Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21-2VariaDeux textes politiques de Jules V...

Varia

Deux textes politiques de Jules Vuillemin

Two Political Texts by Jules Vuillemin
Baptiste Mélès, Julien Borgeon et Raphaël Derobe
p. 141-147

Résumés

Dans les textes inédits « Effets moraux de l’accélération de l’histoire» (1969-1970) et « Sommes-nous libres?» (1989-1990), Jules Vuillemin montre un visage peu connu : celui d’un observateur engagé de son époque. Il y critique des mouvements sociaux et politiques contemporains – mai 1968 et la réforme du Code pénal de 1989 – en s’appuyant sur des considérations métaphysiques et morales. Plus que des tribunes politiques, ces textes montrent que la politique n’est pas, pour Vuillemin, simple affaire d’« opinion» et que l’engagement n’a de valeur que soutenu par l’argumentation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous remercions vivement les ayants droit, Gudrun Vuillemin-Diem, Françoise Létoublon et Jean Vuill (...)

1Les deux textes que nous présentons ici, « Effets moraux de l’accélération de l’histoire» et « Sommes-nous libres?», sont issus du fonds Jules-Vuillemin, conservé au Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie – Archives Henri-Poincaré (UMR 71171). Datant respectivement des années 1969-1970 et 1989-1990, ils montrent du célèbre historien de la philosophie et philosophe des sciences un visage peu connu : celui d’un observateur engagé de son époque.

1 « Effets moraux de l’accélération de l’histoire»

2Le premier manuscrit, « Effets moraux de l’accélération de l’histoire» (cote 0.6), est archivé dans la boîte 0 du fonds Jules-Vuillemin. Cette boîte, dont a déjà été extrait en 2015 le texte « Un Français peut-il encore comprendre les philosophes d’outre-Manche?» [Vuillemin 2015], [Mélès 2015], contient des documents antérieurs à un classement numéroté datant environ de 1980.

3La chemise 6 de la boîte 0 contient un seul manuscrit, dactylographié sur papier carbone, de 16 pages numérotées. Ce texte propose de voir quatre caractéristiques du rapport moderne entre l’homme et son milieu technique – la perte de l’autonomie, de l’esprit critique, du jugement et des règles – comme la cause de mouvements sociaux et politiques contre lesquels Vuillemin invoque l’impératif moral de liberté et l’importance d’une réciprocité entre droits et devoirs.

4Il s’agit manifestement d’une version définitive du texte. Pendant ses années d’enseignement au Collège de France, Vuillemin avait coutume de rédiger d’abord une ou plusieurs versions manuscrites, qu’il faisait ensuite taper à la machine par les secrétaires du Collège de France avant d’en corriger manuellement les versions successives. La version que nous possédons ne contient aucune correction sinon de légères retouches, presque invisibles, à la pâte blanche et à la machine à écrire, signe que le texte avait déjà traversé toutes les étapes préparatoires.

  • 2 On comparera notamment le présent texte avec [Vuillemin 1968, 13, 55, 55-59].

5Nous disposons de peu d’indices pour dater le texte. Jules Vuillemin y cite un ouvrage publié en 1965, évoque au détour d’une phrase la réforme de l’enseignement des mathématiques initiée en France en 1967, condamne le mouvement de mai 1968 et fait référence à l’alunissage d’Apollo 11 en juillet 1969. L’objet et le ton sont proches de l’ouvrage Rebâtir l’Université, publié au lendemain de mai 19682. Les cibles également : la société de l’information, mai 1968, le sociologisme, la pédagogie moderne. On peut supposer que le texte date environ de la même période, soit fin 1969 ou 1970.

  • 3 On trouve ainsi la conférence anglaise de 1966-1967 « Un Français peut-il encore comprendre les phi (...)

6La destination de ce texte est incertaine. À notre connaissance, et d’après la bibliographie établie par Catherine Fabre avec une rigueur que nous n’avons encore jamais vu prendre en défaut, ce texte n’a jamais fait l’objet d’une publication. Il pourrait donc s’agir soit d’un projet d’article abandonné soit d’un texte de conférence. Nous inclinons pour la seconde hypothèse car le document est, dans la boîte 0, entouré de textes de la même période expressément destinés à des conférences3. D’après l’annuaire du Collège de France, Vuillemin a prononcé en 1968-1969 des conférences dans les universités de Rennes, Nice, Aix-en-Provence et Tunis, ainsi que devant l’Association franc-comtoise de culture à Besançon. Étant donné le ton peu universitaire du propos, cette dernière hypothèse nous paraît plausible : en l’absence d’informations supplémentaires, nous en sommes réduits à des conjectures de cette faiblesse.

2 « Sommes-nous libres?»

7Le second texte, intitulé « Sommes-nous libres?», est conservé sous la cote 19.1. Jules Vuillemin y critique le recours à l’expertise psychologique en matière judiciaire comme un moyen de déresponsabilisation : à la suite de Kant, il renvoie la notion de responsabilité, comme celle de liberté, au seul domaine de la morale.

8La chemise 1 de la boîte 19 contient deux versions du texte : l’une, de 22 pages, est la photocopie en noir et blanc d’une version dactylographiée et annotée au stylo, l’autre est un manuscrit de 24 pages. Rien ne semble avoir précédé la version manuscrite, si l’on en croit le nombre important de corrections et de ratures. Comme ces corrections engendrent exactement le texte de la version dactylographiée, il ne semble manquer aucune version intermédiaire. La version dactylographiée ne contient enfin que des corrections rares et triviales ; il s’agit donc probablement d’une version définitive.

9La version manuscrite a été rédigée au stylo noir (avec corrections en noir), puis au stylo bleu (avec corrections en noir) lorsque le premier a montré des signes de fatigue, enfin derechef au stylo noir (avec corrections en bleu). Les changements de stylo permettent d’établir une chronologie relative des modifications du manuscrit.

  • 4 La boîte 19 contient en effet un texte intitulé « Jugement de goût et raison», dont le manuscrit es (...)

10Une main étrangère a noté sur la première page du texte dactylographié (avant photocopie) une estimation de sa date : « après février 1989 / 1989-1990». Tous les indices semblent confirmer cette hypothèse : non seulement la date des autres textes de la boîte 194, mais aussi celle des brouillons divers au verso desquels a été rédigée la version manuscrite. On y trouve en effet une feuille extraite d’une version dactylographiée de l’article « Sur la dualité» [Vuillemin 1987], une autre extraite d’un brouillon dactylographié non définitif d’un texte classé sous la cote 19.3 (« Les origines et le développement du rationalisme grec») et des documents destinés au comité de recrutement sur un poste de professeur ordinaire de philosophie à la faculté des lettres de Genève. Ces derniers, précieux pour la datation de notre texte, comprennent les titres et travaux des candidats ainsi que des courriers divers, dont le plus tardif est un courrier du 8 février 1989. Une partie du texte est également écrite au dos d’une carte de correspondance datée du 2 mai 1989. Le texte est donc postérieur à cette date.

11Cette datation est d’ailleurs cohérente avec le contenu du texte : à l’occasion de la question au premier abord purement métaphysique « Sommes-nous libres?», Vuillemin fustige la réforme du Code pénal initiée par le président du Conseil constitutionnel, Robert Badinter, en 1989. Cette réforme, promulguée en juillet 1992 et entrée en vigueur le 1er mars 1994, a notamment transformé l’ancien article 64, « Il n’y a ni crime ni délit lorsque le prévenu était en état de démence au temps de l’action ou lorsqu’il a été contraint par une force à laquelle il n’a pas pu résister», par l’article 122.1, qui introduit la notion de responsabilité :

  • 5 Voir [Guignard 2016]. Selon le témoignage de Joseph Vidal-Rosset aux auteurs de ces lignes (mars 20 (...)

N’est pas pénalement responsable la personne qui était atteinte, au moment des faits, d’un trouble psychique ou neuropsychique ayant aboli son discernement ou le contrôle de ses actes5.

3 Conclusion

  • 6 Voir notamment [Vuillemin 1950a,bc, Vuillemin 1951, Vuillemin 1952a,b,c, Vuillemin 1954]. Tous ces (...)
  • 7 [Vuillemin 1979, section III]. Voir la version française originale sous la cote 2.2 du fonds Jules- (...)
  • 8 [Vuillemin 1980, section I]. Voir la version française originale sous la cote 3.3 du fonds Jules-Vu (...)
  • 9 [Vuillemin 1981, 371] (réédité dans L’Intuitionnisme kantien en 1994) : par opposition à la loi mor (...)
  • 10 [Vuillemin, 347] : le malade choisit son médecin, « du moins quand l’organisation socialiste ne lui (...)
  • 11 Jules Vuillemin, « Une année d’économie socialiste (mai 81-mai 82) ; essai sur l’imputabilité en hi (...)

12Si Vuillemin traitait abondamment de politique à l’époque des Temps modernes6, il s’exposa moins volontiers dans les décennies suivantes [Vuillemin 1965, 100-103]. C’est bien souvent par allusions qu’il dénonce mai 1968 [Vuillemin 1968, section III], [Vuillemin 1982] et le « socialisme» – celui des pays communistes comme celui de François Mitterrand –, dont il condamne l’idéologie7, la recherche du bonheur par l’appropriation collective des moyens de production8, la barbarie des moyens9, l’organisation de la santé publique10, l’illusion de justice [Vuillemin 1991, 162], et, dans un texte non publié, la politique économique11.

13Les deux textes que nous présentons aujourd’hui au public ne permettent pas seulement d’éclaircir les positions politiques que laissent déjà deviner les allusions disséminées dans l’œuvre publiée : ils montrent surtout que la politique n’est pas à ses yeux simple affaire d’« opinion» et que l’engagement, loin d’y être une vertu, n’a de valeur que soutenu par l’argumentation.

14Perce alors, sous le visage méconnu de Vuillemin en observateur critique de la politique de son temps, le visage autrement plus familier d’un philosophe soucieux de rigueur argumentative et conscient de ses postulats.

Haut de page

Bibliographie

Guignard, Laurence [2016], La genèse de l’article 64 du code pénal, Criminocorpus, URL http ://criminocorpus.revues.org/3215.

Mélès, Baptiste [2015], Un Français peut-il encore comprendre les philosophes d’outre-Manche ? Présentation, Études philosophiques, 153(1), 9–15.

Vuillemin, Jules [1950a], Les classes sociales chez Schumpeter et dans la réalité, Économie appliquée, 3(3–4), 571–614.

Vuillemin, Jules [1950b], Note sur Expérience de vérité ou Autobiographie de Gandhi, Les Temps modernes, 56, 2259–2268.

Vuillemin, Jules [1950c], Nouvelles traductions de Marx. Recension de la Correspondance Fr. Engels–K. Marx et divers, publié par F. A. Sorge, Les Temps modernes, 59, 548–563.

Vuillemin, Jules [1951], Un texte de Max Weber  : La notion de classe. Introduction et traduction, L’Information philosophique, 1(5), 186–189.

Vuillemin, Jules [1952a], La psychologie industrielle au niveau du Capital de Marx, Cours de l’année universitaire 1951–1952 (Psychologie de la vie sociale), Université de Clermont-Ferrand, 1–14.

Vuillemin, Jules [1952b], Les syndicats ouvriers et les salaires, Économie appliquée, 5(2–3), 261–336.

Vuillemin, Jules [1952c], Signification pour la psychologie de la notion de valeur, Cours de l’année universitaire 1951–1952 (Psychologie générale), Université de Clermont-Ferrand, 1–21.

Vuillemin, Jules [1954], Économie européenne ou économie mondiale. Recension de François Perroux, L’Europe sans rivages, Paris, 1954, Les Temps modernes, 106, 398–441.

Vuillemin, Jules [1962], La Philosophie de l’algèbre. I. Recherches sur quelques concepts et méthodes de l’Algèbre moderne, Épiméthée, Paris : Presses Universitaires de France.

Vuillemin, Jules [1965], Le Miroir de Venise, Paris : Julliard.

Vuillemin, Jules [1968], Rebâtir l’Université, Le Monde sans frontières, Paris : Fayard.

Vuillemin, Jules [1979], Ideologia, dans Enciclopedia, Turin : Einaudi, t. VI, 1144–1164.

Vuillemin, Jules [1980], Proposizione e giudizio, dans Enciclopedia, Turin : Einaudi, t. XI, 332–366.

Vuillemin, Jules [1981], Les lois de la raison pure et la supposition de leur détermination complète, dans 200 Jahre Kritik der reinen Vernunft, édité par J. Kopper & W. Marx, Hildesheim : Gerstenberg, 363–384.

Vuillemin, Jules [1982], Portrait d’un historien de la philosophie  : Victor Goldschmidt, dans Victor Goldschmidt (1914–1981). Journée d’hommage du 17 janvier 1982, Amiens : Université de Picardie.

Vuillemin, Jules [1984], Nécessité ou contingence. L’aporie de Diodore et les systèmes philosophiques, Le Sens commun, Paris : Minuit.

Vuillemin, Jules [1987], Sur la dualité, Manuscrito, 10(2), 9–13, Campinas–São Paulo, Brésil.

Vuillemin, Jules [1991], Éléments de poétique, Essais d’art et de philosophie, Paris : Vrin.

Vuillemin, Jules [2015], Un Français peut-il encore comprendre les philosophes d’outre-Manche ?, Études philosophiques, 153(1), 17–31.

Vuillemin-Diem, Gudrun [2010], La création des Archives Jules-Vuillemin. Remerciements à Gerhard Heinzmann, dans Construction. Festschrift for Gerhard Heinzmann, édité par P.-É. Bour, M. Rebuschi & L. Rollet, Londres : College Publication, 683–687.

Haut de page

Notes

1 Nous remercions vivement les ayants droit, Gudrun Vuillemin-Diem, Françoise Létoublon et Jean Vuillemin, respectivement épouse et enfants du philosophe, d’avoir accepté la publication de ces textes. Gudrun Vuillemin-Diem a livré un récit détaillé de la création du fonds Jules-Vuillemin [Vuillemin-Diem 2010]. Le site des Archives Jules-Vuillemin se trouve à l’adresse http://poincare.univ-lorraine.fr/fr/archives-jules-vuillemin. À la demande des ayants droit, le fonds d’archives est accessible à tout chercheur se rendant au Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie – Archives Henri-Poincaré (Nancy) en justifiant de son intérêt. Les deux textes présentés ici ont été étudiés par Julien Borgeon et Raphaël Derobe dans le cadre d’un stage d’initiation à la recherche encadré par Baptiste Mélès et destiné aux étudiants de licence 3 du département de philosophie de l’Université de Lorraine. Ayant choisi un texte dans le catalogue du fonds établi par Gudrun Vuillemin-Diem, les stagiaires en rédigent un commentaire archivistique et philosophique : liste, ordre et dates des différentes versions, structure argumentative, éclaircissement des références, mise en perspective dans l’œuvre de Vuillemin, etc.

2 On comparera notamment le présent texte avec [Vuillemin 1968, 13, 55, 55-59].

3 On trouve ainsi la conférence anglaise de 1966-1967 « Un Français peut-il encore comprendre les philosophes d’outre-Manche?» (cote 0.4), une conférence prononcée à Gand et Louvain en 1967-1968 et intitulée « La signification du positivisme et ses limites» (cote 0.5), une conférence sur Voltaire à l’université et la Société de philosophie de Genève en 1967-1968 (cote 0.7), une conférence de présentation personnelle à l’université de Bologne en octobre 1973 (cote 0.8) et une conférence à Cortona d’avril 1980 intitulée “Why should we increase the part of history of science and history of philosophy in philosophical education?” (cote 0.9). Les textes réunis sous les cotes 0.1 à 0.3 sont, quant à eux, antérieurs : une recension du livre de Max Jammer Concepts of Force pour les Annales d’astrophysique en 1959 (manuscrit 0.1), une note sur le manuscrit posthume d’Henri Dussort, L’École de Marbourg, que Vuillemin édite en 1963 (manuscrit 0.2) et un texte intitulé « L’ONU et l’esprit des lois» qui semble dater de 1952 (cote 0.3).

4 La boîte 19 contient en effet un texte intitulé « Jugement de goût et raison», dont le manuscrit est écrit au verso de documents datés de mai-juin 1989 (cote 19.2), un autre intitulé « Objets de l’histoire et vérité» prononcé à la maison Descartes à Amsterdam en février 1990 (cote 19.4), un texte intitulé « Spéculation, analyse, critique» (cote 19.5), et un projet de recueil d’études intitulé Rationalisme et mathématiques platoniciens (cote 19.3). Tous ces textes datent des années 1989-1990.

5 Voir [Guignard 2016]. Selon le témoignage de Joseph Vidal-Rosset aux auteurs de ces lignes (mars 2017), Vuillemin désapprouvait également l’action de Robert Badinter comme garde des Sceaux.

6 Voir notamment [Vuillemin 1950a,bc, Vuillemin 1951, Vuillemin 1952a,b,c, Vuillemin 1954]. Tous ces textes peuvent être consultés dans la bibliothèque de travail de Jules Vuillemin au Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie – Archives Henri-Poincaré (Nancy).

7 [Vuillemin 1979, section III]. Voir la version française originale sous la cote 2.2 du fonds Jules-Vuillemin.

8 [Vuillemin 1980, section I]. Voir la version française originale sous la cote 3.3 du fonds Jules-Vuillemin, p. 8.

9 [Vuillemin 1981, 371] (réédité dans L’Intuitionnisme kantien en 1994) : par opposition à la loi morale, « le socialisme […] ne spécifie pas les moyens, qui peuvent aller du conditionnement à la torture». Déjà, dans La Philosophie de l’algèbre, Vuillemin critiquait Auguste Comte et sa postérité : « Forcé d’assigner de l’extérieur ses limites à l’intelligence, il les emprunte au principe moral de l’utilité publique, ouvrant ainsi la voie aux philosophies engagées et aux fanatismes» [Vuillemin 1962, 218, n; 1].

10 [Vuillemin, 347] : le malade choisit son médecin, « du moins quand l’organisation socialiste ne lui retire pas ce souci».

11 Jules Vuillemin, « Une année d’économie socialiste (mai 81-mai 82) ; essai sur l’imputabilité en histoire», cote 6a.1 du fonds Jules-Vuillemin. L’auteur y examine, statistiques à l’appui, « les conséquences de la politique économique socialiste durant la première année de l’exercice du pouvoir».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Baptiste Mélès, Julien Borgeon et Raphaël Derobe, « Deux textes politiques de Jules Vuillemin »Philosophia Scientiæ, 21-2 | 2017, 141-147.

Référence électronique

Baptiste Mélès, Julien Borgeon et Raphaël Derobe, « Deux textes politiques de Jules Vuillemin »Philosophia Scientiæ [En ligne], 21-2 | 2017, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 11 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/1280 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosophiascientiae.1280

Haut de page

Auteurs

Baptiste Mélès

Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie, Archives Henri-Poincaré, Université de Lorraine, CNRS, Nancy (France)

Articles du même auteur

Julien Borgeon

Université de Lorraine, Nancy (France)

Raphaël Derobe

Université de Lorraine, Nancy (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search