Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7Michael Frede

Michael Frede

in memoriam (1940-2007)
Jean-Baptiste Gourinat et André Laks
p. 5-6

Texte intégral

1Michael Frede est brusquement décédé cet été, le 11 août 2007, lors d’une baignade, à Agios Minas, une crique à l’est d’Itea, dans le golfe de Corinthe, le dernier jour du « Symposium Hellenisticum » qui se tenait à Delphes, et qui était consacré au Contre les physiciens de Sextus Empiricus. Cette triste nouvelle n’aura pas seulement désolé ses proches, ses amis et ses élèves ; elle touche toute la communauté des historiens de la philosophie antique, dont Michael Frede était l’un des plus éminents représentants.

2Né à Berlin en 1940, Michael Frede a obtenu son doctorat à Göttingen en 1966, où il a été wissenschaftlicher Assistent de 1966 à 1971. Dès 1968-1969, il fut visiting lecturer à l’université de Berkeley, où il devint Professeur au Département de Philosophie en 1971. De 1976 à 1991, il a été Professeur au Département de Philosophie de l’Université de Princeton, puis de 1991 à 2005, il a occupé la chaire d’Histoire de la Philosophie de l’Université d’Oxford, où il était fellow de Keble College. Depuis deux ans, il avait pris sa retraite à Athènes, mais restait très actif, à l’Université d’Athènes et ailleurs.

3Ses deux premiers livres, Prädikation und Existenzaussage (1967) et Die stoische Logik (1974) l’ont immédiatement imposé comme l’une des figures dominantes de l’histoire de la philosophie antique. La traduction et le commentaire du livre Ζ de la Métaphysique d’Aristote, qu’il a rédigés en collaboration avec Günther Patzig (1988), constituent aussi un ouvrage de référence. Ces travaux ne donnent pourtant pas une idée suffisante de l’étendue de ses intérêts, qui était immense, ni du sens qu’il donnait au métier d’historien de la philosophie antique. Expliquant, dans l’Introduction à un recueil d’articles réunis en 1987 sous le titre Essays in Ancient Philosophy, pourquoi l’historien de la philosophie ancienne ne saurait être sélectif, il justifiait son engagement en faveur de la réévaluation de la philosophie hellénistique, et annonçait une renaissance des études de la philosophie de l’antiquité tardive qui a effectivement eu lieu depuis.

4Par ses travaux sur l’histoire du scepticisme, sur la médecine grecque (il a notamment publié en 1985 une traduction de traités de Galien sous le titre Three Treatises on the Nature of Science), sur la grammaire ancienne, Michael Frede a fortement contribué à renouveler l’étude de la philosophie ancienne en la désenclavant. Depuis quelques années, il s’était consacré à de nouveaux sujets d’étude, comme le Papyrus de Derveni, l’histoire du platonisme, en particulier Plotin, et plus généralement le devenir de la philosophie païenne (on lui doit notamment deux études magistrales sur Celse dont l’une dans l’ANRW II 36.7) et les Pères de l’Église. L’histoire de la volonté et du libre arbitre avait été le thèmes de ses conférences données à Berkeley en 1997 dans le cadre des « Sather Lectures » (restées inédites) ainsi que de plusieurs séminaires à Oxford.

5D’une immense érudition – sa connaissance de l’histoire de la transmission des textes, en particulier, était remarquable –, il combinait une nette conscience de l’historicité avec une réflexion proprement philosophique : on pourrait dire que c’était un philosophe dont la matière première était l’histoire de la philosophie ancienne. Une des caractéristiques de ses travaux est qu’ils sont écrits sans presque aucune note. C’est qu’il avait tout repensé.

6Michael Frede laisse une œuvre, en partie inédite, dont la diversité n’a d’égale que l’exceptionnelle qualité. Mais c’était aussi un professeur remarquable, extrêmement dévoué à ses étudiants : « J’aime vraiment enseigner », aimait-il à dire. En tête-à-tête ou dans des colloques et des séminaires, il pouvait discuter pendant des heures, avec une vraie passion de convaincre, mais aussi de comprendre. Vrai dialecticien, il semblait avoir été formé par ces dialecticiens de l’Antiquité dont il avait fréquenté les écrits. Cette qualité exceptionnelle s’en est allée avec lui. Mais les participants du « Symposium Hellenisticum » disent tous qu’il l’a exercée jusqu’au bout, dominant le colloque par son infatigable intelligence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Gourinat et André Laks, « Michael Frede »Philosophie antique, 7 | 2007, 5-6.

Référence électronique

Jean-Baptiste Gourinat et André Laks, « Michael Frede »Philosophie antique [En ligne], 7 | 2007, mis en ligne le 12 mai 2022, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/philosant/5584 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosant.5584

Haut de page

Auteurs

Jean-Baptiste Gourinat

Articles du même auteur

André Laks

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Philosophie antique est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search