Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21VariaPourquoi n’y a-t-il pas d’âme du ...

Varia

Pourquoi n’y a-t-il pas d’âme du monde dans le dialogue de Numénius Sur le Bien ?

La non-identification du « troisième » dieu à l’âme du monde dans le Περὶ τἀγαθοῦ
Fabienne Jourdan
p. 233-264

Résumés

Dans son dialogue Sur le Bien (19 F = fr. 11 dP), Numénius écrit que le dieu qui est « deuxième et troisième est un ». Par là, il désigne un dieu considéré selon deux aspects qui correspondent à la double orientation de son attention. Dans le second, il est tourné vers le monde et joue le rôle de démiurge. Selon la plupart des chercheurs, ce démiurge serait à identifier à l’âme du monde que les fragments parvenus du dialogue ne mentionnent pas. L’article montre que cette interprétation ne rend peut-être pas compte du propos de Numénius. Il indique les raisons théoriques et polémiques expliquant qu’en réalité, même si le démiurge a la fonction de l’âme du monde, Numénius ne l’identifie pas avec celle-ci. Il veut définir les principes qu’il identifie à l’être, conçu comme incorporel. Le mouvement intrinsèque à l’âme et l’immanence qui la caractérise, d’après la tradition platonicienne que suit Numénius et la tradition stoïcienne à laquelle il s’oppose, interdisent de donner à cette âme le statut de pur intelligible – le lui accorder serait précisément céder à l’immanentisme et au corporalisme stoïciens. Enfin, il n’est pas davantage utile de reconnaître dans le second aspect du deuxième dieu, un moment nommé « troisième dieu » dans le dialogue, le troisième dieu que Numénius aurait identifié au monde d’après le témoignage de Proclus (29 T = fr. 21 dP). Ce troisième dieu-là peut réellement correspondre au monde dont Platon fait un dieu, à condition que ce monde soit considéré comme le produit du seul intellect, ordre (κόσμος) qui comporte certes une âme, et même un intellect en elle, mais qui n’est réduit ni à l’une ni à l’autre.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

âme, démiurge, dieu, intellect

Keywords:

soul, god, demiurge, intellect
Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2022.

Plan

Préliminaire : « le dieu qui est le deuxième et troisième est un » :
à quoi renvoie le « troisième dieu » dans le fragment 19 F ?
Le second aspect du deuxième dieu, le démiurge proprement dit, paraît être l’âme du monde
Le « troisième dieu » de 19 F ou : le second aspect du deuxième dieu n’est pas l’âme du monde
L’âme ne relève pas du domaine de l’être proprement dit et n’est pas identifiée par Numénius à son troisième dieu
Le second aspect du deuxième dieu, le démiurge, n’est pas immanent ;
il n’entre pas dans le monde mais élève le monde à lui et dirige son âme
Pourquoi cette non identification ? Comment l’éviter ?
Raisons théoriques et polémiques
Le démiurge prend partiellement la charge de l’âme du monde, se laissant relayer par l’intellect de celle-ci dans les tâches qui imposent une certaine immanence
Et le troisième dieu du témoignage de Proclus (29 T) ?
Conclusion

Aperçu du texte

Dans son dialogue Sur le Bien (19 F = Fr. 11 dP *), Numénius pose deux dieux qu’il distingue par leur type d’unité : le premier est simple et indivisible, le deuxième est un, mais, qualifié de « deuxième et troisième », il est marqué par une apparente division. Cette division a un caractère modal et non unitaire. Elle renvoie vraisemblablement à deux aspects distincts que le dieu prend selon l’orientation de son attention. Le second de ces aspects, qui correspond à ce que Numénius nomme un moment « troisième » dieu, a souvent été identifié à l’âme du monde que le Περὶ τἀγαθοῦ tel qu’il est parvenu ne mentionne pas. Or cette interprétation ne semble pas rendre compte de l’intention de Numénius. Nous tenterons de montrer pourquoi, selon nous, loin d’identifier à l’âme du monde ce « troisième » dieu qui joue le rôle de démiurge, Numénius lui donne le rôle de celle-ci pour mieux l’éliminer quant à elle du rang des principes. Cette démonstration nécessite une définition préalable du « tr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Jourdan, « Pourquoi n’y a-t-il pas d’âme du monde dans le dialogue de Numénius Sur le Bien ? »Philosophie antique, 21 | 2021, 233-264.

Référence électronique

Fabienne Jourdan, « Pourquoi n’y a-t-il pas d’âme du monde dans le dialogue de Numénius Sur le Bien ? »Philosophie antique [En ligne], 21 | 2021, mis en ligne le 31 octobre 2022, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/philosant/5354 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosant.5354

Haut de page

Auteur

Fabienne Jourdan

UMR 8167 « Orient et Méditerranée », Laboratoire Antiquité classique et tardive

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Philosophie antique est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search