Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Héphaïstos dans les forges de Cypris

Héphaïstos dans les forges de Cypris

La fonte des bronzes vivants d’Empédocle
Anne-Laure Therme
p. 87-118

Résumés

Quand l’Amour d’Empédocle façonne, dans les profondeurs de la terre, les tissus organiques puis les membres des vivants, il prend le nom de Cypris, et sous ses paumes expertes le feu, ailleurs nommé Zeus, devient Héphaïstos. En s’interrogeant sur les raisons de ces glissements, on s’aperçoit qu’un modèle métallurgique est à l’œuvre, qui se réapproprie en la détournant la figure du dieu-forgeron d’Hésiode et d’Homère. L’Héphaïstos d’Empédocle est le feu dont le pouvoir potentiellement destructeur est subjugué par Aphrodite-Cypris qui enserre ses paumes dans les siennes. Alors que dans la tradition, il est un marteleur évoquant la Haine, il devient l’objet d’un nouveau paradigme, la fonderie, quand il se laisse manipuler par Cypris qui, comme le cuivre dans le bronze, se mêle aux alliages, membres et soudures qu’elle coule et moule.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2022.

Plan

Des paumes d’Héphaïstos aux paumes de Cypris : le détournement de la création de Pandore
Des forges d’Héphaïstos aux forges de Cypris, du martelage à la fonderie : la fonte des tissus-alliages et le moulage des membres
Héphaïstos le marteleur
χοάνοι de terre et soufflets
Alliages et moulages
Cypris, le cuivre dans le bronze

Aperçu du texte

Dans deux fragments consacrés à la formation des tissus et parties organiques (os, chair et sang), Empédocle donne à l’élément feu le nom divin d’Héphaïstos* :

ἡ δὲ χθὼν ἐπίηρος ἐν εὐστέρνοις χοάνοισι

τὼ δύο τῶν ὀκτὼ μερέων λάχε Νήστιδος αἴγλης,

τέσσαρα δ᾿ ῾Ηφαίστοιο· τὰ δ᾿ ὀστέα λευκὰ γένοντο

῾Αρμονίης κόλλῃσιν ἀρηρότα θεσπεσίηθεν.

Et elle, terre, obligeamment, reçut dans ses creusets à la large poitrine,

Deux parts, sur les huit, du brillant de Nestis

Et quatre d’Héphaïstos. Et eux devinrent os blancs

Merveilleusement ajustés par les colles d’Harmonie (Fr. 96).

ἡ δὲ χθὼν τούτοισιν ἴση συνέκυρσε μάλιστα,

῾Ηφαίστῳ τ᾿ ὄμβρῳ τε καὶ αἰθέρι παμφανόωντι,

Κύπριδος ὁρμισθεῖσα τελείοις ἐν λιμένεσσιν,

εἴτ᾿ ὀλίγον μείζων εἴτε πλεόν ἐστὶν ἐλάσσων·

ἐκ τῶν αἷμά τε γέντο καὶ ἄλλης εἴδεα σαρκός.

Et elle, terre, à peu près égale à eux <en quantité>, les rencontra

– Héphaïstos, pluie, et éther parfaitement lumineux −

Amarrée dans les ports parfaits de Cypris

Ou bien un peu plus abondante, ou, plutôt, moins ;

D’eux na...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Laure Therme, « Héphaïstos dans les forges de Cypris »Philosophie antique, 21 | 2021, 87-118.

Référence électronique

Anne-Laure Therme, « Héphaïstos dans les forges de Cypris »Philosophie antique [En ligne], 21 | 2021, mis en ligne le 31 octobre 2022, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/philosant/5132 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosant.5132

Haut de page

Auteur

Anne-Laure Therme

Université Paris-Est Créteil

anne-laure.therme@u-pec.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Philosophie antique est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search