Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22-1Histoire des sciences et histoire...

Histoire des sciences et histoire de l’édition : de quelle manière peuvent-elles se compléter ?

The History of Science and the History of Publishing – How can they complement each other?
Franck Jovanovic, Viera Rebolledo-Dhuin et Norbert Verdier
p. 3-22

Résumés

L’article introductif du numéro de la revue Philosophia Scientiæ met en perspective le dialogue entre l’histoire du livre et de l’édition et l’histoire des sciences et des techniques. Malgré leurs intérêts communs, en dehors des quelques études, ces deux champs demeurent largement disjoints. Nous mettons en perspective la tension entre ces deux champs afin d’inviter à enrichir le dialogue pluridisciplinaire. L’histoire du livre et de l’édition, d’une part, et l’histoire des sciences et des techniques, d’autre part, se sont déjà intéressées, séparément, à certains aspects matériels – qu’ils soient techniques ou financiers – liés à la confection des imprimés (scientifiques). Cependant, comme le montre cette réunion d’articles rédigés par des spécialistes de divers champs disciplinaires et professionnels, d’autres approches, méthodes, sujets émergent pour appréhender l’élaboration des sciences.

Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro spécial s’intéresse à la production des idées scientifiques. Si l’histoire des sciences s’est très souvent concentrée principalement sur la manière dont les idées et les pensées se sont constituées, mettant ainsi l’accent sur les hommes, elle laisse trop souvent de côté les contraintes matérielles. Or ces dernières ne sont pas indépendantes de la manière dont les idées émergent puis se diffusent. La production et la diffusion des connaissances scientifiques sont des activités à part entière qui exigent des moyens, non seulement humains, mais aussi financiers, techniques, etc.

2Ce numéro met en tension sciences et éditions et interroge le rapport entre textualité et matérialité. Roger Chartier a coutume d’expliquer que ce ne sont pas seulement les auteurs qui font les livres mais aussi les livres qui font les auteurs [Chartier 1987, 1992]. Il soutient ces propos en s’appuyant sur des exemples issus des belles-lettres, notamment le théâtre. Cette affirmation vaut également pour les sciences. Un livre est une composition faite par des gens du livre. Les dispositions et les choix qu’ils opèrent (organisation du texte, choix des caractères, insertions éventuelles de figures explicatives, mises en page, etc.), participent à l’élaboration matérielle du discours. L’un de ceux qui ont le mieux exprimé cette relation entre le livre et l’auteur est sans doute un employé de l’éditeur Gauthier-Villars : Jean-Claude Motteroz (1830-1909). Après avoir exercé différents métiers manuels (maçon, serrurier, estampeur, lithographe, compositeur) à Saint-Étienne et à Lyon, il fonde à Paris dans le dernier tiers du xixe siècle un atelier de typographie ayant pour devise : « Tu penses, j’œuvre. » Par-là, J.-C. Motteroz se met sur un plan d’égalité avec l’auteur, comme pour nous dire que si la pensée résulte d’une création de l’auteur, la mise en œuvre est la réalisation des acteurs de la « chaîne du livre » [Mellot 1996, 70]. Ainsi, c’est le livre qui, fruit d’une subtile combinaison des diverses possibilités typographiques, participe à la mise en place du style de l’auteur et donc à la circulation des idées.

1 État de l’art : histoire de l’édition et histoire des sciences, deux histoires encore trop disjointes

3Certains historiens des sciences se sont intéressés aux conditions matérielles de la production écrite des savoirs qu’ils étudient mais, le plus souvent, leurs études se sont développées isolément de celles des historiens du livre.

  • 1 « Qu’est-ce qu’un livre ?» et « Le commerce de la librairie» constituent des réflexions autour de c (...)

4Bien que le livre et la librairie intéressent les philosophes des Lumières, comme Emmanuel Kant (1768) ou Denis Diderot (1763) [Kant & Fichte 1995], [Diderot 1851]1, l’histoire de l’édition est, comme le rappelle souvent Jean-Yves Mollier, relativement récente [Mollier 2016]. Si elle émerge avec les recensements, bibliographies et récits des acteurs et/ou des amoureux du livre – i.e., bibliophiles – au xixe siècle, elle éclot cependant en tant que discipline à part entière avec L’Apparition du livre en 1958 [Febvre & Martin 1958]. Et les études historiques – et non plus seulement littéraires – se multiplient véritablement à partir de la seconde moitié du xxe siècle.

  • 2 Le Dictionnaire des imprimeurs-lithographes du xixe siècle, librement consultable en ligne  : http: (...)

5En histoire du livre et de l’édition, l’aspect technique fait très tôt, et de manière durable, l’objet de plusieurs études et ouvrages, depuis ceux rédigés par les hommes du livre du xixe siècle, jusqu’à ceux de Robert Estivals et de ses successeurs, sans compter les auteurs du récent Dictionnaire des lithographes [Bouquin 2013]2. Par ailleurs, l’étude du livre et des maisons d’édition connaît, du point de vue économique, un tournant primordial à la fin des années 1980 avec les travaux de Frédéric Barbier et J.-Y. Mollier, qui s’intéressent non seulement aux conditions de production mais aussi à la fortune des imprimeurs et éditeurs [Barbier 1987], [Mollier 1988]. Pourtant cette impulsion n’est que peu suivie et les études – à tendance littéraire – continuent de dominer, tant et si bien que les approches techniques et/ou économiques n’ont que peu de place dans l’histoire de l’édition [Mollier 2016].

6Dominée enfin par les études monographiques, l’histoire de l’édition se concentre sur les figures de proue et les grandes maisons. Ainsi, les éditeurs de sciences – entendues au sens large – ne constituent pas les objets d’étude privilégiés. De fait, on connaît mieux les grands éditeurs de romans ou de classiques scolaires, comme Hachette, que les éditeurs de sciences. Pour autant, plusieurs monographies s’intéressent aux éditeurs de sciences ainsi qu’aux contraintes matérielles qu’ils rencontrent [Dhenin 1990], [Béguet 1990], [Bensaude-Vincent & Ramussen 1997], [Bensaude-Vincent 2000], [Tesnière 2001], [Gourevitch & Vincent 2006], [Rebolledo-Dhuin 2017]. Les études sont cependant rares.

  • 3 La base de données de Klaus Hentschel permet, selon son expression, de rendre visibles toutes ces m (...)

7En histoire des sciences et des techniques, d’aucuns ont souligné le rôle des laboratoires dans la production et le développement des idées scientifiques [Shapin & Schaffer 1993], celui des manuels [Augello & Guidi 2012], [Anonyme 1996], ou encore ou encore celui des acteurs du livre, particulièrement impliqués dans l’édition scientifique, qu’il s’agisse des graveurs [Hentschel 2012]3 ou des traductrices et traducteurs [Bret 2012].

  • 4 Fonds Saint-Venant, Archives de l’École polytechnique, carton  2, pièce  929.

8Si l’histoire des sciences permet d’étudier l’émergence de nouvelles idées, techniques et/ou analyses, elle fait encore trop peu cas des contraintes matérielles et éditoriales auxquelles la production et la diffusion des connaissances doivent faire face, en amont comme en aval. On pense par exemple à la difficulté d’éditer au xixe siècle des équations mathématiques, faute de caractères en fonte adaptés. Encore en 1845, un mathématicien de renommée internationale, comme Augustin Cauchy (1789-1857), se plaignait du refus formulé par l’un de ses éditeurs de publier un de ses articles parce que la revue ne disposait pas du matériel d’imprimerie adéquat : « le Directeur du Journal, l’Institut, l’a refusé parce que son Imprimerie est mal montée en caractères4 ».

  • 5 Contrairement à d’autres livres de mathématiques qui visent un usage précis, tels les manuels d’app (...)
  • 6 Le texte d’Emmylou Haffner, que nous n’avons pu publier faute de place, paraîtra dans la section Va (...)

9En revanche, tout un secteur de l’édition des sciences a été bien étudié ; il s’agit de la production de l’édition des œuvres complètes dans le dernier tiers du xixe siècle [Cahn 2005], [Rheinberger 2005]. En cette période, nous assistons à une explosion du nombre d’œuvres complètes en Europe, coïncidant avec la construction des États-Nation. C’est le temps où l’on érige des panthéons scientifiques, littéraires et artistiques, c’est aussi le temps des Expositions, de la mise en valeur des collections muséales, etc. La production d’œuvres complètes par les éditeurs n’est que l’une des faces d’un phénomène général en plein essor [Thoizet, Wanlin et al. 2012]. Du point de vue des mathématiques, signalons deux études, l’une sur le cas français [Verdier 2011] et l’autre sur le cas allemand [Haffner à paraître]. Emmylou Haffner, à partir de nombreux matériaux archivistiques (le fonds ou « Nachlass » de Riemann à l’université de Göttingen) partiellement publiés en Allemagne mais encore mal étudiés, propose des pistes très intéressantes pour mieux comprendre ces livres si particuliers, car destinés à durer5, que sont les Œuvres complètes d’un savant à la fin du xixe siècle. En se concentrant sur l’édition des œuvres du mathématicien allemand Bernard Riemann (1826-1866) par Richard Dedekind (1831-1916) et Heinrich Weber (1842-1913), E. Haffner montre que le travail d’édition est une activité scientifique spécifique : vérifier minutieusement chaque texte de Riemann, en refaire les preuves et parfois clarifier les manuscrits – allant jusqu’à en rédiger certaines parties. Les éditeurs, au double sens du terme anglais de publisher et de directeurs scientifiques – propre à la terminologie française de la fin du xixe siècle – durent uniformiser les notations de Riemann afin de répondre aux potentialités de l’imprimerie du moment, du point de vue des caractères et symboles mathématiques6.

10De fait, l’édition de graphiques, de schémas ou de tout autre outil de visualisation a posé d’importants défis à la diffusion des connaissances scientifiques – mathématiques, mais pas seulement. Ces difficultés ont exercé, et exercent encore, une influence certaine sur la manière dont les auteurs ont formulé et/ou formalisé leurs pensées, soit, indirectement, sur la manière dont les sciences ont été élaborées ou encore sur la façon dont les connaissances ont été transmises. En science économique ou en finance par exemple, la difficulté de reproduire certains graphiques a conduit à adopter certaines représentations visuelles qui ne sont pas étrangères à la manière dont les chercheurs ont élaboré leurs démonstrations [Klein 1997], [Jovanovic 2002]. Malheureusement, il est difficile de mesurer ces contraintes pour l’ensemble des disciplines, puisque l’histoire des sciences travaille généralement à partir du produit fini (livres, articles, brevets, etc.), ignorant, par là-même, les contraintes matérielles qui ont façonné la production de ce type d’imprimés. C’est ici que l’histoire de l’édition peut être mobilisée, pour apporter un nouveau regard sur l’histoire matérielle et intellectuelle des sciences.

11Nous plaidons dans ce texte pour qu’histoire des sciences et histoire de l’édition, trop souvent séparées, se complètent et s’influencent l’une l’autre. D’où l’intérêt de ce numéro, qui trouve son origine dans les échanges amorcés lors de la première journée d’étude du programme ANR DEF197, co-organisée par Viera Rebolledo-Dhuin en octobre 2015. Cette journée d’étude avait permis de faire ressortir les besoins que rencontraient dans leurs travaux et approches méthodologiques respectifs Franck Jovanovic, historien des sciences économiques et de la pensée économique, V. Rebolledo-Dhuin, historienne du livre s’intéressant à l’histoire sociale de l’économie, et Norbert Verdier, historien des mathématiques.

2 Objectifs et mises en perspective du numéro ou faire dialoguer histoire des sciences et histoire de l’édition face à une « production [dé]multipliée » [Barbier 1990]

12Ce numéro vise, autrement dit, à faire émerger et à enrichir le dialogue entre l’histoire des sciences et l’histoire de l’édition afin d’apporter un éclairage sur la manière dont les sciences se sont élaborées. Les sciences sont ici à prendre au sens le plus large du terme ; elles concernent – selon les classifications bibliographiques contemporaines – les sciences exactes, physiques, naturelles, ainsi que les sciences économiques et juridiques, sans omettre les sciences de l’ingénieur.

  • 8 Nous empruntons l’expression au titre du séminaire dirigé, pendant plusieurs années, par J.-Y. Moll (...)

13Éclairer l’histoire des sciences par « l’histoire de l’édition, du livre et de la lecture8 » nous paraît être novateur, tant d’un point de vue heuristique, des méthodes et des sources usitées que des objets d’analyses étudiés.

14Dans les deux versions de son texte « What is the history of books ? » [Darnton 1982, 2007], Robert Darnton insiste sur la fissiparité inhérente à l’histoire du livre ainsi qu’il l’explicite dans un texte datant de 2012 :

les experts se livraient à des études si spécialisées qu’ils perdaient tout contact les uns avec les autres. Les éléments ésotériques de l’histoire du livre devaient être intégrés dans une vue d’ensemble qui montrerait comment les parties pouvaient être articulées pour constituer un tout. [Darnton 2012, 295]

15Aujourd’hui, cette fissiparité dénoncée par l’historien américain n’est sans doute plus de mise ; des centaines de productions ont éclairé, depuis ces deux dernières décennies, la désormais très productive histoire du livre. J.-Y. Mollier, dans le cadre du séminaire qu’il a longtemps organisé à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, a constitué une base de données historiographique de l’histoire du livre, de l’édition et de la lecture à l’époque contemporaine qu’il a constamment mise à jour en prenant en compte les travaux universitaires non publiés, et qu’il a intitulée « L’histoire de l’édition, du livre et de la lecture en France de la fin du xviiie siècle au début du xxie siècle : approche bibliographique » [Mollier 2016]. Toutefois, il nous semble qu’historiens des sciences et du livre – à l’instar de ce que nous proposons ici – doivent plus que jamais collaborer pour se compléter historiographiquement et scientifiquement dans leurs manières d’envisager et les choses et les sciences. Dans son enquête sur le journal professionnel – essentiellement focalisé sur les journaux scientifiques – au xixe siècle, Jean Dhombres déplorait l’absence d’études matérielles des journaux français :

On ne peut faire l’impasse d’une question pratiquement inviolée pour ce qui est des journaux français, à savoir les finances, le coût bien sûr – et donc les tirages – mais aussi bien la nature des subventions reçues, en particulier les octrois publics, mais encore la part des abonnements automatiques par le fait de l’administration dans les abonnements et la part de ceux-ci dans la vente elle-même. [Dhombres 1994, 120]

16Presque vingt-cinq ans plus tard, les propos de J. Dhombres nous paraissent encore d’actualité et peuvent être prolongés à toute la production scientifique. On ne peut pas faire l’impasse des questions matérielles, celles des coûts, des abonnements et bien d’autres ; les connaître et les appréhender, c’est en premier lieu obtenir de nouvelles informations sur un objet singulier, le livre de sciences, mais c’est aussi et surtout avoir des moyens d’aborder les publics potentiels du livre et donc apprendre à mesurer de facto la circulation et la percolation des idées, en l’occurrence scientifiques. En ce sens, l’ouvrage récent de Nathalie Montel sur les Annales des ponts et chaussées [Montel 2015] – dans les limites que nous avons pu avancer [Verdier 2016] – peut constituer un modèle d’étude pour comprendre matériellement et intellectuellement la fabrication d’une revue exclusivement dédiée à l’art de construire.

  • 9 Le dépôt légal est une obligation légale de déposer un exemplaire de l’œuvre produite. Supprimé sou (...)

17La période que nous avons retenue s’étend de 1780 à l’entre-deux-guerres, et part de la diffusion de l’Encyclopédie [Darnton 1979] jusqu’à l’émergence d’un marché de masse de l’édition scientifique et d’une homogénéisation culturelle sans précédent [Mollier 1997], qui naît, entre autres, avec l’édition scolaire dans le dernier tiers du xixe siècle. De nombreux travaux montrent qu’à partir de la fin du xviiie siècle, avec le développement de l’alphabétisation et de l’imprimerie, des milliers de lecteurs accèdent progressivement aux textes imprimés, en constante augmentation [Lyons 1987]. Dès la fin de la Révolution, la production imprimée se multiplie comme cela a été montré par Carla Alison Hesse à partir de l’examen du dépôt légal9 [Hesse 1991] (cf. Fig. 1).

  • 10 Graphique extrait du recensement de [Hesse 1991] à partir du Dépôt légal, voir Appendix 5, E. Works (...)

Figure 1 : Production en littérature (L), sciences (S) et techniques (T) entre 1793 et 179910

Figure 1 : Production en littérature (L), sciences (S) et techniques (T) entre 1793 et 179910
  • 11 Fondée en 1811, sous le titre Bibliographie de l’Empire français, elle devient en 1814 Bibliographi (...)

18Entre le début et la fin du xixe siècle, la production imprimée explose [Barbier 1990]. Comme le souligne F. Barbier, la Bibliographie de la France, publiée tous les samedis à partir du 8 décembre 1810, constitue la série la plus durable et donc la plus fiable pour mesurer sur le long terme la production imprimée en France11. À partir de 1811, ce sont ainsi, chaque année, plusieurs milliers de livres qui paraissent : environ 3 000 en 1811, 8 000 en 1826, et près de 15 000 à partir de 1858 jusqu’à la veille de la guerre (cf. Fig. 2).

  • 12 Rappelons ici les limites de la série et de la hausse brutale de la production imprimée entre 1855 (...)

Figure 2 : Évolution de la production imprimée en France (1811-191512)

Figure 2 : Évolution de la production imprimée en France (1811-191512)

19Les tables systématiques – organisées par catégorie bibliographique – publiées annuellement par la Bibliographie de la France montrent à l’envi que les goûts évoluent et se transforment considérablement : la part des livres religieux et juridiques décline progressivement tandis que celle des belles-lettres, de l’histoire et des sciences naturelles progresse significativement. Les centaines de milliers d’ouvrages sont, de fait, classés selon cinq grands domaines : théologie, jurisprudence, sciences et arts, belles-lettres et histoire. La catégorie « Sciences et arts » se stabilise au fil des années autour de 40 % de la masse des livres publiés (cf. Fig. 3).

20Cette même catégorie « Sciences et arts » se décline, elle-même, en une quinzaine d’items relativement stables, au moins au cours de la première moitié du dix-neuvième siècle :

  • « Encyclopédies, philosophie, logique, métaphysique, morale »

  • « Éducation et livres d’éducation »

  • « Économie politique, politique, administration »

  • « Finances »

  • « Commerce, poids et mesures »

  • « Agriculture, économie domestique, rurale et vétérinaire »

  • « Histoire naturelle »

  • « Physique, chimie, pharmacie »

  • « Médecine et chirurgie »

  • « Mathématiques »

  • « Astronomie et marine »

  • « Art, administration et histoire militaires »

  • « Sciences occultes, gymnastique et jeux & »

  • « Beaux-Arts ».

  • 13 Ce graphique a été réalisé à partir des recensements et classifications de la Bibliographie de la F (...)

Figure 3 : Évolution de la production imprimée en France par catégorie (1811-185013)

Figure 3 : Évolution de la production imprimée en France par catégorie (1811-185013)
  • 14 Nous pensons aux ouvrages d’auteurs comme Pierre Leyssenne (1827-1916), qui a publié des dizaines d (...)

21Ainsi, ce sont des dizaines de milliers d’ouvrages relatifs aux sciences qui sont publiés sous des formats divers, allant du simple opuscule à la somme de référence, en passant par le manuel d’éducation constamment réédité avec des tirages variant d’une centaine à plusieurs millions d’exemplaires14.

22C’est bien cette « production [dé]multipliée » [Barbier 1990] des imprimés scientifiques, entendus au sens large, que nous souhaitons analyser en apportant un éclairage sur :

  • la manière dont les niches éditoriales imposent des techniques d’écriture et de production ;

  • la manière dont l’édition contraint et/ou influence les pensées scientifiques et la construction des savoirs techniques ;

  • la manière dont les comités scientifiques et/ou éditoriaux peuvent infléchir la production scientifique ;

  • la diffusion des sciences par les livres, qu’il s’agisse de manuels scolaires, d’ouvrages à destination des élèves ou pour l’éducation dite scientifique, de revues scientifiques, brochures, supports pédagogiques ou artistiques, etc. ;

  • le rôle des acteurs (auteurs, éditeurs, traducteurs, illustrateurs, journalistes, etc.) dans la diffusion des sciences (incluant les sciences vernaculaires).

3 Organisation du numéro ou l’édition comme médiation, formation, spécialisation et professionnalisation scientifique

23Nous sommes ravis que notre appel à contributions ait remporté autant de succès. Nous avons, cependant, dû opérer des choix et, finalement, neuf articles ont été retenus. Ces contributions, relevant de divers champs d’études (sciences exactes, sciences expérimentales, sciences du commerce, astronomie, mathématiques, obstétrique, toxicologie et sciences de l’ingénieur), s’appuient sur des corpus extrêmement variés (correspondances, éphémères, publications scientifiques ou manuels de vulgarisation, presses professionnelles et catalogues de libraires). Tous, avec des sources et des méthodologies propres, croisent l’histoire des sciences et l’histoire de l’édition et proposent un éclairage original sur la construction des disciplines scientifiques via les activités éditoriales des acteurs. Ce numéro spécial, articulé autour du rôle de médiateur que revêt l’éditeur, peut s’organiser autour de trois grandes entrées : la diffusion des connaissances scientifiques pour elle-même ou pour sa vulgarisation, ou encore la création de champs disciplinaires par le biais de l’activité éditoriale de ses acteurs.

3.1 L’activité éditoriale comme medium des connaissances scientifiques

24En étudiant la décision de mettre en place les Comptes rendus hebdomadaires de l’Académie des sciences, en 1835, Bruno Belhoste présente les débats qui agitent la communauté scientifique des années 1830 : la science doit-elle être diffusée auprès du plus grand nombre ou doit-elle uniquement être confinée au seul monde des savants [Belhoste 2006] ? Dès lors que l’option d’une ouverture au public est retenue, de nouvelles interrogations surgissent autour des méthodes, supports et contenus de vulgarisation. Après de vifs débats – et sous l’influence décisive de François Arago (1786-1853) – les Comptes rendus hebdomadaires de l’Académie des sciences sont publiées, ce qui favorise l’ouverture des discussions académiques vers l’extérieur. Le mouvement est lancé et, tout au long du xixe siècle, se multiplient les efforts de vulgarisation des sciences, ce qui débouche sur des publications variées.

25Au sein du numéro de cette revue, cinq études de cas – dues à Jérôme van Wijland, Luc Marco, Guy Boistel, Jean-Charles Geslot, Hélène Gispert et Caroline Ehrhardt – explorent des situations de transferts des sciences, depuis les « laboratoires » jusqu’aux « familles », à partir de l’étude d’exemples précis qui s’inscrivent entre la deuxième moitié du xviiie siècle et la première moitié du xxe siècle. En ce sens, ces contributions complètent l’ouvrage de référence sur les rapports entre sciences et publics de Bernadette Bensaude-Vincent [Bensaude-Vincent 2000] ; elles offrent une dimension éditoriale, sociale et sociologique en montrant en quoi les sciences résultent d’une co-construction, associant producteurs de sciences et producteurs de livres, et proposent, pour certaines, des éléments typologiques sur les publics visés.

26Dans son article, J. van Wijland propose une étude comparative d’un manuscrit de Jean-Louis Baudelocque (1745-1810), produit juste avant la Révolution et récemment entré dans les collections de la bibliothèque de l’Académie de médecine, et de plusieurs ouvrages de ses contemporains. Cet article éclaire notamment les liens de disciple à maître, entre J.-L. Baudelocque et François-Louis-Joseph Solayrés de Renhac (1737-1772). L’article de J. van Wijland, qui explicite la genèse et les évolutions de la pensée de Baudelocque, permet de comprendre comment le disciple a progressé à partir de l’enseignement du maître, pour rendre compte de leurs stratégies éditoriales respectives.

27Dans son article, L. Marco éclaire l’histoire économique et gestionnaire en étudiant une source originale et méconnue, et d’un intérêt scientifique indéniable : le catalogue d’ouvrages, établi par le libraire Royez en 1802, qui a pour objectif de recenser les livres incontournables de commerce et d’économie politique. L’analyse de ce que l’on nomme, en histoire du livre, un « éphémère » – en l’occurrence ici une liste d’ouvrages – offre une cartographie fine des connaissances de l’époque, à une période où l’économie politique est en plein essor en France et où la gestion des entreprises s’enrichit de nouvelles théories.

28J.-Ch. Geslot propose de rendre compte, à partir de l’étude de la correspondance de Thomas Henry Huxley (1825-1895) et des sources paratextuelles, de la circulation, des connaissances scientifiques et des limites que les éditeurs peuvent apporter dans la publication des textes de l’auteur dans la deuxième moitié du xixe siècle. L’article souligne ainsi le rôle crucial des éditeurs dans l’introduction de nouvelles idées de Th. H. Huxley, en particulier lorsqu’il s’agit de traduction d’ouvrages. Les éditeurs peuvent en effet prendre certaines libertés quant à l’organisation de la traduction. L’article souligne par ailleurs que les contraintes éditoriales sont liées à des questions techniques, telle que la reproduction de gravures ou d’illustrations, et parfois à des questions financières. Cet article rappelle, entre autres, que les techniques de reproduction de l’image ont depuis le milieu du xixe siècle largement facilité l’illustration des imprimés.

29L’article de G. Boistel dévoile un aspect méconnu de l’histoire des éphémérides et du Bureau des longitudes, entre 1870 et 1887, en étudiant une affaire de contrefaçon d’un registre maritime d’astronomie qui fut une des références pour la navigation de cette époque. Ce texte, qui s’inscrit dans le cadre du programme ANR BDL15, s’appuie sur de nombreuses sources originales et met l’accent sur la manière dont l’entreprise semi-privée et locale – car fixée à Saint-Brieuc – pallie les insuffisances du Bureau des longitudes. L’auteur s’interroge sur les droits de propriété intellectuelle des éphémérides astronomiques. Il accorde en outre, une large place aux éditeurs, libraires et diffuseurs, souvent réduits à un rôle marginal dans l’historiographie de ce champ. De fait, cet épisode de contrefaçon pose la question de la pérennité des nouvelles idées, mais aussi celle du rôle du « marketing » pour légitimer la publication d’une œuvre scientifique.

30Dans leur article, C. Ehrhardt & H. Gispert proposent la première étude entièrement consacrée à la Revue du mois, revue de culture générale à caractère scientifique créée en 1905 par le mathématicien Émile Borel (1871-1956). En s’appuyant sur des sources et une bibliographie considérables sur le sujet, cet article propose une véritable enquête sur la manière dont a été définie la ligne éditoriale de la revue, ainsi que sur la stratégie suivie par ses directeurs pour conquérir son lectorat. Au-delà de ce cas particulier, les auteures mettent au jour les contraintes matérielles et éditoriales de la production et de la diffusion des connaissances mathématiques.

3.2 L’éditeur, un pédagogue ou l’édition comme vecteur de vulgarisation du savoir scientifique

31Olry Terquem (1782-1862), en 1834, dans la préface de la seconde édition de son Manuel d’algèbre, assène : « [N]ous vivons dans le siècle des petits ouvrages » [Terquem 1834, VI]. Il veut signifier par-là que les (grandes) idées scientifiques peuvent se diffuser via de petits ouvrages, i.e., des livres de petit format accessibles à un plus grand nombre à moindre frais. Terquem met personnellement à exécution cette volonté de diffusion des sciences par le livre, en écrivant de tels ouvrages et en co-fondant, en 1842, les Nouvelles annales de mathématiques un journal destiné, au moins dans ses intentions, à l’enseignement des mathématiques. Il réalise ainsi le vœu formulé, quelques années plus tôt, par le mathématicien Joseph Liouville (1809-1882), fondateur du Journal de mathématiques pures et appliquées, en 1836. Le Journal de Liouville devient, en effet, très vite le premier journal français de recherches mathématiques, c’est-à-dire destiné à les faire progresser, alors que les Nouvelles annales de mathématiques de O. Terquem deviendront un journal intermédiaire, principalement destiné à les faire apprendre [Verdier 2009]. À la fin du siècle, sous la Troisième République, par le décret de 1890, l’éditeur devient explicitement pédagogue en étant une sorte d’associé institutionnel de l’instituteur, qui, pour enseigner, doit utiliser des livres de classe. Une étude globale a déjà été consacrée à la chimie et a montré « l’émergence d’une science des manuels » à partir de l’étude des livres de chimie publiés en France entre 1789 et 1852 [Bensaude-Vincent & García-Belmar et al. 2003] ; nous proposerons deux études de cas – sur les mathématiques –, de Thomas Preveraud, dans l’Amérique du xixe siècle et de Catherine Radtka, dans la France de l’entre-deux-guerres.

32L’article de Th. Preveraud analyse l’émergence d’une communauté scientifique entre 1820 et 1832, à partir de l’étude de l’essor d’une presse spécialisée dans la vulgarisation de questions mathématiques – et notamment de deux journaux américains : The Ladies’s and Gentlemen’s Diary ou United States Almanac et The Mathematical Diary, visant à fidéliser un lectorat intéressé par les mathématiques afin de créer une niche éditoriale. À une époque où la promotion et la production scientifiques s’organisent à l’extérieur des centres universitaires, ces revues jouent un rôle primordial dans l’émergence d’une discipline scientifique. L’auteur dévoile les stratégies éditoriales utilisées par les rédacteurs de ces revues pour capter et fidéliser un lectorat le plus large possible ; il développe un ensemble de cartes, tableaux et graphes de réseaux, permettant de mieux comprendre la composition sociologique et son évolution.

33C. Radka offre, quant à elle, pour la première fois une analyse détaillée des activités éditoriales du mathématicien français Albert Châtelet (1883-1960), qui joue un rôle de premier plan dans la construction pédagogique du savoir mathématique dans l’entre-deux-guerres. L’implication de Châtelet dans l’édition scolaire et ses conceptions sur l’enseignement n’avaient pas encore fait l’objet d’un tel travail d’analyse. Fondé sur l’exploitation des sources du fonds A. Châtelet des archives départementales du Pas-de-Calais, cet article montre comment la sollicitation d’un homme de sciences désormais éditeur – au sens moderne du terme –, Eugène Chimènes, suscite l’intérêt de Châtelet pour l’édition scolaire, qui devient, par son investissement éditorial croissant, un acteur primordial du renouvellement pédagogique de l’apprentissage des mathématiques au cours des années 1930 et postérieures.

3.3 L’édition comme affirmation d’un champ et/ou d’un corps scientifique

34En lançant ses Annales de mathématiques pures et appliquées, en 1810, Joseph-Diez Gergonne (1771-1859) annonce, de fait, le premier journal français de mathématiques :

  • 16 Annales de mathématiques pures et appliquées, I (1810-1811), « Prospectus», i. Pour une étude des A (...)

C’est une singularité assez digne de remarque que, tandis qu’il existe une multitude de journaux relatifs à la Politique, à la Jurisprudence, à l’Agriculture, au Commerce, aux Sciences physiques et naturelles, aux Lettres et aux Arts ; les Sciences exactes, cultivées aujourd’hui si universellement et avec tant de succès, ne comptent pas encore un recueil périodique qui leur soit spécialement consacré16 [...].

35Même si les propos de J.-D. Gergonne peuvent laisser entendre que le xixe siècle est le siècle de la spécialisation par opposition à un xviiie siècle de nature encyclopédiste, les réalités ont été plus complexes [Bret & Chappey 2012] : beaucoup de journaux, même spécialisés, conservent, au moins partiellement et en filigrane, un modèle encyclopédique faisant ainsi s’apposer, plus que s’opposer, les deux notions. Cela étant, le xixe siècle est celui où disciplinarisation et professionnalisation se mettent progressivement et massivement en place. Les études de cas de Sacha Tomic – sur la toxicologie au xixe siècle – et celle de Luc Rojas sur le corps des ingénieurs des mines entre 1855 et 1914 – en témoignent.

36S. Tomic analyse un domaine encore inexploré de l’histoire des sciences et de la médecine : la construction de la toxicologie comme champ à part entière, à partir de manuels médicaux tout au long du xixe siècle. Il s’agit de la première étude exhaustive sur l’émergence de cette discipline et sur la manière dont des manuels furent créés et diffusés pour y participer. Outre cet apport primordial, l’article propose également, à partir d’une analyse détaillée des différentes éditions du manuel de médecine de référence, entre 1821 et 1880, de Joseph Briand et Jacques-Simon Chaudé (1791-1872), de montrer comment ce manuel a permis de légitimer la toxicologie par l’insertion d’un Traité élémentaire de chimie légale.

37L. Rojas s’intéresse, lui, à la manière dont le Bulletin de la Société de l’industrie minérale (1855-1914) a contribué à construire et diffuser les savoirs et savoir-faire des ingénieurs civils des mines. Cet article est le premier à proposer une histoire systématique de cette revue pour la période 1855-1914. L’auteur s’appuie sur des documents d’archives qui, à ce jour, n’avaient pas ou peu été étudiés. L’analyse permet ainsi de rendre compte de quelle manière une revue scientifique, tel que ce Bulletin, a permis d’ouvrir un espace de débats scientifiques pour des praticiens qui s’imposent vis-à-vis des théoriciens.

38Puissent ces neuf textes rendre caducs les propos de Lucien Febvre lorsque, en note de l’article de H.-J. Martin sur l’édition parisienne au xviie siècle, il reprochait aux « historiens “littéraires” [...] encore [de] disserter à longueur de journée sur leurs auteurs sans se poser les mille problèmes de l’impression, de la publication, de la rémunération, du tirage, de la clandestinité, etc., qui feraient descendre leurs travaux du ciel sur la terre » [Martin 1952, 303]. L’édition d’un ouvrage ne doit pas faire l’impasse sur toute la matérialité sur laquelle il repose. S’en priver, c’est se priver de facto des indices matériels indiquant certains mécanismes de circulation de l’ouvrage entre l’auteur et ses lecteurs, au gré du temps.

39Pour faire descendre ces travaux « du ciel sur la terre » [Martin 1952, 303], selon l’expression de L. Febvre, nous avons pleinement bénéficié des apports matériels et scientifiques de l’ANR « Cirmath17 » et du projet ARIANE (CPER Grand-Est). Nous n’oublions pas l’AFAC18 qui nous a aimablement prêté ses locaux parisiens pour nous rencontrer, discuter les propositions et les finaliser.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme [1996], History of Economic Ideas, t. 4, http://www.jstor.org/stable/i23718548.

Augello, Massimo M. & Guidi, Marco E. L. (éds.) [2012], The Economic Reader. Textbooks, Manuals and the Dissemination of the Economic Sciences during the 19th and Early 20th Centuries, Routledge Studies in the History of Economics, Londres : Routledge.

Barbier, Frédéric [1987], L’économie du livre dans le Nord de la France au siècle des Lumières, dans Livre et Lumières dans les Pays-Bas français de la Contre-Réforme à la Révolution, édité par F. Barbier & Ph. Guignet, Valenciennes : Cercle archéologique et historique, 97–118.

Barbier, Frédéric [1990], Une production multipliée, dans Histoire de l’édition française. Le temps des éditeurs. Du romantisme à la Belle époque, édité par R. Chartier & H.-J. Martin, Paris : Fayard ; Éditions du Cercle de la Librairie, 105–130.

Béguet, Bruno (éd.) [1990], La Science pour tous. Sur la vulgarisation scientifique en France de 1850 à 1914, Paris : Bibliothèque du Conservatoire national des arts et métiers.

Belhoste, Bruno [2006], Arago, les journalistes et l’Académie des sciences dans les années 1830, dans La France des années 1830 et l’esprit de réforme. Actes du colloque de Rennes, 6-7 octobre 2005, édité par P. Harismendy, Rennes : Presses universitaires de Rennes, Collection Carnot, t. 1, 253–266.

Bensaude-Vincent, Bernadette [2000], L’Opinion publique et la science. À chacun son ignorance, Les empêcheurs de penser en rond, Paris : Institut d’édition Sanofi-Synthelabo.

Bensaude-Vincent, Bernadette, García-Belmar, Antonio & Bertomeu-Sánchez, José Ramón [2003], L’Émergence d’une science des manuels. Les livres de chimie en France (1789-1852), Paris : Éditions des archives contemporaines.

Bensaude-Vincent, Bernadette & Ramussen, Anne (éds.) [1997], La Science populaire dans la presse et l’édition, xixe et xxe siècles, Paris : CNRS Éditions.

Bouquin, Corinne [1993], Recherches sur l’imprimerie lithographique à Paris au xixe siècle : l’imprimerie Lemercier (1803-1901), Thèse de doctorat, Université Paris 1.

Bouquin, Corinne [2013], Dictionnaire des imprimeurs-lithographes du xixe siècle, École nationale des chartes, en ligne, http://elec.enc.sorbonne.fr/imprimeurs/.

Bret, Patrice [2012], Sciences et techniques, dans Histoire des traductions en langue française, xixe siècle, 1815-1914, édité par Y. Chevrel, L. D’Hulst & C. Lombez, Lagrasse : Verdier, Histoire générale des traductions en langue française, t. 1, 927–1007.

Bret, Patrice & Chappey, Jean-Luc [2012], Spécialisation vs encyclopédisme ?, La Révolution française. Cahiers de l’Institut d’histoire de la Révolution française, 2, en ligne, http://journals.openedition.org/lrf/515.

Cahn, Michael [2005], Opera Omnia : The production of cultural authority, dans History of Science, History of Text, édité par K. Chemla, Dordrecht : Springer Netherlands, Boston studies in philosophy of science, t. 238, 81–94, doi : 10.1007/1-4020-2321-9_3.

Chartier, Roger [1987], Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien régime, L’univers historique, Paris : Seuil.

Chartier, Roger [1992], L’Ordre des livres. Lecteurs, auteurs, bibliothèques en Europe entre xive et xviiie siècle, De la pensée, Aix-en-Provence : Alinea.

Chartier, Roger [2012], Qu’est-ce qu’un livre ? Métaphores anciennes, concepts des lumières et réalités numériques, Le Français aujourd’hui, 3(178), 11–26, doi : 10.3917/lfa.178.0011.

Darnton, Robert [1979], L’imprimerie de Panckoucke en l’an II, Revue française d’histoire du livre, 23, 359–369.

Darnton, Robert [1982], What is the history of books?, Daedalus, 111(3), 65–83, www.jstor.org/stable/20024803.

Darnton, Robert [2007], What is the history of books ? Revisited, Modern Intellectual History, 4(3), 495–508, doi : 10.1017/S1479244307001370.

Darnton, Robert [2012], Apologie du livre : demain, aujourd’hui, hier, Folio, t. 570, Paris : Gallimard, trad. fr. de J.-F. Sené, édition augmentée.

Dhénin, Caroline [1990], La Librairie médicale de Victor Masson, Mémoire de master, Université Paris X-Nanterre.

Dhombres, Jean [1994], Le journal professionnel au xixe siècle : enjeux généraux d’une enquête en cours, Rivista di Storia della Scienza, 2(2), 99–136.

Diderot, Denis [1851], La Propriété littéraire au xviiie siècle. Lettre sur le commerce de la librairie par Diderot, publiée pour la première fois par le comité de l’association pour la défense de la propriété littéraire et artistique, avec une introduction par M. G. Griffrey..., Paris : Hachette.

Dougnac, Marie-Thérèse & Guilbaud, Marcel [1960], Le dépôt légal : son sens et son évolution, Bulletin des bibliothèques de France, 8, 283–291, http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1960-08-0283-002.

Febvre, Lucien & Martin, Henri-Jean [1958], L’Apparition du livre, L’évolution de l’humanité, t. 49, Paris : Albin Michel.

Fujiwara, Mami [2005], Diderot et le droit d’auteur avant la lettre : autour de la Lettre sur le commerce de la librairie, Revue d’histoire littéraire de la France, 105(1), 79–94, doi : 10.3917/rhlf.051.0079.

Gabrielle, A. [1970], L’Édition scolaire et les maisons d’édition scolaire sous la Troisième République, Mémoire de master, INTD-CNAM.

Gerini, Christian [2000], Les Annales de Gergonne : apport scientifique et épistémologique dans l’histoire des mathématiques, Thèse de doctorat, Université de Provence.

Gourevitch, Danielle & Vincent, Jean-François [2006], Jean-Baptiste Baillière et Fils, éditeurs de médecine, Paris : De Broccart.

Haffner, Emmylou [à paraître], L’édition des œuvres mathématiques au xixe siècle en Allemagne. L’exemple des Gesammelte Werke und wissenschaftlicher Nachlass de Berhard Riemann, Philosophia Scientiæ, 22-2.

Hentschel, Klaus [2012], The Stuttgart Database of scientific illustrators 1450-1950: Making the invisible hands visible, Spontaneous Generations: A Journal for the History and Philosophy of Science, 6(1), doi: 10.4245/sponge.v6i1.17156, voir: www.uni-stuttgart.de/hi/gnt/dsi2/index.php?function=show_static_page&id_static_page=1&table_name=dsi. .

Hesse, Carla A. [1991], Publishing and Cultural Politics in Revolutionary Paris, 1789-1810, Berkeley ; Los Angeles ; Oxford : University of California Press.

Jovanovic, Franck [2002], Instruments et théorie économiques dans la construction de la « science de la Bourse » d’Henri Lefèvre, Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 7(2), 41–68, doi : 10.3917/rhsh.007.0041.

Kant, Immanuel & Fichte, Johann Gottlieb [1995], Qu’est-ce-qu’un livre ? Textes de Kant et Fichte, Quadrige, t. 185, Paris : Presses universitaires de France, édité par J. Benoist.

Klein, Judy L. [1997], Statistical Visions in Time : A History of Time Series Analysis, 1662-1938, Cambridge : Cambridge University Press.

Lyons, Martyn [1987], Le Triomphe du livre. Une histoire sociologique de la lecture dans la France au xixe siècle, Histoire du livre, Paris : Promodis ; Éditions du Cercle de la Librairie.

Martin, Henri-Jean [1952], L’édition parisienne au xviie siècle : quelques aspects économiques, Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 7(3), 303–318, doi : 10.3406/ahess.1952.2079.

Mellot, Jean-Dominique [1996], Librairie et cadre corporatif en France à l’âge classique, dans L’Europe et le livre. Réseaux et pratiques du négoce de librairie, xvie –xixe siècles, édité par Fr. Barbier, S. Juratic & D. Vary, Paris : Klincksieck, 61–77.

Mollier, Jean-Yves [1988], L’Argent et les Lettres. Histoire du capitalisme d’édition, 1880-1920, Paris : Fayard.

Mollier, Jean-Yves [1997], La naissance de la culture médiatique à la Belle-Époque : mise en place des structures de diffusion de masse, Études littéraires, 30(1), 15–26, doi : 10.7202/501184ar.

Mollier, Jean-Yves [2016], L’histoire de l’édition, du livre et de la lecture en France de la fin du xviiie siècle au début du xxie siècle : Approche bibliographique, Document de travail mis à jour en janvier 2016, http://www.chcsc.uvsq.fr/centre-d-histoire-culturelle-des-societes-contemporaines/langue-fr/actualites/seminaires/les-programmes-complets/histoire-de-l-edition-du-livre-et-de-la-lecture-en-europe-du-xviii-au-xxi-siecle-2015-2016–362355.kjsp.

Montel, Nathalie [2015], Écrire et publier des savoirs au xixe siècle. Une revue en construction, les Annales des ponts et chaussées (1831-1866), Collection Carnot, t. 358, Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Moyon, Marc & Legros, Valérie [2017], Instruction arithmétique et éducation morale : un double projet chez Pierre Leysenne, dans Les Mathématiques à l’école élémentaire, 1880-1970. Études France-Brésil, édité par R. d’Enfert, M. Moyon & W. R. Valente, Limoges : Pulim, Savoirs scientifiques & pratiques d’enseignement, 59–82.

Rebolledo-Dhuin, Viera [2011], La Librairie et le Crédit. Réseaux et métiers du livre à Paris (1830-1870), Thèse de doctorat, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00768969.

Rebolledo-Dhuin, Viera [2017], Le paysage éditorial de médecine à paris au xixe siècle, Histoire des sciences médicales, 51(2), 175–192.

Rheinberger, Hans-Jörg [2005], Writing works : A reaction to Michael Cahn’s paper, dans History of Science, History of Text, édité par K. Chemla, Dordrecht : Springer Netherlands, Boston studies in philosophy of science, t. 238, 95–103, doi : 10.1007/1-4020-2321-9_4.

Seckel, Raymond-Josué [2011], La Bibliographie de la France. Survol historique, 1811-2011, Revue de la Bibliothèque nationale de France, 39(3), 46–60.

Shapin, Steven & Schaffer, Simon [1993], Léviathan et la pompe à air : Hobbes et Boyle entre science et politique, Textes à l’appui, Paris : La Découverte.

Terquem, Olry [1834], Manuel d’algèbre, ou Exposition élémentaire des principes de cette science, à l’usage des personnes privées des secours d’un maître, Paris : Roret.

Tesnière, Valérie [2001], Le Quadrige. Un siècle d’édition universitaire 1860-1968, Paris : PUF.

Thoizet, Évelyne, Wanlin, Nicolas & Robineau-Weber, Anne-Gaëlle (éds.) [2012], Panthéons littéraires et savants xixe–xxe siècles, Arras : Artois presses université.

Verdier, Norbert [2009], Les journaux de mathématiques dans la première moitié du xixe siècle en Europe, Philosophia Scientiæ, 13(2), 97–126, doi : 10.4000/philosophiascientiae.297.

Verdier, Norbert [2011], Éditer des œuvres complètes avec Gauthier-Villars, au xixe siècle, Images des mathématiques, 12, en ligne, http://images.math.cnrs.fr/Editer-des-OEuvres-completes-avec.html.

Verdier, Norbert [2016], « MONTEL (Nathalie), Écrire et publier des savoirs au xixe siècle. Une revue en construction : les Annales des ponts et chaussées (1831-1866) », Histoire de l’éducation, 146, 122–125.

Haut de page

Notes

1 « Qu’est-ce qu’un livre ?» et « Le commerce de la librairie» constituent des réflexions autour de ce qu’est la propriété intellectuelle. Un livre a la singularité d’être à la fois un objet matériel, donc un objet de commerce, mais aussi un discours porté par l’auteur et dont on n’a pas la propriété même si on est l’acquéreur de l’objet par lequel il est porté. Les textes de E. Kant et de D. Diderot ont été étudiés et contextualisés notamment par R. Chartier [Chartier 2012] et par Mami Fujiwara [Fujiwara 2005].

2 Le Dictionnaire des imprimeurs-lithographes du xixe siècle, librement consultable en ligne  : http://elec.enc.sorbonne.fr/imprimeurs/, a été mis en place en 2013 par Corinne Bouquin, dans le prolongement de sa thèse de doctorat menée sous la direction de Henri-Jean Martin [Bouquin 1993]. Cette entreprise, à laquelle collabore également Élisabeth Parinet, s’inscrit dans le cadre du Labex CAP.

3 La base de données de Klaus Hentschel permet, selon son expression, de rendre visibles toutes ces mains invisibles qui ont gravé de multiples figures pour expliquer les sciences (exactes, naturelles ou de l’ingénieur).

4 Fonds Saint-Venant, Archives de l’École polytechnique, carton  2, pièce  929.

5 Contrairement à d’autres livres de mathématiques qui visent un usage précis, tels les manuels d’apprentissage, et qui ont par là-même une durée de vie limitée, les Œuvres complètes – qui sont destinées à être conservées en bibliothèque – sont pensées comme des ouvrages de référence pérennes. C’est pourquoi, les éditeurs font les choix, pour les uns, d’un papier permettant de faire des économies d’échelle tandis qu’ils s’interrogent, pour les seconds, sur la qualité du papier en privilégiant des matériaux durables.

6 Le texte d’Emmylou Haffner, que nous n’avons pu publier faute de place, paraîtra dans la section Varia du numéro 22-2 de Philosophia Scientiæ.

7 http://def19.hypotheses.org/.

8 Nous empruntons l’expression au titre du séminaire dirigé, pendant plusieurs années, par J.-Y. Mollier.

9 Le dépôt légal est une obligation légale de déposer un exemplaire de l’œuvre produite. Supprimé sous la Révolution française au nom de la liberté, il est rétabli sous la première République pour protéger la propriété littéraire. Réorganisé sous l’Empire, il devient un moyen de surveiller l’imprimerie [Dougnac & Guilbaud 1960].

10 Graphique extrait du recensement de [Hesse 1991] à partir du Dépôt légal, voir Appendix 5, E. Works of Literature Registered at the Dépôt Légal, Bibliothèque Nationale, July 19, 1793–December 31, 1799, by Genre”. – Source : N. Verdier réalisé à partir de [Hesse1991, 258–259]

11 Fondée en 1811, sous le titre Bibliographie de l’Empire français, elle devient en 1814 Bibliographie de la France et a perduré jusqu’à aujourd’hui. Initialement conçue pour contrôler, en plein Empire, le monde du livre, elle est un outil pour les libraires en proposant un examen exhaustif des parutions sous forme de notices par ouvrage et de listes annuelles – des tables systématiques – classant les ouvrages par catégories [Barbier 1990], [Rebolledo-Dhuin 2011, en particulier, 186–189] ; sur la Bibliographie de la France, voir également [Seckel 2011].

12 Rappelons ici les limites de la série et de la hausse brutale de la production imprimée entre 1855 et 1856 : au début du siècle, le recensement de la Bibliographie de la France s’appuie sur le travail des bibliographes, fortement dispersé ; en 1856, l’hebdomadaire est racheté par le Cercle de la Librairie, et à partir de cette date les recensements ne prennent plus seulement en compte les exemplaires du Dépôt Légal mais également ceux relevés par le Cercle [Barbier 1990], [Rebolledo-Dhuin 2011, 86–189].

13 Ce graphique a été réalisé à partir des recensements et classifications de la Bibliographie de la France. Nous avons comptabilisé, pour les années 1811-1812, 1820, 1830, 1840 et 1850, le nombre d’éléments figurant dans les listes récapitulatives de la Bibliographie de la France ; chaque élément renvoie à une notice et correspond à un titre de volume ou un ouvrage (car un même titre peut contenir plusieurs volumes). Par ailleurs, le graphique a été construit par des interpolations linéaires. Les chiffres indiqués fournissent donc des ordres de grandeur et de comparaison entre les catégories. Le qualificatif « autres» regroupe les catégories « Histoire des sciences et de la littérature», « Polygraphie» et « Beaux-Arts», catégories apparues au milieu du siècle.

14 Nous pensons aux ouvrages d’auteurs comme Pierre Leyssenne (1827-1916), qui a publié des dizaines d’ouvrages élémentaires de mathématiques à destination des écoles. Les archives de son éditeur Armand Colin montrent que ses Leçons préparatoires d’arithmétique se sont vendues entre 1880 et 1920 à environ quinze millions d’exemplaires [Gabrielle 1970]. Tous les petits Français de ces générations à cheval entre la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle, ou presque, ont appris à compter dans les livres de P. Leyssenne [Moyon & Legros 2017].

15 http://histbdl.hypotheses.org/.

16 Annales de mathématiques pures et appliquées, I (1810-1811), « Prospectus», i. Pour une étude des Annales de Gergonne, nous renvoyons à [Gerini 2000].

17 http://cirmath.hypotheses.org/.

18 Association pour la Formation et l’Animation Culturelle, 21, Boulevard Saint-Martin, 75003 Paris. https ://www.apprendre-arabe-afac.com/.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Production en littérature (L), sciences (S) et techniques (T) entre 1793 et 179910
URL http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/docannexe/image/1317/img-1.png
Fichier image/png, 167k
Titre Figure 2 : Évolution de la production imprimée en France (1811-191512)
URL http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/docannexe/image/1317/img-2.png
Fichier image/png, 44k
Titre Figure 3 : Évolution de la production imprimée en France par catégorie (1811-185013)
URL http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/docannexe/image/1317/img-3.png
Fichier image/png, 11k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Jovanovic, Viera Rebolledo-Dhuin et Norbert Verdier, « Histoire des sciences et histoire de l’édition : de quelle manière peuvent-elles se compléter ?  »Philosophia Scientiæ, 22-1 | 2018, 3-22.

Référence électronique

Franck Jovanovic, Viera Rebolledo-Dhuin et Norbert Verdier, « Histoire des sciences et histoire de l’édition : de quelle manière peuvent-elles se compléter ?  »Philosophia Scientiæ [En ligne], 22-1 | 2018, mis en ligne le 16 février 2020, consulté le 22 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/1317 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosophiascientiae.1317

Haut de page

Auteurs

Franck Jovanovic

Université TELUQ, LEO et CIRST, Québec (Canada)

Viera Rebolledo-Dhuin

Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, CHCSC (France)

Norbert Verdier

Université Paris-Sud, GHDSO (France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Kimé
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search