Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21L’air et les puissances de l’invi...

L’air et les puissances de l’invisible

Une polémique philosophique et médicale
Lora Mariat
p. 121-148

Résumés

À partir de la reconstitution d’un contexte polémique divisant, dans le dernier quart du ve siècle, les tenants d’une conception traditionnelle de la religion et des savoirs d’une part, et les partisans d’une curiosité nouvelle pour l’étude des « choses d’en haut » (meteora) d’autre part, cet article se propose d’examiner la manière dont l’élément aérien a été investi par les seconds pour devenir le support matériel de l’« invisible » et se substituer ainsi à la divinité. L’analyse des caractéristiques précises que certains philosophes et médecins ont associées à l’air permettra de mettre en évidence le rôle de puissance cosmologique et biologique qui a pu lui être reconnu dans cette tradition de pensée « aérienne ».

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2022.

Plan

Introduction
La destitution de Zeus par Tourbillon
Aristophane face aux « météorologues »
La subtilité de l’air
Puissance de transformation et puissance de manifestation
La méthode de l’invisible : Ancienne médecine face aux médecins-novateurs
Le traité Des vents : une approche aérienne de la médecine
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Le dernier quart du ve siècle voit émerger, sur la scène intellectuelle grecque, ce que d’aucuns ont appelé une « querelle des anciens et des modernes ». Le développement d’une curiosité nouvelle pour les phénomènes célestes, ainsi que sa diffusion dans le champ de la philosophie, de la médecine, ou encore de la poésie, divisent en effet les savants en deux camps : les adeptes de cette nouvelle « mode » cosmologique d’une part, et ses détracteurs, défenseurs d’une conception plus traditionnelle du savoir, de l’autre. Les Nuées d’Aristophane constituent probablement le témoignage le plus frappant et le plus célèbre de cette polémique. Socrate y fait figure de représentant de la spéculation sur les « choses d’en haut », qu’Aristophane présente comme relevant de la dernière mode et qui introduit, en lieu et place du panthéon traditionnel, un culte étrange pour des réalités aériennes. Ainsi, dans le « pensoir » qui lui sert d’école, on ne jure plus par Zeus mais par Air (Aer...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lora Mariat, « L’air et les puissances de l’invisible  »Philosophie antique, 21 | 2021, 121-148.

Référence électronique

Lora Mariat, « L’air et les puissances de l’invisible  »Philosophie antique [En ligne], 21 | 2021, mis en ligne le 31 octobre 2022, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/philosant/5225 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosant.5225

Haut de page

Auteur

Lora Mariat

EA 2274 Logiques de l’Agir / Université de Franche-Comté
lora.mariat@univ-fcomte.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Philosophie antique est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search