Navigation – Plan du site

AccueilPré-publicationComptes rendus en pré-publicationSandrine Alexandre, Philosophie d...

Sandrine Alexandre, Philosophie du tir à l’arc. Essai sur la conception stoïcienne de la valeur

ENS Éditions, Collection La croisée des chemins, Lyon, 2022, 290 p. ; ISBN : 979-10-362-0340-4
Gabriele Flamigni
Référence(s) :

Sandrine Alexandre, Philosophie du tir à l’arc. Essai sur la conception stoïcienne de la valeur, ENS Éditions, Collection La croisée des chemins, Lyon, 2022, 290 p. ; ISBN : 979-10-362-0340-4

Texte intégral

1Le sujet de cet ouvrage est la conceptualisation stoïcienne de ce que dans la littérature critique on appelle « jugement de valeur », ainsi que l’axiologie qui règle ce jugement. Le livre de S.  Alexandre se présente donc comme « une sorte de préquelle » (p. 18) de son ouvrage précédent, Évaluation et contre-pouvoir (Grenoble, 2014), une étude riche et convaincante de la portée éthique et politique du jugement de valeur dans le stoïcisme romain. C’est là que l’A. introduisait l’expression, jouant un rôle central aussi dans ce nouveau travail, de « dispositif d’évaluation » : par cet emprunt foucaldien S. Alexandre signifie à la fois les processus psychiques liés au jugement de valeur, les critères auxquels ils doivent s’adapter et les effets du jugement de valeur sur les rapports de pouvoir (Évaluation et contre-pouvoir, p. 9-11). Dans son premier livre l’A. abordait ce thème en encadrant un réseau de notions stoïciennes dans une réflexion sur les rapports de pouvoir. Il en va de même dans Philosophie du tir à l’arc, où l’étude de l’axiologie des stoïciens est mise au service de la tentative de comprendre l’actualité du dispositif d’évaluation réglé par cette axiologie : autrement dit, la reconstruction de celle-ci permet de repenser la réalité contemporaine, où les individus se placent sur une « mappemonde sociale et politique » (p. 12), sur la base du système de valeurs qu’ils promeuvent, en s’inscrivant ainsi dans certains rapports de pouvoir. Il s’agit clairement d’un projet ambitieux, qui, d’ailleurs, le serait déjà si l’effort de l’A. était limité à l’étude historico-philosophique de l’axiologique stoïcienne, vu que, comme elle le souligne (p. 21), c’est un thème qui jusqu’à présent n’avait pas encore fait l’objet d’une recherche spécifique.

2L’enquête de S. Alexandre s’articule en trois « actes » : le premier contient un examen préliminaire du vocabulaire employé par les stoïciens pour parler de valeur (ἀξία, δόσις, τιμή, aestimatio etc.) et de jugement (κρίσις, ὑπόληψις, iudicio, opinio etc.) (ch. 1), ainsi qu’une réflexion « anthropologique » sur le processus psychique dans lequel le jugement de valeur est imbriqué (ch. 2) et sur la discrimination axiologique que l’être humain opère sur son environnement naturel et social en fonction de son intérêt (ch. 3) : d’abord, l’A. explique que le jugement de valeur résulte de l’assentiment donné à une représentation « impulsive », qui attribue une certaine valeur à ce qu’elle représente et, ainsi, qualifie de convenable une action que l’on peut accomplir par rapport à l’objet représenté. Ensuite, l’assentiment déclenche une impulsion qui vise à l’accomplissement de cette action. Par cet acte, l’être humain reconnaît donc une certaine valeur à quelque chose qui relève de son environnement, c’est-à-dire la juge utile ou nuisible pour lui-même, et par conséquent essaie de se l’approprier ou bien de la rejeter. Nous sommes là dans le cadre de la doctrine de l’οἰκείωσις.

3Dans le deuxième acte, l’A. prend en compte ce qui « norme » le processus d’évaluation, c’est-à-dire la doctrine axiologique stoïcienne. À ce propos, S. Alexandre expose (ch. 4) la « division » du réel élaborée par les stoïciens d’après le paramètre de la valeur, division paradoxale du point de vue de l’« axiologie traditionnelle » mais que l’on peut rapprocher de celle de Platon et des cyniques : pour les stoïciens, à un premier niveau, il y a la distinction entre les biens, entités ayant une valeur positive, les maux, entités ayant une valeur négative, et les indifférents. Ceux-ci sont à leur tour distingués en préférables et « dépréférables », selon qu’ils ont quelque valeur positive ou négative, différente de celle des biens et des maux. L’hétérogénéité entre ces deux types de valeurs consiste dans le fait que (ch. 5), d’un côté, les biens et les maux possèdent une valeur morale, renvoyant respectivement aux vertus et aux vices ; de l’autre côté, les préférables et les dépréférables ont une valeur « naturelle », au sens où ils sont respectivement conformes et contraires à la nature humaine. Il s’ensuit qu’en tout cas le jugement de valeur opère des distinctions au sein du réel dans la perspective de l’être humain, ce qui cependant « n’a rien de la promotion d’une subjectivité singulière » (p. 108). Cette différence axiologique entre biens et maux, d’une part, et préférables et dépréférables, de l’autre, implique que les impulsions convenables à leur égard diffèrent également (ch. 6) : seuls les biens sont à « choisir », alors que les préférables sont à « sélectionner », et il en va de même, mutatis mutandis, pour maux et dépréférables. C’est là qu’une notion humaine de valeur entre en jeu : dans la mesure où l’on déclenche, par son assentiment, les impulsions convenables ou non convenables, la valeur que l’on reconnaît à quelque chose à juste titre ou à tort détermine la valeur propre de l’agent, d’où la distinction tracée par les stoïciens entre sages et « vau-riens » (φαῦλοι). L’A. achève cette partie de son ouvrage (ch. 7) en tirant deux « règles du jugement » de l’axiologie stoïcienne qu’elle vient de reconstruire : d’abord, il ne faut pas confondre les deux « ordres de valeur » (p. 137), puis, quant aux préférables et aux dépréférables, on doit les sélectionner ou non en « calculant » leur valeur en fonction des circonstances où l’on se trouve. S. Alexandre trouve justement dans la célèbre image de l’archer, qui compte plusieurs occurrences dans les sources stoïciennes, une illustration de ces deux règles.

4Dans le dernier acte, l’A. argumente que (ch. 8) l’axiologie stoïcienne « est une manière de répondre à la question de la vie heureuse » (p. 165), voire la seule solution théoriquement efficace à la quaestio du souverain bien dans le cadre de la philosophie antique. Certes, c’est une solution difficile à traduire en pratique, comme le soutenait Cicéron. C’est justement pour répondre à ce genre de critiques que les stoïciens romains auraient retravaillé le dispositif d’évaluation (ch. 9) : ils auraient fait cela, par exemple, en reformulant la distinction axiologique selon le schéma épictétéen, dont Marc Aurèle hérite, « ce qui dépend de nous » – « ce qui ne dépend pas de nous » ; va dans le même sens le fait qu’ils sont attentifs à l’urgence de faire bon usage des indifférents (c’est-à-dire de ne pas les traiter comme des biens ou des maux) plutôt qu’à leur valeur. Ces stratégies imbriquent la question du dispositif d’évaluation dans une réflexion sur le moi, défini ainsi par sa capacité d’évaluation.

5En conclusion, l’A. fait un bilan de l’actualité de la doctrine stoïcienne qu’elle vient d’examiner : celle-ci permettrait d’élaborer « une pensée critique de la normativité » (p. 212) dans la mesure où, comme S. Alexandre l’écrivait déjà dans l’introduction, juger quelque chose c’est « se signaler sur une mappemonde sociale et politique » (p. 208). De plus, en se concentrant sur la valeur naturelle des choses, les stoïciens nous poussent à avouer l’impasse de notre économie, fondée sur la loi de l’offre et de la demande plutôt que sur la valeur véritable des choses.

6Le livre est finalement enrichi par plusieurs annexes, portant sur les sources antiques des définitions stoïciennes d’ἀξία, sur la définition et l’usage courants de ce terme, sur la mobilisation analogique du vocabulaire économique par les stoïciens. Une dernière annexe contient une synthèse des occurrences de l’image du tir dans les témoignages sur la pensée stoïcienne et de la distinction entre τέλος et σκοπός, souvent associée à cette image.

7Philosophie du tir à l’arc est en définitive un ouvrage inspiré, minutieux, clair et captivant : l’A. explore des enjeux fondamentaux de l’éthique stoïcienne d’un point de vue philosophique et sociologique, plutôt que simplement historique. Cette opération, qui pourrait aboutir à une étude tendancieuse et auto-référentielle, est en revanche réalisée de façon précise par S. Alexandre, qui montre une connaissance profonde de la pensée des stoïciens et de ses rapports avec les doctrines des philosophes précédents. Mais elle révèle également une bonne capacité à maintenir l’attention du lecteur à travers ses réflexions, même s’il n’est pas encore familier avec la pensée stoïcienne.

8Il n’y a que deux observations critiques que nous nous permettrons de faire, l’une d’ordre stylistique, l’autre concernant la bibliographie. Parfois, les analyses de l’A. nous semblent devenir un peu prolixes : c’est le cas, par exemple, de ses remarques sur la définition de la représentation impulsive, notamment aux pages 45-47 et sur certains enjeux de la division axiologique des réalités aux pages 86-88. La position de l’A. sur ces sujets est bien claire, mais la raison et le but de ses réflexions si détaillées sur ces points ne sont pas évidents. Mais ce sur quoi nous voudrions insister le plus touche la bibliographie de ce livre. Bien qu’elle soit clairement sélectionnée de façon très soigneuse, l’absence dans celle-ci de plusieurs références importantes au sujet de la notion stoïcienne de valeur nous laisse un peu insatisfait : nous pensons aux contributions de T. Brennan, « The kathekon. A report on Some Recent Work at Cornell », Philosophie antique, 14 (2014), p. 41-70 et de J. Klein, « Making Sense of Stoic Indifferents », Oxford Studies in Ancient Philosophy, 49 (2015), p. 227- 281. Ces deux études proposent une interprétation suggestive et convaincante de la notion stoïcienne d’ἀξία, qui diffère beaucoup de celle reconstruite par S. Alexandre. Nous aurions donc très apprécié, dans ce livre, une discussion de la position de Brennan et Klein à ce propos, et nous espérons que l’A. aura l’occasion de le faire à l’avenir.

9Cependant, ces remarques n’invalident nullement notre impression globalement positive de Philosophie du tir à l’arc, qui demeure à notre avis un ouvrage fascinant, à lire par tous les spécialistes de stoïcisme, et qui remplit de façon adéquate un véritable vide dans la littérature critique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriele Flamigni, « Sandrine Alexandre, Philosophie du tir à l’arc. Essai sur la conception stoïcienne de la valeur »Philosophie antique [En ligne], Comptes rendus en pré-publication, mis en ligne le 09 juin 2022, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/philosant/5989

Haut de page

Auteur

Gabriele Flamigni

Università degli Studi di Firenze, Università di Pisa, Sorbonne Université

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search