Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22-1Le renouveau du marché des livres...

Le renouveau du marché des livres de commerce à Paris en 1802

The Market Revival of the Account Books in Paris in 1802
Luc Marco
p. 43-61

Résumés

L’analyse des catalogues des éditeurs du commerce est en train d’émerger dans l’histoire économique et gestionnaire. Une liste publiée sous le Consulat dormait dans un annuaire destiné aux négociants d’exportation. Établie par un libraire reconnu, elle a trouvé sa place en tête de l’ouvrage signé par un spécialiste du commerce européen. Nous étudions cette bibliographie comme le témoignage d’un moment charnière du marché du livre de commerce : celui où il renaît après la tourmente révolutionnaire.

Haut de page

Texte intégral

1La production française du livre de commerce et d’économie politique passe de 83 ouvrages nouveaux entre 1740 et 1749 à 560 entre 1760 et 1769 [Charles, Lefebvre et al. 2011, 12, n. 2]. C’est pourquoi l’idée de recenser les livres importants du domaine a émergé vers 1770 quand l’abbé Morellet en a proposé une liste en annexe de son Prospectus d’un dictionnaire de commerce [Morellet 1769]. En ajoutant des catalogues spécialisés aux ouvrages pour agents commerciaux, les libraires voulaient mieux toucher le public des gestionnaires [Haynes 2010]. Ils ont aussi pensé à publier des annuaires pour pouvoir cibler les négociants voulant faire des affaires en France ou à l’étranger [Sarrazin 1997].

  • 1 Un ouvrage antérieur sur les changes portait déjà ce titre [Crouzet 1773]. Un autre livre à l’intit (...)

2C’est dans l’un de ces annuaires que fut insérée une nouvelle liste bibliographique qui fait 14 pages. Ce livre, signé du négociant parisien André Désolneux paraît chez le libraire Jean-François Royez en septembre 1802. Il est d’un format in-octavo et fait 519 pages. Broché, son prix de vente est assez élevé : 6 francs pour Paris et 7,5 francs pour la province [Millin 1802]. Son titre reste bien dans l’esprit de l’époque : La Clef du commerce1. Pour notre auteur, la clef du commerce consiste à trouver des clients en France et à l’étranger pour vendre les produits français. Le premier sous-titre du livre précise : « ou état du commerce et des manufactures des principales places de l’Europe, du Levant, et quelques-unes même d’Amérique ; avec les noms des Négocians, Fabricans, Banquiers, Commissionnaires, Libraires, etc. ». Une telle idée avait déjà été appliquée par trois spécialistes [Grangé, Rey et al. 1772-1786]. Elle donnera plus tard l’idée d’une « clef des affaires », c’est-à-dire d’une gestion indépendante de l’aide des juristes spécialisés en droit commercial [Sambucy 1853].

  • 2 La deuxième édition, augmentée d’un supplément de 52 pages, date de 1804, en deux volumes in-8o, po (...)

3La liste d’ouvrages insérée au début de ce livre visait à constituer une « bibliothèque » de l’honnête commerçant selon les canons de la bibliophilie de l’époque [Viardot 1990]. Elle complétait les informations contenues dans l’annuaire2. Elle mettait aussi en avant le renouveau de ce marché du livre pour marchands [Hoock, Jeannin et al. 1990-2001]. Il était certes apparu depuis plus d’un siècle, mais le goût pour les ouvrages anciens d’économie politique ou de commerce ne datait alors que d’une vingtaine d’années quand Robinet et Brissot de Warville avaient commencé à actualiser la liste de Morellet [Robinet 1780, 419–621], [Brissot de Warville 1782-1785]. Deux questions se posent alors : Pourquoi un nouveau catalogue des livres de commerce apparaît-il en 1802 ? Comment concevoir la gestion des entreprises sous le Consulat à partir de ce catalogue ? La conclusion montrera que cette liste, plagiée sur le moment, aura une incidence sur l’avenir du marché du livre spécialisé en commerce.

1 Pourquoi un nouveau catalogue en 1802 ?

1.1 Le métier de libraire s’ouvre aux auteurs libéraux

4Le décret d’Allarde et la loi Le Chapelier de mars-juin 1791 ont supprimé les corporations, dont celle des libraires qui avait été déjà malmenée par les décrets royaux de 1777 [Bonet de Treiches & Catineau-Laroche 1808, 16–17]. Ces textes impliquent aussi la liberté d’entreprendre et la libre concurrence. L’État ne doit pas interférer avec ces deux principes, ce qui donne une relative liberté pour les libraires et les imprimeurs. Mais se spécialiser dans les livres d’économie ou de commerce présente un danger pour le pouvoir en place, surtout si le libraire est d’obédience libérale. C’est pourquoi le premier Consul Bonaparte essaie de s’attacher le chef des économistes libéraux, Jean-Baptiste Say, qui refusa de modifier son Traité d’économie politique de 1803 dans le sens du futur empereur.

  • 3 Jacques-Charles Bailleul (1762-1843) avocat, homme politique et économiste français. Il fut député (...)

5Or, les libraires qui vendent des livres spécialisés en économie et commerce ont comme principal argument de vente l’ouvrage classique d’Adam Smith, La Richesse des Nations, paru en anglais en 1776 et traduit par trois Français (l’abbé Blavet, Roucher et Garnier). La mode étant alors aux idées libérales, les libraires vendant des livres de ce domaine essaient de profiter de cet engouement. Parmi les 284 libraires et 400 imprimeurs de la capitale, certains commencent à se spécialiser dans ce marché [Vouillot 1990, 695]. Ainsi l’éditeur Antoine Bailleul s’appuie-t-il sur le réseau de son frère l’économiste libéral3. Laurent-Matthieu Guillaume vend des livres de Condillac et le journal La Décade philosophique sous l’enseigne de la Librairie économique entre 1800 et 1811. Mais ils ne doivent pas être plus de quatre ou cinq dans ce cas (Tableau 6).

1.2 La montée des besoins des gestionnaires d’entreprises

6Le premier besoin du public potentiel est la demande pour les livres de réflexion qui concernent le but et la pérennité de l’entreprise capitaliste. Le prototype en est l’ouvrage de Vital Roux, De l’influence du gouvernement sur la prospérité du commerce [Roux 1800, 310]. Né en 1766, ce négociant lyonnais avait participé en 1787 à la fondation de la Chambre d’assurance contre les incendies, l’une des premières compagnies d’assurance en France [Marco 2012]. Pour lui, le commerce deviendra une science quand les négociants seront instruits et que le gouvernement sera pleinement éclairé sur la bonne marche des affaires [Roux 1800, 310].

7Le deuxième besoin concerne les livres d’action qui permettent d’établir des plans d’affaires pour lancer de nouvelles firmes. La Révolution est un moment de grande création de tels plans [Anonyme 1789], [Ébaudy de Fresnes 1789]. L’amélioration de l’enseignement de l’arithmétique permet aussi de mieux formaliser ces projets de création d’entreprises.

8Le troisième besoin a trait aux livres de culture commerciale, c’est-à-dire aux histoires du commerce alors fort à la mode. Les livres de Huet, Sainte-Foix Arcq, Butel-Dumont, Ameilhon et de l’abbé Raynal répondent à ce besoin. L’idée est de connaître l’histoire commerciale des pays avec lesquels on est en relation d’affaires. Donc, outillés d’une doctrine, d’outils gestionnaires et d’une perspective historique longue, les lecteurs avertis pouvaient pleinement apprécier le catalogue de Royez.

1.3 L’option d’un libraire de livres anciens : établir un nouveau corpus

9La gestion des entreprises étant moins entravée par les réglementations anciennes, une spécialisation dans ce type de littérature était intéressante pour des libraires. L’évolution des méthodes de gestion étant lente à l’époque, les techniques commerciales proprement dites pouvaient parfaitement être adaptées de la littérature ancienne. De plus, les collectionneurs commençaient à s’intéresser à ce domaine qui avait été mis en évidence lors des débats parlementaires de la Révolution. C’est pourquoi un libraire bien installé, Royez, et un auteur immigré, Désolneux, s’associèrent pour proposer une nouvelle liste d’ouvrages anciens à acquérir.

  • 4 Source Archives de Paris. Son décès ne sera annoncé que le 1er septembre dans Le Constitutionnel, p (...)

10Jean-François Joseph Royez est né vers 1757. Il est le fils d’un mercier de Cambrai. Il entre en apprentissage en février 1780 chez le libraire Pierre-Michel Lamy situé quai des Augustins à Paris. Il est en activité dès 1784, année où il publie le Négociant patriote de Bedos de Celles ; mais il n’est reçu maître libraire qu’en novembre 1786. Ayant publié des livres prohibés sur l’Assemblée des notables il est suspendu en 1787. Il a en effet publié des catalogues sur la politique (1787, 1788), l’art militaire et diplomatique (1803) et des livres pour la jeunesse [Chapron 2017]. Il publie aussi un catalogue sur les sciences en 1804-1805. Il rencontre des économistes dès 1788 quand il édite, avec Eugène Onfroy, les Nouvelles éphémérides économiques de l’abbé Baudeau. Il participe aussi à l’édition du financier castrais Marc-Alexandre Caminade [Caminade 1789]. Sa librairie était située quai des Augustins puis rue du Pont-de-Lodi depuis 1792. Marié avec Marie-Madeleine Esther Philippon en 1798, il a un fils, Jules Adolphe, né le 7 mars 1801. Il meurt le 6 août 1823 dans l’ancien onzième arrondissement de Paris4. Sa veuve prolonge l’entreprise jusqu’en 1828, année où elle vend le fonds au libraire Jacques-Joseph Techener, spécialiste des livres « rares et curieux » et de livres anciens.

11Royez posséde un stock de 50 000 ouvrages au moment de son décès :

  • 5 La vente de son fonds est à rajouter à la liste de Fontaine [Fontaine 2014].

Le local, aussi vaste que commode, où il est placé depuis près de vingt-cinq ans, se compose, au premier, d’une belle galerie, suivie de sept pièces de plain-pied et de plusieurs cabinets ; et au rez-de-chaussée, d’un grand magasin pour les livres en feuilles. [Cousin 1823, 1]5

12Il a aussi édité des auteurs moins connus, notamment un négociant belge.

  • 6 Journal typographique et bibliographique, Paris, 10e année, XXIII, lundi 10 août 1807, p. 177 ; not (...)
  • 7 Il a publié un annuaire sur les librairies européennes, qui est un extrait de son précédent ouvrage (...)

13André Désolneux est né à Louveigné en Wallonie en 1759. Son père s’appelait André Dieudonné Désolneux ; il se marie avec Anne-Marie Thérèse Philippe en 1780. Cette ascendance belge explique qu’il ait publié en 1815 un roman historique intitulé L’Orphelin des Ardennes, ou les suites d’une éducation négligée. Il est d’abord homme de loi à Stavelot près de Liège, puis devient négociant à Paris en 17826. En 1799, il est ruiné par l’incendie du lycée des Arts (dit lycée républicain) de Paris [Désolneux 1802, xxvij, n. 1]. Il prend sa retraite en 1807, à l’âge de 48 ans, car la troisième édition indique : « ancien négociant, auteur et propriétaire, boulevard Saint-Martin, 4 ». Cette nouvelle mouture de son livre, intégrant la France en supplément, est lancée à compte d’auteur, et imprimée chez Hénée et Dumas à Paris. Le livre est en dépôt dans les principaux bureaux de poste en Europe pour pouvoir être acheté sur place par les négociants voyageant pour leurs affaires7. Les ventes ont dû être décevantes pour qu’il rompe avec le libraire Royez et reprenne son indépendance éditoriale.

14D’un point de vue doctrinal, il est clairement partisan du libéralisme économique :

  • 8 Nivelliste : homme politique souhaitant effacer les différences sociales. Peuchet parle des « Spécu (...)

On nous accusera peut-être aussi de nivellistes8 d’économistes, etc. ; et nous avouerons que, si, réclamer la liberté de toutes les industries est l’application qu’on fait de ces mots, nous nous honorerons de mériter ces titres. [Désolneux 1802, xxxij]

15Il meurt le 10 mai 1829 à Theux, commune située près de Verviers, à l’âge de 70 ans [Doms 1996, 6].

16Pour établir sa liste, Royez disposait de la bibliographie établie en 1769 par l’abbé Morellet. Il connaissait ce catalogue qu’il vendait dans sa boutique. Il propose cependant un plan différent (Tableaux 1 et 2). Il a retenu 9 rubriques là où l’abbé avait résumé sa liste en 4 parties et 38 sous-parties.

Tableau 1 : Les grandes rubriques du catalogue de Morellet en 1769

Parties thématiques du catalogue

En nb

En %

Histoire et état du commerce (8 thèmes)

138

18,6

Du commerce en général (1 seul thème : traités et mélanges).

61

8,3

Agriculture en général (7 thèmes)

158

21,3

Prohibitions et droits (22 thèmes)

384

51,8

Ensemble

741

100

  • 9 Il a été publié environ 2 525 livres et brochures d’économie politique uniquement sur la période 17 (...)
  • 10 L’idée d’une bibliothèque des jeunes négociants remonte au moins à Jean Larue [Larue 1747], qui se (...)

17Les thèmes les plus fournis sont dans l’ordre : le commerce en général ; le commerce des grains ; les monnaies ; les impôts ; la police et l’administration du commerce. L’économie politique arrive ensuite avec seulement 30 ouvrages généraux9. Elle est donc considérée comme la dernière étape de l’évolution de la science commerciale. Ceci fera l’objet d’un complet renversement de perspective au milieu du dix-neuvième siècle, quand le commerce deviendra à son tour l’objet d’une rubrique de l’économie politique [Le Van-Lemesle 1985], [Marco 2005]. Le catalogue de Morellet est donc 2,3 fois plus étoffé que la liste de Royez avec 741 références contre 318 pour cette « Notice pour la bibliothèque d’un Négociant10 ».

Tableau 2 : Les grandes rubriques de la notice de Royez en 1802

Thèmes de la notice

Nb

 %

Théorie du commerce, son histoire

58

18,2

Politique et droit commercial et maritime

28

8,8

Commerce du blé, du vin et denrées coloniales

33

10,4

Traités particuliers et histoire du commerce étranger

39

12,3

Voyages entrepris pour le commerce et description des colonies

30

9,4

Banque, change

29

9,1

Pratique du commerce, dictionnaires, tenue des livres

25

7,9

Manufactures, arts et métiers

23

7,2

Sur les finances, les impôts

53

16,7

Ensemble

318

100

18Le thème principal est celui concernant la théorie du commerce et son histoire, ce qui est normal car cette discipline avait déjà trois cents ans depuis les ouvrages des premiers mercantilistes. Le deuxième thème en importance est celui des Finances, des Impôts et donc de l’économie publique par opposition à l’économie privée qui concerne les entreprises capitalistes. Ceci n’est pas étonnant car le travail législatif a été très intense durant la Révolution française et pendant la période du Consulat (soit de 1789 à 1802). L’économie publique est inféodée au commerce, comme chez Morellet : preuve que les compilateurs de l’époque hésitaient encore à séparer nettement les deux domaines.

19Viennent ensuite, dans l’ordre d’importance : les traités particuliers et l’histoire du commerce étranger ; le commerce du blé, celui du vin et celui des denrées coloniales ; les voyages entrepris pour le commerce et la description des colonies européennes ; les livres sur la banque, sur le change, donc les problèmes monétaires ; la politique, le droit commercial et maritime, qui est logiquement lié au thème précédent car la géopolitique et les textes de lois importent aux négociants qui voyagent. Le livre de Désolneux est justement destiné à ces professionnels-là. Huitième thème : la pratique du commerce, les dictionnaires spécialisés, et la tenue des livres que l’on n’appelait pas encore la comptabilité des entreprises.

20Enfin le dernier thème concerne les ouvrages sur les manufactures, les arts et les métiers. Ce qui est l’indice que l’industrialisation était encore en enfance dans la France de l’époque avec très peu de grandes entreprises de production. Elle ne se développera vraiment qu’à partir de 1815-1820 quand le directeur du Conservatoire des arts et métiers publiera un livre prémonitoire en matière de gestion industrielle [Christian 1819]. Cette petite bibliographie préfigure déjà la science des affaires industrielles et commerciales qui apparaîtra entre 1819 et 1855 [Marco 1998]. Les comptables de l’époque préféraient parler de « science commerciale » quand les économistes pensaient à la « science du commerce » en général. Cette science-ci comprenait la comptabilité, les transports de marchandises et les problèmes de correspondance, tandis que les économistes s’intéressaient à la balance des échanges commerciaux, au financement des grands secteurs et à la politique économique.

2 Comment concevoir la gestion des entreprises sous le Consulat ?

21Pour les affaires industrielles et commerciales on trouve face à face une tradition nationale de conduite des affaires d’argent et une influence étrangère qui ouvre la voie vers la science de l’administration commerciale qui apparaîtra trente ans plus tard [Bellay 1834]. La base de la gestion d’une entreprise est toujours la comptabilité en partie double, la connaissance du droit des affaires et la maîtrise des connaissances en matière de produits, de services et de goûts de la clientèle visée. Être dans l’air du temps est aussi une caractéristique importante de la manière française de gérer les entreprises à but lucratif.

2.1 Les manuels commerciaux français et étrangers

22Grâce au Parfait négociant de Jacques Savary [Savary 1675], du Dictionnaire universel du commerce de ses fils (1723-1730) et des nombreux ouvrages francophones de comptabilité et de gestion, la France disposait déjà avant la Révolution d’un ensemble de doctrines en matière de conduite des affaires commerciales. Ainsi les ouvrages des Ricard tout au long du dix-huitième siècle étaient-ils très lus par les négociants français [Ricard 1706, 1715]. Ces doctrines, reproduisant des savoir-être et visant à établir un code des bonnes conduites, reposaient sur trois principes : la prudence, le secret, et la morale.

23La prudence dans les affaires doit beaucoup à Pierre Charron [Charron 1601] avec son ouvrage réédité douze fois au xviie siècle. Il fait la distinction entre affaires douteuses et ambiguës, puis entre affaires difficiles et dangereuses. Les remèdes sont simples : être méfiant, se renseigner sur les partenaires douteux, ne pas donner sa signature ni sa parole facilement [Charron 1601, 102–106].

24Le secret des affaires est bien résumé par l’anglais James de la Cour qui distingue les paroles dites à un ami qui serait coi, les propos tenus dans les affaires publiques et qui risquent de fuiter, le fait de tenir sa parole en détenant un secret, et la nécessité de former les apprentis au fait de garder les secrets de fabrication ou les listes de clients et fournisseurs [De La Cour 1755]. L’homme d’affaires ne doit rien entreprendre qui ne soit préalablement contrôlé.

25Enfin, la morale des affaires s’appuie sur la synthèse de Jacques Peuchet qui a mis en œuvre le projet de Morellet [Peuchet 1802]. Il s’agit de suivre les règles de l’honneur et des bonnes pratiques commerciales qui régissent les secteurs spécialisés dans la vente en gros ou en détail. La gestion est encore fondée sur la logique de l’honneur, fondatrice de l’âme française. La morale des affaires fut rendue populaire en France par l’américain Benjamin Franklin et ses almanachs [Lüsebrink 2003]. Son Almanach du Bonhomme Richard, publié de 1732 à 1787 et dans lequel il expliquait l’art de faire fortune par une autodiscipline stricte et l’esprit d’économie a beaucoup influencé les négociants français.

  • 11 Le comptable anglais Jones ne sera traduit en français qu’en 1803, soit après la parution de la not (...)

26Le Suisse Jean-Jacques Imhoof a marqué les comptables français11. Ce natif d’Arau, qui habitait à Vevey, publie à compte d’auteur son livre sur « la science de faire écriture de toutes les négociations qui se font, soit en banque, soit en marchandises ». Il vise le public des agriculteurs, des marchands de foire, et des simples commerçants [Imhoof 1786].

27Le grand faiseur anglais de dictionnaires Malachy Postlethwayt (1707-1867) influence, lui, tous les rédacteurs d’encyclopédies de commerce jusqu’au milieu du dix-neuvième siècle. En adaptant le dictionnaire de Savary des Bruslons qu’il publie à Londres en 1751, il apporte des améliorations notables. Son approche encyclopédique influencera le Dictionnaire portatif de commerce paru en 1760 à Copenhague chez les Frères Philibert, et le Nouveau dictionnaire abrégé du commerce édité en 1768 chez Michel Rey à Amsterdam [Perrot 1992, 97–125].

2.2 La présentation propre au libraire Royez

28Disposant d’un stock conséquent de livres anciens en la matière, le rédacteur de cette notice bibliographique met plus l’accent sur les classiques que sur les nouveautés de gestion. Le libraire Royez a aussi tenu compte du fait que les négociants ont peu de temps pour lire. Il n’a donc listé qu’un ensemble choisi parmi son stock et sa liste est assez courte. On peut étudier sa répartition dans le temps, les auteurs mis en avant, les prix appliqués à ces ouvrages, et les principaux éditeurs référencés.

29Royez indique assez rarement les dates d’édition des titres retenus. Nous avons rajouté les dates manquantes [Marco 2018] pour regrouper les ouvrages par grandes périodes historiques en retenant un intervalle de 50 ans avant 1750 (apparition de la « Science du commerce » du Cercle de Gournay), puis par périodes de 10 ans ensuite.

Table 3 : Les ouvrages référencés selon les périodes historiques

Période

Nombre

 %

Avant 1600

2

0,6

1601-1650

6

1,9

1651-1700

9

2,8

1701-1750

34

10,7

1751-1760

40

12,6

1761-1770

37

11,7

1771-1780

30

9,4

1781-1790

90

28,3

1791-1802

70

22,0

Ensemble

318

100 %

  • 12 Que nous avons republiée en version critique bilingue français-anglais chez Édi-Gestion [Le Choysel (...)
  • 13 Pseudonyme de Nicolas Barnaud (1539-1604 ?) ou de Jean de Frotté (1516 ?-1580 ?).

30Il n’y a que deux titres référencés avant le début du dix-septième siècle : la brochure de Prudent Le Choyselat sur l’élevage des poules12, et le pamphlet de Froumenteau sur la relève des impôts en France13. Ces deux titres ont été conservés, car ils avaient été tirés à un grand nombre d’exemplaires [Marco 2018].

31Le dix-septième siècle ne concerne que 4,7 %, avec les titres de Mareschal, de l’Estre, Selden, Neander-Veyras, Sully (2 formats), Du Tertre, Léonard, et deux anonymes. Ensuite, l’influence du grand livre de Jacques Savary viendra doper la littérature spécialisée sur le commerce pratique [Savary 1675]. De même, la période intermédiaire entre Colbert et le milieu du dix-huitième siècle ne comprend que 10,7 % du total. Est en cause la méfiance encore forte des épargnants marquée par la banqueroute de John Law en juillet 1720.

32La période faste de l’ancien régime éditorial en matière d’économie et de commerce se situe entre 1751 et 1789 avec 62 % de l’ensemble, car la fin de la royauté se traduit par une certaine expansion de cette littérature spécialisée, qui convient au développement économique. L’époque révolutionnaire voit une libération de la censure et la publication d’un peu plus de 22 % du total. Les projets de réformes, les controverses vont alors libérer la parole des spécialistes, qu’ils soient économistes de vocation ou gestionnaires de profession. La lutte entre les libéraux et les socialistes, qui date de cette époque, sera très importante pour la suite. Royez n’a commenté que 17 ouvrages issus de sa liste de publication.

  • 14 Nous avons repris ses avis en précisant à gauche l’année d’édition du titre

Tableau 4 – Les principaux auteurs commentés dans la liste de Royez14

Auteur, année, titre

Commentaire

Un négociant, ancien consul de France [Bedos] (1784) Le Négociant patriote qui réunit les avantages du Commerce, à la connaissance des spéculations de chaque nation.

Ce n’est pas seulement l’amour de la patrie qui rend cet ouvrage très recommandable, ce sont des notions précieuses sur le Commerce du Levant, de la Russie, etc. (p. 3)

Ustaritz, G. (1753) Théorie et pratique du Commerce et de la Marine.

Cet ouvrage, traduit en plusieurs langues, a eu plusieurs éditions en Espagne, en Angleterre, etc. (p. 3)

Anonyme (1802) Réduction de l’intérêt de l’argent, débattu au parlement d’Angleterre.

On peut voir de ces débats sortir pour nous la vérité sur un article important (p. 4)

Rousseau, T. (1784) Les Fastes du commerce, poème.

Il y a des notes curieuses. (p. 5)

Payne, Th. (1802) Lettres critiques adressées à Raynal, sur les erreurs de son histoire + Recueil de pièces pour et contre.

Ces deux volumes devraient toujours être à la suite de l’Histoire philosophique, ils contiennent tout ce qui doit l’éclairer. (p. 5)

Cazeaux (1789) Considérations sur le mécanisme des sociétés.

Cet ouvrage profond a fait une grande sensation en 1789, à l’occasion des impôts, de la balance du Commerce, de son opinion sur les primes d’encouragement, les colonies, etc. (p. 5)

Sheffield, Lord (1789) Observations sur le commerce des États-Unis de l’Amérique.

La traduction de cet important ouvrage est de Mirabeau. (p. 8)

Boltz (1778) État civil, politique et commerçant du Bengale (traduction Démeunier, sénateur).

Cet ouvrage, connu par des détails intéressants, par un style rapide, se met assez souvent à la suite de Raynal, dont il fait le développement pour ce qui tient au commerce des Anglais. (p. 8)

La Platière, Roland de (1780) Lettres écrites d’Italie, de Suisse, de Sicile et Malte.

Cet ouvrage qui offre tant de notions sur les manufactures etc., aurait eu plusieurs éditions, s’il avait été fait par des Anglais, que nous nous plaisions jusqu’ici à vanter exclusivement. (p. 10)

Anonyme [Tschaner, Vincent Bernard de] (1788) Description de la Suisse en forme de dictionnaire, contenant l’état de ses Productions naturelles, son Commerce, ses relations.

Cette description est estimée comme la plus complète, il y a une édition en 2 volumes plus petits caractères broché 6 fr. (p. 11)

Morellet, abbé (1789) Prospectus d’un Dictionnaire de Commerce.

Cet ouvrage, car c’en est un, a fait sentir au Gouvernement, comme au Commerce, la nécessité d’un répertoire universel, etc. On lui a fourni les renseignements les plus authentiques, et le C[itoyen] Peuchet y a mis la dernière main. (p. 13)

Peuchet, J. (1800) Dictionnaire universel de la Géographie commerçante.

On sait que cet important ouvrage est le fruit de longues recherches, et des renseignements précieux pris dans les bureaux du ministre de l’Intérieur. (p. 13)

Oreilli (1794) Journal des Manufactures et Arts.

On se charge d’abonner à ce journal si intéressant, on en séparera quelques numéros. (p. 14)

Taval (1724) Projet d’établissement d’un Crédit public en France, sous le titre de Bourse de Paris (manuscrit in folio provenant de la vente du Duc de Charost [en 1802]).

Combiens d’excellentes idées restent longtemps ensevelies dans la poussière des bibliothèques, et n’attendent qu’un moment favorable pour être mises en exécution ; on les oublie ou les néglige quelquefois, puis sans en parler, on en fait son profit : tel est le sort de plusieurs ouvrages et de quelques manuscrits. (Le C[itoyen] Royez en a plusieurs qu’on ne trouvera pas sans intérêt.) (p. 15)

Ducret (1791) Mémoire sur l’impôt ; de Pillon (1790) Précis sur tous les impôts possibles ; de Pillon (1801) Moyen d’obtenir dans l’année des bases exactes pour la répartition de la contribution foncière.

Les trois derniers ouvrages sont plein de vues ingénieuses et utiles, présentées avec toute la force et les grâces du style qui ne se trouve pas ordinairement dans ces sortes d’ouvrages. (p. 16)

33Pour une vingtaine de livres anciens a été indiquée la rareté de l’ouvrage. Le prix des livres rares étant beaucoup plus important que celui des ouvrages communs, la marge du libraire augmente d’autant. Mais du côté de la demande, la capacité de payer le juste prix dépend de la situation économique d’ensemble. Donc en période de crise les prix baissent et ils remontent quand la conjoncture s’améliore.

34La part des livres rares atteint seulement 6,29 % de l’ensemble. La rareté des livres anciens valorise leur prix, mais ce catalogue prouve aussi qu’il existait dès cette époque des collectionneurs passionnés [Marion 1999], comme les économistes Dutot, Trudaine, Turgot et Mirabeau l’aîné. En rachetant une partie de ces fonds, les libraires spécialisés amélioraient un stock valorisable par la suite [Charon, Lesage et al. 2011].

35Cette liste est donc un catalogue des livres que le libraire avait en stock. Le libraire la republie telle quelle comme un nouveau catalogue [Royez 1802]. Elle indique également les pratiques de librairie. Celle-ci mentionne en effet, l’importance des rabais effectués sur les livres les plus chers. Par exemple, la Collection des Arts et Métiers vendue à l’unité 240 francs bénéficie d’une réduction de 30 % sur le prix officiel [Désolneux 1802, 14]. Royez signale même qu’un ouvrage – le Dictionnaire universel des Finances et chronologie des arts – est neuf [Désolneux 1802, 15]. Les ouvrages mis en dépôt par les auteurs s’auto-éditant faisaient par ailleurs l’objet d’une remise de 20 à 30 % au bénéfice du libraire qui les acceptait [Felton 2014, 244] .

36Son principal concurrent est l’imprimeur-libraire Antoine Bailleul, qui lui aussi s’est spécialisé en économie politique et en commerce [Marco 2011, 126–127]. Mais il est plus spécialisé dans les textes de politique économique, en liaison avec le réseau d’hommes politiques de son frère le député. Le Tableau 5 permet de calculer le prix moyen du nouveau catalogue.

Tableau 5 : Le prix moyen par thèmes des ouvrages de la notice de Royez

  • 15 En francs courants de 1802. Les libraires continuaient à calculer aussi en livres tournois.

Thèmes de la notice

Nb

Prix moyen15

Théorie du commerce, son histoire

59

9,50

Politique et droit commercial et maritime

28

10,19

Commerce du blé, du vin et denrées coloniales

33

5,59

Traités particuliers et histoire du commerce étranger

39

4,80

Voyages entrepris pour le commerce et description des colonies

30

11,30

Banque, change

29

6,42

Pratique du commerce, dictionnaires, tenue des livres

25

27,36

Manufactures, arts et métiers

23

17,89

Sur les finances, les impôts

53

9,20

Ensemble

319

10,42

37Le thème le plus cher est celui de « Pratique du commerce ; dictionnaires ; tenue des livres ». Une autre thématique est assez chère : « Manufactures, arts et métiers ». Quatre thèmes sont dans la moyenne : « Politique et droit commercial, maritime », « Voyages entrepris pour le commerce et description des colonies », « Théorie du commerce, son histoire », et « Sur les finances, les impôts », thèmes pouvant toucher un grand nombre de lecteurs potentiels [Merland 1973].

38Les trois thématiques les moins chères sont des thèmes susceptibles d’être rapidement obsolètes avec le temps. Les ouvrages peu onéreux sont les brochures de quelques cahiers (32 à 128 pages) qui coûtaient 1 franc, soit la moitié d’un salaire journalier d’un ouvrier. Le livre le plus cher est le Dictionnaire universel de la Géographie commerçante de Peuchet, qui coûtait 360 francs, soit 72 francs le volume. Il faut dire qu’il comportait 5 tomes pour 4 000 pages. Donc la somme globale à consacrer à cette bibliothèque idéale du Négociant se serait montée à 3 325,54 francs. Sachant que le salaire moyen d’un ouvrier non qualifié était de 52 francs par mois sous le Consulat [Plinval de Guillebon 1985, 24], cela aurait valu 5 ans et 4 mois de labeur.

  • 16 L’autoédition comme pratique légale avait été autorisée par le roi Louis XVI en 1777 [Felton 2014].

39Dans sa notice, le libraire a omis les noms des éditeurs pour gagner de la place. Le Tableau 6 donne les noms des premiers éditeurs. Les plus nombreux sont les livres publiés en autoédition, parce que sous l’Ancien Régime la censure pouvait être redoutable pour les ouvrages trop polémiques en matière économique ou commerciale16. Dans la liste des diffuseurs de ces livres auto-publiés par les auteurs, le libraire Royez est 18e sur une liste de 41 libraires vendant ce type d’ouvrages [Felton 2014, 235].

Tableau 6 : Les principaux éditeurs spécialisés en ces domaines

Libraire-éditeur et période couverte

Nb titres

 %

1er Chez l’Auteur (1742-1802

59

18,6

2e Imprimerie Royale (1668-1788)

10

3,2

2ex. Buisson (1781-1802)

10

3,2

4e Royez (1784-1791)

9

2,8

5e Frères Estienne (1753-1769)

5

1,6

5ex. Desaint (1745-1787) ; Rey (1770-1778) ;

Panckouke (1760-1790) ; Prault (1744-1790)

5

1,6

10e Saillant (1745-1769)

4

1,3

10ex. Veuve Duchesne (1761-1789) ; Libraires associés (1758-1793) ; Levrault (1801) ; La Compagnie (1727-1762) ; Hérissant (1747-1760)

4

1,3

Part des 10 premiers éditeurs sur le total

106/318

33,6

  • 17 Guillaume-Claude Saugrain (1706-1762) et Laurent-François Prault (1712-1780) [Perrot 1990, 321].

40On retrouve ici des noms bien connus : l’Imprimerie royale, qui change de nom à chaque modification de régime politique ; François Buisson qui édite la Bibliothèque physico-économique ; Royez, évidemment, qui était bien placé pour faire la promotion de sa propre maison ; les frères Jacques et Robert Estienne, à l’enseigne de la Vertu ; et l’ensemble des libraires qui étaient réputés pour leurs stocks de livres de commerce et d’économie politique. Selon Perrot, la meilleure boutique était celle de Saugrain et Prault17 dans les années 1750-1760. Leur boutique était déjà réputée pour les ouvrages de commerce depuis trente ans puisque le dictionnaire de Savary des Brulons les citait déjà dans sa préface [Savary des Bruslons 1723, xxv]. La part de l’autoédition équivaut à la moitié de cet ensemble, ce qui montre la difficulté qu’avaient eue certains auteurs pour trouver des éditeurs croyant en eux.

3 Conclusion

41Comment expliquer l’apparition d’un nouveau catalogue des livres du commerce en 1802 ? Parce que l’effet de la libéralisation des métiers a relancé l’intérêt pour les livres pratiques destinés aux négociants et aux entrepreneurs. Et que la montée des idées libérales anglaises a instauré un terreau favorable aux nouvelles réformes institutionnelles qui vont modifier le fonctionnement des entreprises quelques années plus tard : code civil en 1804, code de commerce en 1807, code pénal en 1810. En actualisant le vieux catalogue de Morellet, le libraire Royez a redonné vigueur à ce marché de livres anciens. La multiplication des ventes de bibliothèques spécialisées lui a aussi permis d’augmenter la taille de son stock [Charon, Parinet et al. 2000]. Les nouveaux collectionneurs ont alors pu commencer la constitution de fonds spécialisés en commerce ou en économie politique.

42Comment concevoir la gestion des entreprises en 1802 à partir de ce stock de livres anciens ou plus récents ? Une administration commerciale uniquement fondée sur la comptabilité en parties doubles semble déjà insuffisante car trop axée sur les résultats passés et pas assez sur les prévisions de croissance de la firme [Angiolini & Roche 1995]. Les meilleurs gestionnaires du temps se tiennent au courant des nouvelles théories qui ont trait à la recherche du profit, à la gestion des hommes ou à la nécessaire montée de l’activité boursière et financière pour soutenir les grandes sociétés par actions dont la France aura bientôt besoin.

  • 18 Cet auteur supposé a simplement inversé les thèmes et enlevé le prix de vente des ouvrages. Il a mé (...)

43Ainsi, le tandem Désolneux-Royez est novateur en matière d’annuaire de grande taille et de bibliographie spécialisée. Le succès de leur notice est notable car un auteur concurrent la reprend presque telle quelle, tout en se faisant passer pour l’auteur dans l’Almanach du Commerce de Paris [Dufriche-Foulaines 1805]18. Au point de vue du marché du livre, l’idée de Royez sera reprise en 1819 par Pierre-Hubert Renard et sa « Librairie du commerce ». Librairie qu’il a constituée à partir du fonds de l’imprimeur Antoine Bailleul qui fut son ancien patron [Marco 2011]. Trente ans plus tard son stock d’ouvrages va atteindre 17 000 exemplaires au moment où il le vend au libraire Gilbert-Urbain Guillaumin, fin octobre 1849.

Haut de page

Bibliographie

Angiolini, Franco & Roche, Daniel (éds.) [1995], Cultures et formations négociantes dans l’Europe moderne, Paris : EHESS.

Anonyme [1789], Plan d’administration civile, morale, ecclésiastique, et militaire dédié aux États généraux, Londres : Marchands de Nouveautés.

Bellay, Julien [1834], La Science de l’administration commerciale, tenue des livres légale et classique, Lyon : l’Auteur.

Bonet de Treiches, Joseph-Balthasar & Catineau-Laroche, Pierre-Marie-Sébastien [1808], Observations et projet de décret sur la librairie, Paris : Levrault.

Brissot de Warville, Jacques-Pierre [1782-1785], Bibliothèque philosophique, du législateur, du politique, du jurisconsulte, Berlin ; Paris : Desauges, 10 vol. 

Caminade, Marc-Alexandre [1789], Sujets importans de délibérations pour les États généraux de 1789, Paris : Royez, Veuve Esprit, Desenne.

Chapron, Emmanuelle [2017], Catégories de l’entendement éditorial et ordre des livres. Les livres d’éducation dans les catalogues de libraires du xviiie siècle, dans L’Annonce faite au lecteur, édité par A. Charon, S. Juratic & Pantin I., Louvain : Presses universitaires de Louvain, 243–265.

Charles, Loïc, Lefebvre, Frédéric & Théré, Christine (éds.) [2011], Le Cercle de Vincent de Gournay. Savoirs économiques et pratiques administratives en France au milieu du xviiie siècle, Paris : INED.

Charon, Annie, Lesage, Claire & Netchine, Ève (éds.) [2011], Le Livre entre le commerce et l’histoire des idées : les catalogues de libraires (xve–xixe siècle), Paris : École des Chartes.

Charon, Annie, Parinet, Élisabeth & Bougée-Grandon, Dominique (éds.) [2000], Les Ventes de livres et leurs catalogues xviie–xxe siècle, Paris : École des Chartes.

Charron, Pierre [1601], De la sagesse, t. 2, Bordeaux : Simon Millanges.

Christian, Gérard-Joseph [1819], Vues sur le système général des opérations industrielles, ou plan de technonomie, Paris : Huzard & Veuve Courcier.

Cousin, Maître [1823], Notice descriptive du fonds de librairie de M. Royez [vente du samedi 6 décembre 1823 à midi], Maison Silvestre & Imprimerie de P.-N. Rougeron.

Crouzet, Antoine [1773], La Clef du commerce, ou les changes démontrés…, Paris : Dufour & Le Jay.

De La Cour, James [1755], La Prudence humaine, ou l’Art de faire fortune dans le monde, Francfort-sur-le-Main : le Traducteur, 15 éd.

Degrange, Edmond père [1802], La Tenue des livres rendue facile, Paris : Hocquart.

Désolneux, André [1802], La Clef du commerce, Paris : Royez, in-8o, 16 + xxxvi + 467 ; [1804], xxxij + 328 + 466 + 52 ; [1807a], 544 + 532 + xliv.

Désolneux, André [1807], Manuel de la librairie, contenant les noms des libraires et des imprimeurs de la majeure partie des villes de l’Europe, Paris : L’auteur & Hénée & Dumas.

Doms, Alex [1996], Laurent-François Dethier folkloriste (1757-1843), Enquêtes du Musée de la vie wallonne, 6, 217–224.

Dufriche-Foulaines, François-Nicolas [1805], Bibliothèque des négocians, Almanach du Commerce de Paris, IX, 293–300.

Ébaudy de Fresne, François [1789], Plan de restauration et de libération fondé sur les principes de la législation et de l’économie politique proposé aux États généraux, Paris : De Bray.

Felton, Marie-Claude [2014], Maîtres de leurs ouvrages : l’édition à compte d’auteur à Paris au xviiie siècle, Oxford : Voltaire Foundation.

Fontaine, Jean-Paul [2014], Les ventes publiques de livres à Paris au xixe siècle (1801-1848), site Web, histoire-bibliophilie.blogspot.fr.

Grangé, Jean-Augustin, Rey, Levent, Bouillat, Louis-Edme-Joseph & Sementery [1772-1786], Almanach général des marchands, négocians et commerçans de la France et de l’Europe, Paris : L’Auteur ; Belin ; Lesclapart.

Haynes, Christine [2010], Lost Illusions : The Politics of Publishing in Nineteenth-Century France, Cambridge : Harvard University Press.

Hoock, Jochen, Jeannin, Pierre & Kaiser, Wolfgang (éds.) [1990-2001], Ars mercatoria, manuels et traité à l’usage des marchands 1470-1820, Paderborn : Schöningh.

Imhoof, Jean-Jacques [1786], L’Art de tenir les livres en parties doubles, Vevey : l’Auteur.

La Reynie de la Bruyère, Louis [1803], Manuel des commissaires des relations commerciales, des négocians maritimes et des armateurs de course, ouvrage faisant suite à la Clef du commerce, Paris : Royez.

Larue, Jean [1747], Bibliothèque des jeunes Négocians, ou l’Arithmétique à leur usage, Paris : Briasson.

Le Choyselat, Prudent [1569], Discours œconomique, Paris : Nicolas Chesneau, réédition Édi-Gestion, 2015, version bilingue.

Le Van-Lemesle, Lucette [1985], Guillaumin, éditeur d’économie politique, Revue d’économie politique, 2, 134–149.

Léopold, N. [1812], Manuel des commerçans, ou guide en affaires commerciales, à l’usage des négocians, Paris : Veuve Lepetit.

Lüsebrink, Hans-Jürgen [2003], Transferts culturels transatlantiques et circulation des savoirs dans les cultures populaires : le cas des almanachs de Benjamin Franklin, Tangence, 72, 27–40, doi : 10.7202/009090ar.

Marco, Luc [1998], From the dynamics of the entrepreneur to the analysis of the firm : La science des affaires, 1819-1855, dans Studies in the History of the French Political Economy, form Bodin to Walras, édité par G. Faccarello, Londres : Routledge, 284–318.

Marco, Luc [2005], Économie politique, du xixe siècle à nos jours, dans Dictionnaire encyclopédique du livre, édité par P. Fouché, D. Péchouin & Ph. Schuwer, Paris : Éditions du Cercle de la Librairie, t. 2, 18–20 ; 1006.

Marco, Luc [2011], Genèse du risque éditorial : la comptabilité à l’époque romantique dans le fonds des libraires du commerce, Management & Avenir, I(41), 124–139, doi : 10.3917/mav.041.0124.

Marco, Luc [2012], La gestion du risque dans deux compagnies françaises d’assurance avant 1840, Management & Avenir, VII(57), 195–209, doi : 10.3917/mav.057.0195.

Marco, Luc [2018], Homo gestor, histoire de l’édition gestionnaire française, 1486-1914, Castres : Édi-Gestion, à paraître.

Marion, Michel [1999], Collections et collectionneurs de livres au xviiie siècle, Paris : Honoré Champion.

Merland, Marie-Anne [1973], Tirage et vente de livres à la fin du xviiie siècle : des documents chiffrés, Revue française d’histoire du livre, V, 87–112.

Millin, Aubin-Louis [1802], Commerce (notes de lecture), Magasin encyclopédique, 8(IV), 425–427.

Morellet, André [1769], Catalogue d’une bibliothèque d’économie politique, formée pour le travail du nouveau Dictionnaire de Commerce, Paris : Les frères Estienne.

Perrot, Jean-Claude [1990], Nouveautés : l’économie politique et ses livres, dans Histoire de l’édition française, édité par R. Chatrier & H.-J. Martin, Paris : Fayard, t. II, 2 éd., 298–326.

Perrot, Jean-Claude [1992], Une histoire intellectuelle de l’économie politique, xviie–xviiie siècle, Paris : Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Peuchet, Jacques [1802], Bibliothèque commerciale, t. 1er, Paris : Buisson.

Plinval de Guillebon, Régine [1985], La Porcelaine à Paris sous le Consulat et l’Empire, Genève : Droz.

Ricard, Jean-Pierre [1715], Les Loix et les coutumes du change des principales places de l’Europe, Amsterdam : Estienne Roger.

Ricard, Samuel [1706], Traité général du commerce plus ample et plus exact que ceux qui ont paru jusques à présent, Amsterdam : Paul Marret, 2 éd., 1re édition : 1700.

Robinet, Jean-Baptiste-René et al. [1780], Dictionnaire universel des sciences, morale, économique, politique et diplomatique, t. 12, Londres : Libraires associés.

Roux, Vital [1800], De l’influence du gouvernement sur la prospérité du commerce, Paris : Fayolle.

Royez, Jean-François [1802], Notice pour la Bibliothèque d’un Négociant, Paris : Royez, in-8o, 16 p.

Sambucy, Gustave de [1853], La Clef des affaires : pratique du droit usuel sans l’homme de loi, lorsque son assistance n’est pas absolument nécessaire, Paris : Les Principaux libraires.

Sarrazin, Véronique [1997], Les Almanachs parisiens au xviiie siècle : production, commerce, culture, Thèse de doctorat, Université Paris 1, 2 vol. 

Savary, Jacques [1675], Le Parfait négociant, Paris : Louis Billaine.

[Savary des Bruslons(1723)]Savary des Bruslons, Jacques [1723], Préface historique, dans Dictionnaire universel de commerce, Paris : Jacques Estienne, t. 1, xxv.

Spannel, François [1957], Les éléments de la fortune des grands notables marseillais au début du xixe siècle, Provence Historique, VII(28), 95–130.

Théré, Christine [1998], Economic publishing and authors, 1566-1789, dans Studies in the History of the French Political Economy, from Bodin to Walras, édité par G. Faccarello, Londres : Routledge, 1–56.

Viardot, Jean [1990], Livres rares et pratiques bibliophiliques, dans Histoire de l’édition française, édité par R. Chatrier & H.-J. Martin, Paris : Fayard, t. II, 2 éd., 583–614.

Vouillot, Bernard [1990], La Révolution et l’Empire : une nouvelle réglementation, dans Histoire de l’édition française, édité par R. Chatrier & H.-J. Martin, Paris : Fayard, t. II, 2 éd., 694–708.

Haut de page

Notes

1 Un ouvrage antérieur sur les changes portait déjà ce titre [Crouzet 1773]. Un autre livre à l’intitulé proche avait paru en 1763 : La Clef du Commerce de Banque & de marchandises appliqué à Genève [cité par Morellet 1769, 34]. Un sens figuré préexistait : « On dit aussi fig. que La grammaire est la clef des sciences, que la Logique est la clef de la Philosophie, pour dire, que La Grammaire, que la Logique donnent une grande ouverture pour ces Sciences» (Dictionnaire de l’Académie française, 1694, p. 197).

2 La deuxième édition, augmentée d’un supplément de 52 pages, date de 1804, en deux volumes in-8o, pour un prix de 9 francs. La troisième sort en 1807, encore grossie et avec un prix de 12 francs. C’est un annuaire très intéressant pour les historiens de la gestion des entreprises européennes [Spannel 1957] qui a déclenché la parution de toute une littérature spécialisée avec le Manuel des commissaires des relations commerciales [La Reynie de la Bruyère 1803], annoncé comme la suite du livre de Désolneux, ou le Manuel des commerçans [Léopold 1812].

3 Jacques-Charles Bailleul (1762-1843) avocat, homme politique et économiste français. Il fut député à la Convention nationale, au Conseil des Cinq-Cents et membre du Tribunat.

4 Source Archives de Paris. Son décès ne sera annoncé que le 1er septembre dans Le Constitutionnel, p. 4.

5 La vente de son fonds est à rajouter à la liste de Fontaine [Fontaine 2014].

6 Journal typographique et bibliographique, Paris, 10e année, XXIII, lundi 10 août 1807, p. 177 ; notice rédigée par notre auteur, car identique dans le Télégraphe littéraire du 15 août 1807, p. 105–106.

7 Il a publié un annuaire sur les librairies européennes, qui est un extrait de son précédent ouvrage [Désolneux 1807].

8 Nivelliste : homme politique souhaitant effacer les différences sociales. Peuchet parle des « Spéculateurs Nivellistes» [Peuchet 1802, 8].

9 Il a été publié environ 2 525 livres et brochures d’économie politique uniquement sur la période 1715-1789 [Perrot 1990, 298]. Christine Théré en a étudié la sociologie [Théré 1998].

10 L’idée d’une bibliothèque des jeunes négociants remonte au moins à Jean Larue [Larue 1747], qui se basait plutôt sur l’arithmétique et la connaissance pratique des affaires.

11 Le comptable anglais Jones ne sera traduit en français qu’en 1803, soit après la parution de la notice de Royez. Le grand auteur de la période est Edmond Degrange père [Degrange 1802].

12 Que nous avons republiée en version critique bilingue français-anglais chez Édi-Gestion [Le Choyselat 1569]. Morellet l’a classée en 1769 dans la rubrique « capitaux et taux de l’intérêt en politique», preuve qu’il la considérait comme un véritable plan d’affaires [Morellet 1769, 25].

13 Pseudonyme de Nicolas Barnaud (1539-1604 ?) ou de Jean de Frotté (1516 ?-1580 ?).

14 Nous avons repris ses avis en précisant à gauche l’année d’édition du titre

commenté et à droite la page où se trouve le commentaire dans le livre de Désolneux.

15 En francs courants de 1802. Les libraires continuaient à calculer aussi en livres tournois.

16 L’autoédition comme pratique légale avait été autorisée par le roi Louis XVI en 1777 [Felton 2014].

17 Guillaume-Claude Saugrain (1706-1762) et Laurent-François Prault (1712-1780) [Perrot 1990, 321].

18 Cet auteur supposé a simplement inversé les thèmes et enlevé le prix de vente des ouvrages. Il a mélangé les titres de la liste plagiée avec ses propres publications et a opéré quelques actualisations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Marco, « Le renouveau du marché des livres de commerce à Paris en 1802 »Philosophia Scientiæ, 22-1 | 2018, 43-61.

Référence électronique

Luc Marco, « Le renouveau du marché des livres de commerce à Paris en 1802 »Philosophia Scientiæ [En ligne], 22-1 | 2018, mis en ligne le 16 février 2020, consulté le 15 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/philosophiascientiae/1323 ; DOI : https://doi.org/10.4000/philosophiascientiae.1323

Haut de page

Auteur

Luc Marco

CEPN – Université Paris 13, Sorbonne-Paris-Cité (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Kimé
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search