat avec la parole elle-même des penseurs capitaux de l’histoire de la philosophie politique, non pas tant pour les « critiquer » ou – ce qui revient au même – pour leur donner son assentiment, que pour s’engager avec eux dans la recherche du politique lui-même.

  • 2  Cf. A. Bosch-Veciana, Amistat i Unitat en el Lisis de Plató, Barcelona, Barcelonesa d’Edicions, 20 (...)
  • 3  Voir à ce sujet Josep Monserrat (éd.), Hermenèutica i Platonisme, Barcelona, Barcelonesa d’Edicion (...)
  • 4  La formule « dramatic phenomenology » est empruntée à Stanley Rosen. Cf. Plato’s Sophist : The Dra (...)

6Un lecteur non prévenu pourrait s’étonner des textes que Josep Monserrat aborde pour s’engager dans la question de la philosophie politique. En effet, dans le premier chapitre, intitulé « La parole des Grecs sur le feu : destruction, purification et création », nous trouvons, au sujet du mythe de Prométhée, aussi bien des auteurs provenant de la Grèce antique, comme Eschyle et Platon, que des penseurs appartenant à la pensée moderne catalane, comme Pere Corominas et Eugeni d’Ors, et ce au sujet d’une réflexion sur les rapports qu’entretiennent savoir et pouvoir. Dans le chapitre II, « Notes sur les figures de la philosophie », l’auteur interprète d’abord des passages d’une comédie d’Aristophane, Les Thesmophories ; il commente ensuite une récente interprétation2 du Lysis de Platon réalisée au sein du groupe de recherche « Hermenèutica i Platonisme », qu’il dirige à l’Université de Barcelone ; puis il met en rapport, à l’égard de la figure de la philosophie socratique, des comédies d’Aristophane (Les Nuées et les fragments conservés des Convives) avec le Banquet platonicien, tout en discutant avec des spécialistes contemporains, comme L.M. Segoloni, F.J. González et M. Tecu­san ; et finalement, il médite, en s’appuyant sur des passages des Lois de Platon, sur l’« extranéité », xenia, voire sur l’« étrangeté », atopia, qui caractérise la situa­tion du philosophe au sein de la polis. Cette multiplicité de perspectives carac­térise les diverses situations dans lesquelles s’accomplit la philosophie socra­tique : synousia, symposion, xenia. Dans le chapitre III, « Les origines de l’histoire politique », l’auteur envisage la possibilité d’une histoire de la philosophie politique, dans la perspective d’auteurs modernes tels que Thomas Hobbes, Leo Strauss ou Raymond Aron, en axant l’examen sur l’opposition entre Hérodote et Thucydide en tant que paradigmes et précurseurs de la pensée historique. Dans le chapitre IV, « Rivaux et Amants : Rivaux d’Amour : Commentaire de l’Ante­rastai platonicien », nous pouvons voir en œuvre les prémisses interprétatives qui sont à la base du travail du groupe de recherche Hermenèutica i Platonisme. Les prémisses en question3 se laissent peut-être ramener à celle-ci : l’attention con­stante et soutenue à l’action, drama, qui se déroule dans les dialogues de Platon, i.e. la mise en œuvre d’une « phénoménologie dramatique »4 qui s’efforce de prendre en charge l’ensemble de chaque dialogue et tâche de rendre compte de toutes les nuances dramatiques, ainsi que des transformations des personnages au cours de la scène à laquelle Platon nous fait assister. C’est ce que nous in­dique l’auteur lui-même en commentant l’interprétation du Lysis : « Retourner au texte, et non point à un texte platonicien décharné, mais à un texte aux couleurs bien vives : la lecture du Professeur Bosch est attentive aux couleurs qui mon­tent aux joues des protagonistes ; sa lecture n’est pas une lecture “idéalisante”, mais une lecture attentive au texte en sa matérialité, en sa corporalité structurelle, en sa narrativité littéraire. » (P. 38-39.) Enfin, dans le chapitre V, « Îles volantes et Villes célestes. Une note platonicienne aux Voyages de Gulliver », J. Monserrat réfléchit sur le rôle de la philosophie à l’égard de la construction de villes célestes, en mettant en rapport l’œuvre de Swift avec le projet de la République de Platon et les satires d’Aristophane dans Les Nuées et Les Oiseaux.

  • 5  Voir Josep Monserrat (éd.), Hermenèutica i Platonisme, op. cit., p. 22.

7Ainsi, malgré le visage bigarré que cet ouvrage peut offrir à première vue, il n’en reste pas moins animé d’un bout à l’autre par la question de la philosophie politique : la question du rapport que la pensée et le pouvoir, le savoir et la puis­sance, peuvent et doivent entretenir. Ce qui reste donc décisif pour le lecteur, c’est de bien mesurer l’ampleur avec laquelle J. Monserrat s’efforce de penser ici la dimension du politique. C’est pourquoi il est besoin d’une si vaste diversité d’abords et de points de vue. En d’autres termes, de même que J. Monserrat a compris la nécessité d’interpréter les dialogues platoniciens dans des per­spectives herméneutiques différentes, en ce qu’il appelle une « intégration de modèles »5, de même la question de la philosophie politique doit être envisagée dans des horizons qui pourraient sembler, de prime abord, assez divergents.

8Or, qu’en est-il de la dimension du politique ? S’agit-il d’un domaine parti­culier du savoir, tout simplement juxtaposé à d’autres régions susceptibles d’une connaissance théorique ou d’un savoir pratique ? Nullement ! Voilà peut-être l’enseignement le plus profond que nous offre la lecture de cet ouvrage de J. Monserrat Molas. En effet, la dimension du politique ne se laisse pas juxta­poser aux domaines des « arts » ou des « savoirs particuliers », aux technai, mais elle les embrasse sans pourtant s’épuiser en aucun : la dimension du politique s’identifie avec la dimension de la philosophie elle-même, dans la mesure où elle comprend la réalité humaine en son entier : « Il faudra que la sortie de l’aporia soit fournie par Socrate à partir d’une autre position : le savoir philosophique, dans la mesure où il concerne le tout et non les parties, il lui faudra traiter la dimen­sion de la totalité humaine, c’est-à-dire de la ville, de son gouvernement ; la politique n’est pas l’une des techniques circonscrites à un domaine du concret. » (P. 103.)

Haut de page

Notes

1  « Estranys » se laisse traduire par « étranges », en y entendant toujours en même temps le sens d’« étrangers ». Le terme de « setciències », sans équivalent exact en français, désigne un Je-sais-tout, c’est-à-dire celui qui « sait tout et a tout vu », bref, un « savan­tasse », et répond en quelque sorte à la polymathia grecque, dont il sera particulièrement question dans le quatrième chapitre de l’ouvrage. Enfin, le mot « pentatletes » dénomme ceux qui s’adonnent au « pentathlon ».

2  Cf. A. Bosch-Veciana, Amistat i Unitat en el Lisis de Plató, Barcelona, Barcelonesa d’Edicions, 2003.

3  Voir à ce sujet Josep Monserrat (éd.), Hermenèutica i Platonisme, Barcelona, Barcelonesa d’Edicions, 2002. Consulter aussi le site www.ub.edu/eidos/.

4  La formule « dramatic phenomenology » est empruntée à Stanley Rosen. Cf. Plato’s Sophist : The Drama of Original and Image, New Haven-Londres, Yale UP, 1983, p. 12.

5  Voir Josep Monserrat (éd.), Hermenèutica i Platonisme, op. cit., p. 22.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pablo Sandoval Villaroel, « Josep Monserrat Molas, Estranys, setciències i pentatletes », Philosophie antique, 9 | 2009, 218-221.

Référence électronique

Pablo Sandoval Villaroel, « Josep Monserrat Molas, Estranys, setciències i pentatletes », Philosophie antique [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 25 juillet 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/philosant/2820

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Philosophie antique est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses du Septentrion
  • Logo Centre Jean-Pépin
  • Logo Centre Léon-Robin
  • Logo Site CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo « Savoirs, textes, langage » (STL) UMR 8163
  • OpenEdition Journals