Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7Est-ce par un tourbillon que l'am...

Est-ce par un tourbillon que l'amour empédocléen joint ?

L’hypothèse de l’aimantation
Anne-Laure Therme
p. 91-119

Résumés

Pour Empédocle, le devenir se résout en termes de mélange et de dissociation de quatre éléments matériels, dus à des forces contraires, Amour et Haine : ces processus doivent-ils être conçus comme symétriques, opérant à rebours l’un de l’autre selon un même schème ? Si l’on sait que la séparation par la Haine, d’un point de vue cosmique, advient au moyen d’un tourbillon discriminant, qu’en est-il du mode opératoire de l’Amour, par lequel les dissemblables se mêlent ? Le présent article développe l’hypothèse que la cohésion et la compacité des mélanges réalisés par l’Amour peut se comprendre par analogie avec les phénomènes d’attraction « magnétique », dont la théorie empédocléenne des effluves offre une explication.

Haut de page

Entrées d’index

Auteurs anciens :

Empédocle, Empedocles
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Metaph. A, 4, 985a21 sq., cf D.-K. 31 A 37 (Bol. 173) ; Gen. et Corr. II, 6, 333b19-22. Les témoig (...)
  • 2  D.-K. 31 B 6, 1 = Bol. 150
  • 3  « Terre accroît sa propre race, / Éther accroît l’Éther… » (B 37 = Bol. 140).
  • 4  B 30 = Bol. 126 ; B 115, 1-2 = Bol. 110 ; cf B 17 = Bol. 31 et B 26 = Bol. 68.
  • 5  B 22, 6 = Bol. 231, 6
  • 6  Cette interprétation, quoique majoritaire, n’est pas celle de J. Bollack 1992, pour qui, à l’ébran (...)

1En termes aristotéliciens, il y a pour Empédocle deux « causes motrices » à l’œuvre dans l’univers, dont les actions s’opposent : Neikos (la Haine) sépare les quatre éléments, tandis que Philotes (l’Amour) les rassemble. La Haine est donc cause de multiplicité et d’hétérogénéité, l’Amour, d’unité et d’homogénéité. Cependant, comme le remarque Aristote1, la Haine est en un sens cause de mélange (puisque, séparant les quatre « racines de toutes choses »2 selon leur genre, elle tend à unir les semblables : le feu au feu, l’eau à l’eau…)3 ; de même, l’Amour, en mêlant les dissemblables, détruit en les dissociant les masses élémentaires « pures » produites par l’action de la Haine. Ces deux forces coexistent, agissent simultanément en se contrariant mutuellement ; mais, en vertu d’une certaine nécessité, au fil du temps elles se cèdent tour à tour le pouvoir4, de sorte qu’elles prédominent alternativement sur la matière, lui imprimant par là un ordonnancement caractéristique ; sous l’empire de Neikos, le monde tend vers une dissociation toujours plus accrue des éléments « ennemis »5, jusqu’à sa destruction : à l’apogée du pouvoir de la Haine, les quatre racines forment quatre masses pures concentriques, le feu occupant la zone extrême et la terre, le centre. Puis, quand arrive le règne de Philotes, les racines se mêlent progressivement les unes aux autres indépendamment de leur genre, donnant lieu à une nouvelle cosmogonie ; ce monde à son tour est voué à s’éteindre, lorsque l’unité totale du mélange est réalisée : à l’apogée du règne de l’Amour, toute la matière de l’univers ne forme plus qu’un seul tout indifférencié (le Sphairos). C’est ainsi que l’on peut distinguer quatre phases d’un cycle cosmique éternel, où alternent des périodes acosmiques (de diversité totale ou d’unité complète) et des mondes périssables, différents selon qu’ils sont dus à Neikos ou à Philotes6.

  • 7  Tous les commentateurs s’accordent sur ce point, à l’exception de J. Bollack, cf infra.

2Comment ces forces agissent-elles, par quelles modalités motrices accomplissent-elles leurs fonctions d’unification et de dissociation ? Les fragments comme la doxographie montrent que le mouvement propre à Neikos, par lequel s’opère la dissociation de la matière antérieurement mêlée, est de nature tourbillonnaire (dine)7. En revanche, il est plus délicat d’identifier la manière dont l’Amour unit et rassemble les éléments : produit-il lui aussi un vortex ? Comment son pouvoir de jonction se manifeste-t-il physiquement ?

  • 8  B 30 = Bol. 126.
  • 9  B 31 = Bol. 121.

3Pendant le Sphairos, Neikos est relégué hors des racines, à la périphérie du tout un ; lorsque son heure est venue8, il s’immisce dans la sphère qu’il ébranle peu à peu9, produisant un vortex (dine) centripète qui engendre les premières séparations élémentaires. Lorsque enfin Neikos a pris possession de toutes les racines, divisées en quatre masses d’éléments purs, c’est au tour de Philotes d’exercer son empire à partir du centre (c’est-à-dire de la terre), où elle avait été peu à peu confinée et d’où elle redéploie son pouvoir d’unification. Cette séquence est décrite par le fragment 35 et par le Papyrus de Strasbourg, ensemble a :

  • 10 Correction du vers 3 proposée par Martin & Primavesi 1999, p. 220 (cf p. 216-224). Pierris 2005 a p (...)
  • 11  Traduction J. Bollack modifiée (v. 3). Sauf indication contraire, les traductions données sont cel (...)

ἐπεὶ Νεῖκος μὲν ἐνέρτατα βένθε’ ἵκηται10
δίνης, ἐν δὲ μέσῃ Φιλότης στροφάλιγγι γένηται,
ἐν τῇ δὴ τάδε πάντα συνέρχεται ἓν μόνον εἶναι,
οὐκ ἄφαρ, ἀλλὰ θελημὰ συνιστάμεν’ ἄλλοθεν ἄλλα.
τῶν δέ τε μισγομένων χεῖτ’ ἔθνεα μυρία θνητῶν·
πολλὰ δ’ ἄμεικτ’ ἔστηκε κεραιομένοισιν ἐναλλάξ,
ὅσσ’ ἔτι Νεῖκος ἔρυκε μετάρσιον· οὐ γὰρ ἀμεμφέως
πω πᾶν ἐξέστηκεν ἐπ’ ἔσχατα τέρματα κύκλου,
ἀλλὰ τὰ μέν τ’ ἐνέμιμνε μελέων τὰ δέ τ’ ἐξεβεβήκει.
σσον δ’ αἰὲν ὑπεκπροθέοι, τόσον αἰὲν
ἐπήιει ἠπιόφρων Φιλότητος ἀμεμφέος ἄβροτος ὁρμή·
(…) Quand Discorde a atteint tout en bas les profondeurs
Du tournoiement, Amour perce au centre du tourbillon ;
Là tous, ils s’assemblent pour n’être plus qu’un seulement,
Sans brusquerie, de bonne grâce, Ils s’unissent, venus chacun d’un autre côté.
Et comme Ils se rencontraient, se répandaient les myriades de tribus mortelles.
Beaucoup, parmi les autres qui se mêlaient, restaient purs,
Que Discorde retenait en haut : car ce n’est pas sans défaut,
Ce n’est pas tout entière encore, qu’elle s’est retirée aux frontières du cercle.
Ici, elle résistait, là, elle était sortie des membres,
À mesure qu’elle s’échappait, partout la suivait,
Toute douceur, de l’irréprochable Amour l’immortel élan11.
(31 B 35, 3-13 D.-K. = Bol. 201.)

  • 12  Ou : Νεῖκος τ᾽ ἀνυπέρβατα βένθε᾽ ἲκηται (cf n. 10 supra). Comme nous le verrons, notre hypothèse e (...)
  • 13  Ou : « non violées », si l’on accepte la correction de Pierris 2005.
  • 14  Traduction Martin & Primavesi.

Ἄλλ’ ὅτε δὴ Νεῖκος μὲν ὑπερβατὰ βενθε’ ἴκηται12
δίνης ἐν δὲ μέση Φιλότης στροφάλιγγι γένηται,
ἐν τῇ δὴ τὰδε πάντα συνέρχεται ἕν μόνον εἶναι.
Mais chaque fois que la Haine est arrivée dans les profondeurs, ainsi violées13,
Du tourbillon et que l’Amour a atteint le centre du tournoiement,
En lui (scil. l’Amour) précisément toutes ces choses se réunissent pour ne former qu’un14.
(Physika A, v. 288-290 = ens. a (ii) 18-20 [P. Strasb. gr. Inv. 1665-1666].)

4Doit-on considérer que δίνη et στροφάλιγξ ont deux référents distincts, le premier terme renvoyant au parcours centripète de la Haine, le second à un nouveau tourbillon engendré par l’Amour à partir du centre ? Ou ne désignent-ils qu’un seul et même tourbillon, dont les effets s’inversent selon la force (Neikos ou Philotes) qui prédomine ? La réponse ne fait l’objet d’aucun consensus parmi les commentateurs. Il nous semble possible de choisir une autre voie, et d’émettre l’hypothèse que le mouvement propre à l’Amour n’est pas de nature tourbillonnaire, mais était conçu de manière analogue au phénomène d’attraction magnétique. Ainsi, le vortex (δίνη et στροφάλιγξ) n’est le fait que de la Haine.

5Afin d’examiner la consistance de cette interprétation, notre démarche sera la suivante :

I. Les hypothèses en présence

1. Une dine de Neikos et un strophalinx de Philotes : deux tourbillons distincts

2. Dine et strophalinx :un seul tourbillon, sous l’égide tantôt de Neikos, tantôt de Philotès

3. Dine ou strophalinx : un seul tourbillon, sous l’égide de Philotès

4. Notre hypoyhèse

II. Forces et trajectoires centripètes et centrifuges

1. L’interprétation de Perilli

2. Epi tou Neikous : effets centripète et centrifuge de la dine à trajectoire centripète

3. Epi tes Philotetos : effet centripète du déploiement centrifuge de l’Amour

III. La confluence des racines sous l’attraction de l’amour : l’analogie des effluves

1. Les effluves et la pierre d’Héraclée

2. Applications :

(i) Quand le pouvoir de l’Amour croît

(ii) Quand le pouvoir de la Haine croît

3. Les effluves ne sont-ils pas le fait de Neikos ?

Conclusion : Enjeux

I. Les hypothèses en présence

6Les commentateurs ne se sont pas toujours explicitement posé la question de savoir comment se manifeste le pouvoir d’attraction et d’unification de l’Amour, tel que décrit dans les vers précédemment cités. Ceux qui l’abordent semblent dans tous les cas présupposer que l’Amour produit un tourbillon. Ainsi, si l’on admet que Neikos a pénétré la matière (« ébranlé la sphère ») à partir de la périphérie de l’univers, les premiers vers du fragment s’ouvrent à plusieurs interprétations.

1. Une dine de Neikos et un strophalinx de Philotes : deux tourbillons distincts

  • 15  Bignone 1916, p. 429 ; cf p. 557 n. 1 et p. 643 (ἑλισσομένην, B 17).

7La dine de la Haine, arrivée au centre, est contrecarrée et repoussée par un nouveau (un deuxième) tourbillon (strophalinx) distinct, qui serait le fait de l’Amour s’élançant alors du centre vers la périphérie (eschata termata kyklou). Il y aurait donc deux tourbillons, procédant en sens inverse l’un de l’autre : la dine à expansion centripète de Neikos, et le strophalinx à expansion centrifuge de Philia (la première dominant lors de la phase epi tou Neikous, le second dominant epi tes Philias). Ettore Bignone15 considère en ce sens que le fragment 35 fait effectivement état de deux tourbillons.

2. Dine et strophalinx : un seul tourbillon, sous l’égide tantôt de Neikos, tantôt de Philotes

8Il n’y aurait qu’un seul tourbillon au sein du cycle tout entier, entre la destruction du Sphairos et sa reconstitution, s’étendant de façon centripète sous l’empire de la Haine, refluant de façon centrifuge epi tes Philias. Ainsi la Haine, une fois atteint l’apogée de sa trajectoire tourbillonnaire (c’est-à-dire parvenue au centre, ἐνέρτατα βενθε᾿), refluerait peu à peu, comme si elle « remontait » à contre-courant le tourbillon qu’elle a tracé – le rétractant ou le rétrécissant ainsi progressivement –, mais cette fois de façon centrifuge. Elle se retirerait ainsi vers la périphérie (μετάρσιον, ἐπ᾿ ἔσχατα τέρματα κύκλου) comme par un reflux, repoussée par l’Amour qui s’élance à sa poursuite.

  • 16  O’Brien 1969, par ex. p. 120 dont n. 2 ; p. 264 et 270-271.
  • 17  Bollack, quoique partageant également ce motif (« Neikos aspire au mouvement. Philotes tend au rep (...)

9C’est là la position de Denis O’Brien, pour qui le tourbillon unique aura des effets différents selon qu’il est sous le pouvoir de la Haine ou de l’Amour croissant, s’accélérant notamment dans le premier cas et ralentissant dans le second16. C’est pour cette dernière raison qu’il considère que, l’Amour étant davantage cause de repos que de mouvement17, c’est fondamentalement à Neikos que doit être associée la figure du tourbillon : plus il est important (c’est-à-dire plus il est rapide), plus le pouvoir de la Haine est grand.

3. Dine ou strophalinx : un seul tourbillon, sous l’égide de Philotes

  • 18  Voir par exemple, à propos de B 35, 3 : « De la lutte qui s’instaure naît le mouvement circulaire (...)
  • 19  Bollack 1992, t. I, p. 56 : « Sa secousse se propage sans but et sans forme à travers l’étendue de (...)
  • 20  Ibid. p. 35 et 168.
  • 21  « Les grandes masses se séparent par Haine et par Amour. Distinguées par la Haine, agglomérées par (...)
  • 22  « L’Amour [1] renaissant les rassemble [les éléments] selon leurs lieux dans le tourbillon. » (P.  (...)
  • 23  Bollack 2001.
  • 24  Ibid. n. 8, p. 3 (je souligne).
  • 25  Ibid. p. 8 (je souligne).
  • 26  Cf. citation supra n. 19.
  • 27  Bollack 1992, t. I, p. 181.

10L’interprétation de Jean Bollack diffère considérablement des précédentes, non seulement parce qu’il refuse l’interprétation « cyclique » d’Empédocle, mais plus particulièrement en tant qu’il impute à Philotes, et non à Neikos, la responsabilité de la forme circulaire ou hélicoïdale : étant un reliquat du Sphairos, elle ne saurait être le fait de la Haine18. Au contraire, le mouvement inauguré par la Haine est in-forme, semblable à une secousse19, par lequel l’Un est disloqué, pulvérisé, dans une « tempête indescriptible »20. C’est à ce chaos, postérieur au Sphairos, et précédant notre monde, que J. Bollack identifie l’apogée de l’empire de la Haine ; à cette période transitoire de suprématie succède la formation des quatre grandes masses élémentaires, qui est à la fois le fait de la Haine (qui pousse les éléments à se fuir) et l’œuvre de ce que J. Bollack appelle « l’Amour 1 »21. Il distingue en effet entre un « Amour 1 », « Amour de soi » ou « Amour des semblables », qui aurait pour effet de séparer les éléments par genres (opération généralement rapportée au pouvoir de la Haine)22, et un « Amour 2 », « Amour des dissemblables », celui qui accomplirait l’œuvre fondamentale de mélanger les éléments en s’efforçant de reconstituer l’unité perdue du Sphairos, au travers notamment de la composition de créatures vivantes. C’est la renaissance de « l’Amour 2 », au début de notre monde, que décriraient les premiers vers de B 35 : la dine du vers 4 est le tournoiement « déchaîné par l’Amour » 1 par lequel la tempête chaotique des éléments dissociés a été organisée en quatre masses pures ; le strophalinx est aussi le fait de l’Amour, mais serait plutôt à rapporter à son aspect « 2 » (attraction des dissemblables). Cependant, la position de Bollack n’est pas claire : dans un article plus récent23, il semble rapporter la dine à la Haine et le strophalinx à l’Amour : « le premier terme se situe sous le signe de la violence : le désordre prime ; le deuxième implique alors les mouvements ordonnés de l’Amour. Les deux actions se relaient, sous deux appartenances »24 ; une formule telle que « le tourbillon de l’Amour s’est installé dans celui de la Haine ; se substituant, il lui imprime sa forme »25 suggère manifestement l’existence de deux tourbillons successifs et distincts – ce qui reviendrait à l’hypothèse (i) évoquée supra, à cette exception près que, pour Bollack, l’Amour part d’abord de la périphérie26 : sa tendance est centripète, au contraire de celle, centrifuge, de la Haine27.

4. Notre hypothèse : dine ou strophalinx de Neikos et attraction par confluence de Philotes (un seul tourbillon : celui de Neikos)

  • 28  Selon un témoignage d’Alexandre d’Aphrodise (31 A 89), Empédocle connaissait le phénomène d’aimant (...)

11Au début du renouveau de l’empire de l’Amour, la dine de la Haine, qui avait achevé sa trajectoire centripète, et ainsi occupé tout l’espace, est graduellement empêchée et contrariée par une irradiation, un rayonnement de l’Amour (« égal en longueur et en largeur », B 17, 19) à partir du centre qui, comme par attraction magnétique28, dirigerait toutes les racines vers le cœur de l’univers, provoquant leur « échange de chemins », brisant les masses concentriques antérieurement séparées selon le genre par la dine de la Haine, et les faisant tendre vers le centre – de sorte que, les racines s’agglomérant et se mêlant progressivement à ce qui était précédemment la masse de terre « pure », le Tout se compacte et se contracte jusqu’à prendre finalement la forme du Sphairos. Ainsi s’expliquerait, incidemment, la déformation du Tout au cours des phases du cycle : au tourbillon centripète de Neikos, qui a des effets centrifuges sur certaines racines, correspondrait une extension de l’univers – dont rendent compte les doxographes (A 50) : sous le règne de Neikos, l’univers « prend la forme d’un œuf » –, à l’attraction rayonnante de l’Amour à partir du centre, qui produit un mouvement centripète des éléments, une contraction sous la forme d’une sphère parfaite.

12Lors de la phase de prééminence de l’Amour deux processus seraient donc imbriqués : l’Amour s’élance, se déploie en toutes directions, créant une sorte de « champ magnétique » à expansion centrifuge (c’est-à-dire tendant à rejoindre la périphérie), et les racines, attirées par ce champ, venues de tous côtés, confluent vers le centre, s’y agglutinant donc en un mouvement centripète. C’est ainsi que la force et la violence de la dine de Neikos seraient contrariées, son influence ne se maintenant que sporadiquement là où s’étend celle de l’Amour, mais conservant davantage de vigueur plus on s’approche de la périphérie du cosmos, metarsion. Quand l’Amour aura enfin achevé sa reconstitution de l’Un, et que la Haine sera expulsée ep’ eschata termata kyklou, hors des racines, la dine aura été totalement résorbée.

13Avant de montrer la consistance de cette hypothèse, il convient de dégager plus schématiquement les effets centripète et centrifuge d’Amour et de Haine ; en effet, ils ne s’appliquent pas de la même manière s’il s’agit des trajectoires des deux forces motrices (de l’extension de leur zone d’influence) ou des mouvements subis par leurs racines. Nous envisagerons la complexité de ces processus dans les deux phases cosmogoniques, sous l’empire de Neikos et sous celui de Philia (tel que décrit au fragment 35).

II. Forces et trajectoires centripètes et centrifuges

1. L’interprétation de Perilli

  • 29  Cf. Perilli 1996, p. 55-64.
  • 30  Op. cit. p. 61.

14Dans La teoria del vortice nel pensiero antico, dalle origini a Lucrezio29, Lorenzo Perilli analyse comment la conception empédocléenne du tourbillon s’inscrit dans une lignée d’élaboration progressive de la notion de vortex à travers l’Antiquité, qui trouvera ultérieurement son plein achèvement théorique dans la formulation cartésienne. Le pas franchi par Empédocle par rapport à ses prédécesseurs (Homère, Hésiode, les milésiens, et surtout l’orphisme et le pythagorisme) consiste à avoir dégagé le double aspect dynamique de la structure tourbillonnaire, à savoir la conjonction d’une force centrifuge et d’une force centripète qui, selon Perilli, étaient respectivement rapportées à l’action de Neikos et de Philotes30. L’Amour, à partir de sa position au centre du vortex (ἐν δὲ μέσῃ στροφάλιγγι, B 35, 4), contrôle l’acheminement des racines venues de toutes parts (συνιστάμεν᾿ ἄλλοθεν ἄλλα, B 35, 6) : l’Amour serait l’agent centripète du vortex, la Haine étant associée à la force centrifuge, en tant qu’elle tend à projeter (et retenir, B 35, 9) les racines metarsion, « en haut ». Perilli loue la lucidité d’Empédocle, qui aurait conceptuellement distingué les deux aspects (centripète et centrifuge) d’un même vortex, en attribuant le premier à l’Amour et le second à la Haine :

  • 31  Ibid. : « La comprensione che Empedocle mostra della dinamica del vortice è sorprendente : la sua (...)

15La compréhension qu’Empédocle manifeste de la dynamique du vortex est surprenante. Sa description semble coïncider avec le vortex dit « tea-cup », dans lequel le courant ascensionnel s’adjoint à la rotation du liquide sur un plan horizontal, et où la direction tend vers l’intérieur à la base du vortex, et vers l’extérieur au sommet de celui-ci, ce qui est typique d’un mouvement hélicoïdal. Les deux agents se relaient continuellement, la présence conjointe de la force centripète et de rassemblement (Amour), et de la force centrifuge et de séparation (Discorde) étant explicitement affirmée un peu plus loin [scil. en B 35]31.

  • 32  Ibid. p. 166.
  • 33  Ce qui s’oppose à une interprétation telle que celle de Guthrie 1965, p. 186, qui considère que le (...)

16Selon Perilli, c’est le vortex lui-même qui conditionne l’activité des deux agents cosmiques, ainsi que leur contrariété32. La dualité Amour /Haine aurait alors été rendue nécessaire, contrainte, par la conception même du mouvement tourbillonnaire – qui serait par conséquent première33 :

  • 34  Perilli 1996, p. 64 : « Ma il vortice si rivela, nella concezione empedoclea,… un elemento le cui (...)

17Le vortex se révèle être, dans la conception empédocléenne,… un élément dont les caractéristiques imposent au cosmos une particularité structurelle unique. Les entités cosmiques fondamentales, Amour et Discorde, y sont même soumises : il contraint l’activité, régulatrice ou pertubatrice, qui leur est propre, à s’adapter à l’arrangement auquel le vortex oblige le monde34.

  • 35  On l’a évoqué plus haut : la Haine assemble selon le genre différentes masses homogènes, tandis qu (...)

18Cette reconstruction, si séduisante puisse-t-elle paraître, s’abstient cependant de se référer précisément aux phases correspondantes du cycle : Perilli traite simultanément de la cosmogonie epi tes Philias (B 35) et des phénomènes tourbillonnaires dans le cosmos epi tou Neikous (tel le vortex de l’aither dans notre monde) sans véritablement en contextualiser les aspects. Or il apparaît fondamental de distinguer les parcours des moteurs eux-mêmes (c’est-à-dire la progression de leur zone d’influence), de leurs effets sur la matière, qui prendront des figures et des manifestations différentes selon que leur empire est croissant ou en régression ; en effet, de même que l’Amour et la Haine, chacun à leur façon, sont causes de mélange et de dissociation35, et qu’il est donc inexact de dire simplement que l’Amour est cause d’union, la Haine de séparation, de même il apparaît trop restrictif d’attribuer au premier la responsabilité de la force centripète et au second l’effet centrifuge opposé, ainsi que nous allons nous efforcer de le montrer.

19Pour ce faire, il est essentiel d’envisager l’action de chacune des deux entités cosmiques dans les contextes de leurs cosmogonies respectives.

20Contrairement à l’interprétation de Perilli, il nous semble que les forces centripète et centrifuge ne sont pas conçues par Empédocle comme deux aspects d’un même processus (le vortex), imputables chacune de façon exclusive à l’un des deux moteurs à travers tout le cycle, mais comme les effets (s’inversant au fil du cycle) de la lutte et de l’opposition d’Amour et de Haine relativement à leurs lieux et trajectoires.

2. Epi tou Neikous : effets centripète et centrifuge de la dine à trajectoire centripète

21Les premiers vers de B 35 évoquent la fin de l’apogée du règne de Neikos, lorsque la dine qu’il a engendrée a achevé de discriminer et répartir les quatre racines selon leur genre, et que c’est au tour de l’Amour d’exercer sa puissance ; les vers 8-10 montrent qu’alors la Haine fuit peu à peu vers la périphérie du monde en train de se créer. Puisque, lors de la phase d’expansion de l’Amour, la Haine est graduellement reléguée aux confins, et que, pendant le Sphairos, « Révolte ni Querelle ne sont de saison dans ses membres » (B 27a = Bol. 99).

  • 36  La Haine forme une couche périphérique enveloppant le Sphairos : voir, parmi d’autres, Tannery 219 (...)

22C’est donc en s’immisçant à partir de la périphérie que la Haine, lorsqu’elle doit à nouveau régner, ébranle les membres du Sphairos (B 31 = Bol. 121)36 – autrement dit, elle étend progressivement sa zone d’influence des eschata termata jusqu’aux enertata benthe’ (c’est-à-dire la terre). Par conséquent, le parcours ou la trajectoire de Neikos, pendant son règne, est centripète.

  • 37  Empédocle niant l’existence du vide (31 B 13, B 14), et posant donc la continuité de la matière, l (...)
  • 38  On trouve une doxographie relativement abondante concernant les premières séparations cosmogonique (...)
  • 39  Ainsi qu’en témoigne la rotation de la voûte céleste, cf A 30. Sur l’accroissement de la vitesse p (...)
  • 40  Cette répartition des masses concentriques inspirera manifestement la théorie ultérieure des lieux (...)

23Lorsque la Haine impulse son mouvement tourbillonnaire, à partir des confins de la sphère, à la matière mélangée qui y est compactée, unie par les liens puissants de l’Harmonie (c’est-à-dire l’Amour, B 27), celui-ci dès l’origine se répercute à toute la matière, la met en branle jusqu’en son cœur37 : les effets du tourbillon seront d’abord davantage manifestes à la périphérie du cosmos en formation38, où la vitesse est aussi supérieure39, qu’en son centre, où persiste encore un reliquat de Sphairos, c’est-à-dire de mélange total des quatre racines. La séparation tourbillonnaire opérée par la Haine dans notre monde tend, on l’a vu, à discriminer les racines selon leur genre, et à leur faire ainsi rejoindre chacune un lieu « propre » : c’est pourquoi le tourbillon de Neikos engendre à la fois une force centrifuge et une force centripète, selon la nature de l’élément qu’il dissocie des autres. Le feu s’agglomérera au feu à la périphérie du cosmos, suivi de l’air, la terre rejoignant la position centrale, autour de laquelle s’étendra l’eau40. Si le Sphairos est bien un mélange ayant homogénéisé l’hétérogénéité des racines, alors on peut supposer qu’avant sa désagrégation, il était homéomère, que donc n’importe laquelle de ses « parties » contenait les quatre éléments. Par conséquent, le travail de répartition de la Haine exige de déplacer certaines racines vers le centre (par exemple, les particules de terre qui se trouvaient dans la zone périphérique interne au Sphairos doivent rejoindre le centre du monde en formation, tandis que celles de feu qui se trouvaient dans la zone centrale sont projetées vers la périphérie). On ne peut donc réduire l’action de Neikos dans la dine qu’il engendre à la seule force centrifuge ; son effet centripète sur certaines racines est nécessairement requis par la répartition en masses concentriques pures.

  • 41  Ainsi la mer est « sueur de la terre » (B 55 = Bol. 394) ; il y a aussi dans la terre de l’éther ( (...)
  • 42  Cf par exemple A 51 = Bol. 250 ; A 53 = Bol. 300.
  • 43  Ce qui explique pourquoi il a, pendant l’empire de la Haine, une influence centripète sur les élém (...)

24Cela n’exclut pas pour autant que, parallèlement, l’Amour exerce quant à lui une force centripète, qui constitue une résistance à l’avancée de la Haine, en tant qu’il s’efforce de maintenir en son giron les éléments qui cherchent à se fuir mutuellement. On peut supposer en effet que sa zone d’influence sur les racines se restreint peu à peu au fur et à mesure que s’étend celle de la Haine. Pressé de toutes parts alentour par l’envahisseur, l’Amour se replie au centre de l’univers, enertata benthe’, là où commencent à se constituer les masses pures de terre et d’eau. Or il faudra attendre l’apogée du règne de Neikos pour que ces masses soient monogènes : pendant la durée de notre monde, la planète Terre, au centre, contient encore les quatre racines41, même si elles tendent à se dissocier et à rejoindre leur lieu propre (en effet, même à la périphérie du cosmos, là où la Haine a davantage de puissance, des mélanges hétérogènes subsistent : l’aither de la voûte céleste est vraisemblablement un mixte d’air et de feu42 ; l’Amour parvient donc à résister partout à la force de dissociation, mais plus on s’approche des confins du monde, plus son pouvoir décroît). Le lieu privilégié où l’Amour continue à exercer son pouvoir est donc la Terre43, où il crée des composés organiques, mélanges harmoniques de racines dissemblables : les étants de ce monde, et plus particulièrement les créatures vivantes, sont son œuvre, ainsi que leur cohésion et leur maintien, bien que celui-ci soit momentané, éphémère, puisque voué à la dislocation par Neikos. Le pouvoir zoogonique de Philotes est la manifestation de sa résistance à l’action de la Haine, qui cependant finit toujours par l’emporter : que ses composés vivants soient périssables est la marque de son impuissance croissante epi tou Neikous.

3. Epi tes Philotetos : effet centripète du déploiement centrifuge de l’Amour

  • 44  Cf. D.-K. 31 B 36 = Bol. 207.

25De même que la Haine, pendant son empire, forçait la zone d’influence de l’Amour à se rétracter au centre (ἐν μέσῃ στροφάλιγγι), de même l’Amour, quand vient son heure, rejaillissant du centre vers l’extérieur, repousse la Haine dont le pouvoir se confine progressivement metarsion (B 35, 8-10). Dès lors, deux processus concomitants sont à l’œuvre : d’une part, l’Amour « s’élance » vers la périphérie en un mouvement d’expansion centrifuge (B 35, 12-13, cf. ὁρμή), c’est-à-dire accroît peu à peu son champ d’influence sur les racines, amenuisant corrélativement (et proportionnellement) le pouvoir de séparation de la Haine dans les zones (re)conquises. Le passage des vers 8-13 est rédigé dans les termes mêmes du combat épique entre deux poursuivants : celui qui recule et perd du terrain, Neikos, résiste autant que possible à l’ébranlement des masses pures antérieurement constituées par sa dine, en maintenant dans son giron (« en haut », metarsion) des racines pures et séparées par genre (v. 8-9) ; mais celles-ci, se soumettant à l’influence croissante de Philotes, sont irrésistiblement attirées à se diriger, d’où qu’elles viennent, vers le noyau. Le pouvoir de la Haine s’amenuisant, sa présence résiduelle (v. 9-10) se manifeste de façon discontinue dans l’espace (v. 11) : elle se replie vers les zones supérieures, peu à peu repoussée ep’ eschata termata kyklou (v. 10)44 par l’expansion de l’Amour. L’alternance des verbes de recul et d’avancée traduit cette progression synchrone, mise en exergue au vers 12, qui paraît impliquer clairement (« à mesure… ») qu’ils ne cohabitent pas dans les mêmes parcelles de matière : comme la Haine se retire, acculée vers l’extérieur, l’Amour son poursuivant s’étend et prend ainsi graduellement possession de l’espace – puisqu’il n’y a dans l’univers point de vide (B 13, B 14).

26D’autre part, cette progression centrifuge de l’Amour provoque un effet d’attraction centripète sur les éléments (B 35, 5-7), qui étaient auparavant isolés selon le genre : tous se mettent à converger en une même direction, d’où qu’ils se trouvent, « venus chacun d’un autre côté » (B 35, 6). Leurs entrelacements pendant ce parcours donnent lieu à une nouvelle cosmogonie (cf. ἔθνεα μυρία θνητῶν, B 35, 7), qui s’achèvera dans la reconstitution de l’unité en un Sphairos homéomère et immobile. Neikos participe à cette cosmogonie, en tant que force de résistance au pouvoir envahissant de Philotes. Cette résistance se manifeste selon deux aspects : d’une part, il n’est pas encore entièrement « sorti des membres », c’est-à-dire des éléments (B 35, 10-11) – si c’était en effet le cas, « si la Haine n’existait pas dans les choses, tout serait un » (Aristote, Métaphysique, Β, 4, 1000b1) : il demeure, dans le monde de l’Amour, principe de différenciation. D’autre part, Neikos maintient à la périphérie des éléments purs (ἄμικτα, B 35, 8), les empêchant de prendre part à la formation de créatures, c’est-à-dire de mélanges hétérogènes ; il exerce donc une force centrifuge opposant une contrainte à l’attraction centripète produite par l’Amour.

27Comment le lien de causalité entre l’expansion (centrifuge) du champ d’action effective de l’Amour (c’est-à-dire l’espace qu’il a envahi et où il prédomine) et l’attraction (centripète) des racines se manifeste-t-il concrètement, d’un point de vue physique ?

28Dans son double aspect, ce processus semble pouvoir être compris à la lumière d’une analogie avec la théorie empédocléenne des effluves.

III. La confluence des racines sous l’attraction de l’Amour : l’analogie des effluves

1. Les effluves et la pierre d’Héraclée :

  • 45  Tels Anaxagore et Démocrite, selon 31 A 89 = Bol. 675. Thalès (D.-K. 11 A 22) aurait attribué à l’ (...)

29Empédocle connaissait, comme ses contemporains, le phénomène d’aimantation45, et en aurait fourni une explication au moyen de sa théorie de l’interaction entre pores et effluves :

  • 46  Corr. Karsten 1838 (ἐναρίθμον mss.)

περὶ τῆς Ἡρακλείας λίθου διὰ τί ἕλκει τὸν σίδηρον.
Ἐμπεδοκλῆς μὲν ταῖς ἀπορροίαις ταῖς ἀπ’ ἀμφοτέρων καὶ τοῖς πόροις τοῖς τῆς λίθου συμμέτροις οὖσιν ταῖς ἀπὸ τοῦσιδήρου τὸν σίδηρον φέρεσθαι λέγει πρὸς τὴν λίθον· αἱ μὲν γὰρ ταύτης ἀπόρροιαιτὸν ἀέρα τὸν ἐπὶ τοῖς τοῦ σιδήρου πόροις ἀπωθοῦσί τε καὶ κινοῦσι τὸν ἐπιπωματίζοντα αὐτούς· τούτου δὲ χωρισθέντος ἀθρόαι ἀπορροίαι ῥεούσηι τὸν σίδηρον ἕπεσθαι· φερομένων δὲ τῶν ἀπ’ αὐτοῦ ἀπορροιῶν ἐπὶ τοὺς τῆς λίθου πόρους, διὰ τὸ συμμέτρους τε αὐτοῖς εἶναι καὶ ἐναρμόζειν καὶ τὸν σίδηρον σὺν ταῖς ἀπορροίαις ἕπεσθαί τε καὶ φέρεσθαι. […] ἔτι διὰ τί ἄλλο οὐδὲν πρὸς ἄλλο τι οὕτω φέρεται, καίτοι πολλὰ λέγεται ὑπ’ αὐτοῦ συμμέτρους τοὺς πόρους πρὸς ἀλλήλας ταῖς ἀπορροίαις ἔχειν ; λέγει γοῦν· ὕδωρ οἴνω μᾶλλον ἐνάρθμιον46, αὐταρ ἐλαίῳ οὐκ ἐθέλει.
Pourquoi la pierre d’Héraclée attire le fer.
[Empédocle dit que] le fer est entraîné vers la pierre par les effluves (aporroiais) qui se dégagent des deux corps et par les pores (porois) qui, dans la pierre, correspondent (symmetrois) aux effluves du fer. En effet les effluves de la pierre repoussent l’air, recouvrant les pores du fer, et chassent cet air qui les obstruait. L’air écarté, le fer suit le flot continu de l’effluve ; les effluves du fer étant ainsi entraînés vers les pores de la pierre, comme ces effluves sont adaptés (symmetrous) aux pores de la pierre et s’y ajustent, le fer suit et se meut également, entraîné par ses propres effluves. [Suit une série de critiques adressées à la théorie] … De plus, pourquoi aucun autre corps n’est-il entraîné de la sorte vers un corps, bien qu’Empédocle dise que beaucoup de corps possèdent des pores adaptés à leurs effluves mutuels ? Du moins dit-il :
L’eau épouse mieux le vin, mais avec l’huile,
Elle ne peut pas. (31 B 91 = Bol. 680)
(Alexandre d’Aphrodise, Quaestiones naturales, II, 23 = 31 A 89 D.-K. = Bol. 674.)

30Le processus décrit est double : et le fer, et l’aimant (la pierre d’Héraclée) émettent des flux (aporroiai), qui s’échappent de leur pores respectifs. Ces effluves n’ont pas les mêmes « parcours » ou tendances : ceux du fer tendent à l’attirer vers la pierre ; on pourrait ainsi les qualifier de passifs (le corps dont ils émanent étant entraîné vers un autre corps). Ceux de la pierre en revanche jouent un rôle actif, puisqu’ils repoussent l’air qui bouchait les pores du fer et empêchait ce dernier de suivre sa tendance, c’est-à-dire de se soumettre à l’attraction exercée sur eux. La pierre émet donc des effluves répulsifs (vis-à-vis de l’air) et attractifs (vis-à-vis du fer), ceux émis par le fer étant « ductiles » ou « dociles », se caractérisant par une tendance inhérente à obéir à l’attraction exercée sur eux, si elle n’est pas empêchée par une contrainte extérieure.

31La puissante attraction entre ces deux corps s’explique par la symétrie de leurs pores respectifs, qui, entretenant un rapport harmonique, s’accordent et s’ajustent (ἐναρμόζειν), ou s’épousent (ἐνάρθμιον, B 91) mutuellement. Or ce genre d’ajustement ne coïncide-t-il pas avec celui qui caractérise l’Amour, ou Harmonie ?

Ἐμπεδοκλῆς (…) μίγνυσθαί φησιν ὅσων οἱ πόροι σύμμετροι πρὸς ἀλλήλους εἰσίν.
Empédocle dit que se mélangent tous les corps dont les pores ont une mesure commune (ou : sont dans une symétrie réciproque).
(Aristote, Gen. et Cor. I, 8, 334b34 = 31 A 87 D.-K. = Bol. 425 in fine.)

Ἐμπεδοκλῆς ὲν ἅπασι τοῖς σώμασι τοῖς ὑπὸ σελήνην, οἷον ὕδασιν, ἐλαίοις καὶ τοῖς ἄλλοιςμ εἶναι ἔλεγεν, ὡς καὶ ἐν τῇ Περὶ γενέσεως καἰ φθορᾶς εἴρηκεν, ἀναμεμίγμενους πόρους καὶ νάστά, καὶ τοὺς μὲν πόρους ἐκάλεσε κοῖλα, τὰ δὲ ναστά πυκνά, καὶ ὧν μέν εἰσι τὰ ναστὰ καὶ οἱ πόροι (τουτέστι τὰ κοῖλα καὶ πυκνά) σύμμετρα, ὥστε δύνασθαι δι᾽ ἀλλήλων χωρεῖν, τούτων ἔφασκεν εἶναι μίξιν καὶ κρᾶσιν οἷον ὕδατος καί οἴνου· ὧν δὲ ἀσύμμετρα, ἄμικτα ταῦτα ἔφασκεν εἶναι ὥσπερ ἔλαιον καὶ ὕδωρ…
Empédocle disait que dans tous les corps du monde sublunaire, dans l’eau, dans l’huile et dans tout le reste, comme [Aristote] l’a dit dans le traité De la Genèse et de la Corruption, il y avait des pores qui alternaient et des solides ; il a appelé les pores « creux », les solides, « denses » ; et quand, dans les corps, les solides et les pores (c’est-à-dire les creux et les denses) ont une mesure commune, de façon qu’ils puissent passer au travers les uns des autres, il disait qu’il y avait mélange et fusion, comme de l’eau et du vin ; quand ils n’avaient pas de mesure commune (asummetra), il disait qu’ils ne se mêlaient pas (amikta) comme l’huile et l’eau…
(Ps.-Philopon, De gener. anim., 123, 13 = 31 A 87 = Bol. 683. Je souligne.)

σκόπει δὴ κατ’ Ἐμπεδοκλέα
γνούς, ὅτι πάντων εἰσὶν ἀπορροαί, ὅσσ’ ἐγένοντο.
οὐ γὰρ ζώιων μόνον οὐδὲ φυτῶν οὐδὲ γῆς καὶ θαλάττης, ἀλλὰ καὶ λίθων ἄπεισιν ἐνδελεχῶς πολλὰ ῥεύματα καὶ χαλκοῦ καὶ σιδήρου·
Examine la chose avec Empédocle :
Sachant qu’il coule des flux de toute chose qui est née. [31 B 89 = Bol. 554]
Car ce n’est pas des animaux seulement ni des plantes, ni de la terre et de la mer, que s’échappent sans cesse des flux nombreux, mais aussi des pierres et du bronze et du fer.

  • 47  31 A 57 = Bol. 331
  • 48  31 B 109a = Bol. 335 ; 31 A 88 = Bol. 134. Notons également que le ciel cristallin, l’hémisphère d (...)

32D’après la liste fournie par Plutarque, nous savons quels types de corps émettent des effluves – les êtres vivants (animaux, plantes), les composés cosmiques (terre, mer ; on peut y ajouter le soleil puisque, d’après Philopon47, la lumière en est un effluve). Mais cela concerne encore des corps apparemment inertes : les minéraux (pierres), les métaux (bronze, fer), ainsi que les miroirs48. Il semble, par conséquent, que de tous les étants (non seulement de « tous les corps du monde sublunaire » [A 87], mais aussi des corps célestes) émanent de semblables flux.

  • 49  Gen. et Corr. I, 8, 334b26-35.
  • 50  De Sensibus, § 1-20 = 31 A 86 = Bol. 420.
  • 51  Au nombre desquelles on peut compter le processus de respiration : D.-K. 31 B 100 = Bol. 550 et 55 (...)
  • 52  À l’instar du processus décrit par Galien : « Les corps composés étaient faits, disait Empédocle, (...)
  • 53  On trouve ainsi, malgré sa forme très mutilée, une correspondance entre le vers du fragment B 65 ( (...)
  • 54  À relier à la description du lien créé par l’Amour dans Sphairos, en 31 B 27 (Bol. 92b, 1) : οὕτως (...)
  • 55  Traduction mot à mot de Dumont 1988, n. 1 sur p. 383, pour :
  • 56  Cf. ἄρθμια μὲν γὰρ ταῦτα ἑαυτῶν πάντα μέρεσσιν (B 22, 1 = Bol. 231, 1) versus ἐχθρὰ πλεῖστον ἀπ’ ἀ (...)

33On sait encore par Aristote49, suivi par Théophraste,50 que c’est au moyen de la réception des effluves par les pores des corps que se produit la sensation : la théorie des effluves rendrait selon lui compte de l’action et de la passion51, mais aussi du mélange (mixis, krasis) entre substances qui s’épousent, telles l’eau et le vin (B 91 = Bol. 680), ou la toile de lin et la teinture de safran (B 93 = Bol. 685), c’est-à-dire dont il n’est plus possible de séparer les composants une fois la mixion réalisée52. Or, n’est-ce pas là la manière dont l’Amour procède pour modeler les créatures53 ? Car il doit y avoir, pour que des corps se mêlent ainsi, une symmetria entre leurs pores ; or l’Amour est précisément cause des mélanges proportionnés et harmoniques : selon B 22, 4-5, « toutes les choses qui sont appropriées au mélange (kresis) sont disposées selon une conformité plus grande, semblables les unes aux autres et reliées (ἔστερκται)54 par Aphrodite »55 ; le terme même d’enarthmion, en B 91, évoque non seulement l’idée d’ajustement et d’union, mais dénote aussi le lien d’amitié (arthmios) : les éléments qui se mélangent sont amis (arthmia), de la même façon que ceux qui s’y refusent sont ennemis (echthra)56. On obtient donc l’équation arthmia = symmetra = kresis, qui a pour corollaire celle entre echthra, asymmetra et amikta (cf. A 87 supra) ; or ce dernier terme, en B 35, 8, s’appliquait précisément aux racines pures sous l’influence de la Haine, qui n’entraient pas dans la formation de créatures ou de mélanges hétérogènes.

34On peut voir alors que les processus mis en jeu dans l’explication du phénomène d’aimantation, et plus généralement, relevant du rapport pores/effluves, sont analogiquement applicables à l’action cosmique de Philotes qui, en se déployant, exerce un attrait de plus en plus puissant sur les éléments, qui contenaient en eux une tendance inhérente à suivre ce flux, jusqu’alors empêchée par l’action de Neikos.

2. Applications

(i) Quand le pouvoir de l’Amour croît

35De même que l’aimant émet des effluves qui chassent l’air obstruant les pores, ce qui permet l’attraction du fer, de même l’Amour (quand son pouvoir augmente) agirait en chassant la Haine qui empêche (retient des racines pures metarsion, B 35, 9, et n’est pas encore « sortie des membres » partout, v. 11) les racines encore « ennemies » d’être attirées par le centre, c’est-à-dire de suivre le flux qui les porte spontanément vers le lieu central. La Haine agit comme l’air sur le fer : son pouvoir de résistance se manifeste en ce qu’elle fait obstacle à l’attraction ; mais la contrainte qu’elle exerce sur les racines est progressivement levée par l’Amour. La force d’attraction invisible, le flux émis par l’Amour (ou par l’aimant) ne peut être effectif ou activé que quand ce qui l’empêchait (la Haine enveloppant les éléments ou l’air obstruant les pores) est enfin expulsé.

36Dans la phase de la croissance de l’Amour, les racines conflueraient comme suivant leurs propres effluves, entraînées vers la zone où l’Amour a le plus de pouvoir et d’influence ; l’Amour agirait comme par une émanation de fluide magnétique, dont les effets premiers seraient de chasser la Haine, permettant ainsi (effet second) aux racines de se mêler davantage les unes aux autres. Ce dernier processus est rendu possible par une condition précisée au fragment 17 :

  • 57  Je souligne.

πῦρ καὶ ὕδωρ καὶ γαῖα καὶ έρος ἄπλετον ὕψος,
Νεῖκός τ’ οὐλόμενον δίχα τῶν, ἀτάλαντον ἁπάντῇ,
καὶ φιλότης ἐν τοῖσιν, ἴση μῆκός τε πλάτος τε·
Feu, Eau et Terre, et les cimes de l’Air, immenses
Et la funeste Haine, séparée d’eux, les vaut bien partout,
Et l’Amitié, qui est en eux, leur est égale en longueur et en largeur57.
(31 B 17 = Bol. 31, 18-20.)

  • 58  σὺν δ’ ἔβη ἐν fιλότητι καὶ ἀλλήλοισι ποθεῖται.

37Neikos, en tant que séparant sis hors de la matière, ne la pénètre pas ; on peut supposer qu’il isole les racines de leurs dissemblables en les entourant ou les cernant, peut-être même sous la forme d’une couche ou d’un periechon qui reproduirait, à petite échelle mais de façon démultipliée, celui qui encercle le Sphairos. Que l’Amour soit au contraire dans les éléments, que sa force soit endogène à la matière, est peut-être ce qui leur permet de contenir une tendance inhérente à suivre le flux qui les attire irrésistiblement, à être tous « pleins du désir l’un de l’autre » (B 21, 8)58, et à adhérer ainsi les uns aux autres – tendance qui ne peut être « actualisée » tant qu’ils sont sous l’influence de la Haine, mais qui ne disparaît pas pour autant quand elle est empêchée.

  • 59  Cette conjecture de D. O’Brien 1969, p. 46-54, est inférée du fait que, sous l’empire de la Haine, (...)

38Si l’Amour agit bien comme nous l’avons suggéré, en exerçant une attraction centripète sur les racines, corrélative à l’expansion centrifuge progressive de sa zone d’influence, ainsi s’éclaire le fait qu’au cours de son empire croissant, le tourbillon de Neikos décélère progressivement59. La puissance entraînant les racines vers le centre empêche la dine de maintenir sa vitesse et, la contrariant par un flux d’une tout autre nature (c’est-à-dire non tourbillonnaire), la force à rétrograder. Parallèlement, plus le mélange opéré par l’Amour avance (à la fois au sens temporel et au sens spatial de l’expansion centrifuge), plus la matière est compacte et difficile à séparer (de même que, plus l’aimant est grand et par conséquent puissant, plus il est difficile d’en détacher le fer), jusqu’à aboutir à l’immobilité totale quand l’unité et l’homogénéisation des hétérogènes est réalisée dans Sphairos.

  • 60  A 50 = Bol. 310. La déformation ovoïde du Tout pourrait être due à la vitesse croissante du tourbi (...)

39Enfin, notre hypothèse permet d’expliquer comment le Tout qui, epi tou Neikous, s’était déformé en un œuf plus large que haut60, peut progressivement, epi tes Philias, redevenir sphérique et reconstituer le Sphairos. Car quelle figure du mouvement, mieux que le rayonnement centrifuge en toutes directions, peut rendre compte de la déformation d’une masse ovoïde en une sphère parfaite ? Le modèle de l’attraction de l’Amour faisant confluer toutes les racines en s’élançant (ou en irradiant) également de tous côtés semble particulièrement approprié ; cela justifierait ainsi pourquoi Philotes est « égale en longueur et en largeur » aux quatre éléments : les lignes ou rayons, matérialisés sous forme d’effluves, que l’Amour lance et déploie à partir du centre, par lesquels la Haine est chassée et les éléments irrésistiblement convergent et se compactent, dessinent une sphère physique.

(ii) Quand le pouvoir de la Haine croît

40Non seulement l’Amour fait converger les dissemblables lors de son empire, mais il semble qu’il agit de même dans le monde epi tou Neikous, en tant qu’il est principe de création harmonique mais aussi de cohésion interne des individus.

41Philotes manifeste sa résistance au pouvoir croissant de Neikos selon plusieurs modalités, qui toutes apparaissent fonctionner conformément au schème des effluves tel que nous l’avons dégagé :

  • 61  Cf A 57 = Bol. 330-333. Plusieurs fragments impliquent le déplacement de la lumière : B42 = Bol. 3 (...)
  • 62  À l’objection selon laquelle ce parcours convergent des rayons solaires n’est peut-être que la con (...)

(a) Elle retient, mais aussi attire vers le centre, ce qui devrait normalement être projeté à la périphérie, empêchant la centrifugation du feu et de l’air opérée par le tourbillon de la Haine : en témoignent les feux enfermés sous la terre (B 52 = Bol. 227), où plongent aussi « les longues racines de l’éther » (B 54 = Bol. 224). Un indice crucial semble fourni par le fait que la lumière soit un corps se détachant en effluves pour parvenir jusqu’à nous61 : sous l’effet de la Haine, le feu devrait seulement suivre un mouvement ascendant (à l’instar de celui qui, brûlant dans les profondeurs de la terre, cherche à rejoindre son semblable avec une violence telle qu’il parvient à projeter des rocs et des pierres : A 69 = Bol. 261). En se dirigeant vers la Terre, le feu solaire en quelque sorte obéit à un mouvement qu’Aristote qualifierait de contre nature, puisqu’il va à l’opposé de son lieu « propre »62.

  • 63  B 71 = Bol. 450 ; B 73 = Bol. 454 ; B 151 = Bol. 400 ; B 95 = Bol. 439 ; B 96 = Bol. 462 ; B 98 =  (...)

(b) Parallèlement, Philotes résiste à la dislocation élémentaire en créant des individus63 et en les maintenant en vie :

  • 64  Voir aussi A 78 = Bol. 460.

42L’Amour est toujours principe des mélanges proportionnés, et donc cause des créatures et de leurs parties : en témoignent de nombreux fragments, tels ceux qui détaillent la formation du sang et de la chair (B 98 = Bol. 461), de l’os (B 96 = Bol. 462)64, ou encore la comparaison entre l’œuvre d’Harmonie et celle du peintre qui, mêlant les couleurs, modèle toutes sortes de figures (B 23 = Bol. 64). De nouveau, on peut tisser des liens entre ce dont l’Amour est principe, et ce qui relève du schème des effluves et des pores.

  • 65  Association pensée/sang : B 105 = Bol. 520 ; A 97 = Bol. 526 ; Logos du sang : B 98 = Bol. 461 ; A (...)

43En effet, on sait qu’il coule des flux de toute chose (B 89) ; et c’est sans doute en conséquence que toute chose pense (B 103 = Bol. 529) : « sache que tous ont leur sens et leur part de pensée » (31 B 110, 10 = Bol. 699, 10). Ainsi, selon Théophraste, « Il donne [à la pensée] les mêmes causes qu’à la sensation. Toute chose aura en effet part à la pensée » (De Sensibus, § 23 = 31 A 86 = Bol. 420). Or on sait par ailleurs que la pensée est produite par l’harmonie ou le logos du sang65 (qui réalise la proportion parfaite des éléments, 1 : 1 : 1 : 1), et donc par l’Amour. C’est toujours sous son égide que l’on retrouve l’équation arthmia = symmetria = kresis, à laquelle on peut peut-être ajouter le quatrième terme de noesis.

44On peut même aller jusqu’à dire que l’Amour est cause directe des pores, puisque c’est lui qui façonne les corps ; c’est peut-être même à cette formation des « creux et des denses » par lesquels les corps sentent (et pensent), respirent, s’ajustent et se mêlent, que se réfère le fragment suivant :

τῶν δ’ ὅσ’ ἔσω μὲν πυκνά, τὰ δ’ ἔκτοθι μανὰ πέπηγε,
Κύπριδος ἐν παλάμῃσι πλάδης τοιῆσδε τυχόντα .
Parmi Eux, les uns, au fond, devinrent denses, les autres, au dehors, lâches, en se caillant
Pour avoir, dans les paumes d’Aphrodite, trouvé cette moiteur.
(31 B 75 D.-K. = Bol. 465.)

  • 66  De anima, II, 4, 425b28 sq. = Bol. 574 (cf. A 70).

45Peut-être est-ce de manière analogue à l’adhérence magnétique des corps dont les pores entretiennent une symmetria parfaite qu’Empédocle concevait la manière dont l’Amour réalise ses mélanges organiques – « emboîtant » les qualités contraires des éléments (la compacité de la terre et la fluidité de l’eau, par exemple) comme s’harmonisent les « creux et les denses » du fer et de l’aimant. Cela permettrait d’expliquer également la cohésion, même momentanée puisqu’elles sont périssables, des créatures. Les « jointures » entre les membres (B 32 = Bol. 406), ces « chevilles d’Amour » (B 87 = Bol. 411) sont, on le sait, ce qui maintient l’harmonie (dont c’est, chez Homère, le sens strict et premier), « comme le suc du figuier cheville le lait blanc et le lie » (B 33 = Bol. 409). Or la puissance de ce chevillage, cette imbrication des racines, peut de nouveau être comprise à la lumière de l’analogie avec l’aimantation. L’Amour en eux exercerait une force d’attraction endogène leur permettant d’adhérer puissamment les uns aux autres, comme par coagulation de leurs parties, jusqu’à ce que la Haine parvienne à défaire leur entrelacement. Ainsi, on peut répondre à la critique émise par Aristote quant au principe de cohésion des organismes vivants dans le monde de la Haine66. Aristote expose pourquoi, selon Empédocle, les plantes poussent à la fois vers le haut et, par leurs racines, vers le bas : le feu dans la plante s’efforce de rejoindre son semblable, et donc tend vers le ciel, tandis que la terre qu’elle contient est attirée vers son lieu central, ainsi qu’il doit en être sous l’influence des forces respectivement centrifuge et centripète exercées par Neikos. Or, s’interroge Aristote, « par quoi le feu et la terre, mus en sens opposés, sont-ils contenus ? Il seront arrachés l’un à l’autre, si rien ne les empêche ». Or, si précisément les plantes ne sont pas écartelées par les mouvements déchirants que leur impose la Haine, c’est parce que l’Amour résiste en maintenant leur chevillage de l’intérieur même de la matière. Aussi est-ce comme si c’était la matière elle-même qui résistait à la division, et qui maintenait la cohésion de son mélange par adhésion, de sorte que

κ τούτων γὰρ πάντα πεπήγασιν ἁρμοσθέντα
καὶ τούτοις φρονέουσι καὶ ἥδοντ’ ἠδ’ ἀνιῶνται
Par Eux, toute chose tient, ajustée,
Et par Eux, elle pense, elle s’éjouit et souffre.

46« Par Eux », c’est-à-dire par les quatre éléments des corps, la matière même, mais en tant qu’elle contient la force d’Amour qui la maintient unie, comme par un reliquat du Sphairos. On peut remarquer la proximité saisissante entre les propriétés des organismes décrites par ce fragment et les descriptions antérieures du rapport effluves/pores, ce par quoi, on l’a vu, les corps se chevillent et se mêlent, mais aussi sentent et pensent, « ajustés par les gommes d’Harmonie » (B 96, 4).

47Il reste maintenant à prendre en compte une objection majeure, qui consiste en ce que toute une tradition de commentateurs, et ce dès l’Antiquité, rapporte les effluves à l’action de Neikos.

3. Les effluves ne sont-ils pas le fait de Neikos ?

48Parmi eux, W.K.C. Guthrie résume ainsi sa position :

  • 67  Gen. et Corr. I, 8, 334b26-35, cf. supra.
  • 68  Guthrie 1965, p. 150-151. J. Bollack renchérit : « …bien que la question soulevée soit absurde, le (...)

These effluences in our own world are due to the separating action of Strife. The actual entering of one body into another, through the pores, is according to Aristotle67 Empedocles’ explanation of all action and passion in the physical world68.

49On pourrait déjà reprocher à Guthrie son assimilation entre toute action dans ce monde et l’action de la Haine ; il est manifeste, on l’a vu, que, même dans notre monde, les deux puissances sont à l’œuvre, bien que leur rapport de force ne soit pas égal. Par ailleurs, ainsi que le manifeste un mélange tel que celui de l’eau et du vin, l’action enlaçante du Désir ou de l’Amour semble tout à fait pouvoir être comprise en termes d’« actual entering of one body into another ». Mais examinons les fondements de son interprétation. Sa conclusion s’appuie sur deux prémisses :

(i) Le témoignage de Théophraste déjà évoqué supra, selon lequel

  • 69  De Sens. § 20 = A 86 = Bol. 420.

Le dépérissement s’accomplit au moyen des effluves (…) Sous le règne de l’Amour, il n’y aurait plus de sensation du tout ou moins, puisque alors les choses sont unies et ne dégagent point d’effluves69.

50On peut y adjoindre celui de Plutarque qui, à la fin de ad B 89 cité supra (Bol. 553), interprète le fait que des flux s’échappent de toute chose (ce qui explique notamment l’odeur) comme une diminution de matière, un transfert de particules, à la manière atomiste. La Haine en serait donc responsable, en tant que c’est elle la cause de la désagrégation des composés, de leur mort par séparation (destructrice de l’effort de cohésion entrepris par l’Amour dans les corps vivants).

(ii) Les effluves sont causes de la sensation ; or cette dernière s’opère du semblable au semblable, ce qui semble devoir nécessairement être rapporté à l’action de Neikos, à moins de postuler comme Bollack un « Amour 1 » (cf. supra).

51Cependant, ces objections semblent surmontables :

(i) On peut justifier l’idée que les choses, quand elles sont puissamment unies par l’Amour, ne dégageraient plus d’effluves : peut-être est-ce précisément parce qu’elles sont unies et maintenues par ces effluves, parce que leurs pores symétriques sont ainsi solidement emboîtés, qu’elles tiennent ensemble sans pour autant qu’il y ait de mouvement de déplacement. Ainsi, si l’on reprend l’analogie de l’aimant, on voit que, quand le morceau de fer a suivi son flux propre, qui l’attirait vers la pierre, et qu’il y est « collé », c’est en un sens comme s’il n’y avait plus émission d’effluves ; or il n’en demeure pas moins que ce sont eux qui ont mené à la cohésion, et qui continuent à la maintenir, par l’exercice d’une force d’adhérence invisible mais bien réelle.

52Théophraste et Plutarque impliquaient que les effluves étaient des manifestations du travail de sape de la Haine, et correspondaient à une perte de matière et par conséquent à une séparation accrue des corps. Or on sait par ad B 101 (Bol. 560) que, quand un animal meurt (c’est-à-dire quand la Haine a vaincu et a réussi à désagréger le travail réalisé par l’Amour), il cesse de dégager des effluves : mais cela implique alors que les effluves sont des émanations liées à la vie ; or c’est indiscutablement l’Amour le principe des vivants.

(ii) Demeure la difficulté de l’attraction réciproque des semblables. Certes, quand le feu est attiré par le feu, c’est-à-dire quand les racines sont « ennemies », c’est manifestement sous l’effet de la Haine, qui les fédère selon leur genos. Mais le processus décrit au moyen du rapport pores/effluves concerne avant tout la fusion de matériaux hétérogènes (tels l’eau et le vin), et donc semble davantage correspondre au type de mélange opéré par l’Amour qu’à celui de la Haine.

53Il ne fait aucun doute que, pour Empédocle, on perçoit le semblable par le semblable :

γαίῃ μὲν γὰρ γαῖαν ὀπώπαμεν, ὕδατι δ’ ὕδωρ,
αἰθέρι δ’ αἰθέρα δῖον, ἀτὰρ πυρὶ πῦρ ἀίδηλον,
στοργῇ δὲ στοργὴν, νεῖκος δέ τε νείκεϊ λυγρῷ.
Par Terre nous voyons Terre, Eau par Eau,
Par Éther, Éther brillant, par Feu, Feu étincelant,
Par Amour, Amour, par Haine, Haine mauvaise.
(31 B 109 D.-K. = Bol. 522.)

  • 70  Ce que confirme le fait que le Sphairos pense et jouit, cf. B 27 et 28.

54L’inférence semble alors valable : la sensation s’opère par attraction entre semblables, ce qui est aussi l’action typique de la Haine ; la sensation procède par l’interaction entre pores au moyen des effluves ; donc le phénomène même d’interaction entre pores permis par les effluves serait à rapporter à la Haine. Or le vers 3 du fragment précise que c’est par l’Amour qu’on connaît l’Amour : il y a donc aussi une attirance Amour/Amour, de semblable à semblable, qui ne peut aucunement être imputable à la Haine ; et puisque, en vertu de B 17, 19, l’Amour est dans les éléments, c’est peut-être aussi par attraction réciproque de l’Amour qu’ils contiennent (producteur de ces effluves-ci) que des éléments hétérogènes s’assemblent au moyen des pores. Les arguments précédemment développés convergent en ce sens : ce sont les corps dont les pores ont une « mesure commune » ou symmetria qui se mélangent le mieux (A87 = Bol. 425) ; et c’est l’Amour le responsable de ce qui est bien adapté et harmonieux (références supra). En outre, tous les corps qui sentent sont des mélanges organiques hétérogènes, assemblés par les chevilles de Philotes ; et, comme le souligne Théophraste lui-même, pour Empédocle la pensée s’identifie à la sensation (§ 10) : puisque c’est l’Amour le principe de la pensée70, comment la Haine pourrait-elle être sans contradiction celui de la sensation ? D’autant que, toujours selon le traité Des Sens, § 23, plus le mélange du sang est harmonieux (plus il se rapproche de la proportion d’égalité), meilleure est la pensée : or, plus le pouvoir de l’Amour est grand, plus le mélange est harmonieux.

Conclusion et Enjeux

  • 71  À l’instar du Nous d’Anaxagore, qui se sépare de la matière dès lors qu’il commence à la séparer, (...)
  • 72  Cf. Laks 2004.
  • 73  Aristote, Metaph. Β, 4, 1000b1.

55Notre hypothèse permet aussi de résoudre une tension à l’intérieur du système d’Empédocle. Car il semblait y avoir une sorte de contradiction interne entre le fait que l’Amour se rétracte au centre, occupe un lieu précis (étant un corps), étende son influence sur une zone délimitée, et simultanément soit présent dans les racines, et donc partout où elles sont, même quand elles sont complètement dissociées par la Haine. Aurait-il don d’ubiquité ? Ce problème ne se pose que pour l’Amour : la Haine étant toujours extérieure aux éléments, « séparée d’eux » (B 17, 18 – ce qui constitue sans doute, dans l’esprit d’Empédocle, une condition nécessaire pour qu’elle joue son rôle de séparateur71), elle s’immisce entre eux, mais n’est jamais en eux, ne peut pas fusionner avec eux. Si, d’une certaine façon, Neikos peut ainsi être considéré comme l’équivalent du vide séparateur chez les Atomistes72, comme le suggère la remarque d’Aristote selon laquelle « si la Haine n’existait pas dans les choses, tout serait un, comme dit Empédocle »73, alors il est nécessaire qu’il ne se trouve pas en tout lieu mais seulement là où l’on trouve du dissocié selon le genre, c’est-à-dire là où s’étend la dine.

56Philotes étant « égale en longueur et en largeur » aux racines (B 17, 19), et étant en elles, son extension spatiale ne devrait-elle pas coïncider avec celle de la matière toute entière ?

57L’hypothèse d’un Amour créant un champ de type magnétique et produisant ainsi une action à distance permet de rendre compte :

(i) de l’idée que l’Amour est à la fois dans les éléments (c’est-à-dire partout) et dans une zone délimitée : l’Amour pousse les éléments hétérogènes à se rejoindre car l’Amour qui se trouve à l’intérieur des uns et des autres s’attire mutuellement. Ceci vaut, on l’a vu, comme puissance conquérante active dans le monde de l’Amour croissant, ou comme puissance de résistance active dans celui de la Haine (qui se manifeste notamment via la cohésion des organismes vivants, cf (ii) infra). Dans le premier cas, lorsque B 35 décrit la zone progressivement occupée par l’Amour (donc un champ fini, localement délimité), il s’agit de la zone où son influence s’accroît, où son pouvoir est plus patent en vertu de la nécessité qui veut que les forces tour à tour dominent, et où de ce fait les racines sont plus facilement arrachées aux « griffes » de la Haine ;

(ii) de la cohésion, bien que temporaire, des êtres vivants, et ce aussi dans le monde de la Haine. Cette cohésion due à l’Amour est même à un moment suffisante pour faire en sorte que les vivants parviennent à s’engendrer mutuellement : l’Amour est responsable de la pérennité (même éphémère) non seulement des étants individuels, mais aussi des espèces (au figuré comme au propre, puisque le désir amoureux est manifestement cause de l’effectivité de la reproduction sexuée) ;

  • 74  Gen. et Corr. II, 7, 334a25-b2.
  • 75  Ibid. I, 1, 315a3-19.

(iii) de comprendre le mélange dans le Sphairos (de même que dans les vivants en général), mais aussi de répondre à la critique qu’en fait Aristote. Car, reproche-t-il en substance à Empédocle, il ne s’agit pas d’une véritable unité, mais d’une juxtaposition de matériaux irréductiblement hétérogènes, à la manière d’un mur de briques et de pierres74. En effet, argumente-t-il, si les éléments fusionnaient véritablement en un dans le Sphairos, force serait d’admettre pour Empédocle qu’ils perdent leurs qualités propres et « ennemies » – chaud/froid, lumineux /obscur… –, et donc que ces dernières devraient renaître lorsque la sphère est disloquée75 ; il y aurait alors contradiction interne, puisque Empédocle se conforme au refus parménidien d’une génération ex nihilo. Or, si notre interprétation est correcte, elle tombe en un sens sous la critique d’Aristote : si les éléments adhèrent les uns aux autres, maintenus par le flux puissant de l’Amour, et puisque ce lien peut être ultérieurement défait (ou : la possibilité du flux obstruée) par la Haine, alors il ne s’agit pas de fusion, mais bien d’une agglomération de substances « collées » entre elles, comme le fer à l’aimant. Mais on peut aussi ne pas voir dans cette cohésion (que ce soit dans les individus ou dans le Sphairos) un simple accolement de surface (ce qui en revanche semble être le mode opératoire de Neikos qui, en séparant les racines au moyen de sa dine et en les assemblant selon le genre, les presse les unes contre les autres par une contrainte externe) mais bien la manifestation d’une nécessité interne, inhérente à la matière même.

58Notre hypothèse permet donc de trouver une justification à l’idée même que l’Amour doit nécessairement se trouver dans les éléments, en vertu d’une exigence interne au système : de même que, plus un champ magnétique est puissant, plus il est difficile de séparer le fer de l’aimant, de même, plus le champ de l’Amour est puissant (ce qui dépend de l’expansion dudit champ et donc de la phase du cycle), plus les éléments sont irrésistiblement liés, compactés (cf. πυκινόν) et difficilement séparables – jusqu’à l’apogée du phénomène dans le Sphairos, quand l’Amour a pris possession de tout l’espace, quand son champ d’influence s’étend à toute la matière et que

οὕτως Ἁρμονίης πυκινῷ κρύφῷ ἐστήρικται
Σφαῖρος κυκλοτερὴς μονίῇ περιηγέι γαίων.
Si forte est l’attache qui tient, dans les épaisses ténèbres d’Harmonie,
Sphairos à l’orbe pur, glorieux de sa joie déserte (immobile).
(31 B 27, 3-4 D.-K. = Bol. 92b, 1-2.)

59Cette « si forte attache », πυκινῷ, ce lien puissant tissé par l’Amour et enserrant la matière dans un parfait ajustement, une symmetria de toutes choses, semble donc pouvoir être comprise en référence aux flux, véhicules par lesquels s’opère le mélange (kresis) et l’adhésion des dissemblables.

Haut de page

Bibliographie

Barnes, J. 1982 : The Presocratic Philosophers, Londres, 1978, 21982 (Arguments of the philosophers).

Bignone, E. 1916 : I poeti filosofi della Grecia : Empedocle. Studio critico, traduzione e commento delle testimonianze e dei frammenti, Turin 1916 (Il pensiero greco, 11). [Réimpr. Rome, 1963 (Studia philologica, 1).]

Bollack J. 1992 : Empédocle. 1. Introduction à l’ancienne physique. 2. Les origines : édition critique. 3. Les origines : commentaires 1 et 2, Paris, 1965-1969 (Le sens commun). [Réimpr. Paris, 1992 (Tel, 201-203).]

Bollack J. 2001 : « “Voir la Haine” : sur les nouveaux fragments d’Empédocle », Methodos, 1 (2001), p. 173-185.

Burnet, J. 1930 : Early Greek Philosophy, Londres, 1892, 41930. [Trad. fr. par Aug. Reymond, L’Aurore de la philosophie grecque, Paris, 1919.]

Diels, H. & W. Kranz 1934 : Die Fragmente der Vorsokratiker, Griechisch und Deutsch von H. Diels. vol. 1, 5e éd. par W. Kranz, Berlin, 1934.

Dumont, J.-P. 1988 : Les Présocratiques, Paris, 1988 (Bibliothèque de la Pléiade, 345).

Guthrie W.K.C. 1965 : A History of Greek Philosophy. 2, The Presocratic Tradition from Parmenides to Democritus, Londres-New York, 1965.

Karsten, S. 1838 : Philosophorum graecorum veterum praesertim qui ante Platonem floruerunt operum reliquiae, recensuit et illustravit Simon Karsten. Volumen alterum, Empedocles : Empedoclis Agrigentini Carminum reliquiae, de vita eius et studiis disseruit, fragmenta explicuit, philosophiam illustravit Simon Karsten, Amsterdam, 1838.

Laks A. 2004 : Le Vide et la haine : éléments pour une histoire archaïque de la négativité, Paris, 2004 (Libelles).

Martin, A. & O. Primavesi 1999 : L’Empédocle de Strasbourg (P. Strasb. gr. Inv. 1665-1666) : introduction, édition et commentaire, Strasbourg-Berlin-New York, 1999.

O’Brien, D. 1969 : Empedocles’ Cosmic Cycle : A Reconstruction from the Fragments and Secondary Sources, Londres-Cambridge, 1969 (Cambridge Classical Studies).

Pierris, A. L. 2005 : « Ομοιον ὁμοίῳ and δίνη : Nature and Function of Love and Strife in the Empedoclean System » dans Id., The Empedoclean Κόσμος : Structure, Process and the Question of Cyclicity. Proceedings of the Symposium Philosophiae Antiquae Tertium Myconense, July 6th - July 13th, 2003. 1, Papers, éd. par A. L. Pierris, Patras, 2005 (Institute for philosophical research. Conference series, 3), p. 189-224.

Perilli L. 1996 : La teoria del vortice nel pensiero antico : dalle origini a Lucrezio, Ospedaletto, Pise, 1996 (Supplementi di Museum Criticum).

Tannery, P. 1930 Pour l’histoire de la science hellène : de Thalès à Empédocle, Paris, 1887 (Collection historique des grands philosophes), 21930 [A. Diès éd.], réimpr., Sceaux, 1990 (Les grands classiques Gauthier-Villars).

Haut de page

Notes

1  Metaph. A, 4, 985a21 sq., cf D.-K. 31 A 37 (Bol. 173) ; Gen. et Corr. II, 6, 333b19-22. Les témoignages et fragments d’Empédocle sont cités en référence à Diels-Kranz 1934 (notés D.-K. ou directement A [témoignages] et B [fragments]), conformément à l’usage), ainsi que dans la numérotation adoptée par J. Bollack, 1965-1969 [ = Bollack 1992] (notée Bol.).

2  D.-K. 31 B 6, 1 = Bol. 150

3  « Terre accroît sa propre race, / Éther accroît l’Éther… » (B 37 = Bol. 140).

4  B 30 = Bol. 126 ; B 115, 1-2 = Bol. 110 ; cf B 17 = Bol. 31 et B 26 = Bol. 68.

5  B 22, 6 = Bol. 231, 6

6  Cette interprétation, quoique majoritaire, n’est pas celle de J. Bollack 1992, pour qui, à l’ébranlement du Sphairos, succède la période (transitoire) d’apogée de la Haine, chaos où les éléments sont pulvérisés, puis organisés par l’Amour, d’abord en masses concentriques ; s’ensuit la cosmogonie de notre propre monde. Nous y reviendrons plus loin.

7  Tous les commentateurs s’accordent sur ce point, à l’exception de J. Bollack, cf infra.

8  B 30 = Bol. 126.

9  B 31 = Bol. 121.

10 Correction du vers 3 proposée par Martin & Primavesi 1999, p. 220 (cf p. 216-224). Pierris 2005 a proposé de lire : ἐπει Νεῖκος τ᾽ἀνυπέβατα βένθε᾽ ἴκεται (B 35,3b).

11  Traduction J. Bollack modifiée (v. 3). Sauf indication contraire, les traductions données sont celles de Bollack.

12  Ou : Νεῖκος τ᾽ ἀνυπέρβατα βένθε᾽ ἲκηται (cf n. 10 supra). Comme nous le verrons, notre hypothèse est compatible avec la suggestion que les profondeurs sont « invincibles », puisqu’elles correspondent au lieu où le pouvoir de l’Amour s’est confiné.

13  Ou : « non violées », si l’on accepte la correction de Pierris 2005.

14  Traduction Martin & Primavesi.

15  Bignone 1916, p. 429 ; cf p. 557 n. 1 et p. 643 (ἑλισσομένην, B 17).

16  O’Brien 1969, par ex. p. 120 dont n. 2 ; p. 264 et 270-271.

17  Bollack, quoique partageant également ce motif (« Neikos aspire au mouvement. Philotes tend au repos », Bollack 1992, t. I, p. 49), n’en inférera pas du tout la même conclusion.

18  Voir par exemple, à propos de B 35, 3 : « De la lutte qui s’instaure naît le mouvement circulaire de la δίνη ; œuvre d’Amour (…) le mouvement naît de l’ébranlement apporté par Neikos ; aussitôt la nostalgie de la sphère que ressent Philotès imprime à ce mouvement une figure circulaire. (…) Le mouvement circulaire revient à l’Amour [n. : et non à la Haine], contrarié par la Haine. » (Bollack 1992, t. III, p. 195-196). Pour Bollack, la Haine n’est pas responsable du mouvement tourbillonnaire (cf. p. 212 : « la Haine n’est pas le principe [du tourbillon] »), mais seulement du mouvement.

19  Bollack 1992, t. I, p. 56 : « Sa secousse se propage sans but et sans forme à travers l’étendue de la sphère, et les vibrations sont aussitôt transformées par l’élan circulaire de l’Amour, qui surgit aux bords extérieurs. »

20  Ibid. p. 35 et 168.

21  « Les grandes masses se séparent par Haine et par Amour. Distinguées par la Haine, agglomérées par le contrecoup du tourbillon, elles dessinent les membres du monde. » (Ibid. p. 169.)

22  « L’Amour [1] renaissant les rassemble [les éléments] selon leurs lieux dans le tourbillon. » (P. 212.)

23  Bollack 2001.

24  Ibid. n. 8, p. 3 (je souligne).

25  Ibid. p. 8 (je souligne).

26  Cf. citation supra n. 19.

27  Bollack 1992, t. I, p. 181.

28  Selon un témoignage d’Alexandre d’Aphrodise (31 A 89), Empédocle connaissait le phénomène d’aimantation et en fournissait une explication ; nous y reviendrons plus loin.

29  Cf. Perilli 1996, p. 55-64.

30  Op. cit. p. 61.

31  Ibid. : « La comprensione che Empedocle mostra della dinamica del vortice è sorprendente : la sua descrizione sembra coincidere con il cosidetto “tea-cup vortex”, in cui la corrente ascensionale si affianca alla rotazione su un piano orizzontale del liquido, con direzione tendente verso l’interno alla base del vortice, verso l’esterno alla sommità dello stesso, tipica di un moto elicoidale. L’alternarsi dei due agenti è continuo, la compresenza, cioè, di forza centripeta et di raccolta (Amore), e di forza centrifuga e di separazione (Discordia), esplicitamente asserita poco oltre. »

32  Ibid. p. 166.

33  Ce qui s’oppose à une interprétation telle que celle de Guthrie 1965, p. 186, qui considère que le vortex n’est pas le mouvement propre à Neikos, mais seulement un effet mécanique secondaire, conséquence de sa puissance séparatrice, et qui donc procède indépendamment de son augmentation de pouvoir.

34  Perilli 1996, p. 64 : « Ma il vortice si rivela, nella concezione empedoclea,… un elemento le cui caratteristiche impongono al cosmo inconfondibili peculiarità strutturali. A queste soggiacciono le stesse entità cosmiche fondamentali, Amore e Discordia : costrette ad adeguare la propria attività, regolatrice o di disturbo, sulla base dell’assetto cui il vortice obligga il mondo. »

35  On l’a évoqué plus haut : la Haine assemble selon le genre différentes masses homogènes, tandis que l’Amour rassemble en une même masse tous les genres différents, homogénéisant l’hétérogène ; par là, l’Amour sépare l’union des semblables (ce qui se manifeste, lors des mondes, par la création de mélanges hétérogènes – les étants). Au contraire, c’est l’union et le mélange des dissemblables que la Haine sépare (c’est ainsi que les composés organiques de notre monde sont périssables) et tend à discriminer, ce qui se traduit par une répartition locale des racines selon leur genre.

36  La Haine forme une couche périphérique enveloppant le Sphairos : voir, parmi d’autres, Tannery 21930, p. 319 ; Burnet 41930, p. 326 ; Bignone 1916, p. 405 ; O’Brien 1969, chap. 6 (p. 127 sq.).

37  Empédocle niant l’existence du vide (31 B 13, B 14), et posant donc la continuité de la matière, le mouvement se produit vraisemblablement selon une antiperistasis, c’est-à-dire un échange simultané ou une substitution circulaire des lieux occupés par les corps (théorie décrite par l’auteur du De MXG, II, 27-29, 976b19-29 = D.-K. 30 A 5), ainsi que l’a montré J. Barnes (1982, p. 400). Barnes s’appuie notamment sur l’expression di’ allelon… theonta réitérée en 31 B 17, 34, B 21, 13 et B 26, 3, adjointe au témoignage du De MXG cité supra et à ceux regroupés en 31 A 35 (metalambanein, antiparachorein), pour attribuer la paternité de cette théorie à Empédocle.

38  On trouve une doxographie relativement abondante concernant les premières séparations cosmogoniques epi tou Neikous : ce sont d’abord le feu et l’air qui sont extraits du mélange de toutes choses, et c’est donc d’abord le ciel qui se constitue (Titan aither, D.-K. 31 B 38, 4 = Bol. 320, 4) ; la formation de la terre, d’où l’eau est extirpée, est ultérieure. Cf. Aétius, II, 6, 3 (D.-K. 31 A 49 = Bol. 174) et II, 13, 2 (A 53 = Bol. 300) ; Philon, De Prov. II, 60 (A 49 = Bol. 212) ; Stromates, 10 (A 30 = Bol. 210)

39  Ainsi qu’en témoigne la rotation de la voûte céleste, cf A 30. Sur l’accroissement de la vitesse périphérique, cf A 75 = Bol. 600 ; l’inclinaison de l’univers témoigne de la violence du mouvement (A 58 = Bol. 313).

40  Cette répartition des masses concentriques inspirera manifestement la théorie ultérieure des lieux propres d’Aristote.

41  Ainsi la mer est « sueur de la terre » (B 55 = Bol. 394) ; il y a aussi dans la terre de l’éther (B 54 = Bol. 224), et « de nombreux feux qui circulent » (B 52 = Bol. 227).

42  Cf par exemple A 51 = Bol. 250 ; A 53 = Bol. 300.

43  Ce qui explique pourquoi il a, pendant l’empire de la Haine, une influence centripète sur les éléments, mais qui demeure contraire à celle exercée par Neikos : là où Neikos cherche à projeter le feu vers les confins du cosmos, Philotes lui résiste en continuant à exercer une attraction du feu vers ses dissemblables, c’est-à-dire « vers le bas ». Peut-être peut-on ainsi expliquer le fait que la lumière, qui provient des zones supérieures, se déplace jusqu’à nous malgré la tendance inverse impulsée au feu (principe du brillant) par la Haine.

44  Cf. D.-K. 31 B 36 = Bol. 207.

45  Tels Anaxagore et Démocrite, selon 31 A 89 = Bol. 675. Thalès (D.-K. 11 A 22) aurait attribué à l’aimant une âme comme principe moteur. Pour la conception de Diogène d’Apollonie, qui expliquait l’aimantation par l’émanation d’effluves humides, cf. D.-K. 64 A 33 ; pour celle de Démocrite – des effluves déplaçant des atomes –, cf. 68 A 165 (Alexandre, Quaest. nat. II, 23 et Simplicius, In Phys. 1056, 1).

46  Corr. Karsten 1838 (ἐναρίθμον mss.)

47  31 A 57 = Bol. 331

48  31 B 109a = Bol. 335 ; 31 A 88 = Bol. 134. Notons également que le ciel cristallin, l’hémisphère du jour, qui renvoie la lumière du soleil, ou les « feux empruntés » de la lune, réfléchissent à la manière des miroirs, et par conséquent émettent des effluves.

49  Gen. et Corr. I, 8, 334b26-35.

50  De Sensibus, § 1-20 = 31 A 86 = Bol. 420.

51  Au nombre desquelles on peut compter le processus de respiration : D.-K. 31 B 100 = Bol. 550 et 551.

52  À l’instar du processus décrit par Galien : « Les corps composés étaient faits, disait Empédocle, des quatre éléments inaltérables. Les corps simples étaient mêlés comme le vert-de-gris, la calamine et le vitriol ( ?), que le chimiste, pour les allier, pile très fin et réduit en écume, au point que l’on ne peut plus tenir en main aucun des ingrédients séparés. » (Bol. 459, cf. 31 A 34.)

53  On trouve ainsi, malgré sa forme très mutilée, une correspondance entre le vers du fragment B 65 (Bol. 622), τῷ δἐ τι καὶ πόθος εἴτε διαμπέρεως ἀμμίσγων. Désir [vint] à lui, mêlant à travers [ ?]…), et la formule utilisée par l’auteur du De Gener. animal. (A 87) cité supra, selon laquelle le mélange fusionnel consiste en ce que les corps passent les uns au travers des autres grâce à la symmetria de leurs pores.

54  À relier à la description du lien créé par l’Amour dans Sphairos, en 31 B 27 (Bol. 92b, 1) : οὕτως ῾αρμονίης πυκινῷ κρυφῷ ἐστήρικται.

55  Traduction mot à mot de Dumont 1988, n. 1 sur p. 383, pour :

ὡς δ’ αὔτως ὅσα κρῆσιν ἐπαρκέα μᾶλλον ἔασιν,
ἀλλήλοις ἔστερκται ὁμοιωθέντ’ Ἀφροδίτῇ.

56  Cf. ἄρθμια μὲν γὰρ ταῦτα ἑαυτῶν πάντα μέρεσσιν (B 22, 1 = Bol. 231, 1) versus ἐχθρὰ πλεῖστον ἀπ’ ἀλλήλων διέχουσι μάλιστα (B 22, 6). Voir aussi B 17 (Bol. 31), 22-24 : ἥτις καὶ θνητοῖσι νομίζεται ἔμφυτος ἄρθροις,
τῇ τε φίλα φρονέουσι καὶ ἄρθμια ἔργα τελοῦσι,
Γηθοσύνην καλέοντες ἐπώνυμον ἠδ’ Ἀφροδίτην.

57  Je souligne.

58  σὺν δ’ ἔβη ἐν fιλότητι καὶ ἀλλήλοισι ποθεῖται.

59  Cette conjecture de D. O’Brien 1969, p. 46-54, est inférée du fait que, sous l’empire de la Haine, la dine s’accélère et devient de plus en plus violente (ibid. p. 46-55, 101-103, 262-265), jusqu’à atteindre son apogée lors de la séparation en quatre masses pures. Or l’immobilité ultérieure du Sphairos requiert une décélération pendant la phase de croissance du pouvoir de l’Amour. Ces motifs ont été repris par les éditeurs du Papyrus de Strasbourg : cf Martin & Primavesi 1999, p. 88-89, 96-97, 186 sq. [comm. a(ii)] et 283-284.

60  A 50 = Bol. 310. La déformation ovoïde du Tout pourrait être due à la vitesse croissante du tourbillon, à sa violence et au déséquilibre qu’il introduit dans le mélange d’abord homéomère qu’il discrimine par genres.

61  Cf A 57 = Bol. 330-333. Plusieurs fragments impliquent le déplacement de la lumière : B42 = Bol. 374, B 43 = Bol. 365.

62  À l’objection selon laquelle ce parcours convergent des rayons solaires n’est peut-être que la conséquence de sa réflexion catoptrique par le ciel cristallin, on peut répondre que ce phénomène s’inscrit lui aussi dans le schème explicatif des effluves : peut-être est-ce l’Amour qui produit le phénomène de réflexion lui-même.

63  B 71 = Bol. 450 ; B 73 = Bol. 454 ; B 151 = Bol. 400 ; B 95 = Bol. 439 ; B 96 = Bol. 462 ; B 98 = Bol. 461…

64  Voir aussi A 78 = Bol. 460.

65  Association pensée/sang : B 105 = Bol. 520 ; A 97 = Bol. 526 ; Logos du sang : B 98 = Bol. 461 ; A 78 = Bol. 460.

66  De anima, II, 4, 425b28 sq. = Bol. 574 (cf. A 70).

67  Gen. et Corr. I, 8, 334b26-35, cf. supra.

68  Guthrie 1965, p. 150-151. J. Bollack renchérit : « …bien que la question soulevée soit absurde, les effluves sont bien le fait du Neikos, puisqu’ils s’arrachent aux liens du mélange. » (Bollack 1992, t. III, n. 9 p. 356.)

69  De Sens. § 20 = A 86 = Bol. 420.

70  Ce que confirme le fait que le Sphairos pense et jouit, cf. B 27 et 28.

71  À l’instar du Nous d’Anaxagore, qui se sépare de la matière dès lors qu’il commence à la séparer, condition sine qua non pour contrôler (kratein) le processus (D.-K. 59 B 12).

72  Cf. Laks 2004.

73  Aristote, Metaph. Β, 4, 1000b1.

74  Gen. et Corr. II, 7, 334a25-b2.

75  Ibid. I, 1, 315a3-19.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Laure Therme, « Est-ce par un tourbillon que l'amour empédocléen joint ? »Philosophie antique, 7 | 2007, 91-119.

Référence électronique

Anne-Laure Therme, « Est-ce par un tourbillon que l'amour empédocléen joint ? »Philosophie antique [En ligne], 7 | 2007, mis en ligne le 13 mai 2022, consulté le 16 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/philosant/5644 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosant.5644

Haut de page

Auteur

Anne-Laure Therme

Lycée Chanzy, Charleville-Mézières

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Philosophie antique est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search